Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thanida Boonwanno, ฐานิดา บุญวรรโณ ๒๕๖๒ ดิน น้ำ ข้าว และชาวนา ชาติพันธุ์วรรณนาของชาวนาบางระกำ/Land, water, rice and farmers. An ethnography of Bang Rakam farmers

NU Southeast Asian Research Centre Monograph Series N° 1, 2019, bibliogr., chronologie, photographies, cartes, 147 p.
Jean Baffie
Référence(s) :

Thanida Boonwanno, ฐานิดา บุญวรรโณ ๒๕๖๒ ดิน น้ำ ข้าว และชาวนา ชาติพันธุ์วรรณนาของชาวนาบางระกำ/Land, water, rice and farmers. An ethnography of Bang Rakam farmers, Phitsanulok, faculté des sciences sociales, université Naresuan คณะสังคมศาสตร์ มหาวิทยาลัยนเรศวร, NU Southeast Asian Research Centre Monograph Series N° 1, 2019, bibliogr., chronologie, photographies, cartes, 147 p.

Texte intégral

1L’auteure de cet ouvrage est loin d’être une inconnue des membres de l’Institut de recherches asiatiques de l’université d’Aix-Marseille (AMU) qui produit cette revue. C’est en effet comme membre doctorante de cet institut qu’elle a obtenu un master puis soutenu une thèse d’anthropologie le 4 juillet 2014 (Boonwanno 2010, 2014). Même si la photo de l’auteure (p. 146) n’est pas légendée, le lecteur pourra reconnaître une des fameuses fontaines d’Aix-en-Provence. La recherche doctorale de Thanida concernait les Thaïs Ko Kong, ces Thaïs du littoral du Golfe de Thaïlande qui s’étaient retrouvés cambodgiens en raison du tracé de frontière entre le Siam et le colonisateur français en 1904, mais dont une partie s’était réfugiée en Thaïlande dans la province limitrophe de Trat, notamment pour échapper aux Khmers rouges.

2Aujourd’hui assistante-professeure (phuchuai satsatrachan) au département de sociologie et anthropologie de la faculté des sciences sociales de l’université Naresuan de Phitsanulok, la troisième plus grande ville de la région Nord de Thaïlande (après Chiang Mai et Lampang), elle a été rédactrice-en-chef de Warasan sangkhomsat mahawitthayalai naresuan, la revue scientifique de la faculté, publiée depuis une douzaine d’années et travaille actuellement à un livre (toujours en langue thaïe) sur les tendances de l’anthropologie en France.

3La recherche présentée dans cet ouvrage a été menée pendant deux années (mai 2016-mai 2018) sur cent familles du sous-district (tambon) de Bang Rakam, situé à 22 km de Phitsanulok. Et parmi les 19 villages que compte le sous-district, c’est l’étude du village de Ta Mo qui a été privilégiée. Un village de 313 familles et 931 personnes. Des 70 entretiens approfondis qui ont été menés, 57 l’ont été avec des paysans et 13 avec des responsables (leaders communautaires, fonctionnaires, anciens députés, anciens gouverneurs de la province).

4Dans ce cas précis, c’est le titre (terre, riz, eau) qui est plus précis que le sous-titre (ethnographie des paysans de Bang Rakam), car il ne s’agit en aucun cas d’une monographie villageoise comme les ethnographes avaient (ont encore ?) l’habitude d’en présenter, mais bien des pratiques et des difficultés liées à la riziculture dans cette partie de la Thaïlande.

5L’ouvrage comprend d’abord une introduction de 27 pages dans laquelle le terrain est présenté de manière détaillée et où l’importance de la rivière Yom est particulièrement soulignée. Il faut retenir en particulier que 63 % des habitants de Ta Mo sont des agriculteurs et que parmi eux 57 % sont des riziculteurs, les autres étant spécialisés dans la canne à sucre, les bananiers, les haricots. Le corps du livre se compose de trois parties.

6Dans la première partie (p. 29-52) il est question du passé tel que les paysans de Bang Rakam l’ont raconté. Les extraits d’entretiens (avec des informateurs âgés de 64, 78, 80, 85 ans) sont nombreux pour décrire la situation de pauvreté et les difficultés lors des périodes de sécheresse ou d’inondation, le type de culture et surtout de semences alors utilisé. On apprend en particulier que 51 % des paysans de Ta Mo cultivent leurs propres rizières et que 17 % cultivent à la fois leurs rizières et en louent également à d’autres.

7La deuxième partie (p. 53-91) s’attache à décrire l’évolution récente avec l’introduction de la mécanisation, la construction du barrage de Naresuan, inauguré en 1970, l’usage des pesticides. Cependant, c’est la question de l’eau qui est traitée avec le plus de détails. On réalise ainsi que l’utilisation des eaux souterraines (nam badan), puisées à l’aide de puits représentant un investissement non négligeable, et l’eau des étangs (bueng) sont essentielles pour des riziculteurs comme ceux de Ban Ta Mo qui se situent hors du périmètre touché par le barrage et l’irrigation. Les dernières graves inondations de l’année 2011 ont particulièrement mobilisé les habitants de la région qui ont dû se protéger en faisant le meilleur usage des canaux, des étangs et de la rivière Yom, si bien que l’on a fini par parler de « modèle Bang Rakam » (p. 71).

8La troisième partie, intitulée « Moments et rythmes de production des paysans de Bang Rakam » (p. 93-121), revient sur les types de production des paysans et se demande pourquoi ceux-ci sont réticents aux méthodes modernes de riziculture. Les tableaux n° 6-7 (p. 98-101), par exemple, donnent les divers coûts (semences, outils, pesticides, etc.) et les revenus pour l’année 2017.

9Avec les épreuves, les riziculteurs de Ban Ta Mo ont appris à s’adapter aux situations mais ne sont pas encore des « paysans-entrepreneurs » (chao na-phuprakopkan) ou des smart farmers, selon les expressions du professeur Atthachak Satthananurak, de l’université de Chiang Mai, qui semble avoir beaucoup inspiré Thanida (Satthayanurak 2016) et qui a écrit quelques lignes d’appréciation en quatrième de couverture. Thanida et Atthachak doivent beaucoup à l’économiste anglais Gerard McElwee dont la spécialité est précisément l’entrepreneuriat rural. Thanida reprend la typologie en quatre points (I. Farmer as farmer ; II. Farmer as entrepreneur ; III. Farmer as contractor ; IV. Rural entrepreneur not farmer) qu’il a proposée dans un article de 2008 (McElwee 2008) pour la commenter en gardant à l’esprit le cas des paysans qu’elle a étudiés (p. 112-113).

10Dans la brève conclusion (p. 123-126), Thanida nous explique ce qu’elle a appris de ce terrain. Comme il s’agit ici pour une part d’une forme d’anthropologie appliquée, Thanida formule ses recommandations – en sept points – destinées aux autorités. Ainsi, le dernier conseil propose au gouvernement d’aller plus loin dans la décentralisation et de donner plus de pouvoir aux sous-districts (tambon) (p. 125).

11La bibliographie est fournie (p. 127-137) avec six pages de références en langue thaïe. Il est particulièrement impressionnant de se rendre compte de la quantité de recherches réalisées (mémoires, travaux individuels de recherche, etc.) par les étudiants et enseignants de l’université Naresuan sur les villages environnants et dont Thanida a pu faire le meilleur profit. Il faut en revanche regretter que la bibliographie ne comporte aucune référence en langue française. Certes, il ne s’agit pas d’un travail théorique ou comparatif, mais les chercheurs français ont également produit des travaux remarquables sur les paysans thaïlandais, les pratiques rizicoles et les comptabilités villageoises. Je songe en particulier aux travaux de Michel Bruneau pour le Nord et à ceux de Bernard Formoso et Christian Taillard pour le Nord-Est.

12Le livre se termine par une très utile chronologie des paysans de Bang Rakam qui commence en 1933 pour se terminer en 2018 (p. 139-146). Il s’agit pour l’essentiel de l’introduction de nouvelles variétés de riz, des difficultés dues aux périodes de sécheresse et d’inondation, de l’aménagement de barrage, de l’ouverture de routes et des questions administratives. Un index – même succinct – aurait été un plus, même si ceux-ci sont encore bien rares dans les ouvrages de langue thaïe.

13Première monographie du centre de recherche sur l’Asie du Sud-Est de l’université Naresuan, cet ouvrage est une réussite incontestable et augure très favorablement de la valeur des publications à venir. Dans les prochains ouvrages, il faudra toutefois veiller à assurer une plus grande lisibilité des cartes et des plans : ceux des pages 9-10, 46 et 76 nécessitent l’emploi d’une forte loupe pour pouvoir être lus. Enfin, le titre du livre ayant un équivalent anglais en couverture, le lecteur non thaïsant sera déçu de ne pas trouver un résumé en langue anglaise.

14Il reste particulièrement réconfortant de constater que l’auteur, Thanida Boonwanno, n’a pas renoncé à la recherche de terrain après ses travaux de thèse comme c’est malheureusement le cas de nombreux chercheurs, et pas seulement thaïlandais. Ce deuxième terrain étant totalement différent du précédent, il est particulièrement heureux de constater combien l’auteure a réussi à maîtriser ces questions de production de riz comme elle l’avait fait pour les questions de frontière et d’ethnicité.

Haut de page

Bibliographie

BOONWANNO, Thanida, 2010, Les Thaïs Ko Kong à Trat (Thaïlande). Dynamiques identitaires d’une population fractionnée, mémoire de master 2 Recherche, université de Provence (Aix-Marseille I).

BOONWANNO, Thanida, 2014, Les Frontières d’une ethnie des frontières : les Thaïs-Ko-Kong, thèse d’anthropologie, Aix-Marseille Université.

BRUNEAU, Michel, 1980, Recherche sur l’organisation de l’espace dans le nord de la Thaïlande, thèse de géographie, université Paris IV, 3 vols.

FORMOSO, Bernard & TAILLARD, Christian, 1997, Ban Han et Ban Amphawan. Le devenir de deux villages rizicoles du Nord-Est thaïlandais, Paris : Éditions du CNRS, coll. « Recherches sur les civilisations », 2 vols.

McELWEE, Gerard, 2008, « A Taxanomy of Entrepreneurial Farmers », International Journal of Entrepreneurship and small business, 6, 3 : 465-478, URL : file:///C:/Users/samsung/Desktop/DIV/Autres/TELECHARGE/t%C3%A9l%C3%A9chargements/Downloads/AtaxonomyofentrepreneurialfarmersIJESB2008.pdf.

SATTAYANURAK, Atthachak (อรรถจักร์ สัตยานุรักษ์), 2016 [2559], Luemta apak. Chak chaona su phuprakopkan/ลืมตาอ้าปาก จาก « ชาวนา” สู่ “ผู้ประกอบการ » [Ouvrez les yeux : les paysans sont devenus des entrepreneurs)], Bangkok : Matichon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Baffie, « Thanida Boonwanno, ฐานิดา บุญวรรโณ ๒๕๖๒ ดิน น้ำ ข้าว และชาวนา ชาติพันธุ์วรรณนาของชาวนาบางระกำ/Land, water, rice and farmers. An ethnography of Bang Rakam farmers », Moussons [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5611

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals