Navigation – Plan du site
In memoriam

Arnaud Dubus (1963-2019)

Fin connaisseur de la Thaïlande et l’un des meilleurs journalistes français sur l’Asie du Sud-Est
Jean Baffie
p. 5-12

Texte intégral

1Le 13 avril au matin, pour le Nouvel n thaï traditionnel, il nous avait envoyé sur sa messagerie Facebook un « Joyeux Songkran à tous !». Qu’est-ce qui a bien pu pousser Arnaud Dubus, 16 jours plus tard, à se donner la mort ?

2Né à Roubaix le 25 juin 1963, Arnaud, Jean-Claude, Dubus rêvait de voyages. Après un voyage au Maroc, il avait commencé à apprendre l’arabe. Après avoir étudié le droit public, il s’orienta vers des études de journalisme au Centre d’études littéraires et scientifiques (CELSA-Paris-IV Sorbonne). Pendant ses études, il s’initia aux arts martiaux, se fit des amis vietnamiens et chinois, puis commença à apprendre le vietnamien, puis le chinois (Thuaux 2014 : 42). Il fit un voyage d’étude en Thaïlande en 1986, en raison surtout de son intérêt pour les camps de réfugiés cambodgiens de ce pays : passa deux semaines dans divers camps. L’année suivante, il soutint un mémoire de fin d’études intitulé « Journalisme et objectivité. Exemple de l’attitude de Libération, Le Monde, Le Nouvel Observateur face au Cambodge des Khmers rouges (1975-1978) : entre l’aveuglement et la partialité » (Bayard 2013). Après avoir essayé de travailler pour La Voix du Nord, le quotidien de Lille, et avoir travaillé six mois pour l’Agence centrale de Presse, en 1989, l’année de ses 26 ans, il partit pour la Thaïlande, qui allait véritablement devenir son pays d’adoption.

3Journaliste indépendant, il travailla pour RFI, à partir de 1989, puis pour le mensuel Le Mékong (lancé en 1993 à Phnom Penh, mais couvrant toute l’Asie du Sud-Est continentale), pour le grand quotidien suisse Le Temps (à partir de 1998), pour Libération à partir de janvier 1999, et, un temps, pour le quotidien français La Croix. Dès sa création en 2001 par Stéphane Dovert, il contribua aux activités de l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC) de Bangkok pour lequel il publia (avec Nicolas Revise) un des premiers livres de l’institut sur le thème de « l’armée en Thaïlande et en Indonésie ». Sa collaboration avec cet institut de recherche du ministère des Affaires étrangères (avec, par la suite, le soutien du CNRS) fut ensuite constante puisqu’il signa la plupart des articles consacrés à la Thaïlande dans l’annuaire Asie du Sud-Est.

4En janvier 2006, avec deux autres journalistes, Arnaud Leveau (La Croix, Valeurs actuelles, La Tribune) et Jean-Claude Pomonti (Le Monde), il lanca Focus Asie du Sud-Est (FASE), une lettre électronique mensuelle d’information et d’analyse sur l’Asie du Sud-Est. Dans le numéro premier il était expliqué :

À l’heure de l’actualité instantanée mais sèche, sa raison d’être – trouver des angles neufs, replacer les événements dans leur contexte, suivre l’information, présenter la documentation – nous semble devenue prioritaire, notamment dans les domaines économique et politique. (Anonyme 2006, 1.)

  • 1 Arnaud Leveau était devenu, entre temps et pour cinq ans, le directeur-adjoint de l’IRASEC.

5Les dossiers et les articles étaient d’un grand intérêt, mais l’abonnement de 400 euros peut-être dissuasif pour beaucoup et l’aventure se termina au bout de deux ans. Mais FASE donna naissance à L’Asie du Sud-Est. Les événements majeurs de l’année, un annuaire qui reprenait pour l’IRASEC des pages de la lettre mensuelle1.

6À partir de 2007, Arnaud Dubus signa le même type d’article, un bilan politique et économique de l’année écoulée, pour le célèbre annuaire L’État du Monde. Et c’est naturellement à lui que fut demandé la rédaction du « guide de l’état du monde » sur la Thaïlande, qui fut publié en 2011 et le fit connaître bien au-delà des lecteurs de Libération.

  • 2 Je recommande la lecture de Cécile au pays des diplomates de Meili Tcheng (pseud.), publié en 2006 (...)

7Pigiste depuis son arrivée en Thaïlande, un tout petit nombre des articles qu’il envoyait à Libération, par exemple, était retenu pour publication. Sa collaboration à d’autres magazines n’était pas rémunérée. Ses revenus étaient donc irréguliers, même si cela n’entamait pas sa générosité. Dans un courriel d’octobre 2018, il me disait qu’il avait rejoint le service « presse et communication » de l’ambassade de France le 1er août et que, vers le mois de juillet 2019, il prendrait la tête de ce service et serait également en charge de la politique thaïlandaise pour l’ambassade. Je devinais que l’aspect financier avait joué un rôle important dans ce choix. Cependant, j’avais bien des difficultés à l’imaginer travailler avec des diplomates de carrière dans ce milieu si particulier que peut être une ambassade2.

8Ses publications scientifiques abordent quelques thèmes récurrents, l’islam, surtout le conflit des trois provinces du Sud musulman, le bouddhisme, l’armée.

9Son premier grand livre, écrit avec un journaliste de l’AFP, Nicolas Revise, traite des armées thaïlandaise et indonésienne. Il ne fait guère de doute que l’étude comparée des deux pays avait été demandée par le directeur de l’IRASEC de l’époque, auteurs de nombreux ouvrages sur l’Indonésie. Etant quasiment le seul ouvrage récent sur le sujet, le livre est de toutes les bibliographies, même si ses prévisions pour la Thaïlande concernant le retrait des militaires de la scène politique (Dubus & Revise 2002 : 235) ont été malheureusement bien démenties, puisque depuis 2002 le pays a connu deux nouveaux coups d’Etat et une nouvelle dictature militaire.

10Sur la situation dans l’extrême Sud musulman, Arnaud Dubus a écrit deux articles pour Les Cahiers de l’Orient, la revue d’Antoine Sfeir, en 1994 et en 2005, et surtout un carnet de 108 pages pour l’IRASEC, publié en juin 2011. Dans son article de 2005, publié au tout début de la résurgence de la lutte armée, l’année précédente, il sait déjà prendre du recul et cite par exemple Pierre Le Roux, aujourd’hui professeur d’ethnologie à l’université de Strasbourg, de loin le meilleur spécialiste sur cette région sensible. Dans le carnet de 2011, il a davantage de temps pour donner un bon historique de l’évolution de la politique thaïlandaise dans cette partie du Sud. Il se permet même en conclusion d’avancer des propositions raisonnables pour une solution au conflit : faire évoluer la conception de l’identité thaïe (thainess) et instaurer une part d’autonomie politique (Dubus 2011 : 105).

11Le livre le plus personnel d’Arnaud Dubus est sans doute le guide Thaïlande. Histoire, société, culture, publié en 2011 aux éditions de La Découverte. À côté de chapitres attendus sur la géographie, l’histoire, la politique, l’économie, le bouddhisme, des éléments plus autobiographiques sont insérés dans le chapitre sur Bangkok, celui sur la « Culture de la hiérarchie » ou dans le dernier chapitre intitulé « Culture, entre le village et le palais ». Devenu un classique, le livre complète bien celui publié par Bernard Formoso en 2000, qu’Arnaud Dubus ne manque pas de mentionner dans sa bibliographie avec un commentaire élogieux.

12Arnaud Dubus était devenu bouddhiste et s’était mis à la méditation. Il n’est donc pas étonnant que sa dernière publication concerne le bouddhisme. Ce carnet de l’IRASEC publié au début de l’année 2018 est une utile mise à jour de nos connaissances sur les liens entre bouddhisme et politique. S’il ne manque pas de donner les rappels historiques nécessaires, il est surtout précieux pour ce qu’il nous dit des deux dernières décennies, notamment à propos des « moines rouges » et des « moines jaunes ».

13Devenu donc « diplomate », et même une sorte de porte-parole de l’ambassade de France, Arnaud Dubus ne consacrait plus guère de temps à l’écriture ni comme journaliste ni comme chercheur . Cependant, il semble qu’il continua sa collaboration à l’IRASEC, mais sous un pseudonyme.

14Discret, introverti, paraissant même parfois timide, Arnaud était un journaliste sérieux et respecté, soucieux d’aller au-delà des apparences. Lisant désormais les travaux en langue thaïe, il aurait pu écrire pendant encore au moins deux décennies et publier des ouvrages importants, notamment sur la vie politique en Thaïlande. De fait, un de ses projets était la publication d’une biographie de l’ancien Premier ministre Pridi Banomyong, un des acteurs du renversement de la monarchie absolue en 1932 (Thuaux 2014 : 52).

15Arnaud avait épousé Mme Amphai (Nu) Thiansawang, une Sino-Thaïlandaise originaire de la province de Suphanburi, au début de son séjour en Thaïlande, et dont il a élevé la fille. Amphai prit l’habitude de l’accompagner dans ses reportages et de prendre des photographies dont certaines furent diffusées. Il apprit en deux ans à bien parler le thaï, mais « avec un accent exécrable » insistent ses amis, et, au fil du temps, il acquit un bon niveau de lecture de la langue, ce qui est plus rare parmi les journalistes. Ces dernières années, il s’était même mis à l’apprentissage du sanskrit. Mais il regrettait que, en dépit de tous ses efforts pour mieux comprendre le pays, il restait trop extérieur. Citant un résident occidental, il semblait penser que la Thaïlande était « un pays où on ne pose jamais sa valise » (Dubus 2011 : 124).

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, 2006, Focus Asie du Sud-Est. Lettre d’information et d’analyse, 1, 1 (janvier).

BAYARD, Pierre, 2013, « Du déni au dessillement. La presse française de gauche devant le génocide cambodgien », in Cambodge, le génocide effacé, P. Bayard & S. Phay-Vakalis, éd., Nantes : Éditions nouvelles Cécile Defaut, p. 70-84, URL : http://www.ciremm.org/wp-content/uploads/2015/06/Pages-de-PUB-Cambodge-le-g%C3%A9nocide-effac%C3%A9-pierre.pdf.

THUAUX, Alexis, 2014, « Arnaud Dubus, journaliste, 50 ans, Français » (entretien), Portraits de Bangkok, Lille : Hikari Editions, p. 41-54.

Haut de page

Annexe

Bibliographie (partielle) d'Arnaud Dubus

Les articles de presse, notamment dans le quotidien Libération, sont trop nombreux pour être systématiquement repris ici.

Ouvrages

1995 : Vientiane éternelle. Portrait d’une ville au passé toujours présent, avec des photographies de Thomas Renaut et une préface de Jean Lacouture, Paris : Asa Indochine.

2002 : avec Nicolas Revise, Armée du peuple, armée du roi. Les militaires face à la société en Indonésie et en Thaïlande Paris, Bangkok, Paris-Bangkok : L’Harmattan, IRASEC, coll. « Analyses en regard ». Compte rendu de J. Baffie, 2012, in Moussons. Recherche en science humaine sur l’Asie du Sud-Est, 19 : 172-174.

2004 : Cambodge. La longue marche des chrétiens khmers, Chambray-lès-Tours : CLD éditions.

2011 : avec Sor Rattanamanee Polkla, Policies of the Thai State towards the Malay Muslim South (1978-2010), Bangkok : Carnet IRASEC, 16.

2011 : Thaïlande. Histoire, Société, Culture « Les guides de l’état du monde », Paris : La Découverte. Compte rendu de J. Baffie, 2012, in Moussons. Recherche en science humaine sur l’Asie du Sud-Est,19 : 172-174.

2012 : Thaïlande, avec des photographies de l’agence Gamma-Rapho et de Nicolas Cornet, Paris : éditions du Chêne.

2018: Buddhism and politics in Thailand, Carnet IRASEC, URL : https://books.openedition.org/​irasec/​2951.

Articles, comptes rendus d’ouvrages, entretiens, etc.

1986-1987 : « Journalisme et objectivité. Exemple de l’attitude de Libération, Le Monde, Le Nouvel Observateur face au Cambodge des Khmers rouges (1975-1978) : entre l’aveuglement et la partialité », mémoire non publié, CELSA-Paris IV-Sorbonne.

1994 : « Musulmans malais, Thaïs bouddhistes : vers quelle cohabitation ? », Cahiers de l’Orient. Revue d’étude et de réflexion sur le monde arabe et musulman, 35 : 41-56.

1998 : Compte rendu de « Essai d’anthropologie politique sur le Laos contemporain, Bernard Hours & Monique Selim, 1997, Paris : L’Harmattan », in Aséanie. Sciences humaines en Asie du Sud-Est,1 : 193-194.

2000 : Compte rendu de « Indonésie. Un demi-siècle de construction nationale, Françoise Cayrac-Blanchard, Stéphane Dovert & Frédéric Durand, éd., 2000, Paris : L’Harmattan », in Aséanie. Sciences humaines en Asie du Sud-Est, 5 : 165-167.

2001 : « Nong Choke : quand la ville grignote la campagne », Gavroche, 88 : 25-26.

2005a : « Les Chinois Ho de Thaïlande, un islam en vase clos », Cahiers de l’Orient. Revue d’étude et de réflexion sur le monde arabe et musulman,78 : 77-85.

2005b : « Le Sud thaïlandais et la gestion de la crise »,Cahiers de l’Orient. Revue d’étude et de réflexion sur le monde arabe et musulman, 78 : 61-76.

2006 : « Circulation à Bangkok : le bout du tunnel dans six ans ? », Gavroche, 141 : 17.

2008 : « Sondhi le Bel et Chamlong le Pieux : portraits de deux leaders de l’Alliance du Peuple pour la Démocratie », Gavroche, 170 : 38-39.

2009a : « Affaire Altantuya Shaaribuu : une Mongole broyée dans l’étau franco-malaisien », Gavroche, 173 : 46-50.

2009b, « Thaïlande. Le combat des chefs », in L’Asie du Sud-Est 2009. Les événements majeurs de l’année, Arnaud Leveau, éd., coll. « Documents », Bangkok : IRASEC, p. 227-238.

2010a : Entretien avec Claudio Sopranzetti, New Mandala (21 juillet) https://www.newmandala.org/​interview-with-claudio-sopranzetti-the-politics-of-motorcycle-taxis/​.

2010b : « Thaïlande. Le mythe de l’unité implose », in L’Asie du Sud-Est 2010. Les événements majeurs de l’année, Arnaud Leveau & Benoît de Tréglodé, éd., coll. « Documents », Bangkok : IRASEC, p. 255-267.

2011a : « Preah Vihear ou la fierté blessée des Thaïlandais », Gavroche, 197 : 44-47.

2011b : « Thaïlande. Allegro molto », in L’Asie du Sud-Est 2011. Les événements majeurs de l’année, Arnaud Leveau & Benoît de Tréglodé, éd., coll. « Documents », Bangkok : IRASEC, p. 263-287.

2012 : « Thaïlande », in L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Jérémy Jammes & Tréglodé, éd., coll. « Documents », Bangkok : IRASEC, p. 263-287.

2013 : avec Bruno Jetin, « L’abcès gonfle », in Asie du Sud-Est 2013. Bilan, enjeux et perspectives, Jérémy Jammes, éd., coll. « Documents », Bangkok-Paris : Éditions Les Indes savantes-IRASEC, p. 291-312.

2014a : « Thaïlande : en avant toute, vers le passé », Diploweb.com. La revue géopolitque (28 octobre), URL : https://www.diploweb.com/​Thailande-en-avant-toute-vers-le.html.

2014b : avec Bruno Jetin, « Vers le point de rupture », in Asie du Sud-Est 2013. Bilan, enjeux et perspectives, Jérémy Jammes, éd., coll. « Documents », Bangkok-Paris : Éditions Les Indes savantes-IRASEC, p. 319-346.

2015a : « Attentat de Bangkok : le fiasco de l’ensuête », Asialyst (24 août), URL : https://asialyst.com/​fr/​2015/​08/​24/​attentat-de-bangkok-le-fiasco-de-l-enquete/​.

2015b : « La Thaïlande doit regarder la vérité en face » (entretien avec Sulak Sivaraksa), Asialyst (10 juillet), URL : https://asialyst.com/​fr/​2015/​07/​10/​la-thailande-doit-regarder-la-verite-en-face/​.

2015c : « Le bouddhisme piégé par la politique », Asialyst (3 décembre), URL : https://asialyst.com/​fr/​2015/​12/​03/​le-bouddhisme-thailandais-piege-par-la-politique/​.

2015d : « Le gouvernement a vendu le nord du Laos à la Chine », Libération (19 octobre).

2015e : avec Céline Boileau, « Malaisie : l’affaire Altantuya hante toujours le premier ministre Najib Razak », Asialyst (4 mai), URL : https://asialyst.com/​fr/​2015/​05/​04/​malaisie-laffaire-altantuya-hante-toujours-le-premier-ministre-najib-razak/​.

2015f : « Thaïlande : la démocratie bâillonnée par les mots », Asialyst (21 septembre), URL : https://asialyst.com/​fr/​2015/​09/​21/​thailande-la-democratie-baillonnee-par-les-mots/​.

2015g : avec Bruno Jetin, « Thaïlande : la tentation réactionnaire », in L'Asie du Sud-Est 2015. Bilan, enjeux et perspectives, A. Pesses & F. Robinne, éd., coll. « Documents », Bangkok-Paris : Éditions Les Indes savantes-IRASEC, p. 273-291, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/​halshs-02020055/​document.

2015h : « Thaïlande : le monde selon Prayuth Chan-ocha », Asialyst (9 novembre), URL : https://asialyst.com/​fr/​2015/​11/​09/​thailande-le-monde-selon-prayuth-chan-ocha/​.

2015i, « Thaïlande : un monarque à qui la fortune sourit », Asialyst (15 mai), URL : https://asialyst.com/​fr/​2015/​05/​13/​thailande-un-monarque-a-qui-la-fortune-sourit/​.

2016a : « Chine-Birmanie et Chine-Thaïlande : un triangle asymétrique », note d’actualité n°10/16 de l’Observatoire de la Chine, cycle 2016-2017, Asia Centre/DGRIS.

2016b : « Comment la junte militarise le pays », Asialyst (11 avril), URL : https://asialyst.com/​fr/​2016/​04/​11/​thailande-comment-la-junte-militarise-le-pays/​.

2016c : « Thaïlande : Angkhana Neelpaijit, une commissaire aux droits de l’homme forgée sur le terrain », Asialyst (5 février), URL : https://asialyst.com/​fr/​2016/​02/​05/​thailande-angkhana-neelpaijit-une-commissaire-aux-droits-de-homme-forgee-sur-le-terrain/​.

2016d : « Thaïlande : Banharn Silapa-archa, incarnation de la "money politics" », Asialyst (20 mai), URL : https://asialyst.com/​fr/​2016/​05/​20/​thailande-banharn-silapa-archa-incarnation-de-la-money-politics/​.

2016e : « Thaïlande : les avocats face à la loi de la jungle », Asialyst (22 février), URL : https://asialyst.com/​fr/​2016/​02/​22/​thailande-les-avocats-face-a-la-loi-de-la-junte/​.

2016f : « Thaïlande : une monarchie populaire », Mediapart (18 décembre), URL : https://blogs.mediapart.fr/​edition/​francais-du-monde-thailande/​article/​181216/​thailande-une-monarchie-populaire.

2016g : « Trente ans de médias francophones en Asie : la quête élusive du Graal », Asialyst (29 juin), URL : https://asialyst.com/​fr/​2016/​06/​29/​30-ans-de-medias-francophones-en-asie-la-quete-elusive-du-graal/​.

2016h : « Under the veneer, cracks appear within Thai Buddhism », Nikkei Asian Review (22 mai), URL : https://asia.nikkei.com/​NAR/​Articles/​Arnaud-Dubus-Under-the-veneer-cracks-appear-within-Thai-Buddhism.

2016i : Entretien avec Arnaud Dubus sur son métier de journaliste, « Bangkok et le Bouddhisme », OutsideNews, URL : https://lepetitjournal.com/​bangkok/​arnaud-dubus-grand-connaisseur-de-la-thailande-nous-quittes-256086.

2018 : « La Thaïlande rêve d’adopter le modèle chinois », Asia Centre, URL : https://centreasia.eu/​la-thailande-reve-dadopter-le-modele-chinois-arnaud-dubus/​.

Haut de page

Note de fin

1 Arnaud Leveau était devenu, entre temps et pour cinq ans, le directeur-adjoint de l’IRASEC.

2 Je recommande la lecture de Cécile au pays des diplomates de Meili Tcheng (pseud.), publié en 2006 chez Yveline édition, qui raconte la vie à l’ambassade de France de Bangkok, vue par une employée thaïlandaise, notamment de 1986 à 1993, lorsque Yvan Bastouil puis Georges Vinson étaient ambassadeurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Arnaud Dubus (1963-2019) », Moussons, 34 | 2019, 5-12.

Référence électronique

Jean Baffie, « Arnaud Dubus (1963-2019) », Moussons [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5226 ; DOI : 10.4000/moussons.5226

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals