Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Conférences

Hainan : relais entre la Chine du Sud et l’Asie du Sud-Est ? Hainan : Brücke zwischen Südchina und Südostasien ?

Colloque franco-allemand, Munich, 17 au 18 novembre 2000
Jean Baffie

Texte intégral

1Deuxième île de Chine après Taïwan par la ­superficie (32 000 km2) et peuplée aujourd’hui de plus de sept millions d’habitants, Hainan présente une telle hétérogénéité ethnolinguistique (populations Li, Cham, Miao, Chinois revenus d’Asie du Sud-Est, etc.) qu’elle devrait constituer un terrain privilégié pour les ­historiens, les anthropologues et les linguistes de l’Asie du Sud-Est et de l’Asie de l’Est.

2Excentrique par sa position géographique aux confins de l’empire chinois, Hainan ne fut pas aussi marginale que le suggère son passé de terre d’exil et de déportation et elle semble même avoir joué un rôle de relais de première importance entre la Chine du Sud et l’Asie du Sud-Est. C’est sur ces bases que les professeurs Roderich Ptak et Claudine Salmon ont organisé ce colloque à l’Institut für Ostasienkunde de la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich, réunissant un groupe de chercheurs, presque essentiellement allemands et français, spécialistes de la Chine et de l’Asie du Sud-Est.

3Au début de la première journée, Peter Ganea, un juriste et économiste spécialiste des brevets industriels, parla du développement économique actuel de Hainan, montrant les limites de ce que l’on a pu appeler « le modèle Hainanais ». Dans la seconde session, concernant l’archéologie et l’histoire ancienne, Thomas Höllmann, un collègue de Roderich Ptak, et Madame Shing Müller de l’Institut für Ostasienkunde, semblent avoir fait la meilleure utilisation possible des rares sources disponibles sur l’histoire de Hainan jusqu’au ve siècle.

4Dans l’après-midi, sur le thème « Hainan, vu des autres », Isabel Tavares Mourão, chercheur au Centro de História de Além-Mar de la Nouvelle Université de Lisbonne, présenta la vision qu’eurent de Hainan les grands voyageurs portugais des xvie et xviie siècles. Puis le professeur Nguyên Thê Anh montra ce que les sources vietnamiennes pouvaient apporter à la connaissance de l’histoire de Hainan et des marchands hainanais commerçant ou résidant au Viêt-nam. Soulignant, lui aussi, la difficulté de trouver des informations sur cette présence hainanaise au Viêt-nam, il réussit néanmoins à en dresser un premier tableau des plus intéressants.

5La communication, qui n’aurait pas manqué d’intérêt, de Manuel Vermeer sur la représentation de Hainan dans les cartes anciennes n’ayant pu être donnée, Angela Schottenhammer, de Hambourg, présenta la sienne en fin de journée, sur les relations politiques et économiques de Hainan avec la Chine des Song (xie-xiiie siècles). La quantité des sources utilisées, même si elles permettent rarement de répondre directement aux questions que le chercheur se pose, laisse rêveur le spécialiste de l’Asie du Sud-Est.

6Le lendemain, Roderich Ptak, pour conclure sur Hainan proprement dite, présenta les relations extérieures de Hainan au début de la dynastie Ming, de Hongwu (1368-1398) à Hongzhi (1424-1425). Ici encore, si la période couverte est plus réduite, la quantité et la diversité des sources consultées sont phénoménales.

7La communication de Claudine Salmon, sans conteste la plus aboutie et, de fait, la première en langue occidentale sur la diaspora hainanaise en Asie du Sud-Est, utilisa la quasi-totalité des sources disponibles, aussi bien en chinois qu’en langues occidentales. Après des articles sur les Hainanais de Bali et de Malaisie (l’un publié et l’autre à paraître, tous deux dans Archipel), ce troisième texte, prêt à publier, constitue une remarquable synthèse, dont on souhaiterait avoir l’équivalent pour les autres groupes ethnolinguistiques des Chinois de la diaspora sud-est asiatique.

8L’auteur de ces lignes, plus modestement, montra pourquoi les Hainanais de Thaïlande, promis aux plus hautes responsabilités dans les secteurs de l’économie, de la politique et de l’enseignement, paraissent peu enclins à investir au pays de leurs ancêtres.

9Les communications ont été présentées en anglais, tous les intervenants n’étant pas capables de prendre la parole en allemand et en français, mais les textes seront publiés dans l’une de ces deux langues dans la collection de l’Institut für Ostasienkunde en 2001.

10Ce « mini-colloque », né de la complicité de deux éminents chercheurs, est à bien des égards exemplaire de ce que devrait être la coopération entre deux pays européens et fait honneur à la sinologie et à l’orientalisme européens. L’accueil du professeur Ptak, de ses collègues Thomas Höllmann et Hans van Ess et du personnel de l’Institut alla bien au-delà de ce que l’on était en droit d’attendre.

11Un mot, enfin, sur cette superbe ville de Munich, ses musées, sa fameuse Alte Pinakothek, ses rues piétonnes, sa Marienplatz, ses nombreuses librairies et ses bibliothèques – la Bayerische Staatsbibliothek possède un fonds d’ouvrages en langue chinoise parmi les plus complets d’Europe. Il reste encore beaucoup à dire sur Hainan (celle de la dynastie mandchoue, de la République, de la période communiste) et la diaspora hainanaise dans le monde et il faudra, dans quelques années, envisager un second colloque, qui devrait se tenir en France, cette fois, et pourquoi pas à Marseille  ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Baffie, « Hainan : relais entre la Chine du Sud et l’Asie du Sud-Est ? Hainan : Brücke zwischen Südchina und Südostasien ? »Moussons [En ligne], 2 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5714

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals