Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Comptes rendusNathalie Fau & Manuelle Franck, é...

Comptes rendus

Nathalie Fau & Manuelle Franck, éd.,L’Asie du Sud-Est. Émergence d’une région, mutation des territoires

Malakoff, Armand Colin, coll. « Horizon », 2019, 434 p.
Bernard Formoso
p. 239-242
Référence(s) :

Nathalie Fau & Manuelle Franck, éd.,L’Asie du Sud-Est. Émergence d’une région, mutation des territoires, Malakoff, Armand Colin, coll. « Horizon », 2019, 434 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est le seizième volume d’une collection de l’éditeur Armand Colin, initiée en 2015 et nommée « Horizon ». Le but de cette collection est de préparer les étudiants à des questions du CAPES d’histoire-géographie et de l’agrégation de géographie. Cependant le contenu du présent recueil n’a rien de scolaire et l’imposante synthèse de connaissances actualisées qu’il propose sur l’Asie du Sud-Est, ses structures socio-spatiales héritées et leurs mutations actuelles, vise un lectorat plus large. Par la somme des compétences qu’il réunit et l’éventail des dimensions géographiques dont il traite, l’ouvrage peut être rapproché du tome Asie du Sud-Est – Océanie de la Géographie universelle que Roger Brunet (1995) avait dirigé au milieu des années 1990, avec cependant une différence de taille dans la démarche. Quand bien même la Géographie universelle intégrait plusieurs chapitres consacrés à des thématiques transversales, elle privilégiait les approches par pays. Or, en rupture avec le cloisonnement inhérent aux monographies nationales, le recueil dirigé par Nathalie Fau et Manuelle Franck vise à dégager les modèles d’aménagement, les partenariats économiques, les flux transnationaux et les forces intégratrices de divers ordres dont le jeu combiné a permis l’émergence d’un ensemble régional clairement identifié sur la scène internationale. Tous les chapitres, sans exception, embrassent la diversité des situations sud-est asiatiques pour en extraire des configurations récurrentes, des tendances de fond et des convergences qui donnent corps au concept d’Asie du Sud-Est. La démarche n’a pu être menée à bien qu’au prix d’un effort de chaque contributeur pour dépasser son champ d’expertise particulier et, quoique les deux directrices scientifiques de l’ouvrage soient spécialistes du monde austronésien, elles ont veillé à une couverture paritaire des composantes continentale et insulaire de l’ensemble régional.

2Treize géographes (dont quatre Canadiens), deux urbanistes, trois historiens et une économiste ont participé à l’élaboration du livre. Leurs contributions se répartissent en cinq parties et quinze chapitres. La cohérence éditoriale de l’ensemble tient en partie au fait que Nathalie Fau a rédigé en propre quatre chapitres (constitutifs de la cinquième partie), Manuelle Franck un, et que les deux directrices de la publication ont collaboré à l’écriture de huit autres contributions.

3La première partie (trois chapitres) retrace l’histoire du concept d’Asie du Sud-Est et, sur le plan institutionnel, de l’ASEAN qui lui a donné une consistance politique (chap. 1). Une présentation des grandes caractéristiques géomorphologiques, climatiques et démographiques de la région est également proposée (chap. 2). Enfin, les mutations actuelles de quatre éléments spatiaux importants sont passées en revue au troisième chapitre. Il s’agit des deltas, des zones montagneuses, des fleuves et de l’espace maritime. Dans les zones de delta, très peuplées et urbanisées, la subsidence (affaissement des sols) s’accélère et l’implantation humaine se précarise du fait du réchauffement climatique (inondations dévastatrices, élévation du niveau des mers), notent S. Fanchette, N. Fau, M. Mellac, E. Mollet et M. Sabrié. De leur côté, les écosystèmes montagneux et fluviaux sont modifiés en profondeur par l’extension des cultures commerciales et l’aménagement de barrages. Les peuples montagnards témoignent néanmoins d’une notable résilience en inventant des modes spécifiques d’insertion dans la mondialisation. Enfin, relèvent les auteurs, on assiste à une densification du peuplement côtier et corrélativement à maritimisation accélérée des États qui rivalisent pour le captage des ressources marines (voir notamment la « Révolution bleue » lancée en 2010 par le gouvernement indonésien).

4La seconde partie de l’ouvrage traite de divers aspects du développement des États de la région et précise les évolutions démographiques qui y contribuent. Dans une première section, F. Nicolas retrace les grandes phases du décollage économique de l’Asie du Sud-Est et passe en revue les modèles dont il s’est nourri en étroite synergie avec les NPI asiatiques de la première génération (Japon, Singapour, Taïwan, Corée du Sud), puis de la Chine. L’auteure montre que le virage accompli par les régimes libéraux de la région dans les années 2000 en faveur des investissements directs étrangers, conjugué à une vigoureuse intervention des États, campés dans le rôle de développeurs, afin de stimuler les exportations et des produits de substitution à l’import, a dynamisé la croissance du PIB. Le recours à plusieurs instruments tels que les zones économiques spéciales (plus de 1 600 ZES dans la région), les triangles de croissance et les coopérations transfrontalières ont contribué à soutenir cette dynamique. Au chapitre suivant, R. de Koninck, J.-F. Bissonnette et J.-F. Rousseau décrivent l’évolution de l’agriculture régionale sur près d’un siècle. Même si dans certains pays la colonisation de nouvelles terres n’est plus possible (Thaïlande en particulier), partout ailleurs l’expansion agricole s’est poursuivie en faveur des cultures commerciales et au prix d’un recul préoccupant de la forêt. Une autre caractéristique de la région, mise en évidence par les auteurs, est l’intensification soutenue de l’agriculture et de l’aquaculture qui, là encore, conduit à d’importantes détériorations environnementales. On peut regretter que dans ce chapitre, par ailleurs bien documenté et argumenté, rien ne soit dit de la condition économique des petits exploitants agricoles qui se dégrade à un rythme accéléré et pourrait conduire à une réduction drastique de leur nombre au cours des prochaines décennies.

5S’il est par contre un secteur d’activité en plein boom, c’est bien celui du tourisme. Au chapitre 6, C. Cabasset et O. Dehoorne montrent que son essor, pour être spectaculaire, n’en souffre pas moins d’un manque de planification, Singapour excepté, avec pour conséquences un développement urbain anarchique, un faible intéressement des populations locales et un impact négatif sur l’environnement. Un autre enseignement qui ressort de la masse des chiffres fournis dans cette contribution, est un renforcement constant de la demande chinoise, japonaise, coréenne, mais aussi infrarégionale, cette dernière contribuant de manière non négligeable à la construction d’une conscience et d’une identité sud-est asiatiques.

6En matière de développement économique, on le sait, la structure de la population compte beaucoup. Il est donc logique qu’une section conclusive de la seconde partie lui soit consacrée (chap. 7). Selon M. Franck, l’Asie du Sud-Est serait actuellement dans une période de « dividende démographique ». En effet, la baisse de la fécondité, plus ou moins accusée selon les pays et l’allongement de l’espérance de vie n’impacteraient pas encore la part active de la population qui resterait largement dominante.

7La troisième partie de l’ouvrage, qui traite des limites du développement, commence par un chapitre rédigé par F. Durand, dans lequel il passe en revue les aléas séismiques, volcaniques et cycloniques auxquels l’Asie du Sud-Est est particulièrement exposée. De manière méthodique, il aborde aussi les pollutions, dégradations environnementales et risques d’épuisement des ressources qu’induit un modèle économique néolibéral peu soucieux de sa soutenabilité. L’inégale répartition des terres en faveur des spéculateurs et des entreprises de l’agro-alimentaire, mais aussi le peu d’empressement de certains États à délivrer des titres de pleine propriété aux petits exploitants sont d’autres facteurs de précarisation du secteur agricole qu’aborde M. Mellac (chap. 9).

8La quatrième partie est pour sa part consacrée aux modèles d’aménagement à l’œuvre dans les grandes villes d’Asie du Sud-Est, dans un contexte où les urbains comptent désormais pour 45 % de la population régionale. M. Franck et N. Lancret retracent dans une première contribution l’histoire des cités portuaires et agraires dans cette partie du monde. Elles mettent l’accent sur la persistance des hiérarchies urbaines et des dispositifs spatiaux fondateurs à l’époque contemporaine, tout en dégageant a grand trait les principales mutations qui sont apparues au niveau du maillage des territoires, dès la fin des années 1980, avec la création de corridors au sein de réseaux qui restent fortement polarisés par les capitales primatiales. C. Goldblum et K. Peyronnie apportent un complément à ces éclairages en resserrant au chapitre 11 la perspective sur le processus de métropolisation, c’est-à-dire de concentration de valeurs autour des villes les plus importantes, campées dans la fonction de hubs de la mondialisation. Les auteurs proposent une intéressante typologie de ces processus en distinguant les métropolisations stratégiques fondées sur une volonté publique forte (ex. Singapour) des métropolisations processuelles qui reposent principalement sur des investissements étrangers directs et les métropolisations sous contraintes, caractéristiques des anciennes économies dirigées, où les intérêts des acteurs publics et des promoteurs étrangers se mêlent étroitement (cas de Phnom Penh, par exemple).

9Enfin, dans la cinquième partie, N. Fau examine en détail les processus et espaces privilégiés de l’intégration régionale, en considérant successivement les grands programmes de coopération destinés à améliorer la connectivité des transports, les mobilités intrarégionales des populations (chap. 12), ou encore les corridors et zones communes de développement relevant de la planification interétatique (chap. 13). Elle consacre également un chapitre entier aux formes de partenariat que les pays de l’ASEAN construisent avec la Chine (chap. 14) et une ultime section aux relations qu’ils tissent avec d’autres puissances de l’Asie-Pacifique (le Japon, l’Inde, l’Australie notamment). Il ressort de ce panorama que positionnée à l’interface des « routes de la soie » du gouvernement chinois et des « routes de la liberté » que lui opposent les États-Unis, l’Australie et l’Inde, l’Asie du Sud-Est acquiert une nouvelle centralité.

10Ce recueil, très bien documenté et richement illustré (132 cartes et tableaux toujours pertinents) est une précieuse source d’information. Il fait honneur à la tradition géographique francophone qui a déjà beaucoup apporté à la connaissance de l’Asie du Sud-Est, en montrant qu’elle a su renouveler sa capacité d’expertise.

Haut de page

Bibliographie

BRUNET, Roger, éd., 1995, Géographie universelle, in vol. Asie du Sud-Est – Océanie, Benoît Antheaume, Joël Bonnemaison, Michel Bruneau & Christian Taillard, éd., Paris : Belin-Reclus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Formoso, « Nathalie Fau & Manuelle Franck, éd.,L’Asie du Sud-Est. Émergence d’une région, mutation des territoires »Moussons, 35 | 2020, 239-242.

Référence électronique

Bernard Formoso, « Nathalie Fau & Manuelle Franck, éd.,L’Asie du Sud-Est. Émergence d’une région, mutation des territoires »Moussons [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 13 août 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/6267 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.6267

Haut de page

Auteur

Bernard Formoso

Professeur d’ethnologie à l’université Paul Valéry (Montpellier 3). Il est également directeur du Centre d’études et de recherches comparatives en ethnologie de Montpellier (CERCE-LERSEM – EA 4584).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search