Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Chris Baker & Pasuk Phongpaichit, éditeurs et traducteurs, The Palace Law of Ayutthaya and the Thammasat

Ithaca : Cornell University Press, Southeast Asia Program Publications, 2016, tableaux, illustrations, plans, appendices, glossaire, historique des différentes éditions de la publication, bibliographie, 166 p.
Jean Baffie
Référence(s) :

Chris Baker & Pasuk Phongpaichit, éditeurs et traducteurs, The Palace Law of Ayutthaya and the Thammasat, Ithaca : Cornell University Press, Southeast Asia Program Publications, 2016, tableaux, illustrations, plans, appendices, glossaire, historique des différentes éditions de la publication, bibliographie, 166 p.

Texte intégral

1Comme l’on découvre assez peu de nouvelles sources pour mieux connaître l’histoire ancienne de la Thaïlande, c’est à de nouvelles analyses des sources déjà connues que les historiens s’emploient depuis deux ou trois décennies. L’historien anglais Chris Baker, installé en Thaïlande depuis 1979, et son épouse, Pasuk Phongpaichit (ผาสุก พงษ์ไพจิตร), professeur d’économie (aujourd’hui à la retraite) de l’université Chulalongkorn de Bangkok, se sont lancés dans la traduction en anglais de textes littéraires et juridiques thaïs fondamentaux. Ici, ils proposent la traduction de deux des textes les plus souvent cités du Kotmai tra sam duang (Code des Trois Sceaux), un recueil des lois établi en 1805 sur ordre du premier roi de la dynastie Chakkri et qui reprenait des lois en cours sous la longue période d’Ayutthaya (1350-1767).

2Je regrette personnellement que les auteurs n’aient pas donné en secondes références la version du Code des Trois Sceaux la plus répandue, celle de Khurusapha, que l’on trouve dans toutes les bibliothèques et que tous les chercheurs thaïs ou thaïsants ont à portée de main. C’est celle à laquelle se réfère, par exemple, Michael Vickery dans son article essentiel de 1996 (Vickery 1996 : 198).

3Le Phra Thammasat, le premier texte du Code des Trois Sceaux et peut-être le plus ancien même si sa datation fait l’objet de discussions, est un texte divisé en onze sections et long de 34 pages et demie (dans la version de la maison d’édition Khurusapha [anonyme 2515 : 7-41]) et 16 pages et demie dans sa traduction anglaise (p. 33-49). Il sert d’une part de table des matières à l’ensemble du Code des Trois Sceaux, mais surtout il fixe la bonne conduite pour le souverain et les magistrats chargés de rendre la justice.

4La Loi Palatine (Kot monthianban) est nettement plus longue puisqu’elle occupe 80 pages et demie dans la version de Khurusapha (anonyme 2515 : 69-159) et 56 pages dans la version traduite de cet ouvrage (p. 77-133). Il y est question de hiérarchie et de préséance, de la sécurité du palais et de la famille royale, des audiences accordées par le souverain, du harem, de la conduite attendue de la part des serviteurs et des fonctionnaires du palais, dont les brahmanes, des activités quotidiennes du roi, des guerres, et surtout des diverses cérémonies auxquelles participe le roi. Baker et Pasuk insistent sur l’absence de développement concernant la délicate question de la succession (p. 66-68).

  • 1 Thapanan Nipithakul (2007) aurait sans doute dû donner en annexe de son livre sa traduction du Tham (...)

5La raison essentielle de l’ouvrage est la traduction en langue anglaise du Thammasat (ou Dharmasātra) et de la Loi du Palais ou Loi Palatine (Kot monthianban). Une traduction française du premier texte a été réalisée par Thapanan Nipithakul pour une thèse soutenue à Toulouse en 2004, publiée en 2007 (Nipithakul 2007). Dans leur préface, Chris Baker et Pasuk Phongpaichit signale avoir pu consulter la traduction française du Thammasat réalisée par Thapanan dans le cadre de cette thèse, mais leur connaissance limitée de la langue française leur a sans doute rendu l’exploitation difficile (p. xi)1. Même s’il n’est pas question ici de comparer les deux traductions, il est intéressant de montrer les différences, par exemple dans la fin de la dernière phrase du Thammasat (anonyme 2515 : 41) :

They will beable to decide cases for the populace within the territory of the realm, without encountering difficulties like stumps, thorns, and splinters, so that cases of dispute among crooked people of dishonest character are brought to a productive conclusion, removing the root of the dispute and suffering, and bringing about happiness and joy at all timesDuccaritaMūla-vivāda-dukkha

6Il faut reconnaître que la version anglaise est plus proche de la version originale, mais, Baker et Pasuk l’ont préparé pour qu’elle soit publiée et savaient donc qu’elle serait comparée à l’original thaï.

7En ce qui concerne la Loi Palatine, il est également possible de comparer le style de Baker et Pasuk avec celui du grand historien américain David K. Wyatt qui en traduisit un passage dans un article de 1967, repris en 1994 dans un recueil devenu classique (Wyatt 1994).

Altogether, twenty townssend the gold and silver flowers to the King : Nakhòn Luang, Sri Sattanakkhânahut, Chiang Mai, Tòn U, Chiang Krai, Chiang Saen, Chiang Rung, Chiang Rai, Hsenwi, Khemmarat, Phrae, Nan, Tai Thòng, Khotrabòng, and Reo Kaeo, these sixteen in the north ; and, in the south, Ujong Tanah, Malacca, Malayu and Varavari four towns : altogether twenty towns which send the gold and silver flowers2

8Outre un style plus soigné chez Baker et Pasuk, il faut surtout noter l’effort d’identification des villes mentionnées, ce qui est loin d’être aisé. Il ne fait guère que doute que Wyatt, pionnier dans la traduction anglaise d’annales thaïes, aurait amélioré son texte si son objectif avait été une publication sous forme d’ouvrage.

  • 3 Ils rendent son nom Woraphon Phuphongphan, selon la transcription pour les noms communs. Woraporn P (...)

9Un professeur d’histoire de l’université Silpakorn de Bangkok a soutenu une thèse de doctorat (disponible sur Internet) à l’université Chulalongkorn sur la Loi Palatine et son intérêt pour la connaissance de la période allant d’Ayutthaya au premier règne de Bangkok (Poopongpan 2549). Chris Baker et Pasuk Phongpaichit mentionnent en bibliographie trois publications de cette historienne mais sans y faire beaucoup référence3.

10Comme dans d’autres de leurs publications les auteurs contestent la tradition ancienne qui insistait sur l’influence indienne, notamment à travers les Môns. En citant principalement Robert Lingat et George Cœdès ils semblent rendre principalement les chercheurs français responsables de ce qu’ils estiment être une erreur. Ils évitent de mentionner Quaritch Wales, Lawrence Palmer Briggs et d’autres chercheurs anglophones reconnus. Il est vrai que Lingat a beaucoup écrit sur le droit indien et que Cœdès a intitulé son livre majeur Les États hindouisés d’Indochine et d’Indonésie dans lequel il consacre un chapitre entier à « l’hindouisation » (Cœdès 1964 : 35-72). Mais, Lingat n’a jamais sous-estimé l’importance des coutumes locales dans le règlement des conflits (Fontaine 2005 : 130-131). Par ailleurs, la mention d’une origine mône du Thammasat est peut-être un ajout de l’époque de la révision, en 1805, et pourrait s’expliquer par l’origine majoritairement mône du souverain de l’époque.

11Étant donné les difficultés de ces deux textes, puisqu’une partie du vocabulaire ne se trouve dans aucun dictionnaire ou avec des sens très différents (sans insister sur les nombreux mots de la langue pâlie, que les auteurs choisissent souvent de ne pas traduire car faisant double emploi), le chercheur intéressé par l’histoire et le droit de la Thaïlande appréciera à sa juste valeur ces traductions, même s’il devra se référer aux textes originaux de langue thaïe si sa connaissance de la langue le lui permet. Mais ce livre s’adresse aussi aux spécialistes des droits birmans, môns, khmers, lao et même indiens qui – sans être capables de lire le thaï – souhaitent acquérir des connaissances sur le droit siamois ancien. Car, dans les études sud-est asiatiques, le domaine du droit est un de ceux qui semblent se prêter le plus aux études comparatives. Et ici, il faudrait citer les travaux pionniers de Robert Lingat (1951, 1952, 1955, 2005, etc.) et l’avant-propos d’Antoine Fontaine à la dernière de ces publications (Fontaine 2005).

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, 2515 [1972], Kotmai tra samduang (le code des trois sceaux), Bangkok : Khurusapha, vol. 1.

BRIGGS, Lawrence Palmer, 1972, « The Hinduized States of Southeast Asia : A Review », in Enduring scholarship selected from the Far Eastern Quarterly – The Journal of Asian Studies, 1941-1971. Vol. 3 : South and Southeast Asia, John A. Harrison (éd.) Tucson : The University of Arizona Press (1re édition : août 1948), p. 179-196.

CŒDES, George, 1964, Les États hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, Paris : Editions E. de Boccard.

FONTAINE, Antoine, 2005, « Avant-propos de la réimpression de “Pour un droit comparé indochinois” de Robert Lingat (1955) », Aséanie. Sciences humaines en Asie du Sud-Est, 15 : 125-148.

LINGAT, Robert, 1951, « La Conception du droit dans l’Indochine hinayaniste », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, XLIV, 1 : 163-187.

LINGAT, Robert, 1952, Les Régimes matrimoniaux du Sud-Est de l’Asie : Essai de droit comparé indochinois. Tome I : Les Régimes traditionnels, Paris : EFEO.

LINGAT, Robert, 1955, Les Régimes matrimoniaux du Sud-Est de l’Asie : Essai de droit comparé indochinois. Tome II : Les Droits codifiés, Paris : EFEO.

LINGAT, Robert, 2005, « Pour un droit comparé indochinois », Aséanie. Sciences humaines en Asie du Sud-Est, 15 : 149-160 (1re édition, 1955, Études, Faculté de Droit de Saigon, p. 29-40).

NIPITHAKUL, Thapanan, 2007, Les Sources du droit et du pouvoir politique au travers des anciens textes thaïlandais, Toulouse : Presses de l’université de Toulouse.

POOPONGPAN, Woraporn, 2549 [2006], Kot monthianban nai thana lakthan prawattisat thai samai pho so 2348 [la loi palatine comme source pour l’histoire thaïe de l’époque d’Ayutthaya à 1805], thèse de doctorat, université Chulalongkorn, http://cuir.car.chula.ac.th/bitstream/123456789/56661/2/woraporn_po_ch1.pdf.

VICKERY, Michael, 1996 « The Constitution of Ayutthaya : the Three Seals Code », in Thai Law : Buddhist Law : Essays on the legal history of Thailand, Laos and Burma, Andrew Huxley, éd., Bangkok : White Orchid Press, p. 133-210.

WYATT, David K., 1994, « The Thai “Palatine Law” and Malacca », in Studies in Thai History, David K. Wyatt, Chiang Mai : Silkworm Books, p. 82-89 (1re édition, 1967, « The Thai “Kata Maṇḍiarapāla” and Malacca », The Journal of the Siam Society, LV, 2 : 279-286).

Haut de page

Note de fin

1 Thapanan Nipithakul (2007) aurait sans doute dû donner en annexe de son livre sa traduction du Thammasat, mais il en donne de nombreux extraits dans le corps du texte.

2 Dans la version originale de 1967 le système de transcription utilisé pour les noms des villes est différent : ainsi Nakhon Luang est rendu en Nagara Hluaṅ.

3 Ils rendent son nom Woraphon Phuphongphan, selon la transcription pour les noms communs. Woraporn Poopongpan est la forme que l’on trouve dans le titre anglais de sa thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Baffie, « Chris Baker & Pasuk Phongpaichit, éditeurs et traducteurs, The Palace Law of Ayutthaya and the Thammasat », Moussons [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4650

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page