Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Megha Amrith, Caring for Strangers. Filipino Medical Workers in Asia

Laurence Husson
Référence(s) :

Megha Amrith, Caring for Strangers. Filipino Medical Workers in Asia, Copenhague, NIAS Press, 2016, 226 p.

Texte intégral

1L’auteure de cet ouvrage, Megha Amrith, est une jeune anthropologue d’origine indienne qui a rejoint l’Institut universitaire des Nations unies sur la mondialisation, la culture et la mobilité (UNU-GCM) en 2014, à la suite de son doctorat obtenu à l’université de Cambridge en 2012. Ce livre issu de sa thèse porte sur la migration des travailleurs médicaux philippins en Asie du Sud-Est auprès desquels elle a mené des enquêtes ethnographiques à Singapour et aux Philippines. Formée en anthropologie sociale, elle s’est tournée vers l’étude des migrations et a opté pour une approche interdisciplinaire mêlant de façon féconde l’anthropologie à la géographie humaine, la sociologie, la communication et les études urbaines.

2De très nombreux travaux ont déjà été publiés sur la migration philippine et certains traitaient du personnel soignant migrant philippin, mais le mérite de celui-ci est d’aborder la question sur un axe Sud-Sud, intra-asiatique.

3L’archipel philippin est devenu en trois décennies l’un des plus gros exportateurs de travailleurs médicaux au monde. Si vous avez été hospitalisé au Canada ou aux États-Unis, en Australie, au Moyen-Orient, voire au Royaume-Uni au cours des dernières années, il est probable qu’une infirmière philippine ait participé à votre traitement. Les Philippins constituent en effet aujourd’hui la plus grande diaspora mondiale de personnel soignant, et le pays compte plus de 400 écoles d’infirmières, formées pour travailler à l’étranger, et exportées dans le monde entier. La photo de couverture de l’ouvrage est saisissante montrant une cohorte parfaitement homogène, quasi calibrée et formatée, d’infirmières nouvellement intronisées qui prêtent serment à l’unisson de façon très formelle, tels des soldats d’une armée bien entraînée. Le développement du tourisme médical a modifié les exigences des consommateurs en matière de soins. Ces soins médicaux transnationaux expliquent ces flux internationaux de travailleurs médicaux.

4Megha Amrith expose de façon vivante et avec une empathie certaine les récits personnels, les expériences et les aspirations des travailleurs médicaux philippins qui vivent et travaillent à Singapour, une cité-État riche et multiraciale qui est l’une des destinations permettant de mener une carrière lucrative à l’étranger mais où ils ne sont souvent qu’en « transit », utilisant Singapour qui est un pôle médical de pointe dans la région comme point de départ pour de futurs contrats de travail en Occident. Sa compréhension du tagalog (la langue nationale des Philippines) lui a facilité la tâche et ouvert des portes. L’auteure, via une ethnographie multi-sites, interroge et écoute les aspirants migrants des écoles d’infirmières de Manille, les suit dans leur village philippin pour rencontrer leurs familles puis les retrouve dans un hôpital et une maison de retraite de Singapour. Ce faisant, le livre offre un aperçu anthropologique de la vie et des attentes du personnel soignant philippin – essentiellement féminin – qui s’occupent d’étrangers dans une autre ville asiatique. Il dépeint ainsi les aspirations, les angoisses, les épreuves, les déceptions et surtout les limites et les décalages auxquels ces travailleuses migrantes qualifiées sont confrontées, tant dans leur vie professionnelle que privée. Les migrants se construisent des images de leur prochaine destination à travers la presse, la publicité, les promesses des recruteurs internationaux, le bouche-à-oreille, la communication en ligne avec les Philippins à l’étranger et les médias sociaux et ce tableau rêvé et escompté ne correspond pas forcément avec la réalité. De ce décalage naissent obligatoirement des déceptions et de nécessaires ajustements.

5Revient comme un leitmotiv la plainte de ces infirmières qui sont respectées et reconnues chez elles et sont traitées comme de simples auxiliaires et servantes à Singapour malgré leur diplôme, leur conscience professionnelle et leur dévouement. Et comme l’atteste M. Amrith, le personnel soignant philippin se sent parfois un peu trop assimilé au personnel domestique philippin également très présent dans les foyers singapouriens.

6Elle décrit comment ces migrants philippins sont l’objet et véhiculent des images et des stéréotypes contradictoires. D’un côté, l’État philippin exportateur de main-d’œuvre encense les travailleurs médicaux philippins en les qualifiant de « migrants idéaux et des héros nationaux », de professionnels qualifiés qui fournissent une main-d’œuvre indispensable dans le monde entier. D’un autre côté, les migrants philippins sont souvent décrits comme des victimes – des personnes exploitées et opprimées, forcées de laisser leur famille à la recherche d’opportunités économiques à l’étranger. Les travailleurs médicaux philippins à Singapour sont à cheval entre ces deux stéréotypes, vivant quotidiennement ces contradictions et tensions dans leur métier. L’une des révélations de l’enquête est qu’une partie de ce personnel soignant ne partage pas les valeurs culturelles des pays d’accueil et critique non ouvertement le système familial et moral singapourien.

7Cette étude donne au lecteur un aperçu complet de la vie de ce personnel soignant immigré, tout en montrant les multiples articulations et significations des soins au-delà des frontières nationales ainsi que les caractéristiques racialisées et féminisées des travailleurs médicaux sur fond de mondialisation. Elle place également leurs histoires dans des débats plus larges sur la migration, le travail, les soins, le genre et la citoyenneté, tout en contribuant à enrichir les travaux sur les migrations de main-d’œuvre en Asie. L’auteure compare ainsi la mobilité des travailleurs médicaux cubains, motivés non par des ambitions financières et sociales, mais par des accords diplomatiques, la coopération technique et les liens scientifiques, et celle des Philippins motivée par une combinaison de raisons, de désirs et d’aspirations principalement familiales et pécuniaires.

8L’enquête est particulièrement intéressante quand elle révèle que des infirmières philippines catholiques ont confié que lorsqu’elles étaient malades, elles ne se faisaient pas soigner dans les hôpitaux ou par des médecins mais qu’elles préféraient aller à la messe pour guérir ou bien consulter un guérisseur (albularyo) puisqu’elles considèrent que la maladie résulte d’une perturbation des esprits. La croyance dans les esprits et dans la puissance de la foi sur la guérison de ces infirmières montre que, même si elles se présentent comme des professionnelles de la biomédecine, ce n’est pas vers elle qu’elles se tournent pour leur propre santé.

9M. Amrith décrit la toile de fond du sujet avant d’expliquer sa méthodologie. Elle expose les caractéristiques de son échantillon philippin à Singapour pour fournir un contexte et opte pour une étude qualitative par le biais d’observations et d’entretiens avec ses informateurs philippins. L’immigration a été un problème national. Elle fait ainsi état des débats au fil des années qu’ont suscité aux Philippines ces exportations de main-d’œuvre qualifiée, en particulier celle des travailleurs médicaux, notamment en termes de sécurité, de fuite des cerveaux et de politique relative aux migrants. L’auteur examine ensuite les facteurs historiques conduisant à la convergence des migrants passés et présents à Singapour. Elle analyse la question des inégalités régionales en référence aux développements politiques des années 1980 et 1990, où les valeurs asiatiques ont été intégrées au discours politico-idéologique qui a influencé les politiques des dirigeants de l’ASEAN tels que Lee Kuan Yew, Mahathir et Aquino. Ces politiques de visas, valeurs de citoyenneté, religion et lieux de travail ont toutes eu un impact sur les infirmières aux Philippines et sur le travail à l’étranger.

10Petit bémol : le travail d’Amrith aurait gagné en exhaustivité si elle avait donné la parole aux patients pour leur demander leur avis sur la présence de personnel soignant philippin et sur la qualité de leurs soins. L’auteure évoque parfois au fil de sa narration, mais de façon trop anecdotique, les liens affectifs ou les relations extra-professionnelles qui peuvent se créer entre soignants philippins et patients singapouriens.

11Pour conclure, la lecture de cet ouvrage est vivement recommandée aux employeurs et décideurs politiques philippins, aux Philippins cherchant à travailler à l’étranger et à tous ceux qui travaillent dans le secteur médical, ainsi qu’aux chercheurs en études asiatiques qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur le care et les migrations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Husson, « Megha Amrith, Caring for Strangers. Filipino Medical Workers in Asia », Moussons [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4727

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Anthropologue et géographe, chargée de recherche au CNRS, Aix Marseille Univ, CNRS, IRASIA UMR 7306, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page