Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Peter A. Jackson et Nerida M. Cook (éd.), Genders and Sexualities in Modern Thailand

Chiang Mai, Silkworm Books, 1999, 289 p.
Jean Baffie
Référence(s) :

Peter A. Jackson et Nerida M. Cook (éd.), Genders and Sexualities in Modern Thailand, Chiang Mai, Silkworm Books, 1999, 289 p.

Texte intégral

1Avec l’accroissement du nombre de spécialistes des études sur la Thaïlande, il est évident que des champs de recherche jusqu’ici largement ignorés deviennent l’objet de travaux de terrain et de réflexions de plus en plus élaborées. Il y a également un redéploiement des thèmes de recherche. Les recherches classiques relevant de l’histoire politique, de l’ethnologie religieuse, de la sociologie rurale et de l’étude des minorités ethniques, par exemple, avaient un ancrage évident dans cette nébuleuse d’événements allant de l’arrivée des Communistes au pouvoir en Chine continentale en 1949 jusqu’à la guerre américaine au Viêt-nam, qui ne prit fin qu’en 1975. La théorisation était alors largement déficiente. Les éléments « à risque » de la société thaïe étaient problématisés et leur étude devait assurément déboucher sur de la science appliquée.

  • 1 Postmodernisme qui n’est lui-même qu’une de ces approches « post-quelque-chose » – post-coloniali (...)

2On sait que les études de genre (gender studies), qui recouvraient à l’origine presque essentiellement les études féministes, connaissent un grand essor dans les pays anglo-saxons depuis le début des années 1980. Elles participent de cette mouvance que l’on désigne généralement par « courant post-moderniste  » ou simplement postmodernisme1. Au moment où cette approche pouvait commencer à s’essouffler, elle a réussi à attirer vers elle des champs nouveaux ou pas encore très institutionnalisés, comme celui de l’homosexualité (surtout masculine), de la prostitution, du SIDA, voire, dans un domaine déjà très différent, celui du transnational.

  • 2 On peut regretter que l’ouvrage publié sous la direction de Virada Somswadi et Sally Theobald, Wo (...)

3Depuis 1990, plusieurs ouvrages, généralement des recueils d’articles, ont été publiés sur le thème « genres et sexualité en Asie du sud-est », mais celui-ci est l’un des tout premiers qui soient entièrement consacrés à la Thaïlande2. Les quinze contributions couvrent des domaines variés : la sexualité des adolescents dans le nord-est, les femmes et le capitalisme dans un village de cette même région, les articulations entre ethnicité, classe et genre chez les Chinois de Thaïlande, la prostitution (trois articles au moins), le pronom « je », le discours féministe dans la littérature du début du xxe siècle, le genre, la sexualité et le nationalisme sous le règne de Rama VI (1910-1925), le SIDA, les homosexuels et les transsexuels, le bouddhisme comme facteur explicatif, la relation entre genre et nationalisme depuis 1932. Elles sont également très différentes dans leur nature. Certains auteurs se contentent de faire l’analyse de quelques textes (romans, nouvelles, récits de voyage, publications d’anthropologues, textes de sites Internet) ; d’autres exploitent surtout des données recueillies dans des entretiens ou par questionnaires ; d’autres encore, comme P. Jackson sur les « gays », exploitent la presse quotidienne ou hebdomadaire et, surtout, leurs propres travaux antérieurs. Signalons l’originalité de l’article de Voravudhi Chirasombutti et A. Diller sur « je » en langue thaïe.

4Pour qui étudie les Chinois de Thaïlande, la contribution de Jiemin Bao, professeur d’anthropologie à l’Université du Nevada à Las Vegas, mérite une attention toute particulière. Le Chinois – et pas seulement le chin kao, l’immigrant de première génération – tend à considérer l’homme thaï comme paresseux et irresponsable et la femme thaïe ­surtout comme sexy et attirante. Son épouse chinoise ayant pour fonctions la reproduction et la gestion du quotidien, le chef de famille chinois a toute liberté de prendre des maîtresses thaïes et de fréquenter les maisons de prostitution. Les autres articles évitent de parler des Chinois ou de cette société sino-thaïe habillée à l’occidentale, qui est en train de se développer sous nos yeux. Certes, lorsqu’il est question de main d’œuvre ouvrière ou de SIDA, c’est malheureusement bien encore la culture thaïe qui peut fournir les clés pour une meilleure compréhension des phénomènes, mais les décisions sont le plus souvent prises par des Thaïlandais (médecins, dirigeants d’entreprises, politiciens, juges) issus de familles d’origine chinoise et qui, pour certains, sont sans doute en voie de resinisation.

5Plusieurs des auteurs ont pour objectif de remettre en cause des clichés et des idées reçues et acceptées sans critique parce que ceux qui les ont émises occupent encore des places dominantes dans les institutions universitaires. Ainsi, Jackson prend soin de bien distinguer les katoey (transsexuels), relativement bien acceptés par les Thaïs, des homosexuels plus classiques, dont on ne parle ouvertement que depuis les années 1960 et qui n’ont jamais eu très bonne presse. N. Tannenbaum montre les limites du bouddhisme comme facteur explicatif de la prostitution et des relations entre les sexes. Ayant mené des recherches de terrain chez les Shans du nord du pays, elle souligne le peu d’intérêt que représente une simple lecture des textes bouddhistes sans contextualisation. R. Harrison dégage des écrits littéraires de femmes thaïes une image moins stéréotypée de la prostituée. Dans leurs deux articles collectifs, Chanpen Saeng-tienchai, J. Knodel, M. Van Landingham, Pramual-ratana et R. Luca montrent les changements en cours dans la société thaïe en matière de sexualité, notamment après l’explosion de la pandémie du SIDA : baisse de la fréquentation des prostituées, attitudes différentes des épouses.

6Si la prostitution est un thème récurrent dans l’ouvrage, les auteurs oublient de signaler qu’il n’existe pas à ce jour de réelle histoire de la prostitution en Thaïlande. Quelques indications, souvent en introduction d’articles ou de livres sur la prostitution contemporaine, sont loin de couvrir l’ensemble de la question. Le postmodernisme, d’une certaine manière, incite à la théorisation, même dans des domaines où le travail de fond – dans les archives, les textes anciens et les récits de voyageurs – reste à terminer.

7Il est également regrettable que l’on ne trouve pas de contribution sur l’idée d’amour chez les Thaïs. Qu’il s’agisse de sentiment ou d’amour ­physique, c’est pourtant le thème central de l’ouvrage, et il est bien rare qu’un des articles ne fournisse pas des éléments intéressants pour mieux saisir les différences qu’il pourrait y avoir avec l’amour tel qu’on le conçoit en Occident. Le verbe rak (aimer) devrait être rapproché de raksa, quelquefois simplement écrit raks, le « so rusi » étant rendu muet. Or raksa est bien loin de renvoyer à l’amour romantique ou à la passion amoureuse : ce verbe a le sens de « assurer le confort matériel », « préserver une stabilité financière », et même « prendre soin de » et « soigner » dans l’expression raksaphayaban. Relativement bien traité en Occident par les historiens traditionnels, l’amour-sentiment a été négligé dans les études thaïes. Mais plusieurs auteurs de Genders and Sexualities, visiblement agacés du fait que leurs aînés ont longtemps présenté le « cas thaï » comme trop original pour entrer dans les schémas classiques (cf. Tannenbaum, pp. 242-243) ne cherchent les spécificités thaïes que dans les domaines habituellement traités par les auteurs se réclamant des gender studies et du postmodernisme (sexualité, prostitution, corps).

  • 3 « thurakit nut kap khwamsamphan choengamnat ­thangphet nai sangkhom thai » [Le commerce du nu et (...)

8Dans son texte de conclusion, Penny Van Esterik propose un modèle, basé sur le corps, de l’identité des relations de genres chez les Thaïs (Thai gender identity). Il ne manque pas d’intérêt, mais le lecteur réalise alors qu’il été bien peu question du corps dans les quatorze contributions précédentes. Ce livre aurait pu être l’occasion de présenter, en version anglaise, l’article de Somsuk Hinviman et Werawat Amphansook3 sur le commerce de la nudité en Thaïlande, même s’il est loin de couvrir le sujet, car les Thaïlandais (et pas seulement les citadins de sexe masculin) sont de grands amateurs d’images (photos, vidéo, films) de corps nus de femmes (et quelquefois d’hommes).

  • 4 Patpong Sisters. An American woman’s view of the Bangkok sex world, New York, Arcade Publishing, (...)

9Plusieurs des auteurs de ce recueil semblent tourmentés par le livre de Cleo Odzer sur le quartier chaud de Patpong à Bangkok4. Tiré d’une thèse de doctorat en anthropologie, le livre de souvenirs de cette jolie blonde, écrit à la première personne, mélange travail ethnographique et vie privée, avec des allusions directes à la vie sexuelle de l’auteur sur le terrain. Ce style fera-t-il école ? C’est sans doute en réaction à Cleo Odzer – dont le livre et le site Internet connaissent un grand succès – que, dans les dernières pages du livre recensé ici, Van Esterik se présente sur un ton provocateur : « Je ne suis pas thaïe, ni mariée à un Thaï. Je suis canadienne… Je suis une femme de la classe moyenne – universitaire, anthropologue, WASP, et hétérosexuelle, monogame, et probablement frustrée (mais avec une imagination développée) ».

  • 5 < www. silkwormbooks. com >.

10Quelques mots, pour terminer, sur la maison d’édition Silkworm Books qui, à Chiang Mai, s’est spécialisée dans la publication d’ouvrages de chercheurs sur la Thaïlande et l’Asie du Sud-Est. Dans un pays où tout, ou presque, semble se faire à Bangkok, Silkworm Books est la preuve que les choses commencent à changer, par la volonté d’individus dynamiques et avec l’aide des technologies nouvelles : l’on peut désormais passer commande par Internet5.

Haut de page

Notes

1 Postmodernisme qui n’est lui-même qu’une de ces approches « post-quelque-chose » – post-colonialisme, post-nationalisme…

2 On peut regretter que l’ouvrage publié sous la direction de Virada Somswadi et Sally Theobald, Women, Gender Relations and Development in Thai Society (Chiang Mai, Women’s Studies Center, Faculty of Social Sciences, 1997, 2 vols., xxv + 620 p.), ne soit pas mentionné. Les vingt-deux contributions à cet ouvrage furent présentées à la Sixième Conférence Internationale des Études Thaïes, à Chiang Mai (14-17 octobre 1996). Plus de la moitié sont signées par des universitaires thaïs. Parmi les auteurs ­occidentaux, seules Thamora V. Fishel et Rachel Harrison ont également contribué à Genders and Sexualities.

3 « thurakit nut kap khwamsamphan choengamnat ­thangphet nai sangkhom thai » [Le commerce du nu et les relations de pouvoir entre les sexes dans la société thaïe], in V. Somswadi et S. Theobald (éds), pp. 399-422.

4 Patpong Sisters. An American woman’s view of the Bangkok sex world, New York, Arcade Publishing, Blue Moon Books, 1994, 313 p.

5 < www. silkwormbooks. com >.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Baffie, « Peter A. Jackson et Nerida M. Cook (éd.), Genders and Sexualities in Modern Thailand »Moussons [En ligne], 2 | 2000, mis en ligne le 16 janvier 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5814

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals