Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nguyễn Thị Hải, La marche de Cao Bằng, La Cour et les gardiens de frontière, des origines aux conséquences de la réforme de Minh Mạng

Paris, Presses de l’Inalco, coll. « Asie(s) », 2018, 292 p.
Philippe Le Failler
Référence(s) :

Nguyễn Thị Hải, La marche de Cao Bằng, La Cour et les gardiens de frontière, des origines aux conséquences de la réforme de Minh Mạng, Paris, Presses de l’Inalco, coll. « Asie(s) », 2018, 292 p.

Texte intégral

1Le sujet avait été délaissé pendant longtemps, mais on assiste ces dernières années à la parution d’une série d’ouvrages portant sur l’histoire des régions frontalières du Vietnam, et plus particulièrement sur la frontière sino-vietnamienne. Alors que la majorité d’entre eux sont issus de travaux universitaires menés par des Occidentaux, celui de Nguyễn Thị Hải, rigoureux dans la méthode et usant d’une large variété de sources, démontre la richesse d’une analyse croisée des documents de tous types et de toutes origines.

2Lors de la soutenance de la thèse qui sert de base à cet ouvrage, le jury n’avait pas tari d’éloges sur les aspects novateurs du travail mené à bien par Nguyễn Thị Hải. Son étude de cas sur les gardiens de frontière dans la province de Cao Bằng, limitrophe de la Chine, s’étendait jusqu’à la période coloniale et à la démission en 1925 de Nông Quảng Tuyên, le dernier gardien de frontière. Le contenu en était si dense que pour ce livre le sujet a été volontairement limité à la seule période précoloniale.

3Cet ouvrage n’aborde donc qu’en partie le processus d’intégration à la nation qui se finalise au xxe siècle. Il reste centré sur la genèse et le rôle des lignées de gardiens de frontière, ces mandarins atypiques au pouvoir héréditaire auquel l’empire déléguait la capacité de gérer les provinces excentriques où l’administration impériale stricto sensu n’avait pas sa place.

4Le livre débute par un chapitre consacré à une présentation géographique et humaine de la province et sur les caractères distinctifs du territoire concerné. Cette partie liminaire, très « monographie à l’ancienne », n’est en rien superfétatoire et reste agréable au lecteur. Disons qu’il s’agit d’une vallée reculée entourée de montagnes calcaires percées de passages permettant de gagner la Chine. Du delta, on accède difficilement à cette région montagneuse où trouvèrent jadis refuge les reliefs de la dynastie Mạc. Outre une dimension stratégique avérée, la province peut compter sur ses ressources minières, ce qui imposait au pouvoir impérial de veiller à la maintenir dans le giron national.

5Relativement peuplée, si on la compare aux provinces situées plus à l’Ouest, Cao Bằng est aussi mieux administrée. On y note une présence significative de la population Kinh et un étrange phénomène d’assimilation « à rebours » de ces derniers par la majorité Tày. Toutefois, si Nguyễn Thị Hải souligne que prévalait à Cao Bằng une complexe stratigraphie ethnique, comme du reste partout dans la haute région, elle ne précise pas les rapports qu’entretenaient entre eux les différents groupes ethniques Tày, Nùng, Yao, Hmong et autres, c’est-à-dire s’il y régnait la concorde, qui possédait les terres de bas-fond et qui prélevait l’impôt sur qui, la question est d’importance.

6Clan après clan, l’auteure dresse le portrait des grands seigneurs féodaux indigènes, cette élite autochtone à laquelle on confère pouvoir et privilèges pour prix de leur capacité à défendre les lointaines préfectures. Le pouvoir central n’a de cesse de rogner leurs prérogatives, sans toutefois y parvenir. Parfaitement intégrés, les phiên thần et thổ ty apparaissent comme les garants de la stabilité sociale. Ils sont perçus comme des alliés de circonstances dont la puissance et l’efficacité importent plus que la docilité ou même le loyalisme. C’est cette approche pragmatique des rapports politiques qui constitue un point fort de l’analyse et s’inscrit en faux face à l’historiographie habituelle. Nguyễn Thị Hải procède à une longue mais nécessaire explication des termes et titres donnés aux gardiens de frontière. Nul n’est dupe de l’aspect factice de ces titres pompeux accordés aux chefs locaux qui, s’ils renforçaient leur prestige, ne faisaient guère illusion à la Cour. Elle précise les liens entretenus entre le pouvoir central et la province et insiste sur le principe de délégation des pouvoirs conférés aux lignées dirigeantes des différents finages. Puis vient l’analyse du processus de construction de la lignée mis en parallèle avec les fonctions occupées et l’étendue des territoires administrés. C’est un angle d’attaque original, précieux même, que seul pouvait autoriser l’accès aux sources locales, dénichées au sein même des familles. Les avoir trouvées, et en avoir obtenu communication reste un point remarquable du travail de terrain.

7Le point de bascule se situe en 1820, lorsque le souverain Minh Mạng initie une réforme visant à incorporer les régions périphériques de l’empire à l’appareil administratif général. Dès lors, de règne en règne, la géographie administrative est remodelée, les chefs autochtones perdent progressivement leurs prérogatives au profit de mandarins kinh nommés par la Cour au bénéfice de la règle d’extériorité. Or ces derniers restent mal acceptés ; ce sont des pièces rapportées, mal à l’aise dans cet environnement montagnard, ignorant des langues et des coutumes, quand ils ne sont pas prévaricateurs.

8À bien y regarder, on peut considérer que c’est à l’époque une des seules régions montagneuses où l’administration vietnamienne se trouve en contact direct avec son homologue chinoise. Sans être un limes, la notion de frontière y revêt une prégnance qui fait défaut sur le reste de l’arc montagneux où l’on parlerait plus volontiers de « zone tampon ». Cette distinction n’est pas anodine, la spécificité de Cao Bằng tient précisément au fait qu’on jugeait la région plus intégrée à l’ensemble national et, partant, plus susceptible à une « normalisation » rapide de ses structures.

9Bien qu’amoindrie, l’influence des anciens clans dirigeants subsiste, qu’ils tiennent de leur légitimité et de la connaissance du milieu. Les gardiens regagnent un peu de leur pouvoir à la faveur de la période de crise qui s’étend de 1849 à 1886, lorsque les bandes chinoises ravagent la zone frontière et que le pouvoir central amoindri n’est plus à même de contrôler ses marges. En désespoir de cause, la Cour de Huê restaure en 1869 la position des gardiens de frontière dans le dispositif administratif. Du reste, c’est avec eux, bien souvent, que les officiers français eurent à traiter pendant la phase de conquête et lors de la délimitation de la frontière sino-vietnamienne.

10On note avec plaisir le choix qu’a fait l’auteure de s’extraire des sources impériales convenues pour donner la parole aux acteurs locaux, s’extirpant ainsi des rapports normatifs, forcément biaisés, induits par la documentation et l’histoire officielle. Les gardiens de frontière gagnent ainsi en épaisseur humaine et l’étude en profondeur. Un des points forts de cet ouvrage tient à cette capacité d’exploiter les sources jusqu’à rendre perceptible un nombre considérable d’éléments de la vie locale, et dresser ainsi un panorama aussi fidèle que possible des conditions humaines, sociales et politiques. Le pendant de ce choix est un certain « topocentrisme », cette étrange impression d’un territoire isolé des autres provinces, tournant le dos au pays voisin par une frontière que l’on nous laisse accroire presque imperméable, et finalement assujetti à ses relations au Vietnam et à ses souverains.

11On aurait rêvé que fussent abordés les rapports entretenus avec les gardiens de frontière chinois qui, bien souvent, sont de la même ethnie quand ils ne sont pas de la même parentèle. On ignore s’il existait de part et d’autre de la frontière des politiques d’alliances matrimoniales menées par les dynasties de chefs locaux, qui pourtant conditionnent le renforcement et parfois l’extension de leurs pouvoirs. De même, au vu du soin apporté à l’étude de cas, il est parfois regrettable que la dimension comparative ne puisse être affirmée, faute de travaux spécifiques comparables sur d’autres provinces du Nord comme Hưng Hóa ou Tuyên Quang.

12La bibliographie est particulièrement fouillée, diverse et comme parsemée de textes jusqu’alors introuvables qui sont autant de pépites. Elle est faite de généalogies, cadastres, contrats de vente foncière, monographies, études lignagères, jusqu’aux inscriptions sur stèles. La documentation dépouillée, en caractères chinois, en vietnamien, français ou anglais, fait véritablement le tour de la question ; seule manque la documentation chinoise, dont on sait qu’elle existe mais dont les conditions d’accès constituent un obstacle pour l’heure difficile à surmonter. Pour le dire vite, le travail de collecte et d’exploitation des sources force l’admiration et ce d’autant plus que dans les régions montagneuses, où l’illettrisme était particulièrement marqué, où les vicissitudes des temps ont entraîné de multiples destructions, trouver un corpus aussi large tenait de la gageure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Le Failler, « Nguyễn Thị Hải, La marche de Cao Bằng, La Cour et les gardiens de frontière, des origines aux conséquences de la réforme de Minh Mạng », Moussons [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5651

Haut de page

Auteur

Philippe Le Failler

Membre statutaire de l’IrAsia (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France) et maître de conférences à l’École française d’Extrême Orient (EFEO, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals