Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mathias Jenny & San San Hnin Tun, Burmese, A Comprehensive Grammar

New York, Routledge, coll. « Routledge Comprehensive Grammars », 2016, 504 p.
Alice Vittrant
Référence(s) :

Mathias Jenny & San San Hnin Tun, Burmese, A Comprehensive Grammar, New York, Routledge, coll. « Routledge Comprehensive Grammars », 2016, 504 p.

Texte intégral

  • 1 Accessible en ligne, le rapport publié par le ministère birman de l’Immigration et de la Population (...)

1Nous souhaitons tout d’abord saluer la publication d’une grammaire du birman, la précédente d’ampleur comparable datant de 1969. Il est important, tant du point de vue de la connaissance des langues du monde que du point de vue pédagogique, qu’une langue parlée par 52 millions de locuteurs1 reçoive enfin l’attention qu’elle mérite. Depuis la grammaire toujours citée d’Okell (1969), les ouvrages éclairant la compréhension de cette langue sont peu nombreux (Wheatley 1982 ; Bernot 1980 ; Okell & Allott 2001 ; Bernot et al. 2002) et moins volumineux.

2Accessible en ligne, le rapport publié par le ministère birman de l’Immigration et de la Population concernant le dernier recensement de 2014, fait état d’une population de 51 486 253 personnes (Ministry of Immigration and Population 2015 : 2).

3Cet ouvrage de 503 pages est divisé en 12 chapitres. Deux grandes parties semblent se dégager : sans grande surprise la première partie (ch. 2 à ch. 8) décrit la langue en commençant par la phonologie avant d’aborder la morphologie puis la syntaxe. Une seconde partie (ch. 9 à 12) pointe les spécificités (ou difficultés ?) de la langue birmane.

4Le choix de cette structure aurait mérité d’être explicitée par un avant-propos, reprenant par exemple la section § 1.5 (p. 10) noyée dans un chapitre d’introduction générale à la langue. De même, il aurait été judicieux de préciser le but poursuivi par les auteurs en début d’ouvrage plutôt que dans le dernier paragraphe du chapitre introductif, à savoir rendre accessible cette langue au plus grand nombre, du simple lecteur curieux aux typologues, en passant par les apprenants de la langue : une vraie gageure ! Cependant, malgré quelques faiblesses en grande partie liées à l’ambition des auteurs de vouloir toucher un large public (de l’apprenant au linguiste averti), cette grammaire réussit à rendre compréhensible la grammaire birmane à des étudiants et à des non-linguistes. Voir par exemple la section § 10.4 sur la modalité (p. 406) qui parvient à éviter les termes techniques liés à cette notion tout en décrivant précisément des phénomènes grammaticaux particuliers.

5Le premier chapitre retrace brièvement l’histoire du birman, distinguant langue littéraire et langue quotidienne (Colloquial Burmese) pour arriver au birman parlé de nos jours. Ce chapitre d’introduction est suivi de sept chapitres qui décrivent successivement les différents domaines d’un système langagier : la phonologie en relation avec l’écriture birmane (ch. 2), les parties du discours (ch. 3), le lexique (ch. 4), la formation des mots (ch. 5), la structure des syntagmes ou groupes de mots (ch. 6), la structure des phrases et des propositions, (ch. 7) et celle des énoncés ou phrases en contexte (i.e. interrogation, citation, injonctions, etc.) (ch. 8). Les quatre derniers chapitres traitent en détail de phénomènes grammaticaux comme la négation (ch. 9) ou le comparatif (ch. 11), dont certains sont essentiels à la compréhension du birman comme le Temps, l’Aspect ou la Modalité (TAM). L’expression du TAM, qui permet l’ancrage des énoncés dans le discours en l’absence d’autres informations grammaticales comme celles de la personne, est ainsi examinée dans le chapitre 10. Il est en effet courant qu’en birman une phrase soit constituée d’un groupe verbal unique sans référence à un groupe nominal sujet (ou objet) et sans marque de personne sur le verbe (Vittrant 2019). La grammaire se clôture sur un chapitre traitant de la langue dans ses usages quotidiens (expressions idiomatiques, emphase, assertion forte, politesse, etc.) (ch. 12).

6La structure de l’ouvrage ayant été décrite, nous mettrons l’accent dans ce qui suit sur ce qui constitue, à notre sens, les points forts et les faiblesses de l’ouvrage.

7De prime abord, traiter conjointement son et écriture (ch. 2) peut paraître étonnant. Mais l’association de ces deux domaines est tout à fait pertinente pour un apprenant de la langue birmane. La partie sur l’écrit est très complète et dépasse les présentations traditionnelles de l’alphabet birman (lettres et prononciations). Le choix de la transcription utilisée par les auteurs est clairement expliqué et réfléchi, avec un parti pris didactique (indication de la prononciation, i.e. des allophones plutôt que des phonèmes) qu’apprécieront les apprenants. Les linguistes en revanche regretteront que ce choix ne permette pas d’appréhender le système phonologique de la langue dans son ensemble, avec ses régularités spécifiques comme l’aspiration des consonnes et la faible pertinence du voisement.

  • 2 Rappelons que le plus gros dictionnaire bilingue existant pour le birman est celui de Denise Bernot (...)

8Les sections sur la ponctuation, l’ordre alphabétique birman, la manière de rechercher un mot dans le dictionnaire, d’épeler les mots et de traiter les lettres souscrites et suscrites sont les bienvenues. De même, la section sur l’expression écrite dans les médias électroniques (Internet, SMS) et les méthodes de transcriptions du birman (§ 2.2.10, p. 45) est une section très pertinente. Il est en effet important de rappeler l’absence de consensus sur la transcription ou translittération du birman – à la différence du tibétain par exemple. On peut cependant s’étonner que le système de transcription de Denise Bernot, relativement répandu dans le monde de la linguistique birmane2, ne soit pas présenté au côté de ceux de Okell (1969) ou Watkins (2005).

9Rappelons que le plus gros dictionnaire bilingue existant pour le birman est celui de Denise Bernot en quinze volumes (1978-1992).

10Concernant la description phonétique de la langue, le birman est décrit comme une langue à trois tons (p. 13), ce qui n’est pas l’approche la plus répandue (Okell 1969). Cela aurait mérité, comme pour les transcriptions, une note indiquant que d’autres analyses du système tonal existent qui intègrent la glottalisation comme un trait du système tonal, au côté de la hauteur, de la longueur et de la qualité de la voix.

11L’ouvrage comporte beaucoup d’exemples illustrant les notions abordées et mettant en contexte les formes étudiées (voir, par exemple, les noms dans le chapitre 2 sur les parties du discours, p. 51), ce qui dans le cas des particules discursives est très heureux. Ces exemples sont détaillés et comportent systématiquement un mot à mot, une traduction suivie. Cependant, l’origine des exemples (journaux, texte, discours, etc.) n’est pas spécifiée, ce qui, pour une langue aussi contextuelle que le birman, peut être dommageable à la compréhension. En outre, les exemples ne sont pas numérotés, et cette absence empêche le recours aux références croisées : il aurait été intéressant de pouvoir renvoyer à d’autres énoncés reflétant le même phénomène ailleurs dans l’ouvrage.

12D’une manière générale, l’absence de références croisées est regrettable, une faiblesse en partie atténuée par l’index des notions, que j’illustrerai par l’exemple des classificateurs (classifiers). Une première mention de ces éléments grammaticaux est faite p. 9 dans le chapitre d’introduction, partie sur les caractéristiques grammaticales du birman. Dans le chapitre 3 sur les parties du discours, la section (§ 3.1.4.) leur est ensuite consacrée (p. 52-53). Mais on trouve une autre section (§ 4.4.1), également intitulée « Classifiers », dans le chapitre 4 sur le lexique, et une section sur leur utilisation dans le chapitre 6 (§ 6.1.2, p. 131). Si l’on comprend le besoin de traiter de ce phénomène à plusieurs endroits de la grammaire, il est dommage de ne pas signaler au lecteur que l’information est distribuée sur plusieurs chapitres par un simple renvoi aux autres mentions du phénomène.

13De même, la réduplication à laquelle le chapitre 5 consacre une large section (p. 121-26) est aussi abordée au détour de la section sur les adverbes ou syntagmes adverbiaux dans le chapitre 6, sans que ces deux sections ne se renvoient l’une à l’autre.

14Plus généralement, on regrette l’absence de références quelles qu’elles soient.

15Ainsi, la source des exemples n’est pas indiquée, même quand il s’agit d’exemples emblématiques et très connus tel celui des différents classificateurs pour les rivières (p. 75) emprunté à Becker (1975) et inspiré de Hla Pe (1965 : 169). De même, aucune référence bibliographique n’apparaît ni dans le corps du texte ni en fin d’ouvrage (un choix éditorial de la collection ?). Pourtant les ouvrages et articles spécialisés portant sur la langue birmane existent en nombre conséquent. Il aurait été souhaitable que le lecteur puisse se référer à d’autres lectures pour approfondir certains points de grammaire, avoir un autre point de vue ou simplement d’autres exemples sur des questions de langue.

16Le chapitre 4 consacré au lexique est très intéressant ; il comporte une douzaine de sous-sections couvrant différents domaines : du système pronominal dans son ensemble aux phénomènes météorologiques (§ 4.6) en passant par les termes de parenté, les couleurs, et quelques spécificités birmanes comme les expressions élaborées (expressions de quatre syllabes avec réduplication de la première ou de la troisième), les idéophones (§ 4.11) et le « vocabulaire spécifique lié à des activités » (§ 4.9). Cette dernière section rappelle à juste titre que l’apprentissage d’une langue étrangère ne se résume pas à connaître des mots de base. Apprendre une autre langue, c’est aussi connaître les activités importantes pour la communauté, et le lexique spécifique qui va avec : la riziculture (termes pour le riz sous ses différentes formes), le portage (verbe « porter » selon le mode de préhension), le bouddhisme, etc.

17Les chapitres 5, 6, 7 et 8 décrivent respectivement la structure des mots, des syntagmes (groupes de mots), des phrases et des énoncés. Quoique le birman soit une langue plus analytique qu’agglutinante, la partie sur la morphologie dérivationnelle est relativement importante. Y sont décrits : (i) le seul préfixe (d’origine tibéto-birmane) dans ces différentes utilisations, (ii) plusieurs suffixes nominaux – agentif, diminutif, augmentatif, suffixe royal, etc. –, dont certains comme « shəya » (maître) aurait pu apparaître dans la section suivante sur la composition.

18Le chapitre 5 se termine sur une section consacrée à la réduplication, phénomène très productif en birman et dans les langues de la région (Vittrant & Watkins 2019).

19Le chapitre suivant (6) consacre une section au nom (groupe nominal), au verbe (groupe verbal) et une dernière au groupe adverbial. Les différents déterminants (modifiers) du nom sont présentés : quantifieurs (marqueur de pluralité, classificateurs), démonstratifs, possessifs et postpositions (marquant les fonctions syntaxiques). Les marqueurs locatifs ou noms relationnels constituent une sous-section dans la partie « Postpositions », ce qui est tout à fait justifié étant donné leur comportement syntaxique, distinct de celui des postpositions. La présentation des éléments du groupe verbal est en revanche moins fine. En simplifiant la classification des morphèmes, les auteurs ont privilégié le point de vue de l’apprenant. Les morphèmes présentés sont classés selon leur position par rapport au verbe (post- vs. préverbal). Ce classement, pertinent dans une langue pour laquelle l’ordre des mots est signifiant, gomme cependant les spécificités des morphèmes alors présentés comme équivalents ou appartenant à un même paradigme. Or, des distinctions sémantiques et formelles existent : certains morphèmes (auxiliaires) ont une origine verbale bien établie d’autres non (particules verbales) ; certains, multifonctionnels, se retrouvent présentés deux fois (cf. Yà en § 6.2.2.4 « get, must », et § 6.2.2.18 « can, may ») ; d’autres encore sont présentés combinés avec une particule de fin de phrase ou marqueur de statut (cf. § 6.2.2.17 pyan-bi « do again », p. 212), sans que ne soient détaillées les valeurs exprimées par chacun des éléments.

20Dédié à la structure des phrases et des propositions, le chapitre 7 commence de façon très judicieuse par distinguer deux types de phrases rencontrées en birman ; à côté des traditionnelles phrases (ou propositions) contenant un verbe, les phrases nominales (« clauses with non-verbal predicates ») sont nombreuses en birman (§ 7.1.2.). Les auteurs ne donnent malheureusement que peu d’exemples de phrases sans verbe, i.e. énoncé à « zéro-copule », et se focalisent sur les cas où les phrases associant deux arguments nominaux nécessitent la présence d’un élément verbal comme la copule /phyiʔ/. Cette dernière est pourtant peu utilisée en dehors des énoncés négatifs et pour intégrer certains mots d’emprunt.

21L’organisation de cette section montre la volonté des auteurs de faciliter l’apprentissage de la langue (plutôt que la description). Ils partent des constructions utilisées dans nos langues avec les verbes « être » et « avoir » (« be » et « have »), à savoir l’identification, la possession, la localisation pour présenter les structures équivalentes en birman.

22Un autre point de vue possible (et descriptif) aurait été de partir des formes birmanes – celles qui traitées comme équivalentes aux copules « être » et « avoir » – et de montrer leurs diverses fonctions et utilisations. Ainsi /ne/, outre son emploi dans des phrases « locatives », signifie plus largement « vivre, se trouver, rester à un endroit ». Il exprime aussi en emploi co-verbal l’aspect inaccompli (être en train de V).

23Les sections suivantes traitent de la structure des phrases simples et complexes (avec subordonnées relatives, circonstancielles, etc.) et sont très largement illustrées. On appréciera dans cette partie, et d’une manière générale, les correspondances avec le birman littéraire présentées dans des encarts, et donc visuellement bien distinctes.

24Les trois chapitres suivants (9, 10 et 11) abordent des points de grammaire importants pour une bonne compréhension du birman, telle la négation (ch. 9) qui a la particularité de neutraliser tous les temps et les aspects dans sa forme de base, ou encore l’ancrage des événements dans la situation d’interlocution (temps, aspect, modalité [ch. 10]), et l’expression de l’intensité (très, trop, peu) et de la comparaison (ch. 11).

25Pour finir, le chapitre 12 est ce qui manque souvent aux grammaires, i.e. une section donnant les codes des interactions sociales et langagières : répartition de l’information dans une phrase, absence des éléments accessibles par le contexte, absence de d’indices personnels, attitude du locuteur par rapport au discours (assentiment, doute), marque de politesse, etc.

26Se rappeler qu’une langue existe par ses locuteurs et leurs pratiques langagières ! Alors, apprendre et comprendre une langue nécessite la prise en compte de sa dimension sociale et culturelle.

27En conclusion, cette grammaire volumineuse (503 pages) apporte une contribution non-négligeable à la compréhension d’une langue plutôt exotique, du point de vue d’un locuteur de langue indo-européenne. Et l’ouvrage réussit, malgré les quelques faiblesses signalées précédemment, le tour de force de rendre le birman accessible à tous, spécialistes et non-spécialistes.

Haut de page

Bibliographie

BECKER, A. J., 1975, « A Linguistic Image of Nature : the Burmese Numerative Classifier System », Linguistics, 165 : 109-121.

BERNOT, Denise, 1980, Le prédicat en birman parlé, Paris : SELAF.

BERNOT, Denise, 1978-1992, Dictionnaire birman-français (15 volumes), Paris : SELAF/Peeters.

BERNOT, Denise, CARDINAUD Marie-Hélène & YIN YIN MYINT, Marie, 2001, Grammaire Birmane – Manuel du Birman, vol. 2, Paris : L’Asiathèque, coll. « Langues et Mondes ».

MINISTRY OF IMMIGRATION AND POPULATION, Department of Population, 2015, The Myanmar Population and Housing Census- Hightlights of the Main Results- Census Report Volume 2–A, mai.

HLA PE, 1965, « A Re-examination of Burmese Classifiers », Lingua, 15 : 163-185.

OKELL, John, 1969, A Reference Grammar of Colloquial Burmese, Londres : Oxford University Press, xviii, 2 vols.

OKELL, John & ALLOTT, Anna, 2001, Burmese/Myanmar : A Dictionary of Grammatical Forms, Richmond (Surrey) : Curzon Press.

VITTRANT, Alice, 2019, « Burmese », in The Mainland Southeast Asia Linguistic Area, A. Vittrant & J. Watkins, éd., Berlin : Mouton de Gruyter, p. 56-130.

VITTRANT, Alice & WATKINS, Justin, 2019, « Appendice : Guideline to Describe a South-East Asian Language », in The Mainland Southeast Asia Linguistic Area, A. Vittrant & J. Watkins, éd., Berlin : Mouton de Gruyter, p. 653-686.

WATKINS, Justin, éd., 2005, Studies in Burmese Linguistics, Canberra : Pacific Studies

WHEATLEY, Julian K., 1982, Burmese : A Grammatical Sketch, thèse de doctorat, Berkeley : University of California.

Haut de page

Note de fin

1 Accessible en ligne, le rapport publié par le ministère birman de l’Immigration et de la Population concernant le dernier recensement de 2014, fait état d’une population de 51 486 253 personnes (Ministry of Immigration and Population 2015 : 2).

2 Rappelons que le plus gros dictionnaire bilingue existant pour le birman est celui de Denise Bernot en quinze volumes (1978-1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Vittrant, « Mathias Jenny & San San Hnin Tun, Burmese, A Comprehensive Grammar », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 mai 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5088

Haut de page

Auteur

Alice Vittrant

Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France, DDL.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page