Navigation – Plan du site
Note de recherche

Faire face aux risques et à l’incertitude : les réponses d’un village du nord de la Thaïlande

Facing Risks and Uncertainty : The Answers of a Northern Thailand Village
Alexandre Marouen
p. 169-184

Résumés

Dans cette note de recherche, je décris les réponses développées par une communauté villageoise du nord de la Thaïlande pour se prémunir des divers risques et de l’incertitude auxquels elle est confrontée. Dans un premier temps, je présente les bouleversements récents qu’a connus le village, tant sur le plan agricole que social et économique. Dans un second temps, j’analyse les conséquences de ces évolutions en affirmant que, dans le contexte contemporain, les villageois sont soumis à des nouveaux risques et ressentent une profonde incertitude quant à l’avenir de leur communauté. Face aux risques, les réponses sont de moins en moins locales et il y a une dépendance envers des structures et des acteurs supra-villageois. En revanche, je montre que la communauté mobilise une multitude de moyens religieux pour apaiser l’incertitude de l’existence, et qu’elle développe une activité touristique qui soulage les inquiétudes envers l’avenir.

Haut de page

Texte intégral

1Je propose ici de présenter les réponses élaborées par un village du nord de la Thaïlande pour se prémunir des risques et de l’incertitude auxquels il est confronté. Il s’agit d’une synthèse des résultats obtenus pour mon mémoire de master 2 d’anthropologie à Aix-Marseille Université, écrit après une enquête ethnographique de trois mois (de septembre à décembre 2018) à Ban Nong Bua, dans la province de Nan, dans le nord du pays.

2Ma recherche s’inscrit dans le champ de l’anthropologie des risques et vise à mettre en pratique une approche culturelle telle que développée par Mary Douglas. Dans plusieurs de ses écrits, elle affirme le caractère fondamentalement social et culturel des risques (Douglas & Wildavsky 1982, Douglas 2005), à contre-courant des approches économiques et psychologiques précédentes. Le risque l’est en référence aux valeurs, aux structures et aux institutions qu’il menace. Ainsi, les façons dont il est interprété et géré, varient selon les contextes sociaux et culturels. Notant la propagation des réalités recouvertes par cette notion dans les sociétés occidentales modernes, comme Ulrich Beck (2008), elle observe qu’elle est intimement liée à la désignation de responsables et/ou coupables et donc éminemment politique. Cette approche culturelle va être adoptée par de nombreux auteurs soulignant l’importance de la prise en compte des facteurs socio-culturels pour comprendre les perceptions et les gestions des risques par les sociétés (Dake 1991, Rappaport 1996, Boholm 2003, Lupton 2013) et le champ de l’anthropologie des risques et des catastrophes se forme sur la base des travaux de Mary Douglas. Il est alors question d’appliquer cette approche à l’étude des diverses sociétés qui intéressent les ethnologues. L’intérêt de l’étude anthropologique des risques est grand. Classiquement, l’étude des éléments disruptifs, des crises, des imprévus a quelque peu été éludée au profit des régularités et des structures de la vie sociale (Faas 2016). Il y a donc peu de matériaux sur ces éléments. De plus, étudier ce qui est vu comme une irrégularité, une crise, une menace peut nous amener à comprendre ce qui, au contraire, est considéré comme relevant de la normalité, des valeurs sociales (Dousset 2018). En somme, ce biais permettrait d’orienter l’ethnologue vers les représentations essentielles de la société observée. Ma recherche se veut être une contribution à l’étude anthropologique de ces phénomènes dans le contexte de la société rurale thaïlandaise du début du xxie siècle.

Présentation du village : un village en pleine mutation

3Ban Nong Bua se situe dans la province de Nan, proche de la rivière éponyme, et à une cinquantaine de kilomètres au nord de la capitale de la province. La petite ville de Tha Wang Pha, chef-lieu du district dans lequel se trouve le village, est à cinq kilomètres. Il s’agit du centre urbain le plus proche et les villageois s’y rendent fréquemment, bien qu’il soit de taille modeste avec 5 000 habitants environ (National Statistical Office Thailand 2012).

  • 1 Tous les chiffres sont issus d’un recensement effectué sur la base d’un questionnaire élaboré par B (...)

4D’après le recensement que j’ai effectué en 2018, 515 personnes (521 avec les moines et novices1) habitent de manière permanente à Ban Nong Bua. Elles sont réparties en 183 maisonnées, donnant ainsi une moyenne de 2,8 personnes par foyer. La population est fortement vieillissante puisque la part des personnes âgées de 60 ans ou plus correspond à 42 % du total. Pour les personnes entre 18 et 59 ans et pour celles de moins de 18 ans, ces chiffres atteignent respectivement 45,6 % et seulement 12,4 %. Le cas présent suit les tendances au vieillissement de la population rurale décrites ailleurs (Knodel & Saengtienchai 2007, Rigg et al. 2012, Formoso 2018). Ce net vieillissement résulte principalement de l’exode rural des plus jeunes générations qui partent vivre et travailler dans les villes du pays (Bangkok et Chiang Mai en premier lieu) : 71,6 % des foyers ont au moins un enfant habitant à l’extérieur du village et ces « exilés » équivalent à environ 40 % de la population actuelle de Ban Nong Bua.

  • 2 Pour des éléments plus approfondis sur l’histoire de ces Tai Lue, se référer aux différents travaux (...)

5Le village est peuplé de Tai Lue. D’autres communautés se revendiquant du même groupe sont également présentes dans le district. Toutes sont originaires du Muang La, au Sipsong Panna, situé actuellement dans la province du Yunnan en Chine. Leurs ancêtres migrèrent à Nan dans le courant du xixe siècle, à la suite d’une dispute entre deux factions s’affrontant pour le contrôle de cette principauté limitrophe avec le Laos2.

6L’agriculture demeure la principale activité économique du village : 58,5 % des maisonnées exercent une activité agricole et 53 % de la population active déclare avoir pour profession principale l’agriculture. Celle-ci est à la fois vivrière et commerciale. En effet, la riziculture, développée lors de la saison des pluies, est presque exclusivement pratiquée dans une optique de subsistance. Puis, une fois le riz récolté, les paysans du village entament diverses cultures de rente : maïs, piments, tabac, etc. L’hévéaculture occupe également une place non négligeable dans le système agricole du village. La commercialisation et l’intensification, caractéristiques de l’agriculture thaïlandaise de ces dernières décennies (Formoso 2000, Barnaud et al. 2006, Trébuil et al. 2006, Poupon 2010, Ouyyanont 2016, Podhisita 2017, Promkhambut & Rambo 2017), se retrouvent donc à Ban Nong Bua. Le processus agricole dure désormais l’année entière et les paysans sont insérés dans une économie mercantile globalisée.

7Par ailleurs, l’agriculture est massivement délaissée par les jeunes générations. La large majorité des paysans du village ont entre 55 et 65 ans et presque aucun n’a moins de 40 ans. Ceci crée un manque de main-d’œuvre évident et entraîne une reconfiguration importante du travail agricole.

  • 3 Le long khaek est une forme d’entraide consistant en des échanges de main-d’œuvre entre plusieurs f (...)

8Si des mécanismes de coopération tels que la pratique du long khaek3 sont encore présents en ce qui concerne certaines étapes du procédé rizicole (alors même que cette pratique a disparu depuis longtemps ailleurs [Poupon 2010 ; Rambo 2017]), ils sont aujourd’hui fortement menacés. Tout d’abord, il y a une individualisation des tâches agricoles. En effet, le manque de main-d’œuvre est comblé par le recours à des machines (tracteur, batteuse, moissonneuse, moissonneuse-batteuse). L’exemple le plus frappant est celui de l’emploi de plus en plus fréquent de la moissonneuse-batteuse (fig. 1) pour les récoltes de riz. Cette machine est incontestablement efficace puisqu’elle réalise en quelques minutes ce qui équivaut d’ordinaire à plusieurs étapes du processus des récoltes et qui exigent plusieurs jours : la coupe, la formation des meules et le battage du riz. Or, ces étapes constituent d’ordinaire des occasions de coopérations et d’interactions entre les paysans. Le brouhaha des conversations entre paysans laisse place au vacarme de la seule moissonneuse-batteuse. Dans cette nouvelle configuration, chacun s’occupe de sa propre parcelle et les groupes de travail ne se forment plus. La mécanisation agricole instaure en outre une réelle dépendance des paysans. En effet, très peu d’entre eux possèdent ces machines. Ils doivent faire appel à des propriétaires souvent originaires d’autres districts de la province et ainsi les rémunérer, non seulement pour la machine mais aussi pour le service (le paysan ne sachant pas comment la piloter, c’est le propriétaire qui s’en charge).

Fig. 1. Moissonne...Fig. 1. Moissonneuse-batteuse en action

Fig. 1. Moissonneuse-batteuse en action

Photo : Alexandre Marouen

9D’autre part, les mécanismes de coopération sont menacés par la hausse de l’emploi salarié, notamment pour les cultures de rente. De nombreux paysans enchaînent des emplois journaliers (rap chang) dans l’agriculture (près de 30 % des ménages comptent au moins un de ces travailleurs agricoles). Le long khaek présent dans le cadre de la riziculture de subsistance est totalement absent des cultures commerciales. L’entraide dans ce domaine semble illégitime et donc inenvisageable. Ce dernier point, combiné au manque de main-d’œuvre, explique pourquoi l’emploi salarié est privilégié. Or, en raison du développement des cultures commerciales, les relations entre paysans se basent de plus en plus sur un échange monétaire et sur la recherche d’un gain personnel. Ainsi, le système agricole de Ban Nong Bua est traversé de logiques commerciales et capitalistes qui s’accompagnent de changements techniques et de bouleversements de l’organisation sociale du travail.

10Similairement aux évolutions nationales, l’économie villageoise se complexifie et se diversifie (Rigg 2001, Walker 2012, Formoso 2016). Si l’agriculture reste l’activité prédominante, les autres secteurs sont de plus en plus importants. En effet, seulement 12,6 % des foyers ne dépendent financièrement que d’activités agricoles. Il y a ainsi une multiplication des sources de revenus.

11D’une part, les paysans eux-mêmes exercent, en dehors des travaux agricoles, d’autres activités. 56 % d’entre eux enchaînent des emplois journaliers divers et variés (petits commerces, artisanat, etc.). D’autre part, comme évoqué ci-dessus, les jeunes générations ont délaissé l’agriculture au profit des autres secteurs. Une part importante des jeunes partis travailler dans les villes du pays envoient des versements monétaires plus ou moins réguliers à leurs parents. De tels versements constituent une source de revenus pour 29,5 % des foyers du village. De plus, les jeunes restés au village travaillent souvent dans les petites bourgades environnantes, dans les commerces, l’administration, les écoles, les hôpitaux, etc., 35,7 % de la population active ne travaille pas au village.

12Cet ensemble de bouleversements concernant le système d’activités de Ban Nong Bua va de pair avec un affaiblissement plus général des liens communautaires et intrafamiliaux. Si les cérémonies religieuses sont l’occasion pour les villageois de se regrouper, et si le temple demeure un lieu clef de la vie communautaire, ces pratiques cultuelles (je pense notamment aux jours du Bouddha) sont loin de rassembler tout le village et beaucoup de foyers n’y participent que très rarement.

13L’exode rural des jeunes générations et la dispersion géographique des membres de la famille ont entraîné une diminution de l’entraide familiale. Comme souligné par plusieurs auteurs (Funahashi 1996, Rigg 2001 : 91, Knodel & Saengtienchai 2007, Formoso 2016), celle-ci n’a certes pas disparu puisque de nouvelles formes de solidarités sont apparues : certains, partis en ville, aident financièrement leurs parents ruraux par le biais de versements monétaires ; les grands-parents se voient confier la charge de leurs petits-enfants dont les parents travaillent en ville. Cependant, ces foyers à saut générationnel sont loin d’être majoritaires puisqu’ils ne représentent que 8 % du total et au contraire, on assiste à l’émergence de foyers composés de personnes âgées vivants seules ou en couple (27,8 % des maisonnées). De même, le versement monétaire n’est pas automatique puisque seuls 41,2 % des foyers ayant au moins un enfant vivant à l’extérieur du village en reçoivent. Enfin, les jeunes exilés du village ne reviennent qu’à de très rares occasions, et, malgré les facilités permises par les moyens de communication modernes, il est logique que les liens les unissant à leur famille et à la communauté villageoise dans son ensemble soient plus ténus, d’autant qu’ils vivent des réalités quotidiennes très contrastées.

14Enfin, un certain relâchement des relations entre habitants se met en place. Pour de nombreux foyers, le village ne constitue pas un lieu de vie mais un simple dortoir. Ce sont dans la plupart des cas, des habitants jeunes et aisés travaillant à l’extérieur et soumis à des emplois du temps stricts. Ils travaillent ailleurs, interagissent très peu avec le reste de la communauté et ne participent pas aux activités collectives. Même leur temps libre est passé soit à rester chez eux soit à aller profiter des loisirs modernes qu’offrent les quelques centres urbains de la province.

15Ce nouveau contexte socio-économique, marqué par une plus forte dépendance aussi bien économique que sociale envers des éléments extérieurs au village, rejaillit directement sur les risques et l’incertitude auxquels les habitants sont confrontés et sur leurs façons d’y répondre.

Le village face aux risques et à l’incertitude du contexte contemporain

16Dans le contexte actuel, Ban Nong Bua est de plus en plus exposé à des risques que je qualifie de globaux, dans la mesure où ils sont liés à des évolutions et des phénomènes qui dépassent le cadre villageois. Auparavant, les risques étaient liés au contexte environnemental local et étaient dus essentiellement à des phénomènes naturels (thammachat). Le district de Tha Wang Pha, où se situe le village, est propice aux inondations, notamment en raison des crues fréquentes de la rivière Nan, qui surviennent au moins une fois par an et affectent en premier lieu les cultures. Il existe aussi des risques de sécheresse, d’érosion et de tempêtes aux vents violents. Les habitants sont toujours soumis à ces risques locaux et désignent encore les inondations comme étant le risque principal. Cependant, des menaces d’une nature nouvelle sont venues s’ajouter aux précédentes. Elles sont globales et découlent pour l’essentiel des évolutions récentes et du contexte socio-économique contemporain, comme souligné ailleurs (Rigg & Salamanca 2009 : 262).

17Ainsi les paysans déplorent la forte fluctuation des prix des denrées agricoles, qui contribue à rendre leurs revenus particulièrement instables. L’exposition des paysans à ce risque fait bien évidemment suite au développement des cultures de rente et à la commercialisation de l’agriculture. Plus généralement, les revenus de la plupart des foyers du village restent très modestes. Cette situation économique précaire ne s’explique pas uniquement par la faiblesse des revenus mais aussi par la nette augmentation du coût de la vie. Songeons, par exemple, aux coûts de production de l’agriculture. Si la commercialisation a certainement permis une augmentation des revenus, les coûts qu’elle implique se sont aussi fortement accrus : achat des semences, des intrants chimiques, coût de la main-d’œuvre, achat/location de machines… La précarité relative des habitants est aussi liée à la multiplication des besoins matériels d’une société de plus en plus consumériste. La faiblesse des revenus combinée aux coûts élevés explique en partie le recours important des foyers au crédit (53 % d’entre eux sont endettés), ce qui les expose au risque supplémentaire du surendettement (Formoso 2018).

18Les nouveaux risques sont aussi sanitaires et environnementaux. Je songe ici aux effets néfastes de l’utilisation massive des intrants chimiques par les agriculteurs du village (80,4 % des foyers agricoles les emploient) et des environs. Les risques concernent tant la santé des paysans (malaises, brûlures, intoxications, cancers) et des consommateurs que l’environnement (pollution des eaux et des sols) (Grandstaff & Srisupan 2004, Trébuil et al. 2006, Aktar et al. 2009, Panuwet et al. 2012).

19Enfin, les phénomènes naturels se trouvent amplifiés par le changement climatique et les dégradations environnementales en Thaïlande. En effet, selon les villageois, les évènements désastreux (inondations, sécheresses, tempêtes) semblent non seulement plus fréquents, mais aussi plus violents que jadis, observation allant dans le même sens des études sur les effets du changement climatique dans la région (Lasco et al. 2011, Marks 2011, Bhaktikul 2012, Hijioka et al. 2014). De plus, les dégradations environnementales, telles que la déforestation massive aux alentours du village et dans la province en général, entraînent une aggravation des épisodes d’inondation et de sécheresse. Sur les collines situées à proximité de Ban Nong Bua, la forêt a laissé place aux plantations, principalement d’hévéa et de bambous. Les villageois se savent en partie responsables : en 2006, de violentes inondations dévastèrent les cultures du village. L’ampleur et la force du désastre étaient inédites et certains habitants y virent une punition de la Nature pour leurs mauvais comportements, notamment la déforestation récente. Les risques de sécheresse sont aussi plus élevés en raison du développement des cultures de rente lors de la saison sèche, qui contribue à augmenter la consommation des ressources hydrauliques et donc à l’épuisement de ces dernières.

20Face à ces nouvelles menaces, le sentiment d’impuissance domine localement. Ainsi, les paysans subissent les fluctuations des prix des denrées agricoles et les comportements opaques du marché globalisé (Barnaud et al. 2006 : 173, Rigg & Salamanca 2009 : 262). Le manque d’accès à l’information économique rend impossible la compréhension des mécanismes et donc le développement de stratégies de prévention et d’adaptation. De même, si les paysans sont conscients des dangers liés à l’usage des intrants chimiques, la plupart d’entre eux estiment qu’ils n’ont pas le choix et ne peuvent faire autrement dans le contexte d’une agriculture aux coûts de production toujours plus importants et nécessitant une maximalisation de la production.

21Par ailleurs, un certain nombre de moyens traditionnels de prévention des risques sont de plus en plus obsolètes. C’est en effet le cas des nombreux rites agraires dédiés aux esprits et divinités, qui visent à obtenir leur protection. Par exemple, les paysans me dirent que jadis, du temps où ils étaient plus jeunes, tous présentaient des offrandes (nourriture et bougie) aux esprits des rizières (chao thi/phi na), pour les saluer et s’assurer de leur protection. Certains affirment que le délaissement de ce rite est dû à la diminution du temps passé aux champs, en raison des nouvelles techniques. Il en va de même pour les rites dédiés à la Mère du riz (Mae Phosop), souvent pratiqués après le battage du riz et qui ne se déroulent plus parce que le battage n’est plus effectué par les hommes mais par des batteuses. On assiste ainsi à une économie des moyens rituels ; les rites agraires sont, dans l’ensemble, devenus résiduels et leur abandon semble lié aux changements techniques survenus dans le système agricole du village qui ont affaibli les relations qu’entretenaient les paysans avec leur environnement naturel et surnaturel. R. Lando avait observé similairement une perte d’influence des esprits sur les forces naturelles dans la province de Phrae (Lando 1983). La réussite agricole repose désormais davantage sur les intrants chimiques, les machines agricoles et les règles du commerce que sur le travail du paysan, la terre et la protection des esprits face aux aléas climatiques.

22Pour se prémunir des risques, les habitants dépendent dès lors d’acteurs et de structures supra-villageois. Similairement aux descriptions d’études précédentes (Barnaud et al. 2006, Rigg & Salamanca 2009, Formoso 2016, Yuko & Rambo 2017), ils diversifient leurs sources de revenus afin de minimiser les risques économiques, notamment ceux liés à l’instabilité des ressources agricoles (qu’elle soit liée aux fluctuations des prix ou à la destruction des récoltes par quelconque désastre). Or, ces nouveaux apports financiers proviennent d’autres secteurs de l’économie, situés à l’extérieur du village. Ainsi, comme décrit ailleurs, les ménages dépendent financièrement et de manière croissante d’activités non-agricoles et non-locales (Rigg 2001, Barnaud et al. 2006, Walker 2012, Formoso 2016).

  • 4 On retrouve cette même tendance dans des localités du Nord-Est (Formoso 2018).

23Surtout, les habitants et le village s’appuient de plus en plus sur l’État thaïlandais. Ainsi, ils dépendent de lui pour l’obtention de diverses aides et subventions, notamment à la suite des catastrophes détruisant les récoltes. Ceci témoigne de la nouvelle relation de l’État thaïlandais à l’égard de la paysannerie et du monde rural qu’évoque A. Walker (Walker 2012 : 9). Lors des inondations de 2006, le village reçut l’aide de l’État sous la forme de subventions monétaires et de vivres. Similairement, l’État est intervenu pour aménager des berges en pierre le long de la rivière Nan, afin de limiter l’érosion des terres agricoles et des habitations situées à proximité. La dépendance envers l’État transparaît également à travers le recours important au crédit qui sert dans certains cas à réduire les conséquences néfastes de catastrophes ou bien se révèle être une stratégie d’amélioration des revenus (investissements productifs dans l’agriculture, investissements pour l’éducation des enfants). Or les foyers endettés le sont très majoritairement (84,4 % des créanciers) envers des institutions étatiques4 : Banque pour l’agriculture et les coopératives agricoles (BACA), banques d’épargne, coopératives de la fonction publique (policier, infirmier, instituteurs). Enfin, les paysans sont attentifs aux conseils, recommandations et politiques du gouvernement pour régler certains de leurs problèmes. Lors de mon séjour, le gouvernement s’adressait aux paysans régulièrement lors de spots télévisés, tantôt leur annonçant la mise en place d’une politique agricole précise, tantôt leur conseillant de planter du maïs après le riz, car il serait aisé de le vendre à bon prix au vu de la demande.

24Ainsi de la même manière que les risques auxquels sont confrontés les habitants sont liés au contexte contemporain et à des évolutions dépassant l’échelle villageoise, les réponses développées pour les prévenir sont de moins en moins locales.

25Si la communauté villageoise semble relativement impuissante face aux risques contemporains, elle demeure active en ce qui concerne la gestion des incertitudes de l’existence, de ses contingences et infortunes. Ici, l’incertitude est comprise comme faisant référence à un ensemble d’évènements et de situations imprévisibles. Il s’agit non pas de faire face à un phénomène précis (comme une inondation par exemple), mais aux infortunes en général, à quelconque malheur susceptible de s’abattre sur le village et ses habitants.

26La communauté dispose et mobilise de nombreux moyens permettant de lutter contre l’incertitude. Ces moyens sont premièrement religieux. Point capital des rites bouddhiques, l’acquisition des mérites est certes une quête personnelle visant à l’amélioration de son karma et à une meilleure réincarnation. Mais les mérites sont obtenus essentiellement de manière collective et ils ne se font pas uniquement dans l’optique d’une réincarnation future. Comme souligné par Tambiah (1975), ils s’acquièrent aussi et surtout pour cette vie présente et permettent d’attirer à soi la chance et d’éloigner les infortunes. Ainsi, dans tout rite bouddhique, l’élément central qu’est la quête de mérites a notamment pour objet de se protéger des contingences de l’existence et d’apaiser le sentiment d’incertitude qui en découle. Aussi, existe-il plusieurs cérémonies dont l’objectif est explicitement de chasser les infortunes et les malheurs : tham bun ban, chilo, phiti song kro ban, etc.

27En parallèle de ces rites proprement bouddhiques, des rituels, relevant de croyances issues d’un fonds animiste, sont organisés pour se protéger de l’incertitude. Les malheurs peuvent être interprétés à l’aune de la croyance en les khwan, ces composants vitaux qui s’échappent de l’enveloppe corporelle (Rajadhon 1962), surtout lors d’évènements importants de la vie sociale ou individuelle (mariage, mort d’un proche, long voyage, etc.). La fuite des khwan est souvent considérée comme étant la cause des malheurs et afflictions frappant les individus. Le rituel du sukhwan consiste à rappeler ces composants vitaux et à les enfermer à l’intérieur du corps. Ce rituel est tantôt prophylactique, tantôt thérapeutique (Formoso 2000 : 88). Dans les deux cas, on comprend qu’il vise à protéger l’individu des malheurs sur la base d’une interprétation qui les impute à la fuite des khwan. Mentionnons aussi l’existence de diverses protections religieuses : tatouages, statuettes, amulettes…

  • 5 Pour plus d’informations sur les raisons exactes de cette séparation, voir Yuji Baba (2009, 2014, 2 (...)

28La protection envers l’incertitude de l’existence s’effectue également à travers le culte dédié à l’esprit tutélaire du village, le Chao Luang Muang La (fig. 2), tantôt désigné comme le phi ban, l’esprit du village, tantôt comme un thewada, une divinité de l’empyrée céleste. Ce personnage est un ancien chef des Tai Lue du Muang La, ancêtre de la communauté tai lue ayant migré à Tha Wang Pha. Sa juridiction dépasse le simple cadre du village de Nong Bua puisqu’elle comprend aussi les autres villages tai lue du district. Son culte est censé tous les regrouper. Cependant, à la suite d’une dispute entre ces villages, il a été scindé et chacun organise désormais le sien sur ses terres5. À Ban Nong Bua, le culte se déroule une fois tous les trois ans, pendant trois jours, vers début décembre. Durant cette période, le village est clos : personne ne peut y entrer et en sortir. Il constitue un des rares évènements à l’occasion duquel les enfants ayant migré en ville reviennent. Il consiste en des offrandes offertes au Chao Luang (buffle, porc, nourriture, etc.) et en un ensemble de festivités (danse, musique, théâtre, etc.), et vise, entre autres, à obtenir la protection du Chao Luang contre les contingences de l’existence. La traduction du texte récité par un des officiants que nous propose Y. Baba, souligne cet aspect : « We fully hope that you will protect us, protect our monastery and our village, and protect us from all kinds of danger. Even if we travel somewhere we want you to please come protect us from accidents . » (Baba 2009 : 57).

Fig. 2. Statue du...Fig. 2. Statue du Chao Luang Muang La

Fig. 2. Statue du Chao Luang Muang La

Photo : Alexandre Marouen

  • 6 Cette histoire m’a été racontée par l’ancien maire du village et est aussi rapportée par Yuji Baba (...)

29La croyance dans les esprits maléfiques est présente dans le village. Néanmoins, les habitants affirment qu’ils sont absents du village, grâce à l’intervention du Chao Luang. Par le passé (sans doute peu de temps après la fondation du village), l’étang aujourd’hui connu sous le nom de Nong Bua, l’étang aux lotus, et qui donna son nom au village, s’appelait Nong Yip. Des esprits maléfiques y résidaient et attaquaient les habitants en les saisissant (yip signifie saisir), en particulier les femmes. Pour régler ce problème, le village organisa une grande cérémonie pour chasser ces esprits. L’aide conjointe des moines et du Chao Luang fut requise et une fois les esprits expulsés, les habitants donnèrent un nom plus auspicieux à l’étang, Nong Bua6.

30Nous voyons que la communauté villageoise développe une diversité d’actions religieuses visant à se protéger du caractère imprévisible de l’existence. Cependant, la situation d’incertitude dans laquelle se trouve le village actuellement est particulièrement aiguë et la communauté met en place d’autres types de solutions pour y répondre. C’est le cas du développement du tourisme.

31Le contexte contemporain dans lequel s’insère Ban Nong Bua est source de nombreuses inquiétudes chez les habitants quant à l’avenir du village. En effet, à la suite du délaissement massif de l’agriculture par les jeunes, les paysans actuels sont sans doute la dernière véritable génération de paysans, et ils en sont conscients. La nouvelle configuration du travail agricole, les pressions des logiques commerciales et individualistes remettent en question l’avenir du petit exploitant. Avec le déclin envisagé de l’agriculture, c’est l’avenir économique du village dans son ensemble qui suscite des inquiétudes. Quelle forme prendra l’agriculture ? Quel autre secteur pourra être la base de l’économie villageoise ? Par ailleurs, le vieillissement net de la population, l’exode des jeunes, l’affaiblissement des liens communautaires et la hausse de l’individualisme entre foyers contribuent à un avenir économique et social incertain.

  • 7 One Tambon One Product est une initiative de l’administration Shinawatra et maintenue par la suite, (...)

32Néanmoins, la communauté villageoise de Ban Nong Bua a su s’adapter et développer une activité, le tourisme, qui, à mon sens, aide à apaiser le sentiment d’incertitude. Le village mise depuis un certain temps sur son développement. Y. Baba indique que cette orientation débuta dès 1979, date à partir de laquelle des projets touristiques furent initiés sous l’impulsion du maire du village et chef-élu du sous-district de l’époque (Baba 2009 : 54). Profitant du soutien de l’État thaïlandais, qui met en place de nombreux projets de développement local, et aussi de l’émergence de ce loisir chez les classes moyennes thaïlandaises à la recherche des cultures locales traditionnelles authentiques, les villageois ne comptent pas leurs efforts pour développer l’attractivité touristique de leur communauté. Il y a de la part des habitants une véritable réflexion sur leur propre culture, sur leur histoire et sur leur particularité tai lue, ce dont témoignent les fréquentes réunions et discussions sur ces thèmes. Cette réflexion se traduit par des actes : construction d’une statue du Chao Luang, développement de l’artisanat et des produits locaux (algues, vêtements tai lue, vannerie), mise en avant du temple et de ses peintures murales. L’identité tai lue de la communauté est exhibée et instrumentalisée afin d’attirer les touristes et l’administration. Comme l’écrit Y. Baba, l’identité tai lue est désormais un label de démarcation dans le cadre d’une compétition intervillageoise pour l’obtention des projets gouvernementaux touristiques (Baba 2017 : 61). Ban Nong Bua a par ailleurs mis en place divers produits, services et infrastructures à l’attention des touristes : parking devant le temple, boutiques, brochures de présentation du village, toilettes publiques, musiciens, guides, etc. Le village a ainsi réussi à s’inscrire dans un réseau de tour-opérateurs. Tous les jours, et surtout les week-ends, de nombreux cars et vans de touristes, essentiellement thaïlandais, débarquent dans le village et visitent le temple et les boutiques du village. Lors de mon séjour, le village travaillait au lancement de maisons d’hôtes (homestays) dans le cadre du projet OTOP7 (fig. 3) et plusieurs soirées d’inauguration de cette nouvelle structure touristique furent organisées en compagnie de fonctionnaires de l’administration locale et de représentants d’autres villages optant aussi pour la création de maisons d’hôtes.

Fig. 3. Journée d...Fig. 3. Journée de présentation du village dans le cadre du projet OTOP

Fig. 3. Journée de présentation du village dans le cadre du projet OTOP

Photo : Alexandre Marouen

33À travers le développement du tourisme, Ban Nong Bua démontre une capacité d’adaptation au contexte actuel, en instrumentalisant des éléments externes (soutien du gouvernement, intérêt des classes moyennes) et internes (identité tai lue, histoire du village, artisanat, etc.) pour créer une activité qui présente des bénéfices économiques (création d’une source de revenus pour le village et ses habitants sur le territoire local), mais aussi et surtout sociaux. En effet, à l’instar de la riziculture, c’est une activité proprement communautaire, dans la mesure où elle parvient à rassembler de nombreux villageois, de différentes classes d’âges (des jeunes enfants aux personnes âgées) et à les faire coopérer vers un même but : l’attraction et la satisfaction des touristes. Ce faisant, cette activité contribue à préserver, voire retisser, les liens communautaires et constitue, selon moi, une tentative de réduction et d’apaisement des sentiments d’incertitude et des inquiétudes quant à l’avenir de la communauté villageoise que suscite le contexte socio-économique contemporain.

Conclusion

34Ban Nong Bua connaît de forts bouleversements tant sur le plan agricole, qu’économique et social. Ils ne sont pas spécifiques au village puisque, dans l’ensemble, ce sont des tendances similaires aux descriptions des évolutions récentes du monde rural thaïlandais. Dans ce contexte, l’étude des risques est pertinente dans la mesure où de nouvelles menaces pour le village et ses habitants sont apparues. Aux risques locaux habituels se sont ajoutés des risques économiques, sanitaires et environnementaux liés à des évolutions et phénomènes qui dépassent le simple cadre villageois. Ceci entraîne une relative impuissance au niveau local et la gestion des risques est de plus en plus dépendante d’acteurs et de structures supra-villageois. Par ailleurs, le contexte actuel suscite des inquiétudes chez les habitants et un vif sentiment d’incertitude concernant l’avenir de la communauté. Face à l’incertitude, celle-ci dispose et mobilise de nombreux moyens religieux. La pluralité du système des croyances thaïes offre une diversité de solutions, non mutuellement exclusives, aux contingences de l’existence, à son imprévisibilité. En outre, la communauté de Ban Nong Bua a su développer une activité sociale et économique, le tourisme, lui permettant, à mes yeux, d’apaiser les inquiétudes ressenties, illustrant ainsi le maintien d’une pertinence de l’action locale. La prise en compte des caractéristiques du contexte contemporain par cette communauté et son instrumentalisation de sa propre culture confirment que ces situations d’incertitudes et de crise : « […] compel affected people to take stock of their personal and cultural identities in ways they may not have in the past […]. » (Faas 2016 : 7). Le travail entamé est loin d’être exhaustif et demande à être poursuivi car, j’espère l’avoir montré, l’étude des risques peut être grandement bénéfique à l’entreprise de compréhension des sociétés rurales de Thaïlande et d’Asie du Sud-Est, en ce début de xxie siècle.

Haut de page

Bibliographie

AKTAR, Wasim, SENGUPTA, Dwaipayan & CHOWDHURY, Ashim, 2009, « « Impact of Pesticides Use in Agriculture: Their Benefits and Hazards », Interdisciplinary toxicology, 2, 1 : 1‑12.

BABA, Yuji, 2009, « Interpretation of Migration History in Rural Development Age : Written Documents and Other Sources of History », Senri Ethnological Studies, 74: 51‑61.

BABA, Yuji, 2014, « Relatedness and Belonging : The Tai Lue Community in Nan », 12th International Conference on Thai Studies.

BABA, Yuji, 2017, « The Meaning of “History” or “Past” in the Context of the Tai-Lue Cultural Revival Movement », Proceedings of the 13th International Conference on Thai Studies : Globalized Thailand ? Connectivity, conflict, and conundrums of Thai studies: 58‑67.

BARNAUD, Cécile, TREBUIL, Guy, DUFUMIER, Marc & SUPHANCHAIMART, Nongluck, 2006, « Rural Poverty and Diversification of Farming Systems in Upper Northeast Thailand », Moussons, 9‑10 : 157‑187.

BECK, Ulrich, 2008, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris : Flammarion.

BHAKTIKUL, Kampanad, 2012, « State of Knowledge on Climate Change and Adaptation Activities in Thailand », Procedia - Social and Behavioral Sciences, 40: 701‑708.

BOHOLM, Åsa, 2003, « The Cultural Nature of Risk : Can there Be an Anthropology of Uncertainty? », Ethnos, 68,  2 : 159‑178.

COHEN, Paul T., 1998, « Lue Ethnicity in National Context : A Comparative Study of Tai Lue Communities in Thailand and Laos », Journal of the Siam Society, 86 : 49‑61.

DAKE, Karl, 1991, « Orienting Dispositions in the Perception of Risk : An Analysis of Contemporary Worldviews and Cultural Biases », Journal of Cross-Cultural Psychology, 22,  1 : 61‑82.

DOUGLAS, Mary & WILDAVSKY, Aaron, 1982, Risk and Culture : An Essay on the Selection of Technological and Environmental Dangers, 1, Berkeley : University of California Press.

DOUGLAS, Mary, 2005, Risk and Blame : Essays in Cultural Theory, Digital Paperback ed., Reprint., Londres : Routledge.

DOUSSET, Laurent, 2018, Pour une anthropologie de l’incertitude, Paris : CNRS Éditions.

FAAS, A. J., 2016, « Continuity and Change in the Applied Anthropology of Risk, Hazards, and Disasters : Continuity and Change in the Applied », Annals of Anthropological Practice, 40,  1 : 6‑13.

FORMOSO, Bernard, 2000, Thaïlande: bouddhisme renonçant, capitalisme triomphant, Paris : La Documentation française.

FORMOSO, Bernard, 2016, « Are Thai Peasants Still Farmers? The Socioeconomic Transformation of Two Villages of Northeastern Thailand », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 28 : 39‑60.

FORMOSO, Bernard, 2018, « La dette des agriculteurs passée au crible : Le cas de deux villages du Nord-Est de la Thaïlande », Études rurales, 202 : 140‑157.

FUNAHASHI, Kazuo, 1996, « Farming by the Older Generation : The Exodus of Young Labor in Yasothon Province, Thailand », Southeast Asian Studies, 33, 4 : 625-639.

GRANDSTAFF, Somluckrat & SRISUPAN, Waraporn, 2004, « Agropesticide Contract Sprayers in Central Thailand : Health Risks and Awareness », Southeast Asian Studies, 42, 2 : 111-131.

HIJIOKA, Yasuaki, LIN, Erda, CORLETT, Richard T., PEREIRA, Joy Jacqueline, INSAROV, Gregory, CUI, Xuefeng, LASCO, Rodel, LINDGREN, Elisabet & SURJAN, Akhilesh, 2014, « Asia », in Climate Change 2014 : Impacts, Adaptation, and Vulnerability, V.R. Barros, C.B. Field, D.J. Dokken, M.D. Mastrandrea, K.J. Mach, T.E. Bilir, M. Chatterjee, K.L. Ebi, Y.O. Estrada, R.C. Genova, B. Girma, E.S. Kissel, A.N. Levy, S. MacCracken, P.R. Mastrandrea & L.L. White, éd., Cambridge, UK & New York, NY, USA : Cambridge University Press, p. 1327‑1370.

KNODEL, John & SAENGTIENCHAI, Chanpen, 2007, « Rural Parents with Urban Children : Social and Economic Implications of Migration for the Rural Elderly in Thailand », Population, Space and Place, 13, 3 :193‑210.

LANDO, Richard P., 1983, « “The Spirits Aren’t so Powerful Anymore” Spirit Belief and Irrigation Organization in North Thailand », Journal of the Siam Society, 71 : 121‑148.

LASCO, Rodel D., HABITO, Christine Marie D., DELFINO, Rafaela Jane P., PULHIN, Florencia B. & CONCEPCION, Rogelio N., 2011, Climate Change Adaptation for Smallholder Farmers in Southeast Asia, Philippines : World Agroforestry Centre.

LUPTON, Deborah, 2013, Risk, Londres & New York : Routledge.

MARKS, Danny, 2011, « Climate Change and Thailand: Impact and Response », Contemporary Southeast Asia, 33, 2 : 229‑258.

NATIONAL STATISTICAL OFFICE THAILAND, 2012, « The 2010 Population and Housing Census: Changwat Nan », Bangkok : Minsitry of Infromation and Communication Technology.

OUYYANONT, Porphant, 2016, Rural Thailand : Change and Continuity, Singapour : ISEAS-Yusof Ishak Institute.

PANUWET, Parinya, SIRIWONG, Wattasit, PRAPAMONTOL, Tippawan, RYAN, P. Barry, FIEDLER, Nancy, ROBSON, Mark G. & BOYD BARR, Dana, 2012, « Agricultural Pesticide Management in Thailand : Status and Population Health Risk », Environmental Science & Policy, 17 : 72‑81.

PODHISITA, Chai, 2017, « Household Dynamics, the Capitalist Economy, and Agricultural Change in Rural Thailand », Southeast Asian Studies, 6, 2 : 247‑273.

POUPON, Roland, 2010, Alternatives agricoles en Thaïlande : de la riziculture à la globalisation, Paris : Pondicherry Kailash éditions-Irasec.

PROMKHAMBUT, Arunee & RAMBO, A. Terry, 2017, « Multiple Cropping after the Rice Harvest in Rainfed Rice Cropping Systems in Khon Kaen Province, Northeast Thailand », Southeast Asian Studies, 6, 2 : 325‑338.

RAJADHON, Phya Anuman, 1962, « The Khwan and Its Ceremonies », Journal of the Siam Society, 50, 2 : 119‑164.

RAMBO, A. Terry, 2017, « The Agrarian Transformation in Northeastern Thailand : A Review of Recent Research », Southeast Asian Studies, 6, 2 : 211‑245.

RAPPAPORT, Roy A., 1996, « Risk and the Human Environment », The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 545, 1 : 64‑74.

RIGG, Jonathan, 2001, More than the Soil : Rural Change in Southeast Asia, Harlow, Essex : Prentice Hall.

RIGG, Jonathan & SALAMANCA, Albert, 2009, « Managing Risk and Vulnerability in Asia : A (Re)Study from Thailand, 1982-1983 and 2008 », Asia Pacific Viewpoint, 50, 3 : 255‑270.

RIGG, Jonathan, SALAMANCA, Albert & PARNWELL, Michael, 2012, « Joining the Dots of Agrarian Change in Asia : A 25 Year View from Thailand », World Development, 40, 7 : 1469‑1481.

TAMBIAH, Stanley Jeyaraja, 1975, Buddhism and the Spirit Cults in North-East Thailand, Cambridge : Cambridge University Press.

TRÉBUIL, Guy, EKASINGH, B. & EKASINGH, M., 2006, « Agricultural Commercialisation, Diversification, and Conservation of Renewable Resources in Northern Thailand Highlands », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l'Asie du Sud-Est, 9‑10 : 131‑155.

WALKER, Andrew, 2012, Thailand’s Political Peasants : Power in the Modern Rural Economy, Madison : University of Wisconsin Press.

YUKO, Shirai & RAMBO, A. Terry, 2017, « Household Structure and Sources of Income in a Rice-Growing Village in Northeast Thailand », Southeast Asian Studies, 6, 2 : 275‑292.

Haut de page

Note de fin

1 Tous les chiffres sont issus d’un recensement effectué sur la base d’un questionnaire élaboré par Bernard Formoso. Les données de 182 maisonnées sur 183 furent récoltées.

2 Pour des éléments plus approfondis sur l’histoire de ces Tai Lue, se référer aux différents travaux de Yuji Baba (2009, 2014, 2017) ou encore l’article de P. Cohen (1998).

3 Le long khaek est une forme d’entraide consistant en des échanges de main-d’œuvre entre plusieurs foyers pour la réalisation de tâches agricoles.

4 On retrouve cette même tendance dans des localités du Nord-Est (Formoso 2018).

5 Pour plus d’informations sur les raisons exactes de cette séparation, voir Yuji Baba (2009, 2014, 2017).

6 Cette histoire m’a été racontée par l’ancien maire du village et est aussi rapportée par Yuji Baba (2009 : 55).

7 One Tambon One Product est une initiative de l’administration Shinawatra et maintenue par la suite, visant à redynamiser les économies locales en encourageant chaque sous-district à développer un produit ou service spécifique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Moissonneuse-batteuse en action
Crédits Photo : Alexandre Marouen
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/5533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Fig. 2. Statue du Chao Luang Muang La
Crédits Photo : Alexandre Marouen
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/5533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Fig. 3. Journée de présentation du village dans le cadre du projet OTOP
Crédits Photo : Alexandre Marouen
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/5533/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Marouen, « Faire face aux risques et à l’incertitude : les réponses d’un village du nord de la Thaïlande », Moussons, 34 | 2019, 169-184.

Référence électronique

Alexandre Marouen, « Faire face aux risques et à l’incertitude : les réponses d’un village du nord de la Thaïlande », Moussons [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5533 ; DOI : 10.4000/moussons.5533

Haut de page

Auteur

Alexandre Marouen

Étudiant en master d’anthropologie à Aix-Marseille Université, Alexandre Marouen consacre sa recherche à l’étude des gestions et des perceptions des risques dans le contexte de la paysannerie et du monde rural thaïlandais. Après un travail bibliographique lors de la première année, il rédige un mémoire de master 2 sur la base d’une enquête ethnographique dans un village du nord de la Thaïlande.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals