Navigation – Plan du site
In memoriam

Phan Huy Lê (1934-2018) et l’IRSEA

Trinh Van Thao
p. 17-19

Texte intégral

1De mes nombreux souvenirs glanés au cours de mes rencontres avec le professeur Phan Huy Lê, j’aimerais conserver ces quelques fragments d’un entretien qu’il m’avait accordé au cours d’une mission au Viêt Nam dans le cadre d’échanges scientifiques entre notre université et celle d’Hanoi (Trinh Van Thao 2004).

2C’était le temps du Đổi Mới, renouveau, vingt ans après la fin de la guerre du Viêt Nam. Une conjoncture favorable pour entamer le dialogue puis les échanges avec ce pays. Le Viêt Nam comme le monde entier souhaite alors tourner la page pour regarder vers l’avenir et construire enfin une paix durable à peine troublée par les conflits frontaliers dans le nord contre la Chine et au sud contre les Khmers rouges de Polpot.

3C’est dans ce contexte qu’est né le projet de création de l’IRSEA rendue possible par l’installation des Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence et le prestigieux « vivier d’historiens » qui ont fait la gloire de l’université d’Aix-en-Provence (Georges Duby, Agulhon, Miege, pour ne citer que ceux-là). C’est de cette fusion entre un laboratoire parisien délocalisé, un département réputé et des hommes (je pense à l’ethnologue Georges Condominas) qu’est né en 1993 l’IRSEA, Institut de recherche sur le Sud-Est asiatique, aujourd’hui Institut de recherches asiatiques, IrAsia (UMR 7306, CNRS-AMU). Je faisais partie, avec Charles Fourniau, de la première génération de chercheurs de ce nouveau centre dédié aux recherches asiatiques.

4Ce fut le terrain de la coopération entre les spécialistes « indochinois » (dont je ne faisais pas partie puisque venu de la « galaxie » althusserienne) de France et du Viêt Nam et c’est en tant que membre du laboratoire aixois IRSEA que j’entamai l’aventure vietnamienne dans les années 1990.

5Des fragments de l’entretien enregistré au domicile du professeur Phan Huy Lê en 1995, je retiens cet étrange rituel de relève entre les trois premières générations d’historiens qui se sont succédé à l’Université de Hanoi : les maîtres issus généralement de l’ancienne Université d’Indochine (française), leurs disciples de la guerre de résistance (1945-1954) et leurs étudiants de l’après-guerre contre les Etats-Unis :

Les étudiants étaient, c’est là leur chance, en petit nombre (entre 50 et 60) concentrés dans la section Lettres-Histoire et Géographie (Văn-Sử-Địa). Parmi le corps professoral, certains étaient déjà connus des étudiants dans les zones libérées : MM. Đặng Thai Mai, Cao Xuân Huy, Nguyễn Mạnh Tường, Đào Duy Anh… d’autres vont les rejoindre comme Trần Đức Thảo. Il s’agit des hommes d’érudition, des hommes de sciences qui avaient marqué profondément ceux de (ma) génération.

[…] en résumé, l’influence de ces maîtres est déterminante pour notre promotion. À la sortie […], la plupart d’entre nous étaient retenus pour enseigner à l’université. Mieux encore, les influences positives reçues des maîtres se transmettent aux générations suivantes tout au long de nos carrières d’enseignant. Il faut reconnaître toutefois qu’en ce qui concerne la génération qui nous succède, si elle bénéficiait des conditions d’études meilleures, la qualité laisse un peu à désirer. Dans le lot, seuls quatre ou cinq éléments d’excellence pourraient prendre la relève pour la simple raison qu’ils ont été guidés avec soin et ont eu la chance de continuer leurs études à l’étranger au lieu de subir les brimades de la part des enseignants soucieux de conserver l’orthodoxie et l’esprit des institutions.

6Dès lors, le message du professeur est clair : la résurrection de l’Université nationale renaissante est maintenant passe par la lutte contre l’orthodoxie (marxiste léniniste) et la bureaucratisation de l’enseignement supérieur qui empêchait une véritable interdisciplinarité. Bref, faire en sorte que l’histoire cesse d’être un appareil idéologique au service de l’Etat-parti pour se libérer des contraintes idéologiques.

7Ainsi s’éclaire la démarche du professeur dans sa quête d’ouverture, et l’IRSEA contribua, à son échelle et avec ses moyens, à la promotion des projets de recherche et d’échange franco-vietnamiens : mise en place du projet d’analyse informatique (AFC) du corpus des chartes communales, hương ước, dont l’importance est soulignée par les pionniers de l’ethnologie tels que Nguyễn Đức Nghinh et Nguyễn Từ Chi (mission R. Establet-M. Dendani à Hanoi pour initier nos collègues de l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences sociales du Viêt Nam à l’analyse factorielle des données).

8Avec son seul rayonnement scientifique et son charisme, le professeur Phan Huy Lê a joué un rôle déterminant dans la décolonisation de l’histoire contemporaine du Viêt Nam en élargissant ses investigations au-delà de la monarchie des Nguyen (xixe siècle) et privilégiant avec son collègue Hà Văn Tấn les études du terrain via les monographies de l’ancienne capitale des Lê (xve-xviiie siècles).

9J’ai tenté de faire l’inventaire de son œuvre en commentant son « livre-testament » Lịch sử và văn hóa Việt Nam. Tiếp cận bộ phận (Histoire du Vietnam. Approches partielles) publié en 2007 à Hanoi, dans l’ouvrage collectif Phan Huy Lê. Nhân cách sử học (Phan Huy Lê, une éthique d’historien) publié à Hanoi en 2014 en guise d’hommage à l’occasion de ses quatre-vingts ans.

10Souvenirs…

11Aix, automne 2018.

Haut de page

Bibliographie

TRINH, Van Thao, 2004, Les compagnons de route de Ho Chi Minh, Paris : Karthala.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Trinh Van Thao, « Phan Huy Lê (1934-2018) et l’IRSEA », Moussons, 32 | 2018, 17-19.

Référence électronique

Trinh Van Thao, « Phan Huy Lê (1934-2018) et l’IRSEA », Moussons [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4767 ; DOI : 10.4000/moussons.4767

Haut de page

Auteur

Trinh Van Thao

Professeur émérite Aix-Marseille Université.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page