Navigation – Plan du site
Varia

Vietnam : une géopolitique en mutation au risque d’un dilemme stratégique ?

Vietnam: A Changing Geopolitics at the Risk of a Strategic Dilemma?
Laurent Gédéon
p. 143-173

Résumés

La rivalité qui oppose la République populaire de Chine au Vietnam au sujet de la mer de Chine méridionale met en lumière la profonde mutation qu’a connue ce pays sur le plan de ses ambitions régionales comme de ses représentations géopolitiques. Si celles-ci ont été et demeurent fondamentalement structurées par son rapport historique avec la Chine, l’horizon géopolitique de Hanoi s’est maritimisé, s’éloignant de la péninsule indochinoise pour s’orienter vers la mer de Chine méridionale où le Vietnam a fait de la souveraineté des archipels Paracels et Spratleys un enjeu prioritaire. Cette évolution a pour conséquence le renforcement progressif des capacités navales de l’armée vietnamienne et le rapprochement de Hanoi avec d’autres puissances maritimes. Dans ce contexte délicat, le Vietnam tente de conserver un juste milieu entre l’affirmation de ses ambitions et maintien d’une coopération avec la Chine. La position de Hanoi est cependant affectée par la montée progressive des tensions entre les États-Unis et la RPC. En complexifiant le maintien d’une équidistance entre Washington et Pékin, celles-ci rendent plus risqués les choix stratégiques à venir du pays.

Haut de page

Texte intégral

1Le 2 mai 2014, une crise importante éclatait entre la République populaire de Chine (RPC) et le Vietnam, résultant d’une décision unilatérale de Pékin d’implanter une plateforme de forage au sud de l’archipel des Paracels, dans un secteur revendiqué par Hanoi. Ce pic de tension, marqué par plusieurs incidents maritimes, a provoqué d’importantes manifestations antichinoises au Vietnam accompagnées de graves violences à l’encontre d’usines et d’ouvriers chinois. Ces événements ont braqué soudainement les projecteurs sur l’un des protagonistes du conflit en mer de Chine méridionale dans un contexte où Pékin est habituellement considéré comme l’acteur principal vers lequel converge toute l’attention. La situation du Vietnam est pourtant loin d’être dénuée d’intérêt et la rivalité maritime qui l’oppose actuellement à la Chine met en lumière la profonde mutation qu’a connue ce pays tant dans ses ambitions régionales que dans ses représentations géopolitiques.

2Celles-ci demeurent fondamentalement structurées par son rapport historique avec la Chine. Partie intégrante de l’empire chinois à la suite d’une conquête précoce, le Vietnam arracha son indépendance à l’aube du second millénaire et réussit à la conserver en dépit de plusieurs tentatives de reconquête. Au-delà de la dimension politique, la très longue interaction avec le mode de pensée et la culture chinoise influença en profondeur la société vietnamienne pour qui la Chine devint une référence au niveau social, administratif et de la gouvernance. Sur le plan géopolitique, les Vietnamiens développèrent une stratégie duale et complexe, caractérisée par une posture statique et défensive à leur frontière nord et dynamique en direction de leur espace méridional. Le mouvement d’expansion en direction du sud (appelé Nam tiến) initié dès le XIe siècle leur permit, au cours des siècles suivants, de s’approprier de vastes territoires aux dépens du royaume du Champa puis de l’empire khmer. On note ce faisant que les Vietnamiens reprenaient le mode d’expansion qui fut celui des Qin et surtout des Han à partir du deuxième siècle avant notre ère et qui conduisit à la constitution de l’empire chinois. Menace sécuritaire et modèle culturel, c’est ce double regard porté sur la Chine qui explique en partie l’ambivalence des positions de Hanoi vis-à-vis de Pékin.

3La dualité de la dynamique géopolitique vietnamienne relevée plus haut est restée vraie jusqu’au xxe siècle. L’empire vietnamien avait plus ou moins atteint son expansion maximale dès le xixe siècle et les frontières ont été définitivement stabilisées au cours de la période coloniale française. Les guerres d’Indochine puis du Vietnam, suivies par la réunification du pays sous l’égide de Hanoi et la mise sous influence directe du Cambodge et indirecte du Laos ont représenté l’apogée de l’expansion vietnamienne au niveau régional. Celle-ci a depuis reflué, marquant un recentrage de sa dynamique géopolitique terrestre.

4Ce reflux marque une mutation. L’horizon géopolitique vietnamien, initialement tourné vers l’ouest et la péninsule indochinoise, s’est à présent « maritimisé » accompagnant les grandes tendances géostratégiques dans cette région de l’Asie. Le regard du Vietnam s’oriente dorénavant à l’est en direction des espaces maritimes de la mer de Chine méridionale, que les Vietnamiens préfèrent nommer mer Orientale ou mer de l’Est (Biển Đông). Revendiquant, à l’instar de Pékin, l’ensemble des archipels des Spratleys et des Paracels, Hanoi doit toutefois composer avec un principe de réalité lié au différentiel de puissance avec son voisin. C’est donc par un subtil dosage d’opposition et de coopération que le Vietnam cherche à consolider ses positions. Cette situation amène les Vietnamiens à développer des dynamiques diplomatiques et militaires spécifiques qui en font aujourd’hui un acteur majeur, quoique discret, du conflit autour de la mer de Chine méridionale. Ces dynamiques orientent cependant Hanoi vers des choix qui ne sont pas dénués de risques stratégiques susceptibles d’obérer les intérêts à venir du pays.

La « maritimisation » du regard géopolitique vietnamien

5Les politiques d’ouverture initiées par la RPC sous Deng Xiaoping à partir de 1979, puis par le Vietnam en 1986 à travers sa « politique du renouveau » (Đổi mới), ont eu pour conséquence le développement spectaculaire des échanges économiques entre les deux pays à partir des années 1990. Cette dynamique s’est accompagnée d’une série de mesures qui, tout en contribuant à « normaliser » le Vietnam au sein de la communauté internationale, ont eu pour effet de diminuer son rôle d’hégémon sur la péninsule indochinoise. Parmi les événements les plus marquants de cette époque, on peut citer le retrait des troupes vietnamiennes du Cambodge en septembre 1989, la levée de l’embargo économique américain en février 1994, l’adhésion du Vietnam à l’ASEAN en juillet 1995 ou encore l’ouverture d’une ambassade américaine à Hanoi en août de la même année. Pendant les décennies 1990 et 2000, le Vietnam se situera donc à l’écart des tensions régionales, ses principales priorités étant son développement économique ainsi que son insertion au sein de la communauté internationale.

6Toutefois, en dépit de cette situation en apparence calme et stabilisée, le fondement des rivalités maritimes à l’origine du conflit de basse intensité que nous connaissons aujourd’hui dans la région était déjà bien établi et ce depuis deux décennies déjà. L’accroissement des tensions en mer de Chine méridionale à partir des années 2010 ne fit par conséquent que réveiller un antagonisme latent entre les six États riverains concernés, Taïwan, les Philippines, la Malaisie, Brunei et, de manière plus particulière, le Vietnam et la RPC, chacun possédant sa propre représentation cartographique en matière de souveraineté maritime et délimitant son horizon géopolitique en fonction de sa vision et de ses intérêts géostratégiques. Le Vietnam apparaît comme un acteur particulier dans ce conflit en raison de l’amplitude de ses revendications, égalée seulement par celles de la RPC, et du fait de son opposition historique à la Chine. Cet élément, ajouté au contexte asymétrique délicat dans lequel évolue Hanoi, pousse les Vietnamiens à développer une politique duale faite à la fois d’une affirmation renouvelée des revendications territoriales du Vietnam et du maintien des canaux de négociation avec Pékin.

La question des îles Paracels et Spratleys

Fig. 1. La mer de...Fig. 1. La mer de Chine méridionale et les archipels contestés

Fig. 1. La mer de Chine méridionale et les archipels contestés

Source : The University of Texas Librairies, https://legacy.lib.utexas.edu/​maps/​middle_east_and_asia/​schina_sea_88.jpg.

  • 1 Convention des Nations unies sur le droit de la mer, Montego Bay, 10 décembre 1982, URL : http://ww (...)

7La tension entre la Chine et le Vietnam porte aujourd’hui exclusivement sur les territoires insulaires situés en mer de Chine méridionale. Les problèmes frontaliers terrestres ont en effet été réglés par les deux parties en 1999 de même que celui de la délimitation du golfe du Tonkin dont le tracé a été défini en 2000. Si la RPC, au cours des années 1990 et 2000, a déployé une forte activité diplomatique afin de pacifier ses relations avec ses voisins continentaux, notamment par le biais du règlement de différents litiges frontaliers, il n’en a pas été de même en ce qui concerne son espace maritime limitrophe vis-à-vis duquel Pékin a progressivement développé un discours d’appropriation. Dans ce contexte, la Chine présente un cas spécifique car elle a, très tôt, établi son propre cadre juridique tout en adhérant en parallèle à celui défini par le droit international à travers la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM1)– également appelée Convention de Montego Bay – ratifiée par Pékin en 1996.

  • 2 Declaration of the Government of the People’s Republic of China on China’s Territorial Seas, Pékin, (...)

8La RPC a ainsi publié, le 4 septembre 1958, une Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine sur la mer territoriale2. Dans cette déclaration, les autorités chinoises stipulaient dans l’article 1 que la largeur de la mer territoriale de la Chine est fixée à 12 milles marins précisant que cette disposition s’appliquait à tous les territoires de la RPC incluant « la Chine continentale et ses îles côtières, de même que Taiwan et ses îles environnantes, les îles Pénghú, les îles Dōngshā, les îles Xishā, les îles Zhōngshā, les îles Nānshā et toutes les autres îles ». Cette déclaration représente la première revendication officielle de la RPC sur les archipels de la mer de Chine méridionale et une tentative de Pékin de peser sur l’évolution du droit international dans un contexte marqué par l’organisation de la première conférence internationale sur le droit de la mer. La Chine fut, dans cette logique, l’un des États les plus actifs dans l’élaboration de la CNUDM qu’elle a signée dès son ouverture à signature le 10 décembre 1982. On remarque toutefois que le positionnement de Pékin envers le droit international est resté assez ambigu.

  • 3 Law on the Territorial Sea and the Contiguous Zone, 7e Congrès national du Peuple, RPC, 25 février (...)

9En effet, la position de la Chine a été précisée dans la Loi de la République populaire de Chine sur la mer territoriale et la zone contiguë adoptée lors de la 24e séance du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, le 25 février 19923, texte sur lequel il est utile de revenir. Selon l’article 1, cette loi est formulée pour permettre à la RPC « d’exercer sa souveraineté sur sa mer territoriale et son droit d’exercer un contrôle sur sa zone contiguë, et de sauvegarder la sécurité de l’État ainsi que ses droits et intérêts maritimes ». Le texte comprend dix-sept articles au total et reprend une partie des points définis par la Convention de Montego Bay, notamment le principe de la mer territoriale (article 3) et de la zone contiguë (article 4), toutes deux dotées d’une largeur de 12 milles marins, en conformité avec le texte. De même, Pékin retient le principe de la zone économique exclusive (ZEE) tel que défini par la convention et délimite cette dernière en prenant en compte la côte chinoise ainsi que les îles directement administrées par la RPC. Mais l’article 2 précise aussi, à l’instar de la Déclaration de 1958, que le territoire chinois comprend non seulement sa partie continentale mais également différents territoires insulaires qui sont listés de manière précise : Taïwan, les archipels Pénghú (Pescadores), Zhōngshā, Xishā (Paracels), Nānshā (Spratleys), Dōngshā (Pratas), et Diàoyútái (Senkaku) ainsi que « d’autres îles qui appartiennent à la République populaire de Chine ».

  • 4 Exclusive Economic Zone and Continental Shelf Act, 9e Congrès national du Peuple, RPC, 26 juin 1998 (...)

10Enfin, la Loi sur la zone économique exclusive et le plateau continental a été adoptée le 26 juin 1998 à la troisième session du Comité permanent du 9e Congrès national du Peuple4. Elle confirme l’intérêt croissant de la RPC pour l’espace maritime et sa volonté d’établir un cadre législatif qui lui soit propre. Le texte est relativement court et tient en seize articles. Comme pour ce qui est de la Loi de 1992, il reprend globalement la formulation de la Convention de Montego Bay. Toutefois, la lecture de certains articles fait apparaître de subtiles différences avec la partie V (articles 55 à 75) de la Convention consacrée à la zone économique exclusive et la partie VI (articles 76 à 85) portant sur le plateau continental, montrant que la Chine s’est laissé, dès les années 1990, une marge d’interprétation par rapport au texte de la CNUDM.

  • 5 La ligne en neuf traits ou langue de bœuf (南海九段线 ; Nánhǎi jiǔduàn xiàn) est apparue pour la premièr (...)

11On peut également noter ici que le tracé dit de la « ligne en neuf traits » ou encore « langue de bœuf », s’il permet de visualiser les limites du territoire maritime revendiqué par la RPC, ne s’appuie sur aucune justification géographique, la partie chinoise n’ayant jamais rendu publiques les méthodes de calcul ayant permis cette délimitation. Celui-ci apparaît donc comme la concrétisation d’une représentation géopolitique plutôt que comme la base d’une argumentation juridique construite5.

  • 6 Pour consulter le texte de la note, URL :

12Déniant toute légitimité aux prétentions chinoises, le Vietnam n’a de cesse de revendiquer ses droits sur la zone, y compris les Paracels dont il a été évincé depuis plus de quarante ans. Hanoi se montre, sur ce point, très légaliste et se rattache sans restriction au droit international dont il réclame l’application sur les espaces contestés. Sa ratification en 1994 de la CNUDM va dans ce sens. Toutefois, la position vietnamienne souffre d’une faiblesse que Pékin ne cesse d’exploiter. Rédigée le 14 septembre 1958 par Phạm Văn Đồng, alors Premier ministre de la RDV, une note diplomatique « reconnaît et approuve » la Déclaration au sujet de la mer territoriale proclamée le 4 septembre de la même année par le gouvernement de la République populaire de Chine6. Même si les termes choisis dans la note laissent planer une certaine ambiguïté, l’auteur n’y mentionnant en effet de manière explicite que la largeur de la mer territoriale et non les archipels, elle n’en demeure pas moins un argument juridique de poids que la partie chinoise ne manque pas d’utiliser afin d’appuyer son argumentation.

Les origines du conflit au sujet des îles Paracels

13Cet archipel, également appelé Xishā (西沙) par les Chinois et Hoàng Sa par les Vietnamiens, est situé à l’est du Vietnam, à 490 kilomètres de Hué, et au sud-est de Hainan, à 350 kilomètres de Yulin. Il s’étend entre 15° 45’et 17° 05’de latitude Nord, et 111° et 113° de longitude Est. Il comprend des récifs ainsi qu’une quinzaine d’îles, réparties en deux groupes : celui du Croissant (autour de l’île Pattle) et celui de l’Amphitrite (autour de l’île Boisée), distants de 87 kilomètres l’un de l’autre.

  • 7 Ce recueil de textes fut rédigé par Kang Tai (康泰), voyageur chinois du milieu du IIIe  siècle origi (...)
  • 8 Ouvrage écrit par Zhen Wan (萬震), chef de la préfecture de Danyang, dans l’État de Wu durant la péri (...)
  • 9 Le 15 juillet 1971, dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères du Sud-Vietnam réaffir (...)

14Si les Paracels semblent avoir été fréquentées par des pêcheurs chinois et vietnamiens depuis des temps immémoriaux, les premières références concernant l’archipel remontent au IIIe siècle, où il est fait mention de leur existence dans deux ouvrages chinois, le Fu nan zhuan (扶南傳) (Annales du Fu nan7), qui indique qu’il s’agit « d’îles coralliennes à base rocheuse plate » et le Nan zhou yi wu zhi (南州異物志) (Recueil des choses extraordinaires du Nan zhou8) qui les place sur la route reliant le sud de la Chine à la péninsule malaise dans une « zone où l’eau est peu profonde » (Lafont 1989). Si ces îles étaient connues depuis longtemps, les contestations relatives à leur souveraineté ne se firent jour qu’à partir du xxe siècle. En effet, c’est au début des années 1920 que l’archipel est annexé par la Chine en vertu d’un décret du gouverneur militaire du Guangdong en date du 20 mars 1921 qui ordonnait le rattachement administratif des îles à la sous-préfecture de Yai-Hsien (Yacheng), dans l’île de Hainan. Publiée dans le Journal officiel de la province le 2 avril suivant, cette décision suscita une réaction tardive de la France à travers la remise d’une note de protestation expresse du gouvernement français à la légation de Chine le 29 avril 1932. Dans cette note, il était rappelé que l’Annam avait pris possession de ce territoire en 1816 au nom de l’empereur Gia Long et avait élevé en 1835 dans l’une des îles une stèle pour affirmer sa souveraineté. Le gouvernement chinois rejeta toutefois la protestation française le 29 septembre 1932, faisant valoir notamment que l’Annam était vassal de la Chine à l’époque des faits (Nguyễn Hồng Thao 2004). En juillet 1938, la France procéda à l’occupation effective de l’archipel, occupation dont prit acte le gouvernement chinois le 9 juillet 1938 tout en réaffirmant fermement ses droits. L’occupation par la France cessa lors du coup de force japonais du 9 mars 1945 contre l’Indochine française. Profitant de l’absence momentanée des Français du théâtre indochinois, les troupes chinoises occupèrent l’île Boisée le 7 janvier 1947. En réponse, un détachement français fut envoyé dans l’île Pattle le 19 du même mois, provoquant une violente protestation chinoise. La situation demeura inchangée jusqu’à la chute du régime nationaliste chinois qui entraîna le retrait de la garnison postée dans l’île Boisée en avril 1950. À la suite du partage du Vietnam en 1954, les Paracels se retrouvèrent sous la souveraineté de facto de Saigon. Au cours des années suivantes, divers incidents opposèrent la Chine au Sud-Vietnam, en particulier en mars 1959, puis en mai 19639. Afin de renforcer sa position, le gouvernement sud-vietnamien décida en 1973 l’envoi d’une garnison sur l’île Pattle en dépit des protestations chinoises. Pékin riposta le 20 janvier 1974 avec l’occupation par l’APL de l’ensemble de l’archipel à la suite d’une brève bataille avec les forces sud-vietnamiennes. Cette opération faisait suite à une déclaration du ministre des Affaires étrangères chinois du 11 janvier accusant le gouvernement vietnamien d’avoir placé l’archipel sous son administration et réaffirmant que la Chine ne pouvait tolérer cette violation de son intégrité territoriale et de sa souveraineté. Cette occupation militaire par les troupes chinoises dure encore aujourd’hui.

15On remarque que les autorités nord-vietnamiennes puis du Vietnam réunifié ont attendu la fin des années 1970 pour réaffirmer la souveraineté du Vietnam sur l’archipel des Paracels. Cette discrétion s’explique par les convergences d’intérêts qui liaient encore jusque-là les partis communistes chinois et vietnamien. Déjà fragilisée depuis 1974, leur alliance ne résista pas à la crise de 1978 poussant Hanoi à publier en 1979 un mémorandum rappelant tous les empiétements de la Chine sur le territoire vietnamien depuis 1954 y compris dans sa dimension insulaire.

Les origines du conflit au sujet des îles Spratleys

16Les îles Spratleys, Nānshā (南沙) en chinois ou encore Trường Sa en vietnamien, font partie d’un archipel corallien situé entre le Vietnam et les Philippines. Cet archipel s’étend entre 6° 50’et 12° de latitude Nord, et 111° 30’et 117° 20’de longitude Est. Il comprend une centaine d’îles réparties sur approximativement 160 000 km². Ces îles se situent à 550 kilomètres à l’est du Vietnam, à 1 700 kilomètres au sud-ouest de Taiwan, à 450 kilomètres à l’ouest des Philippines, et à 2 000 kilomètres au nord-est de Singapour.

  • 10 Selon l’historien vietnamien Võ Long Tê, le document le plus ancien attestant des droits du Vietnam (...)
  • 11 Le Quangdong Tong Zhi (廣東省東莞市交通志) indique en 1731 que la préfecture de Wenzhou englobe les îles de (...)

17Si, à l’instar des Paracels, il semble que les îles Spratleys aient été fréquentées par des pêcheurs chinois et vietnamiens depuis une époque reculée, les premières mentions remontent au milieu xviie siècle pour les documents vietnamiens10 et début du xviiie siècle pour les sources chinoises11. C’est au xxe siècle, le 13 avril 1930, que la marine française en prit officiellement possession après que celles-ci ont été rattachées administrativement, l’année précédente, à la province cochinchinoise de Bà Rịa (Nguyễn Q. Thắng 2009). L’occupation devint effective entre les 7 et 12 août 1933, précédée par une communication insérée dans le Journal Officiel daté du 26 juillet 1933 précisant que les îles avaient été « trouvées inhabitées » (terra nullius). Occupé par les forces japonaises après 1941, l’archipel se trouva à partir des années 1950 au cœur d’une rivalité entre la République populaire de Chine, la République du Vietnam (RVN) et les Philippines, auxquels vinrent s’ajouter la Fédération de Malaisie, la République de Chine (Taiwan) et Brunei. Afin d’appuyer leurs positions respectives, certains acteurs eurent très tôt recours à l’occupation effective de certaines îles, notamment la RVN et Taïwan. Des éléments de la marine sud-vietnamienne débarquèrent ainsi dès le mois d’août 1951 dans l’archipel afin d’affirmer la souveraineté de leur pays sur ces îles. Dans un communiqué publié à cette occasion, le ministre des Affaires étrangères du Sud-Vietnam, Vũ Văn Mẫu, revint sur la « souveraineté traditionnelle » de son pays sur ce territoire, rappelant que son occupation par le gouvernement français au nom de l’empire du Vietnam en 1930 et 1933 n’avait soulevé aucune protestation (Lưu Văn Lợi 1996). Quelques années plus tard, en 1956, les forces nationalistes chinoises établirent à leur tour une présence permanente sur l’île d’Itu-Aba 太平岛 (Tàipíng). Le 1er février 1974, à la suite de l’opération chinoise du 20 janvier contre l’archipel des Paracels, les troupes sud-vietnamiennes élargirent leur présence et s’installèrent dans la plupart des îles composant les Spratleys. Cette action provoqua une vive réaction de la part de la Chine qui protesta par la voix de son chef de la diplomatie contre cette violation de sa souveraineté territoriale. À la suite de la défaite de la RVN en avril 1975, les troupes sud-vietnamiennes furent remplacées par des soldats nord-vietnamiens. Cette permutation fut très mal tolérée par Pékin qui y vit une traîtrise de la part de Hanoi, accusé par les responsables chinois d’être revenu sur son acceptation antérieure de la souveraineté chinoise sur les Spratleys.

Un conflit récurrent mais de basse intensité jusqu’aux années 2000

18Au cours des décennies 1980 à 2000, la tension est demeurée récurrente entre la Chine et le Vietnam au sujet des deux archipels, marquée par divers incidents impliquant notamment des pêcheurs vietnamiens mais aussi chinois. L’incident le plus grave est intervenu dans les Spratleys le 14 mars 1988, lorsque des soldats chinois prirent pied sur plusieurs îles de l’archipel, se heurtant violemment aux forces vietnamiennes. L’affrontement provoqua la perte de trois navires vietnamiens ainsi que la disparition de 74 militaires. La lutte s’est ensuite transposée sur le terrain diplomatique ; c’est ainsi que 13 avril 1988, la Chine a créé la province de Hǎinán en y incluant les archipels Xishā et Nānshā. Quatre ans plus tard, le 25 février 1992, l’Assemblée nationale de la RPC a voté la « Loi de la République populaire de Chine sur la mer territoriale et la zone contiguë ». Face aux prétentions chinoises, Hanoi a fermement réagi en réaffirmant avec force l’appartenance des Hoàng Sa et des Trường Sa au Vietnam.

  • 12 Voir à ce sujet les excellentes analyses et infographies publiées par l’organisation Asia Maritime (...)

19Si l’incident de 1988 a figé la situation sur le terrain, la répartition des forces ne reflète pas la réalité des revendications émises par les différents acteurs car celles-ci dépassent largement les espaces insulaires effectivement contrôlés par leurs armées respectives. Ainsi les Paracels et les Spratleys sont-ils revendiqués dans leur totalité par la Chine, le Vietnam, et Taiwan. Toutefois, si la RPC occupe bien l’entièreté des Paracels, elle n’est présente depuis 1988 que sur huit îlots des Spratleys. Le Vietnam, de son côté, en contrôle vingt-six situés dans le centre-ouest et le sud-ouest de l’archipel. Les Chinois nationalistes ne sont, pour leur part, présents que sur la seule île d’Itu-Aba. Les Philippines, qui revendiquent une grande partie des Spratleys, en occupent dix îles. Pour ce qui est de la Malaisie, elle borne ses revendications aux seules îles méridionales – dont sept sont sous son contrôle direct – ainsi qu’aux récifs Commodore et Swallow. Enfin, en ce qui concerne le Sultanat de Brunei, ses prétentions territoriales apparaissent plus symboliques. En dépit de la proximité géographique des acteurs, l’équilibre des forces sur le terrain est resté stable depuis les années 1990, les principales évolutions étant liées à la militarisation croissante des îlots et leur poldérisation entreprise par les Chinois et, dans une moindre mesure, par les Vietnamiens12.

La crise de mai 2014

  • 13 China National Offshore Oil Corporation (Zhōngguó Háiyáng Shíyóu Zǒnggōngsī, 中国海洋石油总公司).
  • 14 « Việt Nam gửi công hàm phản đối Trung Quốc lên LHQ » (« Le Vietnam a envoyé une note de protestat (...)

20La crise débute en raison de l’implantation temporaire, le 2 mai, d’une plateforme de prospection pétrolière, Hǎiyáng shíyóu 981 (HYSY-981), affrétée par la compagnie chinoise CNOOC13. Positionnée à 15°, 29’, 58’’ de latitude Nord et 111° 12’06’’ de longitude Est, elle se situe légèrement au sud de l’île de Tri Tôn (Zhōngjiàn) appartenant à l’archipel des Paracels. Cette initiative déclenche une réaction immédiate de la part des autorités vietnamiennes qui dépêchent de nombreux bâtiments dans la zone afin de tenter de contrer l’intrusion chinoise. Le 7 mai, le Vietnam exige l’abandon du forage ainsi que le retrait de la plateforme et des navires chinois et demande à la Chine de revenir à la table des négociations. Cette exigence est ensuite reprise dans une note de protestation adressée au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon14.

  • 15 Ce « mémoire en intérêt » déposé le 5 décembre 2014 devant la Cour permanente d’arbitrage de La Hay (...)

21Hanoi se voit néanmoins opposer une fin de non-recevoir. Un face-à-face débute alors entre garde-côtes vietnamiens et chinois, marqué par des incidents sans gravité mais qui témoignent de l’extrême tension entre les protagonistes. D’importantes manifestations se déroulent dans le même temps dans différentes villes vietnamiennes, notamment Ho Chi Minh-Ville et Hanoi. Encouragées et canalisées par le gouvernement, ces protestations dégénèrent par moments et des entreprises appartenant à des Chinois sont attaquées et vandalisées. Ces troubles provoqueront la mort de quatre ressortissants chinois. Le 18 mai, la Chine évacue près de 3 000 Chinois résidant au Vietnam. La crise finira par se régler deux mois plus tard avec le retrait, en juillet, de la plateforme. Conséquence de ce pic de tension, en décembre de la même année et à l’instar des Philippines, Hanoi demande l’arbitrage de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) basée à La Haye sur le bien-fondé des revendications de la Chine en mer de Chine méridionale15.

Les racines de la crise

22La crise de mai 2014 a agi comme un révélateur, mettant en pleine lumière les effets au niveau régional de la montée en puissance de la Chine, dynamique dont les racines sont à rechercher dans la décennie précédente. Celle-ci a en effet été marquée pour Pékin par une série de réussites sur le plan international allant de l’admission de la RPC à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en novembre 2001 au succès planétaire de l’Exposition universelle tenue à Shanghai de mai à octobre 2010 en passant par l’organisation des Jeux olympiques d’été de 2008. Deuxième économie mondiale, confortée dans son statut de puissance et devenue un pôle d’attraction croissant pour des partenaires situés sur les cinq continents, la Chine entreprend alors de renforcer ses positions au niveau régional (Nguyễn Văn Dân 2014). Le début des années 2010 représente en ce sens un tournant qui voit Pékin assumer une politique de plus en plus affirmée de revendication territoriale sur les archipels situés en mers de Chine orientale et méridionale. Cette évolution, qui impacte tant le Japon et les Philippines que le Vietnam, se traduit pour ce dernier par la multiplication des incidents impliquant les garde-côtes chinois et vietnamiens ainsi que des navires de pêche des deux pays. Cette tension croissante va être à l’origine de nombreuses manifestations au Vietnam, particulièrement au cours de l’année 2013, destinées à protester contre la politique chinoise perçue comme agressive en mer de Chine méridionale. C’est donc dans ce contexte de plus en plus troublé qu’intervient la crise de mai 2014.

Les enjeux internes pour Hanoi

23Les enjeux qui se posent pour le Vietnam dans le cadre de cette rivalité sont d’abord internes, en particulier d’ordre économique et politique. Mais la crise de 2014 a également pointé l’importance croissante du Vietnam en tant qu’acteur géopolitique au niveau régional et ceci, d’une part, en poussant Hanoi à réévaluer son statut d’acteur militaire et, d’autre part, en mettant en lumière la place qu’occupe Hanoi dans la rivalité sino-américaine et dans la stratégie de Washington. La crise a eu en effet comme conséquence annexe un renforcement de la présence des États-Unis dans la région. Elle permet également de comprendre pourquoi le Vietnam se trouve aujourd’hui dans une situation complexe, à la jonction de deux problématiques géopolitiques. Si Hanoi se situe en effet avant tout dans une opposition binaire avec Pékin au sujet des archipels de mer de Chine méridionale, la rivalité sino-vietnamienne ne peut être séparée d’un contexte géopolitique plus global lié à la rivalité croissante entre la Chine et les États-Unis. Cette dualité géopolitique nécessite donc une gestion particulièrement délicate de la part de Hanoi afin de ne pas risquer de perdre son autonomie politique et stratégique. Les enjeux liés à ces dimensions militaire et géopolitique seront abordés plus loin.

Les enjeux politiques

24Au niveau interne, la question des archipels représente un enjeu important pour les responsables vietnamiens. L’approche nationaliste de la question permet de maintenir les dynamiques populaires – y compris quand celles-ci prennent une tournure violente – dans un cadre maîtrisé par les autorités et d’orienter l’attention des citoyens sur une problématique qui favorise le consensus car elle transcende les clivages idéologiques. Cette union sacrée permet aussi de limiter temporairement le mécontentement populaire lié à d’autres questions, notamment sociales. De plus, du fait de leur intense médiatisation, ces manifestations donnent une image positive du Vietnam à l’étranger, faite d’unité et de détermination, renforçant de ce fait la légitimité de la position vietnamienne sur le plan international. On peut remarquer ici que le sentiment antichinois demeure récurrent dans le pays bien que le niveau de conflictualité ait décru entre la Chine et le Vietnam depuis le pic de tension de 2014. Ainsi, par exemple, le 19 janvier 2017, une centaine de manifestants ont défilé à Hanoi afin de commémorer le 43e anniversaire de l’invasion des îles Paracels par la Chine. La dispersion rapide du mouvement, accompagnée de l’arrestation de certains manifestants, a mis en lumière l’ambivalence des autorités vietnamiennes, laissant s’exprimer partiellement la protestation populaire avant de la réprimer afin d’éviter de heurter de front le voisin chinois.

  • 16 Trans-Pacific Partnership Agreement (TPP) : zone de libre-échange créée sous l’égide des États-Unis (...)

25La question chinoise impacte également la scène politique vietnamienne. On considère, en simplifiant, qu’il existe deux grands courants au sein du PCV, le premier plutôt favorable à la Chine et le second plutôt antichinois. Si cette lecture est commode pour entrer dans une première analyse de la politique chinoise du Vietnam, une approche plus approfondie laisse apparaître que la différence idéologique sur ce point est moindre que ce que l’on pourrait penser de prime abord et qu’une certaine convergence de vue se dégage sur la question des archipels. Il est vraisemblable que le clivage affiché représente plutôt un moyen pour les responsables du Parti de marquer leurs différences et de se neutraliser mutuellement sur la scène politique. Ces oppositions ont été particulièrement sensibles lors du XIIe congrès du Parti communiste vietnamien en 2016 qui s’est soldé par une évolution des rapports de force entre les courants internes. L’enjeu principal résidait en effet dans la désignation du Comité central, fort de 180 membres et, surtout, dans celle du Bureau politique. En effet, celui-ci compte 20 personnes et c’est en son sein que sont choisis les quatre plus hauts dirigeants du pays, président, Premier ministre, président de l’Assemblée nationale et secrétaire général du parti. À l’issue de ce processus, Mme Nguyễn Thị Kim Ngân a été élue présidente de l’Assemblée nationale et Trần Đại Quang président de la République. Ce dernier a désigné Nguyễn Xuân Phúc comme Premier ministre. Auparavant, Nguyễn Phú Trọng avait été réélu au poste de secrétaire général du PCV au détriment de l’ancien Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng qui se présentait également. Or ces personnalités sont toutes les quatre considérées comme proches du courant conservateur et prochinois au sein du parti, en particulier le nouvel « homme fort » Nguyễn Phú Trọng. Nguyễn Tấn Dũng, à l’inverse, était réputé pour son réformisme, sa méfiance à l’encontre de la Chine et sa volonté de rapprocher le Vietnam des États-Unis. Initiateur de réformes économiques visant à privatiser progressivement les entreprises d’État, il a aussi été l’artisan de l’intégration du Vietnam au Trans-Pacific Partnership (TPP16). Il jouissait également d’une forte popularité en raison de la fermeté affichée par le gouvernement vietnamien lors de la crise de mai 2014. Toutefois, ses orientations politiques et économiques ont progressivement suscité des réserves dans la frange conservatrice du Parti, moins encline à défier ouvertement la Chine, réserves auxquelles il faut également ajouter l’origine sudiste de Dũng, facteur de méfiance supplémentaire.

26Depuis l’arrivée de Nguyễn Phú Trọng, dont le rôle s’est encore renforcé depuis son élection, le 23 octobre 2018, à la présidence de la République à la suite du décès prématuré de Trần Đại Quang, la politique vietnamienne s’est caractérisée par une moindre hostilité à Pékin, ceci ne signifiant pas pour autant une adhésion à la politique chinoise en mer de Chine méridionale. Les actuels dirigeants vietnamiens sont en effet conscients des dangers que représente une Chine trop puissante comme des attentes de l’opinion publique vietnamienne, très antichinoise sur cette question. Contraint à l’équilibre, le gouvernement laisse partiellement s’exprimer la grogne populaire mais prend soin de réprimer les manifestations trop ouvertement hostiles à la Chine comme ce fut le cas en janvier 2017.

Les enjeux économiques

27Les enjeux économiques portent principalement sur les ressources halieutiques ainsi que sur les réserves en hydrocarbure de la région. Ils sont également étroitement liés à la question de la définition de la zone économique exclusive (ZEE) des pays riverains dont le principe a été défini par la CNUDM, ratifiée par le Vietnam le 25 juillet 1994 et par la Chine le 15 mai 1996. La ZEE, telle que définie par la Convention, est large de 200 milles marins ; elle prolonge la mer territoriale (12 milles) ainsi que la zone contiguë (12 milles) (voir fig. 3). On note que si les États ont juridiction sur cet espace, ils ne peuvent en principe, y entraver le passage des navires étrangers. Si la ZEE de chaque pays semble clairement définie par le texte, la question du prolongement possible du plateau continental (jusqu’à 350 milles) apparaît comme un facteur de complexité voire de conflictualité supplémentaire. Ce dernier point est particulièrement vrai en ce qui concerne la partie ouest de la mer de Chine méridionale en raison des caractéristiques géomorphologiques du fond marin. En outre, ces différentes délimitations sont également susceptibles de s’appliquer aux îles des archipels ce qui représente l’un des facteurs explicatifs des rivalités intenses dont elles font l’objet.

Fig. 3. Les délim...Fig. 3. Les délimitations maritimes selon la convention de Montego Bay

Fig. 3. Les délimitations maritimes selon la convention de Montego Bay

Source : La Géothèque, URL : http://geotheque.org/​controle-des-espaces-oceaniques/​.

28À ceci s’ajoute le fait que la mer de Chine méridionale représente le débouché est du détroit de Malacca, dont l’importance géopolitique n’est plus à souligner et qu’elle est traversée par l’une des voies maritimes les plus importantes de la planète.

L’armée vietnamienne, un outil fondamental dans la stratégie de défense de Hanoi

29Garante de l’indépendance et de la sécurité du pays, l’armée vietnamienne est l’héritière d’une longue histoire militaire qui s’établit, du point de vue de l’actuelle République socialiste du Vietnam, dans la continuité des victoires remportées au cours du xxe siècle à l’encontre des Français puis des Américains ainsi que de leurs alliés. La mise en échec de l’offensive chinoise de février 1979 a également contribué à forger l’image victorieuse de cette armée. Or la crise de mai 2014 a mis en évidence la faiblesse des moyens militaires du Vietnam et la nécessité pour Hanoi d’accroître ses capacités de dissuasion vis-à-vis de son voisin chinois. Cette préoccupation s’est doublée d’une volonté de reprise en main de l’armée populaire (Quân Đội Nhân Dân Việt Nam) (APVN) par le Parti qui témoigne de la préoccupation des dirigeants vietnamiens de garder un contrôle étroit de l’outil militaire dans un contexte où tout incident mal maîtrisé pourrait conduire à un affrontement direct avec la Chine.

Une reprise en main de l’armée par le Parti

  • 17 Pétition 72 (72 étant le nombre initial de rédacteurs) est un collectif d'universitaires et d'ancie (...)
  • 18 « Les forces armées du peuple doivent montrer une fidélité absolue à la Patrie, au Peuple, au Parti (...)

30La nomination comme ministre de la Défense du général Ngô Xuân Lịch, un commissaire politique sans réelle expérience de commandement militaire, a confirmé la reprise en main par le Parti des rouages essentiels du pouvoir, et a permis au PCV de resserrer son contrôle sur l’armée à un moment où la question du lien entre celle-ci et le Parti génère des critiques croissantes. Ce point a commencé à faire débat dès les années 2010 ; c’est ainsi qu’en 2013, à l’occasion de l’élaboration de la nouvelle Constitution du pays destinée à remplacer celle de 1992, un groupe d’activistes connu sous le nom de Pétition 7217 a appelé à une réévaluation du lien entre le PCV et les forces armées, soulignant que celles-ci devaient « être fidèles à la patrie et au peuple, et non à des organisations ». Pour les signataires, « le devoir des forces armées est de protéger les gens et de défendre la patrie, pas de défendre un parti politique ». Cette proposition a provoqué un vif débat (Le Chi & Vong Duc 2013) dans un contexte de contestation du leadership du Parti. Le texte officiel de la Constitution a finalement été adopté le 28 novembre 2013 par la Treizième Assemblée nationale et prit effet le 1er janvier 2014 (Viet Nam News 2014). Aucune des propositions alternatives n’a été retenue, le texte réaffirmant au contraire la primauté du Parti ainsi que son lien privilégié avec l’armée18. Outre cette dimension juridique, le PCV possède d’autres leviers de contrôle indirects sur l’armée à travers le fait que la grande majorité des officiers est membre du Parti. La Commission militaire centrale, dirigée par le secrétaire général, Nguyễn Phú Trọng, et trois autres membres du Politburo représentent également un rouage incontournable. Enfin, les statuts du parti indiquent clairement que l’APVN est « sous le leadership absolu, direct et complet du parti ». À tout ceci, il faut ajouter le fait que le serment de l’APV stipule que tout le personnel en uniforme doit « tout sacrifier pour la Mère Patrie du Vietnam, sous la direction du Parti communiste du Vietnam » (Abuza 2015).

31Or pour un certain nombre de Vietnamiens, ces évolutions politiques laissent planer un doute sur la latitude qui serait laissée à l’armée de défendre le territoire national, en particulier dans sa dimension insulaire, contre une éventuelle mainmise chinoise en cas d’accord politique entre les partis communistes des deux pays. Si ces inquiétudes sont fondées, certains éléments laissent cependant penser que l’on ne se dirige pas vers une rupture stratégique radicale par rapport aux orientations antérieures. On note en effet l’entrée ou le maintien au sein du Comité central de personnalités ouvertement favorables au développement de la coopération y compris militaire avec les États-Unis et leurs alliés dans la région. C’est le cas, par exemple, du ministre des Affaires étrangères, Phạm Bình Minh, déjà en poste à l’époque de Dũng. C’est également le cas du lieutenant-général Nguyễn Chí Vịnh, artisan du renforcement des relations militaires avec les États-Unis, le Japon, l’Inde et Israël, qui a été maintenu à son poste de vice-ministre de la Défense nationale. On remarque aussi que la politique d’armement du Vietnam n’a pas été remise en cause depuis l’arrivée au pouvoir de la nouvelle équipe. L’analyse des types d’armement acquis par le pays montre d’ailleurs que l’hypothèse de base demeure celle d’un conflit opposant les Vietnamiens aux Chinois sur l’espace maritime.

Une armée en accroissement qualitatif dans un contexte d’asymétrie

32Le Vietnam évolue, face à la Chine, dans un contexte d’asymétrie qui lui est à première vue défavorable (Ly Toan Quan 2000). Comme tous les acteurs de moindre puissance, Hanoi cherche à compenser sa situation d’infériorité en se dotant de moyens de dissuasion capables d’infliger des pertes significatives à son adversaire dans certains domaines spécifiques. En outre, les stratèges vietnamiens ont conscience du fait qu’un éventuel conflit avec la Chine se déroulera principalement sur l’espace maritime. Pour cette raison et du fait de la large supériorité, en nombre comme en puissance, des unités navales chinoises, le Vietnam a choisi d’investir dans du matériel lui permettant de compenser en partie cette situation d’asymétrie. L’analyse stratégique menée par l’APVN l’a ainsi conduite à miser particulièrement sur certains éléments de sa marine ainsi que sur le renforcement de ses capacités de défense en matière de missiles.

Une marine renforcée

33La Marine populaire vietnamienne (Hải quân nhân dân Việt Nam) a fait l’objet depuis plusieurs années d’un effort de modernisation sans précédent. Elle compte 45 000 officiers et marins répartis en cinq commandements régionaux : Đà Nẵng, Nha Trang, Vũng Tàu, Rạch Giá et Hải Phòng où se situe son quartier général. Les premières initiatives importantes visant à sa modernisation remontent aux années 2000, lorsque Phùng Quang Thanh, nouveau ministre de la Défense en 2006, prit la décision de créer une police maritime ainsi qu’un corps de l’aéronavale (Tréglodé 2011) anticipant ainsi les besoins futurs du pays en matière de protection des côtes et projection de puissance.

34Forte aujourd’hui de près de 70 bâtiments divers, elle a bénéficié de plusieurs hausses budgétaires qui ont permis, au cours des années 2010, l’achat de nouveaux matériels, plus modernes et plus performants. On peut évoquer à titre d’exemple celui de six frégates russes de type Gepard, acquisitions largement commentées en raison de leur taille et de leur équipement (en particulier les missiles antinavires et sol-air). Les deux premières ont été livrées en 2011, deux autres en 2017 et l’acquisition de deux dernières fait l’objet de négociations. Il s’agit des plus grands bâtiments de la flotte vietnamienne dont les plus récents sont en outre dotés d’armes anti-sous-marines. Ces achats témoignent de l’adaptation croissante de la défense vietnamienne aux différents types de menaces. On note également que les frégates de la nouvelle classe Molniya acquises par Hanoi auront des capacités supplémentaires, en particulier le fait d’être armées de missiles anti-sous-marins Klub en plus des missiles antinavires habituels Uran. Cela donnera au Vietnam la possibilité d’atteindre des cibles lointaines comme, par exemple, des installations chinoises dans les îles Spratleys ou Paracels. Par ailleurs, six sous-marins russes de la classe Kilo ont été commandés en 2009. Le premier a été livré à la base navale de Cam Ranh le 2 janvier 2014 et le dernier a été réceptionné au début de l’année 2017. On peut également citer six navires de débarquement amphibies destinés à la projection de forces terrestres à grande distance, un choix pertinent dans l’hypothèse d’un conflit se déroulant à des centaines de kilomètres des côtes du Vietnam, au niveau des archipels.

Des unités de missiles de plus en plus performantes

35Il s’agit là aussi d’un programme important car il répond particulièrement bien à l’évaluation faite par les stratèges vietnamiens des menaces régionales et à la nécessité pour Hanoi de développer des capacités de frappe offensives pouvant atteindre des cibles situées à plusieurs centaines de kilomètres de ses côtes. Il répond aussi à une autre nécessité tactique ayant pour objet de protéger le territoire vietnamien d’une menace issue de l’espace maritime en déployant plusieurs rideaux défensifs. Ce faisant, le Vietnam se place résolument dans l’approche doctrinale, d’origine américaine, dite de l’A2/AD (Anti-Access/Area Denial) et souvent évoquée au sujet de la RPC car elle correspond en partie aux impératifs stratégiques de la Chine en matière de défense territoriale. Cependant, au-delà du seul cas chinois, elle est applicable à tout acteur muni d’une large façade maritime et, de ce fait, vulnérable à une attaque massive et coordonnée venue de la mer. La doctrine de l’A2/AD, qui marque le retour de la posture défensive dans certaines conditions, est multidimensionnelle et se base sur la combinaison de systèmes antinavires, anti-aériens, anti-sous-marins et terrestres. Elle vise en premier lieu à dissuader une attaque, à se défendre si cette dernière a eu lieu puis à mener des contre-attaques à travers des actions symétriques ou asymétriques (Malcom 2018). C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’acquisition par le Vietnam de missiles supersoniques russes tels que le BrahMos et le Klub (d’une portée de 300 km chacun). L’armée vietnamienne s’est également dotée depuis le début des années 1990 de missiles balistiques Scud d’une portée de 500 km basés à Biên Hòa. Selon un rapport publié en 2015 par le SIPRI, le Vietnam a acheté un système de missiles russe, S-125 Pechora-2T (portée de 35 km) et deux systèmes israéliens : Spyder-SR (porté de 35 km) ainsi que des fusées Extra (Defence Blog 2016). De portée relativement intermédiaire (150 km), d’une grande précision (environ 10 m), d’un faible coût d’entretien et capables d’être tirées à partir de lanceurs petits et mobiles, les caractéristiques de ces dernières laissent penser qu’elles pourraient être destinées à la défense des îlots détenus par le Vietnam dans l’archipel des Spratleys. Outre le système Extra, le Vietnam dispose également de 4K51 Rubezh (80 km de portée), Bal-E (défense anti-missile à courte portée de haute précision également équipé de système antibrouillage), Bastion-P (300 km de portée) ainsi que la gamme Redut d’une portée de 450 km. L’ensemble a pour vocation de créer un système de défense intégré comprenant cinq niveaux, visant à protéger le littoral et ses infrastructures ainsi que l’espace maritime environnant d’une attaque de navires de guerre amphibies. La répartition des quatre unités de missiles destinés à la défense côtière a été pensée de manière à établir un rideau défensif sur l’ensemble du littoral vietnamien. Elle se présente comme suit : la première unité, située à Hải Phòng, est équipée de missiles Redut, la seconde à Đà Nẵng de missiles Rubezh, la troisième à Ninh Thuận de missiles Bastion-P et enfin, la quatrième, à Phú Yên, est équipée de missiles Bastion-P ou BrahMos.

Le livre blanc de la défense

  • 19 Traduction de l’auteur. « Vietnam’s national defence is the all-people national defence which compr (...)

36Le Vietnam a publié trois livres blancs de la défense, en 1998, en 2004 et en 2009. Un nouveau livre blanc est annoncé depuis 2014 mais il n’a pour le moment pas été publié. Le livre blanc de 2009 (Vietnam National Defence 2009), s’il ne définit pas la doctrine de défense du pays, contient néanmoins des indications utiles quant aux postures générales en matière de défense. Assez largement, le document insiste sur le fait que la politique étrangère de Hanoi est basée sur l’ouverture, la multilatéralisation et la diversification des contacts dans les relations internationales. Trois principes fondamentaux se détachent à la lecture du document : refus de nouer des alliances militaires, refus d’accepter des bases étrangères, refus de voir le territoire national utilisé par un autre pays dans le cadre d’une action contre un pays tiers. Deux points sont particulièrement intéressants à souligner dans ce document. Tout d’abord le fait que le livre blanc définit la défense nationale comme un système largement inclusif qui comprend l’ensemble des forces vives du pays et s’appuie sur une stratégie intégrée19. Ensuite, le fait que la posture de base du pays repose sur le principe de non-agression et la capacité à riposter fermement en cas d’attaque.

  • 20 Adoptée à Phnom Penh, Cambodge, le 4 November 2002, Association of Southeast Asian Nations, URL : h (...)
  • 21 Traduction de l’auteur. « Vietnam’s consistent policy is to solve both historical and newly emergin (...)
  • 22 Traduction de l’auteur. « Vietnam attaches importance to expanding defence dialogues with relevant (...)

37La lecture du livre blanc fait également ressortir le fait que la défense nationale est d’abord pensée par rapport au territoire national et selon une conception qui fait largement appel au principe d’une guerre populaire impliquant toutes les forces de la nation dans le but de défendre la Mère Patrie. Cette vision défensive et centrée sur le territoire national revient à plusieurs reprises dans le document et renvoie au maintien d’une appréhension classique de la menace par le Vietnam. Toutefois, en dépit de cette approche encore « traditionnelle », on note que la question de la mer de Chine méridionale est explicitement évoquée et que le document consacre tout un alinéa à la mission de la marine vietnamienne en mer de Chine méridionale. Si le document fait également référence au soutien sans équivoque de Hanoi à la Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale (Declaration in the Conduct of Parties in the South China Sea [DOC]20) décidé par les membres de l’ASEAN en 2002 et au principe de coopération, Hanoi y rappelle de manière ferme et explicite la revendication inaliénable du Vietnam sur les archipels Spartleys et Paracels21. Dans ce contexte et fort logiquement, la coopération militaire avec différents partenaires est présentée comme nécessaire et constructive22.

La géopolitique vietnamienne : entre autonomie et dépendance au contexte régional

Les principes de la politique étrangère du Vietnam

  • 23 Le texte complet de la résolution est disponible en vietnamien à l’adresse suivante : « Toàn văn Ng (...)

38Depuis la fin de la Guerre froide, le Vietnam a suivi une politique étrangère marquée par une volonté de diversification, fréquemment qualifiée de multidirectionnelle ou d’omnidirectionnelle, et ce en accord avec la 13e résolution du Politburo de mai 1988 basée sur le principe suivant : « plus d’amis et moins d’ennemis ». L’objectif permanent de Hanoi est en effet de maintenir un équilibre diplomatique afin d’éviter l’établissement d’une relation de sujétion à l’égard d’une puissance en particulier. Sur le plan géopolitique, cette approche se traduit par la politique dite des « trois non » évoquée plus haut (non à des bases militaires étrangères sur le sol vietnamien, non à l’établissement d’alliances militaires et non à une intervention au côté d’un pays pour lutter contre un autre pays). Le 8e Plénum du PCV qui s’est tenu en 2003 a contribué à préciser les contours de la politique étrangère vietnamienne en développant les concepts de « partenaires de coopération » (đối tác) et d’« objets de lutte » (đối tượng) considérés comme étant en interaction permanente. Ainsi, les partenaires de Hanoi peuvent-ils avoir des intérêts qui divergent de ceux du Vietnam tandis que l’existence d’« objets de lutte » n’empêche pas d’identifier parallèlement des espaces de coopération. L’interaction permanente des deux concepts représente pour la diplomatie vietnamienne le paramètre fondamental à prendre en compte dans toutes les relations entretenues par la RSV avec d’autres États, en particulier des grandes puissances tels la Chine ou les États-Unis. Ces principes de base ont été repris dans la résolution publiée à l’issue du XIIe Congrès national du PCV qui s’est tenu en janvier 2016 à Hanoi et qui réaffirme la volonté du peuple vietnamien de lutter « avec détermination pour défendre fermement l’indépendance, la souveraineté, l’unité, l’intégrité territoriale de la Patrie, protéger le parti, l’État, le peuple et le régime socialiste. Maintenir la paix, la stabilité, la réactivité et une intégration internationale active pour développer le pays ; renforcer la position et le prestige du Vietnam dans la région et dans le monde23 ».

La politique de distanciation du Vietnam à l’épreuve de la rivalité sino-américaine

  • 24 Traduction de l’auteur. « And today, China represents one of the most challenging and consequentia (...)

39Fidèle au principe développé ci-dessus, le Vietnam a donc cherché à maintenir un équilibre entre Pékin et Washington dans le contexte d’une rivalité sino-américaine grandissante et de la présence croissante des États-Unis dans la région. Ce réinvestissement de l’Asie par l’Amérique trouve son origine dans la politique de rééquilibrage (Rebalancing) vers l’Asie-Pacifique initiée au début des années 2010 par l’administration Obama. Cette dynamique, largement portée par Barack Obama lui-même ainsi que sa secrétaire d’État de l’époque, Hillary Clinton, avait pour objet de développer une stratégie visant à contrôler la montée en puissance de la RPC afin que celle-ci n’affecte pas négativement les intérêts américains. Les points principaux de cette politique ont été développés par Mme Clinton dans un article paru dans la revue Foreign Policy et intitulé « America’s Pacific Century » (Clinton 2011). Les intentions principales de Washington dans la zone y étaient présentées comme suit : développer un engagement de l’Amérique du même type que celui effectué en Europe après-guerre, identifier de nouveaux partenaires privilégiés avec les USA qui s’ajouteraient aux partenaires traditionnels (Japon, Corée du Sud, Thaïlande, Philippines, Australie), effectuer un pari stratégique sur l’Inde et enfin, porter une attention particulière à l’Indonésie, troisième démocratie de la planète et la plus peuplée des nations musulmanes. L’objectif recherché visait à construire un réseau d’alliance aussi efficace que celui du partenariat transatlantique, la Chine étant présentée comme le pays « posant les plus gros défis de politique étrangère jamais lancés à Washington » (Clinton 201124). La dimension militaire était nettement mise en avant dans ce texte qui rappelait les alliances traditionnelles de Washington et appelait à leur modernisation, la puissance militaire étant présentée comme inséparable des valeurs universelles portées par l’Amérique :

  • 25 Traduction de l’auteur. « But even more than our military might or the size of our economy, our mo (...)

Mais plus encore que notre puissance militaire ou la taille de notre économie, notre atout le plus puissant en tant que nation est la force de nos valeurs, en particulier notre soutien indéfectible à la démocratie et aux droits de l’homme. Cela témoigne de notre caractère national le plus profond et est au cœur de notre politique étrangère, y compris de notre tournant stratégique vers la région Asie-Pacifique25. (Clinton 2011.)

40La mer de Chine méridionale était également évoquée par Mme Clinton qui rappelait le principe intangible pour les États-Unis de la liberté de navigation. On remarque que l’intérêt américain pour cet espace maritime ne s’est pas démenti par la suite, conduisant Washington à multiplier les opérations maritimes dites FONOP (Freedom of navigation operations) dans cette zone depuis le milieu des années 2010. Celles-ci sont caractérisées par des passages réguliers de bâtiments de l’US Navy à proximité des îlots contrôlés par la RPC dans les Spratleys comme dans les Paracels. Pékin a, à chaque fois, vigoureusement protesté contre ce qu’il considère comme des intrusions américaines dans ses eaux territoriales. Plusieurs incidents ont d’ailleurs opposé forces américaines et chinoises depuis les années 2000 parmi lesquels on peut citer celui ayant impliqué le navire océanographique américain USNS Impeccable en mars 2009 au large de l’île de Hainan ou encore, très récemment, la collision évitée de justesse le 30 septembre 2018 entre le destroyer américain USS Décatur et le Lanzhou, un destroyer chinois de la classe Luyang II, au large du récif de Gaven dans les Spratleys.

Le rapprochement entre le Vietnam et les États-Unis

41En dépit de sa volonté de maintenir un équilibre diplomatique entre ses divers partenaires, la perception par Hanoi d’une menace croissante de la part de la Chine a poussé le Vietnam à se rapprocher progressivement des États-Unis. La normalisation entre les deux États remonte déjà aux années 1990 mais l’évolution géopolitique de la Chine depuis la fin des années 2000 a accéléré le rapprochement américano-vietnamien dans le contexte de la politique de rééquilibrage initiée par l’administration Obama.

  • 26 « Joint Statement by President Barack Obama of the United States of America and President Truong Ta (...)
  • 27 « Expanded U.S. Assistance for Maritime Capacity Building Share », Fact Sheet, Office of the Spokes (...)

42En septembre 2011, le Vietnam et les USA ont ainsi signé un mémorandum d’accord (memorendum of understanding) sur la coopération bilatérale en matière de défense portant sur cinq axes principaux : l’établissement de rencontres régulières de haut niveau entre le département US de la Défense et le ministère national de la Défense du Vietnam, la sécurité maritime, la recherche et le sauvetage, les opérations de maintien de la paix, l’assistance humanitaire et les secours en cas de catastrophe (Shoji 2016). Cette proximité avec l’Amérique s’est vue renforcée par l’établissement d’un partenariat global (comprehensive partnership) à la suite de la visite à Washington, le 25 juillet 2013, du président vietnamien Trương Tấn Sang26. Ce partenariat avait pour objet d’accroître la coopération américano-vietnamienne dans les domaines politique, de la sécurité, diplomatique, scientifique, technologique, ainsi qu’au niveau de l’éducation et de l’environnement. Poursuivant cette dynamique, le secrétaire d’État américain, John Kerry, avait annoncé quelques mois plus tard, à l’occasion de sa visite au Vietnam en décembre 2013, la décision de Washington d’apporter une aide d’un montant de 18 millions de dollars à ce pays afin de l’aider à développer sa sécurité maritime. Cette aide incluait la livraison de cinq patrouilleurs rapides au corps des garde-côtes vietnamiens27 et confirmait l’attention portée par Washington à la montée en puissance de Hanoi sur le plan maritime.

  • 28 « Obama says US decision to lift decades-old arms embargo on wartime foe Vietnam was “not based on (...)

43La coopération dans le domaine militaire a pris de l’ampleur au cours des années suivante. Ainsi le 8 avril 2014, les marines vietnamienne et américaine se sont-elles livrées à six jours d’exercices conjoints en mer de Chine méridionale avec la participation de deux bâtiments de l’US Navy et près de 400 marins américains. À la suite de la crise de mai 2014 qui avait mis en lumière le sous-équipement de Hanoi en matière de garde-côtes, Washington a annoncé en octobre de la même année la levée partielle de l’embargo sur les armes frappant le Vietnam, celui-ci obtenant la possibilité d’importer du matériel de surveillance maritime « non létal ». L’embargo sera levé totalement deux ans plus tard, en mai 2016, en dépit de certaines résistances à Washington liées à l’insuffisance des progrès du Vietnam dans le domaine des droits de l’homme28.

44Ce rapprochement s’est également concrétisé par la multiplication des rencontres bilatérales de haut niveau entre officiels vietnamiens et américains. La convergence de vue régnant au sein du Parti communiste vietnamien sur le rapprochement avec les États-Unis a été confirmée par les diverses visites effectuées dans ce pays entre 2014 et 2015 par plusieurs responsables du Politburo, notamment Phạm Quang Nghị, responsable du Comité du Parti à Hanoi, Trần Đại Quang, à l’époque ministre de la Sécurité publique ou encore Nguyễn Sinh Hùng, président de l’Assemblée nationale. Ces visites ont contribué à resserrer les liens avec la partie américaine et à préparer la visite historique à Washington du secrétaire général du PCV, Nguyễn Phú Trọng, en juillet 2015. À l’issue de son entretien, présenté comme positif, avec Barack Obama, Trọng avait déclaré que les deux parties :

  • 29 « Remarks by President Obama and General Secretary Nguyen Phu Trong of Vietnam », The White House, (...)

[avaient convenu] de continuer à promouvoir les relations globales entre les deux pays dans tous les domaines : coopération politique, diplomatique, économique, commerce, investissement, éducation et formation, environnement, santé publique, réponse au changement climatique, défense et sécurité coopération, ainsi qu’une meilleure collaboration aux forums régionaux et internationaux29.

45Cette déclaration confirmait la volonté de Hanoi de poursuivre le rapprochement initié antérieurement avec Washington. Revenant sur son entretien, Trọng avait également apporté la précision suivante, évoquant la Chine sans la nommer directement :

  • 30 Ibid.

[…] nous avons discuté et partagé nos points de vue sur les développements récents dans la mer de Chine méridionale et nous avons également partagé notre préoccupation au sujet des activités récentes qui ne sont pas conformes au droit international ce qui pourrait compliquer la situation30.

La coopération régionale et internationale

  • 31 Le texte de la déclaration finale du 19 novembre 2012 est disponible à l’adresse suivante :

46La politique de défense du Vietnam ne se limite pas aux États-Unis, même si ces derniers apparaissent comme un partenaire majeur. Outre Washington, Hanoi tisse en effet des liens avec différents pays de la région, la plupart d’entre eux se situant en rivalité plus ou moins forte avec la Chine. La pluralité de ces partenariats présente plusieurs avantages pour le Vietnam dont celui d’éviter de se trouver dans un rapport de dépendance stratégique trop élevé vis-à-vis de l’acteur américain. Hanoi, à l’instar d’autres pays de la région, considère également que les problématiques liées à la mer de Chine méridionale doivent être abordées et traitées dans un cadre multilatéral, que celui-ci comprenne seulement les pays directement concernés par la dispute ou, de manière plus large, l’ensemble des membres de l’ASEAN. Ce faisant, les Vietnamiens vont à l’encontre de la logique chinoise qui tend à favoriser les négociations bilatérales, plus favorables à Pékin dans un contexte d’asymétrie plus ou moins marquée entre les acteurs. Il convient cependant de relativiser les tentatives du Vietnam visant à mobiliser l’ASEAN en sa faveur. La nécessité d’obtenir un consensus entre les membres de l’Association limite en effet nettement ses capacités d’action concrète. Ainsi, si l’ASEAN a bien réussi à obtenir une relative convergence de vue entre la RPC et ses membres sur la question de la mer de Chine méridionale grâce à la Déclaration de conduite (DOC) de 2002, cet engagement demeure non contraignant. Dans ce document, les parties signataires se contentent de réaffirmer « leur respect et leur attachement à la liberté de navigation et de survol en mer de Chine méridionale » tout en s’engageant à régler leurs différends territoriaux et juridictionnels « par des moyens pacifiques, sans recourir à la menace ou à l’emploi de la force ». La DOC ouvre certes la voie à l’élaboration d’un futur Code de conduite (Code of Conduct [COC]) mais celui-ci est encore à l’état de projet et n’a toujours pas vu le jour. Outre l’incapacité de l’ASEAN à émettre des résolutions contraignantes en l’absence de moyens de coercition, l’Association voit ses États membres s’opposer sur la question de la RPC, un clivage s’étant fait jour entre pays prochinois et opposés à Pékin. Le Cambodge représente sans doute l’exemple le plus emblématique des premiers, accusé par ses détracteurs de faire le jeu de Pékin pour avoir empêché en 2012 l’adoption du document final du Forum des ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN, jugé trop critique par Phnom Penh à l’égard de la Chine (Kozlovski 2012)31.

  • 32 « Promotion du partenariat stratégique Vietnam-Philippines », Le Courrier du Vietnam, 26 septembre (...)
  • 33 « Renforcer le partenariat stratégique Vietnam – Japon », Le Courrier du Vietnam, 8 octobre 2018, U (...)
  • 34 « Le 6e Dialogue des politiques de défense Vietnam-Japon », Vietnam Plus, 4 juillet 2018, URL : htt (...)
  • 35 « Joint Statement between India and Vietnam during the visit of Prime Minister to Vietnam », Minist (...)

47Cette relative impuissance de l’ASEAN pousse Hanoi à rechercher l’établissement de partenariats bilatéraux avec certains pays dont les intérêts convergent avec ceux du Vietnam. C’est ainsi qu’au niveau régional, trois États font l’objet d’une attention particulière de la part de Hanoi, il s’agit des Philippines, du Japon et de l’Inde. Ces trois acteurs présentent comme point commun de s’opposer fortement à la Chine sur des questions territoriales, les îles Senkaku pour le Japon, l’atoll Mischief et les hauts-fonds de Scarborough pour les Philippines, le Cachemire ainsi que l’Arunashal Pradesh pour l’Inde. Si l’on n’assiste pas vraiment à la mise en place d’une stratégie commune ou, a minima, coordonnée entre ces quatre acteurs, les dynamiques croisées qui en découlent sont néanmoins positives pour Hanoi qui accroît ainsi son potentiel diplomatique et sa capacité de résistance face à la pression chinoise. Sans surprise, on constate que c’est dans le courant de la décennie 2010 que les dynamiques de rapprochement se sont accélérées entre le Vietnam et ces trois pays. En ce qui concerne les Philippines, c’est dès octobre 2010 qu’a été initiée une coopération bilatérale dans le domaine de la défense. Poursuivant cette dynamique de coopération, les ministères des Affaires étrangères des deux États ont ensuite signé, le 17 novembre 2015, une déclaration commune sur l’établissement des relations de partenariat stratégique. L’année suivante, à l’invitation de son homologue vietnamien Trần Đại Quang, le président philippin Rodrigo Duterte a effectué les 28 et 29 septembre 2016 une visite officielle au Vietnam32. Les relations entre le Vietnam et le Japon se sont également fortement développées avec l’établissement d’un partenariat stratégique en 2009, transformé cinq ans plus tard en partenariat stratégique approfondi à l’occasion de la visite d’État à Tokyo du président vietnamien Trương Tấn Sang en mars 2014. Les échanges à haut niveau se sont ensuite poursuivis avec la visite officielle au Japon en septembre 2015 du secrétaire général Nguyễn Phú Trọng, celle du Premier ministre Abe Shinzō à Hanoi en janvier 201733, suivie de la venue historique au Vietnam de l’empereur et de l’impératrice du Japon en février 2017, première visite d’État d’un empereur japonais dans ce pays. Régulière tout au long des années 2010, la coopération entre les deux pays apparaît multiforme, n’excluant pas le domaine militaire comme en témoignent les Dialogues sur la politique de défense Vietnam-Japon initiés en 2012 sous l’égide des vice-ministres de la Défense des deux pays qui se poursuivent depuis sur une base annuelle34. L’Inde enfin représente, comme le Japon et les Philippines, un partenaire avec lequel les liens se sont intensifiés depuis plusieurs années (Mathé 2018). Cette proximité a été marquée par la visite historique du Premier ministre indien Narendra Modi le 2 septembre 2016, visite au cours de laquelle ont été confirmés un certain nombre d’accords commerciaux et militaires entre les deux pays. C’est dans ce cadre que M. Modi a annoncé l’octroi d’une subvention de 5 millions de dollars visant à mettre en place un parc informatique destiné à l’APVN à l’université des télécommunications de Nha Trang. Cette subvention s’ajoutait à une ligne de crédit de 100 millions de dollars déjà consentie précédemment par l’Inde au Vietnam pour l’achat de matériel militaire35.

48Outre les pays précités, le Vietnam a élargi et continue d’accroître le nombre de ses partenaires et ce bien au-delà de son seul environnement asiatique. Hanoi a ainsi signé des partenariats stratégiques avec des pays aussi divers que les États-Unis, la Russie, ou encore la France pour ne citer qu’eux. Si les contenus des accords varient, l’objectif pour Hanoi reste de pouvoir s’appuyer sur un maximum de pays amis ou bien disposés à son égard afin d’équilibrer la puissance chinoise, à la fois grâce à l’apport militaire des partenariats et en raison de l’appui diplomatique significatif que lui apporte ce réseau.

Vers un dilemme stratégique insurmontable ?

49Au-delà du Vietnam lui-même, la monté en puissance de la RPC a placé l’ensemble des pays de la région face à un dilemme de sécurité et ce dans un contexte général d’asymétrie préoccupante. Conscient de ses limites, Hanoi a choisi de gérer cette situation à plusieurs niveaux. Sur le plan diplomatique tout d’abord, en développant une stratégie omnidirectionnelle, le Vietnam tente d’établir un équilibre lui permettant de préserver ses acquis et de peser davantage face à la Chine. Pour ce faire, il s’appuie tant sur le renforcement des liens bilatéraux avec des puissances régionales (Inde, Japon) ou extra-régionales (États-Unis, Russie, Australie, etc.) que sur l’intégration à des organisations telles que l’ASEAN en 1995, l’ASEM (Asia-Europe Meeting) en 1996, l’OIF (Organisation internationale de la francophonie) en 1997, l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation) en 1998 ou encore l’OMC (Organisation mondiale du commerce) en 2007. Cette politique permet à Hanoi de multiplier les occasions de rencontre avec différents partenaires et de promouvoir ou défendre les positions vietnamiennes. Sur le plan militaire, les liens noués avec de nombreux États ainsi que la stratégie d’achat d’équipements spécifiques développée par le pays depuis de plusieurs années permettent à l’APVN de réduire l’asymétrie avec la Chine et d’accroître ses capacités de défense et de dissuasion en cas de conflit. Cette politique apparaît nécessaire dans un contexte où la volonté de puissance de Pékin prend de l’ampleur sans que l’on puisse pour autant identifier clairement le projet géopolitique à long terme qui sous-tend les actions de la RPC. Face à cette évolution, le Vietnam s’est vu dans l’obligation de faire évoluer à son tour les paradigmes qui fondaient sa propre vision géopolitique ce qui l’a amené à effectuer une réorientation progressive en direction de la mer de Chine méridionale devenue aujourd’hui sa préoccupation sécuritaire prioritaire. Puissance largement terrestre, le pays s’est donc transformé partiellement et de facto en puissance maritime régionale, un processus destiné à accompagner l’impressionnante mutation de la Chine dans ce domaine. Conscient de ces nouveaux enjeux, Hanoi accroît régulièrement le niveau qualitatif de sa Marine afin de conserver une capacité de maîtrise et de projection de puissance indispensable à la protection de ses côtes et au maintien de sa souveraineté sur les îles des Spratleys actuellement sous son contrôle. Parallèlement, l’APVN a renforcé sa coopération multilatérale avec les armées d’autres pays dont plusieurs sont eux-mêmes opposés à la Chine à des degrés divers. Cette logique a conduit la Marine vietnamienne à participer de plus en plus fréquemment à des exercices conjoints comme en 2010 dans le cadre des opérations MILAN organisées par l’Inde dans le golfe du Bengale, en 2014 lors de manœuvres conjointes avec l’US Navy, en 2016 où le Vietnam a été observateur de l’exercice « Cobra Gold » ou encore à l’occasion de RIMPAC 2018.

50Si la politique vietnamienne ne manque pas de cohérence, la coopération voulue par Hanoi avec ses différents partenaires trouve cependant ses limites en raison du principe des « trois non » qui encadre l’action diplomatique du pays. Ce dernier représente en effet un frein à la mise en place de véritables alliances militaires, en particulier avec Washington. Les réticences du Vietnam à aller plus loin dans la collaboration militaire sont à rechercher dans la volonté de Hanoi de ne pas apparaître trop hostile à Pékin et de limiter ou au moins contrôler ses interactions avec des acteurs plus ouvertement opposés à la RPC. Toutefois, il apparaît que cette position sera d’autant plus difficile à maintenir dans la durée qu’il est impossible de séparer le cadre propre à la rivalité sino-vietnamienne du cadre géopolitique plus large concernant la Chine elle-même. En d’autres termes, l’action de la RPC en mer de Chine méridionale met en lumière les enjeux de la montée en puissance de ce pays, de son émergence en tant qu’acteur maritime majeur et, surtout, de sa rivalité au niveau global avec les États-Unis. Dans ce contexte, la stricte opposition sino-vietnamienne n’apparaît que comme le révélateur d’une dynamique beaucoup plus large et plus complexe. Cette situation met, de fait, Hanoi face à un dilemme stratégique. D’un côté, se limiter au seul cadre sino-vietnamien aurait pour conséquence de maintenir le Vietnam dans une fragilité relative liée à l’asymétrie de puissance entre les deux acteurs, tout en limitant l’amplitude du soutien américain en cas de crise. D’un autre côté, prendre en compte l’articulation entre les deux plans géopolitiques et entrer dans une logique stratégique multilatérale obligerait Hanoi à se positionner de manière plus nette dans la rivalité sino-américaine, voire à intégrer un éventuel système d’alliance collectif au risque de se voir entraîné ensuite dans un conflit qui le dépasse.

51La position vietnamienne d’équidistance entre Pékin et Washington sera d’autant plus difficile à tenir dans la durée que le Vietnam n’est évidemment pas neutre face à la Chine étant lui-même partie prenante du conflit en mer de Chine méridionale. À ceci s’ajoute le fait qu’il doit faire face à des sollicitations américaines régulières visant à l’encourager à approfondir le partenariat militaire américano-vietnamien. L’intérêt jamais démenti et réitéré des Américains pour la base navale de Cam Ranh en est sur ce point une bonne illustration. Dans ce contexte, l’analyse géopolitique suggère que Hanoi aurait intérêt à effectuer un rapprochement accru avec les États-Unis. En effet, une hypothèse plausible est que l’accroissement des tensions entre la Chine et l’Amérique pourrait amener les deux acteurs à entrer d’ici quelques années dans un conflit limité. Une telle crise se déroulerait selon toute vraisemblance dans un espace maritime plus ou moins vaste mais comprenant certainement la mer de Chine méridionale. Or l’issue d’un tel conflit serait déterminante pour les intérêts vietnamiens. Une victoire, même relative, de la RPC aurait pour conséquence de repousser l’influence américaine hors de cet espace et sonnerait du même coup le glas des espoirs de Hanoi de récupérer un jour l’archipel des Paracels ainsi que le contrôle de l’ensemble des îles des Spratleys. Un tel cas de figure aboutirait en outre à l’éviction quasi certaine des forces vietnamiennes des îles qu’elles occupent actuellement. Dans le cas contraire, la position de Hanoi se verrait grandement renforcée, surtout dans l’hypothèse d’une participation active de l’APVN au conflit aux côtés des forces américaines. Les choix à venir de Hanoi relèvent donc d’un pari stratégique complexe, sachant que, quel que soit le cas de figure – neutralité relative avec Pékin ou rapprochement risqué avec Washington – le Vietnam se trouvera confronté à ce qu’Edward Luttwack a qualifié de « logique paradoxale de la stratégie » (Luttwak 2001 : xii), c’est-à-dire à certaines conséquences partiellement négatives d’un choix stratégique, quel que soit ce choix. Cela étant, en dépit de ces incertitudes, une telle décision pourrait s’avérer plus productive pour les futurs intérêts vietnamiens que la position d’équilibre actuellement pratiquée par Hanoi qui ne semble pas être à même de garantir, à terme, les intérêts territoriaux du pays, tout au moins dans l’hypothèse d’une aggravation des tensions au niveau régional.

Haut de page

Bibliographie

ABUZA, Zachary, 2015, « People’s or Party’s Army in Vietnam ? », Policy Brief, 168, Institute for Security & Development Policy, 12 janvier 2015, URL : http://isdp.eu/content/uploads/images/stories/isdp-main-pdf/2015-abuza-peoples-or-partys-army-in-vietnam.pdf.

CLINTON, Hillary, 2011, « America’s Pacific Century », Foreign Policy, 11 octobre, URL : https://foreignpolicy.com/2011/10/11/americas-pacific-century/.

Defence Blog, 2016, « Vietnam Confirmed Purchasing of 20 Israeli EXTRA », 25 février, URL : http://defence-blog.com/news/vietnam-confirmed-purchasing-of-20-israeli-extra.html.

FERRIER, Jean-Pierre, 1975, « Le conflit des Îles Paracels et le problème de la souveraineté sur les îles non habitées », Annuaire français de droit international, 21 : 175-196.

KOZLOVSKI, Mary, 2012, « Sea Dispute Lingers at ASEAN Summit », Deutsche Welle, 22 novembre, URL : https://www.dw.com/en/sea-dispute-lingers-at-asean-summit/a-16397985.

LAFONT, Pierre-Bernard, 1989, Les frontières du Vietnam. Histoire des frontières de la péninsule indochinoise, Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches Asiatiques ».

LE CHI & VONG DUC, 2013, « A Politically Neutral Army is Impossible », Viet Nam News, 21 mars, URL : http://vietnamnews.vn/opinion/op-ed/237083/a-politically-neutral-army-is-impossible.html.

LE THANH KHOI, 1955, Le Viet Nam. Histoire et civilisation, Paris : Les Éditions de Minuit.

LE THANH KHOI, 1992, Histoire du Vietnam des origines à 1858, Paris : Sudestasie.

LUTTWACK, Edward, 2001, Strategy: The Logic of War and Peace, Cambridge (Ma) : Harvard University Press.

LƯU VAN LỢI, 1996, Le différend vietnamo-chinois sur les archipels Hoàng Sa et Trường Sa, Hanoi : Thế Giới.

LY TOAN QUAN, 2002, Géopolitique du Viêt Nam. Un État entre continent et mers du Sud, thèse de doctorat, Paris, Université Paris-Sorbonne.

MALCOM, Léon, 2018, « De l’importance des forces terrestres dans les dispositifs de déni d’accès et d’interdiction de zone : une perspective chinoise », Cahiers de la pensée mili-Terre, 50 : 105-112.

MATHE, Alexis, 2018, « Les mutations de la stratégie vietnamienne face à la Chine : entre développement d’une force militaire régionale moderne et partenariats stratégiques », Asia Focus, 82 : 1-17.

NGUYỄN HỒNG THAO, 2004, Le Vietnam et ses différends maritimes dans la mer de Bien Dong (mer de Chine méridionale), Paris : Pedone.

NGUYỄN Q. THẮNG, 2009, Hoàng Sa – Trường Sa Lãnh Thổ Việt Nam nhìn từ Công Pháp Quốc Tế [Hoang Sa – Truong Sa. Le territoire vietnamien vu du droit international], Hà Nội : Nhà Xuất Bản Tri thức.

NGUYỄN VAN DAN, 2014, Địa Chính Trị Trong Chiến Lược Và Chính Sách Phát Triển Quốc Gia [La géopolitique dans la stratégie nationale et la politique de développement], Hà Nội : Nhà Xuất Bản Chính Trị Quốc Gia.

SHOJI, Tomotaka, 2016, « Briefing MemoVietnam’s Security Cooperation with the U.S. Present and Prospect », The National Institute for Defense Studies News, février, URL : http://www.nids.mod.go.jp/english/publication/briefing/pdf/2016/briefing_e201602.pdf.

Vietnam National Defence, 2009, Socialist Republic of Vietnam, Hanoi : Ministry of National Defence, décembre, URL : http://aseanregionalforum.asean.org/files/library/ARF%20Defense%20White%20Papers/Vietnam-2009.pdf.

TRÉGLODÉ, Benoît de, 2011, « La mer de Chine du Sud, le Viêt Nam et la Chine », Asia Centre, Étude de l’Observatoire Asie du Sud-Est, septembre.

Viet Nam News, 2014, « The constitution of the socialist republic of Viet Nam », 15 janvier, URL: http://vietnamnews.vn/politics-laws/250222/the-constitution-of-the-socialist-republic-of-viet-nam.html.

VÕ LONG TE, 1974, Les archipels de Hoàng Sa et de Trường Sa selon les anciens ouvrages vietnamiens d’histoire et de géographie, Saigon : ministère de la Culture, de l’Éducation et de la Jeunesse, Publications en langues étrangères de la Commission de Traduction.

Haut de page

Note de fin

1 Convention des Nations unies sur le droit de la mer, Montego Bay, 10 décembre 1982, URL : http://www.un.org/depts/los/convention_agreements/texts/unclos/unclos_f.pdf.

2 Declaration of the Government of the People’s Republic of China on China’s Territorial Seas, Pékin, 4 septembre 1958, URL : https://www.chinausfocus.com/upload/file/2014/Annex1-4.pdf.

3 Law on the Territorial Sea and the Contiguous Zone, 7e Congrès national du Peuple, RPC, 25 février 1992, URL :

http://www.un.org/depts/los/LEGISLATIONANDTREATIES/PDFFILES/CHN_1992_Law.pdf.

4 Exclusive Economic Zone and Continental Shelf Act, 9e Congrès national du Peuple, RPC, 26 juin 1998, URL :

http://www.un.org/Depts/los/LEGISLATIONANDTREATIES/PDFFILES/chn_1998_eez_act.pdf.

5 La ligne en neuf traits ou langue de bœuf (南海九段线 ; Nánhǎi jiǔduàn xiàn) est apparue pour la première fois dans un atlas publié en République de Chine en 1947. Cette délimitation, qui comportait onze traits, a été ramenée à neuf par la République populaire de Chine. Un dixième trait a ensuite été rajouté en 2014. Si elle relève davantage de la représentation géopolitique que d’une réalité sur le terrain, elle n’en demeure pas moins porteuse d’une charge symbolique forte et figure sur l’ensemble des cartes émises par la RPC ainsi que sur les passeports des citoyens chinois.

6 Pour consulter le texte de la note, URL :

http://www.fmprc.gov.cn/fra/wjdt/gb/W020140608627513082600.zip.

7 Ce recueil de textes fut rédigé par Kang Tai (康泰), voyageur chinois du milieu du IIIe  siècle originaire du Wu oriental et connu pour ses voyages en Asie du Sud-Est. Il fut l’un des premiers Chinois à évoquer l'existence du royaume de Funan, centré autour du delta du Mékong qui dura du 1er au VIe siècle de notre ère.

8 Ouvrage écrit par Zhen Wan (萬震), chef de la préfecture de Danyang, dans l’État de Wu durant la période des Trois Royaumes (220-280 après J.-C.).

9 Le 15 juillet 1971, dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères du Sud-Vietnam réaffirmait de manière catégorique la souveraineté du Vietnam sur les Paracels, rappelant les trois points principaux qui fondaient sa position : dès 1802 l’archipel était exploité et contrôlé par la Compagnie des Paracels au nom de l’empereur Gia Long ; en 1834, sous le régime de l’empereur Ming-Mạng, l’archipel était mentionné comme faisant partie du territoire du Vietnam sur les cartes géographiques éditées par la Cour impériale de Hué ; enfin, la géographie impériale Đại nam nhất thống chí publiée sous le règne de Tự Đức en 1865 avait également fait état de l’occupation des îles par les empereurs de la dynastie des Nguyên (Lưu Văn Lợi 1996). Voir aussi Ferrier (1975).

10 Selon l’historien vietnamien Võ Long Tê, le document le plus ancien attestant des droits du Vietnam sur ces territoires insulaires serait un ouvrage en quatre tomes intitulé Toàn tập thiên nam tứ chí lộ đồ thư publié au xviie siècle, probablement entre les années 1630 et 1653 (Võ Long Tê 1974).

11 Le Quangdong Tong Zhi (廣東省東莞市交通志) indique en 1731 que la préfecture de Wenzhou englobe les îles de la mer de Chine méridionale définies comme qianli changsha (千里長沙) (« mille li de bancs de sable »), wanli shitang (萬里石塘) (« dix mille li de hauts-fonds et tourbillons ») et wanli changsha (萬里長沙) (« dix mille li changsha ») (Lafont 1989).

12 Voir à ce sujet les excellentes analyses et infographies publiées par l’organisation Asia Maritime Transparency Initiative, URL : https://amti.csis.org/.

13 China National Offshore Oil Corporation (Zhōngguó Háiyáng Shíyóu Zǒnggōngsī, 中国海洋石油总公司).

14 « Việt Nam gửi công hàm phản đối Trung Quốc lên LHQ » (« Le Vietnam a envoyé une note de protestation à la Chine à l’ONU »), VnExpress, 31 mai 2014, URL :

https://vnexpress.net/the-gioi/viet-nam-gui-cong-ham-phan-doi-trung-quoc-len-lhq-2998308.html

15 Ce « mémoire en intérêt » déposé le 5 décembre 2014 devant la Cour permanente d’arbitrage de La Haye, porte sur trois points : droits du Vietnam sur les Paracels et les Spratly ; délimitation des zones économiques exclusives et du plateau continental rattaché ; proclamation par la Chine de droits de souveraineté en mer de Chine méridionale.

16 Trans-Pacific Partnership Agreement (TPP) : zone de libre-échange créée sous l’égide des États-Unis réunissant douze États situés de part et d’autre de l’océan Pacifique et dont Washington s’est désengagé à la suite de l’élection de Donald Trump en novembre 2016.

17 Pétition 72 (72 étant le nombre initial de rédacteurs) est un collectif d'universitaires et d'anciens responsables gouvernementaux qui ont rédigé en janvier 2013 une Constitution alternative à celle actuelle du Vietnam. Pétition 72, entre autres changements importants, proposait l’abolition de la structure du parti unique au Vietnam définie par l’article 4 de la Constitution. Une particularité de ce mouvement est qu’il comprenait des personnalités importantes issues du Parti communiste tels le Dr Nguyễn Đình Lộc, juriste et ancien ministre de la Justice ou encore Hồ Ngọc Nhuận , vice-président du Front de la patrie vietnamien à Ho Chi Minh-Ville.

18 « Les forces armées du peuple doivent montrer une fidélité absolue à la Patrie, au Peuple, au Parti et à l’État ; protéger l'indépendance, la souveraineté, l'unité et l'intégrité territoriale de la Patrie, la sécurité nationale et l'ordre social et la sécurité ; Protéger le Peuple, le Parti, l’État et le régime socialiste; et rejoindre l’ensemble du peuple dans la construction nationale et l'exercice des obligations internationales. » (Article 65 de la Constitution de 2014.)

19 Traduction de l’auteur. « Vietnam’s national defence is the all-people national defence which comprises the full spectrum of the State and people’s political, economic, diplomatic, military, cultural and scientific activities that contribute to the build -up of a synchronized, balanced and comprehensive power of the nation of which the military power is of the essence and the armed forces being the key element in order to maintain the country’s peace and stability, prevent acts of sabotage and war provocation, repulse threats of war, and at the same time, be ready to defeat any aggressive acts in all forms and scales. » (Vietnam National Defence 2009: 33).

20 Adoptée à Phnom Penh, Cambodge, le 4 November 2002, Association of Southeast Asian Nations, URL : https://asean.org/?static_post=declaration-on-the-conduct-of-parties-in-the-south-china-sea-2.

21 Traduction de l’auteur. « Vietnam’s consistent policy is to solve both historical and newly emerging disputes over territorial sovereignty in land and at sea through peaceful means on the basis of international laws. As for disputed sovereignty rights at sea, though there is sufficient historical evidence and legal foundation to prove Vietnam’s undeniable sovereignty over water areas and islands in the East Sea, including the Paracels and the Spratlys, it is always ready to negotiate with all parties concerned to find peaceful solutions to those disputes in conformity with regulations of the 1982 United Nations Convention on the Law of the Sea. While continuously seeking for a long-term solution to the issue, Vietnam advocates that all parties must re strain themselves, strictly abide by DOC, and strive for building COC in order to reach a long-term and fair solution to this complicated issue, turning the East Sea into a sea of peace, friendship, and development. » (Vietnam National Defence 2009 : 19-20).

22 Traduction de l’auteur. « Vietnam attaches importance to expanding defence dialogues with relevant countries, enabling all parties to grasp each other’s viewpoints, creating the opportunity for solving issues relating to the interests of all parties. Vietnam has conducted frequent defence dialogues at various levels with other ASEAN member countries, and the other countries such as China, Russia, the United States, Japan, France, India and so on. » (Vietnam National Defence 2009 : 25.)

23 Le texte complet de la résolution est disponible en vietnamien à l’adresse suivante : « Toàn văn Nghị quyết Đại hội lần thứ XII của Đảng », Báo điện tử của Đài Tiếng Nói Việt Nam (VOV), 29 janvier 2016, URL : https://vov.vn/chinh-tri/dang/toan-van-nghi-quyet-dai-hoi-lan-thu-xii-cua-dang-474205.vov.

24 Traduction de l’auteur. « And today, China represents one of the most challenging and consequential bilateral relationships the United States has ever had to manage .»

25 Traduction de l’auteur. « But even more than our military might or the size of our economy, our most potent asset as a nation is the power of our values—in particular, our steadfast support for democracy and human rights. This speaks to our deepest national character and is at the heart of our foreign policy, including our strategic turn to the Asia-Pacific region. »

26 « Joint Statement by President Barack Obama of the United States of America and President Truong Tan Sang of the Socialist Republic of Vietnam », The White House, Office of the Press Secretary, July 25, 2013, URL : https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/2013/07/25/joint-statement-president-barack-obama-united-states-america-and-preside.

27 « Expanded U.S. Assistance for Maritime Capacity Building Share », Fact Sheet, Office of the Spokesperson, Washington, DC, December 16, 2013, URL : https://2009-2017.state.gov/r/pa/prs/ps/2013/218735.htm.

28 « Obama says US decision to lift decades-old arms embargo on wartime foe Vietnam was “not based on China” », South China Morning Post, Monday, 23 May, 2016, URL : https://www.scmp.com/news/asia/diplomacy/article/1951533/obama-says-us-decision-lift-decades-old-arms-embargo-wartime-foe.

29 « Remarks by President Obama and General Secretary Nguyen Phu Trong of Vietnam », The White House, Office of the Press Secretary, 7 juillet 2015, URL : https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/2015/07/07/remarks-president-obama-and-general-secretary-nguyen-phu-trong-vietnam.

30 Ibid.

31 Le texte de la déclaration finale du 19 novembre 2012 est disponible à l’adresse suivante :

https://www.asean.org/storage/images/2012/news/documents/Joint%20Statement%20of%20the%2015th%20ASEAN-China%20Summit%20on%20the%2010th%20Anniversary%20of%20the%20Declaration%20on%20the%20Conduct%20of%20Parties%20in%20the%20South%20China%20Sea.pdf.

32 « Promotion du partenariat stratégique Vietnam-Philippines », Le Courrier du Vietnam, 26 septembre 2016, URL : https://www.lecourrier.vn/promotion-du-partenariat-strategique-vietnam-philippines/353969.html.

33 « Renforcer le partenariat stratégique Vietnam – Japon », Le Courrier du Vietnam, 8 octobre 2018, URL : https://www.lecourrier.vn/renforcer-le-partenariat-strategique-vietnam-japon/521675.html.

34 « Le 6e Dialogue des politiques de défense Vietnam-Japon », Vietnam Plus, 4 juillet 2018, URL : https://fr.vietnamplus.vn/le-6e-dialogue-des-politiques-de-defense-vietnamjapon/105276.vnp.

35 « Joint Statement between India and Vietnam during the visit of Prime Minister to Vietnam », Ministry of External Affairs, Government of India, September 03, 2016, https://www.mea.gov.in/bilateral-documents.htm?dtl/27362.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La mer de Chine méridionale et les archipels contestés
Crédits Source : The University of Texas Librairies, https://legacy.lib.utexas.edu/​maps/​middle_east_and_asia/​schina_sea_88.jpg.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/5052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Fig.2. Contentieux en mer de Chine méridionale
Crédits source : Wikipédia, URL : https://en.wikipedia.org/​wiki/​Territorial_disputes_in_the_South_China_Sea.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/5052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3. Les délimitations maritimes selon la convention de Montego Bay
Crédits Source : La Géothèque, URL : http://geotheque.org/​controle-des-espaces-oceaniques/​.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/5052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Gédéon, « Vietnam : une géopolitique en mutation au risque d’un dilemme stratégique ? », Moussons, 33 | 2019, 143-173.

Référence électronique

Laurent Gédéon, « Vietnam : une géopolitique en mutation au risque d’un dilemme stratégique ? », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 mai 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5052 ; DOI : 10.4000/moussons.5052

Haut de page

Auteur

Laurent Gédéon

Maître de conférences en géopolitique à l’université catholique de Lyon. Chercheur à l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062, ENS Lyon/Lyon 2/IEP Lyon). Ses recherches se développent sur deux axes : la ville de Ho Chi Minh-Ville et son quartier chinois, Cholon ; la géostratégie maritime de la RPC et les enjeux qui en découlent en Asie-Pacifique. Il est également codirecteur du projet Virtual Saigon : http://virtual-saigon.net/.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page