Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35In memoriamIn memoriam Gilles Delouche, แก่ ...

In memoriam

In memoriam Gilles Delouche, แก่ ศาสตราจารย์ ดร. ชิลล์ เดอลูช

Louise Pichard-Bertaux et Jean Baffie
p. 17-24

Texte intégral

Soutenance de thèse L. Pichard-Bertaux, 13/12/2004, Inalco, Paris

Photo : Bruno Bertaux.

1Le décès de Gilles Delouche (ชิลล์ เดอลูช en thaï), figure dominante dans le champ des études thaïes en France, est survenu le dimanche 19 janvier 2020 dans sa ville de résidence d’Épinay-sur-Seine. Il avait 71 ans. Il est peu de dire qu’il laisse dans ce domaine comme dans la mémoire de ces étudiants et de ses collègues un vide qu’il sera bien difficile de combler.

2Gilles Delouche était né le 3 août 1948 à Orléans (Loiret). Il fit ses études secondaires dans une institution jésuite puis entra à l’université de Poitiers d’où il sortit à vingt ans avec l’équivalent d’une maîtrise en histoire et une autre en droit. Il était « programmé pour devenir avocat », raconte-t-il. Mais cela ne le passionnait guère. Dans le long entretien qu’il donna en 2004 il explique qu’il demanda alors à son père s’il pouvait se lancer encore dans des études « totalement inutiles », selon son expression. Son père ayant répondu par l’affirmative il décida de s’inscrire aux Langues’O à Paris. Il procéda alors par élimination pour ne retenir que deux langues : le birman et le thaï, mais comme, en ce temps-là, les séjours en Birmanie ne pouvaient excéder 24 heures, il se décida pour le thaï. Inscrit dès la rentrée 1968, son premier cours n’eut finalement lieu qu’en janvier 1969. Son professeur, Jacqueline de Fels (1924-1986), fut alors si convaincante pendant l’heure et demie que dura ce premier cours qu’il fut d’emblée absolument conquis. Il avait trouvé sa voie. Pour approfondir ses connaissances il suivit parallèlement des cours de sanscrit à l’université Paris III et de pâli à l’École pratique des hautes études. Deux ans plus tard, son diplôme de thaï en poche, il décida d’aller en Thaïlande pour se perfectionner dans cette langue. La chance voulut que la sœur d’une autre enseignante de l’Inalco, Wannee Pooput, fût professeur de français et que son université était à la recherche d’un enseignant français. Il se retrouva à l’université Silpakorn de Nakhon Pathom, où il resta finalement 17 ans.

3Il revint rapidement à Paris en 1978 pour s’inscrire en doctorat. Solange Thierry lui proposa de diriger sa thèse et lui demanda d’assurer pour une année un enseignement d'histoire et de civilisation au sein de l’Inalco. Lors de cette année de chargé de cours à l’Inalco, il fut à l’occasion requis par l’ambassade du Royaume de Thaïlande à Paris pour accompagner des personnalités de très haut rang et servir d’interprète au Dr Owat Suthiwat Narueput (โอวาท สุทธิวาทนฤพุฒิ), alors ambassadeur de Thaïlande à Paris.

4Il retourna donc en Thaïlande en 1980, pour revenir soutenir deux ans plus tard une thèse intitulée « Contribution à une hypothèse de datation d'un poème siamois, le Kamsuan Sriprat », et c’est tout naturellement vers lui que l’on se tourna en 1987 lorsqu’il fallut trouver un remplaçant à Jacqueline de Fels, décédée prématurément l’année précédente.

5In fine, il fut professeur de langue et littérature siamoises à l’Inalco de 1987 jusqu’à sa retraite en 2014. Il était le spécialiste incontesté de la littérature siamoise classique (jusqu’au xixe siècle) mais publia également de nombreux articles importants sur l’histoire ancienne du Siam ainsi que quelques-uns relevant plus de la sociologie. Ses enseignements portaient sur l'initiation à la syntaxe et sur la métrique du siamois et sur l’étude des œuvres classiques siamoises, des origines au xviiie siècle.

6Gilles Delouche était passionné par l’enseignement et la recherche, mais il usa également beaucoup d’énergie dans des tâches administratives. Après avoir fondé le service de formation continue de l’Inalco, il devient vice-président du conseil scientifique en 1997, puis occupa le prestigieux poste de président de l’Inalco de 2001 à 2005. Il convient également de mentionner sa contribution à l’URA 1075 « La Péninsule indochinoise d’hier et d’aujourd’hui : peuples et États », qui avait été fondé en 1975 par Pierre-Bernard Lafont sous le nom de Centre d’Histoire et Civilisations de la Péninsule Indochinoise, puis dirigée par Nguyen Thê Anh. Rattaché à la section 33 du CNRS, ce laboratoire était surtout composé d’historiens. En 1999, l’unité fut mise « en évolution » par le CNRS et Gilles Delouche dirigea pendant deux ans (2001-2002) la FRE 930 Asie du Sud-Est Continentale : peuples et contacts qui, après des départs en retraite, ne comptait plus que quatre statutaires dont trois CNRS. Outre ses fonctions à l’Inalco, il fut également membre de l’Observatoire du fait religieux (2004-2009) et de l’Observatoire de la laïcité (2003-2008).

7C’était un remarquable pédagogue, qui savait allier l’humour à l'explicitation la plus précise des particularités de la langue siamoise, très estimé de ses étudiants pour ses profondes connaissances de la Thaïlande, son écoute attentive et ses qualités humaines. Au fil des ans, il dirigea 28 thèses, 12 soutenues par des doctorants français, 12 par des Thaïlandais, 2 par des Laotiens, les deux dernières par un Vietnamien et un Roumain. Si beaucoup traitaient de langue et de littérature, ce n’était pas le cas de toutes : certaines abordaient des sujets politiques, économiques, religieux, etc.

8Après une première édition en 1988, Gilles Delouche a revisité sa Méthode de Thaï en deux volumes et une version plus moderne, accompagnée d’un CD, est parue en 2009. Dans l’entretien donné en 2004, Gilles Delouche explique qu’il n’y a pas de langue difficile, il n’y a que des langues que l’on a envie d’apprendre ou pas. Selon lui, la passion pour une langue, et au-delà, pour un pays et ses habitants, permet de surmonter toutes les difficultés rencontrées lors de son apprentissage. Dans le premier volume de sa Méthode de Thaï, Gilles Delouche a choisi de différer l’apprentissage de la lecture et de l’écriture en utilisant une transcription phonétique pour les sept premières leçons, les sept suivantes étant uniquement en caractères thaïs. Chaque leçon s’ouvre sur un dialogue thématique permettant d’acquérir du nouveau vocabulaire et est suivie par une explication syntaxique illustrée d’exemples et étayée par des exercices d’application. L. Pichard-Bertaux a utilisé cette méthode pendant les huit années où le thaï a été une option au Département des études asiatiques de Aix-Marseille Université (2010-2018) et les étudiants l’ont beaucoup appréciée.

  • 1 Il se trouve qu’un des auteurs de cet in memoriam a contribué à l’élaboration du projet de diction (...)

9On peut noter, qu’à ce jour, aucun des enseignants de la langue thaïe à l’Inalco (Lorgeou, Cœdès, Lingat, Burnay, de Fels, Delouche…) n’a publié de dictionnaire. Il est vrai qu’ils avaient à l’origine d’autres spécialités que la lexicographie (l’épigraphie, le droit, l’histoire, la littérature classique, etc.). Après le décès de Jacqueline de Fels, en 1987, il semblait que Gilles Delouche avait repris un ambitieux projet de dictionnaire à son compte. Mais ses centres d’intérêt étaient ailleurs. Et si l’on écoute l’entretien de 2004, il insiste particulièrement sur les changements très rapides que connaît la langue thaïe (il cite divers exemples), ce qui peut laisser entendre qu’il est vain de s’atteler à un dictionnaire condamné à être vite obsolète, d’autant que la qualité exceptionnelle du dictionnaire birman-français de Denise Bernot, également professeur à l’Inalco, avait placé la barre très haut1.

10Directeur de thèse de Louise Pichard-Bertaux de 1999 à 2004, Gilles Delouche était un maître très enthousiaste et capable d’une grande écoute. Alors même qu’à cette époque il présidait l’Inalco, il trouvait toujours le temps pour corriger ou revoir des points de traduction, provoquait de longues discussions sur un point ou un autre du travail, s’intéressait aux différentes pistes que la doctorante lui soumettait. Chaque rendez-vous dans son bureau présidentiel de la rue de Lille était aussi l’occasion de discuter de l’état des études thaïes en France et en Europe, ou bien des recherches menées à Aix-Marseille comme à Paris. C’était ensuite un déjeuner dans sa cantine de la rue Saint-Benoît où autour d’une bonne bouteille de vin et de quelques volutes de fumée la conversation se poursuivait. Son immense connaissance de la société et de la langue thaïes éclairait chaque discussion.

11Historien et littéraire, Gilles Delouche était aussi un subtil détective. Ses recherches de datation de la littérature classique s’apparentaient en effet à des enquêtes minutieuses qui nécessitaient des compétences et une érudition de très haut niveau. Grand spécialiste de la littérature classique, il ne dédaignait pourtant pas la littérature contemporaine et a offert plusieurs traductions de nouvelles publiées dans la revue Jentayu.

12Le jeudi 1er octobre 2009, le conseil scientifique de l’IRASEC devait se réunir à la Sorbonne dans le bureau d’Hugues Tertrais. Gilles Delouche avait proposé à Jean Baffie de venir prendre un verre en milieu de matinée dans son troquet habituel. Ils sont restés la journée entière à boire, manger et bavarder. La gentillesse, la générosité et une modestie non feinte de Gilles Delouche transforma une relation de collègues qui se rencontraient lors de colloques et de soutenance de thèse en une sincère amitié.

13Connu et reconnu tant au niveau national qu’international, Gilles Delouche était chevalier de la Légion d’honneur ; en hommage à toute sa carrière et pour ses riches contributions aux études thaïes, la Thaïlande lui décerna en 2019 la médaille du ministère thaïlandais de la Culture. L’université Silpakorn, si chère à son cœur, lui avait attribué un doctorat honoris causa dès l’année 1997.

14Dans un courrier de mars 2019 il expliquait à Jean Baffie qu’il était dans sa maison de campagne de Villequiers en Berry pour taper la correction des deux premières parties de la thèse de son dernier doctorant, car il ne pouvait guère se concentrer chez lui, à Épinay-sur-Seine, où il avait « des cohortes de visiteurs qui craignaient que, retraité, il s’ennuie » ; en fait il n’arrivait pas à y travailler… Mais il devait rentrer à Paris pour y être hospitalisé pour divers problèmes.

15« L’âge venant, notait-il encore, on a de plus en plus de temps, même s’il nous est compté, pour rédiger le produit de recherches parfois engagées depuis de nombreuses années. » De fait, il fut particulièrement productif ces dernières années comme le montre sa bibliographie. Et ses derniers travaux d’historien sont d’un intérêt tout particulier puisqu’ils visaient à relativiser la valeur accordée aux diverses annales royales qui n’hésitaient pas à omettre des épisodes entiers de l’histoire ou à en réécrire certains à l’avantage des souverains du Siam. Nul doute qu’il aurait pu proposer dans de nouveaux écrits une version largement revisitée de l’histoire siamoise ancienne.

16Nos derniers contacts étaient d’ailleurs motivés par la perspective d’un numéro spécial de revue sur l’apport français à l’historiographie de la Thaïlande. Il devait être publié en hommage à l’historienne Jacqueline de Fels qui fut également notre professeur de thaï à l’Inalco. Dans l’entretien qu’il accorda en 2006, Gilles soulignait que la seule photo qui se trouvait sur son bureau était celle de ce professeur qui avait changé sa vie. Si cette publication voit le jour elle sera désormais en hommage à ces deux historiens de la Thaïlande.

Haut de page

Bibliographie

DELOUCHE, Gilles, 2004, « Regard critique sur la culture et la langue siamoises », coll. « Entretiens en ligne », Fondation Maison des sciences de l’homme, 6 décembre, URL : https://hal.campus-aar.fr/AAI/medihal-01379090v1.

DELOUCHE, Gilles, 2010, « Solange Thierry (1921-2009) », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 97-98 : 15-17.

Haut de page

Annexe

Ouvrages

1981-1982 : Contribution à une hypothèse de datation d’un poème thaï : Le Kam Suan Siprat, thèse de doctorat, Inalco, 2 tomes.

1988 : Méthode de thaï, Paris : L’Asiathèque, 2 vols.

2003 : Le nirat, poème de séparation. Étude d’un genre classique siamois, Paris-Louvain : Bibliothèque de l’Inalco-Peeters.

2003 : éd., Religions et États en Indochine contemporaine, Paris : Publications du Centre d’histoire et civilisations de la péninsule indochinoise.

2009 : Méthode de thaï [édition révisée], Paris : L’Asiathèque, 2 vols, 1 CD.

Articles et communications à des colloques

1975 [2518] : avec Phensiri Charoenpote [เพ็ญศิริ เจริญพจน์], « สำนวนไทยกับสำนวนฝรั่งเศส : เปรียบเทียบ ด้านภาษาและความหมาย » Samnuan thai kap samnuan farangset : priapthiap dan phasa lae khwammai [Expressions thaïes et françaises : comparaison linguistique et sémantique] วารสารอักษรศาสตร์ มหาวิทยาลัยศิลปากร Warasan Aksonsat mahawitthayalai Sinlapakon, 1, 1 : 13-21.

1983 : « À propos de l’ancienneté de la forme “chan” dans la versification thaï », Cahiers de l’Asie du Sud-Est, 13-14 : 47-66.

1984 : avec Phensiri Charoenpote [เพ็ญศิริ เจริญพจน์], « สำนวนไทยกับสำนวนฝรั่งเศส : เปรียบเทียบ ด้านภาษาและความหมาย » Samnuan thai kap samnuan farangset : priapthiap dan phasa lae khwammai [Expressions thaïes et françaises : comparaison linguistique et sémantique], Bulletin de l’Association thaïlandaise des professeurs de français, 25, 1 : 68-73.

1984 : « ความสัมพันธ์ระหว่างไทยและฝรั่งเศสสมัยกรุงศรีอยุธยา: ความบังเอิญและความจำเป็น » Khwamsamphan rawang thai lae farangset samai krungsiayutthaya khwambang-oen lae khwamchampen [les relations franco-siamoises à l’époque d’Ayutthaya : hasard et nécessité], เอกสารสัมมนา "300 ปี ความสัมพันธ์ไทย - ฝรั่งเศส" Ekkasan samana 300 pi Khwamsamphan thai-farangset กรุงเทพฯ: มหาวิทยาลัย รามคำแหง, Bangkok : université Ramkhamhaeng, p. 59-80.

1986 : « L’incorporation du royaume de Sukhothay au royaume d’Ayuthaya par le roi Boromtraylokanat (1448-1488) : le bouddhisme, instrument politique », Cahiers de l’Asie du Sud-Est, 19 : 61-82.

1986 : « Une jacquerie à Ayuthaya : la révolte de Yan Phichien », Cahiers de l’Asie du Sud-Est, 19 : 101-114.

1987 : « Tu felix Ayuthayae nubes. Une explication de l’incorporation de Sukhothay au royaume d’Ayuthaya », Cahiers de l’Asie du Sud-Est, 22 : 85-104.

1989 : « Traduction de la version dit de Luang Prasoet des Annales d’Ayuthaya », Cahiers de l’Asie du Sud-Est, 25 : 117-146.

1990 : « L’influence de la littérature malaise sur la littérature thaï : Inao », Contributions de la délégation française au 2e Congrès international sur la civilisation malaise, Kuala Lumpur, p. 81-100.

1990 : « Langue thaïe : brève présentation », in Thaïlande Arts et Vie, p. 119-121.

1994 : « Les études sur la littérature Lao en France : état et perspective », Colloque international sur les recherches en sciences humaines sur le Laos, Les recherches en sciences humaines sur le Laos, Paris : Centre d’histoire et civilisations de la péninsule indochinoise, p. 95-103.

1995 : « Lingat, Robert », Langues’O 1795-1995. Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, textes réunis par Pierre Labrousse, Paris : Hervas, p. 258.

1995 : « L’érotisme dans la littérature classique siamoise », in Notes sur la culture et la religion en Péninsule indochinoise. En hommage à Pierre-Bernard Lafont, Nguyên Thê Anh & Alain Forest, éd., Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », p. 43-59.

1996 : « Thaïlande », in Initiation à la Péninsule indochinoise, Pierre-Bernard Lafont, éd., Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », p. 87-111.

1999 : « George Cœdès et les “Langues Orientales” », colloque « George Cœdès aujourd’hui », Bangkok, Centre d’anthropologie Sirindhorn, 9-10 septembre, traduction en thaï par Prayat Michalanont sous le titre « ยอร์ช เซเดส์กับสถาบันภาษาและวัฒนธรรมตะวันออกแห่งชาติ » [Yot Sede kap sathaban phasa lae watthanatham tawanok haengchat], in ยอร์ช เซเดส์ กับไทยศึกษา George Cœdès and Thai studies, บรรณาธิการ กรรณิกา จรรย์แสง & เพ็ญศิริ เจริญพจน์, Kanika Chansang & Pensiri Charoenpote, éd.

2000 : « La datation du Lilit Phra Lo et l’âge d’or de la littérature classique siamoise », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 2 : 57-71.

2000 : « L'invasion de la péninsule malaise par les Birmans en 1785-1786 et la chute de la dynastie malaise de Pattani », Seminar antarabangsa dunia Melayu-dunia Indocina : hubungan sejarah dan kebudayaan, 21-22 novembre.

2003 : « Le Problème de l’intégration des moniales bouddhistes au sangha thaïlandais », in Religions et Etats en Indochine contemporaine, Gilles Delouche, éd., Paris : Publications du Centre d’histoire et civilisations de la péninsule indochinoise, p. 9-29.

2007 : « Auguste Pavie : De l’exploration à la délimitation des frontières. หมอปาวี : จากการสำรวจทางภูมิศาสตร์สู่การกำหนดเขตแดน Mo Pawi : chak kansamruat thang phumisat su kan kamnot khet daen », université Silpakorn, faculté des Lettres et Centre d’anthropologie Sirindhorn, 7 septembre, (résumé en thaï).

2008 : « De la légitimité du pouvoir royal dans le Siam ancien », Le Marathon des Savoirs (6 mai), Paris : La Sorbonne.

2008 : « The Designation of Westerners in Siamese », Siksa cakra, 10 : 15-22.

2010 : « Solange Thierry (1921-2009) », Bulletin de l’École française d’Extrême Orient, 97-98 : 15-17.

2010 : « Du Siam à Brest. Les étonnements d’un diplomate siamois au xviie siècle », in Tropes du voyage. Les rencontres, Aboubakr Chaibi, éd., Paris : L’Harmattan, p. 199-220.

2012 : « Les Mille et Une Nuits au Siam : Le Dormeur éveillé, adaptation en vers de Rhe Speeper awakened par le roi Chulalongkorn (1868-1910) », Aséanie. Sciences humaines en Asie du Sud-Est 29 : 35-53.

2012 : « “Le Chemin français”, quelques remarques à propos d’un manuscrit siamois du xviie siècle », Aséanie. Sciences humaines en Asie du Sud-Est, 30 : 153-173.

2013 : « Une femme d’affaires et d’influence à Ayudhya au xviie siècle : Dame O-Sut (?-1658) », Péninsule, dossier « Femmes d’affaires, affaires d’hommes », 67 : 5-25.

2013 : « De l’hétéroglossie à l’emprunt en siamois, des origines au xixe siècle », in L’Étranger dans la langue, Emily Eells, Christine Berthin & Jean-Michel Déprats, éd., Nanterre : Presses Universitaires de Paris Ouest, coll. « Chemins croisés ».

2014 : « Les ambassades siamoises auprès de Napoléon III (1861 et 1867) », Revue du souvenir napoléonien, hors-série 7.

2014 : « De l’assassinat comme mode d’accession au trône. Petits meurtres entre grands à Ayudhya », Péninsule, 69 : 141-182.

2016 : « Espaces et temps utopiques dans le Samutthrakhot Kham Chan », Actes du Colloque « Tempus et Tempestas », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

2016 : « À propos des musulmans et d’Ayudhya (1350-1767) », Péninsule, 72 : 5-46.

2016 : « Quelle lecture faire des chroniques royales d’Ayutthaya ? » Péninsule, 73 : 161-188.

2016 : « Essai de reconstruction critique du Poème de séparation du prince Aphay (นิราศเจ้าฟ้าอภัย/níʔrâ:t câw fá: ʔa: phaj/) », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 28 : 65-92, URL : http://journals.openedition.org/moussons/3702 ; DOI : https://doi.org/​10.4000/​moussons.3702.

2017 : « Une hypothèse d’attribution : Phra Yaowarat (พระเยาวราช), unique auteur du “Poème du roi Lo” (ลิลิตพระลอ), du “Poème des Douze Mois” (ทวาทศมาสโคลงดั้น) et de la “Lamentation de Sri-Prat” (กำสรวลศรีปราชญ์) », Péninsule, 74.

2018 : « Le Poème de la prédiction sur la fin d’Ayudhya (เพลงยาวพยากรณ์กรุง ศรีอยุธยา /phle :ŋ ja :w pháʔja :kɔ :n kruŋ sǐ : ʔàʔjúʔtháʔja :/ », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est 31, 189-226, URL : http://journals.openedition.org/​moussons/​4072 ; DOI : https://doi.org/​10.4000/​moussons.4072.

2018 : « 1564 : Première défaite siamoise par les armées birmanes devant Ayudhya ? » Péninsule, 76.

2019 : « Étude du poème de séparation du moins Nak du monastère de Tha Say », Péninsule, 78.

Traductions

1988 : « La lamentation de Sri Praj » de Sri Paj, Florilège de la littérature thaïlandaise, Christian Pellaumail, éd., Bangkok : Librairie Duang Kamol, p. 152-163 (7 extraits).

1988 : « Quatrains impromptus » de Sri Paj, Florilège de la littérature thaïlandaise, Christian Pellaumail, éd., Bangkok : Librairie Duang Kamol, p. 148-151.

2014 : « Le garçon en jaune safran » de Sri Daoruang ; présentation et traduction, Jentayu, 1.

2016 : « La Vieille » de Angkarn Kalayanapong ; présentation et traduction, Jentayu, 3.

2016 : « Pong » de Karuna Kusalasai (Korn Kraylat) ; présentation et traduction, Jentayu, 4.

Entretiens

2004 : « Enseignement et étude de la langue siamoise » par Peter Stockinger, Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (11 octobre), 1:43:27, URL : https://hal.campus-aar.fr/​AAI/​medihal-01379092v1.

2004 : « Regard critique sur la culture et la langue siamoises », Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (6 décembre), 1:46 11, URL : https://hal.campus-aar.fr/​AAI/​medihal-01379090v1.

Haut de page

Note de fin

1 Il se trouve qu’un des auteurs de cet in memoriam a contribué à l’élaboration du projet de dictionnaire alors piloté par Jacqueline de Fels et que l’autre a pris part – mi 1992 – à un projet de dictionnaire thaï-français (d’ambition plus modeste et qui malheureusement fut de bien courte durée) initié par Michel Deverge et Michel Treutenaere, respectivement conseiller et attaché de coopération culturelle, scientifique et technique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Soutenance de thèse L. Pichard-Bertaux, 13/12/2004, Inalco, Paris
Crédits Photo : Bruno Bertaux.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/5993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Pichard-Bertaux et Jean Baffie, « In memoriam Gilles Delouche, แก่ ศาสตราจารย์ ดร. ชิลล์ เดอลูช »Moussons, 35 | 2020, 17-24.

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux et Jean Baffie, « In memoriam Gilles Delouche, แก่ ศาสตราจารย์ ดร. ชิลล์ เดอลูช »Moussons [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 13 août 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/5993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.5993

Haut de page

Auteurs

Louise Pichard-Bertaux

Articles du même auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search