Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36ArticlesRéflexions à propos du p...

Articles

Réflexions à propos du patrimoine urbain en Asie du Sud-Est, sur le versant de l’« UNESCO-isation »

Questioning « UNESCO-isation ». Reflections on Urban Heritage in Southeast Asia
Charles Goldblum
p. 35-51

Résumés

Loin d’occuper une position prépondérante dans le domaine de la préservation des centres anciens des villes actives de l’Asie du Sud-Est, l’UNESCO y gagne cependant en influence à la faveur de programmes ouverts aux aspects socio-économiques et environnementaux de la protection du patrimoine urbain. Observant cette tendance et ses implications quant à l’internationalisation du champ patrimonial en Asie du Sud-Est, le propos du présent article se situe à la rencontre de deux thèmes, à savoir celui de l’entrée des interventions relatives au patrimoine dans l’univers des projets urbains et celui de l’internationalisation du vocabulaire patrimonial qualifiant les espaces, avec les enjeux de traduction que suscitent des expressions telles que « paysage culturel » et « ville créative » présidant à leur affectation à des programmes d’intervention. Ces réflexions se nourrissent notamment d’une lecture critique des contributions à l’ouvrage UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective dirigé par Victor T. King (2016a) – auteur auquel nous empruntons le vocable d’« UNESCO-isation ».

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version du présent article a fait l’objet d’une communication le 7 octobre 2016, dans le cadre du séminaire « Circulation des références urbaines et assemblages locaux », organisé par Élisabeth Peyroux et Thierry Sanjuan 
(Groupe de travail « Circulation des modèles et hétérogénéité des développements », UMR 245 Cessma et UMR 8586 Prodig, Labex DynamiTe), lors d’une séance consacrée aux « Mots du patrimoine en Asie du Sud-Est ».

Texte intégral

Remarques liminaires

1Les actions relatives au patrimoine urbain en Asie du Sud-Est sont loin d’être toutes placées sous l’égide de l’UNESCO. Il n’est que de mentionner l’important programme de réhabilitation de Chinatown/Tanjong Pagar mené à Singapour depuis les années 1980 ou la mise en valeur de Rattanakosin (citadelle royale de Bangkok) dans le cadre des travaux du bicentenaire (1982) de la capitale thaïlandaise. Concernant les villes vivantes d’Asie du Sud-Est classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, telles Hoi An au Vietnam et Luang Prabang au Laos, les incidences touristiques et/ou foncières du classement ne vont, par ailleurs, pas sans susciter des critiques quant à l’opportunité de ces procédures. Il n’empêche qu’à la faveur de la mise en place de nouveaux dispositifs, tels ceux de la « ville créative » et du « paysage culturel » – plus soucieux d’intégrer l’esprit du lieu, l’univers des pratiques sociales et les enjeux du développement économique dans les actions patrimoniales –, des pays jusqu’alors réticents à soumettre leurs villes actives aux règles de l’UNESCO s’ouvrent de façon croissante à son influence. C’est notamment le cas pour la cité-État de Singapour dont les jardins botaniques sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial depuis 2015 et candidate en 2019 à l’inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au titre de la culture « hawker » (restauration de rue) ; c’est également le cas de la Thaïlande, où Bangkok et Sukhothai ont récemment rejoint Phuket et Chiang Mai dans le réseau des « villes créatives » de l’UNESCO et où une démarche de classement sur la liste du patrimoine mondial a été engagée par Chiang Mai.

2Prenant en compte ces tendances et leurs implications quant à l’internationalisation du champ patrimonial en Asie du Sud-Est, le propos du présent article se situe à la rencontre de deux domaines de réflexion.

3L’un concerne les incidences de l’intégration de la dimension urbaine (et, au-delà, de celle des sites et des territoires) dans la patrimonialisation en Asie du Sud-Est, à partir d’une observation ayant valeur sinon de constat du moins d’hypothèse : la ville n’est pas juste un objet supplémentaire sur le registre du patrimoine :

  • parce qu’elle se donne comme totalité – à la fois espace bâti et espace social, urbs et civitas –, ce que tente de recomposer l’association patrimoine matériel/patrimoine immatériel (en particulier dans la logique patrimoniale actuelle de l’UNESCO), dès lors que la démarche de patrimonialisation s’écarte de l’objet singulier, exceptionnel et/ou monumental, pour s’intéresser à des ensembles urbains intégrant l’« ordinaire » du patrimoine ;
  • et parce qu’elle participe d’un univers de projets, de circulation internationale des conceptions urbanistiques, tels que promus dès la fin des années 1920 par les congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM), avec les dispositifs de lecture et de classement des espaces (hiérarchies inscrites dans les plans de zonage) propres à cet univers, avec son vocabulaire, sa terminologie et son modus operandi quant à la mise en valeur, mais aussi quant à la dévalorisation, la dépréciation – ainsi de la catégorisation comme « habitat temporaire » ou comme slums de l’habitat vernaculaire, construit en matériaux végétaux ; on rejoint ici un aspect de la question de l’internationalisation de la production urbaine et de la circulation des références, au-delà de la question de l’uniformisation des formes urbaines.
  • 1 King (2016c : 7, 36), en référence à la contribution d’Annabel Vallard sur Luang (...)

4L’autre entrée concerne un acteur majeur de cette internationalisation de l’action patrimoniale, à savoir l’UNESCO, la façon dont cette institution conçoit l’urbanisation du patrimoine mondial, diffuse les principes produits ou relayés par elle – éventuellement sous l’effet d’une traduction des « bonnes » pratiques en normes. Ce volet de la présente contribution prend notamment appui sur l’ouvrage dirigé par Victor T. King : UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective – auquel nous empruntons l’expression « UNESCO-isation1 » – pour mettre en évidence les conflits de référentiel que les opérations de patrimonialisation suscitent parmi les acteurs qu’elles mobilisent, acteurs internationaux inclus.

  • 2 Voir en particulier l’article de Chiara Bortoletto (2013 : 50-73).

5La question des mots, tant de la façon de nommer et de classer les espaces que de nommer la chose patrimoniale elle-même, s’impose ici comme s’impose la question de la traduction dans les situations d’expertise, de contrat ou de convention – notamment pour le classement d’un site au patrimoine mondial. Concernant l’UNESCO, la question de la traduction a, du reste, donné lieu à un courant de recherche dont rend notamment compte le numéro 18 de la revue Gradhiva intitulé « Le monde selon l’UNESCO2 ».

6Les phénomènes langagiers figurent, à cet égard, comme un élément transversal, avec la particularité de la diffusion d’un vocabulaire renvoyant à des modèles à vocation universelle, portés par les organisations internationales, au-delà même de leur domaine propre d’intervention : dans la sphère patrimoniale, la traduction figure ainsi comme enjeu de pouvoir – y compris sous l’aspect des « intraduisibles du patrimoine », tels qu’approchés dans la démarche de Barbara Cassin et Danièle Wozny (2014). S’agissant du patrimoine urbain, une attention particulière est à porter au lien entre la circulation des formes – formes construites et modèles d’intervention – et celle des mots et, concernant ces derniers, aux termes qualifiant les espaces (ou les disqualifiant), en tant que clés de lecture et analyseurs des conflits ; ainsi de la distinction heritage/non-heritage qu’établit Adèle Esposito à propos de Siem Reap dans son rapport à l’espace protégé du parc archéologique d’Angkor (2018).

L’urbanisation du champ patrimonial en Asie du Sud-Est : une entrée dans l’univers des projets

7L’extension des approches patrimoniales du monument aux ensembles urbains – démarche concomitante à celle opérant dans le domaine archéologique –, n’est pas une simple question dimensionnelle. Elle marque l’entrée du patrimoine dans le domaine des projets, voire des « méga-projets » urbains contemporains (Goldblum 2015).

Les logiques patrimoniales face aux singularités urbaines de l’Asie du Sud-Est

8Concernant l’Asie du Sud-Est, on peut, de ce point de vue, prendre la mesure des questions que soulèvent les singularités urbaines sud-est asiatiques quant aux conditions et modalités propres d’urbanisation du projet patrimonial et de mise en circulation des références portées par celui-ci :

  • question du statut des espaces dans leur lien à l’inscription historique des villes en Asie du Sud-Est, de la spécificité de la ville agrégative par rapport à la ville sédimentaire au regard des logiques de patrimonialisation. Ainsi, c’est à partir du groupe monumental que constitue la citadelle royale de Bangkok – Rattanakosin – qu’en Thaïlande la dimension patrimoniale est, pour les villes, sortie de l’archéologie (le parc historique de l’ancienne capitale Ayutthaya est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991) pour investir la ville vivante, ainsi qu’il apparaît dans la recherche de Pornthum Thumwimol (2004) ;
  • question du statut du matériau dans son lien au patrimoine urbain ordinaire, de la spécificité de la ville végétale en Asie du Sud-Est, de son statut urbain et de son statut patrimonial, ne serait-ce qu’en raison du caractère éphémère de ses matériaux et du lien entre sa durabilité physique et celle des communautés d’habitants – où l’on retrouve les deux faces, matérielle et sociale, de la ville. Il est, à cet égard, utile de suivre l’itinéraire des mots relatifs à la typologie de l’habitat en Asie du Sud-Est, tels que shophouse, kampong, slum (dans leur version ou leur graphie anglo-saxonne), ainsi que du statut des types qu’ils désignent et de leur implication en termes opérationnels (dépréciation/réhabilitation). Le cas de Singapour – de la rénovation urbaine du centre ancien à la réhabilitation des quartiers « ethniques » : Chinatown, Little India, Kampong Glam, comme quartiers représentatifs des composantes fondatrices de la cité-État – éclairant de ce point de vue, présente quelque parenté avec des situations de réhabilitation urbaine en Europe (Goldblum 1996). Mais s’y expriment, dans la terminologie même, quelques traits particuliers à l’Asie du Sud-Est : avec Kampong Glam, c’est le village urbain – kampong/kampung de l’espace malayo-indonésien, ban/bang de Thaïlande et du Laos – qui, composante de la ville végétale des villes et comptoirs asiatiques assimilée plus tard au bidonville (au slum/salam dans sa version thaïlandaise), fait retour comme porteur d’un idéal communautaire, d’une identité collective (chumchon ae-at) ; il en va de même des shophouses de Chinatown (compartiments chinois associant à l’origine la résidence et le commerce), élément morphologique commun aux villes marchandes sud-est asiatiques, un temps objet de rejet associé aux images de surdensité et de taudification et à l’univers sino-colonial : donné, à Singapour comme à Phnom Penh, comme obstacle à la volonté de modernisation urbaine consécutive aux indépendances, il revient aujourd’hui comme objet patrimonial valorisé comme symbole de la ville sud-est asiatique ouverte aux apports architecturaux extérieurs, à Singapour comme à George Town et Melaka en Malaisie ou à Vigan (île de Luçon) aux Philippines. Il s’agit là, certes, d’une valorisation par les instances officielles, nationales et internationales (notamment par l’UNESCO) ; mais ne pourrait-on pas considérer les réactions aux tentatives d’éviction d’édifices ou de villages urbains anciens (îlot Eden à Hô Chi Minh-Ville, Ban Khrua à Bangkok) comme l’expression d’une valorisation patrimoniale par les habitants eux-mêmes, ceux-ci s’imposant en somme comme acteurs de la patrimonialisation de leur espace ?
  • 3 Expression orthographiée meuang boran dans le mode de transcription adopté (...)

9Rapportées au champ patrimonial, les caractéristiques de la ville en tant que telle et de l’intervention urbaine se chargent ainsi d’une teneur particulière, accusant encore plus les spécificités urbaines sud-est asiatiques, car s’y confrontent des univers de référence distincts qui adoptent volontiers, en situation de projet, la forme d’un enjeu lexical. Il en va ainsi du lien entre la désignation des espaces comme ville, quartier, site historique dans les logiques de classement, d’aménagement, et leur mode de traitement selon des règles spécifiques ou des règles communes – question clé, on en conviendra, dès lors que l’objet patrimonial sort de la sphère exclusive de la singularité et de la monumentalité pour s’étendre, en tant que patrimoine urbain, aux espaces urbains ordinaires, associés à l’histoire d’un site, à ses caractéristiques (paysage culturel) et à son peuplement (représentation du passé/roman national/passé recomposé) ; question clé aussi concernant le choix terminologique et l’institution ou les circonstances porteuses de terminologies nouvelles ; ainsi de la différenciation mueang boran3 et moradok, que Pijika Phumketkao-Lecourt développe dans sa thèse sur la construction et l’évolution de la notion de patrimoine à Chiang Mai (2019).

La délimitation du patrimoine urbain comme procédure sélective : Ban Khrua/Rattanakosin

  • 4 Également orthographié yarn dans la transcription romanisée, voir Marc Aske (...)

10Une illustration des particularités des questions que soulève la lecture des logiques et procédures de conservation du patrimoine s’agissant de l’urbain est donnée par l’approche que Marc Askew présente concernant le patrimoine urbain historique de Bangkok et le traitement particulier dont fait l’objet la cité royale : Rattanakosin, complexe quasi insulaire de temples et de palais par rapport aux villages ethniques associés à son développement le long du fleuve et des canaux rayonnants. Marc Askew présente ainsi une analyse critique de l’optique de protection sélective qui, selon lui, prévaut dans la sauvegarde du patrimoine de Krung Thep, désignation de Bangkok en langue thaïe, mais dont l’espace de référence serait l’espace de fondation – dynastique et urbain – largement circonscrit à l’île de Rattanakosin. La démarche de sauvegarde développée par les élites thaïlandaises jouerait au détriment des quartiers ordinaires (yan) – y compris ceux qui, comme Ban Khrua, village cham associé à la période fondatrice de Bangkok comme capitale royale du Siam, constituent pourtant également une composante de la ville historique. Il met ainsi en cause le caractère exclusif des dispositifs de conservation promus par l’élite après une longue période de négligence, y voyant l’expression d’une vision idéalisée de la ville-capitale que figurerait Krung Thep, s’opposant à une représentation de la ville ordinaire que figurerait Bangkok. Cette opposition trouverait en quelque sorte son fondement dans le champ patrimonial avec la distinction entre les termes de moradok (immuabilité et intangibilité du patrimoine urbain associé, à l’échelle de la capitale, à la ville royale : Rattanakosin) et de yan4 (quartier urbain ordinaire d’habitat et de commerce, espace du quotidien, tel Ban Khrua, voué à l’incertitude et aux aléas du changement). En découle une protection sélective de la centralité que l’on pourrait mettre en parallèle, à l’échelle urbaine, avec le débat qu’ont suscité les inondations de novembre 2011 : les dispositions visant à protéger la capitale sont perçues de sa périphérie comme des mesures discriminatoires en faveur des Bangkokiens (tous les registres de la centralité venant fusionner à Bangkok).

  • 5 La carte sur la conservation de Rattanakosin à Bangkok présentée par Marc Askew (1996 : (...)
  • 6 Marc Askew (2002 : 110) : « The much publicised resistance of Muslim residents of the v (...)

11Même si l’on est ici en dehors du domaine d’action directe de l’UNESCO – mais sans doute pas en dehors de son espace de rayonnement ou d’influence –, Marc Askew fait ainsi apparaître le yan que figure Ban Khrua comme emblématique de ce que nous pourrions désigner en français par « quartier déshérité » – exclu de ce qui est reconnu à l’échelle nationale et urbaine comme héritage, comme patrimoine et, de ce fait, privé de protection – par opposition aux quartiers privilégiés, reconnus pour leur valeur patrimoniale (Krung Thep)5. La lutte de ces « communautés » participant de l’histoire urbaine contre les évictions associées à l’emprise croissante de la métropole moderne se joue aussi, selon Marc Askew, comme une figure de résistance au déni de « patrimonialité », si l’on peut risquer ce néologisme6.

  • 7 Ross King (2011) met l’accent sur les procédures cognitives, la production des savoirs, (...)

12L’apport du travail de Marc Askew concernant les « visions » discriminantes de la ville patrimoniale, révélatrice des clivages sociaux et éclairant le traitement différencié des espaces au regard des démarches de sauvegarde et de conservation, est indiscutable. À son actif, l’ouverture de la question des représentations opérantes, des fictions performatives – ce que Ross King, dans Reading Bangkok (2011), se risque à nommer « différences épistémiques », tout en considérant que le mode binaire n’appartiendrait pas à l’épistémè thaïe (« Landscape of the Mind » : 168-171)7. Plus discutable est le jeu de correspondance des oppositions binaires entre Krung Thep/Bangkok et moradok (Rattanakosin)/yan (villages ethniques, représentés en l’occurrence par Ban Khrua – historiquement village cham luttant pour sa survie, contre la construction d’une bretelle d’autoroute) mis au service de l’argumentation.

  • 8 Ceci vaut largement pour la sphère urbanistique, au-delà de l’approche patrimoniale – a (...)
  • 9 Voir Victor T. King (2016a), UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites (...)

13Quoi qu’il en soit, rendre compte de cette complexité est un des enjeux du présent recueil d’articles, une entrée importante à cet égard étant attachée aux « acteurs » et aux représentations du passé qu’ils manifestent ou investissent, celles-ci participant de la valeur et du type de valeur attribués à un espace8. Un mot digressif à ce sujet : le terme d’acteurs ne renvoie pas, en l’occurrence, à un donné social, mais à une construction, dans ce sens où la mise d’un espace en situation de projets (y compris projet de classement) est concomitamment une mise en situation d’un fragment de la société comme acteurs. La question des arènes de discussion que suscitent les projets patrimoniaux impose, de fait, d’éclairer les modalités de délimitation de leur « périmètre social », de la définition des « parties prenantes » (stakeholders) ; pour la Thaïlande, le département des Beaux-Arts du ministère de la Culture (Krom Silpakorn), les administrations nationales et locales, le clergé bouddhiste, les représentants de la tradition locale, les diverses ONG et leurs réseaux, les investisseurs nationaux, locaux, internationaux, les architectes, écoles d’architecture, etc. (voir Ross King [2011] et Marc Askew [2002]) – auxquels il conviendrait d’inclure les « expropriables », exclus de/par la patrimonialisation9. Chacun de ces « acteurs » disposant d’un univers de référence – voire d’un vocabulaire – propre pour qualifier la chose patrimoniale et son espace, il y va en fait de l’imbrication des échelles et des espaces (de circulation, de référence).

L’UNESCO : entre principes de classement et modèles d’intervention

14Acteur institutionnel supra-étatique, l’UNESCO n’échappe pas au caractère particulier des villes – celles d’Asie du Sud-Est, pour ce qui concerne notre propos. L’introduction des notions de « patrimoine immatériel » et de « ville créative » dans son système d’identification du « patrimonialisable » peut se comprendre comme une manière de négocier avec ce caractère particulier déjà mentionné : celui d’être à la fois ville matérielle (urbs) et ville politique (civitas : institutions, idéalités, pratiques, sociétés) ; celui-ci s’imprime et s’impose aux principes de l’intervention patrimoniale (classement et actions) normalisés par l’UNESCO. De ce point de vue, on pourrait s’étonner du fait que l’ouvrage dirigé par Victor King sur l’UNESCO en Asie du Sud-Est, s’il mentionne de nombreuses villes dans son index, n’admette aucune entrée pour city ou town. Serait-ce que ces termes génériques iraient sans dire ? On serait tenté de renvoyer aux travaux dirigés par Christian Topalov sur les « mots de la ville » (2002) ainsi qu’aux observations de Serge Gruzinski (Jeanne 2007) sur la question du relativisme culturel et de la traduction. À propos de ses travaux sur les Indiens du Mexique et sur les matériaux écrits provenant de ces Indiens, ce dernier livre dans la revue Tracés la réflexion suivante :

Ces textes remettent en question toutes nos catégories. Pas simplement des catégories intellectuelles ou philosophiques, mais aussi des catégories comme celle de « ville » ! Dès qu’on prend un texte en nahuatl, on s’aperçoit par exemple qu’on ne peut pas traduire altepetl par « ville » ni par « cité ». Il y a derrière ce mot toute une construction historique, sociale, culturelle, totalement indépendante des constructions européennes. C’est vrai pour des notions de cosmologie, de cosmogonie, de pouvoir, mais aussi pour tout ce qui relève de l’affectif, de l’expression des sentiments : on ne peut les traduire par des termes occidentaux ou européens (Ibid. : 196.)

15Ce propos au sujet de « l’expérience de l’impossible traduction des mondes incommensurables » rejoint les réflexions de Barbara Cassin et de Danièle Wozny (2014) sur les intraduisibles dans le champ du patrimoine. Il rejoint aussi la riche analyse développée par Jean Baffie (2011) concernant les mots désignant la ville en thaï. La démarche s’engage à partir du nom thaï de Bangkok pour identifier différents termes que l’on pourrait, faute de mieux, traduire en français par le mot « ville », et non à partir de la recherche d’équivalents du mot ville en thaï.

Du pouvoir de nommer

16Revenant à l’index de l’ouvrage de Victor King (2016), on observe qu’en l’absence des termes génériques se rapportant à la ville, en revanche, il existe une entrée « urban aspects » qui rend compte, à sa manière, de l’urbanisation de la notion de patrimoine dans l’optique du patrimoine urbain mondial promue par l’UNESCO. Cette dimension se rapporte, dans l’ouvrage, aux remarques conclusives de l’article intitulé « Maverick George Town, Penang. Colonial Outpost to a World Heritage Site » de Ooi Keat Gin (2016 : 195-196) dans lequel l’auteur insiste sur le fait que la reconnaissance de George Town (Malaisie occidentale), ancien comptoir colonial britannique, dans ses traces, comme objet d’inscription au patrimoine mondial, s’accompagne d’une série de contraintes, d’obligations, de règles et de réglementations. Toute opération de conservation ou de réhabilitation sur les édifices historiques (principalement constructions sino-coloniales du xixe et du début du xxe siècles) est tenue de suivre un cahier des charges strict et les nouveaux aménagements commerciaux et résidentiels se doivent également de respecter des règles précises, ainsi que des principes qui s’énoncent dans un vocabulaire spécifique : ainsi, le développement du réseau viaire par les pouvoirs publics doit s’inscrire dans le cadre de « heritage-friendly road and traffic systems  » ; le principe du maintien sur place des « communautés » locales menacées de disparition répond, quant à lui, au critère de « cultural townscape » dont ces communautés seraient partie intégrante :

This multi-cultural tangible and intangible heritage is expressed in the great variety of religious buildings of different faiths, ethnic quarters, the many languages, worship and religious festivals, dances, costumes, art and music, food and daily life. (UNESCOWHC 2014, cité d’après Ooi [2016 : 196].)

17La formulation mérite qu’on s’y arrête au moins sur deux points – non relevés, semble-t-il, par l’auteur :

  • la banalisation d’un vocabulaire anglo-saxon spécialisé, non sans interférence de vocabulaire avec les autres institutions du système des Nations unies (ONU Habitat, Banque mondiale, Banque asiatique de développement) – particulièrement marquée dès lors qu’il est question de revalorisation (upgrading) du patrimoine urbain ordinaire tels que shophouse et kampung ; ainsi de l’emploi du terme de sustainability concernant les communautés comme les formes de leur habitat ; or ces dispositions conservatoires concernent en principe également la diversité des langues, ce qui nous incite à faire retour sur le paradoxe mentionné : de fait, les pays/villes candidats au label de patrimoine mondial sont tenus d’adhérer au vocabulaire-UNESCO de référence, fût-ce au prix d’une traduction contrainte de ce vocabulaire dans leur langue – ainsi de l’emploi du terme de saujana (littéralement : « aussi loin que le regard peut porter » en Bahasa Indonesia) pour traduire l’expression et l’idée de cultural landscape/paysage culturel (Adishakti 2015) ;
  • la dépossession des pouvoirs publics de certaines fonctions « régaliennes », au profit de leur délégation, voire de leur transfert, à l’UNESCO, cette organisation s’imposant comme productrice de normes et de lois dont le non-respect donne lieu à des sanctions – y compris le déclassement, comme on l’a vu pour Dresde en Europe, à la suite de la construction d’un pont routier sur l’Elbe, celui-ci brisant la perspective sur la ville baroque vue du fleuve, mettant en cause la valeur de « paysage culturel » du site ; ceci ne concerne évidemment pas que les villes, mais ces dispositions, ces principes généraux, prennent une valeur d’instauration d’un méta-pouvoir. A fortiori lorsqu’il s’agit de villes vivantes, comme c’est le cas de Luang Prabang, ancienne capitale royale inscrite à l’inventaire des sites du patrimoine mondial depuis 1995. Dans leur article intitulé : « Les berges urbaines du Mékong, espaces de tensions : Vientiane et Luang Prabang », Bounleuam Sisoulath et Karine Peyronnie (2017) mettent ainsi en évidence le conflit dans les logiques d’intervention sur les berges opposant l’UNESCO et Banque asiatique de développement (BAD), l’UNESCO mettant l’accent sur la défense des paysages et la BAD sur la protection de la ville contre les crues et l’érosion des berges. Ces positions contrastées sont associées au cadre de référence des projets : si Luang Prabang appartient au réseau des villes du patrimoine mondial en Asie (formalisé à sa manière par les circuits touristiques et les lignes aériennes), elle appartient aussi au réseau urbain national. Elle est, à ce titre, concernée par le programme d’assistance au développement des villes secondaires promu par la BAD dans lequel s’inscrit le projet de traitement des berges. Au-delà de l’opposition entre optique de la conservation et optique du développement, c’est la cristallisation, au sein même de la sphère de l’internationalisation, d’objets de confrontation mise en jeu par la dimension à la fois patrimoniale et urbaine des projets qui est ainsi mise en évidence – ce alors même que c’est souvent un vocabulaire commun qui y circule (ainsi de la référence récurrente à la participation des « communautés »).

La conversion touristique et ses contraintes

  • 10 Pour les pays de la sphère socialiste, la transition ouvre un espace d’expr (...)

18À la patrimonialisation urbaine sont, en outre, associés les changements de statut économique et la reconversion des fonctions des espaces et édifices concernés, en particulier du fait de son incidence quant au développement du tourisme, générateur de projets et de tensions pour l’utilisation des sols. Certes, la muséification des objets patrimoniaux constitue – en soi – une conversion d’usage et de signification qui a également à voir avec le tourisme. Mais s’agissant du milieu urbain, la « fabrique » du patrimoine porte sur des ensembles habités et se traduit, à certains égards, par une dépossession des sociétés locales pouvant, dans leur ensemble ou singulièrement, se réclamer comme héritières de l’espace concerné, voire comme dépositaires des pratiques et activités qui s’y développent. L’entrée dans l’univers du tourisme impose, par ailleurs, la mise en œuvre d’une logique de gestion qui, le plus souvent, n’appartient pas à l’univers de référence de la société concernée, aux formes propres de son rapport au passé. C’est donc légitimement que, dans sa contribution sur Hoi An (Faifo, ancien comptoir commercial asiatique du royaume de Champa, actuel Centre-Vietnam) à l’ouvrage de Victor T. King (Hoi An 2016) intitulée : « Heritage Management and Tourism Development in Hoi An, Vietnam », l’auteur Michael J.-G. Parnwell (2016 : 75-107) pose la question de « qui possède le patrimoine, à qui appartient-il ? », autrement dit : quel est le lien entre les habitants actuels et les fondateurs et anciens occupants de la ville, de quels effets de continuité, réels ou fantasmés, joue-t-on ? Bien que tardive, l’entrée en jeu, au Vietnam, de l’UNESCO dans ce que l’on pourrait désigner comme « le groupe des héritiers putatifs » (elle y coïncide approximativement avec l’engagement de la politique d’ouverture : đổi mới, 1986)10, ouvre – avec la démarche d’inscription de Hoi An au patrimoine mondial – un espace de tension entre « les forces sous-tendant la promotion du tourisme et le développement urbain », d’une part, et celles « défendant la protection du patrimoine » (Parnwell 2016 : 106), d’autre part. Confrontation inégale (en faveur des premières) face à laquelle l’auteur met en cause la multitude des parties prenantes, parlant chacune un langage différent, avec des centres d’intérêt distincts. Dans ce contexte de tension, à défaut d’une communauté d’objectif, l’UNESCO apparaît comme gardien de la conformité à l’énoncé de l’inscription du site urbain au patrimoine mondial « an exceptionally well preserved example of a traditional Asian trading port » (Parnwell 2016 : 107).

19Il est à noter que les grands sites archéologiques de cités anciennes (cités d’Angkor, Ayutthaya) n’échappent pas à ce type de tension (général dans le cas des villes historiques vivantes du patrimoine mondial, à l’exception peut-être de Vigan, Philippines, car hors des grands circuits touristiques), en raison de la pression touristique et foncière engendrée par l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO et accentuée par les dynamiques territoriales : intégration d’Ayutthaya dans la méga-région urbaine de Bangkok ; intégration d’Angkor dans la vaste aire d’aménagement intégrant le Tonlé Sap. En ce qui concerne Angkor, Keiko Miura (2016) observe que ce processus s’accompagne, en novembre 2003, d’un changement de paradigme en matière d’intervention : de la conservation d’urgence au développement durable. Ce sont alors les conceptions urbanistiques et, avec elles, leur vocabulaire (« sustainability »), qui tendent à s’imposer, la protection de l’environnement prenant le pas sur la protection du patrimoine historique.

20On est loin du schéma classique d’opposition binaire tradition vs. modernité, ainsi que le montrent, dans l’ouvrage de King (2016a), les conflits entre le département des Beaux-Arts et les autorités locales à propos d’Ayutthaya, en Thaïlande, ou, au Vietnam, la question complexe de l’urbanité (« urbanness ») de Hanoi et de la constitution d’une société civile autour de cet enjeu (Parnwell 2016 : 84-85) – car les débats et conflits se jouent ici au sein même des démarches de modernisation. Sur ce plan, on enregistre de fait les incidences du changement de paradigme opéré, à l’échelle internationale, dans le champ patrimonial, à partir des années 1970-1980 : l’extension du champ patrimonial urbain du monument (avec l’historicité et la monumentalité pour critères) à l’ordinaire urbain : mouvement en direction de l’architecture vernaculaire en vertu duquel le bahay no bato – littéralement « maison de pierre » – philippin de Vigan (capitale provinciale sur la côte occidentale de l’île de Luçon) est valorisé comme « the best of Filipino vernacular architecture » (Akpedonu 2016 : 112 + illustrations : 110-111). Or c’est dans ce mouvement de la protection du patrimoine historique à la réhabilitation urbaine que s’élabore également, sur divers registres, le principe du maintien des habitants dans les quartiers concernés – ce qui n’exclut pas l’existence de processus inverses : ainsi, face aux perspectives et enjeux de la réhabilitation, les dispositifs juridiques et institutionnels destinés au maintien dans les lieux des habitants-locataires, tels la loi britannique de 1948 sur les loyers, à George Town comme à Singapour, se retournent contre leurs supposés bénéficiaires (Ooi 2016 : 189).

L’« UNESCO-isation » et au-delà : les mots du patrimoine urbain comme enjeu

The process of “UNESCO-isation” as it has come to be called, in the desire to protect, preserve and conserve heritage, also incorporates sites into a process of standardisation and bureaucratisation: sites are compared one with another, evaluated and graded according to a set of universally agreed criteria and then branded, managed and monitored in terms of the set of characteristics which UNESCO has identified and approved for them. (King 2016c : 7.)

  • 11 Les réflexions de Nguyen Tung et Nelly Krowolski (2005 :141-155), au sujet de Hoi An, (...)

21Il s’agit ici de l’UNESCO comme agent d’homologation, de labellisation internationale, agent de circulation de normes. Tout cet appareillage, au premier rang duquel celui du « patrimoine mondial de l’humanité » (world heritage site, WHS), passe par des dispositifs langagiers trouvant notamment leur expression dans les textes de lois et réglementations urbaines : transcription nationale de normes internationales énoncées le plus souvent dans un lexique anglo-saxon, soit maintenu comme tel, soit transcrit dans la langue nationale – éventuellement au prix de néologismes ou de la réactivation de termes tombés en désuétude (en référence à des mots issus du pali, du sanscrit pour la Thaïlande – voir moradok (heritage) tel que signalé dans l’index du livre de King. L’UNESCO donc, qui à défaut d’une entrée de certaines villes (ou de certains fragments de ville) par la grande porte, celle de l’inscription au patrimoine mondial de l’humanité, promeut une entrée par la petite porte : celle de la ville créative où se mêlent le matériel et l’immatériel11.

22Avec la question de l’UNESCO-isation, c’est de l’adhésion à un code de lecture international concernant les objets patrimoniaux reconnus comme tels selon ses critères qu’il est question. Observons d’emblée qu’une telle disposition tient du paradoxe, puisque c’est en raison de leur singularité, de l’expression de la diversité, du « Divers » comme dirait Segalen, que ces objets sont réputés acquérir un statut patrimonial. Ainsi que l’observe Keiko Miura, citée en exergue du chapitre 1 du livre de King : « World Heritage has become a global language, a world of its own, recreating and representing particular cultures, ethnic groups, and/or national icons to be shared universally. » (Miura 2011 : 9.)

Arrière-plan et présupposés de l’internationalisation

23Poussant ce paradoxe à ses limites, l’internationalisation de la « fabrique » du patrimoine (heritage making) en éclaire aussi les présupposés ou, plus simplement, les conditions. Il paraît clair, en première approche, que les sociétés concernées ne partagent pas nécessairement un même rapport au monde. S’agissant de l’Asie du Sud-Est, ceci se manifeste notamment à propos de la traduction, lorsqu’il est question de la distinction entre patrimoine matériel et patrimoine immatériel, mais aussi lorsqu’il est question d’espace et de temps. La difficulté est peut-être moins ici celle de l’homogénéisation des manières de dire et de faire que celle de la définition d’un plan commun de référence, autrement dit du rabattement des singularités dont s’alimente l’optique patrimoniale sur un plan de réalité commun, « partagé » comme on dit aujourd’hui.

24Une telle réflexion implique d’élucider une double question : non seulement celle se rapportant à ce qui rend la mise en œuvre d’une telle disposition internationale pratiquement possible (lois et institutions internationales dont l’UNESCO participe), mais fondamentalement aussi ce qui la rend pensable (question de compatibilité avec les systèmes de valeur) – où l’on retrouve les échanges dans leurs modalités pacifiques ou non (guerres, colonisations, aussi bien que commerce, circulation monétaire, voire le prosélytisme religieux). La question du sacré, de l’univers de valeurs qui y est attaché, et de sa compatibilité avec la sécularisation des registres de classement, rapportée au monde de l’édification comme au langage de la patrimonialisation, figure ici comme un entre-deux ; ainsi de ce qui, dans les civilisations du végétal, faisait de la construction en maçonnerie – autrement dit du physiquement durable – l’apanage de l’univers de la divinité.

25À cet égard, sans méconnaître la difficulté, il ne s’agit pas d’essentialiser les cultures et le culturel : pour ce qui concerne notre aire de référence, si les géomanciens peuvent être convoqués pour les rituels de construction, les sociétés sud-est asiatiques maîtrisent aussi les formes, principes et techniques modernes de construction. L’acquisition de savoirs spécialisés repose aussi sur les échanges de spécialistes (voir Tarrius sur les élites circulantes [1992]), sur la transmission de langages technico-scientifiques et juridico-institutionnels – y compris le langage stéréotypé et « politiquement correct » des institutions internationales – et trouve aussi ses références dans la formation des élites.

26On se doit, certes, de rendre compte des conflits de valeurs que manifestent les tensions autour de projets de réhabilitation urbaine. Ainsi que l’observe Victor T. King dans la « Preface » à son ouvrage UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective :

These World Heritage Sites are globally important, but they are also locally demarcated sites that are the focus of cultural encounters, social and political conflicts, and tensions and accommodations between competing interests (international agencies, national governments, government agencies, NGOs, private companies, tourists and local communities. (King 2016b : ix.)

27Mais il faut se garder de négliger les capacités de coexistence de registres distincts dans les logiques de circulation des références. Le champ linguistique est à cet égard riche d’enseignement ; ainsi du jeu des langues asiatiques telles le japonais ou le thaï avec l’anglo-américain.

Des mots de la patrimonialisation aux mots du patrimoine urbain

28L’image qui semble s’imposer est celle d’une scène unique, avec l’UNESCO comme grand orchestrateur de la patrimonialisation urbaine, convoquant les « parties prenantes » avec l’autorité du discours de l’Institution, de la Loi. Cependant, au-delà des conflits de compétences et d’intérêt qui se manifestent sur cette scène (et dont il est permis de se demander s’ils opèrent comme obstacle à la circulation du référentiel UNESCO ou s’ils l’activent et le légitiment), les conflits de conceptions, de significations, avec la question de la traduction de la terminologie supposée neutre de l’UNESCO et de celle, parfois concurrente, de l’urbanisme, font signe vers d’autres scènes, en particulier les scènes langagières où les « parties prenantes » se révèlent comme locuteurs, mobilisant, parfois sous couvert de traduction, d’autres référentiels.

29La question ne porte plus alors sur les termes concernant le modus operandi de la patrimonialisation, mais l’imposition du principe patrimonial lui-même – la traduction étant supposée valider son incorporation dans ce que Ross King nomme (de façon peut-être abusive) l’épistémè (2011 : 168-171). Ces observations sont à rapprocher de celles relatives à moradok (patrimoine) en Thaïlande – abordée notamment par Roberto B. Gozzoli dans « Ambiguities of Heritage. Ayutthaya Historical Park, Thailand » (2016 : 198 sq.) –, notant le caractère exclusif de l’intérêt porté au patrimoine architectural, réservé à l’élite et aux catégories sociales élevées dont un nombre également limité de praticiens professionnels et de militants, sans possibilités d’engagement des acteurs locaux dans les questions de « patrimoine national » : « heritage has become completely extraneous to any social discourse » (ibid. : 217).

30Les éléments mobilisés dans l’action patrimoniale : discours, institutions, formes physiques (y compris cartes et plans) relèvent d’un dispositif qui, concernant en l’occurrence le patrimoine urbain, présente cette caractéristique d’être placé en situation de projet. L’examen de cette situation, désormais instituée en état permanent, ouvre la réflexion aux questions relatives à la migration des notions et des conceptions, à leurs vecteurs, à leurs objets, ainsi qu’aux obstacles et difficultés résultant des particularités du domaine urbain.

Haut de page

Bibliographie

ADISHAKTI, Laretna T., 2015, « Cultural Landscape and Sujana Heritage », in Borobudur as Cultural Landscape. Local Communities’ Initiatives for Evolutive Conservation of Pusaka Saujana Borobudur, Kiyoko Kanki, Laretna T. Adishakti & Titin Fatimah, éd., Kyoto-Victoria : Kyoto University Press-Trans Pacific Press, p. 1-16.

AKPEDONU, Erik, 2016, « Lessons from Vigan. A Comparative Analysis of Successful Urban Heritage Rehabilitation », in UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective, Victor T. King, éd., Copenhague : NIAS Press, p. 108-139.

ASKEW, Marc, 1996, « The Rise of Moradok and the Decline of the Yarn : Heritage and Cultural Construction in Urban Thailand », Sojourn, 11, 2 : 183-210.

ASKEW, Marc, 2002, Bangkok, Place, Practice and Representation, Londres/New York : Routledge, coll. « Asia’s Transformations ».

BAFFIE, Jean, 2003, « La lutte de Ban Khrua, village des Chams/Malais de Bangkok, contre la construction de l’autoroute », in Péninsule indochinoise et Monde malais : Relations historiques et culturelles. Centenaire de l’École française d’Extrême-Orient, Kuala Lumpur : ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, Malaysia/École française d’Extrême-Orient, p. 15-73.

BAFFIE, Jean, 2011, « Mueang, Krung, Nakhon, Thani et les autres. À propos des noms désignant la ville en langue thaïe », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 18 : 29-50.

BORTOLETTO, Chiara, 2013, « L’UNESCO comme arène de traduction. La fabrique globale du patrimoine immatériel », Gradhiva, 18 : 50-73.

CASSIN, Barbara & WOZNY, Danièle, éd., 2014, Les intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne, Paris : Éditions Demopolis.

ESPOSITO, Adèle, 2018, Urban Development in the Margins of a World Heritage Site : In the Shadows of Angkor, Amsterdam : Amsterdam University Press, coll. « Asian Cities ».

GOLDBLUM, Charles, 1996, « Le compartiment chinois ou le passé recomposé : facettes et enjeux de la requalification du centre ancien à Singapour », Les Annales de la Recherche Urbaine, « Patrimoine et modernité », 72 : 68-78.

GOLDBLUM, Charles, 2015, « Territoires de projet : l’Asie orientale à l’épreuve d’un nouveau « régime de production urbaine » ?, in Territoires de l’urbain en Asie. Une nouvelle modernité ?, Manuelle Franck & Thierry Sanjuan, éd., Paris : CNRS Éditions, p. 373-395.

GOLDBLUM, Charles, 2018, « Marcheur de villes, passeurs de mots. Jean Baffie initiateur à la lecture de Bangkok », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 31 : 49-64.

GOZZOLI, Roberto B., 2016, « Ambiguities of Heritage. Ayutthaya Historical Park, Thailand », in UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective, Victor T. King, éd., Copenhague : NIAS Press, p. 198-220.

HUANG, Liling, 2014, « The Uneasy Partnership and Contested Meanings of Urban Form : Examining the Policies of Urban Regeneration in Bangka, Taipei », in Globalization and New Intra-Urban Dynamics in Asian Cities, Natacha Aveline-Dubach et al., éd., Taipei : National Taiwan University Press, p. 65-99.

JEANNE, Boris, 2007, « Entretien avec Serge Gruzinski », Tracés. Revue de sciences humaines, « Faut-il avoir peur du relativisme ? », 12 : 195-206.

KING, Ross, 2011, Reading Bangkok, Singapour : NUS Press.

KING, Victor T., éd., 2016a, UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective, Copenhague : NIAS Press.

KING, Victor T., 2016b, « Preface » in UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective, Victor T. King, éd., Copenhague : NIAS Press, p. ix-x.

KING, Victor T., 2016c, « World Heritage in Southeast Asia : Issues, Prospects and Problems », in UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective, Victor T. King, éd., Copenhague : NIAS Press, p. 1-34.

MIURA, Keiko, 2011, « World Heritage Making in Angkor. Global, Regional, National and Local Actors, Interplays and Implications », in World Heritage Angkor and Beyond. Circumstances and Implications of UNESCO Listings in Cambodia, Brigitta Hauser-Schäublin, éd., Göttingen : Universitätsverlag Göttingen, « Göttingen Studies in Cultural Property », Volume 2, p. 9-31.

NGUYEN, Tung & KROWOLSKI, Nelly, 2005, « Hôi An, de l’éveil à la résurrection du patrimoine », Autrepart, 33 : 141-155.

OOI, Keat Gin, 2016, « Maverick George Town, Penang. Colonial Outpost to a World Heritage Site », in UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective, Victor T. King, éd., Copenhague : NIAS Press, p. 169-197.

PARNWELL, Michael J.-G., 2016, « Heritage Management and Tourism Development in Hoi An, Vietnam », in UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective, Victor T. King, éd., Copenhague : NIAS Press, p. 75-107.

PUMKETKAO-LECOURT, Pijika, 2019, Construction et évolution de la notion de patrimoine à Chiang Mai. Du monument national au patrimoine ordinaire de la communauté locale, thèse de doctorat d’architecture, sous la direction de Nathalie Lancret et de Eggarine Anukulyudhathon, université Paris-Est/ENSA Paris-Belleville.

SISOULATH, Bounleuam & PEYRONNIE, Karine, 2017, « Les berges urbaines du Mékong, espaces de tensions : Vientiane et Luang Prabang », in Transitions urbaines en Asie du Sud-Est. De la métropolisation émergente et de ses formes dérivées, Karine Peyronnie, Charles Goldblum & Bounleuam Sisoulath, éd., Marseille : IRD Éditions/IRASEC, coll. « Objectifs Suds », p. 237-258.

TARRIUS, Alain, 1992, « Circulation des élites professionnelles et intégration européenne », Revue européenne des migrations internationales, 8, 2 : 27-56.

TOPALOV, Christian, éd., 2002, Les divisions de la ville (Les mots de la ville 2), Paris : UNESCO-MOST, Éditions de la MSH.

THUMWIMOL, Pornthum, 2004, Métamorphose urbaine et permanence paysagère, les aventures de la patrimonialisation. L’île de Rattanakosin, Bangkok 1978-1997, thèse de doctorat d’architecture, sous la direction de Pierre Clément, université Paris 8-Saint-Denis.

UNESCO WHC, 2014, « Melaka and Georgetown. Historic Cities of the Straits of Malacca », URL : http://whc.unesco.org/en/list/1223/, 8 mai.

VALLARD, Annabel, 2016, « Heritage Sites and Emerging Markets. The Case of the Textile Industry in Luang Prabang, Lao PDR », in UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective, Victor T. King, éd., Copenhague : NIAS Press, p. 35-53.

Haut de page

Notes

1 King (2016c : 7, 36), en référence à la contribution d’Annabel Vallard sur Luang Prabang dans le même ouvrage (Vallard 2016 : 35-53).

2 Voir en particulier l’article de Chiara Bortoletto (2013 : 50-73).

3 Expression orthographiée meuang boran dans le mode de transcription adopté pour la thèse citée.

4 Également orthographié yarn dans la transcription romanisée, voir Marc Askew (2002 : 291) et (1996 : 183-210).

5 La carte sur la conservation de Rattanakosin à Bangkok présentée par Marc Askew (1996 : 199) est éloquente de ce point de vue – outre les références historiques relatives aux espaces, lieux et organisations physiques et sociales, viennent ici interférer les modes de désignation actuels des espaces (termes généraux et toponymes). On est rapidement entraîné vers la question de l’articulation et de la distinction entre espace physique et espace social, et – dans la terminologie de l’UNESCO – vers la question de l’articulation et de la distinction entre patrimoine matériel et patrimoine immatériel. Le lecteur est également invité à se reporter à notre article dans le n° 31 de Moussons (Goldblum 2018 : carte p. 60).

6 Marc Askew (2002 : 110) : « The much publicised resistance of Muslim residents of the village of Ban Khrua in the face of the Expressway Authority’s determination to build a freeway bypass in central Bangkok has shown vividly how the few old yan of the city are in danger of being sacrificed to make way for urban “development” in the guise of infrastructure efficiency ». Voir également Jean Baffie (2003).

7 Ross King (2011) met l’accent sur les procédures cognitives, la production des savoirs, des connaissances, se référant à la conception bouddhiste et sur leur confrontation, dans le capitalisme thaï, à une lecture de la réalité aux références anglo-saxonnes, cependant traversée, chez les élites, par la crainte des effets homogénéisants de la globalisation.

8 Ceci vaut largement pour la sphère urbanistique, au-delà de l’approche patrimoniale – ainsi des actions de réhabilitation de l’habitat précaire (slum upgrading), les termes français de « réhabilitation » et anglais d’« upgrading » semblant partager, en l’occurrence, une même ambiguïté.

9 Voir Victor T. King (2016a), UNESCO in Southeast Asia. World Heritage Sites in Comparative Perspective, ouvrage de référence pour la présente contribution. Concernant la confrontation des acteurs, l’article de Liling Huang (2014) sur la régénération d’un quartier de Taipei en semble un bon exemple, même si la question des mots, de leur portée conflictuelle et/ou normative n’est pas posée.

10 Pour les pays de la sphère socialiste, la transition ouvre un espace d’expression aux représentants des religions comme nouvel acteur – ainsi du clergé bouddhiste qui, au Laos, sait faire entendre sa voix sur les questions patrimoniales.

11 Les réflexions de Nguyen Tung et Nelly Krowolski (2005 :141-155), au sujet de Hoi An, sur l’évolution sémantique de la notion de patrimoine en vietnamien et la question de sa traduction en français sont à cet égard éclairantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Goldblum, « Réflexions à propos du patrimoine urbain en Asie du Sud-Est, sur le versant de l’« UNESCO-isation » »Moussons, 36 | 2020, 35-51.

Référence électronique

Charles Goldblum, « Réflexions à propos du patrimoine urbain en Asie du Sud-Est, sur le versant de l’« UNESCO-isation » »Moussons [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/6417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.6417

Haut de page

Auteur

Charles Goldblum

Charles Goldblum est professeur émérite en urbanisme à l’université de Paris 8 et ancien directeur de l’Institut français d’urbanisme. Spécialiste des études urbaines en Asie du Sud-Est, il est actuellement chercheur associé à l’UMR AUSser-IPRAUS (CNRS, ENSA Paris-Belleville). Il est l’auteur de nombreux articles sur les politiques urbaines dans des villes comme Bangkok, Phnom Penh ou Singapour et coéditeur de plusieurs livres (en français et en anglais) traitant de l’urbanisme et de la métropolisation en Asie du Sud-Est. Il est également membre du comité éditorial des publications de l’IIAS « Asian Cities Series ». Ses recherches actuelles portent sur les politiques du patrimoine urbain dans le contexte changeant des métropoles sud-est asiatiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search