Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2NotesManila, Metro Manila. Une introdu...

Notes

Manila, Metro Manila. Une introduction bibliographique

Xavier Huetz de Lemps et Jean Baffie

Texte intégral

  • 1 Sixth International Philippine Studies Conference, « Turns of the Centuries : The Philippines in 19 (...)

1Aujourd’hui, environ un Philippin sur six vit dans Metro Manila, la mégapole de Manille (contre seulement environ 5 % en 1903), qui rassemble 40 % de la population urbaine totale de la République des Philippines (contre 26 % en 1903 et 30 % en 1960), réalise un tiers du produit national brut et reçoit 70 % des biens importés (Pernia 1976 : 11 ; Van Naerssen et al. 1996 : 168 ; Stinner & Bacol-Montilla 1981 : 5). On pourrait ainsi multiplier les indicateurs de la primauté de Manille. Or cette introduction bibliographique est née d’un constat : Manille est loin d’occuper dans la production scientifique une part équivalente à son « poids » réel dans la nation philippine. Prenons un exemple. En juillet 2000, s’est tenue à Manille la Sixième Conférence Internationale d’Études Philippines. Sur un total de 151 communications, seulement huit portaient uniquement sur Metro Manila et deux autres en grande partie sur elle ; aucun panel n’était consacré à Metro Manila1. Si l’importance et la qualité des études rurales ou régionales menées dans les années 1970-1980, le rejet plus ou moins explicite de la polarisation et de la centralisation métropolitaines, l’abondance des sources disponibles pour l’étude du passé autant que le gigantisme ou la complexité de l’agglomération d’aujourd’hui, qui découragent le chercheur, sont autant de « bonnes » raisons pour expliquer la modestie relative des études sur Manille, le décalage reste néanmoins frappant.

  • 2 Les références de tous les travaux cités dans le texte sont reproduites dans la liste bibliographiq (...)

2La bibliographie commentée proposée ici n’a évidemment pas la prétention d’être exhaustive. Nous nous limitons à quelques travaux particulièrement importants, utiles par leur bibliographie, ou d’accès plus aisé2. Certains thèmes ont été délibérément écartés, qui pourraient faire l’objet de bibliographies complémentaires, comme les minorités (la minorité chinoise en particulier), l’économie urbaine, le tourisme ou les fêtes. Enfin, certains titres ont pu nous échapper du fait de la dispersion des publications et de l’absence de synthèses. Ce travail a pour seule ambition d’être une introduction bibliographique et, peut-être, de faire naître des vocations.

Manille, ville coloniale

3L’histoire de Manille ne commence pas avec l’installation des Espagnols à l’embouchure du fleuve Pasig, en 1571, mais le passé préhispanique du comptoir musulman de Maynila reste mal connu. Les sources écrites sont liées à la conquête coloniale et sont donc tardives. Si les découvertes archéologiques ont confirmé l’insertion de Manille et de sa région dans les circuits d’échange de l’Asie du sud-est, les zones d’ombre restent nombreuses (Fox & Legaspi 1977 ; Peralta & Salazar 1974).

La période hispanique

4En revanche, la documentation est très abondante pour la période de domination espagnole. Pour partie, ces documents, en particulier pour les deux premiers siècles, ont été édités dans des recueils. Le plus célèbre d’entre eux est celui d’Emma Blair et James Robertson (1903-1909), qui ont traduit en anglais une masse considérable (cinquante-cinq volumes) de sources de première importance. Tout récemment (1999), la Fundación Histórica Tavera (Madrid) a édité un cédérom intitulé Obras clásicas para la historia de Manila. Les choix de l’éditrice, María Dolores Elizalde, sont discutables (aucune des sources imprimées réunies ne concerne spécifiquement la ville de Manille et le xixe siècle est privilégié), mais les vingt-deux ouvrages reproduits constituent une solide base de données. On peut la compléter avec un autre cédérom de la même collection, Obras clásicas para la historia de Filipinas (sources réunies par Antonio Molina, 1998). Les fouilles archéologiques réalisées dans le cœur historique de Manille (Intramuros) et, en particulier, dans les enceintes et les fossés ont donné des résultats intéressants (Gatbonton 1985 ; Dizon 1994 : 22-34 ; Baustista & De la Torre 1994 : 35-50). Enfin, de nombreux plans anciens de Manille sont facilement accessibles (Planos 1951 ; Servicio 1996 ; Quirino 1971).

  • 3 Nous n’avons pas la place d’évoquer l’abondante bibliographie concernant le galion de Manille. Pour (...)
  • 4 Ces deux ouvrages ont d’abord été publiés en anglais à Iloilo City sous la forme de trois numéros d (...)

5La ville à l’époque du galion de Manille (de la fin du xvie siècle au début du xixe siècle)3 a fait l’objet de plusieurs études. Les travaux de l’historienne espagnole María Lourdes Díaz-Trechuelo, en particulier sa thèse Arquitectura española en Filipinas, 1565-1800 (1959), bien qu’anciens et reposant sur une conception assez peu problématisée de l’histoire urbaine, restent cependant très utiles. Les deux volumes du Père Luis Merino, El Cabildo Secular : aspectos fundacionales y administrativos (1983) et Arquitectura y urbanismo en el siglo xix : introducción general y monografías (1987)4, sont d’une précision remarquable, mais la multiplicité des détails et des annexes en rend parfois la lecture difficile. Plus récemment, en 1997, Inmaculada Alva Rodríguez a publié une remarquable Vida municipal en Manila (Siglos xvi-xvii). À l’aide de documents, pour la plupart inédits, des Archives des Indes (Séville), elle a patiemment reconstruit l’histoire de Manille au cours du xviie siècle, un siècle jusque-là très mal connu. Les nombreux travaux du géographe Robert R. Reed, reposant principalement sur des sources publiées, sont irremplaçables car ils replacent l’histoire de Manille dans le cadre plus large de l’urbanisation de l’archipel et de la colonisation européenne en Asie du sud-est à l’époque moderne. L’article classique d’un autre géographe américain, Daniel F. Doeppers, complète les travaux de Reed sur la mise en place du réseau urbain philippin pendant la période coloniale espagnole (Doeppers 1972).

  • 5 À titre d’exemples, on peut citer les articles d’O. Demeulenaere (1975) et de M. Foronda (1986).

6L’histoire de Manille au xixe siècle a fait l’objet de deux thèses en français. L’historienne philippine Maria-Luisa T. Camagay a mis à profit les archives françaises et les sources imprimées pour Le développement urbain de Manille au xixe siècle (1992). Grâce à des dépouillements complémentaires aux Archives nationales des Philippines, cette thèse a été prolongée par d’intéressantes études d’histoire sociale et d’histoire des femmes (Camagay 1995). La seconde, de Xavier Huetz de Lemps (1994), Manille au xixe siècle : croissance et aménagement d’une ville coloniale (1815-1898), fondée sur d’importants dépouillements des archives philippines et espagnoles, a donné lieu à une série d’articles (Huetz de Lemps 1998a/b, 2000) et sera publiée dans une version réduite. Les récits de voyages, plus abondants au xixe siècle, ont constitué une base documentaire facile d’accès pour un nombre considérable d’historiens, souvent sans véritable effort de critique des sources5.

7Pour ce qui est de l’architecture coloniale, l’excellent ouvrage de Zialcita et Tinio, Philippine Ancestral Houses (1810-1930), ne porte pas spécifiquement sur Manille mais sa lecture est indispensable pour toute étude de l’architecture privée. Le manuel de Winand Klassen, Architecture in the Philippines, comporte d’intéressantes pages sur l’architecture publique des périodes coloniales espagnole et américaine.

8Deux ouvrages, enfin, abordent l’ensemble de la période coloniale espagnole. Le célèbre Intramuros de Manila de 1571 hasta su destrucción en 1945 de l’ancien ambassadeur d’Espagne aux Philippines, Pedro Ortiz Armengol, a permis de se rendre compte de l’ampleur du désastre patrimonial intervenu en 1945, lorsque la quasi-totalité des bâtiments coloniaux a été rasée lors de la reconquête de la ville par les Américains. Ce livre, bien illustré, a été largement réutilisé par les travaux ultérieurs sur le vieux Manille et, trente ans après sa parution, il reste une des meilleures bases documentaires sur l’Intramuros. Enfin, un catalogue d’exposition, Manila 1571-1898. Occidente en Oriente (1998), bien que magnifiquement illustré, offre, en accompagnement des reproductions, des contributions inégales et pas toujours en étroite relation avec le sujet.

La période coloniale américaine

9Bien qu’elle soit plus récente et que les sources en anglais soient abondantes, la période coloniale américaine demeure, paradoxalement, assez mal connue. C’est l’histoire sociale de Manille qui a été le mieux défrichée, grâce à l’ouvrage de Doeppers, Manila 1900-1941. Social Change in a Late Colonial Metropolis (1984). Ce spécialiste de géographie sociale et historique de l’Université du Wisconsin à Madison démontre, chiffres à l’appui, qu’à l’époque américaine la société indigène philippine devint plus fluide et la promotion sociale plus aisée, par l’émergence d’une bureaucratie moderne et grâce au développement global de l’économie urbaine. Si Doeppers semble avoir sous-estimé le rôle de la minorité chinoise urbaine, le récent ouvrage de Wong Kwok-chu (1999), The Chinese in the Philippine Economy, 1898-1941, vient heureusement combler cette lacune.

10L’histoire des aménagements urbains et des premiers plans d’urbanisme et l’histoire de la municipalité n’ont pas encore reçu toute l’attention qu’elles méritent. L’intéressante thèse d’Ileana Maramag soutenue à l’Université des Philippines, An Urban History of Manila, 1898-1934 (1988) est restée inédite à notre connaissance. Le plan directeur dessiné pour Manille par le célèbre urbaniste américain Daniel H. Burnham en 1905 mérite sans doute mieux que le seul article de Hines (1972), quelle qu’en soit par ailleurs la qualité.

L’absence de grandes synthèses

  • 6 Cette collection « Images of Asia », publiée à Singapour par Oxford University Press, comprend égal (...)

11Les évocations nostalgiques du vieux Manille sont légion, des brochures vendues aux visiteurs aux luxueux coffee-table books (Cordero-Fernando et al. 1978 ; Ira & Medina 1977 ; Laya & Gatbonton 1983 ; De la Torre 1981). En revanche, les grandes synthèses sur l’histoire de Manille sont peu nombreuses et il n’existe pas pour Manille l’équivalent, par exemple, du Jakarta. A History de Susan Abeyasekere (1987). En 1990, Nick Joaquin, journaliste et auteur à succès, a publié une histoire populaire de Manille, Manila, My Manila, A History for the Young, développant en 236 pages une succession de courts récits sur les différents épisodes importants de l’histoire de Manille, de la période préhispanique à l’époque de Corazon Aquino. Malgré une documentation intéressante et une excellente connaissance de l’histoire de Manille, l’appareil critique est totalement absent. Le Old Manila de Zaragoza (1990) 6, qui tient de la vulgarisation scientifique, de l’album richement illustré et du guide de voyage, est trop bref (45 pages de texte) pour être autre chose qu’une introduction à l’histoire du seul centre historique, l’Intramuros. La synthèse de Foronda et Bascara, Manila (1992), a le mérite d’embrasser l’ensemble de l’histoire de Manille mais, dans ce récit chronologique très classique, les grands traits de l’histoire urbaine n’apparaissent pas clairement et, trop souvent, l’histoire de Manille tend à devenir celle des Philippines dans leur ensemble et vice versa.

Metro Manila, métropole d’un état en développement

12Le demi-siècle qui a suivi l’indépendance des Philippines est marqué par un spectaculaire changement d’échelle, même si les phénomènes s’enracinent souvent profondément dans la période coloniale. L’explosion de la population urbaine et l’extension considérable de l’agglomération sont les deux faits marquants d’une période qui n’est malheureusement pas close. Le Grand Manille a en effet connu une progression fulgurante : la ville comptait 1840000 habitants en 1957, près de cinq millions en 1975, près de six millions en 1980 et près de huit millions au recensement de 1990. Aujourd’hui, la population est estimée à environ dix millions d’habitants, mais, de toute façon, les limites administratives de la région métropolitaine ne correspondent plus aux limites réelles de l’agglomération (Van Naerssen et al. 1996 : 184). Le Grand Manille gagne chaque année environ 100000 habitants du fait de la croissance naturelle et environ 100000 nouveaux immigrants viennent s’entasser dans les quartiers pauvres. À peine inaugurées, les nouvelles infrastructures (transports, sécurité, santé, logement) sont débordées. L’accumulation des hommes, des activités et des véhicules entraîne une pollution de l’air et de l’eau qui, dans certains quartiers, atteint les limites du supportable.

13Dans le même temps, les insuffisances et les fluctuations de la croissance économique, la très inégale répartition des richesses au sein de la société et l’inadéquation des moyens politiques et financiers mis au service de la gestion de la croissance ont entraîné de très profonds déséquilibres sociaux. Les bidonvilles, les taudis et les squatters sont partout présents et voisinent avec les symboles de la réussite économique d’une partie de la population, comme Makati ou les centres commerciaux ultra-modernes (Araneta Center à Cubao ou Megamall à Mandaluyong, par exemple). Le constat alarmiste de cette fracture sociale et de cette dégradation globale de l’environnement a donné lieu à une production scientifique considérable, dont nous ne pouvons présenter ici qu’une petite partie.

La ville des slums et des pauvres

  • 7 Source : Agence France Presse. Voir « Housing Shortage targeted by Ramos », Business Day (Bangkok), (...)
  • 8 Pour les ouvrages publiés jusqu’au début des années 1980, on peut consulter la bibliographie établi (...)

14La pauvreté est une constante de la société urbaine philippine. De fait, on peut considérer que la pauvreté affecte environ 40 % de la population et le taux de chômage atteint environ 30 % (Van Naerssen et al. 1996 : 168 ; Ocampo 1995 : 287). On estime qu’entre le tiers et le quart des dix millions d’habitants de l’aire métropolitaine sont des squatters et ce pourcentage ne cesse de progresser7. Les incendies, les inondations ou les glissements de terrain frappent régulièrement ces quartiers sous-intégrés dont Smokey Mountain (Tondo) puis Payatas (Quezon City) sont les tristes symboles (Abad 1991 ; Brillantes 1991). Il n’étonnera donc personne que la production scientifique sur les problèmes du logement, des slums et des urban poor ait été et soit particulièrement abondante. Comme dans toutes les métropoles des pays en développement, ce thème a été un véritable carrefour disciplinaire où sociologues, anthropologues, géographes, juristes, urbanistes et économistes ont confronté leurs approches et leurs solutions8.

  • 9 Le International Development Research Centre, créé en 1970 par le parlement canadien, a son siège à (...)
  • 10 Voir Laquian 1971 et 1979. L’ouvrage publié sous sa direction en 1971, Rural-Urban Migrants and ­Me (...)

15Dès 1955, le sujet des squatters de Manille est abordé dans un bref article de Fe Rodriguez-Arcinas dans le Philippine Sociological Review, mais c’est seulement en 1969 que parut l’ouvrage d’Aprodicio Laquian, Slums are for People. The Barrio Magsaysay Pilot Project in Urban Community Development, devenu un grand classique plusieurs fois réédité. Fonctionnaire d’un centre de développement communautaire et parvenu au terme d’une recherche ayant pour but l’évaluation d’un projet de développement, Laquian tenta de réhabiliter les slums, allant jusqu’à proposer que les autorités planifient elles-mêmes de nouveaux slums. Devenu un des grands spécialistes mondiaux des études de bidonvilles, il fit une grande partie de sa carrière hors des Philippines comme consultant des Nations Unies, expert à l’East-West Center d’Honolulu, directeur de recherche à l’International Association for Metropolitan Research and Development (INTERMET) de Toronto, puis directeur de projet au Centre de Recherche International pour le Développement9, et est l’auteur d’autres ouvrages et articles moins connus sur des sujets divers, toujours liés au problème du logement des plus pauvres10.

16L’autre grand nom des études urbaines aux Philippines depuis le début des années 1970 est celui de Mary Hollnsteiner, spécialiste d’anthropologie urbaine (alors que Laquian a une formation en administration publique et en science politique). Étudiante de l’anthropologue jésuite américain, Frank Lynch, elle devint sa collègue à l’Institute of Philippine Culture (Ateneo de Manila), dont elle prit ensuite la direction. Dans les années 1970, elle fit des recherches sur les slums de Manille et la pauvreté en milieu urbain (Hollnsteiner 1973a/b/c ; Hollnsteiner & Lopez 1976). Elle avait auparavant publié un article de synthèse (1969) qui, au-delà des données chiffrées, n’a guère perdu de son actualité. Enfin, l’ouvrage de Felipe Landa Jocano, Slum as a Way of Life, est resté célèbre pour sa conclusion à l’issue de trois ans d’observation dans un slum de Santa Ana : « Happiness is possible in a slum… » (Jocano 1975 : 196-97). Récemment, l’Allemand Erhard Berner (1997), renouant par l’étude de cinq squatters areas de Metro Manila avec la tradition des grandes enquêtes de terrain, a montré, d’une part, combien ces communautés de pauvres sont diverses et, d’autre part, combien les liens communautaires et identitaires qui les unissent sont forts et permettent dans une certaine mesure d’oublier la misère du cadre de vie.

17L’inefficacité chronique des politiques de logement social, dont la preuve flagrante sont les régulières (et inefficaces) opérations de destruction des zones d’habitat illégal de la période Marcos, puis des périodes Aquino et Ramos, a fait l’objet de nombreux travaux (par exemple, Van Naerssen 1993) et s’explique, au-delà des aspects techniques ou financiers, par le manque de volonté politique et l’égoïsme de l’oligarchie dirigeante, quelle que soit l’équipe au pouvoir (Storey 1998 ; Rebullida et al. 1999). La prolifération des organisations non-gouvernementales et les espoirs mis en elles ne seraient qu’une preuve de plus de cet échec de l’État (Clarke 1998). L’ouvrage de J. McAndrew (1994), portant sur des municipalités de la province de Cavite, dans l’arrière-pays de Metro Manila, décrit des processus, des mécanismes et des tensions de la péri-urbanisation qui sont valables pour d’autres marges de l’aire métropolitaine et sont intimement liés à l’extension constante de celle-ci.

Émergence de l’aire métropolitaine et gouvernance urbaine

  • 11 À notre connaissance, aucun historien ne s’est penché sur le magnifique sujet de la destruction de (...)
  • 12 Manila, Quezon City, Caloocan et Pasay.
  • 13 Makati, Mandaluyong, Pasig, Valenzuela, Parañaque, Las Piñas, Marikina, Muntinlupa, Taguig, Malabon (...)
  • 14 En 1986, la Metro Manila Commission a été remplacée par une Metropolitan Manila Authority, moins ce (...)

18La très forte croissance démographique et spatiale de l’agglomération depuis la Seconde Guerre mondiale a rendu obsolètes les structures municipales héritées de la période coloniale11. De nouvelles structures de gestion et de planification de l’aire métropolitaine ont été graduellement créées, mais le décalage entre leur émergence et les réalités de la croissance urbaine est malheureusement criant et la coordination entre des territoires administratifs de statuts très divers demeure problématique. Il a fallu attendre 1975 pour qu’un gouvernement métropolitain cohérent, la Metro Manila Commission, voie le jour, avec Imelda Marcos comme premier ­gouverneur, et tente de faire fonctionner les quatre cities12 et les treize municipalities13 de la National Capital Region (636 km2)14.

  • 15 Voir aussi Department of History 1974.

19Plusieurs ouvrages assez anciens permettent de retracer l’histoire de l’émergence de ces structures. Dès les années 1960, Laquian, reprenant sa thèse de doctorat (1965), avait publié The City in Nation Building. Politics and Administration in Metropolitan Manila (1966), le livre qui le fit connaître. The Origins of Metropolitan Manila. A Political and Social Analysis, la synthèse de Manuel Caoili, qui enseigna l’administration publique à l’Université des Philippines entre 1961 et 1987, reste très utile, en particulier pour sa très complète bibliographie15. Les cadres classiques de l’analyse géographique de la ville ne suffisent plus pour décrire et comprendre le phénomène urbain dans une mégapole comme Metro Manila, qui déborde largement ses limites juridiques. Il faut désormais appliquer à la métropole philippine les nouveaux concepts de métropolisation (en français) ou de mega-urbanization (en anglais). En 1990, le lancement du projet de développement régional CALABARZON (Cavite-Laguna-Batangas-Rizal-Quezon) a permis de ne plus se focaliser sur les limites classiques de l’agglomération et de planifier la croissance métropolitaine dans une région urbaine plus vaste, même si le projet est avant tout un programme de développement industriel. Divers travaux (ceux de J. Rüland, de Van Naerssen et al. 1996, ou de Romeo Ocampo 1995) soulignent bien les difficultés de la construction d’instruments politiques et administratifs capables de relever les défis de la métropolisation.

20Certaines des unités territoriales constitutives de l’aire métropolitaine disposent d’un site web, ce qui est d’ailleurs symptomatique du manque de coordination entre elles. Celui de la Metropolitan Manila Development Authority (http://www.mmda.gov.ph) ne présente pas un grand intérêt. Les sites de la ville de Manille (http://www.maynila.8m.com), de Quezon City (http://www.geocities.com/​Capitolhill/​9477), de Makati (http://www.makati.gov.ph) et de Marikina (http ://www.marikina.com.ph) contiennent le même type d’informations : un historique succinct et plus ou moins fiable ; des données statistiques souvent très intéressantes sur la population, l’économie, la société, l’enseignement ou la santé ; des informations sur la vie culturelle et, enfin des renseignements pratiques sur les transports ou les télécommunications. Ces sites sont fortement personnalisés (photographies, messages du maire, etc.).

  • 16 Le livre de Neveu et Mangin (1996) est représentatif des qualités et des défauts de ce type d’ouvra (...)
  • 17 En novembre 2000, le SURE a organisé une conférence internationale sur la maîtrise des mégapoles (« (...)

21En conclusion et comme nous l’avons dit pour l’histoire coloniale de Manille, on ne peut que regretter l’absence de grandes synthèses sur les problèmes actuels de la métropole. De nombreux et luxueux coffee-table books (Duldulao 1988 et 1993 ; Von Brevern 1985) ont été publiés sur Manille, mais ils n’intègrent pas ou peu les apports scientifiques et, trop souvent, ils se contentent d’ancrer un peu plus des stéréotypes ou de perpétuer des erreurs16. Les travaux des géographes, dont la discipline est particulièrement à même de synthétiser les apports de multiples disciplines, sont malheureusement anciens (Burley 1973 ; Denis 1986 ; Kolb 1978 ; Wernstedt & Spencer 1967). Pourtant, la récente création par la Far Eastern University (Manille) d’un Center for Studies on the Urban Environment (SURE) montre que les universitaires philippins ont pris conscience de l’importance d’étudier le passé, le présent et l’avenir de la mégapole philippine17.

Haut de page

Bibliographie

Abad, Ricardo G., 1991, « Squatting and Scavenging in Smokey Mountain », Philippine Studies, 39 (3) : 263-286.

Abeyasekere, Susan, 1987, Jakarta. A History, Singapour, Oxford University Press, 280 p.

Agoncillo, Teodoro A., 1975, « The Last Years of Intramuros », Archipelago, ii (23) : 15-22.

Aluit, Alfonso J., 1994, By Sword and Fire. The Destruction of Manila in World War II. 3 February – 3 March 1945, Makati, Bookmark, viii + 470 p.

Alva Rodríguez, Inmaculada, 1997, Vida municipal en Manila (Siglos xvi-xvii), Cordoue, Universidad de Córdoba, 437 p.

Amyot, Jacques, 1973, The Manila Chinese. Familism in the Philippine Environment, Quezon City, Institute of Philippine Culture Monographs, n° 2, Ateneo de Manila University, 170 p.

Ballesteros, Marife M., 2000, « The Urban Land and Real Estate in Metro Manila. A Socio-Economic Analysis », thèse de doctorat, Social Science, Université de Nimègue, Pays-Bas.

Bautista, Angel P., & Amalia A. de la Torre, 1994, « The Archaeological Impact Assessment Project of Three Historical Sites Within the Intramuros Walls », in Manila. Selected Papers of the Annual Conferences of the Manila Studies Association 1989-1993, B. Reyes Chuirchill (éd.), Manille, Manila Studies Association, Philippine National Historical Society, National Commission for Culture and the Arts, pp. 35-50.

Berner, Erhard, 1997, Defending a Place in the City. Localities and the Struggle for Urban Land in Metro Manila, Quezon City, Ateneo de Manila University Press, 1997, xx + 244p.

Blair, Emma Helen, & James Alexander Robertson, 1903-09, The Philippine Islands, 1493-1898, Cleveland, The Arthur H. Clark Co., 55 vols. [Réédité au début dans les années 1970 par Cacho Hermanos.]

Breese, Gerald (éd.), 1973, Urban South-East Asia. A Selected Bibliography of Accessible Research, Reports and Related Materials on Urbanism and Urbanization, New York, SEADAG, x + 166 p. [Sur les Philippines, voir pp. 72-87.]

Brevern, Marilies Von, 1985, Faces of Manila. Thirty Authentic Filipino Lifestories, Manille, publié par l’auteur, 191 p.

Brevern, Marilies Von, 1988, Once a Chinese, Always a Chinese ? The Chinese of Manila. Tradition and Change, Manille, Lyceum Press, vii + 201 p. [Recueil d’entretiens.]

Brillantes, Alex Bello, Jr., 1991, « National Politics Viewed from Smokey Mountain », in From Marcos to Aquino. Local Perspectives on Political Transition in the Philippines, Benedict J. Kerkvliet et Resil B. Mojares (éds.), Honolulu et Quezon City, University of Hawaii Press et Ateneo de Manila University Press, viii + 326 p., pp. 187-205.

Burley, T.M., 1973, The Philippines. An Economic and Social Geography, Londres, G. Bell and Sons, xii + 375p.

Callanta, Ruth S., 1988, Poverty. The Philippine Scenario, Manille, Bookmark, 145 p.

Camagay, Maria Luisa T., 1982, « Une ville coloniale espagnole en Asie du Sud-Est : Manille », Urbi, 6 : 65-70.

Camagay, Maria Luisa T., 1992a, Le développement urbain de Manille au xixe siècle, thèse de troisième cycle de l’EHESS, Paris, iv + 292 p.

Camagay, Maria Luisa T., 1992b, Kasaysayang panlipunan ng Maynila, 1765-1898, Quezon City, University of the Philippines Press, 244 p.

Camagay, Maria Luisa T., 1995, Working Women of Manila in the 19th. Century, Quezon City, University of the Philippine Press, x + 198 p.

Camagay, Maria Luisa T., s.d., Social History of Manila 1765-1898. An annotated bibliography, s.l., publié par l’auteur, avec le soutien de la Fondation Toyota, vi + 236 p.

Caoili, Manuel A., 1988, The Origins of Metropolitan Manila. A Political and Social Analysis, Quezon City, New Day Publishers, 280 p.

Clarke, Gerard, 1998, The Politics of NGOs in South-East Asia. Participation and Protest in the Philippines, Londres & New York, Routledge, xxxxii + 300 p.

Coller, Richard W., 1963 [1954], « The Urban Community », in Sociology in the Philippine Setting, Chester L. Hunt et al. (éds.), Quezon City, Phoenix Publishing House, 309 p., pp. 284-303.

Constantino, Letizia R., 1988, « The Housing Problem » et « Solving the Housing Problem », Education Forum-TAP, Issues without Tears. A Layman Manual of Current Issues, vii : 69-84.

Constantino-David, Karina, 1978, « Slums and Underdevelopment », in Trends in the Philippines II, M. Rajaretnam (éd.), Singapour, Singapore University Press, pp. 105-112. [Publié également dans le numéro spécial « The Urban Poor », Philippine Labor Review, 3 (1) : 29-37, 1978.]

Cordero-Fernando, Gilda, et al., 1978, Turn of the Century, Quezon City, Vera Reyes GCF Books, 264 p.

David, Randolf, 1977, « The Sociology of Poverty or the Poverty of Sociology ? A Brief Note on Urban Poverty Research », in Questioning Development in Southeast Asia, Nancy Chng (éd.), Singapour, Select Books et Southeast Asia Study Group, pp. 77-84.

Davies, C.J., 1978, Restructuring the Metropolis : The Case of Manila, Birmingham, Institute of Local Government Studies, University of Birmingham, 68 p.

Demeulenaere, Olivier, 1975, « Manille à la fin du xixe siècle vue par les voyageurs européens », Archipel, 9 : 43-55.

Denis, Jacques, 1986, « Urbanisation et développement en République des Philippines », Annales de Géographie, 531 : 587-615.

Department of History, 1974, Manila since Independence, Manille, National Historical Commission, iv + 117 p.

Díaz-Trechuelo, María Lourdes, 1959, Arquitectura española en Filipinas, 1565-1800, Séville, Escuela de Estudios Hispanoamericanos, 562 p., 83 planches.

Dizon, Eusebio Z., 1994, « The Archaeological Excavation at the Parian Site in Intramuros, Metro Manila », in Manila. Selected Papers of the Annual Conferences of the Manila Studies Association 1989-1993, B. Reyes Chuirchill (éd.), Manille, Manila Studies Association, Philippine ­National Historical Society, National Commission for Culture and the Arts, pp. 22-34.

Doeppers, Daniel F., 1972, « The Development of Philippine Cities before 1900 », Journal of Asian Studies, xxxi (4) : 769-792. [Repris dans Changing South-East Asian Cities : Readings on Urbanization, Y.M. Yeung & C.P. Lo (éds.), Singapour, Oxford University Press, 1976, pp. 28-44.]

Doeppers, Daniel F., 1984, Manila 1900-1941. Social Change in a Late Colonial Metropolis, Quezon City, Ateneo de Manila University Press, 194 p.

Doeppers, Daniel F., 1986, « Destination, Selection and Turnover Among Chinese Migrants to Philippine Cities in the Nineteenth Century », Journal of Historical Geography, XII (4) : 381-401.

Doeppers, Daniel F., 1991, « Metropolitan Manila in the Great Depression : Crisis for Whom ? », Journal of Asian Studies, l (3) : 511-535.

Doeppers, Daniel F., 1998, « Migration to Manila : Changing Gender Representation, Migration Field, and Urban Structure », « Migrants in Urban Labor Markets : The Social Stratification of Tondo and Sampaloc in the 1890s », « Evidence from the Grave : The Changing Social Composition of the Populations of Metropolitan Manila and Molo, Iloilo, during the Later Nineteenth Century », in Population and History. The Demographic Origins of the Modern ­Philippines, Daniel F. Doeppers & Peter Xenos (éds.), Quezon City, Ateneo de Manila University Press, xii + 431 p., pp. 139-179, 253-263, 265-277.

Duldulao, Manuel D., 1988, Images of Manila, Quezon City, Oro Books, 263 p.

Duldulao, Manuel D., 1993, Makati : A Vision of Tomorrow, Makati City, Japuzinni Publishing Division, 251 p.

Foronda, Marcelino A., 1986, Insigne y Siempre Leal : Essays of Spanish Manila, Manille, De La Salle University, History Department and the Research Center, 157 p.

Foronda, Marcelino A., Jr., & Cornelio R. Bascara, 1992, Manila, Madrid, Editorial MAPFRE, collection « Ciudades de Iberoamérica », 309 p.

Fox, Robert B., & Avelino Legaspi, 1977, Excavations at Sta. Ana, Manille, National Museum of the Philippines, 11 p.

Gatbonton, Esperanza Bunag, 1980, Intramuros. A Historical Guide, Manille, Intramuros Administration, 48 p.

Gatbonton, Esperanza Bunag, 1985, Bastión de San Diego, Manille, Intramuros Administration, x + 70 p.

Goldblum, Charles, 1987, Métropoles de l’Asie du Sud-Est. Stratégies urbaines et politiques du logement, Paris, L’Harmattan, collection « Villes et Entreprises », 276 p.

Hines, Thomas S., 1972, « The Imperial Façade : Daniel H. Burnham and American Architectural Planning in the Philippines », Pacific Historical Review, xli (1) : 33-53.

Hollnsteiner, Mary R., 1963, The Dynamics of Power in a Philippine Municipality, Quezon City, Community ­Development Research Council, 227 p.

Hollnsteiner, Mary R., 1969, « The urbanization of Metropolitan Manila », in Modernization. Its impact in the Philippines iv, Walden F. Bello & Alfonso de Guzman ii (éds.), IPC Papers n° 7, Institute of Philippine Culture, Ateneo de Manila, Quezon City, pp. 147-174.

Hollnsteiner, Mary R., 1973a, « Notes on Urbanization and Poverty in Asian Countries with Special Reference to the ­Philippines », in Effective Anti-Poverty Strategies, Bangkok, Atelier organisé par la ­Fondation Friedrich-Ebert, pp. 213-217.

Hollnsteiner, Mary R., 1973b, « Development Research Versus Poverty Research : Two Sides of the Same Coin ? Or Different Coins ? (Philippines) », in Effective Anti-Poverty Strategies, Bangkok, Atelier organisé par la Fondation ­Friedrich-Ebert, pp. 218-222.

Hollnsteiner, Mary R., 1973c, « City, Province or Relocation Site ? Options for Manila’s Squatters », Philippine Sociological Review, xxi (3-4) : 207-213.

Hollnsteiner, Mary R., 1976, « The Urbanization of Metropolitan Manila », in Changing South-East Asian Cities : Readings on Urbanization, Y.M. Yeung & C.P. Lo (éds.), Singapour, Oxford University Press, pp. 174-184. [Repris de Modernization : Its Impact in the Philippines IV, W.F. Bello & A. de Guzman (éds.), Quezon City, Ateneo de Manila University Press, IPC Papers n° 7, 1969.]

Hollnsteiner, Mary R., 1977, « Urban Society », in Sociology in the New Philippine Setting, Chester L. Hunt et al. (éds.), Quezon City, Alemar-Phoenix Publishing House, 373 p.

Hollnsteiner, Mary R., & Maria Elena Lopez, 1977, « Manila : The Face of Poverty », in Asia Urbanizing. Population Growth & Concentration & the Problems Thereof, Tokyo, International Christian University, Social Science Research Institute, Tokyo, The Simul Press, pp. 69-86.

Huetz de Lemps, Xavier, 1994, Manille au xixe siècle : croissance et aménagement d’une ville coloniale (1815-1898), thèse d’histoire de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux iii, 4 tomes, 1082 p.

Huetz de Lemps, Xavier, 1998a, « Materiales Ligeros versus Materiales Fuertes : The Conflict Between Nipa Huts and Stone Buildings in 19th Century Manila », in The Philippine Revolution and Beyond, Elmer A. Ordonez (éd.), Manille, Philippine Centennial Commission and the National Commission for Culture and the Arts, vol. 1, pp. 160-172.

Huetz de Lemps, Xavier, 1998b, « Territorio y urbanismo en las Islas Filipinas en el entorno de 1898 », Ciudad y Territorio - Estudios Territoriales (Madrid, Ministerio de Fomento), xxx (116), numéro spécial « Territorio y ciudades ­coloniales españolas de ultramar », pp. 381-428.

Huetz de Lemps, Xavier, 2000, « Shifts in Meaning of “Manila” in the Nineteenth Century », in Old Ties and New Solidarities. Studies on Philippine Communities, Charles J.-H. Macdonald & Guillermo M. Pesigan (éds.), Quezon City, Ateneo de Manila University Press, pp. 219-233.

Hunt, Chester L., 1980, « The Moth and the Flame : A Look at Manila’s Housing Problems », Philippine Quarterly of Culture and Society, viii (2-3) : 99-107.

Ira, Luning B., & Isagani R. Medina, 1977, The Streets of Manila, Quezon City, G.C.F. Books, 251 p.

Jimenez, R.D., & A. Valasquez, 1989, « Metropolitan Manila : A Framework for its Sustained Development », Environment and Urbanization, i (1) : 51-58.

Joaquin, Nick, 1984, Nick Joaquin’s Almanac for Manileños, Manille, MR and MS Publications, 336 p.

Joaquin, Nick, 1990, Manila, My Manila. A History for the Young, Manille, The City of Manila, 244 p.

Jocano, Felipe Landa, 1975, Slum as a Way of Life : A Study of Coping Behavior in an Urban Environment, Quezon City, University of the Philippines Press, 203 p.

Kerkvliet, Melinda Tria, 1992, Manila Workers’ Unions, 1900-1950, Quezon City, New Day, xii + 196 p.

Keyes, Williams J., 1980, « Metro-Manila, Philippines », in Policies towards Urban Slums. Slums and Squatter Settlements in the ESCAP Region, Bangkok, United Nations, pp. 44-59.

Klassen, Winand, 1986 Architecture in the Philippines. Filipino Building in a Cross-Cultural Context, Cebu City, University of San Carlos, xiv + 435 p.

Kolb, Albert, 1978, Gross Manila : die individualität einer tropischen millionenstadt, Hambourg, F. Hirt, 95 p.

Laconico-Buenaventura, Cristina, 1994, The Theater in Manila, 1846-1946, Manila, De La Salle University Press, xxii + 230 p.

Laquian, Aprodicio A., 1965, The City in Nation-Building : Politics in Metropolitan Manila, thèse de doctorat, Massachussets Institute of Technology.

Laquian, Aprodicio A., 1966, The City in Nation – Building : Politics and Administration in Metropolitan Manila, Manille, University of the Philippines, School of Public Administration, 220 p.

Laquian, Aprodicio A., 1969, Slums are for People. The Barrio Magsaysay Pilot Project in Urban Community Development, Manille, Local Government Center, College of Public Administration, University of the Philippines, 238 p.

Laquian, Aprodicio A., 1971, « Slums and Squatters in South and Southeast Asia », in Urbanization and National Development, L. Jakobson & V. Prakash (éds.), Beverly Hills, Sage Publications, pp. 183-203.

Laquian, Aprodicio A., 1973, « Urban Tensions in Southeast Asia in the 1970s », in Population, Politics, and the Future of Southern Asia, W. Howard Wriggins & James F. Guyot (éds.), New York, Columbia ­University Press, pp. 120-146.

Laquian, Aprodicio A., 1979, « Squatters and Slum Dwellers », in Housing Asia’s Millions, St. H.K. Yeh & A.A. Laquian (éds.), Ottawa, IDRC, pp. 51-65.

Laquian, Aprodicio A. (éd.), 1971, Rural-Urban Migrants and Metropolitan Development, Toronto, Intermet Metropolitan Studies, 221 p.

Laya, Jaime C., & Esperanza B. Gatbonton, 1983, Intramuros of Memory, Manille, Ministry of Human Settlements, Intramuros Administration, ix + 172 p.

Magdalena, Federico V., 1977, « Multidimensional Scalogram Analysis of Philippine Cities, 1960-70 : A Typological Approach to Community Modernization », The Developing Economies, xv (2) : 166-181.

Magno, Francisco A., 1993, « Politics, Elites and Transformation in Malabon », Philippine Studies, 41 (2) : 204-216.

Manila 1571-1898. Occidente en Oriente, 1998, Madrid, Ministerio de Fomento, xvi + 318 p.

Maramag, Ileana, 1988, An Urban History of Manila, 1898-1934, thèse de doctorat, dactyl., University of the Philippines, viii + 775 p.

McAndrew, John P., 1994, Urban Usurpation. From Friar Estates to Industrial Estates in a Philippine Hinterland, Quezon City, Ateneo de Manila University Press, xvi + 212 p.

McGee, T.G., & Ira M. Robinson, 1995, The Mega-Urban Regions of Southeast Asia, Vancouver, University of British Columbia Press, xvi + 384 p.

Merino, Luis, OSA, 1983, El Cabildo Secular : aspectos fundacionales y administrativos, Manille, The Intramuros Administration, Estudios sobre el Municipio de Manila, vol. i, ix + 367 p.

Merino, Luis, OSA, 1987, Arquitectura y urbanismo en el siglo XIX : introducción general y monografías, Manille, Centro Cultural de España & The Intramuros Administration, Estudios sobre el Municipio de Manila, vol. ii, vii + 404 p.

Mesa, Pompeyo de, & Isaias Villaflores (éds.), 1975, Intramuros and Beyond, Manille, Letran College, viii + 164 p.

Naerssen, Ton van, 1989, « Continuity and Change in the Urban Poor Movement of Manila, the Philippines », in Urban Social Movements in the Third World, F. Schuurman & T. van Naerssen (éds.), Londres, Routledge, pp. 199-219.

Naerssen, Ton van, 1993, « Squatter access to land in Metro Manila », Philippine Studies, 41 (1) : 3-20.

Naerssen, Ton van, Michel Ligthart, & Flotilda N. Zapanta, 1996, « Managing Metropolitan Manila », in The Dynamics of Metropolitan Management in Southeast Asia. Jürgen Rüland (éd.), Singapour, Institute of Southeast Asian Studies, pp. 168-206.

National Library, 1989, Manila Bibliography. A Preliminary Survey, Manille, Philippine National Library, v + 21 p. [210 ouvrages et 126 articles recensés.]

Neveu, Roland, & Marc Mangin, 1996, Manille éternelle. Portrait d’une ville au passé toujours présent, Paris, Éditions d’Indochine & ASA Éditions, 98 p.

Ocampo, Romeo B., 1973, « Development of Philippine Housing Policy and Administration (1945-1959) », Philippine Journal of Public Administration, xxi (1) : 272-297.

Ocampo, Romeo B., 1992, « Planning and Development of Prewar Manila : Historical Glimpses of Philippine City Planning », Philippine Journal of Public Administration, xxxvi (4) : 305-367.

Ocampo, Romeo B., 1995, « The Metro-Manila Mega-Region », in The Mega-Urban Regions of Southeast Asia, T.G. McGee & Ira M. Robinson (éds.), Vancouver, University of British Columbia Press, pp. 282-295.

Ortiz Armengol, Pedro, 1958, Intramuros de Manila de 1571 hasta su destrucción en 1945, Madrid, Cultura Hispánica, 242 p.

Padilla, Lysander A., 1989, « Metropolization as a Development Problem », Philippine Geographical Journal, xxxiii (1) : 21-25.

Paredes, Ruby R., 1998, « For Want of a City. Manila in the Balance of Resistance and Capitulation », in The Philippine Revolution and Beyond, Elmer A. Ordonez (éd.), Manille, Philippine Centennial Commission and the National Commission for Culture and the Arts, vol. 2, pp. 620-640. [Une intéressante contribution sur Manille pendant la révolution de 1896-1898.]

Peralta, Jesus T., & Lucila A. Salazar, 1974, Pre-Spanish Manila. A Reconstruction of the Pre-history of Manila, Manille, National Historical Commission, 85 p.

Perez, Rodrigo D., iii, 199, « Mass Housing : Hope for the Homeless », Solidarity, 131-132 : 46-52.

Pernia, Ernesto M., 1976, Urbanization in the Philippines : Historical and Comparative Perspectives, Honolulu, East-West ­Center, 38 p.

Pernia, Ernesto M., 1983, The Spatial and Urban Dimensions of Development in the Philippines, Manille, Philippine Institute for Development Studies, 345 p.

Philippine Labor Review, 1978, « The Urban Poor », numéro spécial, 3 (1), 109 p.

Planos de ciudades Iberoamericanas y Filipinas existentes en el Archivo de Indias, 1951, Madrid, Instituto de Estudios de Administración Local, 2 vol.

Poussou, J.-P., P. Bonnichon, & X. Huetz de Lemps, 1998, Espaces coloniaux et espaces maritimes au xviiie siècle, Paris, SEDES, collection « Regards sur l’Histoire », 368 p.

Quirino, Carlos, 1971, Maps and Views of Old Maynila, Quezon City, Bustamante Press, v + 88 p.

Rebullida, Maria Lourdes G., Dolores A. Endriga, & Geraldine M. Santos, 1999, Housing the Urban Poor. Policies, Approaches, Issues, Quezon City, University of the Philippines, Center for Integrative and Development Studies, x + 80 p. [Cet ouvrage tend vers la généralisation, mais la plupart des exemples sont pris dans Metro Manila.]

Reed, Robert R., 1967a, « The Colonial Origins of Manila and Batavia : Desultory Notes on Nascent Metropolitan Primacy and Urban Systems in Southeast Asia », Asian Studies, v (3) : 543-562.

Reed, Robert R., 1967b, « Hispanic Urbanism in the Philippines : A Study of the Impact of Church and State », University of Manila Journal of East Asiatic Studies, xi : 1-222.

Reed, Robert R., 1972, « The Primate City in Southeast Asia : Conceptual Definitions and Colonial Origins », Asian Studies, x (3) : 283-320.

Reed, Robert R., 1978, Colonial Manila : The Context of Hispanic Urbanism and Process of Morphogenesis, ­Berkeley, ­University of California Press, University of California Publications in Geography, vol. xxii, xiv + 129 p.

Reyes Churchill, Bernardita (éd.), 1994, Manila. Selected Papers of the Annual Conferences of the Manila Studies Association 1989-1993, Manille, Manila Studies Association, Philippine National Historical Society, National Commission for Culture and the Arts, iv + 180 p.

Rodriguez-Arcinas, Fe, 1955, « A Socio-Economic Study of Manila Squatters », Philippine Sociological Review, iii : ­35-41.

Rüland, Jürgen, 1984, « Political Change, Urban Services and Social Movements : Political Participation and ­Grass-Roots ­Politics in Metro Manila », Public Administration and Development, iv (4) : 325-333.

Rüland, Jürgen, 1985, « Metropolitan Government Under Martial Law : The MMC Experiment », Philippine Journal of Public Administration, xxiv (1) : 27-42.

Rüland, Jürgen, 1986, « Authoritarianism at the Grass Roots : Urban Neighbourhood Organizations in Metro Manila », The Asian Journal of Public Administration, viii (1) : 2-42.

Rüland, Jürgen, 1988, Urban Government in Southeast Asian Regional Cities : Issues and Problems in Dispersing Urban Growth, Bangkok, Division of Human Settlements Development, Asian Institute of Technology, 75 p.

Rüland, Jürgen (éd.), 1996, The Dynamics of Metropolitan Management in Southeast Asia, Singapour, Institute of Southeast Asian Studies, xvi + 260 p.

Servicio Histórico Militar & Servicio Geográfico del Ejército, 1996, Cartografía y relaciones históricas de ultramar. Tomo x. Filipinas, Madrid, Ministerio de Defensa.

Sivaramakrishnan, K.C., & Leslie Green, 1986, Metropolitan Management. The Asian Experience, New York & Oxford, Economic Development Institute (World Bank), Oxford University Press, xiv + 290 p.

Stinner, William F., & Melinda Bacol-Montilla, 1981, « Population Deconcentration in Metropolitan Manila in the Twentieth Century », The ­Journal of ­Developing Areas, 10 : 3-16.

Stone, Richard L., 1973, Philippine Urbanization : The Politics of Public and Private Property in Greater Manila, DeKalb, Northern Illinois University, Center for Southeast Asian Studies, viii + 149 p.

Storey, Donovan, 1998, « Housing the Urban Poor in Metro Manila », Philippine Studies, 46 (3) : 267-292.

Tadiar, Neferti Xina M., 1995, « Manila’s New Metropolitan Form », in Discrepant Histories. Translocal Essays on Filipino Cultures, Vicente L. Rafael (éd.), Manila, Anvil, xxviii + 332 p., pp. 285-313.

Torre, Visitacion R. de la, 1981, Landmarks of Manila 1571-1930, Manille, Filipinas Foundation, 224 p.

Torrevillas-Suarez, Domini, et al., 1972, Vendors of Manila, Quezon City, New Day Publishers, 40 p.

Trystram, Jean-Paul, 1984, « Une capitale en pleine expansion : Metro Manila », Archipel, 28 : 29-52.

Ulack, Richard, 1983, « Migration and Intra-Urban Mobility Characteristics of Squatters and Urban Dwellers », Crossroads, I (1) : 49-59.

United Nations, 1986, Population Growth and Policies in Mega-Cities : Metro Manila, New York, Department of International Economic and Social Affairs, Population Policy Paper No. 5, viii + 50 p.

The Urban Poor and Basic Infrastructure Services in Asia and the Pacific, 1991, Manille, Regional Seminar, Asian Development Bank, Economic Development Institute, 2 vols, 248 p + 552 p.

Villacorta, Wilfrido V., Isagani R. Medina, & Maria Lourdes Cruz (éds.), 1989, Manila. History, People and Culture. The Proceedings of the Manila Studies Conference. Intramuros 11-12/04/1986, Manille, De La Salle University, Philippine Studies Association, 426 p.

Villanueva, Buenaventura M., et al., 1966, Government and Administration of a Municipality, Quezon City, Community ­Development Research Council, 136 p.

Wernstedt, Frederick L., & J.E. Spencer, 1967, The Philippine Island World : A Physical, Cultural and Regional Geography, Berkeley, ­University of California Press, xviii + 742 p.

Wong Kwok-chu, 1999, The Chinese in the Philippines Economy, 1898-1941, Quezon City, Ateneo de Manila ­University Press, xvi + 280 p.

Zaragoza, Ramon Ma, 1990, Old Manila, Singapour, Oxford University Press, collection « Images of Asia », 77 p.

Zialcita, Fernando N., & Martin I. Tinio, Jr., 1980, Philippine Ancestral Houses (1810-1930), Quezon City, GCF Books, 261 p.

Haut de page

Notes

1 Sixth International Philippine Studies Conference, « Turns of the Centuries : The Philippines in 1900 and 2000 », 10-14 juillet 2000, Philippine Social Science Center, Quezon City. Nous avons utilisé les résumés des interventions, aux pages 41-84 du programme.

2 Les références de tous les travaux cités dans le texte sont reproduites dans la liste bibliographique, qui ­comporte en outre des titres additionnels.

3 Nous n’avons pas la place d’évoquer l’abondante bibliographie concernant le galion de Manille. Pour une introduction bibliographique, voir Poussou et al. 1998, pp. 360-363.

4 Ces deux ouvrages ont d’abord été publiés en anglais à Iloilo City sous la forme de trois numéros de la revue Views (The University of San Agustin Journal), 4 (1977), 5 (1978) et 6 (1979), et d’un livre, The Cabildo Secular, or Municipal Government of Manila : Social Components, Organization, Economics (Iloilo, University of San Agustin Research Center, 1980, 264 p.).

5 À titre d’exemples, on peut citer les articles d’O. Demeulenaere (1975) et de M. Foronda (1986).

6 Cette collection « Images of Asia », publiée à Singapour par Oxford University Press, comprend également Old Bangkok, Old Penang, Old Shanghai, Old Singapore et Old Malacca...

7 Source : Agence France Presse. Voir « Housing Shortage targeted by Ramos », Business Day (Bangkok), 28-29 janvier 1995, p. 4 ; Constantino 1988 : 70.

8 Pour les ouvrages publiés jusqu’au début des années 1980, on peut consulter la bibliographie établie par Charles Goldblum (1987 : 266-268).

9 Le International Development Research Centre, créé en 1970 par le parlement canadien, a son siège à Ottawa et des bureaux régionaux en Asie, en Afrique, en Amérique Latine et au Moyen-Orient.

10 Voir Laquian 1971 et 1979. L’ouvrage publié sous sa direction en 1971, Rural-Urban Migrants and ­Metropolitan Development, comprend une contribution sur Manille de Leandro A. Viloria, professeur à ­l’Université des Philippines et directeur de l’Institut de la Planification.

11 À notre connaissance, aucun historien ne s’est penché sur le magnifique sujet de la destruction de Manille pendant la Seconde Guerre mondiale et des ratés de la reconstruction dans l’immédiat Après-guerre. ­L’ouvrage d’Alfonso Aluit (1994) est un récit strictement événementiel.

12 Manila, Quezon City, Caloocan et Pasay.

13 Makati, Mandaluyong, Pasig, Valenzuela, Parañaque, Las Piñas, Marikina, Muntinlupa, Taguig, Malabon, Navotas, San Juan et Pateros.

14 En 1986, la Metro Manila Commission a été remplacée par une Metropolitan Manila Authority, moins centralisée mais aussi moins puissante.

15 Voir aussi Department of History 1974.

16 Le livre de Neveu et Mangin (1996) est représentatif des qualités et des défauts de ce type d’ouvrage.

17 En novembre 2000, le SURE a organisé une conférence internationale sur la maîtrise des mégapoles (« Managing Megacities : 21st-Century Challenges and Opportunities »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Huetz de Lemps et Jean Baffie, « Manila, Metro Manila. Une introduction bibliographique »Moussons [En ligne], 2 | 2000, mis en ligne le 08 janvier 2019, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4786 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.4786

Haut de page

Auteurs

Xavier Huetz de Lemps

IRSEA (CNRS et Université de Provence), Marseille.

Articles du même auteur

Jean Baffie

IRSEA (CNRS et Université de Provence), Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search