Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35In memoriamQuang Po Dharma (1945-2019)

In memoriam

Quang Po Dharma (1945-2019)

Figure majeure du renouveau des études sur le Champa en France et éminent promoteur de la culture chame
Jean Baffie
p. 7-15

Texte intégral

  • 1 On ne peut éviter la comparaison entre les troupes chames de Lès Kosem au Cambodge avec le rôle jou (...)

1Le parcours de Po Dharma fut en tout point exceptionnel. Il semblait avoir eu plusieurs vies. Il faisait régulièrement allusion, avec une réelle nostalgie, à ses aventures de capitaine dans l’armée du maréchal Lon Nol au Cambodge, de 1969 à 1972, quand la redoutable 5e brigade d’infanterie spéciale des Chams dirigée par le colonel (puis général) Lès Kosem (?-1976) – Po Nagar de son nom de guerre – né au Viêt Nam dans la même province que Po Dharma, passait pour être le dernier rempart face à l’agression communiste1.

  • 2 Musulmans, même s’ils se distinguaient parfois par une pratique peu orthodoxe, les Chams du Cambod (...)

2À vingt ans, après avoir passé six mois dans les prisons des Sud-Vietnamiens qui le soupçonnaient – à tort – d’appartenir au Fulro (Front unifié de lutte des races opprimées), il quitta son village à pied pour se rendre au Cambodge et s’enrôler dans l’armée. Les forces chames, relativement peu nombreuses – et, au départ, équipées d’uniformes récupérés (dérobés parfois) à droite et à gauche – mais composées de combattants déterminés, devinrent les seules réellement craintes des Khmers rouges et de leurs sympathisants, d’où sans doute la répression féroce que les Chams eurent à subir après 19752.

  • 3 Présenté à Hanoi lors d’un colloque tenu en 1994, après un terrain réalisé l’année précédente, ce (...)

3Le jeune Quảng Văn Đủ (Po Dharma fut d’abord un « nom de guerre ») était né en 1945 au Viêt Nam dans une famille d’esclaves (pour dettes vis-à-vis de Vietnamiens) du village de Chất Thường (Palei Baoh Dana pour les Chams), dans le district de Ninh Phước de la province côtière de Ninh Thuận, le centre de ce qui avait été la principauté chame du Pāṇḍuraṅga. Dans un texte publié en 20013 Po Dharma précisait que dans les deux provinces côtières de Ninh Thuận et Binh Thuận se trouvaient plus de 50 000 Chams, les deux tiers se considérant comme brahmanistes et le dernier tiers pratiquant un islam « très peu orthodoxe » (Po Dharma 2001 : 261). Son village était très isolé et sa famille nombreuse et extrêmement pauvre. Il aimait raconter comment, lorsqu’il vit la première automobile entrer dans son village, il fut ébloui par cet engin et se promit d’en maîtriser un jour la mécanique. Ce qu’il ne manqua pas de faire quand l’occasion se présenta. Lorsque l’on partait en voiture avec Po Dharma, même à la saison des pluies, ce qui m’arriva à diverses reprises en Thaïlande aux cours des années 1988-1995 (une époque où on roulait encore sans assurance), il était à peu près assuré que rien de bien grave ne pouvait arriver.

  • 4 Le père Moussay avait fondé en 1969 un Centre culturel Cam à Phanrang qui, après deux années d’eff (...)

4Gravement blessé à Kompong Cham dans une bataille contre des troupes nord-vietnamiennes, Po Dharma fit un long séjour à l’hôpital, période où il fit la connaissance des deux chercheurs français dont le rôle allait être crucial dans sa vie. Le père Gérard Moussay (1932-2012), devenu un fin connaisseur de la culture chame durant son séjour au Viêt Nam (1958-1975), lui fit, semble-t-il, obtenir, en 1972, une bourse de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO) pour étudier en France4. Mais, au moins autant qu’au père Moussay, c’est au professeur Pierre-Bernard Lafont (1926-2008) que revient le mérite d’avoir « découvert » Po Dharma.

  • 5 Il rejoignit naturellement l’équipe de chamisants que P.-B. Lafont avait déjà constituée dans le b (...)
  • 6 Avant de s’orienter plutôt vers l’archéologie et l’étude de l’Indonésie P.-Y. Manguin, recruté par (...)
  • 7 Fin 1994, un autre groupe de chercheurs spécialistes de l’Asie du Sud-Est, à l’initiative d’Emmanu (...)

5Auteur en 1964 d’un premier article sur les structures sociales des Chams du Viêt Nam, P.-B. Lafont avait décidé dès 1969 de relancer les études chames en France. Alors très influent, aussi bien à l’EFEO qu’à l’EPHE et qu’au CNRS, il fut contacté par le général cham Lès Kosem qui lui demanda d’accueillir Po Dharma à Paris. P.-B. Lafont l’intégra d’emblée dans son équipe de chamisants, puis lui permit de devenir d’abord collaborateur technique de l’EFEO en 1976, puis membre à part entière à partir de 19825. Autour de P.-B. Lafont se trouvaient déjà le père Gérard Moussay, Pierre-Yves Manguin6 et Claude Jacques (1929-2018), épigraphiste alors surtout connu pour ses travaux sur le khmer ancien, pour lesquels il se présentait volontiers comme l’héritier de Georges Cœdès7.

6Po Dharma avait pris contact avec moi à la fin des années 1980 alors que j’avais déjà largement avancé mon étude des Chams-Malais de Bangkok, entreprise dans le cadre du « Projet Mahidol », initié par Georges Condominas, alors grand rival du professeur Lafont. Po Dharma souhaitait surtout que je le conduise dans l’ancienne capitale d’Ayutthaya où se trouvaient encore des populations musulmanes qu’ils pensaient pouvoir être d’origines chames. Son espoir secret semblait même de réussir à mettre la main sur des manuscrits chams inconnus des chercheurs. Non sans difficultés, car, après la saison des pluies, le chemin de terre étant bien défoncé, nous pûmes arriver dans un de ces quartiers-villages de musulmans mais, même si les habitants affirmèrent ne pas être d’origines malaises, ils étaient bien incapables de dire d’où venaient leurs ancêtres.

  • 8 En fait, il était assez marginalisé du fait de son caractère passablement autoritaire. Par la suit (...)

7À Ban Khrua, mon terrain du quartier cham de Bangkok, j’avais eu quelques difficultés avec certaines personnalités du village. Un de ceux-ci, Monsieur Lek M., acceptait volontiers de parler de l’artisanat de la soie et des relations avec le célèbre entrepreneur américain Jim Thompson mais jamais de l’histoire du quartier ni de la question de l’origine ou de l’identité. Lorsque Po Dharma passa à Bangkok, il se rendit à Ban Khrua et rencontra ce personnage, le seul à parler encore suffisamment le cambodgien (car il avait beaucoup voyagé au Cambodge comme commerçant). Il se présenta même à Po Dharma comme le « chef du village » et ne manqua pas de faire allusion à ces chercheurs beaucoup trop curieux à son goût8.

8À partir de 1987-1988, alors qu’il était affecté à Kuala Lumpur pour ouvrir l’antenne de l’EFEO, nos rencontres furent plus fréquentes. Accompagné de Michèle (Mimi), son épouse, il aimait venir à Bangkok pour décompresser et partager avec les amis quelques bons repas. De retour à Paris en 1993, Po Dharma devint maître de conférences à l’EHESS, mais retourna à l’antenne EFEO de Kuala Lumpur en 1999 où il demeura jusqu’en 2008.

  • 9 J’utilise la forme Champa et Cham que j’accorde en genre et en nombre car je considère que l’ethno (...)
  • 10 Po Dharma fut chargé des références en langue vietnamienne et Lafont de celles dans les autres lan (...)

9Le travail de Po Dharma fut d’abord de produire des outils et des données pour les chercheurs désirant se spécialiser dans l’étude des Chams et du Champa9. Son travail sur les inscriptions a donc été essentiel, en même temps qu’il était utile pour la rédaction de sa thèse. Il fut également incité à compiler un ouvrage de bibliographie qu’il signa avec Pierre-Bernard Lafont en 198910. En outre, lors de son long séjour en Malaisie, une partie de ses objectifs portait sur les sources indochinoises concernant le monde malais et sur les dialectes austronésiens. Les résultats furent notamment la publication d’un lexique malais du xviie siècle rédigé à partir de sept manuscrits chams ainsi que la rédaction d’un dictionnaire qui intègre six parlers austronésiens de la péninsule indochinoise et de la péninsule malaise. Enfin, il laisse inachevé un travail important sur les chroniques chames.

10Mais l’apport personnel de Po Dharma à l’étude du Champa et de son histoire est essentiel.

11Il a d’abord insisté sur la nature du « royaume du Champa », lequel était une fédération de principautés et non un État unitaire, comme beaucoup l’avaient écrit jusque-là.

12C’est notamment grâce à ses travaux sur le Pāṇḍuraṅga que l’on sait que ces principautés chames ne disparurent pas totalement en 1471 avec une invasion vietnamienne, comme cela était retenu jusque-là, mais que certaines continuèrent d’exister jusqu’en 1832.

13De même, et cela intéresse particulièrement les ethnologues, Po Dharma insistait beaucoup sur le caractère polyethnique de la population du Champa, qui devait inclure une grande partie des ethnies des montagnes. Pour cette raison, il préférait dire qu’il était incorrect d’écrire que les habitants du Champa étaient les Chams (ou Caṃ) mais proposait qu’on les nomme – comme pour le pays lui-même – les Champa (Campā).

14Enfin, Po Dharma ne s’est pas limité à étudier l’histoire du Champa des siècles précédents mais a contribué à faire connaître la situation des Chams de son temps, leur mobilisation au sein de mouvements indépendantistes ainsi que les difficultés rencontrées par ceux-ci après 1975 sous le régime communiste vietnamien et en diaspora.

  • 11 Également Cham du Viêt Nam et ancien du FULRO, Ngụy Văn Nhuân dit Nara Vija soutint en juin 1975 à (...)
  • 12 J’ai eu l’honneur de voir un de mes articles – disponible jusque-là uniquement en langue thaïe – t (...)

15La première publication de Po Dharma est un texte signé du Groupe de recherches Cam (le réunissant à G. Moussay, P.-B. Lafont, Nara Vija11) à propos de la translittération du cam (Groupe… 1977). Au total, il publia plus d’une soixantaine de livres et d’articles dont les plus importants sont mentionnés à la suite de cette notice. Il faut en outre signaler qu’il créa la revue Champaka en 1999 et en assura la parution au moins jusqu’au volume 14. Cette revue de langue vietnamienne (que ne peuvent donc pas lire les Chams du Cambodge et de Thaïlande, par exemple) sur l’histoire et la culture chames mériterait une bien plus grande diffusion12. Il n’est pas exclu qu’il ait été également l’auteur de quelques textes signés par P.-B. Lafont, souvent trop occupé à trouver des financements, à organiser des colloques, voire à réécrire des textes de membres de son équipe pour multiplier les recherches et les publications personnelles, que lui demandait par ailleurs son administration. La dernière synthèse sur le Champa publiée par P.-B. Lafont fin 2007, quelques mois seulement avant son décès (le 13 avril 2008), doit vraisemblablement beaucoup aux membres de son équipe, Po Dharma tout particulièrement.

16Po Dharma connaissait au moins six langues : le cham (ancien et moderne), le vietnamien, le cambodgien, le malais, l’anglais et le français, langue qu’il parlait toutefois avec un terrible accent qui rendait parfois une partie de ses propos difficile à saisir mais qu’il écrivait bien comme cela était le cas pour les autres langues. Sa maîtrise du malais, langue austronésienne (ou malayo-polynésienne) comme le cham, fut un atout essentiel dans son excellente intégration dans le milieu intellectuel de Malaisie, lors de ses deux séjours. En effet, dans l’impossibilité de retourner au Viêt Nam et au Cambodge, Po Dharma a surtout été en poste en Malaisie, pour des coopérations avec le ministère de la Culture, le musée national, l’université Malaya et l’université nationale, notamment pour un programme de l’EFEO lancé en 1987. Les 21-22 novembre 2000 il fut l’organisateur à Kuala Lumpur d’un des grands colloques de l’EFEO pour son centenaire.

17Po Dharma était en outre un militant, très actif pour défendre la culture chame, notamment en diaspora comme le montrent son activité dans le cadre de la revue Champaka et sa participation aux congrès chams à travers le monde, aux États-Unis en particulier. Sans doute même peut-on avancer qu’il commença cette défense de la culture chame dès sa période vietnamienne avant qu’il ne devienne officier de l’armée cambodgienne.

18Po Dharma avait pris sa retraite le 1er septembre 2016. En 2017, il quitta son domicile de Garges-lès-Gonesse, en région parisienne, pour s’installer près de Toulouse, région d’origine de son épouse. Il tomba gravement malade dès l’année suivante. Il est décédé le 22 février 2019. Le dimanche 17 mars 2019, au Seven Trees Community Center de San Jose, en Californie, une cérémonie commémorative en son hommage réunit plus de 300 délégués des associations chames des États-Unis. C’était la première fois qu’un événement de ce type était organisé. Po Dharma était célébré comme un héros du peuple cham (collectif 2020).

19Venant après celles de P.-B. Lafont en 2008, du père Moussay en 2012 et de C. Jacques en 2018, la disparition de Po Dharma marque la fin de cette brillante deuxième période des études chames en France. Il laisse certes un travail inachevé sur les chroniques chames. Cependant, dans l’ensemble, les études chames se portent plutôt bien aujourd’hui si l’on fait le compte des jeunes chercheurs – français ou formés en France – qui ont choisi ce terrain. Même si les noms de tous ne me sont sans doute pas connus, il est important de citer au moins (par ordre alphabétique) Pierre-Emmanuel Bachelet, Agnès de Féo, Thérèse Guyot-Becker, Amandine Lepoutre, Nguyen Dang Anh Minh, Nguyen Quoc-Thanh, Anne-Valérie Schweyer, Emiko Stock, Nicolas Weber. Mais cette dynamique va bien au-delà des seules études francophones ; plusieurs importants ouvrages collectifs de langue anglaise ont été publiés sur le Champa cette dernière décennie. Un livre publié sous la direction de Trần Kỳ Phương et Bruce M. Lockhart en 2001réunissait 17 spécialistes de sept pays (Trần & Lockhart 2001), et le plus récent ne date que de 2019 (Griffiths, Hardy & Wade 2019). La voie que Po Dharma a largement contribuée à ouvrir n’est pas près de se refermer.

Haut de page

Bibliographie

BAFFIE, Jean, 1999, « Ban Khrua ở Bangkok : Khu vực người Chăm đày kỷ niệm trong quá khứ và đầy hứa hẹn tương lai » (Ban Khrua à Bangkok, le quartier historique des Chams de Bangkok a encore de l'avenir), Champaka, Studies on the History and Civilization of Champa, n°l, p. 77-84. Traduction par Po Dharma. Article paru en thaï en août 1992 dans Sinlapa-Watthanatham.

Collectif, 2020, Champaka, 15 (janvier), volume spécial consacré à Po Dharma.

HARDY, Andrew & PERRET, Daniel, 2019, In memoriam Po Dharma Quang, URL : https://www.efeo.fr/base.php?code=963.

GRIFFITHS, Arlo, HARDY, Andrew & WADE, Geoff, 2019, Champa Territories and Networks of a Southeast Asian Kingdom, Paris : EFEO, Études thématiques n° 31

GROUPE DE RECHERCHES CAM [G. Moussay, P.-B. Lafont, Nara Vija et Po Dharma], 1977, « Études cam I : Essai de translittération raisonnée du cam », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, LXIV : 243-255.

LAFONT, Pierre-Bernard, 1964, « Contribution à l'étude des structures sociales des Cham du Viêt-Nam », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient , LII-1 : 157-171.

LAFONT, Pierre-Bernard, 2007, Le Campā. Géographie. Population. Histoire, Paris : éditions Les Indes Savantes.

LAFONT, Pierre-Bernard & PO DHARMA, 1989, Bibliographie Campā et Cam, Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches Asiatique, Travaux du Centre d’histoire et civilisation de la Péninsule indochinoise ».

MANGUIN, Pierre-Yves, 1972, Les Portugais sur les côtes du Viêt-nam et du Campâ. Études ur les routes maritimes et les relations commerciales, d’après les sources portugaises (16e, 17e, 18e siècles), Paris : Publications de l’EFEO LXXXI.

MANGUIN, Pierre-Yves, 1979, « L’introduction de l’Islam au Campa », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, LXVI : 255‑287.

MOUSSAY, Gérard, 1971, « Coup d’œil sur les Căm d’aujourd’hui », Bulletin de la société des études indochinoises, 3 : 361-370.

PO DHARMA QUANG, Michèle, 2020, Entretien téléphonique le 03/03/2020.

TRẦN Kỳ Phương & LOCKHART, Bruce M., ed., 2001, The Cham of Vietnam. History, Society and Art, Singapour : NUS Press.

Haut de page

Annexe

La bibliographie de base sur les études chames reste l’ouvrage de P.-B. Lafont et Po Dharma publié en 1989. Une bibliographie plus récente des études chames est disponible à http://www.champapura.fr/​mediatheque/​bibliographie.html et pour les inscriptions à https://isaw.nyu.edu/​publications/​inscriptions/​campa/​bibliography/​. Je reprends ici les publications en langue française les plus importantes. Les vietnamisants trouveront aisément les publications en langue vietnamienne de Po Dharma, notamment celles incluses dans la revue Champaka.

1981 : Complément au catalogue des manuscrits cam des bibliothèques françaises, Paris : Publications de l’École française d’Extrême-Orient CXXXIII.

1981 : « Notes sur les Caṃ du Cambodge  », Seksa Khmer, 3-4 (décembre) : 161-183.

1982 : « Notes sur les Caṃ du Cambodge : religion et organisation », Seksa Khmer, 5 : 103-116.

1982 : « Notes on Cham literature », Shiroku, 15 : 46-47.

1983 : « Études cam. V. A propos de l’exil d’un roi cam au Cambodge », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient Tome LXXII : 253-266.

1983 : « Les Cam », in Introduction à la connaissance de la Péninsule indochinoise, Paris : Travaux du Centre d’histoire et civilisations de la Péninsule indochinoise, p. 125-130.

1987 : Le Pāṇḍuraṅga (Campā), 1802-1835, ses rapports avec le Vietnam, Paris : Publications de l’École française d’Extrême-Orient, 149, 2 vols.

1988 : « État des dernières recherches sur l’absorption du Campā par le Vietnam », Actes du séminaire sur le Campa organisé à l’université de Copenhague le 23 mai 1987, Paris : Travaux du Centre d’histoire et civilisations de la Péninsule indochinoise, p. 59-70.

1989 : « Les frontières du Campā (Dernier état des recherches) », in Les frontières du Vietnam (Histoire des frontières de la Péninsule Indochinoise), P.-B. Lafont, éd., Paris : L’Harmattan, p. 128-135.

1989 : « Peranan Kelantan dalam pergerakan Islam du Campa 1833- 1834 », Warisan Kelantan, VIII : 79-88.

1990 : « Deux princes malais au Campa. Leur rôle dans la vie socio-politique et religieuse de ce pays », in Le Monde indochinois et la Péninsule malaise, Kuala Lumpur : Contributions de la Délégation française au Deuxième Congrès international sur la civilisation malaise organisé par le ministère de la Culture et du Tourisme de Malaisie, p. 19-27.

1991 : « Le Déclin du Campā entre le xvie et le xixe siècle », Le Campā et le monde malais. Actes de la Conférence internationale sur le Campā et le Monde Malais organisée à l’Université de Californie, Berkeley, 30-31 août 1990, Paris : Publications du Centre d’Histoire et Civilisations de la Péninsule Indochinoise, p. 47-63.

1991 : « Le FULRO : moment de l’histoire ou tradition de lutte des peuples du Sud du Champa » Deuxième symposium franco-soviétique sur l’Asie du Sud-Est, p. 270-277.

1992 : « Études Cam VI. Note sur six lexiques malais-cam se trouvant dans les bibliothèques françaises », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, LXXIX-1 : 265-268.

1997 : « Survol de l’histoire du Campa depuis le iie siècle », Le Musée de sculpture cam de Da Nang, Paris : AFAO-EFEO, p. 39-55.

1999 : Quatre lexiques malais-cam anciens, rédigés au Campā, Paris : Publications de l’École française d’Extrême-Orient.

2000 : « L'Insulinde malaise et le Campā », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, LXXXVII-1 : 339-381.

2001 : « État du patrimoine culturel immatériel dans les deux provinces de Ninh Thuan et Binh Thuan », in Diversité culturelle au Viet Nam : enjeux multiples, approches plurielles. Actes du colloque sur la sauvegarde et la promotion du patrimoine immatériel des ethnies minoritaires du Viet Nam (Hanoi, 1994), Oscar Salemink, éd., Paris : Éditions UNESCO, coll. « Mémoire des peuples », p. 261-264.

2003 : « Le Campā dans le chapitre XIV de la “Version Raffles, Ms 18” du Sejarah Melayu », in Péninsule indochinoise et Monde malais (Relations historiques et culturelles), Po Dharma & Mak Phoeun, éd., Kuala Lumpur : Ministry of Culture, Arts and Tourism, Malaysia-École française d’Extrême-Orient. Actes du Colloque organisé à Kuala Lumpur les 21-22 novembre 2000, p. 109-126.

2003 : « L’idéologie de l’État vietnamien et les pratiques religieuses des Cam actuels de 1975 à 1988 », in Religions et États en Indochine contemporaine, Gilles Delouche, éd., Paris : Publications du Centre d’Histoire et Civilisations de la Péninsule indochinoise, p. 77-92.

2005 : Quatre lexiques malais-cam anciens rédigés au Campā, Paris : École française d’Extrême-Orient, hors-série.

Avec des co-auteurs

1976 : avec Nara Vija, « État des manuscrits caṃ (fonds de l’EFEO) », in Actes de XXIXe Congrès international des Orientalistes. Asie du Sud-Est continentale, Paris : L’Asiathèque, II : 136-140.

1977 : avec P.-B. Lafont & Vija Nara, Catalogue des manuscrits cam des bibliothèques françaises, Paris : École française d’Extrême-Orient. Publications de l’École française d’Extrême-Orient, vol. CXIV.

1984 : avec Mak Phoen, « La première intervention militaire vietnamienne au Cambodge (1658-1659) », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, LXXIII : 285-318.

1988 : avec Mak Phoen, « La deuxième intervention militaire vietnamienne au Cambodge (1673-1679) », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, Tome LXXVII : 229-262.

1989 : avec P.-B. Lafont, Bibliographie Campā et Caṃ, Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », Travaux du Centre d’histoire et civilisations de la Péninsule indochinoise.

1997 : avec G. Moussay & Abdul Karim, Akayet Inra Patra, Kuala Lumpur : EFEO/Perpustakaan Negara Malaysia, collection des manuscrits cam, 1 et 2.

2000 : avec G. Moussay e& Abdul Karim, Nai Mai Mang Makah, Tuan Puteri dari Kelantan, Kuala Lumpur : EFEO/Kementerian Kebudayaan, collection des manuscrits cam, 3.

2000 : avec G. Moussay, La Princesse Qui Venait du Kelantan/Tuan Puteri Dari Kelantan, Paris : École française d’Extrême-Orient, Études Cam.

2003 : présentation avec Abdul Karim, Nicolas Weber & Majid Junos, Reproduction des manuscrits n°1 : contes, épopées, textes versifiés, Kuala Lumpur : Department of Museums and Antiquities-École française d’Extrême-Orient.

2003 : avec Mak Phoen, Péninsule indochinoise et Monde malais (Relations historiques et culturelles), Kuala Lumpur : Ministry of Culture, Arts and Tourism, Malaysia-École française d’Extrême-Orient, actes du colloque organisé à Kuala Lumpur les 21-22 novembre 2000.

2005 : avec Mak Phoen, « La troisième intervention vietnamienne au Cambodge (1679-1688) », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, XCII : 183-192.

2006 : avec la collaboration de Mak Phoeun, Du FLM au FULRO, une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris : éditions Les Indes Savantes, compte rendu Pierre-Emmanuel Bachelet, URL : https://indomemoires.hypotheses.org/​6464. Une version vietnamienne composait le volume 7 de la revue Champaka paru aux États-Unis en 2007.

Haut de page

Note de fin

1 On ne peut éviter la comparaison entre les troupes chames de Lès Kosem au Cambodge avec le rôle joué par les troupes hmong du général Van Pao, à la même époque, au Laos.

2 Musulmans, même s’ils se distinguaient parfois par une pratique peu orthodoxe, les Chams du Cambodge étaient en outre très mal vus d’un régime officiellement communiste et athée.

3 Présenté à Hanoi lors d’un colloque tenu en 1994, après un terrain réalisé l’année précédente, ce texte traduit peut-être la situation au début des années 1990.

4 Le père Moussay avait fondé en 1969 un Centre culturel Cam à Phanrang qui, après deux années d’effort, publia un Dictionnaire Căm-Vietnamien-Français puis s’attela à faire connaître la littérature classique chame (Moussay 1971 : 370).

5 Il rejoignit naturellement l’équipe de chamisants que P.-B. Lafont avait déjà constituée dans le but de relancer les études sur le Champa ancien, études qui avaient si bien démarré à partir de la seconde moitié du xixe siècle avec des figures comme Auguste Barth (1834-1916), Abel Bergaigne (1838-1888), Eugène-Marie Durant (1840-1904), Etienne-François Aymonier (1844-1929), Antony Landes (1850-1893), Antoine Cabaton (1863-1942), Louis Finot (1864-1935), Henri Parmentier (1871-1949), Georges Maspero (1872-1942), Marcel Ner (1888-1960), Jeanne Leuba (1882-1979), Georges Cœdès (1886-1969), Jean-Yves Claeys (1896-1979), puis Paul Mus (1902-1969), Juliette Baccot (1909-1993), R. A. Stein (1911-1999).

6 Avant de s’orienter plutôt vers l’archéologie et l’étude de l’Indonésie P.-Y. Manguin, recruté par l’EFEO en 1970, avait contribué aux études chames avec un article sur l’introduction de l’islam et un ouvrage sur les sources portugaises (Manguin 1972, 1979).

7 Fin 1994, un autre groupe de chercheurs spécialistes de l’Asie du Sud-Est, à l’initiative d’Emmanuel Guillon, Jacques Népote (1943-2006) et Marie-Sybille de Vienne, créa la Société des amis du Champa ancien (SACHA) sous le patronage de Jean Boisselier (1912-1996) et d’Albert Le Bonheur (1938-1996). Au départ, du moins, leur intérêt semblait être plutôt l’étude de l’art cham. C’est de fait au musée Cernuschi qu’ils organisèrent un colloque international des études chames les 14-15 octobre 2005 : « Les études cham : approches traditionnelles et nouvelles tendances ». Fonctionnant plus comme une « société savante » l’association annonçait 78 membres en 2001 mais cessa ses activités en 2011.

8 En fait, il était assez marginalisé du fait de son caractère passablement autoritaire. Par la suite, il se présenta pour être imam, mais fut battu.

9 J’utilise la forme Champa et Cham que j’accorde en genre et en nombre car je considère que l’ethnonyme peut être francisé (comme Khmer, Thaï, etc.) comme le conseillait Georges Condominas. Plus scrupuleux, Po Dharma et les chercheurs chamisants de son équipe préféraient utiliser les formes Caṃ et Campā laissées invariables.

10 Po Dharma fut chargé des références en langue vietnamienne et Lafont de celles dans les autres langues. Signalons que, sachant que j’avais commencé l’étude des Chams de Thaïlande, ce dernier me demanda de lui faire une liste des références en langue thaïe concernant entièrement ou très largement les Chams et le Champa. Il en retint une dizaine.

11 Également Cham du Viêt Nam et ancien du FULRO, Ngụy Văn Nhuân dit Nara Vija soutint en juin 1975 à la IVe section de l’École pratique des hautes études (EPHE) une thèse intitulée « Une épopée classique cam : Inrâ Patrà. Présentation, texte et traduction annotée » sous la direction de P.-B. Lafont. Anglophone, il s’installa en Californie fin 1978 et devint traducteur-interprète sous le nom de Louis Nguy.

12 J’ai eu l’honneur de voir un de mes articles – disponible jusque-là uniquement en langue thaïe – traduit par Po Dharma dans le volume inaugural de Champaka (Baffie 1999). Cette revue, basée à San Diego en Californie, symbolise le dynamisme de la diaspora chame dans le monde et aux États-Unis tout particulièrement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Quang Po Dharma (1945-2019) »Moussons, 35 | 2020, 7-15.

Référence électronique

Jean Baffie, « Quang Po Dharma (1945-2019) »Moussons [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 13 août 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.5985

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search