Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Comptes rendusAlice Vittrant & Justin Watkins, ...

Comptes rendus

Alice Vittrant & Justin Watkins, éd., The Mainland Southeast Asia Linguistic Area

Berlin : Mouton de Gruyter, coll. « Trends in Linguistics. Studies and Monographs », 2019, 712 p.
Karl Seifen
p. 242-244
Référence(s) :

Alice Vittrant & Justin Watkins, éd., The Mainland Southeast Asia Linguistic Area, Berlin : Mouton de Gruyter, coll. « Trends in Linguistics. Studies and Monographs », 2019, 712 p.

Texte intégral

1Dans ce livre, Alice Vittrant et Justin Watkins recueillent les esquisses grammaticales (grammaires succinctes) de diverses langues de l’aire linguistique de l’Asie du Sud-Est (Enfield 2005), dans le but de donner une idée des langues de la région, de leurs points communs et de leurs différences.

2Les auteurs présentent, dans leur introduction, le concept d’aire linguistique (Sprachbund) et les recherches sur les contacts de langues en Asie du Sud-Est. Ils y incorporent également la structure du livre, des différents chapitres, mais aussi le choix des différentes langues présentées.

3Cet ouvrage de 712 pages est composé de 13 chapitres chacun fournissant une esquisse grammaticale d’une langue d’Asie du Sud-Est et ayant été rédigé par un spécialiste de la langue concernée (évitant ainsi des descriptions de « seconde main »). Les différents chapitres sont organisés suivant les familles des langues étudiées : 1) la famille sino-tibétaine (avec le khumi du Bangladesh, le birman, le pwo karen, le min du Sud et le yongning na), 2) la famille austro-asiatique (avec le mon, le khmer, le vietnamien et le wa paraok), 3) la famille austronésienne (avec le malais et le cham de l’Est), 4) la famille taï-kadaï représentée par le thaï, ainsi que 5) la famille hmong-mien représentée par le mong leng.

4Outre leur appartenance à cinq familles différentes, les langues étudiées dans cet ouvrage varient en différents points. Premièrement, certaines des langues sont parlées au cœur de l’aire linguistique de l’Asie du Sud-Est (thaï, khmer), d’autres sont parlées à sa périphérie (khumi du Bangladesh ou yongning na, dans le sud-ouest de la Chine). Ensuite, les langues sont à différentes étapes de leur description. Certains auteurs jouissent déjà d’une documentation sur leur langue, tandis que d’autres font partie des premiers à les décrire (cham de l’Est). Enfin, ces langues sont parlées par des populations de taille variable : certaines sont des langues majoritaires, voire nationales (thaï, vietnamien), d’autres sont minoritaires (mong leng). Pour chacune des familles de langues, ont été présentées au moins une langue majoritaire et une minoritaire, sauf pour les familles hmong-mien (pour laquelle aucune langue ne peut être décrite comme majoritaire) et taï-kadaï (qui ne contient que le thaï, langue majoritaire). Concernant le choix des langues, on regrette que le thaï soit le seul représentant de la famille taï-kadaï, ainsi que la surreprésentation des langues sino-tibétaine.

5Toutes les esquisses grammaticales suivent la même organisation interne. Cette structure commune permet de consulter différents chapitres de manière parallèles et de mettre en avant les points convergents, mais aussi les points divergents entre les langues de la région. Les informations génétiques (famille de la langue) et sociolinguistiques (nombre et localisation des locuteurs) sont données en introduction. Chaque chapitre se compose de quatre grandes parties, renvoyant aux différents niveaux de l’analyse linguistique : phonologie, morphologie, syntaxe et grammaire, ainsi que sémantique et pragmatique.

6La première partie s’intéresse à la phonologie de la langue. Elle s’ouvre sur les caractéristiques suprasegmentales (système tonal ou registre de voix). Ensuite, sont passés en revue les inventaires consonantiques et vocaliques de la langue. Enfin, les règles phonotactiques (notamment des sesquisyllabes (Henderson 1952) sont étudiées.

7La deuxième partie traite de la morphologie de la langue. Le premier point abordé concerne les procédés de création lexicale employés dans la langue (affixation, composition, voire emprunt). Ensuite, sont traitées les psycho-collocations (composés indiquant un état psychologique et comprenant un terme renvoyant à une partie du corps ainsi qu’un verbe ou un adjectif (Matisoff 1986). Enfin, sont abordées les notions d’expression élaborée (structure stylistique quadrisyllabique (Enfield 2005), d’idéophone et de réduplication ; ces notions se recoupant très largement dans les langues étudiées (la réduplication est utilisée pour les expressions élaborées et les idéophones). La présence des expressions élaborées est appréciée, les grammaires n’abordant que rarement cette notion.

8La troisième partie aborde les questions de syntaxe et de grammaire. Elle s’ouvre avec la syntaxe du nom : la structure du syntagme nominal et les classificateurs. Ensuite, sont étudiées les caractéristiques syntaxiques du verbe : inflexion (ou absence d’inflexion), temps-aspect-modalité et sérialisation verbale (Aikhenvald & Dixon 2006). La partie se ferme avec la syntaxe de la phrase et de la proposition : omission des arguments, structure informationnelle, construction des questions, coordination et subordination.

9Enfin, la quatrième partie traite de sémantique et de pragmatique. Les questions de sémantique portent sur les distinctions lexicales, généralement fines, faites par les langues pour différents concepts : « riz » (cuit, en pousse, avec ou sans enveloppe), « couper » (selon l’outil ou le geste), « porter » (selon la partie du corps qui porte), et « sécher » (au soleil, près d’un feu). La partie pragmatique aborde les particules finales (particules encodant une force illocutoire ou l’attitude du locuteur) et l’expression de la politesse (via les particules finales, le système pronominal ou des unités lexicales distinctes). On salue la partie traitant des distinctions lexicales, largement oubliées des grammaires traditionnelles et très pertinentes pour l’Asie du Sud-Est.

10Chaque chapitre possède deux annexes. La première consiste en un tableau commun aux différents chapitres et résumant les traits linguistiques présents (ou absents) dans la langue. La seconde est un extrait de corpus interlinéarisé et aligné (énoncé en orthographe, transcription phonétique, traduction mot à mot et traduction courante). Ces extraits de corpus sont très intéressants et permettent d’avoir des extraits de langue plus naturels que de simples exemples décontextualisés.

11D’une manière générale, l’organisation des chapitres est intuitive et rend la navigation aisée. Bien que ne prétendant pas à l’exhaustivité, ces descriptions touchent néanmoins à tous les niveaux de l’analyse linguistique et offrent une vue d’ensemble de la structure des langues. Les traits linguistiques sur lesquels les différents auteurs se concentrent sont extrêmement pertinents pour des langues d’Asie du Sud-Est (comme les classificateurs et les séries verbales). On note également l’omniprésence des exemples, utilisés pour tous les points abordés et aidant grandement à la compréhension. Enfin, les descriptions contiennent de nombreux renvois, notamment à d’autres langues présentes dans l’ouvrage mais aussi à des langues parlées hors d’Asie du Sud-Est (langues chinoises, langues de l’Himalaya). On remarque cependant l’absence de descriptions des systèmes d’écritures des langues (lorsqu’elles en possèdent).

12L’annexe reprend les points abordés tout au long de l’ouvrage, exemplifiés par différentes langues. Cette partie, que les auteurs présentent comme des lignes directives à la description des langues d’Asie du Sud-Est, est un outil formidable pour les linguistes désireux de travailler sur la région, mais aussi un résumé efficace de l’ouvrage. Elle est suivie d’une série de cartes montrant la distribution d’un certain nombre de traits à travers l’Asie du Sud-Est.

13Enfin, on note la préface de James A. Matisoff, où sont introduites les notions d’indosphère, de sinosphère, de tibétosphère et de taïosphère qui rendent compte d’influences externes à l’Asie du Sud-Est (respectivement venant des langues d’Inde, des langues chinoises, du tibétain et des langues taïes) sur des langues de la région. Il indique également les traits typiques des langues d’Asie du Sud-Est (comme la présence de tons ou de registres de voix et l’utilisation pronominale des termes de parenté), mais aussi les traits divergents de ces langues (par exemple, la morphologie tonale du khumi du Bangladesh ou le sandhi tonal du min du Sud).

14En conclusion, cet ouvrage réussit à donner au lecteur une bonne idée de la structure des langues d’Asie du Sud-Est, de leurs convergences, mais aussi de leurs divergences. Il contribue grandement aux recherches en linguistique sur la région et en est une nouvelle référence.

Haut de page

Bibliographie

AIKHENVALD, Alexandra & DIXON, Robert, 2006, éd., Serial Verb Constructions : A Crosslinguistic Typology, Oxford : Oxford University Press, coll. « Explorations in Linguistic Typology ».

ENFIELD, Nick, 2005, « Areal Linguistics and Mainland Southeast Asia », Annual Review Anthropology, 34 : 181-206.

HENDERSON, Eugénie, 1952, « The Main Features of Cambodian pronunciation », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 14 : 149-174

MATISOFF, James, 1986, « Heart and Minds in South-East Asian Languages and English : An Essay in the Comparative Lexical Semantics of Psycho-Collocation », Cahiers de Linguistique d’Asie Orientale, 15 : 5-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karl Seifen, « Alice Vittrant & Justin Watkins, éd., The Mainland Southeast Asia Linguistic Area »Moussons, 35 | 2020, 242-244.

Référence électronique

Karl Seifen, « Alice Vittrant & Justin Watkins, éd., The Mainland Southeast Asia Linguistic Area »Moussons [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 13 août 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/6277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.6277

Haut de page

Auteur

Karl Seifen

Doctorant en Sciences du Langage, CNRS-DDL (UMR 5596).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search