Navigation – Plan du site
In memoriam

Notre maître, l’historien Phan Huy Lê (1934-2018)

Nguyễn Văn Khánh
p. 13-15

Texte intégral

1Le professeur Phan Huy Lê est né le 23 février 1934 dans le village Thạch Châu (province Hà Tĩnh, Vietnam) dans une famille de tradition lettrée avec des illustres noms comme l’encyclopédiste Phan Huy Chú du côté paternel et Cao Xuân Dục du côté maternel.

2Élève intelligent et assidu, Phan Huy Lê fut admis en 1951 à l’âge de 17 ans à l’École préparatoire de Thanh Hoa, puis à l’École normale supérieure de Hanoi pour faire ses études d’histoire et de géographie.

3À sa sortie de cette école prestigieuse, il fut nommé enseignant au département d’histoire de l’Université du Vietnam à Hanoi (Đại học Tổng hợp Hà Nội), l’héritière de l’Université d’Indochine. Au contact des grandes figures intellectuelles comme les professeurs Trần Văn Giàu et Đào Duy Anh, le jeune enseignant entreprit de grands chantiers de recherche.

4Depuis ses premiers travaux jusqu’à son décès, le professeur Phan Huy Lê accomplit pendant soixante ans un brillant parcours de recherche et d’enseignement. Avec ses collègues Đinh Xuân Lâm, Hà Văn Tấn et Trần Quốc Vượng, il fut partie du fameux Tứ Trụ, les quatre piliers qui a contribué d’une façon décisive au développement de l’université vietnamienne.

5Le professeur Phan Huy Lê est l’un de ces arbres géants qui ont marqué l’histoire contemporaine du Viêt Nam par ses travaux de recherche dans des domaines très variés de la recherche historique couvrant l’histoire économique, politique, mais aussi culturelle. Ses premières recherches portant sur le régime foncier et l’économie agricole pendant la dynastie Lê postérieure (xve-xviiie siècles), publiées en 1959 à l’âge 25 ans, sont toujours considérées comme ouvrage de référence pour les études de l’histoire foncière et l’économie rurale du Vietnam. Depuis ces deux dernières décennies, ces travaux nourrissent, théoriquement et méthodologiquement, de nouvelles recherches permettant d’étudier, à travers le système foncier, toute la société vietnamienne ancienne, et ce à partir des fonds nouvellement découverts d’archives et sources documentaires, notamment les cadastres.

6Parmi ses nombreux travaux, il convient de mentionner le projet national de l’histoire du Nam Bộ, Sud Viêt Nam, dont le professeur Phan Huy Lê fut le maître d’œuvre et l’organisateur. Ce projet avait pour objectif de mettre à jour des nouvelles données relatives à la formation géopolitique du Sud, mais également d’établir les conclusions claires sur les bases scientifiquement validées sur l’évolution de cette région et sa place dans l’histoire du Viêt Nam.

7Ces dernières années, le professeur Phan Huy Lê s’est vu confié par le gouvernement vietnamien la lourde tâche de diriger et de coordonner la rédaction d’un grand ouvrage collectif, Lịch sử Việt Nam (Histoire du Vietnam) en 25 volumes. Connu sous le nom de Quốc Sử (Histoire nationale), ce projet ambitieux vise la synthèse de l’histoire du Viêt Nam jamais encore réalisée depuis la fondation de la République socialiste du Viêt Nam (RSVN).

8Pédagogue exemplaire et maître respecté, le professeur Phan Huy Lê a joué un rôle éminent dans la formation des générations successives d’historiens vietnamiens, exerçant une influence décisive tant sur le plan professionnel que personnel. En tant qu’enseignant à l’Université du Vietnam à Hanoi, il a fait bénéficier de ses connaissances à un très grand nombre d’étudiants, mais également à des responsables de l’État et de régions. À ses yeux, les compétences d’un scientifique doivent aller de pair avec l’humanisme, une grande empathie et une écoute attentive des autres, qu’ils soient pairs ou disciples.

9Chez le professeur Phan Huy Lê, la perspicacité fait un tout avec l’ouverture d’esprit. Grâce à son engagement, de nouvelles disciplines au sein de l’Université du Vietnam à Hanoi dont les Études orientales qui forment actuellement un grand nombre d’étudiants en langues et civilisation de pays d’Asie. Il fut également le fondateur et directeur du Centre international de recherche sur le Vietnam (aujourd’hui Institut de vietnamologie et de développement [Viện Việt Nam học và khoa học phát triển]). Dans le cadre de cet institut, le professeur Phan Huy Lê a joué un rôle clé dans la mise en œuvre de la coopération scientifique avec l’étranger lorsque le Vietnam a choisi en 1986 la voie du renouveau et de l’intégration internationale.

10Parallèlement à sa contribution à la fusion d’universités pour fonder l’Université nationale du Vietnam à Hanoi, le plus grand centre universitaire du pays, le professeur Phan Huy Lê s’est investi dans l’élaboration d’une politique nationale cohérente de l’éducation grâce à sa présence au sein de multiples institutions au plus haut niveau tels que le Comité de théorique ou le Conseil du patrimoine national. Grâce à ses compétences en tatn qu’historien, il a joué un rôle essentiel dans les dossiers présentés à l’Unesco pour l’inscription sur la liste du patrimoine mondiale : la vieille ville de Hội An, l’ancienne capitale de la dynastie des Hồ, et surtout Thăng Long-Hanoi, ancienne capitale vietnamienne, lors de son millénaire en 2010.

11Il faut également souligner que le professeur Phan Huy Lê jouissait d’une excellente image de marque inspirant respect et confiance des pairs dans la communauté scientifique internationale, comme le témoignent de nombreuses récompenses dont le prix Fukuoka (Japon) et son intégration comme membre étranger de l’Académie des Inscription et des Belles Lettres. Les chercheurs étrangers visitant le Vietnam n’oublieront jamais cet érudit à la fois chaleureux et mesuré, compréhensif sans jamais être complaisant.

12Descendant d’une lignée d’illustres lettrés et mandarins, Phan Huy Lê a été formé sous le nouveau régime issu de la révolution. Il a servi son pays et son peuple avec l’intelligence, la vertu et la foi d’un communiste, d’un historien et intellectuel engagé. Le Prix Hồ Chí Minh, la plus haute récompense du gouvernement vietnamien, lui a été décerné pour ses contributions scientifiques. Quelques mois avant son décès, il a encore participé à une délégation pour visiter des îles de l’archipel Trường Sa, affirmant ainsi sa conviction de l’importance, pour un chercheur, d’être en phase avec son peuple.

13Sa mort survint au moment où il avait encore un grand nombre de chantiers en cours dont celui de la grande Histoire nationale du Vietnam. Sa disparition provoque une béance dans les recherches historiques vietnamiennes et le deuil inconsolable à ses nombreux collègues et ses élèves. En adressant nos condoléances les plus sincères à sa famille, espérons que ses espérances et ses idéaux continuent à vivre dans chacun d’entre nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nguyễn Văn Khánh, « Notre maître, l’historien Phan Huy Lê (1934-2018) », Moussons, 32 | 2018, 13-15.

Référence électronique

Nguyễn Văn Khánh, « Notre maître, l’historien Phan Huy Lê (1934-2018) », Moussons [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4754 ; DOI : 10.4000/moussons.4754

Haut de page

Auteur

Nguyễn Văn Khánh

Professeur, Ancien recteur de l’Université des sciences sociales et humaines, Université nationale du Vietnam à Hanoi.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page