Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gregory Vincent Raymond, Thai Military Power. A Culture of Strategic Accommodation

Copenhague, NIAS Press, 2018, tables, index., 293 p.
Bernard Formoso
Référence(s) :

Gregory Vincent Raymond, Thai Military Power. A Culture of Strategic Accommodation, Copenhague, NIAS Press, 2018, tables, index., 293 p.

Texte intégral

1Gregory Vincent Raymond a soutenu en 2015 un doctorat en études stratégiques à l’université La Trobe (Australie), dont le présent ouvrage est issu. À la différence des courants « réalistes » et « néo-réalistes » qui interprètent l’activité militaire à travers le prisme du modèle westphalien de l’État-nation et d’une rationalité « à la Clausewitz », l’auteur adopte une perspective institutionnelle et se réclame plus précisément de la théorie de la « culture comme stratégie » (strategic culture), telle que définie dès 1977 par Jack Snyder et réélaborée plus récemment par Alastair Iain Johnston (1995). Il s’agit en l’occurrence d’expliquer comment la Thaïlande utilise ses forces militaires pour la défense extérieure en prenant pour hypothèse que ses choix en la matière sont dictés par des schèmes culturels spécifiques et pérennes, qui se donneraient à voir dans des images, des symboles ou des récits. Dénicher ces schèmes et mettre en évidence leur pouvoir de structuration lors de différentes crises ayant émaillé l’histoire contemporaine du royaume est dès lors l’objectif premier du livre. L’intérêt de l’étude est rehaussé par le double constat de la très faible efficacité des forces militaires thaïlandaises et du « sous-équilibrage » (underbalancing) des moyens de défense mobilisés face aux menaces externes, dans un environnement régional pourtant très instable.

2Les trois premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à la description de la strategic culture thaïlandaise qui combine, selon l’auteur, deux composantes : une national strategic culture et une military organisational strategic culture. Cet appareillage conceptuel, difficilement traduisible en français, appelle d’emblée deux commentaires. Tout d’abord, la notion de culture est ici employée dans un sens très parcellaire. L’objet du livre n’est pas la culture thaïe en ce qu’elle pourrait influencer par ses valeurs, ses hiérarchies, ses schèmes organisationnels et ses modes de socialisation le fonctionnement des corps d’armée, leur art de la guerre et leur philosophie de la violence. Il s’agit plutôt d’isoler des stratégies qui feraient « culture » du fait qu’elles auraient été reproduites d’un conflit à l’autre au cours du xxe siècle. La culture ainsi conçue manque de profondeur historique, tout en procédant d’une vision très séculière de l’action politico-militaire. Ainsi, les historiens, spécialistes de la Thaïlande, pourraient reprocher à Gregory Raymond de débuter son analyse des forces militaires au règne de Rama V (1868-1910), faisant comme si les engagements guerriers antérieurs, pourtant nombreux, n’étaient pas culturellement signifiants. De leur côté, les ethnologues peuvent s’étonner que l’auteur fasse l’impasse dans son analyse des comportements militaires sur le rôle pourtant fondamental que joue l’idéologie bouddhique dans le rapport des Thaïs à la violence, aux atteintes portées à la vie d’autrui et aux situations de mort prématurée.

3L’approche des faits culturels que propose l’auteur a pour autre défaut d’épouser sans discernement la théorie interprétative de Clifford Geertz. Il a en effet été reproché à celle-ci de réduire la culture à un ensemble de « textes vécus », que l’ethnologue pourrait isoler en lisant « par-dessus les épaules » des gens (Geertz 1973 : 13-17). Gregory Raymond adopte cette posture surplombante lorsqu’il dégage deux récits « paradigmatiques » dont il reconnaît qu’ils ne sont jamais présentés comme tels par les Thaïs, mais qui résumeraient à eux seuls la national strategic culture. Le premier fait référence au saccage par les Birmans de l’ancienne capitale d’Ayutthaya en 1767. Cette défaite, l’une des plus cuisantes de l’histoire du royaume, fut imputée a posteriori à la rivalité des princes siamois. Elle est souvent mentionnée par les hommes politiques et les militaires pour illustrer les effets potentiellement désastreux du manque d’unité nationale lorsque ressurgissent des menaces aux frontières. Mais en quoi ce récit est-il paradigmatique d’une culture « stratégique » proprement thaïlandaise ? Un rapide tour d’horizon des idéologies nationalistes de par le monde révèlerait sans doute que toutes stigmatisent la désunion en prenant appui sur le souvenir d’échecs collectifs qui lui sont imputables. Pour caractériser le contexte thaïlandais il aurait été plus judicieux de questionner ce que le roi et les régimes militaires au pouvoir 57 ans depuis 1932 attendent de la population lorsqu’ils agitent l’étendard de l’unité. Le traitement de cette question par l’auteur lui aurait permis de comprendre que l’argument de la cohésion nationale est plus ambigu et moins fédérateur qu’il ne le croit, tant il fut employé de multiples fois par les dictatures thaïlandaises pour discréditer toute forme de contestation.

4Gregory Raymond qualifie le second récit paradigmatique de la culture stratégique nationale de « mérites de Chulalongkorn ». Il correspond à la tournée des capitales européennes qu’entreprit Rama V en 1897 et qui lui permit d’imposer l’image d’un monarque éclairé, doublé d’un habile négociateur. Ce succès diplomatique aurait compensé sur le plan symbolique l’humiliante défaite de Pak Nam qui avait permis aux Français d’amputer le Siam de plusieurs territoires en 1893. Par rétrodiction, il aurait fait passer cette défaite pour un stratagème destiné à préserver l’indépendance du pays et la majeure partie de son territoire. Selon l’auteur, la glorification par l’historiographie siamoise de cette tournée européenne érigea la diplomatie en instrument premier de défense du pays, l’action militaire comptant certes, mais comme simple force d’appoint. Les avantages considérables, posés en termes de reconnaissance internationale, qu’obtint le Siam en retour de l’envoi d’un petit contingent de soldats sur le théâtre européen dans les derniers mois de la Première Guerre mondiale, illustrent parfaitement le propos au chapitre 4. Le recours à l’atout chinois et à la force tampon que représentaient les Khmers rouges pour contenir l’invasion vietnamienne du Cambodge en 1978 est un autre cas d’espèce de cette primauté conférée à la diplomatie dont rend compte de manière très convaincante l’auteur au chapitre 6.

5Concernant à présent les caractéristiques essentielles de la military organisational strategic culture, l’auteur en identifie deux. C’est tout d’abord le monarchisme auquel souscrivent les élites militaires et qui procède d’une confusion entre la défense de la nation et celle de la royauté. Si le Maréchal Phibun Songkram avait cherché à désacraliser la dynastie Chakri, Gregory Raymond, à la suite de bien d’autres auteurs, rappelle que les régimes militaires ultérieurs à partir de Sarit Thanarat vont au contraire patronner la monarchie afin de mieux légitimer en retour leur implication dans la vie politique. L’autre caractéristique est le factionnalisme. Il aurait pour principal creuset l’académie militaire de Chulachomklao concernant les officiers et se cristalliserait autour du référent générationnel (les loyautés entre membres d’une même promotion) ou de celui de l’unité d’appartenance (solidarité de corps). Bien que l’on puisse reprocher à l’auteur de ne pas replacer ce factionnalisme dans le contexte socioculturel plus large et ancien des rapports de clientèle, il analyse par contre de manière très convaincante ses effets négatifs sur l’action militaire, en montrant à travers les exemples du conflit frontalier de 1987-1988 avec le Laos (chap. 5) et de celui, plus récent, du temple de Phra Viharn avec le Cambodge (chap. 7) qu’il rend très problématique l’élaboration de doctrines militaires, et entrave la coordination efficace des opérations sur le terrain.

6Au final, le contenu de cet ouvrage suscite une appréciation mitigée. Au défaut d’un appareillage analytique très parcellaire et qui combine de manière assez superficielle les concepts de culture et de stratégie, s’ajoutent quelques manques dans la documentation et en particulier l’absence de référence aux travaux en langue française sur le sujet. Je pense notamment à l’ouvrage qu’Arnaud Dubus et Nicolas Revise ont publié il y a quelques années (2002). Malgré cela, l’ouvrage offre des éclairages utiles et quelques précieuses clefs d’interprétation pour comprendre les failles récurrentes du dispositif de défense du royaume.

Haut de page

Bibliographie

DUBUS, Arnaud & REVISE, Nicolas, 2002, Armée du peuple, armée du roi, Paris/Bangkok : L’Harmattan/IRASEC.

JOHNSTON, Alastair Iain, 1995, Cultural Realism : Strategic Culture and Grand Strategy in Chinese History, Princeton University Press.

GEERTZ, Clifford, 1973, The Interpretation of Cultures, New York : Basic Booksp.

SNYDER, Jack, 1977, « The Soviet Strategic Culture. Implications for Limited Nuclear Operation », A project Air Force report prepared for the United Sates Air Force, R-2154-AF, Rand Corporation, URL: https://www.rand.org/content/dam/rand/pubs/reports/2005/R2154.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Formoso, « Gregory Vincent Raymond, Thai Military Power. A Culture of Strategic Accommodation », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5115

Haut de page

Auteur

Bernard Formoso

Professeur au Département d’ethnologie, université Paul Valéry-Montpellier 3, LERSEM (EA 4584).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page