Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marion Sabrié, Dictionnaire insolite de la Birmanie

Paris, Cosmopole, 2018, 159 p.
Louise Pichard-Bertaux
Référence(s) :

Marion Sabrié, Dictionnaire insolite de la Birmanie, Paris, Cosmopole, 2018, 159 p.

Texte intégral

1Le principe de la collection des Dictionnaires insolites publiés par Cosmopole est de dépasser les clichés et les idées préconçues sur les pays explorés. En Asie du Sud-Est, le Cambodge, l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande et le Viêt Nam ont déjà intégré cette drôle de collection qui donne à voir les facettes les plus originales des sociétés et coutumes étudiées loin des sentiers battus et rebattus de l’exotisme facile.

2Bien sûr, il sera question de pagodes et de pavot, de bonzes à la robe safran et de femmes girafes, de Pagan et du lac Inlé qui restent d’incontournables thèmes et lieux attachés à l’imaginaire occidental sur la Birmanie. Mais Marion Sabrié nous entraîne bien au-delà de ces thèmes convenus. Titulaire d’un doctorat en géographie soutenu à l’EHESS en 2015 (Le fleuve Irrawaddy, facteur d’intégration de la Birmanie ?), l’auteur a également suivi les enseignements de Birman à l’Inalco et vécu plusieurs années en Birmanie. Sa fine connaissance du pays lui permet d’interroger les sujets les plus divers et d’expliquer aux ignorants curieux des pratiques traditionnelles comme « faire gadaw » (p. 57) ou très contemporaines comme la consommation du « coffeemix » (p. 38). Volontairement, je ne vous donnerais pas les clés de ces pratiques pour que vous ayez le plaisir de les découvrir vous-même dans l’ouvrage de Marion Sabrié !

3Les entrées de ce dictionnaire explorent différentes thématiques telles que la politique, la nourriture, les coutumes, la culture et les lieux importants. Pour ce qui de ces derniers, Marion Sabrié nous fait visiter entre autres le Hkakabo Razi (p. 62) l’un des sommets les plus hauts d’Asie du Sud-Est autour duquel un parc national a été créé, l’île du lavage de cheveu (p. 64) située à l’embouchure de la Salouen et le col des trois pagodes qui fait frontière entre la Birmanie et la Thaïlande. Pour visiter Rangoon, l’auteur nous invite à emprunter la Circular line, ligne de train qui, comme son nom l’indique, permet de faire tout le tour de la ville et d’en découvrir les faubourgs à moindre coût (un dollar en 2016). En plus de la balade au travers de quartiers excentrés, c’est la vie fourmillante des marchands et maraîchers montant et descendant du train selon les lieux de production et de vente qui donne tout son intérêt à ce circuit urbain.

4À la descente du train, si une petite faim se fait sentir, il sera temps de découvrir p. 84 le délicieux mohinga, soupe de poisson aux vermicelles de riz ou bien un crémeux ohn no khauk swe (p. 97), nouilles de blé dans une sauce au lait de coco ou encore un curry (p. 43) avec une cuiller de ngapi (p. 97) revigorant.

5Ce sera alors le moment d’aller écouter un hsaing waing, orchestre traditionnel (p. 103) ou, pour mieux digérer, de faire une partie de chinlone (p. 34), balle en rotin tressé que les joueurs en cercle se renvoient sans utiliser les mains. À moins qu’on ne préfère fumer un bon cheeroot (p. 35) en suivant les péripéties d’un zat pwe (p. 155), pièce de théâtre agrémentée de danses et de chants jouée sur une scène montée en extérieur.

6De nombreux traits culturels sont expliqués, ainsi que certaines coutumes comme l’établissement de l’horoscope à la naissance d’un enfant (p. 62), les fêtes de pagode (p. 113) ou la consommation de bétel (p. 27). La langue birmane (p. 27), peu connue en France, est assez longuement décrite. Rappelons que la spécialiste française de la langue birmane, Denise Bernot, a créé la chaire de Birman à l’Inalco en 1960 et qu’en ce qui concerne les études ethno-linguistiques birmanes, tous ses élèves lui doivent beaucoup. La Birmanie étant composée de nombreuses ethnies, les Arakanais (p.18), les Karen (p. 71) et les Môn (p. 85) ont également leurs entrées.

7Plusieurs termes traitent de politique. On ne pourrait en effet passer sous silence la dictature mise en place par Ne win (p. 95) en 1962, les événements d’août 1988 (p. 11) ou la censure (p. 32) qui fait loi encore aujourd’hui. Daw Aung San Suu Kyi est bien évidemment citée plusieurs fois (p. 45 et 136 notamment) ainsi que la Ligue nationale pour la démocratie (p. 75), parti qu’elle a créé en 1988. L’actualité récente est également convoquée avec l’entrée Rohingya (p. 124) et celle concernant Ashin Wirathu (p. 19) bonze qui a attisé la haine contre les musulmans dans tout le pays ces dernières années.

8J’adorerais vous parler de Bo Phyu (p. 15), le chanteur albinos, ou bien des collines de Sagaing (p. 39) recouvertes de stuppas dorés ou encore de tapisserie birmane traditionnelle (p. 69). Mais le plus simple est encore que vous lisiez ce livre, que vous naviguiez au gré des entrées selon vos envies du moment. Nul doute que vous apprendrez beaucoup de choses sur la Birmanie ! Une courte bibliographie vient clore l’ouvrage et peut emmener le lecteur un peu plus loin s’il le désire.

9Sur l’organisation générale de l’ouvrage, un index rappelant toutes les entrées du dictionnaire aurait été bienvenu et aurait facilité la manipulation. Mais le plus grand défaut, à mon sens, est l’absence totale de caractères birmans pourtant ô combien insolites pour le lecteur français. Je suppose que ceci est à imputer à l’éditeur tout comme c’était le cas pour l’excellent Dictionnaire insolite de la Thaïlande de Jean Baffie et Thanida Boonwanno paru en 2011 dans lequel certains mots étaient en caractères thaïs et d’autres en transcription sans que l’on comprenne bien la logique. Il aurait été ici judicieux que les entrées en birman soient écrites en caractères birmans, en transcription et traduites en français. Quelques imprécisions et maladresses seraient aussi à corriger pour une prochaine édition.

10Il n’en demeure pas moins que cet ouvrage est un bel apport à la connaissance de la culture birmane par le grand public et qu’il ne manquera pas d’intéresser aussi bien celles et ceux qui connaissent déjà le pays que les personnes qui souhaitent y aller ou en rêver.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux, « Marion Sabrié, Dictionnaire insolite de la Birmanie », Moussons [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4685

Haut de page

Auteur

Louise Pichard-Bertaux

Ingénieur de recherche à Aix Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France, traduit et analyse des corpus de la littérature thaïe contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page