Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie de Rugy, Aux confins des empires. Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule indochinoise (1885-1914)

Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 2018, 312 p.
Philippe Le Failler
Référence(s) :

Marie de Rugy, Aux confins des empires. Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule indochinoise (1885-1914), Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 2018, 312 p.

Texte intégral

1Il y a l’espace maîtrisé, mesuré, cartographié et aborné, puis celui plus lointain dont on ne connaît que les principales voies d’accès, les fleuves bien souvent, puis viennent les zones grises des confins, plus incertaines encore, dont on ne sait à qui elles appartiennent et enfin ces taches blanches sur les cartes qui donnent une couleur à l’inconnu comme elles parlent à la curiosité.

2Marie de Rugy publie les résultats de son travail de doctorat. C’est l’occasion d’une plongée méthodique et raisonnée dans le processus de découverte et d’appropriation de l’espace par les puissances coloniales européennes à la fin du xixe siècle, avec comme terrain choisi la péninsule indochinoise dans son acception la plus large, jusqu’à la Birmanie et aux confins du Yunnan. La carte servant d’objet d’étude autant que de prétexte à une vaste interrogation sur la connaissance et la maîtrise de l’espace, l’ouvrage aborde le processus technique de cartographie, retrace son évolution et met l’accent sur la finalité pratique et politique de l’œuvre entreprise. De reconnaissances en missions exploratoires, bien qu’elle se défende d’une quête d’exhaustivité, l’auteure liste scrupuleusement et avec un luxe de détails les expéditions successives qu’elle recadre dans le contexte. Elle porte un soin particulier à relier entre elles ces explorations croisées auxquelles se livrèrent Siamois, Français et Britanniques.

3Explorateurs patentés, diplomates, missionnaires ou simples aventuriers, l’ouvrage souligne le rôle prépondérant des initiatives individuelles dans le processus de découverte des nouveaux espaces. Dans un premier temps, le projet politique le cède à la curiosité scientifique, puis s’en nourrit et s’impose. L’entreprise cartographique induit une prise de conscience des potentialités, suscite les appétits ; la carte qui en résulte est une appropriation symbolique de l’espace qui s’opère au détriment des états soumis.

4Or, pour ignorés qu’ils sont des nouveaux venus européens, ces espaces de la péninsule indochinoise n’étaient cependant pas inconnus des populations locales et de leurs administrations. On assiste à un affrontement des normes de représentation. Les cartes locales, comme celle ayant cours au Vietnam, du type sơn/xuyên, monts et rivières, n’ont aucune prétention quant à la précision des informations. Elles représentent l’espace dans sa dimension la plus schématique, sans grand souci des proportions, car ce sont les descriptions qui précisent les itinéraires et guident le voyageur, la carte ne saurait se suffire à elle-même, elle supplée le récit. Tout au plus, celles ayant vocation à servir de routier indiquent-elles les heures de marche entre deux haltes ou les ruptures de charge entre deux biefs. On compte en temps de trajet plus qu’en termes de distance. De la sorte, les parcours en terrain difficile, où l’on parcourt une faible distance au prix d’un long effort, entraînent des distorsions dans la représentation graphique, comme une anamorphose délaissant la réalité physique pour mieux dévoiler sa dimension utilitaire.

5La course aux territoires à laquelle se livraient Français et Britanniques se traduit par des projets concurrents sur le plan stratégique quoique complémentaires dans les résultats scientifiques. Les missions d’exploration à des fins de délimitation du pouvoir politique abondent un projet cartographique colonial. Les cartes dressées par les différentes expéditions ont vocation à se compléter les unes les autres et à réduire ainsi l’étendue des zones blanches. Rares sont les projets à l’ambition globale, comme la mission Pavie qui parvient à la couverture cartographique presque totale du territoire indochinois.

6L’élaboration des cartes est aussi, et avant tout, un processus technique tout de précision et de patience. Le lecteur se familiarise avec les outils et les méthodes du relevé géodésique. Adeptes des relevés au théodolite ou à la boussole alidade, Britanniques et Français ne procèdent pas de manière identique, ils ont leurs propres traditions et des outils parfois différents. La quête d’informations se nourrit des enquêtes menées auprès des populations locales. Tous se nourrissent des informations glanées auprès des guides et des chefs de district, comparent les cartes anciennes et interprètent la géographie administrative préexistante. La question des dénominations multiples des cours d’eau ou des monts, comme celles des toponymes exprimés en langue vernaculaire ou dans leur nom officiel en caractères chinois viennent complexifier l’ordonnancement qu’envisagent les cartographes.

7La représentation de l’habitat et des spécificités ethniques impose une connaissance poussée du terrain et des populations. Le travail implique une conjonction des savoirs, celui rapporté par les voyageurs mais plus encore celui acquis par les officiers ethnographes et topographes. Les observations de terrain permettent de distinguer les peuples et entraînent une catégorisation dont, soit dit en passant, les mandarins vietnamiens qui les avaient précédés s’étaient dispensés. Au vu du caractère complexe de la mosaïque ethnique de la haute région, l’établissement des cartes est un exercice notoirement malaisé. En effet, comment faire apparaître clairement sur une carte en deux dimensions le caractère stratigraphique des implantations humaines ? Les uns, Tai et Lao, occupent les fonds de vallées les plus propices à la riziculture inondée quand les migrants de fraîche date, Hmong et Yao, occupent les pentes déboisées par écobuage. Sur une carte au 1/100 000, la distribution topographique des groupes ethniques représentés par des aplats colorés gomme totalement cet aspect.

8Marie de Rugy évoque l’impossible ordonnancement des finages frontaliers et la difficulté d’établir une distinction franche entre territoires relevant de la Chine ou du Vietnam. Muongs Tai et principautés Nùng jouent depuis des siècles le jeu de la double souveraineté et du double tribut, c’est le prix d’une relative indépendance. La logique commune aux empires asiatiques s’accommode de ces espaces flous, montagneux et peuplés de minorités ethniques. Plus qu’elles ne se juxtaposent, leurs cartes respectives se superposent à la marge, formant une variété de « tuilage ». L’espace frontalier est donc naturellement mouvant, fluctuant au gré des conflits locaux, des querelles de successions chez les clans locaux ou des migrations récentes. Toujours négociable, cette souveraineté estompée sur les marges servait l’empire mais l’ambiguïté heurte de front un projet colonial qui reproduit en Asie le concept occidental d’un espace fini, aborné et gardé. Établie sur les cartes, négociée par des commissions de délimitations, la frontière doit acquérir une dimension effective. La carte à l’occidentale impose des souverainetés tranchées, fige des situations qui relevaient jadis d’un équilibre précaire. Elle ouvre la voie à la question brûlante des discontinuités spatiales et des enclaves, propres à faire naître des contentieux durables.

9La question des limites administratives internes et de l’établissement des subdivisions est en soi un casse-tête ; faut-il le calquer sur la trame préexistante ou céder à la tentation de rationaliser l’exercice pour la facilité de gouvernement quitte à découvrir, à l’usage, l’absurdité de certains choix ? Si le pragmatisme reste la règle d’or, il se traduit par une forte plasticité du quadrillage administratif, la carte administrative subissant de perpétuelles modifications. Mais la carte est aussi un outil de gestion, elle annonce l’établissement des routes coloniales comme des chemins de fer puisque les voies de communication sont l’outil de prédilection d’une mise en valeur coloniale.

10L’auteure en conclut que, dans un premier temps, l’entreprise cartographique menée par les Occidentaux servait plus les intérêts militaires qu’elle ne reflétait un véritable projet colonial. Elle insiste sur la limite de l’exercice, soulignant que la réalité humaine et le terrain se montrent parfois rétifs à la figuration graphique, qui reste après tout une interprétation codée du réel. Les marges peu peuplées échappent néanmoins à une cartographie régulière et, preuve d’une absence d’intérêt politique plus que d’une incapacité technique, subsistaient en Birmanie comme au Laos des espaces indéterminés comme autant de « trous béants ».

11Les choix d’une dimension comparative, d’une vision large de la problématique mais aussi la profusion des sujets annexes abordés nourrissent ce travail méticuleux et réfléchi. Si l’on ajoute la qualité des illustrations et un large éventail de sources, tout concourt à faire de ce livre à l’expression précise un ouvrage de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Le Failler, « Marie de Rugy, Aux confins des empires. Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule indochinoise (1885-1914) », Moussons [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5640

Haut de page

Auteur

Philippe Le Failler

Membre statutaire de l’IrAsia (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France) et maître de conférences à l’École française d’Extrême Orient (EFEO, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals