Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christopher Goscha, Vietnam : A New History

New York, Basic Books, 2016, 552 p.
Gilles de Gantès
Référence(s) :

Christopher Goscha, Vietnam : A New History, New York, Basic Books, 2016, 552 p.

Texte intégral

1Mai 2003, locaux du Collège de France. Une commission de recrutement du CNRS auditionne un certain nombre de candidats pour un poste fléché « Histoire du Vietnam ». La rumeur sourd que les contours du poste auraient été exclusivement définis pour Christopher Goscha, alors en poste provisoirement à l’IAO Lyon. La commission choisit donc naturellement un autre candidat pour bien marquer l’indépendance des scientifiques face à l’administration.

  • 1 Le premier a fait l’objet d’une nouvelle édition actualisée (Goscha 2012).

2Deux éléments, sinon exactement scientifiques, au moins philosophiques ou idéologiques, servirent également de justification implicite. Tout d’abord, C. Goscha s’interrogeait dans ses travaux sur la construction de l’État socialiste aussi bien que sur le postulat de l’unité éternelle de la Nation vietnamienne (on en retrouve l’écho dans l’ensemble de l’ouvrage, p. 405 par exemple, « until recently, there was no one S-like Vietnam running from north to south »), réflexe d’intellectuel tout à fait légitime, mais pas en France, au moins à l’époque, où le moindre doute sur l’évolution du Vietnam sentait le soufre. D’autre part, les thèmes abordés par C. Goscha s’inséraient mal dans le courant alors dominant en France, celui d’une histoire construite à partir des représentations (littérature y compris scientifique, expositions coloniales, etc.) plutôt qu’à une histoire construite sur les réalités du terrain colonial. Maîtrisant le Vietnamien et par ailleurs naturellement au fait des grandes tendances de l’époque dans le monde anglophone, diplômé de Georgetown (Washington DC, États-Unis), de Canberra et de Paris VII, Docteur à l’EPHE Paris, C. Goscha avait déjà pourtant derrière lui à l’époque deux ouvrages importants qui modifiaient considérablement la perception du Vietnam dans le monde occidental (1995, 19991) et une vingtaine d’articles, ce que l’université du Québec à Montréal sut reconnaître en le recrutant en 2005 : il a depuis contribué à faire de ce centre un des pôles majeurs des études sur le Vietnam et sur l’Asie, tout en enrichissant considérablement la liste de ses publications, dont les deux dernières livrent une synthèse : The Penguin History of Modern Vietnam (2016) et l’ouvrage qui fait l’objet de ce compte rendu.

3Le premier a fait l’objet d’une nouvelle édition actualisée (Goscha 2012).

4Vietnam : A New History est tout d’abord un manuel qui nourrira beaucoup de cours universitaires, aux côtés des ouvrages plus récents de François Guillemot (2018) et de Benoît de Tréglodé (2018). Après avoir brossé un résumé de l’histoire du Vietnam avant le xixe siècle en la situant fermement dans son contexte régional, une des idées fortes qui marque le parcours de l’auteur depuis ses débuts (chapitre 1, « Northern Configurations », p. 12-44), Goscha aborde les conjonctures du premier xixe siècle, française d’une part, vietnamienne d’autre part (chapitre 2, « A Divided House and a French Imperial Meridian ? », p. 45-72). Le chapitre 3 (« Altered States », p. 73-93), qui s’appuie essentiellement sur les travaux de Charles Fourniau et d’Emmanuel Poisson, est consacré à la construction de l’Indochine française, à la résistance vietnamienne et aussi aux raisons qui ont pu amener certains Vietnamiens à participer à la construction coloniale. Deux remarques ici : ces raisons sont exposées de façon assez générale d’une part, trois pages entières y sont consacrées d’autre part (p. 84-87), tout juste moins que les quatre pages (p. 90-93) consacrées au Cần Vương : concrètement Hoàng Cao Khải, qui a été Kinh lược au Tonkin sous les Français, soit un de leurs plus importants adjoints, se voit réserver une place presque aussi importante que le grand héros du Cần Vương, Phan Đình Phùng. Le chapitre 4 (« Rethinking Vietnam », p. 94-122) est largement consacré à l’évolution du nationalisme vietnamien au début du xxsiècle, insistant notamment sur ses connexions dans toute l’Asie (on reconnaîtra ici le souci constant de l’auteur à intégrer le Vietnam à son contexte régional), puis à la politique d’association menée par Albert Sarraut après 1911 et à la façon dont les Vietnamiens y répondirent. Le chapitre 5 (« The Failure of Colonial Republicanism », p. 123-149) montre justement que ces réponses vietnamiennes ne furent pas tout à fait celles qu’Albert Sarraut ou que Pierre Pasquier (C. Goscha présente ce dernier comme l’émule du député de l’Aude) attendaient, des constitutionnalistes aux communistes en passant par les nationalistes. Le chapitre 6 (« Colonial Society and Economy », p. 150-181), qui suit un plan économie, société, religions, est celui qui en apprendra le moins à des lecteurs français. Quelques erreurs vénielles, liées au fait que tout manuel doit simplifier, auraient pu y être évitées : il me semble que le port de Cam Ranh, prisé par les marins américains puis soviétiques depuis un demi-siècle, n’a jamais été la « France’s preeminent forward base in East Asia » (p. 154), ni que plusieurs milliers de Français aient été colons ou missionnaires dans les campagnes (plusieurs centaines plutôt) et, pour ce qui concerne la place des métis, le passage aurait pu être fondé sur les données statistiques (qui existent) davantage que sur les témoignages de Kim Lefèvre et surtout de Marguerite Duras. En revanche, C. Goscha souligne, à juste titre, la place beaucoup plus importante des métis sino-vietnamiens que celle des métis franco-vietnamiens, ceux-là étant pourtant beaucoup moins étudiés que ceux-ci. Le chapitre 7 (« Contesting Empires and Nation-States », p. 182-210) couvre la période 1940-1946, les chapitres 8 et 9 (p. 211-272) les deux phases de la guerre d’Indochine : dans les trois cas, l’auteur insiste davantage sur les tractations politiques et les aspects internationaux que sur les événements militaires ou sur les conséquences sociales de l’état de guerre. Le chapitre 10 (« A Tale of Two Republic », p. 273-303) a cette originalité qu’il insiste sur le fait que les deux États vietnamiens ont été producteurs de cultures différentes, qui perdurent aujourd’hui encore et le chapitre 11 (« Toward One Vietnam », p. 304-339) à l’évolution des deux Républiques pendant la guerre du Vietnam. L’ensemble des chapitres 7-11 est traité de façon plutôt événementielle et centré sur les aspects politiques plutôt que sur les aspects militaires, avec la volonté manifeste de réévaluer la République du Vietnam et d’expliquer la forme du nationalisme des frères Ngô. C. Goscha rappelle que, tout comme Hô Chi Minh, Ngô Đình Diệm voulait réunifier le Vietnam et sur des bases purement vietnamiennes et il montre que les conseillers états-uniens, inspirés des théories modernistes de Walt Rostow, ne pouvaient comprendre les racines traditionnelles de la philosophie politique de Diệm. L’administration de Kennedy comprenait si mal le nationalisme de leur allié qu’ils nommaient « Sud Vietnam » la République du Vietnam (p. 310). Le chapitre 12 (« Cultural Change in the Long Twentieth Century », p. 340-371), au contraire des cinq chapitres qui le précèdent, revient à la longue durée, avec la généralisation du quốc ngữ, le bouleversement du système éducatif (dont C. Goscha signale l’évolution d’une orientation assimilationniste au début du xxe siècle à une philosophie de re-vietnamisation dans les années 1930, p. 345), l’introduction des médias modernes et le développement de formes littéraires nouvelles, surtout dans les villes et auprès des jeunes générations des années 1920. L’auteur poursuit ensuite sur l’évolution de ces formes nouvelles aussi bien au Sud qu’au Nord jusqu’en 1975. Retour à la chronologie avec le chapitre 13 (« The Tragedy and the Rise of Modern Vietnam », p. 372-403), consacré aux vingt premières années de la République socialiste du Vietnam, de la rééducation du Sud au Đổi mới, en passant par la question des boat-people, la troisième guerre d’Indochine et l’évolution de la diplomatie vietnamienne à partir de la désagrégation de l’URSS. Le chapitre 14 (« Vietnam from Beyond the Red River », p. 404-439) est consacré aux terres hautes du Vietnam, celles occupées par des peuples non kinh (qui ne sont pas minoritaires dans les zones où ils résident comme le rappelle Goscha p. 405), sur la longue durée. Consacrée à la situation actuelle du Vietnam, la conclusion est presque aussi longue qu’un chapitre (p. 440-421). C. Goscha y établit un parallèle entre les démocrates vietnamiens d’aujourd’hui qui doutent du fait que le Parti introduise de lui-même la modernité et les patriotes des années 1920 qui doutaient du fait que l’État colonial puisse s’auto-réformer. Nguyen An Ninh s’appuyait sur la presse ; les démocrates d’aujourd’hui s’appuient sur Internet (p. 457). Il me semble que le parallèle est tout de même un peu forcé et C. Goscha souligne d’ailleurs des différences importantes, comme par exemple le fait qu’un homme comme Đỗ Nam Hải prend ses modèles à Taiwan, en Corée du Sud ou même aux Philippines et en Indonésie (p. 457, la formule « ultimately even the Philippines and Indonesia The Penguin History of Modern Vietnam » sonne délicieusement vietnamienne), lorsque les journalistes des années 1930 s’inspiraient davantage d’exemples occidentaux.

  • 2 On notera que les ouvrages de François Guillemot (2018) et de Benoît de Tréglodé (2018) n’envisagen (...)

5Pour être un manuel, Vietnam : A New History n’est évidemment pas neutre et l’ouvrage expose les axes qu’a suivis C. Goscha depuis trois décennies. En premier lieu, il est recentré sur le Vietnam dans ses relations avec le monde extérieur et notamment ses voisins proches (et pas seulement dans ses relations avec les États-Unis, l’URSS, la Chine ou la France). Il est recentré sur un Vietnam pluriel et, de ce point de vue, il est dommage que les non kinh ne soient réellement présentés que dans le chapitre 14 (p. 404-439). Déjà d’un point de vue formel, le chapitre 13 se termine sur le tournant 1986/1995, alors que la première partie du chapitre 14 commence par un rappel des migrations austronésiennes préhistoriques, mais surtout d’un point de vue intellectuel : le choix ne met pas en valeur les dynamiques et les échanges entre Thai ou Chams, d’une part, Viets, Français ou Américains, d’autre part, même si ces relations sont signalées. Un autre apport de l’ouvrage est qu’il décrit un Vietnam qui n’est pas seulement le Vietnam de l’époque française ou le Vietnam de l’époque des Américains, mais le Vietnam en lui-même. De ce point de vue, l’ouvrage est important pour le public français et notamment par ses deux premiers chapitres qui permettent d’éviter d’emblée tout discours téléologique en faisant la synthèse des travaux et débats concernant la modernisation du Vietnam avant 1850, d’une part2, sur les ressorts de l’impérialisme français, d’autre part. Sur ce dernier point, C. Goscha s’inspire de concepts élaborés pour l’Empire britannique, mais il ne les applique pas mécaniquement et servilement à l’Empire français, parce qu’il connaît très bien l’histoire de France, et pas seulement à travers des synthèses publiées en Anglais. Malgré quelques petits raccourcis, inévitables dans un manuel (p. 71, les adversaires de Ferry en 1885 ne sont pas que des conservateurs et Clémenceau ne s’est jamais vraiment converti à la Foi coloniale), les pages consacrées aux motivations de Napoléon III, par exemple (p. 62-4), ne surprendront pas les historiens français, elles en apprendront beaucoup à des lecteurs non francophones. Intéressant pour le public français, l’ouvrage est d’ailleurs essentiel pour le public états-unien : il dépasse en effet le débat d’importance nationale outre-Atlantique entre les intellectuels orthodoxes qui regrettent l’intervention américaine au Vietnam et les intellectuels révisionnistes qui avancent que cette intervention était nécessaire. Ce débat, relancé et attisé par l’intervention de 2003 en Irak, outre qu’il est passablement téléologique (le Vietnam annonce l’Irak…), est un débat purement états-unien et détourne l’attention de ce qu’est le Vietnam en lui-même. Or C. Goscha présente à un public anglophone de non-spécialistes une interprétation plus subtile. Les intellectuels révisionnistes vont par exemple justifier l’intervention des États-Unis par le fait que Ho Chi Minh était d’après eux davantage communiste que nationaliste anticolonialiste, ce qui ressemble fort à un débat entre étudiants de première année à l’université (thèse/antithèse/synthèse et avec un nombre de données réduit) ; C. Goscha décrit par le menu la position du personnage dans les années 1940 comme dans les années 1950 au sein de son propre parti. Il n’invente rien sur ce point bien sûr, mais l’ouvrage est un manuel ; ce qui importe est qu’il fournit à un public large les données essentielles qui lui permettent de se faire une opinion plus éclairée quant au débat entre orthodoxes et révisionnistes, d’appréhender le monde tel qu’il fonctionne, au Vietnam comme en Irak, et non un monde analysé suivant des grilles de lecture qui ne servent que de réservoirs à arguments utilisables dans le débat politique intérieur des États-Unis.

6On notera que les ouvrages de François Guillemot (2018) et de Benoît de Tréglodé (2018) n’envisagent pas cette période, au contraire de l’ouvrage d’Emmanuel Poisson (2004).

  • 3 Traduit et publié par les Presses de l’Université de Californie en 2009.

7L’ouvrage est justement destiné à un public états-unien, ce qui explique certains choix éditoriaux (nombre de cartes et appareil scientifique réduits, absence de bibliographie, pas de caractères diacritiques) et certains choix intellectuels : les événements militaires, qui ont, il est vrai, été surexposés depuis des décennies, sont décrits très rapidement (par exemple, le récit de l’élaboration de la « solution Bảo Đại » par Léon Pignon dans le chapitre 9 ressemble à celui d’un marchandage ministériel sous la IVe République française, comme si la bataille de la RC4 ne se préparait pas précisément au même moment) et, globalement, le manuel a une tonalité plutôt sciences politiques (les humanités des universités anglophones), qu’anthropologie ou sociologie (les sciences humaines à la française). De ce point de vue, je pense qu’il est complémentaire de l’ouvrage de François Guillemot cité plus haut. Il n’empêche qu’il s’agit ici d’un manuel essentiel, dont on peut supposer qu’il remplacera le classique de Stanley Karnow (1998) dans le monde anglophone et dont on peut souhaiter qu’il soit traduit, de la même façon qu’en son temps, mais en sens inverse, le manuel de Pierre Brocheux et Daniel Hémery (20013).

8Traduit et publié par les Presses de l’Université de Californie en 2009.

Haut de page

Bibliographie

BROCHEUX, Pierre & HÉMERY, Daniel, 2001, Indochine : la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris : La Découverte [2e édition].

GOSCHA, Christopher, 1995, Vietnam or Indochina? Contesting Concepts of Space in Vietnamese Nationalism, 1887-1954, Copenhague : NIAS Reports, 28.

GOSCHA, Christopher, 1999, Thailand and the Southeast Asian Networks of the Vietnamese Revolution (1885-1954), Londres : Routledge-Curzon.

GOSCHA, Christopher, 2012, Going Indochinese : Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhague : NIAsS Press.

GOSCHA, Christopher, 2016, The Penguin History of Modern Vietnam, Londres : Allen Lane/Penguin Book,

GUILLEMOT, François, 2018, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris : La Découverte.

KARNOW, Stanley, 1983, Vietnam : A History, New York : Viking Press [1re edition].

POISSON, Emmanuel, 2004, Mandarins et subalternes au nord du Viêt Nam. Une bureaucratie à l’épreuve (1820-1918), Paris : Maisonneuve & Larose.

TRÉGLODÉ, Benoît de, éd., 2018, Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris : Éditions de la Sorbonne.

Haut de page

Note de fin

1 Le premier a fait l’objet d’une nouvelle édition actualisée (Goscha 2012).

2 On notera que les ouvrages de François Guillemot (2018) et de Benoît de Tréglodé (2018) n’envisagent pas cette période, au contraire de l’ouvrage d’Emmanuel Poisson (2004).

3 Traduit et publié par les Presses de l’Université de Californie en 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles de Gantès, « Christopher Goscha, Vietnam : A New History », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5080

Haut de page

Auteur

Gilles de Gantès

Historien, membre associé d’Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page