Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie-Sybille de Vienne, Thaïlande, une royauté bouddhique aux xxe et xxie siècles

Paris, Indes Savantes, coll. « Études sur l’Asie », 2018, tableaux, schémas, photographies, glossaire, bibliographie thématique, index, 232 p.
Jean Baffie
Référence(s) :

Marie-Sybille de Vienne, Thaïlande, une royauté bouddhique aux xxe et xxie siècles, Paris, Indes Savantes, coll. « Études sur l’Asie », 2018 , tableaux, schémas, photographies, glossaire, bibliographie thématique, index, 232 p.

Texte intégral

1La publication d’un ouvrage sur la royauté thaïlandaise par Marie-Sybille de Vienne m’a plutôt surpris. C’est en effet une autre chercheuse, Sophie Boisseau du Rocher, qui m’avait annoncé, il y a quelques années, avoir entrepris, sur une suggestion de l’ambassadeur de France à Bangkok, un ouvrage sur le roi Bhumibol Adulyadej, alors régnant.

  • 1 La thèse a été publiée en 2008 par les Indes Savantes (Vienne 2008).

2L’auteure du livre dont la recension est proposée ici, généralement présentée comme spécialiste d’histoire économique et de géopolitique, est de fait plus connue pour ses publications sur l’Indonésie, Brunei, le Cambodge et la Birmanie, voire le Viêt Nam et la diaspora chinoise en Asie du Sud-Est. La thèse qu’elle a soutenue à l’université Paris 7 en 1979 portait sur les Chinois en Insulinde d’après les sources hollandaises du xviie siècle1.

3La thèse a été publiée en 2008 par les Indes Savantes (Vienne 2008).

4Professeure à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), elle donne cinq enseignements sur l’économie des différents pays de l’Asie du Sud-Est, dont la Thaïlande. En outre, en 2006, Marie-Sybille de Vienne a succédé à Jacques Népote comme responsable de la revue semestrielle Péninsule, un des derniers périodiques de qualité sur l’Asie du Sud-Est, plus particulièrement dans sa partie continentale. Elle y a donné un nombre important d’articles sur divers pays et thématiques.

  • 2 Deux autres ouvrages sont annoncés, l’un sur la royauté cambodgienne par Grégory Mikaelian, l’autr (...)

5Le présent ouvrage, présenté comme le premier résultat d’une enquête de plusieurs années sur l’actualité des royautés sud-est asiatiques2 suggérée par Benoît de Tréglodé en 2012, alors directeur de l’IRASEC, se compose d’une assez longue introduction sur les notions de royauté et de monarchie, de trois parties et d’une brève conclusion. Dans une contribution à l’annuaire de l’IRASEC pour l’année 2014 sur les royautés sud-est asiatiques, c’est Bernard Formoso, lui fin connaisseur du pays, qui avait signé l’article sur la royauté en Thaïlande, tandis que M.-S. de Vienne avait écrit sur le sultanat de Brunei et Grégory Mikaelian sur la royauté cambodgienne (Mikaelian, Vienne & Formoso 2014).

6 Deux autres ouvrages sont annoncés, l’un sur la royauté cambodgienne par Grégory Mikaelian, l’autre sur la Malaisie dont l’auteur n’est pas précisé mais qui pourrait être également M.-S. de Vienne, auteur d’un ouvrage récent sur Brunei.

  • 3 Le mot παμβασιλείας, donné pour « royauté absolue », ne se trouve pas dans le dictionnaire Bailly (...)

7Dans l’ouvrage présent l’introduction (p. 9-24), co-signée par Grégory Mikaelian, historien du Cambodge, est très générale et insiste surtout sur la différence entre monarchie et royauté. Elle concerne autant l’Europe que l’Asie du Sud-Est. L’avantage du terme monarchie – même si étymologiquement il reste évidemment trop général – réside toutefois dans le fait qu’il fait référence à une institution tandis que royauté (surtout dans sa version anglaise de royalty) semble désigner d’abord « l’ensemble des membres de la famille royale ». L’usage de mots grecs a vraisemblablement pour objectif de paraître savant, mais dans ce cas il aurait été bon de vérifier dans le dictionnaire. Selon A. Bailly, le mot pour royauté est ή βασιλεία, βασιλείας étant le génitif (Bailly 1901 : 1503).

8 Le mot παμβασιλείας, donné pour « royauté absolue », ne se trouve pas dans le dictionnaire Bailly mais devrait également être écrit παμβασιλεία (panbasileia), ce que confirme une rapide recherche sur Internet. Précisons en outre qu’il est coutume de donner les noms grecs au nominatif et au génitif et précédés de l’article : ή βασιλεία, ας (ê basileia, basileias) ; ή μοναρχια, ας (ê monarchia, monarchias); ή τυραννίς, ιδος (ê turannis, turannidos) 

  • 4 Si le roi Prajadhipok quitta le Siam en janvier 1934, il n’avait plus de pouvoir effectif depuis l (...)

9La première partie (p. 27-88) traite essentiellement de l’histoire de la « royauté » (dynastie) Chakkri. Un premier chapitre (p. 29-47) traite de la période 1826-1945 étrangement intitulé « modernisation de la royauté ». Il couvre le passage à une monarchie constitutionnelle en juin 1932. Pour l’auteur, la royauté « récupère dès lors une nouvelle fonction : celle de légitimer un coup d’État exercé par des tiers » (p. 42), mais cette fonction n’est, en réalité, devenue effective qu’avec le coup d’État du maréchal Sarit Thanarat en 1957. Les intertitres sont assez déroutants. Ainsi, dans le développement sur « le règne de Rama IV » (p. 32-37), il est davantage question du règne de Rama V. D’autres découpages paraissent arbitraires : 1934-1945 (?) pour la « royauté réduite à sa plus simple expression4 ». Le deuxième chapitre (p. 49-63) « restauration royale et urbanisation (1946-1988) » a un titre particulièrement étonnant, d’une part parce que, jusqu’en 1957, la faiblesse du roi était manifeste et il n’est pas exclu que le maréchal Phibun Songkhram ait songé à abolir la fonction royale, mais surtout il n’y est nulle part question de l’urbanisation annoncée dans le titre. Le chapitre trois couvre la période 1988 à 2006 et traite de la fusion royauté-démocratie, tandis que le dernier chapitre, très bref (p. 81-88) évoque la décennie 2006-2016 sous le titre « liquéfaction institutionnelle ».

10 Si le roi Prajadhipok quitta le Siam en janvier 1934, il n’avait plus de pouvoir effectif depuis le coup d’État de juin 1932 et plus guère de crédit depuis la tentative de contre coup d’État d’octobre 1933.

  • 5 Il faut néanmoins signaler aux thaïsant un dossier consacré au conseil privé dans la revue Fadiaok (...)

11La deuxième partie (p. 89-142) est, à mon sens, la plus intéressante. Le premier chapitre sur le Conseil privé est très utile car les sources, y compris en langue thaïe, sont peu nombreuses5. Le tableau n° 4 sur la sociologie des membres du conseil (p. 94) n’est cependant guère cohérent puisqu’il mélange les secteurs d’activité à l’ethnicité (Sino-Thaïs) et au lien familial avec le roi (parentèle royale). Les deux autres chapitres abordent les questions des finances royales et des projets de développement patronnés par la famille royale, puis celles des rituels royaux. L’absence de références aux travaux sur les projets royaux de Chanida Chitbundit, professeur à l’université Thammasat, surprend d’autant que certains d’entre eux sont disponibles en langue anglaise. Il faut aussi regretter que l’auteur ne fasse pas allusion à l’important débat sur le pouvoir royal suscité par l’ouvrage (en langue thaïe) publié en 2005 par M. Pramuan Ruchanaseri (Ruchanaseri 2005 ; Kongbannathikan 2005).

12 Il faut néanmoins signaler aux thaïsant un dossier consacré au conseil privé dans la revue Fadiaokan (anonyme 2015).

13La troisième partie (p. 143-186) propose une vue générale de la situation actuelle en Thaïlande et concerne plus marginalement la royauté avec la question de la succession abordée dans la dernière partie. Il faut souligner que cette loi de succession a été promulguée seulement 8 ans avant la fin de la monarchie absolue et, de fait, modifiée une première fois en 1974 (Baffie 2016 : 342-344). En outre, puisqu’aucun des trois rois ayant précédé Bhumibol Adulyadej n’avait eu d’héritier mâle, elle n’avait jamais réellement servi.

14La conclusion est brève et assez étonnante (p. 187-191). La page 190, avec la référence aux travaux de Gilles Delouche, paraît contredire la phrase introductive de la page 187. La succession des crises et des coups d’État n’a pas débuté en 1910, à la mort du roi Chulalongkorn, mais était déjà bien présente lors des siècles précédents. Enfin, l’auteur paraît revenir sur le titre du livre, « une royauté bouddhique », car jusque-là (dans les 2e et 3e parties) il a été plus question des amulettes que du bouddhisme lui-même, et conclut que la Thaïlande souffrirait « […] d’une contradiction entre la pratique du bouddhisme […] consubstantiel de la royauté siamoise […] [et] l’érosion du pouvoir formel de la royauté bouddhique » (p. 189-190). La cause profonde trouvant son origine dans la modernisation initiée par le roi Mongkut au milieu du xixe siècle. Sauf que, sans cette modernisation, le Siam aurait vraisemblablement connu le sort des royautés voisines, celles de Birmanie, du Laos et du Cambodge. Le dernier paragraphe poursuit d’ailleurs la comparaison avec ce pays, tout en écartant l’éventualité d’une république pour la Thaïlande.

  • 6 Chamlong était colonel lorsqu’il était en activité. Il fut promu major-général juste avant son dép (...)
  • 7 Si dans la presse de langue thaïe les grades sont souvent donnés (en abréviations), ce n’est pas t (...)

15L’auteur a une conception qui me semble erronée du fait militaire en Thaïlande car, si les maréchaux Phibun Songkhram, Sarit Thanarat, Thanom Kittikachorn n’auraient jamais eu le destin politique qu’ils ont connu s’ils n’avaient pas été militaires, c’est beaucoup moins vrai – voire totalement incorrect – pour Chamlong Srimuang6, Chavalit Yongchaiyut et Chatichai Choonhavan7 qui ont créé des partis politiques avant d’occuper des postes politiques importants, gouverneur de Bangkok pour le premier, Premier ministre pour les deux derniers. Ajoutons qu’au sens strict Phibun Songkhram n’a jamais eu le grade de général. Lors du coup d’État de juin 1932 il avait le grade de commandant (phan tri), il fut promu lieutenant-colonel (phan tho) en avril 1933, puis colonel (phan ek) en avril 1934. Le 1er avril 1939, alors Premier ministre, il reçut le grade de major-général (phon tri) et les grades équivalents dans la marine et l’aviation. Enfin, c’est le 28 juillet 1941, après sa victoire dans la « Guerre d’Indochine » contre la France de Vichy, qu’il devint, le même jour, maréchal de l’armée de terre (chom phon), amiral de la flotte (chom phon ruea) et maréchal des forces aériennes (chom phon akat) (anonyme 1964 : 2).

16 Chamlong était colonel lorsqu’il était en activité. Il fut promu major-général juste avant son départ en retraite, mais les Thaïlandais retiennent davantage son engagement dans la secte bouddhique intégriste Santi Asoke, ses fonctions de gouverneurs de Bangkok et de leader du parti Phalang Dharma. Une expression comme « les généraux Chamlong et Suchinda » (p. 66) est donc trompeuse.

17 Si dans la presse de langue thaïe les grades sont souvent donnés (en abréviations), ce n’est pas toujours le cas dans les textes en langues étrangères, même officiels. « Statement by his excellency Mr. Chatichai Choonhavan » annonçait ainsi un document du 18 avril 1974 émanant de la Mission permanente de la Thaïlande à l’ONU (anonyme 1974 : 2). Chatichai, qui avait quitté l’armée en 1958 avec le grade de brigadier-général (obtenu deux ans plus tôt), était alors vice-ministre des Affaires étrangères. C’est le 25 octobre 1988, devenu Premier ministre qu’il reçut les titres « honorifiques » de général (phon ek) en même temps que ceux d’amiral (phon ruea ek) et de général d’aviation (phon ruea ek) (anonyme 1998, 377).

  • 8 La règle veut qu’en bibliographie la pagination soit citée de manière complète, or, alors que l’ar (...)
  • 9 Il y a peut-être une confusion car Wassana Namuan a écrit un autre livre intitulé Bik Tu (Namuan 20 (...)

18L’index est utile mais les noms mal rendus ou dupliqués sous des formes différentes y sont nombreux : Borowadeth vs Bowaradet, Samak Sundarajev. Certains partis apparaissent à leur nom, d’autres à « parti », un autre à phak, le mot thaï pour parti ! Plus étrange encore – ce qui montre surtout une absence de relecture de la part de l’éditeur –, certaines entrées ne sont pas suivies de pagination : pambasileias, Pegu, tyrannis. La bibliographie thématique est précieuse pour les étudiants, mais fastidieuse comme référence pour le lecteur qui perd tant de temps à retrouver le bon titre qu’il finit par ne plus s’y reporter systématiquement. Cette bibliographie comprend quelques titres en langue thaïe mais, assez souvent, les références montrent une méconnaissance des références données. Le très célèbre phraya Anuman Rajadhon est d’abord classé à phraya, son grade dans la noblesse (p. 203), puis à Rajadhin (sic) (p. 141, 197, 216), considéré comme son nom de famille (p. 217), alors qu’il s’agit de la deuxième partie de son titre de noblesse8. Pour quelques auteurs, le nom est donné en thaï entre parenthèses, mais avec des erreurs plutôt grossières quand pour Mme Wassana Nanuam (p. 162 n.129 ; p. 216), au lieu de วาสนา นาน่วม on trouve entre parenthèses น้องชาย บิ๊กตู่ (Nong chai Bik Tu) que l’on peut traduire par « frère cadet du général Prayuth9 » ! Enfin, comme ils sont relativement nombreux (parfois en thaï, souvent en anglais), une liste des sigles, acronymes et autres abréviations aurait été utile.

19 La règle veut qu’en bibliographie la pagination soit citée de manière complète, or, alors que l’article de phraya Anuman court de la page 171 à la page 197 dans le volume 52, 2 du Journal of the Siam Society (1964), dans cette bibliographie il est donné p. 178-182, correspondant au seul passage cité dans le texte (p. 141).

20Il y a peut-être une confusion car Wassana Namuan a écrit un autre livre intitulé Bik Tu (Namuan 2015).

  • 10 C’est le cas également pour d’autres thématiques comme l’économie, le tourisme, la prostitution… Un (...)
  • 11 Son épouse, Paturaya Dassé (née Boonyananth), fut professeur de science politique à l’université Th (...)
  • 12 Le premier (Le Temps, Libération, RFI) est installé en Thaïlande depuis 1989, le deuxième (Les Écho (...)

21Longtemps, au moins en France, les chercheurs semblent avoir pensé qu’il n’était pas nécessaire d’avoir un accès direct aux sources en langue thaïe pour s’autoriser à écrire sur la vie politique en Thaïlande10. Dans les années 1960, 1970 et 1980 Jean Duffar (1972), mais surtout Pierre Fistié (1967) et Martial Dassé (1978) ont publié des ouvrages dont certains restent incontournables pour le lecteur francophone. S’ils ne semblent pas avoir pu prendre directement connaissance des publications de langue thaïe, Fistié et Dassé ont vécu en Thaïlande – le dernier pendant de nombreuses décennies – en étant plutôt bien intégré dans le milieu intellectuel thaïlandais11. La relève semble aujourd’hui assurée par de jeunes docteurs (certains encore à la recherche de postes stables) comme Eugénie Mérieau (2017) et Alexandre Barthel (2016), ou des correspondants de presse thaïsants comme Arnaud Dubus (2002), Nicolas Revise (2002) ou Laurent Malespine12.

22C’est le cas également pour d’autres thématiques comme l’économie, le tourisme, la prostitution… Un ethnologue de l’Orstom (aujourd’hui IRD) a même soutenu un jour devant moi que seuls les chercheurs étudiant les littératures avaient réellement besoin d’apprendre les langues locales.

23Son épouse, Paturaya Dassé (née Boonyananth), fut professeur de science politique à l’université Thammasat de Bangkok, centre de la contestation pendant les années 1973-1976.

24Le premier (Le Temps, Libération, RFI) est installé en Thaïlande depuis 1989, le deuxième (Les Échos, AFP) depuis 1996, le troisième (Bloomberg) également depuis les années 1990.

25Nul doute que M.-S. de Vienne ait fait des efforts pour inclure des références en thaï et faire une réelle place au vocabulaire thaï comme le montrent l’index et un lexique de quatre pages, relu par Gilles Delouche, professeur de siamois à l’Inalco. Néanmoins cela ne remplace pas un accès direct aux sources de langue thaïe, chaque année plus nombreuses sur le sujet.

26Le livre de M.-S. de Vienne reste pionnier en France par la thématique abordée. La sensibilité extrême du thème de la monarchie, qui conduit trop souvent à des condamnations pour lèse-majesté, a pour conséquence des travaux exempts de la moindre critique ou des pamphlets virulents – rarement bien informés – mais qui condamnent ensuite leurs auteurs à repousser tout nouveau séjour en Thaïlande, du moins pour un avenir proche.

27Il faut, en outre, reconnaître l’intérêt pour le chercheur spécialisé sur l’étude d’un pays que des spécialistes d’autres pays voire d’une région tout entière (puisque M.-S. de Vienne me paraît être le seul chercheur qui a publié sur la quasi-totalité des pays d’Asie du Sud-Est) apportent leurs points de vue. Ce que l’on risque de perdre dans la précision et l’exactitude des faits peut être alors largement compensé par le bénéfice d’une approche comparative et un œil neuf.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, 1964 [2507], กตัญญกตเวที แค่ ฯพณฯ จอมพล ป. พิบูลสงคราม [livre commémoratif en hommage au maréchal P. Phibun Songkhram], Bangkok : Rongphim Phakdi Pradit.

ANONYME, 1974, Press Release No. 2. New York. Permanent Mission of Thailand to the United Nations (18 avril).

ANONYME, 1998 [2541], อนุสรณ์งานพระราชทานเพลิงศพ ฯพณฯ พลเอกชาติชาย ชุณหะวัณ ณ เมรุหลวงหน้าพลับพลาอิศริยาภรณ์ วัดเทพศิรินทราวาส วันเสาวที่ ๗ พฤศจิกายน ๒๕๔๑ [livre de crémation du général Chatichai Choonhavan, le 7 novembre 1998 au monastère Thepsirin Tharawat].

BAFFIE, Jean, 2016, « Thaïlande : Fin d’un règne et consolidation d’un pouvoir autoritaire », in L’Asie du Sud-Est 2017. Bilan, enjeux et perspectives, Claire Thi-Liên Tran & Abigaël Pesses, éd., Bangkok : IRASEC, p. 341-372.

BAILLY, Anatole, 1901, Abrégé du dictionnaire grec-français, Paris : Hachette.

BARTHEL, Alexandre, 2016, L’anticommunisme au Siam pendant l’entre-deux-guerres, thèse en histoire, université de Caen.

CHITBUNDIT, Chanida, « The Royally-Initiated Projects : The Making of Royal Hegemony ».

Collectif, 2005 [2548], « สภาที่ปรึกษาในพระองค์มนตรี » [le Conseil privé du roi] ฟ้าเดียวกัน [un même ciel] 13, 2 (mai-août).

DASSÉ, Martial, 1978, La face politique cachée de la Thaïlande, Bangkok : Éditions Duang Kamol.

DUBUS, Arnaud & REVISE, Nicolas, 2002, Armée du peuple, armée du roi. Les militaires face à la société en Indonésie et en Thaïlande, Paris-Bangkok : L’Harmattan-IRASEC.

DUFFAR, Jean, 1972, Les Forces politiques en Thaïlande, Paris : Publications de l’Université de Paris I, série Science Politique, Publications de l’université de Paris .

FISTIÉ, Pierre, 1967, L’Évolution de la Thaïlande contemporaine, Paris : Armand Colin, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques n°156.

KONGBANNATHIKAN (les éditeurs), 2015 [2558], « “พระราชอำนาจ” มีจริง » [le pouvoir royal existe vraiment], « สถาบัน กษัตริย์ กับสังคมไทย » [la royauté et la société thaïlandaise], ฟ้าเดียวกัน [un même ciel], 3, 4 : 192-197.

MÉRIEAU, Eugénie, 2013, Les Chemises rouges de Thaïlande, Bangkok : IRASEC, Cahiers, 23.

MÉRIEAU, Eugénie, 2017, Le constitutionalisme thaïlandais à la lumière de ses emprunts étrangers : une étude de la fonction royale, thèse de doctorat en science politique et relations internationales, Paris : Inalco.

MIKAELIAN, Grégory, VIENNE, Marie-Sybille de & FORMOSO, Bernard, 2014, « Présence des royautés sud-est asiatiques », in L’Asie du Sud-Est 2014, bilan, enjeux et perspectives, Jérémy Jammes & François Robinne, éd., Paris-Bangkok : Indes savantes-IRASEC, p. 99-120.

NAMUAN, Wassana (วาสนา นาม่วน), 2515 [2558], «บิ๊กตู่” นายกฯ โหด มัน ฮา [Prayuth, Premier ministre sévère, charmeur et amusant], Bangkok : Matichon.

RUCHANASERI, Pramuan (ประมวล รุจนเสรี), 2005 [2548], พระราชอำนาจ [le pouvoir royal], Bangkok : Sumet Ruchanaseri.

VIENNE, Marie-Sybille de, 1992, « Thaïlande : Pour une relecture du jeu politique » Péninsule, 24-25 : 171-213.

VIENNE, Marie-Sybille de, 2001, « La crise thaïlandaise, fortuite ou prévisible », in Thaïlande contemporaine, Stéphane Dovert, Bangkok-Paris : IRASEC- L’Harmattan, p. 345-370.

VIENNE, Marie-Sybille de, 2008, Les Chinois en Insulinde : échanges et sociétés marchandes au xviie siècle d’après les sources de la V.O.C., Paris : Les Indes Savantes.

Haut de page

Note de fin

1 La thèse a été publiée en 2008 par les Indes Savantes (Vienne 2008).

2 Deux autres ouvrages sont annoncés, l’un sur la royauté cambodgienne par Grégory Mikaelian, l’autre sur la Malaisie dont l’auteur n’est pas précisé mais qui pourrait être également M.-S. de Vienne, auteur d’un ouvrage récent sur Brunei.

3 Le mot παμβασιλείας, donné pour « royauté absolue », ne se trouve pas dans le dictionnaire Bailly mais devrait également être écrit παμβασιλεία (panbasileia), ce que confirme une rapide recherche sur Internet. Précisons en outre qu’il est coutume de donner les noms grecs au nominatif et au génitif et précédés de l’article : ή βασιλεία, ας (ê basileia, basileias) ; ή μοναρχια, ας (ê monarchia, monarchias); ή τυραννίς, ιδος (ê turannis, turannidos) 

4 Si le roi Prajadhipok quitta le Siam en janvier 1934, il n’avait plus de pouvoir effectif depuis le coup d’État de juin 1932 et plus guère de crédit depuis la tentative de contre coup d’État d’octobre 1933.

5 Il faut néanmoins signaler aux thaïsant un dossier consacré au conseil privé dans la revue Fadiaokan (anonyme 2015).

6 Chamlong était colonel lorsqu’il était en activité. Il fut promu major-général juste avant son départ en retraite, mais les Thaïlandais retiennent davantage son engagement dans la secte bouddhique intégriste Santi Asoke, ses fonctions de gouverneurs de Bangkok et de leader du parti Phalang Dharma. Une expression comme « les généraux Chamlong et Suchinda » (p. 66) est donc trompeuse.

7 Si dans la presse de langue thaïe les grades sont souvent donnés (en abréviations), ce n’est pas toujours le cas dans les textes en langues étrangères, même officiels. « Statement by his excellency Mr. Chatichai Choonhavan » annonçait ainsi un document du 18 avril 1974 émanant de la Mission permanente de la Thaïlande à l’ONU (anonyme 1974 : 2). Chatichai, qui avait quitté l’armée en 1958 avec le grade de brigadier-général (obtenu deux ans plus tôt), était alors vice-ministre des Affaires étrangères. C’est le 25 octobre 1988, devenu Premier ministre qu’il reçut les titres « honorifiques » de général (phon ek) en même temps que ceux d’amiral (phon ruea ek) et de général d’aviation (phon ruea ek) (anonyme 1998, 377).

8 La règle veut qu’en bibliographie la pagination soit citée de manière complète, or, alors que l’article de phraya Anuman court de la page 171 à la page 197 dans le volume 52, 2 du Journal of the Siam Society (1964), dans cette bibliographie il est donné p. 178-182, correspondant au seul passage cité dans le texte (p. 141).

9 Il y a peut-être une confusion car Wassana Namuan a écrit un autre livre intitulé Bik Tu (Namuan 2015).

10 C’est le cas également pour d’autres thématiques comme l’économie, le tourisme, la prostitution… Un ethnologue de l’Orstom (aujourd’hui IRD) a même soutenu un jour devant moi que seuls les chercheurs étudiant les littératures avaient réellement besoin d’apprendre les langues locales.

11 Son épouse, Paturaya Dassé (née Boonyananth), fut professeur de science politique à l’université Thammasat de Bangkok, centre de la contestation pendant les années 1973-1976.

12 Le premier (Le Temps, Libération, RFI) est installé en Thaïlande depuis 1989, le deuxième (Les Échos, AFP) depuis 1996, le troisième (Bloomberg) également depuis les années 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Baffie, « Marie-Sybille de Vienne, Thaïlande, une royauté bouddhique aux xxe et xxie siècles », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 07 juin 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5074

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page