Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les dix grandes vies antérieures de Bouddha, d’après la version du Thotsachat du moine Mahā Kim Honglodarom, traduit et adapté du thaï par Wanee Pooput & Annick D’Hont

Préface de Nalini Balbir, Paris, L’Asiathèque, 2018, glossaire des mots pāli avec définition, bibl., ill., 731 p.
Bernard Formoso
Référence(s) :

Les dix grandes vies antérieures de Bouddha, d’après la version du Thotsachat du moine Mahā Kim Honglodarom, traduit et adapté du thaï par Wanee Pooput & Annick D’Hont, préface de Nalini Balbir, Paris, L’Asiathèque, 2018, glossaire des mots pāli avec définition, bibl., ill., 731 p.

Texte intégral

  • 1 Pour une étude commentée au plus près du texte initial voir Naomi Appleton & Sara Shaw, 2015, The T (...)
  • 2 Ces dix vertus cardinales sont dans l’ordre de leur mise en exergue dans le Thotsachat : le renonce (...)

1Thotsachat est le nom donné en Thaïlande au recueil des dix existences les plus exemplaires parmi les 547 que vécut Bouddha. Chacune de ces vies illustre l’une des « perfections » (pārami) nécessaires pour atteindre l’illumination (nipphan en thaï). Le fait qu’une version simplifiée de ce texte (appelé Mahānipata en pāli1), soit au programme des cours d’éducation morale prodigués dans les écoles primaires du royaume offre un bon indice de sa popularité. Les scènes emblématiques de ces grandes réincarnations sont d’autre part amplement représentées par les peintures murales des monastères. Enfin, rares sont les Thaïlandais qui ignorent le mantra de la paix, de la protection et de la félicité – te-cha-su-ne-ma-phu-ca-na-wi-we – composé à partir des syllabes initiales des noms des bodhisattva incarnant les dix pārami2.

2Pour une étude commentée au plus près du texte initial voir Naomi Appleton & Sara Shaw, 2015, The Ten Great Birth Stories of the Buddha. The Mahānipata of the Jātakatthavaṇṇana, Bangkok : Silkworms Books, 2 vols.

3Ces dix vertus cardinales sont dans l’ordre de leur mise en exergue dans le Thotsachat : le renoncement (nekkhamma), le courage (wiriya), la compassion (metta), la détermination (athisathan), la sagesse (panya), l’observance des préceptes (sīla), la patience (khanti) l’équanimité (ubekkha), l’honnêteté (satcha) et le don (than).

4Les récits de ces vies antérieures, ou jātaka, se présentent sous la forme de sermons prêtés à Gautama, qui alternent passages en vers et en prose. La version sur laquelle Wanee Pooput et Annick D’Hont ont travaillé est la traduction en thaïe du texte pāli que le moine érudit Maha Kim Honglodarom a réalisée en 1950, à partir d’un manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de Thaïlande et qui avait été préservé du saccage d’Ayutthaya en 1767. L’adaptation qu’en font les deux auteures n’a d’autre ambition que de faciliter l’accès d’un public francophone de non-spécialistes à la philosophie universelle dont les jātaka sont porteurs en rendant leur lecture attrayante et le message universel qu’ils portent d’une appréhension aisée. Pour satisfaire ce double objectif les parties versifiées ont été converties en prose, les noms propres ont été transcrits selon un système proche de la prononciation thaïe et déchiffrable par tous, des intertitres ont été introduits afin d’insuffler du rythme au récit et certaines répétitions ont été supprimées. Wanee Pooput et Annick D’Hont ont également assorti le texte de brèves notes introductives très éclairantes qui précisent le contexte de production littéraire, la renommée et l’intention morale des différents jātaka. S’y ajoutent un diagramme des composants des trois mondes (p. 16), des annexes et un glossaire des termes pāli. L’ensemble fournit des éléments indispensables pour que le profane se familiarise avec les concepts, les valeurs, la cosmologie et la mythologie bouddhiques.

5Les jātaka qui composent le Thotsachat sont de longueur variable. Le plus court, celui du bodhisattva Suwannasam (récit n° 3), ne compte que 23 pages, tandis que le plus long, celui qui narre la vie de Wessandorn (Vessantara), l’avant-dernière incarnation de Bouddha, fait 161 pages dans l’ouvrage. Il revêt en effet une importance toute particulière dans l’optique des bouddhistes thaïs et lao. Il est la « grande renaissance », mahachāt, celle qui sous couvert du don de soi synthétise au plus haut point les autres pārami, ainsi que le rappellent les traductrices. D’autre part, la narration publique une fois l’an des treize chapitres de ce jātaka par des moines récitants talentueux est un temps fort du calendrier des fêtes bouddhiques, à laquelle se doivent d’assister toutes celles et tous ceux qui souhaitent accroître leur lot de mérites.

6Malgré leurs trames narratives et leurs intrigues très variées, les dix grandes renaissances se rejoignent autour de certains thèmes et schèmes relationnels qui offrent de précieux renseignements sur la manière dont le bouddhisme theravada pose à destination de ses adeptes les rapports entre pouvoir politique et épanouissement spirituel. En effet, les principaux protagonistes des jātaka du Thotsachat sont soit des détenteurs du pouvoir souverain, soit des auxiliaires immédiats de celui-ci (brahmanes, conseillers à la cour). Dans une phase initiale les rois ou affiliés usent de leur pouvoir de manière arbitraire et brutale afin de servir des intérêts égoïstes. C’est par exemple Mahāchanok, le bodhisattva du courage qui cherche d’abord à reconquérir le fief de son père et qui, ayant compris la vanité de sa démarche, s’applique à faire le bien pour le reste de sa vie (jātaka n° 2). Autre cas, celui du roi Ekkarat, père du bodhisattva de la patience Chantha Kuman, qui est prêt à sacrifier sa descendance pour accéder au paradis (jātaka n° 7). Lorsqu’ils sont fils de monarque, les bouddhas en devenir, refusent au moins dans un premier temps la succession au trône afin de manifester de manière exemplaire la puissance de leur engagement spirituel et affirmer le primat du renoncement sur toute autre finalité terrestre. Temiya se fait ainsi passer pour sourd-muet, paralytique et idiot afin de se soustraire à l’exercice futur du pouvoir (jātaka n° 1). Le prince Wessandorn abandonne tous les attributs matériels de son statut pour vivre en ermite dans la forêt (jātaka n° 10). Lorsqu’au final ils acceptent d’assumer ou de servir la fonction royale, c’est toujours pour faire triompher la vertu bouddhique et assurer une gouvernance éclairée. Tel est le cas bien sûr de Wessandorn, mais aussi de Nemirat (jātaka n° 4), de Mahosot, le bodhisattva de la sagesse (jātaka n° 5), ou encore de Withoun, symbole de l’honnêteté qui parvient par son pouvoir d’exemplarité à convertir un yaksa et le roi des nāga en monarques vertueux (jātaka n° 9). Ajoutons que dans la plupart des jātaka l’action des bodhisattva en faveur d’une bonne gouvernance profite du soutien décisif d’Indra, celui-ci faisant figure de prototype divin du roi bouddhique dans la mythologie.

7Au final, les amateurs de philosophie orientale, notamment ceux qui s’intéressent de près aux textes bouddhiques, apprécieront la lecture de ce recueil très populaire en Thaïlande, dont Wanee Pooput et Annick D’Hont nous offrent une très élégante traduction et adaptation.

Haut de page

Note de fin

1 Pour une étude commentée au plus près du texte initial voir Naomi Appleton & Sara Shaw, 2015, The Ten Great Birth Stories of the Buddha. The Mahānipata of the Jātakatthavaṇṇana, Bangkok : Silkworms Books, 2 vols.

2 Ces dix vertus cardinales sont dans l’ordre de leur mise en exergue dans le Thotsachat : le renoncement (nekkhamma), le courage (wiriya), la compassion (metta), la détermination (athisathan), la sagesse (panya), l’observance des préceptes (sīla), la patience (khanti) l’équanimité (ubekkha), l’honnêteté (satcha) et le don (than).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Formoso, « Les dix grandes vies antérieures de Bouddha, d’après la version du Thotsachat du moine Mahā Kim Honglodarom, traduit et adapté du thaï par Wanee Pooput & Annick D’Hont », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5104

Haut de page

Auteur

Bernard Formoso

Professeur au Département d’ethnologie, université Paul Valéry-Montpellier 3, LERSEM (EA 4584).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page