Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Comptes rendusNathan Porath, éd., Hearing South...

Comptes rendus

Nathan Porath, éd., Hearing Southeast Asia. Sounds of Hierarchy and Power in Context

Copenhague, Nordic Institute of Asian Studies, Studies in Asian Topics, n°69, 2019, figures, index, 384 p.
Jean Baffie
p. 247-252
Référence(s) :

Nathan Porath, éd., Hearing Southeast Asia. Sounds of Hierarchy and Power in Context, Copenhague, Nordic Institute of Asian Studies, Studies in Asian Topics no 69, 2019, figures, index, 384 p.

Texte intégral

  • 1 Certains auteurs utilisent le mot anglais sound comme adjectif alors que d’autres utilisent plus vo (...)

1Une anthropologie vue à travers la dimension sonore (ou sonique)1 de la vie en société suscite d’emblée le plus grand intérêt, particulièrement pour le chercheur étudiant des villes asiatiques où il est souvent difficile d’éviter la cacophonie et le brouhaha. Mais le risque majeur était que le thème de cet ouvrage mobilise surtout des chercheurs (ethno)musicologues, car l’ethnomusicologie est déjà une des branches de l’ethnologie les mieux structurées avec ses spécialistes reconnus, ses revues, ses colloques, ses enseignements, voire ses diplômes spécialisés.

2Or, l’écueil n’est que partiellement évité puisque le tiers des douze contributeurs (Benjamin ; Chou & Kartomi ; McGraw ; Douglas) relève partiellement ou entièrement de l’ethnomusicologie. Trois contributions (Porath ; Ellen ; Coderey) relèvent de l’anthropologie médicale. D’autres contributeurs ont privilégié les approches religieuses (Henley ; Bautista) et linguistiques (Porath ; Platt). Plus original, T. Duile, étudie ce qu’il nomme l’écologie acoustique à propos de la perception du chant des oiseaux.

3Géographiquement, l’Asie du Sud-Est insulaire est nettement privilégiée avec six contributions sur l’Indonésie, une sur la Malaisie et une sur les Philippines. Le Myanmar est représenté par deux contributions et la Thaïlande par un texte assez bref. Il faut ajouter que le responsable de la publication, Nathan Porath, a écrit un très long premier chapitre introductif (p. 1-86) sur l’Asie du Sud-Est, dans lequel il est beaucoup question du monde malayo-indonésien et de la Thaïlande, mais également du Viêt-Nam. Les pays de l’ancienne Indochine française restent – avec Singapour – les grands absents de ce livre, même si la dernière contribution est le travail d’un spécialiste de la littérature isan de Thaïlande et semble bien connaître la langue lao.

  • 2 En fait, pour l’essentiel, l’introduction présente les contributions de l’ouvrage, ce qui – dans de (...)

4L’ouvrage est d’abord l’œuvre de Nathan Porath qui a écrit près du tiers de l’ouvrage si l’on ajoute à l’introduction (p. xv-xxv) le premier chapitre qui est également une sorte de longue introduction sur l’Asie du Sud-Est2 (p. 1-86) et un chapitre plus spécialisé (p. 140-173). Après une thèse d’anthropologie médicale, présentée en 2003 à Leiden, sur les populations autochtones de Riau (Sumatra), N. Porath s’est davantage intéressé à la Thaïlande. Après un passage dans un collège de Nakhon Sawan, il a rejoint le Center for Ethnic Studies and Development de l’université de Chiang Mai où il a préparé cet ouvrage. Ses derniers travaux concernent la population karen de Thaïlande.

  • 3 Il faut signaler que deux de ses ouvrages majeurs sont aujourd’hui disponibles en langue française (...)

5Dans le premier chapitre, dû à N. Porath, sont présentés les concepts clés de hierarchy (hiérarchie), power (pouvoir), soundscape (paysage sonore) et cline. Ce dernier terme, surtout utilisé dans la contribution de G. Benjamin, a le sens de « continuum avec un infini de gradation d’un extrême à l’autre » (Benjamin : 94, note 18). Les deux premiers concepts, inclus dans le titre de l’ouvrage ainsi que dans celui du premier chapitre, ont été inspirés à N. Porath par les travaux – souvent anciens – de chercheurs français (Deleuze & Guattari, Dumont, Iteanu). Plus étrangement, il cite abondamment (dans sa version anglaise) un livre de Nicolas Gervaise, le jésuite français qui passa quatre ans au Siam de 1681 à 1685. Les références à l’œuvre du théoricien canadien R. Murray Schafer, inventeur de la notion de soundscape (paysage sonore) sont, bien entendu, nombreuses3. Mais, l’influence britannique n’est jamais très loin et Tim Ingold, l’anthropologue d’Aberdeen, est l’auteur le plus cité.

6L’anthropologue anglais Geoffrey Benjamin, qui débuta son premier terrain en 1964, est sans doute le doyen des études sur les Orang Asli (populations aborigènes). Dans sa contribution sur les musiques des divers groupes malayo-indonésiens, des plus anciens (autochtones) aux plus influencés par l’étranger, il traque les éléments faisant pencher vers l’égalitarisme ou la hiérarchie.

7La contribution de l’anthropologue Cynthia Chou et de l’ethnomusicologue Margaret Kartomi concerne les sons de leur environnement marin, les rituels, les chants et surtout la musique des Orang Suku Laut (souvent surnommés « nomades marins ») des îles Riau d’Indonésie. Selon ceux-ci, « Tous les sons ont un pouvoir et les sons très bruyants ont un très grand pouvoir » (p. 121).

8La contribution personnelle de Nathan Porath traite du groupe qu’il connaît sans doute le mieux, les Orang Sakai ou Orang Batin, un groupe d’Orang Asli de la province de Riau à Sumatra. Après une présentation détaillée de l’ethnie, Porath s’intéresse aux aspects sonores et musicaux du dikei et du kelonkap, deux formes d’un même rituel de guérison pratiqué par les shamans.

9Roy Ellen, anthropologue de l’université du Kent et figure majeure de l’anthropologie au Royaume-Uni, a beaucoup étudié les Nuaulu, une population animiste d’environ 2000 personnes de la province indonésienne de Maluku. Présentant ici les rituels de guérison, il montre comment « différentes signatures acoustiques marquent différents types de séances rituelles » (p. 174). Il reste regrettable que les exemples retenus datent d’il y a presqu’un demi-siècle !

10Politiste et anthropologue, l’Allemand Timo Duile souligne l’importance des chants d’oiseaux pour les activistes dayak de Kalimantan Ouest, mobilisés pour la préservation des forêts et qui se plaignent de la disparition des bruits de la forêt (p. 211). L’importance est d’autant plus marquée que pendant le rituel du rasi le chant des oiseaux est le moyen d’expression que choisissent les esprits pour communiquer avec les hommes. S’il se réfère aux travaux de Derrida, Descola et Latour dans des traductions anglaises, il est bien regrettable qu’il n’ait pas eu accès aux publications – en langue française – de P. Le Roux sur le sujet (Le Roux 1991, 1998) et surtout à l’ouvrage collectif publié sous la direction de P. Le Roux et B. Sellato (Le Roux & Sellato 2006).

11Le profil de David Henley est différent de celui des autres contributeurs. Titulaire d’un PhD de géographie humaine, il enseigne à Leiden sur l’Indonésie contemporaine, mais a beaucoup publié sur l’Asie du Sud-Est considérée dans son ensemble. Dans ce livre, il présente une controverse survenue en Indonésie dans les années 2012-2015 à propos des appels à la prière et surtout des extraits enregistrés du Coran diffusés par haut-parleurs et jugés par certains trop bruyants dans un pays qui compte près d’un million de mosquées.

12La contribution d’Andy McGraw relève davantage de l’ethnomusicologie à laquelle les chercheurs de cette sous-discipline ont habitué le lecteur ; il s’agit d’une ethnographie d’un instrument de musique, le gong agung ou grand gong dans le Bali d’aujourd’hui. Ce gong est ici étudié sous les angles religieux, mais également politique et économique.

13Avec le texte du musicologue Gavin Douglas, l’aire étudiée est bien différente puisqu’il se demande quel rôle le son a joué dans les luttes de ces dernières décennies au Myanmar bouddhiste. Conscients des dimensions sonores du mérite et du pouvoir, les gouvernements militaires ont utilisé la musique traditionnelle pour légitimer leur statut politique (p. 296-297) – comme lorsque, en 1990-2000, les généraux birmans profitaient de la compétition annuelle des arts du spectacle Sokayeti pour assurer la promotion de leur politique (p. 287) – tandis que les oppositions défiaient ces pouvoirs par d’autres types de musiques (importées) ou par le silence (p. 301).

14La seconde contribution sur le Myanmar, ici le Rakhine, œuvre de l’anthropologue suisse, ancienne étudiante à l’université de Provence (aujourd’hui université d’Aix-Marseille) est Céline Coderey ; elle concerne les sons qui guérissent et plus précisément les « récitations auspicieuses et apotropaïques [conjurant le mauvais sort] » en milieu bouddhiste. Ces « mots-sons » ont du pouvoir, mais « ce pouvoir est lié au contexte ainsi qu’à l’identité du récitant » (p. 308) et C. Coderey présente les cas où celui-ci est un moine, un guérisseur ou un laïc. Sa conclusion est toutefois ambigüe puisqu’en notant le rôle grandissant des laïcs elle parle d’une « certaine sécularisation » mais conclut en revanche sur la « suprématie du bouddhisme comme système de valeurs » (p. 337).

15Julius Bautista, anthropologue et historien filipino-australien, enseignant à Kyoto, donne ici une version adaptée du chapitre 2 de son ouvrage The Way of the cross. Suffering selfhoods in the roman catholic Philippine publié en 2019. À partir d’un terrain dans la province de Pampanga, située au nord-ouest de Manille, en 2010, il est question de piété sonique (sonic piety) à propos du pabasa, le chant en public du récit de la Passion du Christ.

  • 4 On peut regretter que les deux auteurs utilisant des exemples en langue thaïe – N. Porath et M. Pla (...)

16Martin Platt, titulaire d’un PhD de la SOAS à Londres, ancien professeur à l’université de Copenhague et auteur d’un ouvrage sur la littérature du Nord-Est thaïlandais, signe enfin un court chapitre (p. 367-381) intitulé « How does Thailand sound ? ». Mais si l’introduction laisse espérer une synthèse originale faisant une large place aux bruits de la ville la contribution ne traite guère ensuite que de littérature et de linguistique4.

  • 5 Un article de l’anthropologue urbain hollandais Freek Colombijn, qui étudie les villes indonésienne (...)
  • 6 Le grand spécialiste de l’anthropologie de la guerre est Keith F Otterbein, qui a écrit sur le suje (...)

17Outre la ville5, et dans un registre bien différent, c’est sans doute à la guerre que le bruit est le plus assourdissant. Mais ce domaine n’est peut-être pas de la compétence de l’ethnologue qui se doit de faire un terrain prolongé. D. Henley s’en approche parfois avec une contribution intitulée « Sound wars. Piety, civility, and the battle for Indonesian ears » et Porath mentionne tout de même deux articles de l’historienne Barbara Andaya sur les tambours et les canons chez les Malais6.

18Le silence – l’absence de bruit – est traité par plusieurs des contributeurs de cet ouvrage. Un article de synthèse spécifiquement sur cet aspect aurait été le bienvenu. Les exemples auraient été aisés à présenter, depuis la méditation pratiquée à la fois par les moines et de nombreux laïcs jusqu’au silence chez les Khmers rouges. Des Cambodgiens d’origines chinoises, vietnamiennes, chames ou thaïes racontent qu’ils s’obligèrent à garder le silence pendant trois longues années pour éviter que leurs accents ne les trahissent et les conduisent à la mort. C’était également le cas des Cambodgiens dont le langage pouvait indiquer un trop haut niveau d’instruction. En revanche, ceux qui étaient arrêtés étaient forcés de parler et avouer des crimes le plus souvent imaginaires.

19Le travail d’édition comporte trop d’imperfections. L’absence d’une bibliographie commune donne le sentiment d’un manque d’unité de l’ensemble même si, dans ce type d’ouvrage, cela ne pouvait que rester assez artificiel. Mais, au total les treize bibliographies couvrant 55 pages sont parfois redondantes car certaines références (Schafer, Descola…) sont données dans plusieurs d’entre elles.

20Étrangement une liste de seize enregistrements disponibles sur Internet – essentiellement sur le monde malayo-indonésien – apparaît dès la table des matières initiale, alors que certains auteurs donnent leurs références d’enregistrement, certes différentes, après leurs bibliographies (Benjamin p. 116). L’index de fin est très incomplet (avec seulement trois noms géographiques, neuf noms d’auteurs) et comporte des coquilles (Marleu-Ponty, Schaffer). Enfin, la quasi-absence de cartes géographiques permettant de situer les divers groupes étudiés est également bien dommageable.

  • 7 En 2018, un ouvrage de 1929, Les marchands ambulants et les cris de la rue à Hanoi a été réédité pa (...)
  • 8 Ceux-ci sont beaucoup plus nombreux qu’on ne pourrait croire, même s’ils sont surtout l’œuvre d’his (...)
  • 9 Son livre a pour sous-titre Essais d’acoulogie, selon une notion attribuée à l’essayiste et composi (...)

21Loin d’être parfaite, cette collection de contributions n’en est pas moins d’un grand intérêt car elle représente un jalon pour l’étude du paysage sonore en Asie du Sud-Est. Il faut encourager d’autres initiatives peut-être moins axées sur l’ethnomusicologie et la linguistique, couvrant si possible les pays qui ne sont pas ici représentés7 et utilisant les travaux de langue française déjà nombreux sur le sujet8. Signalons tout particulièrement Le Promeneur écoutant, l’ouvrage publié en 1993 par Michel Chion qui s’est « particulièrement occupé du rebut laissé par les autres chercheurs, attentifs seulement à la musique et au langage » (Chion 1993 : 10)9.

Haut de page

Bibliographie

BENJAMIN, Geoffrey, 2012, « The Aslian languages of Malaysia and Thailand : an Assessment », in Language Documentation and Description, Stuart McGill & Peter K. Austin, éd., vol 11, Londres : SOAS. p. 136-230.

CHION, Michel, 1993, Le promeneur écoutant. Essais d’acoulogie, Paris, Éditions Plume.

COLLECTIF, 2018, Les marchands ambulants et les cris de la rue à Hanoi, préface d’Olivier Tessier, dessins réalisés en 1929, Paris : EFEO-Magellan & Cie.

COLOMBIJN, Freek, 2007, « Tooot ! Vroooom ! The Urban Soundscape in Indonesia », Sojourn : Journal of Social Issues in Southeast Asia, 22, 2 : 255-273.

FRITZ, J.-M., 2000, Paysages sonores du Moyen Âge. Le versant épistémologique, Paris : Honoré Champion.

GEISLER, Élise, 2013, « Du Soundscape au paysage sonore », Métropolitique, 23, URL : https://www.metropolitiques.eu/Du-soundscape-au-paysage-sonore.html.

GUTTON, J.-P., 2000, Bruits et sons dans notre histoire : essai sur la reconstitution du paysage sonore, Paris : Presses universitaires de France.

HABLOT, Laurent & VISSIERE, Laurent, 2018, Les Paysages sonores du Moyen-Âge à la Renaissance, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

LE ROUX, Pierre, 1991, « Au pays des oiseaux-rois : les tourterelles de Patani », Acta Geographica, 88, iv : 2-16.

LE ROUX, Pierre, & SELLATO, Bernard, éd., 2006, Les Messagers divins. Aspects esthétiques et symboliques des oiseaux en Asie du Sud-Est/Divine Messengers. Bird Symbolism and Aesthetics in Southeast Asia, Paris & Bangkok : SevenOrients/Connaissances & Savoirs & IRASEC.

LETT, Didier & OFFENSTADT, Nicolas, éd., 2003, Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris : Publications de la Sorbonne, URL : https://books.openedition.org/psorbonne/13392, DOI : 10.4000/books.psorbonne.13392.

MARIÉTAN, Pierre, 2003, « Lire la ville à l’oreille », in La Ville en débat, Nabil El-Haggar, Didier Paris & Isam Shahrour, éd., Paris : éditions L’Harmattan, coll. « Les Rendez-vous d’Archimèdes », p. 255-279.

OTTERBEIN, Keith F., 2009, The Anthropology of War, Long Grove (US) :Waveland.

SCHAFER, Raymond Murray, 1977, The Tuning of the World. Toward a Theory of Soundscape Design, Philadelphie : University of Pennsylvania Press.

SCHAFER, Raymond Murray, 1979, Le Paysage sonore. Toute l’histoire de notre environnement sonore à travers les âges, Paris : Éditions Jean-Claude Lattès.

SCHAFER, Raymond Murray, 2010, Le paysage sonore, le monde comme musique, Marseille : éditions Wild Project, coll. « Domaine sauvage ».

SCHAEFFER, Pierre, 1966, Traité des objets musicaux, Paris : Le Seuil.

SCHIRMER, Karoline, 2012. « Le paysage sonore : concevoir un patrimoine du son ? » Eurostudia, 8, 1-2 : 123-148, URL : https://id.erudit.org/iderudit/1026635ar, DOI : https://doi.org/10.7202/1026635ar.

Haut de page

Note de fin

1 Certains auteurs utilisent le mot anglais sound comme adjectif alors que d’autres utilisent plus volontiers l’adjectif sonic.

2 En fait, pour l’essentiel, l’introduction présente les contributions de l’ouvrage, ce qui – dans de nombreux autres livres du même type – constitue les quelques dernières pages d’une introduction. En revanche, le chapitre premier qui tire une partie de ses données des diverses contributions aurait très pu faire figure de conclusion.

3 Il faut signaler que deux de ses ouvrages majeurs sont aujourd’hui disponibles en langue française (Schafer 1979, 2010).

4 On peut regretter que les deux auteurs utilisant des exemples en langue thaïe – N. Porath et M. Platt – ne se soient pas entendus pour adopter un même système de transcription, et surtout celui de l’Institut royal (rachabandit sathan), utilisé aujourd’hui par la majorité des chercheurs.

5 Un article de l’anthropologue urbain hollandais Freek Colombijn, qui étudie les villes indonésiennes (Colombijn 2007) aurait été du plus grand intérêt.

6 Le grand spécialiste de l’anthropologie de la guerre est Keith F Otterbein, qui a écrit sur le sujet depuis plus de 40 ans (Otterbein 2009).

7 En 2018, un ouvrage de 1929, Les marchands ambulants et les cris de la rue à Hanoi a été réédité par l’EFEO-Magellan & Cie, avec une préface d’Olivier Tessier (Collectif 2018), voir à ce propos le site Internet URL : http://belleindochine.free.fr/LesCrisDeLaRueHanoi.htm.

8 Ceux-ci sont beaucoup plus nombreux qu’on ne pourrait croire, même s’ils sont surtout l’œuvre d’historiens (Fritz 2000, Gutton 2000, Lett & Offenstadt 2003, Mariétan 2003, Schirmer 2012, Hablot & Vissière 2018, Geisler 2013).

9 Son livre a pour sous-titre Essais d’acoulogie, selon une notion attribuée à l’essayiste et compositeur français Pierre Schaeffer [sans lien de parenté avec le Canadien Raymond Murray Schafer] dans son Traité des objets musicaux (Schaeffer 1966) et définie comme « une discipline en germe dont l’objet est de s’occuper en mots rigoureux de ce qu’on entend, sous tous ses aspects » (Chion 1993 : 4e de couverture).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Nathan Porath, éd., Hearing Southeast Asia. Sounds of Hierarchy and Power in Context »Moussons, 35 | 2020, 247-252.

Référence électronique

Jean Baffie, « Nathan Porath, éd., Hearing Southeast Asia. Sounds of Hierarchy and Power in Context »Moussons [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 13 août 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/6307 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.6307

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search