Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-François Bouvet, Havre de guerre. Phnom Penh, Cambodge (1970-1975)

Paris, Fayard, bibliographie et sitographie, index des noms de personne, 2018, 216 p.
Jean Baffie
p. 207-210
Référence(s) :

Jean-François Bouvet, Havre de guerre. Phnom Penh, Cambodge (1970-1975), Paris, Fayard, bibliographie et sitographie, index des noms de personne, 2018, 216 p.

Texte intégral

1« Un récit qui se lit comme un roman » dit la quatrième page de couverture de cet ouvrage effectivement difficile à classer. Jean-François Bouvet a une formation de neurobiologiste et a écrit cinq ouvrages et dirigé deux autres, tous sur des sujets de sociétés ou de culture générale. Pour ce nouvel ouvrage, il a fait plusieurs séjours à Phnom Penh mais a surtout réussi à mener des entretiens avec les protagonistes (français et américains) toujours en vie une quarantaine d’années après les événements, parmi lesquels l’ambassadeur américain au Cambodge pour les années concernées.

  • 1 Formé en France, Long Boret fut Premier ministre du 23 décembre 1973 au 17 avril 1975. Il espéra ju (...)

2Cet ouvrage brosse la vie quotidienne des correspondants de guerre à Phnom Penh entre 1970 et 1975, c’est-à-dire de la chute de Norodom Sihanouk et l’établissement de la République khmère par le général Lon Nol avec le soutien – voire à la demande – des Américains à la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges en avril 1975. Deux héros en sont les fils conducteurs : la journaliste américaine Elizabeth Becker et l’hôtel Le Royal de Phnom Penh, rebaptisé « Le Phnom » en 1970 lorsque le général Lon Nol remplaça la monarchie par une république. La couverture du livre les montre sur deux photographies séparées : la photo du haut date de 1974 et montre la très jeune E. Becker interviewant le Premier ministre cambodgien de l’époque, Long Boret (1933-1975)1, tandis que la photo du bas est une photo ancienne – mais non datée – de l’hôtel Le Royal.

3Formé en France, Long Boret fut Premier ministre du 23 décembre 1973 au 17 avril 1975. Il espéra jusqu’au bout pouvoir négocier une reddition avec les Khmers rouges, mais fut arrêté le 17 avril par ceux-ci et exécuté très rapidement dans des circonstances pas complètement élucidées.

4Dans leur ouvrage sur les grands hôtels en Asie (qui ne couvre cependant pas l’Asie du Sud-Est), les cinq auteurs de l’introduction soulignent leur objectif d’étudier des lieux de sociabilité et précisent : « le grand hôtel s’est imposé à nous comme un exemple éclairant de lieu de sociabilité dans les villes asiatiques et il nous a semblé prendre sens ici bien plus qu’en Europe » (Fiévé et al. 2003 : 5). Des contributions sur le Raffles de Singapour, l’Oriental de Bangkok, l’Eastern & Oriental de Penang, le Continental de Saigon, mais également une sur le Royal de Phnom Penh, y auraient trouvé aisément leur place.

  • 2 Créé en décembre 1945, le Service de documentation extérieure et du contre-espionnage (SDECE) devin (...)

5Construit en 1929 sur la rue 92 par l’architecte et urbaniste français Ernest Hébrard – 1875-1933 – (Filippi 2007 : 37), l’hôtel Royal était avant 1975, selon un guide de voyage « le centre d’opération des reporters couvrant la guerre, des espions, des mata-haris, des attachés militaires, tout ce beau monde illustré dans un polar SAS, La roulette cambodgienne (Neveu & Ogden 1998 : 50). Effectivement, l’auteur du roman en question, Gérard de Villiers, très proche du SDECE, les services secrets français de l’époque2, et lu avec attention par tous les diplomates, dans son roman publié en 1974, soit un an avant la chute de Phnom Penh, donne une description saisissante de l’hôtel où il avait vraisemblablement séjourné :

6Créé en décembre 1945, le Service de documentation extérieure et du contre-espionnage (SDECE) devint la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) le 2 avril 1982, sous la présidence de François Mitterrand.

7Jérôme et Jocelyne Steinbach, militants communistes français au Cambodge en 1975 comme enseignants (coopérant pour Jérôme) parlent de l’hôtel en ces termes :

barang

8Dans un guide de voyage de 2004, l’hôtel, alors devenu la propriété du groupe Raffles sous le nom de Raffles Hotel Le Royal, était mentionné comme un des deux seuls hôtels de Phnom Penh (avec l’Inter-Continental) à être classé cinq étoiles et ses chambres étaient les plus coûteuses de la ville (de 260 à 2000 dollars américains la nuit) (Cramer 2004 : 64-65).

9Née le 28 octobre 1947, Elizabeth H. Becker quitte l’université de Washington et arrive à Phnom Penh en décembre 1972, à l’âge de 25 ans. Elle travaille d’abord pour l’hebdomadaire de Hong Kong Far Eastern Economic Review, mais sans avoir un statut de correspondante ni le salaire en rapport, avant de rejoindre le prestigieux quotidien américain Washington Post pour lequel elle couvrira la guerre au Cambodge. J.-F. Bouvet évoque tout particulièrement ses deux ans de séjour à Phnom Penh comme correspondante de guerre, en 1973-1974, une des très rares journalistes femmes dans un milieu alors quasi exclusivement masculin.

  • 3 Denis Gray publia également un entretien sur ce même sujet avec Dean en 2015. Dean est aujourd’hui (...)

10J.-F. Bouvet nous livre également le détail d’un entretien avec le dernier ambassadeur américain au Cambodge, John Gunther Dean, en poste du 14 mars 1974 au 12 avril 1975, lorsque les derniers Américains (en dehors d’une poignée de journalistes) furent exfiltrés par hélicoptère, cinq jours avant la prise de la ville par les Khmers rouges3.

11Denis Gray publia également un entretien sur ce même sujet avec Dean en 2015. Dean est aujourd’hui installé à Paris avec son épouse d’origine française (Gray 2015).

  • 4 La troisième personne était Richard (Dick) Dudman (1918-2017), un journaliste américain qui s’était (...)

12E. Becker a eu sa première heure de gloire en décembre 1978 quand elle fut invitée pour un séjour de deux semaines au Kampuchéa démocratique, le Cambodge des Khmers rouges, très peu de temps avant l’invasion vietnamienne du 25 décembre 1978. La presse mondiale se focalisa encore plus sur cet événement quand un des deux autres invités, l’universitaire marxiste anglais Malcolm Caldwell (1931-1978), pourtant ardent défenseur de la révolution cambodgienne, fut assassiné dans des circonstances restées non élucidées après avoir eu un entretien personnel avec Pol Pot4. E. Becker est également connu des spécialistes du Cambodge pour le livre qu’elle publia en 1986, When the War Was Over, qui fut traduit en français deux ans plus tard sous le titre plus accrocheur de Les larmes du Cambodge. L’histoire d’un auto-génocide (Becker 1986, 1988).

13La troisième personne était Richard (Dick) Dudman (1918-2017), un journaliste américain qui s’était fait connaître par ses critiques sévères de l’implication militaire américaine dans la guerre du Viêt Nam. Il fut également le premier journaliste américain à être invité à se rendre au Viêt Nam après la victoire communiste.

  • 5 M. Vickery avait même rédigé un article pour la Far Eastern Economic Review en réponse aux articles (...)

14Dans son ouvrage Cambodia 1975-1982, essentiel pour comprendre le Cambodge de l’époque, l’orientaliste Michael Vickery critique assez sévèrement E. Becker à qui il reproche une vision négative et mensongère de la situation dans deux articles qu’elle publia au début de 1983 dans le Washington Post (Vickery 1984 : 291-2945). Mais les témoignages multiples qui furent rendus publics depuis lors donnèrent raison à E. Becker plutôt qu’à M. Vickery et dans le livre précité de 1986 (1988 pour la version française) elle consacre un long chapitre au « règne de la terreur » (Becker 1988 : 207-258).

15M. Vickery avait même rédigé un article pour la Far Eastern Economic Review en réponse aux articles d’E. Becker mais celui fut refusé par le rédacteur en chef de la revue, apparemment parce qu’il était trop critique envers E. Becker (Vickery 1984 : 348, n6).

  • 6 Présent lors de la prise de Phnom Penh, P. de Beer a donné un entretien de 5mn35s au journal de l’A (...)

16J.-F. Bouvet retrace également les parcours de quelques-uns des 37 journalistes et photographes de 11 nationalités différentes (américaines, françaises, japonaises, etc.) ayant disparu en faisant leur métier (vraisemblablement tués par les Khmers Rouges) entre 1970 et 1975. Les noms de très nombreux journalistes, reporters et écrivains, certains bien connus comme ceux des Français Patrice de Beer6 et Jean-Claude Pomonti, tous deux du quotidien Le Monde, sont cités au fil du récit, mais ils ne font pas partie des personnages importants du récit.

17Présent lors de la prise de Phnom Penh, P. de Beer a donné un entretien de 5mn35s au journal de l’A2, le 8 mai 1975, disponible sur le site de l’Ina.

18Certes, il ne manque pas aujourd’hui d’ouvrages et d’articles de qualité nous permettant de mieux connaître la capitale cambodgienne (Blancot 1997 ; Blancot & Goldblum 1997 ; Legrand et al. 2003 ; Osborne 2008). Mais le livre de J.-F. Bouvet apporte un éclairage original sur une période particulièrement dramatique, celle de Phnom Penh sous les bombes des Khmers rouges jusqu’à la chute de la ville (ou sa « libération » selon son point de vue). Le cadre de l’hôtel Le Royal ou Phnom, havre très relatif de paix dans une ville où les obus des mortiers khmers rouges faisaient quasi quotidiennement des victimes, donne une dimension presque surréaliste à cette situation. Les chambres du dernier étage, les plus menacées, étaient alors soldées aux journalistes les moins fortunés. En 2019, selon Internet, il faut débourser au moins 242 euros pour une nuit dans ce palace.

Haut de page

Bibliographie

BECKER, Elizabeth, 1986, When the War Was Over, Glasgow : HarpersCollins.

BECKER, Elizabeth, 1988, Les Larmes du Cambodge. L’histoire d’un auto-génocide, Paris : Presses de la Cité.

BLANCHARD, Michel, 1993, Cambodge, Laos, Paris : Guide Arthaud.

BLANCOT, Christiane, éd., 1997, Phnom Penh : développement urbain et patrimoine, Paris : ministère de la Culture et Atelier parisien d’urbanisme.

BLANCOT, Christiane & GOLDBLUM, Charles, 1994, « Phnom Penh : seconde vie d’une capitale d’Asie du Sud-Est. Regards d’urbanistes », in Recherches nouvelles sur le Cambodge, François Bizot, éd., Paris : EFEO, p. 315-361.

CRAMER, Kenneth, 2004, Cambodia Visitors Guide, Phnom Penh : Canby Publications.

FILIPPI, Jean-Michel, 2012, Déambulations phnompenoises, Phnom Penh : Kam éditions.

FIÈVÉ, Nicolas, GED, Françoise, GÉLÉZEAU, Valérie, GUICHARD-ANGUIS, Sylvie & SANJUAN, Thierry, 2003, « Introduction », in Les grands hôtels en Asie. Modernité, dynamiques urbaines et sociabilités, Thierry Sanjuan, éd., Paris : Publications de la Sorbonne, coll. « Géographie », 25.

GRAY, Denis, 2015, « Former US Ambassador Describes When the US “Abandoned Cambodia and Handed it Over to the Butcher” », URL: https://www.businessinsider.fr/.

LEGRAND, François et al., 2003, Phnom Penh à l’aube du xxie siècle, Paris : Atelier parisien d’urbanisme.

NEVEU, Roland & OGDEN, Jon, 1998, A Practical Guide, Cambodia, « Horizons travel guide series », Bangkok.

OSBORNE, Milton E., 2008, Phnom Penh, a Literary and Cultural History, Oxford : Signal Books Ltd.

STEINBACH, Jérôme & STEINBACH, Jocelyne, 1976, Phnom Penh libérée. Cambodge, l’autre sourire, Paris : Éditions sociales, coll. « Notre temps/monde ».

VICKERY, Michael, 1984, Cambodia 1975-1982, Boston : South End Press.

VILLIERS, Gérard de, 1974, S.A.S. Roulette cambodgienne, Paris : Plon.

Haut de page

Note de fin

1 Formé en France, Long Boret fut Premier ministre du 23 décembre 1973 au 17 avril 1975. Il espéra jusqu’au bout pouvoir négocier une reddition avec les Khmers rouges, mais fut arrêté le 17 avril par ceux-ci et exécuté très rapidement dans des circonstances pas complètement élucidées.

2 Créé en décembre 1945, le Service de documentation extérieure et du contre-espionnage (SDECE) devint la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) le 2 avril 1982, sous la présidence de François Mitterrand.

3 Denis Gray publia également un entretien sur ce même sujet avec Dean en 2015. Dean est aujourd’hui installé à Paris avec son épouse d’origine française (Gray 2015).

4 La troisième personne était Richard (Dick) Dudman (1918-2017), un journaliste américain qui s’était fait connaître par ses critiques sévères de l’implication militaire américaine dans la guerre du Viêt Nam. Il fut également le premier journaliste américain à être invité à se rendre au Viêt Nam après la victoire communiste.

5 M. Vickery avait même rédigé un article pour la Far Eastern Economic Review en réponse aux articles d’E. Becker mais celui fut refusé par le rédacteur en chef de la revue, apparemment parce qu’il était trop critique envers E. Becker (Vickery 1984 : 348, n6).

6 Présent lors de la prise de Phnom Penh, P. de Beer a donné un entretien de 5mn35s au journal de l’A2, le 8 mai 1975, disponible sur le site de l’Ina.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Jean-François Bouvet, Havre de guerre. Phnom Penh, Cambodge (1970-1975) », Moussons, 33 | 2019, 207-210.

Référence électronique

Jean Baffie, « Jean-François Bouvet, Havre de guerre. Phnom Penh, Cambodge (1970-1975) », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5149

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page