Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Comptes rendusDoan Cam Thi, « Un moi sans masqu...

Comptes rendus

Doan Cam Thi, « Un moi sans masque » - L’Autobiographie au Vietnam (1887-1945)

Paris, Riveneuve, 2019, 236 p.
Aude To
p. 258-260
Référence(s) :

Doan Cam Thi, « Un moi sans masque » - L’Autobiographie au Vietnam (1887-1945), Paris, Riveneuve, 2019, 236 p.

Texte intégral

  • 1 À l’origine, la poétique (du grec poiesis qui signifie créer) désigne l’étude de la création artist (...)

1Soulignons d’emblée le grand plaisir que suscite la lecture de cet essai sur la poétique – dans le sens genettien du terme1 – de l’autobiographie au Vietnam. Écrit dans une très belle langue, c’est-à-dire sensible, élégante et rigoureuse, l’ouvrage de Doan Cam Thi, maître de conférences à l’Inalco, séduit par son caractère pionnier : il s’agit d’une des très rares monographies consacrées à l’autobiographie d’une littérature non-occidentale. En effet, développé en France depuis les années 1970 au point de faire aujourd’hui partie intégrante du champ littéraire, le discours théorique de l’autobiographie peine à s’ouvrir aux aires « orientales », resté captif du mythe – largement répandu – selon lequel l’Occident moderne aurait été la matrice de l’individu. Selon Doan Cam Thi, cet essai se donne précisément pour mission de contribuer à sa déconstruction.

2Au sein des études vietnamiennes, si l’auteur souligne l’intérêt croissant pour l’autobiographie (tự truyện), forme la plus accomplie de l’écriture du moi (tôi), elle note deux problèmes majeurs de ce champ de recherche. Le premier est ce « flou théorique » dans lequel les chercheurs se perdent, confondant autobiographie, mémoires, roman à la première personne, journal intime. Le second, quant à lui, consiste en ces lectures qui, souvent plus psychologiques que formelles, tiennent l’autobiographie à l’écart des questionnements sur l’autobiographie comme texte littéraire et genre littéraire, la réduisant à une source « utile » d’éléments biographiques.

3C’est la raison pour laquelle d’emblée l’ouvrage s’attache à lire l’autobiographie vietnamienne à la lumière des travaux théoriques. Son introduction substantielle rappelle ainsi le fameux débat entre ceux qui voient (tel Philippe Lejeune 1975, 1986, 1998, 2005) l’autobiographie comme un genre littéraire dont l’émergence serait liée à l’essor de l’individualisme, et ceux (à l’instar de Georges Gusdorf 1991, 1992) pour qui elle est un phénomène humain, voire une démarche spirituelle, dont l’origine serait immémoriale. Avec rigueur, Doan Cam Thi explique son choix pour la théorie lejeunienne qui demeure « la plus féconde » car « vérifiée et affinée » (p. 29) sans relâche.

4Par ailleurs, la démarche de Doan Cam Thi, originale, consiste à accorder une attention particulière aux développements parallèles entre les œuvres autobiographiques en France et au Vietnam. Elle se justifie par la lecture passionnante que susciteraient leurs contrastes et trouvailles tant esthétiques que thématiques, car « les auteurs vietnamiens se sont nourris […] de livres français durant ces deux derniers siècles, leur passion allant parfois à l’encontre de la volonté des régimes politiques ». Au-delà des différences, Doan Cam Thi est convaincue qu’une littérature, qu’elle soit vietnamienne ou française, « orientale » ou « occidentale », n’est « nullement une forme fermée mais au contraire, un organisme si vivant et si ouvert » (p. 30) sur d’autres littératures qu’il faut éviter d’y mettre des frontières absolues.

5La période interrogée par l’ouvrage est pleinement justifiée, allant de 1887 – date de la parution du premier roman vietnamien du « je », Truyện thầy Lazaro Phiền [L’Histoire de Lazaro Phiền], de Nguyễn Trọng Quản – aux années 1925-1945, marquées par trois autobiographies fondatrices. Sur le plan politique et culturel, cette époque, marquée par l’ouverture exceptionnelle du Vietnam vers la France et l’Occident certes, mais aussi vers d’autres pays d’Asie, en particulier la Chine et le Japon, a donné lieu à d’intenses échanges d’idées et de textes qui ont fini par façonner en profondeur la littérature vietnamienne. Par ailleurs, l’essor des expressions personnelles n’est pas, rappelle Doan Cam Thi, sans lien avec celui du christianisme qui, importé au Vietnam au xviie siècle, a par le biais de la confession, contribué aux mutations linguistiques et littéraires du « tôi ».

6Les trois chapitres de l’essai, d’une soixantaine de pages chacun, tous passionnants, sont consacrés à la lecture des trois premières autobiographies d’écrivain. Ils montrent comment chacun d’eux est à la fois une écriture strictement autobiographique et une forme originale car enrichie par un contenu proprement vietnamien.

7Le premier intitulé « Le mythe de l’écrivain moderne », porte sur Giấc mộng lớn [Le Grand rêve], paru en 1928, dans lequel Tản Đà (1889-1939) trace son propre parcours. Issu des études mandarinales, adepte de Zhuangzi et de Li Po, ce jeune lettré est devenu pendant les années 1915-1920 le « champion » de l’écriture en quốc ngữ, forme romanisée de la langue vietnamienne. Tản Đà se peint comme un « passeur », un des « créateurs de cette modernité littéraire en effervescence ». « Ainsi, contrairement à l’idée mal fondée, mais bien enracinée dans l’imaginaire collectif en raison du passé colonial du Vietnam, selon laquelle le sinogramme représente le conservatisme et l’alphabet l’ouverture sur le monde, l’itinéraire de Tản Đà et celui de nombre de lettrés montrent que le chinois et la culture « classique » leur ont ouvert […] le chemin de la modernité » (p. 100). En articulant la vaste entreprise autobiographique de Tản Đà avec la construction de la figure naissante de l’écrivain moderne et le débat sur la nécessité de transformer la littérature en une discipline autonome, l’essai affirme que cet élan collectif est à l’origine de l’explosion des récits autobiographiques au cours de la décennie 1935-1940.

  • 2 Notamment grâce à l’ouvrage de Georges Politzer, La Critique des fondements de la psychologie, (192 (...)

8Le deuxième chapitre, « Dire l’interdit », et le troisième, « Autobiographie, photographie et autocensure », portent sur deux autobiographies d’enfance : Những ngày thơ ấu [Jours d’enfance] (1938) et Cỏ dại [Herbes folles] (1944), de Nguyên Hồng (1918-1982) et Tô Hoài (1920-2014), auteurs issus de milieux modestes, premiers bénéficiaires de l’école franco-indigène et lecteurs de Rousseau, Freud, Gide. Il s’agit moins pour ces jeunes écrivains d’une quête identitaire mais plutôt d’une manifestation spontanée et réfractaire de leur être en se posant comme témoin pour défendre les nouvelles valeurs sociétales, familiales et/ou personnelles tout en exprimant sans retenue leurs aspirations sensuelles et sexuelles. Doan Cam Thi propose donc une lecture œdipienne de l’amour fantasmatiquement incestueux de Nguyên Hồng enfant pour sa mère, tel qu’il est raconté dans son autobiographie. Par ailleurs, sa recherche, qui situe l’entrée de la psychanalyse au Vietnam vers le début des années 1930 et sa large diffusion dans le milieu littéraire, observe que la tentative vietnamienne est assez précoce, l’introduction réelle de la théorie de Freud en France n’ayant lieu qu’à la fin des années 19202.

9Quant à Tô Hoài, il est salué à vingt-trois ans comme l’un des « jeunes représentants les plus talentueux du réalisme social » (p. 154) avant de devenir un leader du réalisme socialiste. La comparaison des quatre versions différentes d’Herbes Folles, parues de 1944 à 2004, permet à Doan Cam Thi de mener une passionnante enquête sur les motivations et enjeux de ces transformations. Certes, ces « réécritures », voire « autocensures », reflètent les difficultés pour un écrivain vietnamien de s’exprimer librement à l’épreuve des pouvoirs politiques, qu’ils soient coloniaux ou communistes. Mais au-delà des « tactiques » (p. 200) déployées par l’autobiographe pour échapper à la censure, Doan Cam Thi y voit un plaisir de « fabriquer un moi pluriel et contradictoire » : « Image, masque, dédoublement ne sont-ils pas divers outils d’une incessante invention de soi pour Tô Hoài qui tisse des liens complexes avec l’art, l’idéologie et le pouvoir ? » (p. 157), se demande-t-elle.

10En définitive, l’ouvrage interprète l’émergence de l’autobiographie vietnamienne au cours des années 1928-1945 comme une démarche à la fois en rupture et en continuité avec les modèles classiques de la littérature du moi. Elle s’inscrit donc « dans la permanence d’une longue tradition de l’écriture de soi que la crise idéologique et l’effervescence intellectuelle provoquées par la violente rencontre avec l’Occident contribue à faire épanouir » (p. 34) L’apparition de ce genre littéraire, « acmé de la littérature du moi », conclut l’essai, « illustre à l’extrême la capacité vietnamienne, d’ailleurs trop souvent niée, à penser l’individu » (p. 207).

  • 3 Doan Cam Thi a également publié Écrire le Vietnam contemporain. Guerre, corps, littérature (2010) e (...)

11Enfin, en tant que traductrice et éditrice, Doan Cam Thi, qui dirige la collection « Littérature vietnamienne contemporaine » de Riveneuve Éditions, nous fait découvrir depuis cinq ans des textes les plus récents et les plus audacieux du Vietnam. Ce travail est essentiel car il permet au public francophone de découvrir ce trésor méconnu. Mais la grandeur d'une littérature ne se fonde pas seulement, la chercheuse en est parfaitement consciente, sur son répertoire des chefs d’œuvres mais aussi sur la force des discours théoriques qu'elle suscite. Pertinents, ses ouvrages3 constituent un apport très neuf aux études vietnamiennes. De façon générale, ils sont indispensables à toute recherche sur les écritures du moi et sur les concepts d’individu dans le monde.

Haut de page

Bibliographie

DOAN CAM THI, 2010, Écrire le Vietnam contemporain. Guerre, corps, littérature, Paris : Presses de l’Université Paris Sorbonne.

DOAN CAM THI, 2016, Đọc « tôi » bên bến lạ [L'usage du « je » dans la littérature vietnamienne contemporaine], Hanoi : éditions Hội nhà văn et Nhã Nam.

GUSDORF, Georges, 1991, Lignes de vie I, Paris : éditions Odile Jacob.

GUSDORF, Georges, 1992, Lignes de vie II : Autobiographie, Paris : éditions Odile Jacob.

LEJEUNE, Philippe, 1975, Le Pacte autobiographique, Paris, éditions Le Seuil, coll. « Poétique ».

LEJEUNE, Philippe, 1986, Moi aussi, Paris : éditions Le Seuil.

LEJEUNE, Philippe, 1998, Les Brouillons de soi, Paris : éditions Le Seuil.

LEJEUNE, Philippe, 2005, Signes de vie. Le pacte autobiographique 2, Paris : éditions Le Seuil.

POLITZER, Georges, 1929, La Critique des fondements de la psychologie, Paris : Presses universitaires de France.

Haut de page

Note de fin

1 À l’origine, la poétique (du grec poiesis qui signifie créer) désigne l’étude de la création artistique. De nos jours, elle désigne plutôt l’étude des formes littéraires. Un des fondateurs de la narratologie, Gérard Genette (1930-2018), s’est consacré à l’étude du discours du récit.

2 Notamment grâce à l’ouvrage de Georges Politzer, La Critique des fondements de la psychologie, (1929).

3 Doan Cam Thi a également publié Écrire le Vietnam contemporain. Guerre, corps, littérature (2010) et Đọc « tôi » bên bến lạ [L'usage du « je » dans la littérature vietnamienne contemporaine] (2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude To, « Doan Cam Thi, « Un moi sans masque » - L’Autobiographie au Vietnam (1887-1945) »Moussons, 35 | 2020, 258-260.

Référence électronique

Aude To, « Doan Cam Thi, « Un moi sans masque » - L’Autobiographie au Vietnam (1887-1945) »Moussons [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 13 août 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/6322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.6322

Haut de page

Auteur

Aude To

Doctorante à l’ED 540 École normale supérieure.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search