Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giang-Huong Nguyen, La Littérature vietnamienne francophone (1913-1986)

Préface de Jack A. Yeager, Paris, Classiques Garnier, 2018, 271 p.
Alain Guillemin
Référence(s) :

Giang-Huong Nguyen, La Littérature vietnamienne francophone (1913-1986), préface de Jack A. Yeager, Paris, Classiques Garnier, 2018, 271 p.

Texte intégral

  • 1 Articles de Bui Xuân Bao, Alain Guillemin, Nguyên Trân Huân, monographies de Nguyên (2003), Ashoka (...)

1L’ouvrage de Giang-Huong Nguyên, La littérature vietnamienne francophone (1913-1986), constitue une étape importante dans les études consacrées à la littérature coloniale francophone du xxe siècle. Elle introduit véritablement, dans ce champ, la littérature francophone vietnamienne, parente pauvre des études francophones. Avant cette parution, outre la thèse fondatrice de Jack A. Yeager (1987), seuls quelques articles de synthèse et quelques monographies étaient disponibles1. La littérature vietnamienne francophone (1913-1926) est le prolongement d’une thèse soutenue à l’université de Paris-Nanterre en 2015 sous la direction de Jean-Marc Moura, La poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone de l’époque coloniale. Sa typologie des romans vietnamiens francophones de l’époque coloniale s’appuie sur une abondante bibliographie critique qui prend notamment en compte les apports de l’école anglo-saxonne. Pour mener à bien son projet, elle procède en trois étapes. Dans la première partie, « Littérature francophone au Vietnam », elle mène une analyse de la naissance et du développement politique, culturel et littéraire du bilinguisme français-vietnamien dans la société coloniale. Dans la seconde partie, « Les représentations du sujet vietnamien multiculturel », elle étudie l’ethos discursif du sujet multiculturel des écrivains vietnamiens francophones et son évolution. Enfin dans une troisième partie novatrice, « L’espace de la coexistence des cultures », elle aborde l’espace comme lieu d’énonciation. Bien sûr ces trois approches se complètent, s’enrichissent, permettent de nuancer les clivages et d’affiner l’analyse. Le fil rouge de son propos est la mise en rapport de l’ethos et de la scénographie.

2Articles de Bui Xuân Bao, Alain Guillemin, Nguyên Trân Huân, monographies de Nguyên (2003), Ashoka (2004), Selao (2011) et Van Quang (2013).

3Dans la première partie, elle analyse la diffusion scolaire du français et constate l’échec de la politique d’assimilation à la langue et à la culture française, menée de 1867 à 1916. Très peu de Vietnamiens accèdent à l’enseignement supérieur. Seuls 5 % des Vietnamiens ont une bonne maîtrise du français à la veille de la décolonisation. Le quốc ngữ, transcription du Vietnamien en alphabet latin, conçu au xvie siècle par les jésuites reste confiné aux milieux catholiques jusqu’au début du xxe siècle. Après cette date, il est non seulement utilisé par les Vietnamiens au détriment de l’écriture en caractères (chữ nôm) mais devient un outil pour les nationalistes. Par ailleurs, l’introduction de la culture française révolutionne la littérature vietnamienne moderne, notamment par la traduction en vietnamien de nombreuses œuvres littéraires françaises. Cette influence de la littérature française concerne la poésie, laquelle inspirée principalement par le romantisme, s’éloigne de la métrique Tang. De nouveaux genres peu ou pas représentés se développent, tels que le roman en prose, la nouvelle et progressivement le théâtre à l’occidental. Les écrivains vietnamiens francophones se recrutant le plus souvent dans les mêmes milieux que les écrivains vietnamophones privilégient deux thèmes, ceux de l’amour et de l’individualité. Le nationalisme des écrivains vietnamiens francophones se rapproche des autres nationalismes, marxistes ou non marxistes, cependant ces écrivains refusent, sauf exception, la lutte violente.

4Mais ce qu’ont aussi en commun francophones et vietnamophones c’est une culture millénaire ancrée sur la littérature écrite et orale. Giang-Huong Nguyên a l’originalité de consacrer de manière conséquente quelques pages à cette littérature classique. Cet enracinement traduit une volonté de singularité par rapport à la culture chinoise dominatrice. Il en est de même par rapport à la culture française.

5Ainsi contextualisée cette problématique de l’entre-deux est abordée par Giang-Huong Nguyên sous l’angle des ethos discursifs. L’ethos qui apparaît et renvoie à la figure de l’auteur est en tension entre deux cultures. Laissons la parole à Giang-Huong Nguyên pour résumer l’évolution de cet ethos :

6Chacune de ces trois attitudes (Sujet fasciné par l’autre, Sujet déchiré entre deux mondes, Sujet multiculturel) est finement et précisément analysée. Giang-Huong Nguyên a en effet sélectionné vingt-cinq romans : sept pour la première période, huit pour la seconde, dix pour la troisième. Pour chaque période elle mène une étude approfondie de quatre romans. En outre, elle dresse une liste très complète de la littérature vietnamienne francophone des origines (fin xixe siècle) à nos jours, tous genres confondus. Cette connaissance approfondie du contexte politique, culturel et littéraire lui permet d’échapper au défaut d’un certain nombre d’ouvrages de littérature francophone s’appuyant trop souvent sur un petit corpus d’œuvres insuffisamment contextualisées.

7La troisième partie de l’ouvrage « L’espace de la coexistence des cultures » innove en prenant en compte de manière approfondie l’ancrage spatial des figures discursives des romanciers vietnamiens francophones. Cet ancrage, multiple et contrasté, reflète bien la complexité des jeux de l’entre-deux culturel caractéristique de cette littérature. Trois espaces sont concernés : l’espace villageois, les deux grandes villes du Vietnam, Hanoi et Saigon, et la métropole à travers Paris.

8L’espace villageois est par excellence l’espace ancestral. Refuge des valeurs traditionnelles, il n’est cependant pas envisagé de la même manière selon les auteurs. Un village c’est un nom, une topographie, un enracinement naturel, des mœurs, des coutumes, des manières de tables, des fêtes, au premier rang desquelles le Têt, sans oublier les funérailles et les mariages. Dans cette forme d’espace énonciatif qu’est le village, la culture autochtone est mise en avant face à la culture importée par les colonisateurs. Mais, pour les Vietnamiens de retour de France comme le narrateur de Frère de sang de Pham Van Ky, le village est devenu énigmatique et il faut se le réapproprier. Dans Le fils de la baleine de Cung Giu Nguyên le village hostile au héros est dominé par un conservatisme étouffant.

9Le village vietnamien, conservateur des valeurs ancestrales est aussi marqué par une certaine présence de la culture occidentale. À l’intérieur de la maison on constate un certain mélange entre Orient et Occident, visible dans la décoration, les meubles, les instruments de musique par exemple. Enfin, la fête du 14 juillet est aussi célébrée au village. Cependant le village vietnamien, comme espace d’énonciation, réaffirme la richesse de la culture vietnamienne. A contrario, Hanoi et Saigon sont deux espaces d’énonciation, porteurs de la modernité occidentale, mais de manière contrastée. Alors que Hanoi est à la fois un espace urbain occidental et la capitale des lettrés, Saigon est le siège de l’altérité occidentale.

10Hanoi est caractérisée par le développement de l’industrie et des techniques occidentales, que l’on retrouve dans l’architecture du pont Doumer, devenu pont Long Biên. Le centre de Hanoi est une ville européenne avec des espaces verts. C’est aussi un espace de liberté où se développe un mode de vie urbain européanisé, un espace d’émancipation pour certaines femmes vietnamiennes, avec le cinéma, les bals, les piscines, les écoles françaises. La vie intellectuelle y est florissante animée par les Vietnamiens francophones, écrivains ou non. Le modèle littéraire européen a bouleversé la culture vietnamienne moderne, mais l’influence des lettrés traditionnels y est importante, symbolisée par le temple de la littérature. Les vestiges du palais impérial y sont encore présents, Hanoi n’a pas totalement perdu son statut d’ancienne capitale impériale.

11Saigon, en revanche, bien que située géographiquement au Vietnam est conçue par les Vietnamiens de la périphérie, comme une ville étrangère avec ses monuments de style colonial français. La vie à Saigon reproduit à une moindre échelle la vie parisienne. Le mode de vie proposé, à l’Hôtel Continental, au champ de courses, au Cercle Sportif, est celui des Occidentaux. Ainsi Saigon apparaît dans les trois romans où elle est mise en scène, caractérisée par le mode de vie occidental, puis par la violence et la guerre.

12Le dernier espace d’énonciation où se déroulent trois romans (Les cahiers intimes de Héou-Tam, étudiant d’Extrême-Orient de Hoang Xuân Nhi, Nam et Sylvie de Pham Duy Khiêm et Des femmes assises çà et là de Pham Van Ky) est la métropole, plus exactement Paris, dans le contexte du voyage d’études en France. Paris est pour les trois romanciers un espace fascinant, source de riches échanges culturels. Trois lieux sont ainsi privilégiés par Nam, la Cité universitaire, l’École normale supérieure, les parcs parisiens. Paradoxalement, c’est dans l’espace métropolitain, plus que dans l’espace de la colonie, que le sujet vietnamien exprime ses traditions, dans une confrontation plus harmonieuse et une coexistence plus facile des deux cultures. Riche de sa culture orientale, en particulier le taoïsme, Pham Van Ky appréhende la splendeur de Paris sans fascination démesurée.

13Enfin, l’amour pour Paris est toujours associé à l’amour d’une femme ou d’une maîtresse. L’amour de Sylvie pour Nam, de Ingel pour Héou Tam, de trois femmes pour Pham Van Ky, assimile Paris à une ville amoureuse. Paris, centre culturel est personnifié sous les traits d’une femme dont la figure séduisante a tous les attraits et tous les charmes de la civilisation occidentale. La situation la plus complexe est celle de Pham Van Ky. Pour ce dernier, la féminisation de Paris repose principalement sur la figure maternelle, mise en relation avec trois figures féminines, Orla, Solange et Éliane, dans un jeu de relations lié à la représentation que le taoïsme se fait de la femme.

14L’ouvrage de Giang-Huong Nguyên en interrogeant le choix de la langue française par les écrivains vietnamiens sous la colonisation nous en offre une interprétation convaincante. Elle en restitue exactement les étapes et propose une étude fouillée des figures discursives des romanciers, complétée par une analyse enrichissante des lieux d’énonciation.

Haut de page

Bibliographie

BRITTO, Karl Ashoka, 2004, Disoriantation : France, Vietnam and the Ambivalence of Interculturality, Hong Khong : Hong University Press.

NGUYÊN, Nathalie Huyn Chau, 2003, Vietnamese Voices : Gender and Cultural Identity in the Vietnamese French Novel, Dekalb, Illinois : Southeast Asia Publications, Center for Southeast Asian Studies, Northern Illinois University.

SELAO, Ching, 2011, Le roman vietnamien francophone. Orientalisme, occidentalisme et hybridité, Montréal : Les presses de l’Université de Montréal.

VAN QUANG, Pham, 2013, L’institution de la littérature vietnamienne francophone, Paris : Public Books.

YEAGER, Jack Andrew, 1987, The Vietnamese Novel in French : A Response to Colonialism, Hanover (NH) : Press of New England.

Haut de page

Note de fin

1 Articles de Bui Xuân Bao, Alain Guillemin, Nguyên Trân Huân, monographies de Nguyên (2003), Ashoka (2004), Selao (2011) et Van Quang (2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Guillemin, « Giang-Huong Nguyen, La Littérature vietnamienne francophone (1913-1986) », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5139

Haut de page

Auteur

Alain Guillemin

Sociologue de la littérature.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page