Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alain Ruscio, éd., Une vie pour le Viêt Nam. Mélanges en l’honneur de Charles Fourniau

Paris, Les Indes savantes, 2016, 408 p.
Gilles de Gantès
Référence(s) :

Alain Ruscio, éd., Une vie pour le Viêt Nam. Mélanges en l’honneur de Charles Fourniau, Paris, Les Indes savantes, 2016, 408 p.

Texte intégral

1Le genre des « Mélanges en l’honneur de… » est assez répandu dans les institutions universitaires lorsqu’un de ses membres se retire. Les limites en sont bien connues, l’hétérogénéité des contributions, et cet ouvrage-ci les atteint, comme d’autres. Son originalité tient au fait que l’homme en l’honneur duquel ces Mélanges ont été rassemblés n’a jamais occupé aucune position dans l’Université française : leur publication s’explique donc moins par la convention professionnelle que par l’amitié et la pugnacité d’Alain Ruscio, qui doit en être remercié.

2Pour autant, l’édition est loin de respecter les normes habituelles de la littérature scientifique : notes et bibliographies ne sont pas harmonisées, ni l’emploi des caractères et les fautes de frappe vraiment trop nombreuses, qu’elles soient purement typographiques (Boninais pour Bouinais, p. 368, Alfred Erenest Babut de la table des matières…), ou qu’elles affectent le sens (autour des années 70 pour autour des années 30 ou « Lettrés-Résidants » pour « Lettrés-résistants », p. 369, Kuh Luoc pour Kinh Luoc, p. 371). Sur le fond, le recueil apparaît comme un instantané de l’état des recherches sur le Vietnam vers 2010, mais logiquement limité aux générations de Charles Fourniau et de ses étudiants. De ce point de vue, il est dommage qu’une liste des travaux de Charles Fourniau n’ait pu être présentée.

3L’ensemble atteint 408 pages en vingt communications qui sont assez disparates en taille, des cinq pages d’Yves Panis consacrées à Ernest Babut ou des huit pages de Guy Durand consacrées au commerce extérieur de l’Indochine, jusqu’aux quarante-cinq pages de Frédéric Mantienne ou aux quarante-neuf pages de Patrice Morlat. Les styles sont également très différents, de l’universitaire le plus classique (« la surveillance des Indochinois à Marseille après la Première Guerre mondiale [1917-1935] », Patrice Morlat) au style universitaire problématisé (« L’art de choisir son camp. Chefs montagnards et partisans au temps de la conquête du Tonkin [1885-1896] », Philippe Le Failler) jusqu’au plus journalistique (« chronique d’un hold-up annoncé », André Menras). C’est que les auteurs appartiennent à des univers différents et à des générations différentes : des chercheurs que Charles Fourniau a côtoyés ou aidés (Pierre-Richard Féray), d’anciens étudiants qu’il a inspirés (Alain Ruscio, Guy Durand, Philippe Le Failler, Jean-François Klein, Frédéric Mantienne), voire d’anciens collègues qu’il a croisés pendant des années dans le monde de la vietnamologie du second xxe siècle (Philippe Devillers, Daniel Hémery, Pierre Brocheux, Trinh Van Thao).

  • 1 Le Failler (2014) et Klein (2015).

4La disparité des textes entraîne une difficulté à rendre compte de cet ouvrage, surtout pour une revue scientifique spécialisée comme Moussons. Je les classerais volontiers en deux familles : celle de ses étudiants ou de ceux qu’il a aidés, d’une part, ceux de ses pairs, d’autre part. Pour autant, je ne sais où classer le texte de Patrice Jorland (« Harmonie sous la voûte céleste », 59-79) qui esquisse une analyse de la géopolitique asiatique dans la longue durée, texte qui aurait sans doute beaucoup étonné Pierre Renouvin ou Jean-Baptiste Duroselle, dont les œuvres étaient une référence essentielle pour Charles Fourniau, ni le texte d’André Menras (« Mer du Sud-Est asiatique. Chronique d’un hold-up annoncé », 375-397), ni celui de Günther Giesenfeld (« De la solidarité internationale à la solidarité globale », 399-401) tiré d’une intervention à un congrès de l’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne, qui n’est pas exactement un texte scientifique. Le recueil s’ouvre par une brève introduction d’Alain Ruscio soulignant la triple casquette de Charles Fourniau (militant, érudit, pédagogue) et par le témoignage du regretté Nguyen Van Hoan, un de ses plus vieux amis, sur ses années vietnamiennes. Suivent ensuite un certain nombre de textes produits par les étudiants de Charles Fourniau qui signalent ce que celui-ci leur a apporté : Jean-François Klein et Philippe Le Failler donnent quelques aspects de leurs HDR respectives1, Alain Ruscio éclaire les pré-supposés raciaux du droit colonial, Sébastien Verney reprend une partie de son travail sur Vichy (Verney 2012). Le long texte de Patrice Morlat sur la surveillance des Vietnamiens à Marseille peut être rapproché du texte de Denis Gazquez sur les années parisiennes de Ho Chi Minh, qui aurait beaucoup plu à Charles Fourniau. Parmi les élèves de Charles Fourniau, Frédéric Mantienne reprend certains éléments de sa thèse, mais adaptés à l’univers qui était celui de Charles Fourniau et aussi à la tendance tout à fait actuelle d’envisager l’histoire du Vietnam en remontant avant 1858. Son article montre notamment combien les différentes guerres de la fin du xviiie siècle furent l’occasion pour les Vietnamiens de s’ouvrir au monde extérieur et de s’approprier avec créativité toutes sortes de techniques militaires et notamment des techniques navales soit, avant 1840, en démontant et en reproduisant de vieux navires européens, soit, à partir de 1839, en achetant des bateaux à vapeur : Frédéric Mantienne signale que, pour cette nouvelle technique, le Vietnam était aussi avancé que les Hollandais de Batavia. Sur la prétendue fermeture du Vietnam à l’époque de Minh Mang, Mantienne note que l’Empereur était méfiant face aux missions officielles amenées par des navires de guerre, mais qu’il pratiquait grosso modo une politique de porte ouverte pour les aspects commerciaux. Un texte de facture classique donc (146 notes pour 43 pages), tout à fait dans le style que prisait particulièrement Charles Fourniau.

5Parmi les textes proposés par ses pairs, il faut signaler ceux de Pierre-Richard Féray (sur le grand Lettré Nguyen Trai) et de Trinh Van Thao (sur le Can Vuong) qui prennent soin d’indiquer l’apport de Charles Fourniau quant aux thèmes qu’ils abordent dans leurs contributions, au contraire de celui de Pierre Brocheux. Ce texte, où est brossé un résumé des différents types de voyage depuis 1840 jusqu’en 1946, est d’ailleurs un des plus courts (7 pages, plus 3 pages d’annexes). Le texte du regretté Philippe Devillers est consacré aux conditions de la production historique dans les années 1950-1960 et celui de Daniel Hémery à une analyse du dernier ouvrage de Charles Fourniau (2002), dont il regrette qu’il n’ait pas donné lieu aux discussions qu’il méritait. De fait, Pierre Brocheux et Daniel Hémery avaient réédité Indochine. La colonisation ambigüe l’année précédente et, logiquement, ils s’étaient appuyés, pour la période précédant 1914, sur l’ouvrage de Philippe Devillers (1998). Celui-ci reposait sur une conception très différente de celle des ouvrages de Charles Fourniau, puisqu’il s’appuyait volontairement sur des sources publiées et non sur des archives inédites. Mais Daniel Hémery nous livre surtout une des clés de la non-réception du dernier livre de Charles Fourniau lorsqu’il évoque la « consultation des thèses et maîtrises françaises trop restreinte aux travaux – à coup sûr importants – de l’Université de Provence » (355) : bien que Parisien, Charles Fourniau était alors considéré comme provincial dans ses activités de recherche et, finalement, cela explique en partie le relativement faible rayonnement de ses travaux.

6Enfin, à tout seigneur tout honneur si j’ose dire, la reproduction du texte de la soutenance de la thèse d’État de Charles Fourniau (janvier 1984) est un des textes les plus intéressants du recueil. Après être tombé instantanément amoureux du Vietnam au cours de son voyage de 1960, il avait déposé son sujet en 1963, alors qu’il avait déjà 37 ans, et commencé ses dépouillements par le fonds RST (résidence supérieure du Tonkin), ce qui l’amenait presque automatiquement à pratiquer de la microhistoire. Il était donc logique qu’au contraire des chercheurs de sa génération qui travaillaient le plus souvent sur des sources ministérielles ou d’après les discours des propagandistes coloniaux des années 1880, il ait abandonné assez vite l’hypothèse selon laquelle l’impérialisme expliquerait la conquête du Tonkin. Communiste lui-même à l’époque, Jacques Marseille, élève de Jean Bouvier, abandonnait à peu près au même moment la théorie selon laquelle les lobbies capitalistes auraient fait obstacle à une décolonisation pacifique. Dans les deux cas, les sources contredisaient l’hypothèse initiale. De la même manière, et parce qu’il était un historien rigoureux, Charles Fourniau pourfendait à l’avance dans son discours de 1984, à la fois, cette forme d’Histoire qui devenait dominante, celle de l’Histoire faite d’après les représentations, et, d’autre part, les contresens de l’analyse du soi-disant anticolonialisme du temps : les adversaires de « Ferry le Tonkinois » n’étaient pas des anticolonialistes, ils étaient des adversaires du « césarisme » dont les dangers étaient bien présents dans leurs mémoires moins de vingt ans après Sedan. Historien rigoureux, Charles Fourniau ne manquait pas d’humilité (« au terme de cette longue recherche, le bilan que j’apporte me semble quelque peu décevant », 374) ni surtout d’humour, comme le montre la dernière phrase de son discours, sur les Lettrés vietnamiens : « ils poursuivaient souvent leurs études jusqu’à un âge avancé et se présentaient, chenus, devant le jury de la Cour présidé par l’Empereur lui-même, ayant déjà renoncé à [dans ?] leur cœur, à toute ambition de carrière. Ils n’ont pas été sans m’influencer » (374).

Haut de page

Bibliographie

DEVILLERS, Philippe, 1998, Français et annamites : partenaires ou ennemis ?, 1856-1902, Paris : Denoël.

FOURNIAU, Charles, 2002, Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale, (1898-1914), Paris : Les Indes savantes.

KLEIN, Jean-François, 2015, Pennequin, une « éthique coloniale française » ? Penser la pacification, dépasser la colonisation (1849-1916), mémoire inédit d’habilitation à diriger les recherches (HDR) d’histoire contemporaine, tapuscrit, sous la dir. d’Olivier Forcade, université Paris-Sorbonne, à paraître aux Presses universitaires de Rennes.

LE FAILLER, Philippe, 2014, La rivière Noire. L’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris : Éditions du CNRS.

VERNEY, Sébastien, 2012, L’Indochine sous Vichy. Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales 1940-1945, Paris : Riveneuve éditions.

Haut de page

Note de fin

1 Le Failler (2014) et Klein (2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles de Gantès, « Alain Ruscio, éd., Une vie pour le Viêt Nam. Mélanges en l’honneur de Charles Fourniau », Moussons [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4706

Haut de page

Auteur

Gilles de Gantès

Historien, membre associé d’Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page