Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Lachaier, Des guildes d’Ahmedabad. Deux guildes, ou mahajan, de grossistes en tissus aujourd’hui

Saarbrück, Éditions Universitaires Européennes, 2017, 204 p.
Harald Tambs-Lyche
Référence(s) :

Pierre Lachaier, Des guildes d’Ahmedabad. Deux guildes, ou mahajan, de grossistes en tissus aujourd’hui, Saarbrück, Éditions Universitaires Européennes, 2017, 204 p.

Texte intégral

1Nous connaissons l’existence des guildes en Inde qui, depuis le Moyen Âge, figurent dans nos sources historiques. Quelques textes de l’époque coloniale les mentionnent encore au xixe siècle. Mais on a généralement pensé que cette institution avait disparu, comme en Europe, avec l’avènement de la modernité.

2C’est donc avec une certaine surprise que nous découvrons, dans l’ouvrage de P. Lachaier, des matériaux, publiés pour la première fois, concernant des guildes indiennes à l’époque contemporaine. Il est vrai que certains chercheurs auraient pu soupçonner leur existence jusqu’à nos jours, mais faute de documentation ces hypothèses n’ont pu être confirmées.

3Il s’agit donc d’un travail novateur, voire pionnier. La documentation de l’auteur est d’une grande importance pour tout chercheur travaillant sur la ville indienne, car ces études impliquent une continuité entre la cité indienne du Moyen Âge et celle d’aujourd’hui. Ce livre va passionner les historiens qui s’intéressent au phénomène urbain en Inde ainsi que les chercheurs soucieux de comparer des villes indiennes et occidentales. Bref, l’auteur a accompli un grand pas en avant dans le champ des études urbaines en Inde.

4Dans la première partie de l’ouvrage, l’auteur discute, d’une manière exhaustive, la littérature concernant les guildes en Inde, et, en particulier, au Gujarat. Considérant que le présent travail ne représente qu’un début, P. Lachaier nous propose des questionnements pour le futur, car il a préféré se limiter à présenter ses matériaux. Cette démarche nous permet toutefois de formuler des hypothèses intéressantes concernant des questions souvent débattues par les historiens, telle la relation entre guilde et caste ou le caractère communautaire ou encore associatif de ces organisations commerciales.

5En effet, la question même du caractère de la guilde en Inde est difficile à déterminer car elle semble parfois se confondre avec d’autres formes sociales, telle l’association ou la caste. Pour définir la guilde, les historiens comme les anthropologues, se trouvent confrontés à des problèmes de traduction. On doit donc féliciter P. Lachaier de nous livrer un texte d’une précision langagière admirable, où toute utilisation de mots gujarati, toute traduction, sans oublier les questions d’orthographe sont minutieusement discutées. Ces précisions concernent, par exemple, la polysémie du mot Mahajan, qui peut signifier « un grand homme », mais aussi « une assemblée », « une association », ou, comme dans le cas présent, « une guilde ».

6L’auteur a centré son enquête sur plusieurs guildes de marchands de textiles à Ahmedabad, qui toutes sont organisées autour d’un marché dont l’accès est réglementé et surveillé par des gardiens. Ce marché est composé d’un ensemble de bâtiments qui abritent des firmes individuelles lesquelles sont à la fois locataires et membres de la guilde. Les guildes qui sont dirigées par un bureau élu de membres, un président, et souvent plusieurs comités spécialisés, se livrent à des activités caritatives et sociales. Les pratiques commerciales des entreprises membres sont contrôlées par des règles strictes et une firme peut se voir exclue de la guilde en cas d’infraction grave. Les guildes sont en effet des organisations aussi complexes que puissantes : c’est donc assez paradoxal qu’elles ne figurent ni dans les registres de commerce ni dans les listes des associations agréées. De ce point de vue, on peut considérer que les guildes font partie du « secteur informel » de l’économie, néanmoins, leur fonctionnement n’a rien d’informel. L’absence de statut « officiel » de ces organisations nous aide, pourtant, à comprendre pourquoi les chercheurs ont ignoré leur existence.

7Les guildes décrites par l’auteur datent, dans leur forme actuelle, des dernières décennies du xixe siècle. Elles se concentrent alors sur la vente, en gros, des produits de l’industrie du textile d’Ahmedabad. Il ne s’agit donc pas d’un type d’organisation qui a simplement survécu depuis le Moyen Âge : ces guildes se sont établies à l’intérieur du nouvel ordre industriel. On peut, d’ailleurs se demander, comme le fait l’auteur, pourquoi les patrons des usines ont choisi cette forme d’intermédiaire, au lieu d’organiser la vente par leurs propres succursales – dont certaines firmes se sont également servies. Il faut croire que l’efficacité des guildes a été telle que les industriels ont, pour la plupart, choisi d’utiliser ces réseaux de marchands.

8Mais la fermeture des usines de textile dans les années 1980 et la réorganisation de l’industrie, autour des ouvriers travaillant chez eux, à leur compte, a eu des conséquences pour les guildes. Certaines se sont très bien accommodées de ces changements, d’autres moins. Toutefois, les guildes d’Ahmadabad représentent toujours un maillon important du commerce du textile au Gujarat.

9Dans la deuxième partie de l’ouvrage, l’auteur présente surtout les statuts de la guilde Panchkuva Kapad Mahajan, dont il nous fournit des commentaires et des interprétations. Cette présentation très complète des matériaux permet au lecteur de juger aussi bien les données que les conclusions.

10Une petite réserve concerne la référence que fait l’auteur au « système jajmani » qui n’a jamais été aussi répandu que certains chercheurs ont eu tendance à le croire – et cette critique me paraît particulièrement pertinente quand nous parlons du secteur du textile, qui non seulement relève d’une forme de capitalisme très ancienne, mais qui est aussi intimement lié aux débuts du système bancaire.

11La nature même de ce travail, qui présente surtout des matériaux d’un grand intérêt, rend parfois le texte assez lourd à lire. Les paragraphes sont bien délimités thématiquement, mais manquent un peu de transition entre eux. Le lecteur n’est pas toujours préparé pour aborder le thème suivant.

12Ce livre a le potentiel d’un vrai « classique » à venir pour les chercheurs concernés par le thème – ce qui inclut aussi bien des anthropologues et des sociologues que des historiens – car il nous fournit une documentation précieuse d’un phénomène jusqu’alors pratiquement inconnu, les guildes dans l’Inde contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Harald Tambs-Lyche, « Pierre Lachaier, Des guildes d’Ahmedabad. Deux guildes, ou mahajan, de grossistes en tissus aujourd’hui », Moussons [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 mai 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5192

Haut de page

Auteur

Harald Tambs-Lyche

Socio-anthropologue, professeur émérite, université de Picardie Jules Verne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page