Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Pierre Digard, L’animalisme est un anti-humanisme

Paris, CNRS Éditions, 2018, 128 p.
Sarah Coulouma
Référence(s) :

Jean-Pierre Digard, L’animalisme est un anti-humanisme, Paris, CNRS Éditions, 2018, 128 p.

Texte intégral

1Comme le titre de son ouvrage l’indique très clairement, Jean-Pierre Digard soutient que l’animalisme, entendu comme un « courant idéologique et activiste réclamant pour les animaux, au nom de l’anti-espécisme, un statut et des droits analogues à ceux des humains » (p. 103), est un anti-humanisme. Dans ce plaidoyer, l’auteur formule une démonstration critique à l’encontre des thèses et des principes animalistes que chaque chapitre s’attache à invalider, le dernier d’entre eux allant jusqu’à à indiquer des « attitudes qu’il convient d’adopter pour y faire face » (p. 8). Cet ouvrage est organisé en quatre chapitres complétés d’une introduction, d’une conclusion, d’un glossaire et d’une bibliographie récapitulative. Les matériaux d’enquête sur lesquels se fonde l’auteur sont principalement des travaux académiques, des articles de journaux ou d’autres supports médiatiques, des textes de loi, des sondages, des communiqués d’associations et de fédérations et des slogans publicitaires. Dès les premières phrases de l’introduction, l’auteur fait le constat de l’explosion des mouvements animalistes et de leur place dans le monde médiatique, dans un registre assurément réquisitoire. Afin de « décrypter » ces phénomènes et d’en questionner les « excès » et les « dérives » (p. 8), l’auteur adopte une « approche positive des faits sociaux et culturels » qui met l’accent sur les pratiques et non sur les représentations, et inscrit son œuvre sous « l’éthique de responsabilité », distinguée par Max Weber (1953) de « l’éthique de conviction » (p. 12).

2Le premier chapitre, intitulé « Les rapports humains-animaux et leur évolution » (p. 13 à 23) consiste en un bref historique, au cours duquel l’auteur insiste sur les évolutions qu’ont connues les rapports des hommes aux animaux au cours des cinquante dernières années. Il y est plus précisément question des relations entre citadins occidentaux et divers animaux, de l’évolution de ces relations et des représentations que les premiers entretiennent à l’égard des seconds. Ces évolutions sont mises en relations directes avec les changements majeurs survenus au cours du dernier demi-siècle dans les sociétés occidentales et plus particulièrement dans la société française. Ces changements, tels que l’urbanisation ou la rurbanisation, ont eu pour corollaire des changements de mode de vie et de références culturelles. Pour le sujet concerné, cela a affecté et affecte, selon l’auteur, les rapports et les représentations qu’entretiennent les hommes vis-à-vis des animaux domestiques, avec entre autres l’émergence du « modèle hégémonique et invasif » des « animaux de compagnie » (p. 18). Ce faisant, l’auteur revient sur la distinction entre ce dernier groupe et les animaux de rente, distinction d’importance tant elle brille par son absence dans les discours animalistes.

3Dans un deuxième chapitre conséquent, « Les mutations des sensibilités, de l’animalitaire à l’animalisme » (p. 25 à 64), J.-P. Digard revient plus précisément sur l’histoire des mouvements de défense des animaux, leurs racines sociales, politiques, les échos institutionnels, législatifs et publics qu’ils trouvent dans la société contemporaine jusqu’à atteindre les sciences de l’éthologie et de l’anthropologie. Pour J.-P. Digard, ces mouvements se sont radicalisés à cause de quatre principaux facteurs (p. 36-38) : le glissement progressif de l’usage de la notion de protection animale à celle de droits de l’animal, voire de libération animale ; le soutien de plus en plus fort et concret des institutions nationales et européennes à la cause animale ; l’escalade entraînée par la concurrence entre les différents groupes d’activistes ; et enfin, les caractéristiques sociales et culturelles des milieux urbains où ces mouvements ont pris racine et se développent. Les médias et les institutions relaient quant à elles, de deux manières distinctes mais complémentaires, ces mouvements et leur cheval de Troie – le « bien-être animal » –, le matérialisent (par exemple avec la création d’un Centre national de référence sur le bien-être animal, p. 43) et participent ainsi à renforcer les thèses animalistes après s’en être laissé abuser (p. 44). Quant aux sciences de l’homme, elles sont à leur tour touchées par « pans entiers » par une « remise en cause de l’humanisme » (p. 58) et une anthropomorphisation (p. 60) dont les courants les plus représentatifs s’inscrivent dans une prolongation de l’anthropologie post-structuraliste et moniste. Certains de ces travaux qui traduisent « un tournant animaliste » inspirent à leur tour les anti-espécistes (p. 61, 90-91).

4Le troisième chapitre s’intitule « Les mensonges de l’animalisme » (p. 65 à 80). De manière assez convaincante, l’auteur informe le lecteur d’un certain nombre de « techniques » et de « supercheries » (p. 66) par lesquels les mouvements animalistes et anti-espécistes construisent la « fiction » (p. 79) d’une quête généralisée de la société pour une démocratie progressiste qui prendrait en compte la souffrance animale, tandis que des sondages plus représentatifs que ceux mobilisés par ces mouvements révèlent le « tropisme urbain » de cette idéologie (p. 79). Ce faisant, J.-P. Digard démêle les mécanismes qui tendent à produire une vague, dit-on, en passe de se généraliser bien que dans la réalité des faits, les Français ne soient que très peu à modifier leur mode de consommation et de vie dans la quête d’un « bien-être animal », concept qu’aucune définition nette permet d’éclairer (p. 45-55). Une demi-dizaine de ces supercheries est présentée et analysée. Pour n’en citer qu’une, un problème important est celui de la non-représentativité des faits de mauvais traitements animaux largement relayés par les médias et qui tend à stigmatiser les éleveurs, pourtant le plus souvent fins connaisseurs de leur cheptel. C’est ce que l’auteur nomme une « stratégie de péjoration systématique des activités humaines en rapport avec des animaux » (p. 69).

5Finalement, la tendance de ces mouvements à « gommer les différences » entre l’Homme et les animaux (p. 74-75) a pour conséquence un penchant pour un espécisme anti-humain, un anti-humanisme (p. 86). Pour l’auteur, cet anti-humanisme doit se voir opposer une résistance sans quoi il y aura des conséquences plus ou moins immédiates et préjudiciables pour les sociétés humaines et les animaux eux-mêmes. C’est le sujet du quatrième chapitre de l’ouvrage intitulée « Résister, comment ? » (p. 81 à 92). La démonstration, amorcée dans les deux premiers chapitres, d’une évolution parfois aveugle et aveuglée des dispositions législatives en résonance avec ces mouvements revendicateurs touche à son apogée avec quelques exemples concrets des menaces que fait peser l’animalisme sur la diversité de la biodiversité ou, d’un point de vue moral, sur la conception de l’Homme – malfaisant et « éternel coupable » (p. 21) selon la thèse animaliste.

  • 1 Voir par exemple l’association Asia for animals coalition (Afa) ou encore la Thai Society for the P (...)

6D’une manière générale, l’ouvrage aurait gagné à être augmenté d’une présentation et d’une analyse d’autres types de mouvement – collectif ou individuel – qui parcourent les sociétés française et européenne d’aujourd’hui, à savoir ceux se réclamant d’une éthique équitable, biologique et locale des productions, incluant les produits animaux. Cette tendance dans les choix des consommateurs, quoique de faible représentativité dans la population française par exemple, ne devrait pas être négligée car elle reflète l’émergence d’une troisième voie, entre le véganisme et le tout industriel. La démonstration reste convaincante bien que le ton qui lui est donné porte parfois un certain discrédit à son auteur. La méthode employée apparaît, comme ce dernier le prévient (p. 10-11), rigoureuse, tant dans l’usage des termes employés – et des concepts auxquels ils renvoient – que dans le choix des faits étudiés. Par ailleurs, l’auteur n’est pas contre mener une réflexion sur ce que seraient les bonnes façons d’améliorer les traitements des animaux par l’Homme, mais, selon lui, notre société doit le faire en réfléchissant aux devoirs qui nous incombent envers ces mêmes animaux, et non pas aux droits que nous leur devrions (p. 87). Enfin, cet ouvrage qui se concentre sur les évolutions des rapports hommes-animaux en France soulève la question de ces évolutions et de ces rapports dans d’autres pays et dans d’autres sociétés. En Asie, des mouvements de type animaliste émergent également. Ces derniers semblent mobiliser le même genre de ressorts qu’en Occident pour atteindre leurs objectifs1, dans ces pays où pourtant les rapports des hommes aux animaux (domestiques ou sauvages) diffèrent parfois profondément de ceux entretenus à leur égard en Occident.

7Voir par exemple l’association Asia for animals coalition (Afa) ou encore la Thai Society for the Prevention of Cruelty to Animals (TSPCA). Ce dernier groupe lobbyiste a joué un rôle important dans l’adoption par l’Assemblée législative nationale de Thailande, en novembre 2015, de sa première loi contre les mauvais traitements aux animaux.

8En définitive, cet ouvrage, à la lecture aisée grâce à une écriture fluide, invite les lecteurs à se (re)poser des questions fondamentales sur cette tendance à la diabolisation de la domestication animale, autrement dit, cet « espécisme anti-humain » (p. 86). C’est bien là le mérite de ce plaidoyer, auxquels les défenseurs des thèses animalistes n’hésiteront certainement pas à répondre.

Haut de page

Bibliographie

WEBER, Max, 1953 [1919], Le savant et le politique, Paris : Plon.

Haut de page

Note de fin

1 Voir par exemple l’association Asia for animals coalition (Afa) ou encore la Thai Society for the Prevention of Cruelty to Animals (TSPCA). Ce dernier groupe lobbyiste a joué un rôle important dans l’adoption par l’Assemblée législative nationale de Thailande, en novembre 2015, de sa première loi contre les mauvais traitements aux animaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Coulouma, « Jean-Pierre Digard, L’animalisme est un anti-humanisme », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 mai 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5177

Haut de page

Auteur

Sarah Coulouma

Docteur, ATER à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page