Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Olga Dror, Making Two Vietnams : War and Youth Identities, 1965-1975

Cambridge, Cambridge University Press, 2018, 336 p.
Philippe Le Failler
Référence(s) :

Olga Dror, Making Two Vietnams : War and Youth Identities, 1965-1975, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, 336 p.

Texte intégral

1Grandir dans un pays en guerre, ou dans deux ? Par les exemples allemand ou coréen, on sait combien la partition d’un pays peut déboucher sur un clivage des mentalités au sein de la population. La réunification, quand elle survient, met en évidence à quel point le développement séparé de deux entités idéologiquement distinctes, voire concurrentes, a mené en une ou deux générations à des conceptions sociétales et morales radicalement différentes. Dans le cas du Vietnam, lors de ce conflit emblématique du xxe siècle, alors que le Nord et le Sud se livraient une guerre idéologique qui dura vingt ans, c’est la société dans son ensemble qui subissait un profond conditionnement. La jeunesse de cette époque, à l’esprit réputé malléable, en fut la cible privilégiée. Dans un ouvrage aussi précis que documenté, Olga Dror s’interroge sur la formation des jeunes et, si elle se livre à une analyse comparée des systèmes éducatifs, sur leur genèse et leur évolution, elle insiste à raison sur l’action des mouvements de jeunesses dont on mesure depuis le mitant du xxe siècle le rôle précurseur d’embrigadement.

2De prime abord, de part et d’autre du 17e parallèle, tout ou presque semble différent ; bien que toutes deux partisanes d’une vietnamité ardue à définir, et arguant d’une unicité du peuple vietnamien, les deux entités politiques vivaient dans des mondes distincts, dont les valeurs, l’organisation et le degré d’endoctrinement différaient considérablement. Le Sud, où la culture occidentale se faisait partout sentir, de la musique aux moyens de locomotion et jusqu’à la tenue des élégantes de Saigon, s’opposait du tout au tout à la rigueur nordiste, où l’uniformité socialiste et les privations partagées s’imposaient à tous dans une société hiérarchisée et contrôlée. Au nom de la patrie socialiste le Nord remplaçait le père par le Parti quand le Sud exaltait le primat de la famille sur fond d’individualisme. On conçoit mieux que les relations entre jeunes et adultes fussent parfois empreintes d’incompréhension.

3Mais qu’on ne s’y trompe pas, si des deux côtés les adolescents étaient soumis à une éducation fort différente, pour autant, elle ne ressemblait en rien à celle que leurs parents avaient connue. Au Nord comme au Sud, fortement marqué par les influences extérieures, le système éducatif fut remanié en profondeur ; les temps étaient à la rupture, et chacun à leur façon, ils prônaient la modernité.

4Olga Dror souligne le système dual de la République démocratique du Vietnam (RDV) à ses débuts, avec des écoles au Vietnam mais aussi en Chine populaire (un point méconnu que l’auteure explicite). Au fil du temps, le système tendait à une standardisation des méthodes avec l’établissement d’un cursus où les élèves étaient politisés dès le plus jeune âge et, au fil des réformes successives, croissait en importance dans un environnement pour le moins particulier. Après l’alphabétisation de masse, il fallait se donner les moyens d’accueillir un nombre sans cesse croissant d’élèves, rançon de l’élan démographique, et délocaliser nombre d’écoles pour éviter les bombardements. En conséquence, il appert que si ce système permettait l’accueil de la majorité d’une classe d’âge, seule une faible proportion, 3,9 %, parvenait au terme du cursus de 10 années.

5Son homologue du Sud, plus diversifiée, tolérait une plus grande diversité : on y trouvait des écoles publiques, d’autres privées ou semi publiques. Après 1964, les particularismes ethniques des hauts plateaux permettaient l’emploi des langues minoritaires dans l’enseignement. Toujours, on mettait un soin particulier à éviter le débat politique. Comme au Nord, mais avec un succès plus éclatant, l’accent était mis sur l’accès de tous à l’école et, partant, vers l’amélioration du système au point qu’en 1972, plus de 80 % des jeunes enfants fréquentaient l’école élémentaire. Si l’on garde à l’esprit que la guerre se déroulait sur le territoire de la République socialiste du Vietnam (RSV), on mesure l’importance de l’effort éducatif accompli en ces circonstances.

6L’auteure insiste sur le statut de la jeunesse dans le cadre socialiste. Au Nord, présentée comme l’avant-garde de la révolution en cours, la jeune génération devait être le fer de lance des ambitions du Parti unique. L’endoctrinement débutait dès la prime jeunesse et, de 6 à 9 ans, puis de 9 à 15 ans, les Pionniers relevaient d’une organisation de masse comme les affectionne le régime. Les esprits étaient modelés par des organisations de jeunesse omniprésentes qui, dès 1968, couvraient 80-90 % des écoles primaires et secondaires. Les travaux d’émulation et la répétition des slogans formaient l’esprit des « enfants sages de l’oncle Hô » et suivaient les « 5 préceptes » qui, outre les valeurs traditionnelles (amour des parents, droiture, assiduité à l’étude et hygiène), prônaient l’obéissance et le patriotisme. Mais la guerre s’éternisait et, année après année, l’enfant était élevé dans un amour exacerbé quoique quelque peu désincarné de la patrie qui sanctifie le sens du sacrifice et la lutte des classes. Certes pétri d’émulation patriotique, il voyait s’approcher l’adolescence puis l’échéance de la conscription, son avenir se bornait à la perspective de servir sous les drapeaux. Dès 1962, à l’imitation de ce qu’ils avaient fait au Nord, les communistes créèrent au Sud les « jeunes brigades de choc », à l’orientation nettement plus militaire.

7En dépit de rares voix discordantes, la RSV tenait le cap d’une éducation apolitique, sans désir d’homogénéisation forcée de la société alors même que croissait l’influence souterraine du FNL (le Việt Cộng) dans les établissements scolaires Il poursuivait son but d’un accès à l’éducation pour tous en étendant son réseau d’écoles établies dans les hameaux ruraux. Le régime se méfiait quelque peu des organisations de jeunesse mais prit cependant une part active à leur essor. Là encore, pas de système unifié ou centralisé, mais une multitude d’organisations confessionnelles ou non aux buts et aux méthodes différents, plus de liberté donc. Puis, la guerre se faisant plus présente, les activités paramilitaires s’amplifièrent et les scouts se virent encadrés par des militaires

8En dépouillant les manuels, Olga Dror nous donne un aperçu des évolutions de l’organisation et du fonctionnement des deux systèmes éducatifs. Dans une société fortement militarisée, les publications du Nord à destination de la jeunesse, très normalisées et alignées sur le modèle soviétique, mettaient l’accent sur le devoir de combattre, sur l’objectif d’une réunification future, sur la fidélité due au Parti et sur l’ambition de construire la société socialiste. Les ouvrages pour la jeunesse sortaient des maisons d’éditions gouvernementales qui relevaient du ministère de la Culture et de la Propagande.

9Du reste, en RDV, la littérature moderne restait une discipline sinistrée, limitée qu’elle était aux plaidoyers révolutionnaires et anti-impérialistes ou au réalisme socialiste louant l’ardeur à l’ouvrage des classes laborieuses et relatant la dureté de leur condition. Une partie des auteurs, les romanciers et les poètes, fuyaient cette narration d’une vie peu enthousiasmante pour se réfugier vers des univers féériques. Placée sous la coupe de la très normative association des écrivains, la littérature socialiste devait faire preuve d’exemplarité et servir un objectif. Les mythes fondateurs, comme celui des rois Hùng, où se mêlent ethnicité et nationalisme, furent réactivés et promus comme un outil démontrant l’origine et l’unicité du peuple vietnamien, Nord et Sud confondus.

10Délivrés d’un centralisme autoritaire, les livres et manuels du Sud présentaient un éventail large d’opinions et de tendances, fortement marqués par l’occidentalisation des valeurs et le goût de la modernité. Toutefois, rançon de la liberté de publier, la présence d’une littérature étrangère surabondante (jusqu’à 80 % du total en 1973) étouffait la production locale et suscitait l’opposition de certains intellectuels du Sud, inquiets qu’ils étaient de voir leur société noyée sous les valeurs étrangères, de la Série Noire à James Bond.

11Par le menu, et au fil d’un nombre considérable d’exemples judicieusement choisis, Olga Dror examine les thèmes abordés et les auteurs traduits, tant au Nord qu’au Sud. Elle défait au passage certains mythes, comme ces jeunes héros de la lutte anti-impérialiste toujours donnés en exemple aux écoliers et qui ne furent pourtant que des fictions créées par la propagande, ou encore ces photographies « de guerre » avec la plus jeune et la plus fluette combattante du village choisie après coup pour poser, arme à la main, auprès du colosse américain juste capturé ; l’image fit le tour du monde mais l’objectif ne l’était pas tout à fait.

12En cette période de guerre, au Nord comme au Sud, et en dépit des politiques menées, nombre d’orphelins et d’adolescents en rupture de ban échappaient à toute structure et vivaient d’expédients. La jeunesse ne se limitant pas aux bons élèves, l’auteure explore les marges du système éducatif et nous donne un aperçu du monde dans lequel vivaient les enfants livrés à eux-mêmes.

13On insistera sur la qualité de la documentation employée. En contrepoint des recherches en archives, puisé à la meilleure source, la bibliographie fait la part belle aux publications vietnamiennes et surtout à la presse d’époque. L’appareil critique est à cet égard particulièrement fouillé. Enfin, car elle fréquente assidûment le Vietnam, Olga Dror ne manque jamais de citer tel ou tel rencontré lors de nombreux entretiens. Ces témoignages vécus, faisant appel aux souvenirs de jeunesse des cinquantenaires ponctuent et agrémentent un travail sérieux, dense et qui cependant reste agréable à lire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Le Failler, « Olga Dror, Making Two Vietnams : War and Youth Identities, 1965-1975 », Moussons [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5633

Haut de page

Auteur

Philippe Le Failler

Membre statutaire de l’IrAsia (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France) et maître de conférences à l’École française d’Extrême Orient (EFEO, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals