Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36ArticlesLa prise en compte des monuments ...

Articles

La prise en compte des monuments de Vientiane par les Français au début de la colonisation

Taking into Account of Vientiane’s Monuments in the Early Days of French Rule
Sophie Clément-Charpentier
p. 53-90

Résumés

Les Français ont été confrontés, à la fin du xixe siècle, à l’héritage culturel du Laos qu’ils venaient de coloniser. Le concept de patrimoine, qui a vu le jour en Occident, a été véhiculé dans ce pays par des administrateurs qui ont transposé aux monuments de Vientiane des dispositifs élaborés ailleurs. À Vientiane, l’ancienne capitale qui ne s’était pas relevée du sac de 1828 par les Siamois, la plupart des pagodes étaient encore en ruines. Français et Lao, c’est-à-dire les locuteurs de la langue lao, ont contribué à leur conservation, avec des méthodes différentes. Les Français s’attachèrent à la restauration de quelques temples parmi les plus importants, considérés comme des « monuments historiques ». Les actions de conservation participaient alors de la politique de « pacification » de la colonie. Pour les Lao, l’important était de faire revivre les lieux du culte bouddhique, aussi la restauration de nombreuses pagodes fut-elle entreprise par les moines et par les villageois des quartiers concernés. En outre, on soulignera le rôle important qu’ont eu les temples pour structurer spatialement la ville renaissante, pour reformer les quartiers et pour donner une identité à leurs communautés.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est une version remaniée d’une contribution rédigée en 2008 pour l’ouvrage collectif Le patrimoine en Asie, CREOPS, qui ne fut jamais publié.

Texte intégral

  • 1 Plusieurs publications ont apporté des connaissances précises et documentées sur l’art et l (...)

1Pour aborder la notion de patrimoine bâti au Laos, c’est un point de vue historique particulier qui a été choisi, celui de la confrontation des Français à l’héritage culturel de ce pays d’Asie du Sud-Est sur lequel ils avaient établi leur emprise à la fin du xixe siècle. Nous nous interrogeons ici sur les interventions pratiquées par les colonisateurs sur les vestiges monumentaux qu’ils trouvèrent en arrivant, et qui plus tard ont pu être considérés comme du « patrimoine », c’est-à-dire ce qui a été légué du passé, objets ou édifices ayant un caractère historique ou sacré1. Nous ne tiendrons compte que de la ville de Vientiane, sans évoquer Luang Prabang. La période considérée s’étend de 1894 à la fin des années 1930 environ.

  • 2 En Occident, le patrimoine représente ce qui a été légué par les générations précédentes, c (...)
  • 3 Le terme recouvre ici les locuteurs de la langue lao.

2Comme dans d’autres pays d’Asie qui ont été colonisés au xixe et au xxe siècles, c’est par l’intermédiaire des Occidentaux que le patrimoine2, inventorié, restauré et mis en valeur, a connu une nouvelle existence. Bien sûr, les Lao3 n’ont pas attendu l’arrivée des Français pour réaliser des édifices ou des objets ayant une valeur patrimoniale. Vientiane abritait depuis au moins trois siècles une multitude de temples. Les cinq décennies pendant lesquelles a duré la colonisation française au Laos ont été de courte durée au regard de la longue histoire du pays. Comment les Français, confrontés à une culture complètement étrangère, ont-ils pris en compte les monuments à un moment où le « patrimoine » au Laos n’existait pas encore en tant que forme instituée ?

  • 4 Rapport n° 46, CAOM, GGI 15 696.

3Déjà en examinant en 1899 le site de Vientiane qui avait été déserté, le colonel Tournier anticipait : « le relèvement de cette capitale, la prospérité qui y renaîtra, la restauration de ses anciens et beaux monuments, seront les coups les plus durs portés à l’influence siamoise4 ». La restauration des édifices en ruines était envisagée par les Français dès le début car ils avaient perçu les enjeux d’une telle politique. Ils avaient compris les avantages diplomatiques qu’ils pouvaient retirer, vis-à-vis des Lao, de l’intérêt qu’ils manifestaient pour leurs monuments religieux.

  • 5 Monographie du territoire de Vien Tiane, CAOM, Indo rsl D2.

4La volonté de conserver les édifices faisait partie de la politique de pacification de la colonie, des actions de « bonne politique indigène », selon l’expression employée par France Mangin (2006). Relevant de l’idéologie alors en vigueur, celle de la mission civilisatrice des colonisateurs, elle s’est exprimée très vite après l’arrivée des Français à Vientiane. Le commissaire Pierre Morin notait dès 1896 : « Il faut faire tout pour attirer la population, il faut la frapper par des travaux, et je crois que dans cet ordre d’idées les modestes restaurations exécutées cette année à Wat Chanh, dans les anciens monuments, auront un bon résultat5. » On cherchait à gagner la sympathie des Lao par ce genre d’actions, ce qu’on pourrait rapprocher de la notion de « communautés affectives » définie par Patrice Ladwig, qui stabilisent – au moins un temps – la gouvernance coloniale (Ladwig 2018 : 100). « In archival documents, one often finds estimations of the “emotional impact” that certain construction projects might have on the Lao, along with an outline of the strategic value of these measures. » (Ibid. : 113.) Les projets de restauration des monuments entraient tout à fait dans ce cadre.

  • 6 Rapport de M. Boulloche au Gouverneur général datant du 3 février 1896, CAOM, GGI 2 (...)

5La conservation des temples constituait un domaine où Français et Lao pouvaient collaborer et tenter d’établir des règles d’action concertée. Ces projets de restauration ont été conçus comme un moyen d’encourager la population à participer à l’effort de reconstruction de la ville, soit par leur travail, soit par leur impôt. Les administrateurs français, s’appuyant sur la tradition des dons faits par les Lao pour l’entretien de leur pagode, n’hésitèrent pas à demander une cotisation annuelle à la population locale pour leur restauration6. Il est vrai que les crédits accordés au Laos étaient très limités en 1896.

  • 7 Monographie du territoire de Vien Tiane, CAOM, Indo rsl D2.

6De plus, les mesures prises par les Français en faveur des lieux de culte des Lao affirmaient la reconnaissance de leurs pratiques religieuses. Ce n’était pas toujours le cas dans d’autres colonies. En Inde, par exemple, les Britanniques hésitaient à restaurer des monuments qui pouvaient contribuer à renforcer l’image de l’identité nationale des populations asservies. Au Laos, les colonisateurs avaient compris que la religion ne constituait pas un ferment de révolte chez une population qualifiée par P. Morin de « douce, très bien disposée à notre égard7 ». Roland Meyer écrira quelques décennies plus tard : « le Bouddhisme est une excellente doctrine pour un peuple en tutelle et un gage de paix et de stabilité politique pour le gouvernement protecteur » (Meyer 1930 : 33). De fait, les Français ont cherché à raviver les cultes bouddhiques et à protéger les monastères ainsi que les écoles tenues par les bonzes (Ladwig 2018).

7Toutefois, dans plusieurs textes d’archives sur le Laos, les temples sont décrits comme les témoins de la splendeur perdue du peuple lao. Benedict Anderson retrouve des jugements analogues dans le discours d’autres puissances colonisatrices d’Asie du Sud-Est : « le programme idéologique formel de la reconstruction a toujours placé les bâtisseurs des monuments et les indigènes coloniaux dans une certaine hiérarchie. » (Anderson 2002 : 183.) L’intérêt que les Français d’Indochine portaient à l’éclat des civilisations disparues était souvent accompagné d’une vision assez dévalorisante des sociétés auxquelles ils étaient confrontés.

Le contexte historique et la prise en compte du patrimoine en métropole, au Laos et dans les colonies voisines

Préambule historique

8Les Français s’établirent à Vientiane dans un contexte particulier. La ville avait été la capitale florissante du royaume du Lan Xang aux xvie et xviie siècles, avec de nombreux temples (Sayarath 2005 : 13-49). Puis elle déclina au siècle suivant et fut détruite par les Siamois en 1828. La ville fut pillée, saccagée et rasée, et ses habitants déportés au Siam, soit à Bangkok, soit dans les territoires proches du Laos situés sur la rive droite du Mékong, l’actuel Isan. C’est pourtant ce site malmené, déserté, que les Français choisirent pour y construire leur nouvelle capitale, siège de l’administration coloniale.

9Après le sac, Vientiane resta abandonnée pendant plusieurs décennies. Lunet de Lajonquière évoque cet épisode en ces termes :

  • 8 En 1641-1642.

Alors la solitude se fit dans l’ancienne capitale. La végétation intense envahit la ville et recouvrit l’emplacement des rues désertes et des cases renversées. Les élégants, mais frêles édifices, déjà attaqués par les démolisseurs siamois, s’écroulèrent peu à peu sous les orages, disloqués et tordus par les racines puissantes des banians. La mission De Lagrée ne trouva que des ruines où Van Wusthoff avait trouvé8 des palais et des foules en fête. (Lunet de Lajonquière 1901 : 98.)

10Tout ce qui constituait la « culture lao » a alors connu une longue période de déshérence, qui a rendu encore plus difficile sa compréhension par les Français.

  • 9 Ils étaient encore plus nombreux au Siam.
  • 10 Dans les textes de l’époque coloniale ils figurent sous le nom de Laotiens.

11La question de la culture lao demeure une épineuse question. Le territoire du Laos n’a jamais été ethniquement homogène, il a toujours été occupé par de nombreuses minorités. L’appellation « Lao » désigne ici les populations qui parlent la langue lao9, et qui vivent le long de la vallée du Mékong10. Leur religion est le bouddhisme theravâda, du petit véhicule. L’étude du patrimoine de Vientiane conduit cependant Anna Karslström (2009 : 104-105) à tenter de cerner la question de l’appartenance des populations habitant la ville à la « culture lao ».

12Les sources écrites nous renseignent sur les interventions de l’administration française sur les monuments, mais pas sur le rôle, dans ce domaine, des communautés religieuses lao, qui prit peu à peu de l’importance au fur et à mesure que la ville se repeuplait. Ces sources sont constituées d’écrits datant de la fin du xixe et du début du xxe siècle, de voyageurs occidentaux, de militaires ou d’administrateurs coloniaux, de documents d’archives et des premières publications de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO). Nous n’avons pas pu trouver de documents écrits sur ces sujets venant de la population lao, il semble qu’il n’en existait pas. Pourtant, il y a certainement eu des discussions entre responsables lao et administrateurs français à propos de la remise en état des monuments, mais de cela on ne trouve pas de traces. Les Français administraient le Laos suivant la « règle indirecte », ils avaient repris l’organisation administrative lao qu’avaient conservée les Siamois, avec des responsables locaux, chao muong en province et dignitaire choisi par les chefs de village à Vientiane. Le peu de poids des Lao dans les témoignages écrits peut s’expliquer par le contexte historique.

  • 11 Le royaume de Luang Prabang, situé plus au nord, était devenu un protectorat frança (...)
  • 12 Créée en 1887, sous l’autorité d’un gouverneur général établi à Hanoi, l’Union indo (...)

13L’annexion du Laos se réalisa sans luttes armées à la fin du xixe siècle, grâce à l’action diplomatique d’Auguste Pavie, qui y séjourna de 1887 à 189511. Dès 1893, le Laos intégra l’Union indochinoise12. Le site de Vientiane s’étendait sur une longue courbe concave du Mékong, de 5 km environ, près de laquelle s’alignait un long banc de sable. Situé sur un bief du Mékong navigable, il était bordé au nord par une vaste plaine fertile et se situait à la croisée de plusieurs routes terrestres et fluviales. D’après Charles Robequain, « en 1867, Doudart de Lagrée et ses compagnons n’y virent qu’un pauvre village laotien végétant parmi d’impressionnantes ruines » (Robequain 1925 : 21-22). C’est une ville de « Vien Chan » complètement envahie par la brousse que décrivirent ces officiers de marine ; seules émergeaient çà et là des ruines de pagodes, les restes de l’enceinte et ceux de l’ancien palais royal, encore reconnaissables à cette date.

14Une trentaine d’années plus tard, après l’arrivée des Français à la suite de la signature du traité de 1893, Pavie installa en 1894 M. Lugan agent consulaire à Vientiane. C’est encore un site en grande partie envahi par la végétation que décrivent les témoignages. Ainsi un plan de Le Blévec, de la mission hydrographique du Haut Mékong (1895-1898), révèle l’emprise importante des broussailles dans la partie amont de la ville, seule représentée, ainsi qu’une section de l’enceinte près du confluent avec la Nam Passak, quelques temples disséminés le long de rares chemins, et l’emplacement de l’ancien palais (Clément-Charpentier 2008 : 326). C’est aussi pendant ces années de la fin du xixe siècle que P. Morin entreprit une restauration controversée du pinacle du That Luang, montrant là encore que le souci de la sauvegarde de l’architecture était présent dès le début.

  • 13 Rapport n°46 du 3 mai 1899 au Gouverneur général de l’Indochine, CAOM, GGI 15 696.
  • 14 Le Tasseing Muong, ou la ville, comprenait cinq villages et 1 388 habitants, celui (...)

15L’état de la population dans cette période est bien documenté dans la Monographie du territoire de Vien Tiane du commissaire P. Morin, datée d’octobre 189613. Les chiffres montrent que des habitants étaient peu à peu revenus vivre sur le site, plus nombreux en périphérie mais encore très clairsemés dans le centre, c’est-à-dire le territoire à l’intérieur de la première enceinte14. Quand, en 1899, l’administration française dut choisir un site pour ériger sa nouvelle capitale, les recommandations du Colonel Tournier firent pencher le choix sur Vientiane plutôt que sur Savannakhet, un temps envisagé (Clément-Charpentier 2008 : 291-299). L’installation sur le site de l’ancienne capitale offrait, entre autres, deux avantages non négligeables : une grande partie des terrains avait déjà été remblayée antérieurement, ce qui facilitait les nouvelles implantations sur ces territoires marécageux, et la destruction de la ville laissait de nombreux terrains libres pour construire, sans avoir à procéder à des expropriations souvent coûteuses. Tenant compte du rare bâti existant, c’est au centre de la ville que les Français s’installèrent ; cette zone, réservée autrefois à la dynastie régnante et à la hiérarchie du clergé bouddhique, avait toujours été très peu habitée.

16La mise en valeur du site commença par des travaux de débroussaillement, les Français furent aidés en cela par le système des corvées, hérité de l’administration siamoise. Les monuments religieux en ruines ont eu un rôle important au cours du processus de refondation de la ville. Déjà au moment du choix du site, la présence de ces vestiges avait constitué un argument en sa faveur : « on choisit Vieng Chane comme capitale ; dans l’état actuel des choses, on ne pouvait pas mieux choisir ; toutes ces pagodes ruinées, tous ces tumulus bosselant les rizières nous étaient une invitation » (Robequain 1925 : 22). Les Français furent attirés par ce site qui avait une longue histoire, une présence, une âme. Il représentait aussi un symbole pour les Lao, qui ne pouvaient qu’être désireux de voir relever leur capitale.

17Dans les premiers temps, les vestiges des pagodes et les that, petits monuments funéraires à la forme effilée, ont servi de repères pour la réappropriation de l’espace urbain, que plusieurs décennies d’abandon avaient rendu méconnaissable : « De nombreux tombeaux et quelques petits dagobas sont restés intacts auprès de ces ruines, et permettent de retrouver facilement dans la forêt l’emplacement que la tradition assigne à ces anciens temples. » (Garnier 1870-1871 : 390.) Les traces matérielles des temples vat et de leurs enceintes ont aidé, au moment du débroussaillement, à rétablir les chemins là où ils existaient auparavant. La mémoire de leurs emplacements avait pu se transmettre malgré les vicissitudes qu’avait traversées Vientiane, si quelques rares anciens habitants de la ville étaient revenus, parmi beaucoup d’autres originaires de la région de Xieng Khouang.

18C’est paradoxalement dès la première décennie de leur occupation, alors que l’urgence était ailleurs puisqu’il fallait créer de toutes pièces un centre administratif, que les Français se sont intéressés aux structures monumentales. Les mesures prises en faveur des pagodes à cette période figurent parmi les premières actions concrètes engagées conjointement par les Lao et les Français, avec toujours la nécessité de dépenser le moins d’argent possible. Ces derniers espéraient aussi attirer la population et la fixer autour des vat, qui fédéraient l’habitat autour d’eux. Comment la sauvegarde de ces vestiges s’est-elle insérée dans la politique des administrateurs qui devaient faire face à de multiples situations d’urgence, telles que construire les premiers équipements urbains et assurer le quotidien des colons ? En bref, que faire de ces ruines, les évacuer, les restaurer, ou les laisser telles quelles en attendant des moments plus propices ?

La notion de patrimoine en France à la fin du xixe siècle et chez les Lao

  • 15 Sur l’apparition d’une conscience patrimoniale et ses développements au cours du xi (...)

19La notion de « patrimoine », telle qu’elle était formulée en France à la fin du xixe siècle, s’attachait en grande partie aux « monuments historiques », c’est-à-dire au patrimoine monumental, surtout religieux15. Le terme « monument historique » désigne une construction que l’on préserve en raison de son intérêt artistique, architectural ou historique. Cette notion de monument est intimement liée à la mémoire : « on appellera monument tout artefact édifié par une communauté d’individus pour se remémorer ou faire remémorer à d’autres générations des personnes, des événements, des sacrifices, des rites ou des croyances. La spécificité du monument tient alors précisément à son mode d’action sur la mémoire » (Choay 1992 : 15).

20En France, l’intérêt pour les monuments anciens se développa et s’institutionnalisa tout au long du xixe siècle, grâce à un travail d’inventaire et à la mise en place d’une administration des monuments historiques. La première loi de protection fut votée en 1887, une seconde, plus contraignante, sera votée en 1913 (Auduc 2003 : 171-182). Aussi l’opinion publique française était-elle déjà sensibilisée, au moment de la « découverte » des monuments de Vientiane, à la sauvegarde de l’héritage architectural.

21Ainsi la notion de « patrimoine », de création relativement récente, est issue de façons de voir et de représentations liées à un contexte historique et culturel, apparues au xixe siècle en Occident. Ce concept a été importé en Asie par des administrateurs ayant une vision allogène, extérieure aux sociétés locales, transposant des dispositifs élaborés dans d’autres cultures que celle à laquelle ils étaient confrontés. Les perspectives des Français et des Lao sur ce sujet étaient radicalement différentes. Il faut remarquer que le terme « patrimoine » n’était jamais utilisé dans les écrits de ces administrateurs coloniaux ; pendant des décennies, on ne parlait que de « pagodes » ou de « ruines de pagodes ».

22Le terme lao pour « patrimoine », moradok, ne recouvre pas les mêmes concepts qu’en France, tandis que ceux pour « monument historique », akhan moradok, littéralement « bâtiment patrimonial » ne sont pas d’un usage courant. Pour Chayphet Sayarath, l’essentiel pour les Lao est le patrimoine culturel, les traditions qui se transmettent des ancêtres. La notion de patrimoine est en outre liée à la pratique sociale de l’espace sacré, qui requiert une grande maîtrise comportementale (Sayarath 2014 : 78-79). Tout ceci peut se rattacher au « patrimoine immatériel », ou bien à la « culture », vathanatham en lao. La matérialité du patrimoine est représentée par les édifices religieux et par les objets sacrés qui, ayant survécu au temps, sont représentatifs de l’histoire périodisée (ibid. : 80-81). Cette acception du patrimoine associe à la fois ce qui est sacré et ce qui est historique.

23Pour les sociétés bouddhistes d’Asie du Sud-Est, tout être vivant ou toute chose est impermanente. Même le « monumental » a pour les Lao un caractère provisoire, transitoire, qui serait compensé par la capacité de le recréer. Ainsi la notion de patrimoine englobe aussi les savoir-faire techniques et artistiques. Anna Karlström avance que dans la tradition bouddhique, le délabrement est essentiel pour aboutir à la mort, à la renaissance et à l’illumination, but ultime : « consequently, preservation as the opposite of decay and destruction becomes, in a strictly Buddhist perspective, a contradiction in terms » (Karlström 2009 : 206). Ceci peut expliquer l’attitude des Lao qui fut souvent très peu interventionniste pour la sauvegarde de certains temples, ils préféraient parfois les laisser se dégrader et reconstruire du neuf.

24Les Lao ont toujours eu un respect des formes du passé dans la mesure où ces formes étaient celles du sacré. Chayphet Sayarath remarque que les objets

[les objets n'ont] pas d’existence et d’identité propre au-delà de leur fonction […] Ils n’ont d’existence que lorsqu’ils sont en cours d’usage ou lorsqu’ils représentent ou symbolisent quelque chose […] Ici, c’est donc le contenu de l’objet, en tant que signifié qui importe et qui est perpétué dans la conception du patrimoine. (Sayarath 2014 : 81.)

25Anna Karlström va dans le même sens quand elle remarque que dans le bouddhisme populaire, la quête de mérites et les pratiques qui tiennent compte de la matérialité font passer au second plan la notion d’impermanence : « Things are important and significant. Not as remains from past times, but rather as part of the religious belief and practice. » (Karlström 2009 : 204.)

  • 16 Pour les Lao, toute la surface intérieure du sanctuaire reste consacrée, grâce à la (...)

26Ainsi les Lao sont plus attachés à ce qu’il y a de sacré dans un lieu, à ce qu’il représente, qu’à l’aspect extérieur du sanctuaire. Cette attitude explique qu’ils aient pu convertir en lieux de culte vivants des pagodes en ruines, faisant des cérémonies dans des édifices qui n’étaient pas encore restaurés16. Dans certaines pagodes

on a ramassé des briques éparses et on en a fait des murs non crépis à la place des anciens murs ; une toiture de paillottes reposant sur des bois quelconques recouvre la nef ; les bonzes ont rebâti leurs cases à proximité et la vie religieuse continue au milieu de ces décombres, paresseuse et indulgente. Sous l’œil bienveillant des moines, on s’y réunit en grand nombre pour des fêtes appelées bun (Lunet de Lajonquière 1901 : 110-111).

27Au Laos, la vie matérielle des monastères a toujours été assurée par la communauté des fidèles qui vivent autour. L’entretien des religieux et les travaux de construction et de réparation des temples sont pris en charge par les habitants du quartier, car faire des dons à la pagode, en nature ou en numéraire, représente pour eux une façon d’obtenir des mérites dans l’au-delà (Condominas 1998). Ceci explique que les Lao ont maintenu la permanence du culte bouddhique dans certaines pagodes, même pendant les périodes où la ville n’était pas encore repeuplée.

28La relation entre monument et mémoire, mise en évidence par Françoise Choay, s’applique aussi aux monastères lao, qui sont les gardiens de la mémoire de la communauté qui les entoure. Le souvenir de leurs fondateurs est entretenu, souverains ou chefs locaux, ainsi que celui de leurs différentes constructions qui matérialisent des événements passés ou des dons des fidèles qui ont servi à les édifier. C’est dans l’enceinte des temples que sont rassemblées les effigies du Bouddha, que se trouvent les that, monuments reliquaires funéraires, ainsi que les édifices appelés bibliothèques où l’on garde les manuscrits. C’est aussi là que se trouvent les habitations des bonzes qui participent à la transmission de la mémoire de la communauté, par leurs études érudites et par l’enseignement qu’ils dispensaient aux enfants. Les monastères lao ont aussi un rôle social important, puisque c’est là que se tiennent les rassemblements et les fêtes.

29Ainsi l’appréhension et les pratiques vis-à-vis des monuments de Vientiane ne furent pas du tout les mêmes pour les Français que pour les populations locales. Ce qui importait pour les Lao, nous venons de le voir, était la signification de l’édifice, sa fonction de lieu de culte ou d’effigie sacrée pour les objets. Les Français, eux, étaient sensibles aux valeurs esthétiques, l’architecture et l’art, et se préoccupaient des problèmes de conservation. Dans quelle mesure pouvait-on transposer dans un pays d’outre-mer des dispositifs élaborés en France au cours du xixe siècle ? La compréhension de la notion de « patrimoine matériel », telle qu’elle était perçue en Occident, était inconnue au sein de la population lao. Comme le remarque Anna Karlström (2009 : 199), les idéaux de préservation ne sont en aucun cas universels. Les monuments anciens les plus importants ou les mieux conservés sont entrés dans la catégorie des « monuments historiques », devenant des éléments du « patrimoine » au sens français du terme, mais pour beaucoup d’autres ce ne fut pas le cas. Leur restauration, effectuée par les bonzes, ne répondait pas à certains critères fixés par les Français ; celui de l’authenticité, par exemple, n’a jamais eu pour les Lao, ainsi que plus généralement pour les Asiatiques, l’importance qu’il a en Occident.

La spécificité du cas du Laos par rapport aux colonies voisines

30Parmi les cas de patrimonialisation dans un contexte colonial, celui du Laos est original à plusieurs titres, d’abord par la différence de période, le Laos ayant été officiellement cédé à la France en 1893, beaucoup plus tardivement que les autres colonies ou protectorats. Les Français avaient commencé à s’installer à Saigon en 1859, et la Cochinchine fut cédée à la France en 1867. La première attaque de la Citadelle de Hanoi eut lieu en 1873, la mainmise sur le Tonkin s’échelonnant sur plusieurs années, avec de nombreux conflits armés, jusque dans les années 1880.

31Le Laos étant un pays enclavé avec peu de population, Vientiane a toujours été une ville plus petite que les capitales des États indochinois voisins, Hanoi, Saigon ou même Phnom Penh. L’arrivée des Français, sans luttes armées, distingue son cas de celui du Vietnam, où les formes de mainmise des colonisateurs n’ont pas eu du tout le même caractère qu’au Laos. France Mangin (2006) décrit l’implantation des Français dans la ville de Hanoi qui était déjà dans plusieurs quartiers, densément peuplée et construite. Cette installation ne se fit pas sans mal, avec des expropriations et des destructions nombreuses, souvent sans tenir compte de l’intérêt historique et architectural des édifices sacrifiés, ce qui provoquait l’hostilité de la population. Surtout au début, plusieurs temples furent détruits pour laisser place à des bâtiments administratifs, mais petit à petit, grâce à une prise de conscience de l’opinion, tant française que vietnamienne, les destructions devinrent moins systématiques.

32La situation au Cambodge était aussi totalement différente. Le Cambodge devint un protectorat français en 1863, là aussi d’une façon pacifique, alors que régnait le roi Norodom. La décision de déplacer la capitale de Oudong à Phnom Penh se prit dans les mêmes années, conjointement par le roi et par les Français. Mais dans ce pays le roi était entouré d’une administration khmère, de la hiérarchie du clergé bouddhique et d’une population qui se déplaça alors à Phnom Penh, construisant les quartiers khmers et prenant en charge, avec l’aide des moines, la construction, l’entretien et la réparation des temples. La politique patrimoniale des Français au Cambodge dans ces années-là était centrée sur l’étude archéologique des ruines d’Angkor, très différente de celle pratiquée au Laos, et en particulier à Vientiane, où la plupart des monuments étaient plus récents et de construction plus légère.

  • 17 « Even if these explorers were not archeologists, the act of discovery defi (...)

33Le contexte colonial du Laos est particulier du fait que, comme nous venons de le voir, il n’y avait plus à Vientiane de monarchie ni de réelle administration, plus de ville et quasiment plus de population, ce qui laissait aux colonisateurs toute latitude pour gérer comme ils l’entendaient la politique patrimoniale de leur choix. Dans ce vide, l’appréhension de la ville en 1867 relevait de l’exploration et de la découverte archéologique17 ; on peut à cette occasion souligner l’imbrication étroite, à cette période, des deux fonctions, Ernest Doudart de Lagrée avait travaillé sur les ruines d’Angkor en faisant des relevés de monuments, avant d’explorer le Laos.

34Dans la ville dévastée subsistaient surtout des ruines de temples, car les monuments religieux étaient bâtis avec des matériaux plus pérennes que ceux des résidences civiles, construites exclusivement en bois et en bambou. « Il n’y a d’autre édifice resté debout que les pagodes ; mais, abandonnées par leurs prêtres et construites des mêmes matériaux que le palais, quarante saisons pluvieuses en ont terni les fragiles splendeurs. » (Garnier 1870-1871 : 390.) Leurs structures en bois étaient en très mauvais état, mais les parties construites en maçonnerie avaient mieux résisté à plusieurs décennies d’abandon. L’essentiel de ce qui restait, malgré sa dégradation matérielle, pouvait se rattacher à la notion de « patrimoine » telle qu’elle était formulée en France à la fin du xixe siècle : les monuments et surtout les monuments religieux, aussi la plus grande partie de cette étude portera sur ceux-ci. Comme dans d’autres pays d’Asie, on constate que si le patrimoine religieux reste vivant grâce à la permanence des cultes, le patrimoine civil peut perdre sa fonction ou disparaître, ce qui était arrivé à Vientiane.

35L’évolution de la prise en compte du patrimoine et de la conservation des monuments de Vientiane s’articule autour de trois périodes charnières : les années 1900-1902, où l’on recense et l’on décrit, sans trop déblayer ; 1912, où Henri Parmentier, qui évalue les techniques de restauration locales, donne des directives pour sauvegarder ou non les temples ; les années 1920-1930, où l’on restaurera plus qu’avant.

Les premières perceptions du patrimoine lao par les Français à Vientiane

36On peut lire à travers les documents des Français l’attention qu’ils portèrent à ce que l’on pourrait appeler « l’architecture savante », c’est-à-dire les monuments voués au culte bouddhique, nommés « pagodes » dans les textes de cette époque. Très tôt furent effectués des relevés et des dessins des édifices, parallèlement aux textes qui les décrivaient.

  • 18 Pour les trois plans évoqués, voir Clément-Charpentier (2008 : 326-329). Pour le plan de (...)

37Il faut souligner l’importance du patrimoine bâti dans les représentations cartographiques de Vientiane réalisées entre les années 1890 et 1912 : c’est ce qui restait en place, et c’est ce qui intéressait les Français à ce moment-là, c’est donc cela qu’ils ont cartographié. Les pagodes sont parfois dessinées en traits pointillés sur le premier plan de Le Blévec (1895-1898) ; sur le plan de Lunet de Lajonquière de 1901 elles sont plus nombreuses et plusieurs sont nommées. Sur le plan de 1905, elles ont pris de l’importance et leur emprise représente 1/5e de la surface de la ville. Le plan de 1912, réalisé à l’appui d’un projet de conservation, ne représente que les pagodes18. L’emprise des temples s’est amenuisée au fil des ans, au cours des mutations urbaines intervenues surtout à partir des années 1910. Après cette période, les édifices religieux n’apparaissent plus aussi nettement sur les plans.

Les relations de Francis Garnier dans Le Tour du Monde

  • 19 Le naturaliste Henri Mouhot avait voyagé au Laos en 1861, mais il n’était pas allé (...)
  • 20 Les récits de Francis Garnier, second de la mission, ont paru dans le Tour du Monde(...)
  • 21 Officier de marine, cartographe et dessinateur.

38Les témoignages écrits présentés ici datent de 1867 et 1901-1902, et leur appréhension des ruines diffère quelque peu à trente années d’intervalle. La mission d’exploration hydrographique du Mékong (1866-1868) (Sahai 2005 : 150-155), constitua la première incursion19 institutionnelle et documentée des Français au Laos20. Les écrits furent rédigés par Francis Garnier, le second de l’expédition, après la mort de E. Doudart de Lagrée en 1868. Les membres de cette mission d’exploration ont rassemblé sur un temps très court des documents qui ont permis de faire connaître en Occident « Vien Chane » et ses monuments en ruines. Arrivés le 1er avril 1867 et repartis le 4, ils ont pris le temps d’étudier les remparts, le Vat Phra Keo, l’ancien palais et le That Luang, tout en faisant des dessins et des enquêtes auprès des habitants : « le Commandant de Lagrée interrogeait les vieillards et écrivait sous la dictée d’Alevy les soutras laotiens qui se rapportaient aux édifices et aux traditions historiques du royaume de Vien chan » (Garnier 1870-1871 : 394). On mesure ici la curiosité et l’intérêt de ces auteurs vis-à-vis des vestiges de cette civilisation ancienne dont ils ne connaissaient que peu de choses. Les pages de Francis Garnier consacrées aux monuments de Vientiane sont illustrées de gravures réalisées à partir de dessins faits sur place par Louis Delaporte21 (ibid. : 388-391). Nous en citerons ici certains passages, car ces descriptions donnent à voir ces édifices dans un état moins dégradé que celles des observateurs qui lui succédèrent.

Nous nous hâtâmes de nous engager dans la forêt déjà épaisse […] quelques sentiers s’y croisaient : l’un d’eux nous conduisit à l’emplacement même du palais du roi. Ses dimensions sont considérables, et il était facile, malgré les broussailles qui avaient tout envahi, d’en retrouver les principales dispositions. Les matériaux n’en étaient point durables : des briques, du bois et une sorte de béton ou de ciment formant le pavé des cours ou le revêtement des murs et des escaliers ; mais l’ensemble de la construction avait un caractère d’élégance et dénotait une richesse de décoration remarquable. (Garnier 1870-1871 : 387.)

L’auteur évoque ensuite les différents temples (fig. 1) :

  • 22 Dans cette deuxième partie, les orthographes des noms propres sont celles données p (...)

Le plus considérable de ces temples est Wat Pha Keo22 que nous visitâmes au sortir du palais, auprès duquel il se trouve. C’était la pagode royale. Son fronton en bois, délicatement sculpté […] nous apparut au milieu de la forêt gracieusement encadré de lianes et tout enguirlandé de feuillage. (Garnier 1870-1871 : 390.)

Fig. 1. Les restes du Vat Phra Keo vus par l’expédition Doudart de Lagrée en 1867

Fig. 1. Les restes du Vat Phra Keo vus par             l’expédition Doudart de Lagrée en 1867

Dessin de L. Delaporte, « Voyage d’exploration en Indo-Chine », Le Tour du monde.

À peu de distance se trouve une pagode de dimensions moindres et d’un aspect plus modeste, restée presque intacte au milieu de la destruction (fig. 2) :

C’est Wat Si Saket […] attenant directement à la pagode, se trouve une galerie rectangulaire qui s’ouvre intérieurement sur une cour : ses murailles sont couvertes, comme celles du temple lui-même, de petites niches contenant la statue du Bouddha. (Ibid. : 390-391.)

Fig. 2 Galerie du cloître du Vat Sisaket abritant des statues de Bouddha

Fig. 2 Galerie du cloître du Vat Sisaket             abritant des statues de Bouddha

Dessin de E. Thérond, d’après un croquis de L. Delaporte, « Voyage d’exploration en Indo-Chine », Le Tour du monde.

F. Garnier évoque ainsi le That Luang (fig. 3) :

Au bout de trois quarts d’heure de marche, nous arrivâmes à That Luong, l’un des dagobas les plus célèbres du Laos. La pyramide centrale qui présente cette forme rectangulaire à la base, arrondie au sommet, que nous avons déjà trouvée en usage au Cambodge, repose sur deux terrasses superposées. La terrasse supérieure supporte vingt-huit pyramides de dimension moindre, qui entourent la base de la pyramide centrale ; elle communique avec la terrasse inférieure par deux escaliers pratiqués sur le milieu des faces nord et sud. (Ibid. : 391.)

Fig. 3. Le That Luang avec sa série de pinacles effilés

Fig. 3. Le That Luang avec sa série de             pinacles effilés

D’après un dessin de L. Delaporte dans « Voyage d’exploration en Indo-Chine », Le Tour du monde.

L’accent est mis sur la valeur décorative de l’architecture lao :

On ne peut cependant refuser aux ruines de Vien Chan un cachet d’élégance et une recherche décorative dont l’effet est souvent remarquable : les colonnes en bois sont couvertes de sculptures, jadis dorées ; les toits se relèvent en courbes gracieuses (Garnier 1873 : 289).

Ces témoins pouvaient d’autant mieux louer la qualité de la décoration qu’ils furent les seuls à en voir des éléments pas trop détériorés. Tous, après eux, essayeront de dégager la spécificité d’un style d’architecture lao s’appuyant sur des effets décoratifs.

L’article de 1901 de Lunet de Lajonquière

  • 23 L’auteur note dans son introduction : « Au moment précis où commence cette ère nouv (...)

39Écrit juste après que les Français décidèrent en 1899 d’installer à Vientiane leur future capitale, le texte du capitaine Lunet de Lajonquière (1901) fait un état des lieux de la ville en 190023. Rédigé une trentaine d’années après celui de Francis Garnier, on y voit des changements dans la perception des vestiges, dus au renouvellement des questionnements à cette période, notamment un souci de description plus exhaustive. La plus grande partie de son texte est consacrée à l’architecture des temples.

40Il commence par une analyse assez concise de la ville accompagnée d’un plan. Celle-ci est entourée par une ancienne muraille, et c’est la partie amont à l’ouest de la route du That Luang qui semble avoir été la plus peuplée. Dans cette partie, quatre rues parallèles au fleuve sont coupées par des rues perpendiculaires, les maisons occupent les deux premières rangées près du fleuve, « Au-delà, jusqu’au mur d’enceinte, s’étend une brousse épaisse et presque impraticable dans laquelle on distingue çà et là quelques pans de murs de pagodes écroulées ». La partie aval de la ville « est presque déserte et paraît même n’avoir jamais été habitée d’une façon aussi complète que la partie ouest : on y trouve encore des traces d’anciennes rizières » (Lunet de Lajonquière 1901 : 100-102). Cette dissymétrie entre les deux parties de la ville, déjà manifeste dans le plan de Le Blévec, va perdurer pendant plusieurs décennies.

41L’auteur donne ensuite une description détaillée des divers éléments des pagodes, en notant que « le mur d’enceinte renfermait, suivant les Laotiens, soixante-deux pagodes » (Lunet de Lajonquière 1901 : 102). L’ensemble d’une pagode laotienne comprend : le temple principal (vihâra) ; une bibliothèque ; un cloître, galerie circulaire ; des cellules-chapelles ; des that ; les logements des moines. « Le vihâra est un bâtiment rectangulaire dont la longueur est en général double de sa largeur » (ibid.). Sa façade principale est sur un des petits côtés, l’autel du Buddha est adossé à l’autre. La nef s’élève sur un soubassement qui peut atteindre quatre mètres, par une succession de terrasses. Les murs extérieurs ne sont pas verticaux, ils s’inclinent vers l’intérieur, donnant une coupe trapézoïdale. La couverture est formée d’un toit à deux pentes très inclinées (ibid. : 103).

  • 24 Appelées ainsi car on y conservait des manuscrits. Le terme lao pour bibliothèque e (...)
  • 25 Pour une analyse plus récente des diverses constructions des Vat, voir Sayarath (20 (...)

42Les bibliothèques24, petits édicules à base carrée « s’élèvent au-dessus d’un soubassement généralement haut d’un ou deux mètres » (ibid.). Leurs murs sont inclinés vers l’extérieur, et le toit est à quatre faces avec deux plans superposés25. Ces édifices au profil original furent toujours assez valorisés par les Français.

  • 26 Le mot vient du pâli dhâtu « relique », on trouve aussi dans les textes le terme da (...)

43À côté des sanctuaires et des bibliothèques, dans le même enclos, on trouve aussi des habitations de bonzes et des that26. Ceux-ci sont de petits monuments reliquaires construits en maçonnerie de forme pyramidale au profil effilé, sur plan carré ou circulaire, abritant des textes bouddhiques ou des cendres de défunts. Joseph Chevallier, en 1902, évoque « une forêt de thats (monuments sacrés très anciens et extrêmement curieux), de clochetons étincelants d’or ou aveuglants de la plus pure blancheur et dépassant en hauteur les cocotiers eux-mêmes » (Chevallier 1995 : 172). Une gravure d’après Delaporte nous restitue l’étonnement des Européens devant un paysage architectural si exotique à leurs yeux (fig. 4).

Fig. 4. Un ensemble de that et les ruines d’une pagode à Vientiane

Fig. 4. Un ensemble de that et les ruines d’une pagode à Vientiane

Dessin de L.  Delaporte. « Voyage d’exploration en Indo-Chine », Le Tour du monde.

44Le capitaine poursuit par un inventaire des principales pagodes, Vat Sisaket, Vat Phra Keo, Vat Phra-Men, Vat Kang, That Luong, et une longue analyse de leur décoration. Il souligne leur état de dégradation (fig. 5) :

Beaucoup d’entre elles ne sont plus que des ruines méconnaissables et ne se présentent plus que sous la forme de pans de murs couverts de verdure, emprisonnés et déformés par les racines d’arbres déjà forts, poussés sur leurs crêtes. (Lunet de Lajonquière 1901 : 110.)

On est ici dans la description, pas dans la recommandation, l’auteur n’évoque, à ce stade préliminaire, aucun projet de conservation.

Fig. 5. Ruines de la pagode de Vat Phra Keo

Fig. 5. Ruines de la pagode de Vat Phra             Keo

Charles Robequain, 1924, Cliché Ecole française d’Extrême-Orient, photographie fonds Laos, réf. 22 869_2.

Les outils conceptuels des premiers administrateurs dans le contexte culturel de leur époque

45On peut s’interroger sur la façon dont les premiers administrateurs coloniaux ont abordé la question patrimoniale à partir du cas du Laos. Les représentations qu’ils en avaient étaient bien différentes de celles que nous avons aujourd’hui. Sur quels outils conceptuels, politiques ou bien sur quelles expériences se sont-ils appuyés pour prendre des décisions ?

46La conquête pacifique du Laos, effectuée dans les années 1880-1890, s’est opérée au moment où l’intérêt pour les monuments historiques, qui se diffusait en métropole, commençait à se concrétiser en termes juridiques et institutionnels (loi sur le patrimoine de 1887). Mais les militaires et les administrateurs coloniaux arrivant au Laos étaient-ils préparés à gérer les vestiges de civilisations lointaines et pour eux mystérieuses ?

47Les membres de la mission d’exploration hydrographique du Mékong ont réalisé, on l’a vu, un premier et excellent travail de description des principaux monuments de Vientiane. Fins observateurs, bien formés, ils savaient manier aussi bien la plume que le crayon tout comme les outils d’observation et de mesure. Leur chef, le commandant E. Doudart de Lagrée, était polytechnicien, et on apprend qu’il avait fait, sans doute sur le tard, des études linguistiques et philologiques sur les langues cambodgiennes et laotiennes (Chovelon & Chovelon 1997 : 12). Il avait été l’envoyé de la France au Cambodge à partir de 1863, il pouvait donc s’appuyer sur son expérience de diplomate, et aussi, nous l’avons vu, sur celle d’explorateur et d’archéologue.

48Les administrateurs ou les militaires envoyés au Laos après 1893 étaient dans un contexte très différent. Le pays ayant fait tout de suite partie de l’Union indochinoise, la plupart des agents nommés au Laos avaient servi auparavant au Vietnam ou au Cambodge. L’intérêt pour le patrimoine et pour les cultures locales qui s’était développé dans ces pays, initié et soutenu par l’EFEO, ne pouvait pas leur être étranger. Lunet de Lajonquière, capitaine au 3e régiment de tirailleurs tonkinois, fut attaché à l’EFEO pendant plusieurs périodes, réalisant un travail d’archéologue et d’historien de l’art.

49Dans leurs écrits, ces acteurs ne manquaient pas de comparer les monuments lao à ceux des pays voisins. « Tout cela diffère bien peu de ce qu’on trouve partout au Siam », conclut Lunet de Lajonquière dans son article (1901 : 118), ajoutant : « Dans l’ensemble, tous ces édifices, on n’ose dire monuments, avaient incontestablement un certain cachet d’élégance et une jolie et fine silhouette ; mais rien en eux ne donne l’impression de solidité et de durée qui, dans un vrai monument, doit aussi se dégager de l’harmonie des lignes. » On perçoit que selon l’auteur, un « vrai monument » doit être construit en pierre, comme ceux des anciens Khmers ou des Chams, à côté desquels l’architecture religieuse lao, construite en bois et en maçonnerie légère, reçoit des qualificatifs qui restent dans le registre de « l’élégant » et du « joli ». Au moment où en France, le terme « monument historique » s’appliquait presque exclusivement à des édifices en pierre, en Asie du Sud-Est on s’intéressait surtout aux restes monumentaux des grandes civilisations disparues depuis des siècles, qui laissaient d’imposantes ruines en pierre. Les exemples plus récents de l’architecture lao ou cambodgienne étaient perçus comme un patrimoine mineur, d’où la faiblesse des crédits alloués à leur conservation.

50Toutefois, l’un des premiers observateurs, Francis Garnier, avait compris que des vestiges plus récents pouvaient être riches d’enseignement :

Un grand intérêt de curiosité s’attachait à l’étude de ces ruines [de Vien Chan]. Nous n’allions certes pas y trouver les merveilles d’art du Cambodje [sic] ; nous allions y lire couramment une page d’histoire moderne, au lieu de nous trouver en présence d’un indéchiffrable problème d’archéologie. (Garnier 1870-1871 : 383.)

Ces vestiges furent-ils vraiment parlants pour les Français sur l’histoire récente du Laos ? Ils l’auraient sans doute été plus si des études et des relevés, par exemple sur le palais royal, avaient été entrepris au début, avant la démolition pour ce cas particulier.

Le tournant des années 1900-1902

La création de l’École française d’Extrême-Orient

51C’est dans un contexte de curiosité pour les arts et les civilisations asiatiques, qui aboutira à la naissance de l’EFEO, que les premiers administrateurs français ont été confrontés aux témoignages matériels de la culture lao que représentaient les édifices en ruines de l’ancienne capitale. À travers les textes, on voit peu à peu s’affiner au fil des années les connaissances sur l’art et sur l’architecture religieuse lao.

  • 27 À la suite d’une demande de création d’un « comité consacré aux monuments d’Indochi (...)
  • 28 Sur ce sujet, voir le travail pionnier de France Mangin, Le patrimoine indochinois, (...)

52La création en 1900 de l’EFEO, faisant suite à une Mission archéologique permanente en Indochine mise sur pied en 1898 par Paul Doumer27, allait avoir un rôle décisif pour les actions de protection du patrimoine, grâce notamment à la mise en place des outils juridiques et institutionnels nécessaires28. Elle avait pour objectif la connaissance de l’histoire, des monuments et des idiomes de la presqu’île indochinoise, à l’aide d’explorations archéologiques et philologiques. France Mangin cite la lettre de M. E. Sénart stipulant « La tâche d’un pouvoir civilisé déborde les préoccupations immédiates du présent ; elle implique une juste et libérale sollicitude pour ce patrimoine vraiment national du passé, langues et histoire, traditions et monuments. » (Sénart 1901 : 9.) Le souci du patrimoine national « devient un des outils d’une meilleure colonisation, où la domination s’appuie sur le savoir et sur la remise en lumière du passé » (Mangin 2006 : 156-158). Ce travail de reconnaissance fut confié à l’EFEO.

  • 29 « Documents administratifs », BEFEO, 1901, 1 : 76-78.
  • 30 Ibid. : 78.

53Pour assurer la protection des monuments et préciser les conditions de leur classement, fut publié en 1900 un arrêté « relatif à la conservation en Indo-Chine des monuments et objets ayant un intérêt historique ou artistique29 ». Cet arrêté reprenait l’essentiel des dispositions de la loi de 1887, avec des adaptations pour les colonies. Il précisait en outre ce qui incombait aux autorités françaises ou aux autorités locales. L’administration n’était pas tenue de participer aux frais de restauration et de réparation, et « les autorités locales sont responsables de l’intégrité des monuments historiques30 ». En revanche, la surveillance des monuments historiques était de la responsabilité du directeur de l’EFEO. C’est aussi d’après les rapports de ce dernier qu’étaient pris les arrêtés de classement par le gouverneur général (Mangin 2006 : 161-162).

  • 31 « Documents administratifs », BEFEO, 1901, 2 : 170-181.

54Les premières listes de classement des « Monuments historiques de l’Indo-Chine » sont dressées en 190131. Alerté sur l’état de délabrement des pagodes de Vientiane, le directeur de l’EFEO, Louis Finot, y effectua une mission en 1900 et une liste pour le Laos fut établie. Dans celle-ci, des monuments et des objets répartis dans cinq villages sont classés, dont quatre temples de Vientiane :

  • 32 Ici l’orthographe des temples est celle indiquée dans le texte du BEFEO.

« That-luong ; deux stèles », « Vat Sisaket ; un Bouddha en pierre » ; « Vat Pra-Keo32 » et « That Ignang » [...] Vientiane est alors la seule ville importante d’Indochine dans laquelle plusieurs monuments sont classés. (Mangin 2006 : 163.)

Ces listes comportaient à la fois des édifices et des objets, nous évoquerons ceux-ci plus loin. De ces temples, le premier et le troisième étaient les plus importants de la ville, et le deuxième le mieux conservé. Le classement permettait d’éviter leur destruction ou bien de les protéger des altérations du temps ou des restaurations malhabiles. Pour faire cette liste, les administrateurs se sont appuyés sur l’étude détaillée des pagodes de Vientiane que venait de réaliser Lunet de Lajonquière.

  • 33 BEFEO, 1902, 1.

55À ce moment-là, l’EFEO dispose de peu de moyens et d’un personnel très limité : le directeur, un secrétaire-bibliothécaire, un pensionnaire et deux attachés temporaires. Un début de bibliothèque est constitué, et la diffusion des recherches est assurée par la publication du Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient (BEFEO). Il y a tant de tâches à entreprendre que l’apport de personnes extérieures, les correspondants de l’EFEO, est indispensable ; mais ceux-ci manquent de formation quand il s’agit d’intervenir sur les édifices. Il fallait s’assurer le concours d’un expert pour la sauvegarde des monuments anciens. Henri Parmentier, architecte, élève de l’École des beaux-arts, fut désigné en 1900 pour étudier « la technique de l’architecture indo-chinoise et préparer un plan détaillé de réparation des édifices menacés33 » (Mangin 2006 : 167-168). Ce recrutement manifeste la volonté des Français de restaurer dorénavant les temples dans de bonnes conditions, tout en tenant compte des techniques locales.

56Parmi les orientations de la politique du patrimoine définies par le directeur de l’EFEO figurent les échanges avec les Indes néerlandaises. Le but en était d’étudier les relations entre Java et l’Indochine, mais aussi de « connaître les méthodes d’organisation et de travail des centres d’études alors en place et s’en inspirer » (Mangin 2006 : 159). Les communications avec les orientalistes en métropole étant malaisées, les spécialistes échangeaient avec leurs homologues occidentaux basés en Asie du Sud-Est, et on voit qu’ils étaient incités, dans cette période de mise en route, à prendre pour modèle les institutions existantes dans d’autres colonies.

57Benedict Anderson remarque que c’est pratiquement au même moment que, dans les pays d’Asie colonisés par des puissances occidentales, furent créées des institutions consacrées à la conservation des monuments historiques, à savoir l’Archeological Department de Birmanie en 1899 (pour Pagan), l’EFEO en 1898, et la Commission coloniale hollandaise des antiquités en 1901 (pour Borobudur). « La coïncidence des dates – 1899, 1898, 1901 – montre non seulement avec quelle acuité les puissances coloniales rivales s’observaient, mais aussi les changements de fond qui affectaient l’impérialisme au tournant du siècle. » (Anderson 2002 : 182.) Ces échanges et ces influences réciproques attestent que les valeurs et les objectifs de la « colonisation savante », s’étaient diffusés à la fin du xixe siècle dans toute la zone comprise entre l’Inde et l’Extrême-Orient, accompagnant un intérêt nouveau pour les cultures des populations asservies.

Les différentes formes de la gestion du patrimoine par les Français

58Les premières actions pour le patrimoine furent d’abord dictées par les impératifs du terrain. Il fallait faire des choix et essayer de sauvegarder certains monuments qui pouvaient encore l’être, réunir, conserver et mettre en valeur les meilleurs spécimens de l’art lao, empêcher les vols, tout cela avec un budget très limité. À ce propos, Roland Meyer évoque « la modicité des ressources » et remarque que le budget local est alimenté en grande partie par une subvention du budget général de l’Indochine (Meyer 1930 : 51). Stuart-Fox, de son côté, souligne « For French officials in Laos, a perpetual concern was how to keep expenditures down and revenues up. » (Stuart-Fox 1995 : 122.) Tous soulignent la faiblesse des fonds alloués au Laos.

  • 34 « Chronique », BEFEO, 1902, 2, p. 225.

59Dans une optique d’étude érudite des civilisations, l’EFEO a lancé des projets sur le Laos dans plusieurs directions. Grâce au concours de l’administration, on commença la constitution d’un fonds de manuscrits laotiens et d’une collection d’objets ayant un intérêt artistique, archéologique ou épigraphique. On mit ainsi à l’abri du patrimoine mobilier, statues ou fragments d’édifices, plus faciles et moins onéreux à conserver que les monuments eux-mêmes. Le lieutenant-colonel Tournier, premier résident supérieur au Laos, donna à la collection archéologique « plusieurs inscriptions et sculptures remarquables, et nous espérons de son obligeante entremise la formation d’une collection ethnographique laotienne » (Finot 1902 : 115). Georges Maspéro a donné au musée « plusieurs statues en bronze du Buddha provenant d’une pagode abandonnée dans l’enceinte de Vieng-Chan34 ». Ces objets étaient envoyés au siège de l’EFEO, qui était à Saigon jusqu’en 1902, puis à Hanoi après cette date.

60Les responsables se sont alors interrogés sur le bien-fondé de l’envoi d’objets d’art lao vers le Vietnam, jugeant abusifs les transferts de stèles, d’effigies religieuses et même de fragments d’édifices en des lieux plus ou moins surveillés. H. Parmentier, très vite après son arrivée, s’est insurgé contre ces pratiques : « N’est-ce pas un spectacle pénible que celui de ces structures réunies n’importe où et n’importe comment, et dont personne ne connaît plus l’origine ? », recommandant « chaque fois qu’on peut, il est préférable de laisser les objets trouvés dans le monument même et, si cela est possible, dans le voisinage même du lieu d’extraction ». Il mettait aussi en garde contre les pillages : « Ce qu’on appelle souvenir de voyage n’est jamais, à bien considérer, qu’un vol mal déguisé. » (Parmentier 1902 : 103-104.)

  • 35 « Création d’un musée d’antiquités laotiennes à Vientiane », courrier au Gouverneur gén (...)
  • 36 Courrier au Gouverneur général de l’Indo-Chine du 26 août 1910, CAOM, GGI 20 (...)

61Beaucoup d’effigies religieuses étaient pourtant délaissées, car les Lao ne font pas leurs dévotions devant une statue endommagée. En 1910, le résident supérieur au Laos suggère de grouper les statues abandonnées dans un local approprié et de constituer à Vientiane un Musée des antiquités laotiennes sous le contrôle scientifique de l’EFEO. Par manque de fonds pour construire un nouveau bâtiment, les objets seraient rassemblés dans la salle des fêtes de la résidence supérieure35. Effectivement des statues resteront entreposées à la résidence de nombreuses années, constituant l’amorce de la collection du musée. Au même moment, le directeur de l’EFEO propose, pour assurer la conservation des sculptures et éviter leur exode hors du Laos, d’utiliser comme musée une des pagodes anciennes de Vientiane classée monument historique36. H. Parmentier sera chargé d’étudier l’aménagement en musée de la pagode Vat Sisaket.

  • 37 « Chronique », BEFEO, 1908, 8, 1-2 : 294.

62Sous les toitures effondrées des temples en ruines, on pouvait voir un nombre parfois considérable d’effigies du Bouddha. Celle placée sur l’autel au fond de la nef pouvait atteindre une taille importante. Pour éviter leur pillage dans l’ensemble du pays, les autorités locales lao ont été mises à contribution pour faire effectuer un recensement des statues dans leurs circonscriptions37. Les inventaires seront établis par les chefs de pagode qui auront la garde des effigies, tandis que les gardiens responsables des œuvres d’art seront les chefs de village.

La conservation des monuments

63Pour définir et appliquer une politique patrimoniale pour les monuments, les Français se sont trouvés confrontés à une lourde tâche. Tenant compte essentiellement de l’architecture religieuse, ils ne se sont pas intéressés aux restes de l’architecture civile, le palais ou l’enceinte de la ville, encore visibles dans les années 1890. Les habitations construites en matériaux végétaux, qui avaient été détruites en 1828, n’avaient pas laissé de traces.

64La plupart des monastères, autrefois nombreux, étaient en très mauvais état. Lunet de Lajonquière en 1901 cite le chiffre de soixante-deux pagodes à l’intérieur du mur d’enceinte, complètement en ruines à part le Vat Sisaket. Dès les premiers moments de réappropriation de la ville, quand les tâches principales portaient sur le débroussaillement, les responsables ont laissé en place et en l’état les ruines de nombreuses pagodes, ils n’y touchèrent pas dans l’immédiat. Il faut toutefois remarquer, comme on l’a déjà vu, que l’on ne manquait pas de terrains libres à Vientiane, contrairement à une ville comme Hanoi où il a fallu raser plusieurs monuments vietnamiens pour construire des bâtiments administratifs.

65Les crédits manquant pour y faire des travaux, certains édifices en ruines sont restés en place plusieurs décennies. Ne pas déblayer les vestiges des pagodes laissait la possibilité d’une restauration future, soit par les Lao, religieux et habitants des quartiers qui reprenaient vie, soit par l’administration française au moment où les crédits le permettraient ou sous l’impulsion d’experts envoyés au Laos. Pour cela il fallait du temps, et les premiers responsables, qui n’ont pas pris de décisions irréversibles, l’avaient parfaitement compris. F. Mangin note que les souhaits des orientalistes lors de leur congrès de 1897 étaient clairs : « les interventions sur les monuments n’apparaissent pas comme une priorité ; elles consistent surtout à éviter la disparition des vestiges, ou à garder les ruines en l’état, sans que la question d’une action de restauration ne soit clairement évoquée » (Mangin 2006 : 156). Ces consignes furent parfaitement suivies par les premiers administrateurs sur place. Les premiers temps furent une période d’attentisme où l’on étudiait les pagodes sans intervenir

66Au tournant du xxe siècle, les autorités coloniales se sont intéressées aux édifices les plus prestigieux. Des réparations au Vat Chan et sur le That Luang avaient été réalisées. Quant au Vat Phra Keo, Lunet de Lajonquière note en 1901 que l’administration française venait de le déblayer. Le monument lui « paraît être l’expression la plus parfaite de l’art architectural dans la capitale du royaume de Lan-xang » (1901 : 109). Cette pagode située à côté du palais abritait autrefois la célèbre statue du Bouddha d’émeraude, le palladium du royaume, emportée par les Siamois à Bangkok après leur attaque de Vientiane en 1778. Le déblayement a laissé les ruines du temple intactes, mais rien ne fut entrepris pour la conservation de l’édifice à ce moment-là (fig. 5). Les Français, après la destruction du palais, mirent peu de zèle, sans doute pour des raisons politiques, à conserver cet autre symbole de la royauté. Le Vat Phra Keo, pagode royale réservée à la famille régnante et aux hauts dignitaires, n’était pas entouré par une communauté lao pouvant prendre en charge les travaux nécessaires à sa réfection. Laissé en l’état pendant de longues années, ce n’est que bien plus tard, nous le verrons, qu’il sera restauré.

67La tâche de l’EFEO était d’empêcher la dégradation des temples, mais aussi de contrôler des travaux de réfection qui ne donnaient pas toujours satisfaction. La qualité effectuée posait des problèmes, on voit dans les textes des plaintes récurrentes au sujet des restaurations. Les recommandations d’Auguste Barth, qui avait rédigé la charte de fondation de l’EFEO, sont sur ce point révélatrices de l’état d’esprit des premières années du xxe siècle : « non seulement vous ne démolirez pas, vous préserverez et conserverez. Mais vous ne restaurerez pas, ce qui, de toute forme de vandalisme, est d’ordinaire la pire » (Barth 1901 : 2). À côté du souci d’authenticité apparaît une défiance, semble-t-il justifiée, envers des techniques de restauration qui étaient alors rudimentaires. Lunet de Lajonquière (1901 : 111) constate : « ces restaurations sont loin d’avoir le fini des monuments eux-mêmes. Il semble que l’inspiration comme la main fasse aujourd’hui défaut ». L’explication en serait la déportation à Bangkok par les Siamois en 1828 des ouvriers qui avaient construit les pagodes de Vientiane. Ainsi on manquait de repères pour faire des reconstitutions à l’identique, car la mémoire des formes avait disparu, de même que les techniques anciennes et les savoir-faire s’étaient irrémédiablement perdus.

68Mais pour les Lao, la continuité des pratiques religieuses importait plus que l’état des formes bâties, car ils se souciaient moins que les Occidentaux de l’aspect extérieur de leurs temples. De nombreux témoignages font état de la réfection de that et de pagodes par leurs bonzes, plus ou moins réussies. Déjà en 1867, F. Garnier notait : « Une ou deux [pagodes], moins maltraitées que les autres par les vainqueurs, ont été réparées tant bien que mal et sont aujourd’hui desservies par des bonzes. » (Garnier 1873 : 286.) Ainsi quelques temples avaient été réinvestis très tôt par les religieux et par les fidèles, même pendant les périodes où la ville était très faiblement peuplée.

Les études d’Henri Parmentier, les travaux des années 1920-2030 et les vestiges de l’architecture civile

L’expertise de H. Parmentier

69Peu de restaurations ayant été entreprises par les Français les premières années, et le temps passant, les administrateurs coloniaux se préoccupèrent du délabrement des temples. Le résident supérieur au Laos attira en 1911 l’attention du gouverneur général de l’Indochine sur l’état d’abandon dans lequel se trouvaient les monuments de Vientiane. L’EFEO envoya alors sur place pour une mission de plusieurs mois l’architecte H. Parmentier, chef du Service archéologique, qui donna une impulsion décisive à la politique de conservation.

  • 38 À titre de comparaison, le projet de restauration des pagodes de Vientiane, à la su (...)

70Son rapport remis au directeur de l’EFEO témoigne d’une vision sur le patrimoine à la fois plus documentée et plus précise qu’auparavant sur le plan technique, ce qui lui permet de préconiser des mesures de conservation (Parmentier 1912). Malheureusement, à ce moment-là il était trop tard pour sauvegarder la plupart des pagodes ruinées. À partir de son diagnostic sur l’état des monuments, H. Parmentier fait un tri entre ceux qu’il estime pouvoir être conservés et ceux pour lesquels on ne peut plus intervenir. Il ne cache pas ses interrogations quant à une politique de restauration réaliste au regard de la médiocre qualité de la main-d’œuvre disponible et des faibles crédits alloués38. Enfin, il donne des orientations qui serviront de fil conducteur à la politique patrimoniale au Laos pendant les décennies suivantes.

  • 39 À rapprocher du nombre de 62 donné par Lunet de Lajonquière.
  • 40 Dans l’essentiel de cette partie et dans la mesure du possible, l’orthographe des n (...)

71H. Parmentier indique que des pagodes de la ville et des faubourgs, dont le nombre était évalué à 200 par les Lao, il ne reste que les ruines, voire les traces de 20 à 2539. C’est à cette occasion qu’il réalisa en 1912 le plan de Vientiane localisant les différents monastères avec leur nom et les quartiers qui en dépendent, 22 à l’intérieur de l’enceinte et sept dans les quartiers à l’amont de la ville (fig. 6). Parmi ces pagodes, quelques-unes seulement « ont laissé des débris assez intéressants pour mériter d’être étudiées en détail » : le « Vat Čaṅ », le « Vat Khaṅ », le « Pya Vat », le « Vat In Peṅ », le « Vat Oṅ Tơ », le « Vat Sisaket », le « Vat Prah Keo » et le « Vat Niot Keo » 40 (Parmentier 1912 : 188).

Fig. 6. Plan de Vientiane réalisé par Henri Parmentier en 1912, avec les temples structurant les différents quartiers

Fig. 6. Plan de Vientiane réalisé par Henri             Parmentier en 1912, avec les temples structurant les différents             quartiers

Henri Parmentier, 1954, L’Art du Laos, Tome second, Iconographie, Paris-Hanoi : Imprimerie nationale-EFEO, vol. XXXV, planche IV, p. 89.

72En inventoriant les pagodes, H. Parmentier décrit les formes générales des sanctuaires, les portes et les fenêtres, la décoration, les petites salles appelées bibliothèques, ainsi que les statues de Bouddha placées sur l’autel au fond de la nef. Il remarque que ce sont les ruines de la pagode Phya Vat, sans doute plus ancienne, qui produisent l’effet le plus saisissant. H. Parmentier écarte le « Vat In Peṅ » et le « Vat Oṅ Tơ », « aujourd’hui réduits à des hangars de chaume, remontés sur une partie de leurs anciennes colonnes », et le « Vat Čaṅ » (Vat Chan) qui vient d’être remis à neuf et où le chef des bonzes a pris un parti énergique et a renoncé partout au décor ancien. H. Parmentier note là aussi que même les pagodes qui ne sont plus que des hangars ne sont pas abandonnées pour autant et sont encore desservies par un petit personnel de bonzes (ibid. : 189-191). Le Vat Niot Keo présente une bibliothèque dans un état précaire, alors que sa salle de culte a dû être récemment abattue car elle était devenue, paraît-il, un danger public.

  • 41 Courrier au Gouverneur général de l’Indo-Chine, CAOM, GGI 16 927.

73H. Parmentier a livré une reconstitution du Vat Phra Keo, avec son plan qui ressemble à celui d’un temple grec sans colonnade extérieure, et l’ensemble surélevé sur une haute terrasse (fig. 7). Alors que le résident supérieur avait, en 1911, l’intention de le sauver de la ruine et d’en faire un musée historique du Laos41, H. Parmentier, devant l’état de détérioration de l’édifice, jugea que l’on ne serait pas capable de le restaurer correctement et déconseilla d’y faire des travaux :

Il est, sans doute, profondément affligeant de condamner à une disparition qui ne tardera guère des constructions qui eurent une réelle valeur artistique, comme le Prah Keo et le Pya Vat, mais je n’hésite pas à déclarer qu’il est impossible de les en défendre sans leur substituer de grotesques contrefaçons. (Parmentier 1912 : 192.)

74C’est à cause de la médiocre qualité de la main-d’œuvre qu’il condamne à la disparition tant de temples. Il conclut qu’il lui paraît « superflu de tenter aucun travail de conservation au Prah Keo et dans la plupart des autres pagodes ruinées de Vieng-chan » (ibid. : 194). Cet avis a eu de lourdes conséquences, rien ne fut fait au Vat Phra Keo pendant plus de vingt ans, et un nombre important de pagodes secondaires, non restaurées, disparurent sans que l’on s’en inquiétât outre mesure.

Fig. 7. Reconstitution du Vat Phra Keo, plan, coupe et façade

Fig. 7. Reconstitution du Vat Phra Keo,             plan, coupe et façade

Henri Parmentier, 1954, L’Art du Laos, Tome second, Iconographie, Paris-Hanoi : Imprimerie nationale-EFEO, vol. XXXV, planches XXVII et XXVIII, p. 108.

  • 42 Dans les documents de l’EFEO, on ne trouve pas les termes de « restauration », celu (...)
  • 43  « Documents administratifs », BEFEO, 1907, 3-4 : 463.

75L’architecte livre des réflexions sur le mode de construction des édifices, qu’il trouve généralement défectueux, et sur les difficultés de la restauration42. Les maçonneries constituées de briques de mauvaise qualité sont assemblées avec du mortier de chaux assez ordinaire et recouvertes d’un épais enduit de chaux. Il faudrait rétablir les toitures, faisant « une véritable restauration, presque une réfection totale » (Parmentier 1912 : 191). Il évoque la dépense, sans doute considérable, et surtout les désillusions dans les derniers essais de restauration du « that Luoṅ » : « il n’existe plus au Laos d’ouvriers capables de manier avec art et dextérité la chaux décorative. Les motifs ne sont plus compris […] c’est neuf et c’est propre, et c’est tout » (id.). Les savoir-faire pour la décoration, autrefois exécutée avec la technique du modelé des enduits, s’étaient perdus. Pour H. Parmentier, une bonne restauration doit être : « si discrète que, tout en consolidant l’édifice, elle en respecte scrupuleusement l’état et se laisse à peine apercevoir43 ». Il ne doit pas y avoir de différence entre l’aspect avant et après restauration (Mangin 2006 : 206). Il conseille de ne relever un édifice que si celui-ci a encore une partie de sa toiture, et en renonçant au rétablissement de la décoration. En revanche, il préconise la consolidation de plusieurs bibliothèques de monastères.

76Ainsi les préconisations finales de H. Parmentier sur la politique de conservation sont-elles assez limitées : ne rien tenter au « Vat Prah Keo », restaurer les bibliothèques du « Vat In Peṅ » et du Vat Niot Keo, la porte du « Vat Khaṅ » et ce qui reste du Vat Sisaket, et rendre au « That Luoṅ » son aspect ancien par la réfection des pinacles disparus (Parmentier 1912 : 194).

77Dans son rapport, H. Parmentier s’étend beaucoup sur le Vat Sisaket et sur les travaux à y réaliser, dont on a lui confié l’étude. Construit par le dernier roi de Vientiane Chao Anou, ce temple était resté à peu près intact au milieu des ruines. Son sanctuaire était entouré d’un « cloître » qui abritait des milliers de statues du Bouddha, soit dans des alvéoles prévues à cet effet, soit entassées à côté pour les effigies provenant de pagodes ruinées. Classée monument historique, c’était aussi une pagode où le culte pouvait être célébré dans de bonnes conditions. Aussi H. Parmentier préconise-t-il des travaux d’aménagement pour y réaliser un musée local sans désaffecter la pagode. Les galeries du cloître occupées par les bonzes devront être dégagées, dès qu’on aura construit à côté un logement pour ceux-ci ; une fois restaurées, les galeries pourront abriter les statues (fig. 8). Il note : « Il paraît naturel qu’en compensation des efforts faits pour assurer la conservation du Vat Sisaket, les bonzes se prêtent à son utilisation en musée. » (Parmentier 1912 : 194.) Ces changements n’allaient sans doute pas de soi pour les occupants du monastère.

Fig. 8. Le cloître du Vat Sisaket

Fig. 8. Le cloître du Vat Sisaket

Photo : Sophie Clément-Charpentier, 2000.

Le That Luang et les travaux de restauration des années 1920-1930

78Les travaux de restauration du That Luang, exécutés dans les années 1930, ont été préparés par H. Parmentier qui réalisa la première véritable étude sur ce monument, elle ne sera publiée qu’en 1954 dans L’Art du Laos. Ce sanctuaire reliquaire, le plus grand du pays, a été érigé à 1,5 km au nord de la ville dans le troisième quart du xvie siècle par le roi Setthathirat, avec une masse centrale et une galerie concentrique (Lorillard 2003 : 289-290). Il a toujours été un lieu de cérémonies et de pèlerinages.

79P. Morin avait fait réaliser dès 1896 des travaux de restauration d’urgence sur le That Luang. On avait alors refait le sommet du massif carré central qui avait été endommagé dans les années 1880 par des Hos, bandes armées chinoises, qui y cherchaient des reliques ou des objets précieux. Tous les avis avaient jugé maladroite cette première restauration, qui ne respectait pas les dispositions primitives : « la partie haute et surtout le renflement hexagonal du milieu me semblent défectueux et peu en rapport avec le plan de base » (Lunet de Lajonquière 1901 : 111) (fig. 9a). H. Parmentier regrettera que l’on ne puisse pas se référer au modèle qui faisait autorité, le dessin du That Luang réalisé en 1867 par Delaporte, publié dans le Voyage d’exploration en Indo-Chine (fig. 3), la bibliothèque de la résidence ne possédant pas d’exemplaire de l’ouvrage. De plus, il compare le monument au temple de Borobudur, dont les travaux de restauration venaient d’être réalisés, entre 1907 et 1911 (Parmentier 1912 : 189-190).

80H. Parmentier indique dans son rapport que le cloître extérieur, qui s’ouvre par quatre portes au milieu des côtés, est presque complètement ruiné. De la série de pinacles qui constitue le principal motif décoratif du monument, certains sont très abîmés. Il conseille une restauration peu importante qui lui rendrait son effet réel : il suffirait de refaire les huit pinacles détruits sur la série d’une trentaine qui entouraient le stupa. Cette intervention serait de bonne politique, « car ce monument est le plus révéré par les indigènes de toute la région » (1912 : 192-193). Ses conseils furent suivis, mais seulement bien des années plus tard, car le That Luang fut restauré entre 1929 et 1936 sous la direction de Louis Fombertaux. À cette occasion, des fouilles ont permis de révéler la présence de parties plus anciennes, notamment un stupa primitif (Lorillard 2003 : 295-296). En 1933, la reconstitution des clôtures et des pinacles était achevée, la réfection de la flèche centrale sera ensuite exécutée en suivant le modèle dessiné par Delaporte, rendant au stupa son profil d’origine (fig. 9b). Le rapprochement des flèches restaurées à 30 ans d’intervalle montre à quel point la première restauration donnait un résultat éloigné de l’original.

Fig. 9. Le That Luang après la réfection de la flèche réalisée en1896, jugée maladroite (a) et après la restauration des années 1930 (b)

Fig. 9. Le That Luang après la réfection de             la flèche réalisée en1896, jugée maladroite (a) et après la             restauration des années 1930 (b)

a. Cliché École française d’Extrême-Orient, photographie fonds Laos, réf. 22 716.

b. Service français d’information, 1953, Cliché École française d’Extrême-Orient, photographie fonds Laos, réf. 22 828.

81La campagne de travaux qui suivit les avis de H. Parmentier avait été inaugurée par ceux du Vat Sisaket, exécutés sous la direction de Charles Batteur ; ils portèrent principalement sur les toitures des galeries du cloître et s’échelonnèrent sur plusieurs années à partir de 1920 (fig. 10). Le monument restauré sera inauguré en 1929.

Fig. 10. Chantier de reconstruction des toitures du cloître du Vat Sisaket

Fig. 10. Chantier de reconstruction des             toitures du cloître du Vat Sisaket

Photographie de Charles Batteur, 1929, Cliché École française d’Extrême-Orient, photographie fonds Laos, réf. 22 437.

82En 1935, Henri Marchal a travaillé sur un projet de reconstruction du Vat Phra Keo. L’étude ne fut pas retenue, mais la restauration du monument fut tout de même réalisée entre 1936 et 1942 sous la direction du Prince Souvanna Phouma, alors jeune ingénieur des Travaux Publics, et le temple deviendra ensuite un musée d’art religieux (fig. 11). Le Vat Phra Keo est la seule pagode qui ne soit pas restée un sanctuaire bouddhique. Tous les autres temples ont été reconstruits à part le That Luang et le Vat Sisaket. Les travaux s’échelonneront sur plusieurs décennies : le Vat Chan avant 1912, le Vat Ong Tu à partir de 1927 et le Vat In Peng après 1965.

Fig. 11. Le Vat Phra Keo après sa restauration

Fig. 11. Le Vat Phra Keo après sa             restauration

Photographie de Jean Manikus, 1958, Cliché École française d’Extrême-Orient, photographie fonds Laos, réf. 21 465_2.

83C’est aussi dans le domaine juridique et administratif que des avancées furent réalisées avec la création en 1923 d’une commission chargée d’élaborer les règlements relatifs à la conservation des monuments et objets ayant un intérêt historique et archéologique. Un décret publié en 1924 reprendra les éléments de la loi de 1913 sur la protection des monuments historiques, en les adaptant à l’Indochine (Mangin 2006 : 235-238).

84Ainsi voit-on évoluer les politiques de conservation des monuments menées à Vientiane, depuis les années 1890 jusqu’aux années 1930, ainsi que les difficultés rencontrées dans leur mise en œuvre. Au début, période d’attentisme, les Français déblayèrent assez peu les ruines des pagodes et firent quelques restaurations, comme celle du pinacle du That Luang au zèle « un peu sauvage », selon la formule de Lunet de lajonquière (1901 : 111). À partir de 1900 sont intervenus les classements de monuments et certains travaux ponctuels dans des pagodes. Faisant preuve de réalisme, les autorités coloniales ont laissé les religieux restaurer leurs temples, car les crédits manquaient pour ce genre d’opérations. En 1912, un expert désigné, homme de l’art, prit des décisions plus abruptes, opérant un tri parmi les monuments ; les avis tranchants de H. Parmentier signèrent un avis de mort pour de nombreuses pagodes qui disparurent faute de restauration. Enfin, après 1920, commencèrent des campagnes de travaux programmées et réalisées dans de bonnes conditions pour les temples les plus importants. Parallèlement apparut un souci de mise en valeur et de réaffectation de certains monuments, comme le Vat Sisaket. En revanche, les sources donnent peu d’indications, on l’a vu, sur les échanges à propos du partage de responsabilité entre l’administration française et les responsables lao dans les actions de sauvegarde des édifices.

Les vestiges de l’architecture civile, marqueurs de l’espace urbain au même titre que les temples

85Les vestiges de l’architecture civile sont restés en dehors des politiques de conservation, mais ils ont marqué l’espace urbain comme le patrimoine religieux. Si la conservation des monuments religieux a bénéficié de l’attention des autorités coloniales, il n’en a pas été de même de celle des monuments civils, peu nombreux et hétérogènes, s’agissant essentiellement du palais royal et de l’enceinte urbaine. Il n’y eut aucun souci de conservation envers ces vestiges importants historiquement. Quant à l’habitat, on ne voyait plus de traces de celui datant d’avant 1828 : « ne nous sont parvenus que les exceptionnels édifices durables au milieu de l’innombrable floraison de l’architecture légère totalement disparue » (Parmentier 1954 : 2). Même les maisons des notables avaient disparu, car les demeures princières aussi étaient construites en bois.

86Les ruines du palais royal ont été démantelées par les autorités coloniales à la fin du xixe siècle. De l’édifice construit par le roi Chao Anou autour des années 1820 sur l’emplacement d’un palais plus ancien, on pouvait encore voir en 1867 le dallage des cours pavées avec une sorte de béton ou de ciment, ainsi que sa structure encore en place : « Le palais du roi était entouré d’une seconde enceinte et l’on y retrouve encore debout la double colonnade de la salle de réception. Il venait se terminer sur le bord de l’eau par une terrasse. » (Garnier 1873 : 289.) Le mur d’enceinte du palais était toujours debout vers 1900, haut de quatre mètres, large de 2 à 300 mètres et se terminant sur la rive par un bastion. « Il ne reste que des décombres de l’ancien palais sur l’emplacement duquel on construit en ce moment la Résidence supérieure. Il paraît avoir été de dimensions modestes. » (Lunet de Lajonquière 1901 : 101.) Le palais avait dû fortement se dégrader en trente ans, puisque F. Garnier évoquait en 1867, on l’a vu, des « dimensions considérables ».

87Le palais royal représentait le symbole de l’ancien pouvoir lao, la dynastie régnante de Vientiane éteinte après 1828. Les Français n’ont pas voulu le restaurer, bien que sa conservation fût envisageable du point de vue technique et fût justifiée par son intérêt architectural et artistique. Politiquement, ils ne voulurent pas relever ce qui pouvait apparaître comme l’emblème des derniers rois. Pour des raisons à la fois matérielles et symboliques, les autorités françaises choisirent le site du palais comme lieu de résidence. Dès 1894, elles firent construire un bâtiment à côté des ruines du palais, et d’après le colonel Tournier, ce sont les Lao eux-mêmes qui engagèrent les Français à choisir cet endroit (Clément-Charpentier 2008 : 303-304). Après 1899, on décida d’élever un nouvel édifice pour la résidence supérieure au-dessus des fondations de l’ancien palais. Le fait que les Français aient investi le même lieu manifestait clairement le changement de pouvoir : dorénavant les autorités coloniales étaient installées au centre, dans l’endroit le plus valorisé de la ville. Cette décision a eu des conséquences importantes sur l’organisation spatiale de la ville puisque le quartier colonial, entouré d’un quartier annamite, s’est développé autour de la résidence supérieure.

88Le rempart de la ville n’a pas été mieux traité, alors qu’il représentait le vestige le plus important de l’ancienne capitale. En 1867, F. Garnier évoquait en ces termes l’enceinte « qui est restée en assez bon état, et dont les fossés sont encore pleins d’eau. Une porte voûtée d’une construction solide permet de déboucher sur la campagne » (Garnier 1873 : 391). Elle était encore presque intacte en 1901, du moins dans sa moitié ouest, quand Lunet de Lajonquière (1901 : 100-101) l’a décrite comme un mur en briques de 4 à 6 mètres de haut, ayant « la forme à peu près régulière d’un front bastionné dont les saillants seraient garnis de fortins circulaires ». Plus à l’est, elle présentait deux portes fortifiées formées de bastions hexagonaux, dont les murs, hauts de 8 mètres, étaient « encore assez bien conservés ». L’enceinte, qui présentait un réel intérêt historique, aurait pu être sauvée de la démolition, comme à Chiang Mai, où elle constitue encore aujourd’hui un élément important du patrimoine, mais il semble que la question de sa conservation ne se soit pas posée à Vientiane. Elle a été laissée à l’abandon, seul H. Parmentier (1912 : 192) le déplora : « on ne craignit point de démolir systématiquement les murs de la ville encore garnis de leur merlons, carrière à briques toute trouvée ». Les politiques patrimoniales de l’époque ne s’intéressaient pas aux ouvrages fortifiés constitués par les enceintes urbaines. À Vientiane elle a été ensuite démantelée pour construire un boulevard extérieur, et le fossé transformé en canal collecteur ; les parties basses du rempart servirent de fondations pour la nouvelle voie, qui devint un axe important marquant jusqu’à récemment les limites de la ville.

89Ainsi le patrimoine monumental a eu un rôle important dans la refondation de la ville de Vientiane, que ce soit au moment du choix du site pour la capitale ou pour donner des repères spatiaux à la ville qui reprenait vie. Au moment de la renaissance de la ville, au tournant du xxe siècle, la persistance des structures anciennes a donné une ossature à la ville qu’il fallait reconstruire, ainsi que des points d’ancrage pour les projets coloniaux et pour le renouveau du tissu résidentiel. Le tracé de l’enceinte et l’emplacement du palais, autour duquel s’est organisé le quartier colonial, ont fortement marqué la physionomie de la ville actuelle, sa périphérie et son centre. Les monastères ont joué aussi un rôle de catalyseur pour rassembler les habitations nouvelles, reformer les communautés ainsi que les quartiers ban qui retrouvaient une identité et un nom, les quartiers dans les villes lao recevant le nom de leur vat.

Conclusion

90L’élaboration du concept de patrimoine au Laos a été marquée par la façon dont les Français ont appréhendé, pendant les premières décennies de la colonisation, les vestiges monumentaux de Vientiane, l’ancienne capitale. Dans une ville presque vide au début, Français et Lao ont œuvré pour la gestion du bâti religieux avec des objectifs très différents, ensemble pour certaines interventions, et chacun de leur côté pour d’autres. Ces façons de faire ont conditionné la prise en compte des monuments en ruines. L’état actuel du patrimoine religieux est issu de processus reposant sur la confrontation de ces deux cultures.

91Dans les villes pillées et désertées, tout pouvait disparaître, plusieurs d’entre elles en Asie du Sud-Est ont connu ce destin tragique, surtout au xviiie siècle. Dans des agglomérations mises à sac par des envahisseurs qui emmenaient la population en captivité, les vestiges, après plusieurs décennies, n’étaient souvent plus visibles. Vientiane aurait pu subir le même sort, et quoiqu’on dise les Français ont eu le mérite d’aider les Lao à relever les ruines de leur capitale et à mettre en valeur les monuments religieux. Ils ont aussi jeté les bases d’une politique de conservation à long terme, ainsi que le souligne Aldrich (2011 : 200) qui évoque « the ambivalence of the French to pre-colonial heritage but their setting in place of an enduring infrastructure of historical conservation and preservation ».

92Le processus de refondation de la ville autour de ses lieux symboliques et sacrés fut une œuvre commune des Lao et des Français. Dans leurs actions conjointes pour la conservation du patrimoine, la disparité dans l’origine des sources pourrait laisser croire que l’essentiel a été mis en œuvre par les Français, or cela n’a pas été le cas. Les Lao, qui ont assuré la remise en état et l’entretien des lieux de culte, ont œuvré à plus grande échelle que les Français, qui se sont surtout attachés à la mise en valeur du patrimoine prestigieux, That Luang ou Vat Sisaket. Le fait de n’avoir pas touché à certaines ruines a permis leur restauration des années plus tard, quand les techniques de conservation eurent évolué, comme pour le Vat Phra Keo, qui constitue un des fondements de l’identité nationale.

93Pour les Lao, l’important était de reconstruire les lieux où ils pratiquaient leur culte. Ils se souciaient peu du fait que les réfections ne fussent pas toujours conformes aux modèles anciens. Quand une pagode est abîmée, un donateur préfère parfois en construire une nouvelle plutôt que de réparer l’ancienne, car cela donne plus de mérite et de prestige, ce qui peut être problématique quand les savoir-faire traditionnels se perdent, comme à la fin du xixe siècle ou à l’heure actuelle, avec l’arrivée de nouveaux matériaux. Les autorités religieuses ont toujours eu une grande liberté en matière de restauration, jusqu’à aujourd’hui elles échappent au régime général du droit de l’urbanisme et ne sont pas tenues de demander des permis de construire.

94Dans l’optique de la « colonisation savante » au contraire, tout un savoir est produit, où l’on voit s’affiner petit à petit l’analyse de l’architecture des temples, et les mesures prises pour la conservation s’avèrent, avec les années, de plus en plus concertées et raisonnées. À partir de la création de l’EFEO, la prise en compte des monuments s’organise d’une manière rationnelle et bien documentée.

  • 44 Un rapport de 1924 du ministre des Colonies au sujet de l’Indochine mentionne « l’importa (...)

95La notion de patrimoine, importée d’Occident, est arrivée tardivement dans la conscience des Lao. Pour eux, ces monuments avaient une signification beaucoup plus riche, à la fois matérielle et spirituelle. Pour les Lao, les monastères, lieux de vie, n’étaient pas du patrimoine, ils ont pu le devenir quand des étrangers ont commencé à les visiter, à partir des années 192044, les lieux de culte devenant alors du patrimoine sous le regard de l’autre.

96Paradoxalementc’est avec la montée de la revendication nationaliste, à la fin des années 1930, que la question du patrimoine – et singulièrement du patrimoine bâti – a trouvé un intérêt auprès de jeunes fonctionnaires et des élites locales. La prise de conscience de leur identité culturelle et la redécouvere de leurs racines affermit leur patriotisme et contribua à la naissance du mouvement d’indépendance

Haut de page

Bibliographie

ALDRICH, Robert, 2011, « France and the Patrimoine of the Empire : Heritage Policy under Colonial Rule », French History and Civilization, 4 : 200-209.

ANDERSON, Benedict, 2002, L’imaginaire national Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris :Éditions de La Découverte.

AUDUC, Arlette, 2003, « Le service des monuments historiques sous la IIIe République », in Pour une histoire des politiques du patrimoine, Philippe Poirrier & Loïc Vadelorge, Paris : Comité d’histoire du ministère de la Culture/Fondation de la MSH, p. 469-489.

BARTH Auguste Marie-Eugène 1901, I. Lettre de M. A. Barth, membre de l'institut, Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, 1 : 1-6, URL : www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1901_num_1_1_947.

CHEVALLIER, Joseph, 1995, Lettres du Tonkin et du Laos (1901-1903), Paris : L’Harmattan.

CHOAY, Françoise, 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris : Éditions du Seuil.

CHOVELON, Bernadette & CHOVELON, Bernard, 1997, Doudart de Lagée, marin, diplomate, Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

CLÉMENT-CHARPENTIER, Sophie, 2008, « Les débuts de Vientiane, capitale coloniale », in Recherches nouvelles sur le Laos, Yves Goudineau & Michel Lorrillard, coll. « Études thématiques », 18, Vientiane-Paris : EFEO, p. 287-337.

CONDOMINAS, Georges, 1998, Le bouddhisme au village, Vientiane :Éditions des Cahiers de France.

FINOT, Louis, 1902, « Documents administratifs », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, II, 1 : 114-121.

GARNIER, Francis, 1870-1871, « Voyage d’exploration en Indo-Chine », Le Tour du monde, semestre, p. 1-96 et p. 305-416.

GARNIER, Francis, 1873, Voyage d’exploration en Indo-Chine, 2 tomes et 2 atlas, Paris : Hachette.

GITEAU, Madeleine, 2001, Art et Archéologie du Laos, Paris : Picard.

KARLSTRÖM, Anna, 2009, Preserving Impermanence, The Creation of Heritage in Vientiane, Laos, Uppsala :Department of Archeology and ancient History, Uppsala University.

LADWIG, Patrice, 2018, « Imitations of Buddhist Statecraft, The Patronage of Lao Buddhism and the Reconstruction of Buddhist Schrines and Temples in Colonial French Indochina », Social Analysis, 62,  : 98-125.

LORILLARD, Michel, 2003, « Les inscriptions du That Luang de Vientiane : données nouvelles sur l’histoire d’un stupa lao », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, 90-91 : 289-348.

LUNET DE LAJONQUIÈRE (le capitaine), 1901, « Vieng-Chan », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, 1 :99-118.

MANGIN, France, 2006, Le patrimoine indochinois, Hanoi et autres sites, Paris :Éditions Recherches IPRAUS.

MEYER, Roland, 1930, Le Laos, Hanoi : Imprimerie d’Extrême-Orient.

PARMENTIER, Henri, 1902, « Note sur l’exécution des fouilles » (notes et mélanges), Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, I, 1 : 99-104.

PARMENTIER, Henri, 1912, « Chronique, Laos », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, XII :188-198, URL : https://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1912_num_12_1_2776#.

PARMENTIER, Henri, 1954, L’Art du Laos, Tome premier, Texte ; Tome second, Iconographie, Pari-Hanoi : Imprimerie nationale-EFEO.

ROBEQUAIN, Charles, 1925, « Deux villes du Mékhong, Luang-Prabang et Vieng-Chane », Cahiers de la Société de Géographie de Hanoi, 11 : 3-24.

SAHAI, Sachchidananda, 2005,The Mekong River, Space and Social Theory, Delhi : B.R.Publishing Corporation.

SAYARATH, Chayphet, 2005, Vientiane, portrait d’une ville en mutation, Paris :Éditions Recherches IPRAUS.

SAYARATH, Chayphet, 2014, Dispositifs spatiaux et évolution des villes lao, Persistance des pratiques et permanence des formes, thèse de doctorat en architecture, université Paris-Est.

SÉNART, E., 1901, III. Lettre de M. É. Senart, membre de linstitut, Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, 1 : 9-11.

SIRE, Marie-Anne, 1996, La France du Patrimoine, les choix de la mémoire, Paris : Gallimard/Monum.

STUART-FOX, Martin, 1995, « The French in Laos, 1887-1947 », Modern Asian Studies, 29, 1 : 111-139.

Haut de page

Note de fin

1 Plusieurs publications ont apporté des connaissances précises et documentées sur l’art et l’architecture lao, notamment Henri Parmentier, L’Art du Laos (1954), et Madeleine Giteau, Art et Archéologie du Laos (2001). Sur l’histoire de Vientiane voir Chayphet Sayarath, Vientiane, portrait d’une ville en mutation (2005), et sur la naissance de la ville à l’époque coloniale, Sophie Clément-Charpentier, « Les débuts de Vientiane, capitale coloniale », Recherches nouvelles sur le Laos (2008).

2 En Occident, le patrimoine représente ce qui a été légué par les générations précédentes, constructions ou objets ayant une valeur historique ou artistique.

3 Le terme recouvre ici les locuteurs de la langue lao.

4 Rapport n° 46, CAOM, GGI 15 696.

5 Monographie du territoire de Vien Tiane, CAOM, Indo rsl D2.

6 Rapport de M. Boulloche au Gouverneur général datant du 3 février 1896, CAOM, GGI 2960.

7 Monographie du territoire de Vien Tiane, CAOM, Indo rsl D2.

8 En 1641-1642.

9 Ils étaient encore plus nombreux au Siam.

10 Dans les textes de l’époque coloniale ils figurent sous le nom de Laotiens.

11 Le royaume de Luang Prabang, situé plus au nord, était devenu un protectorat français à la demande de son souverain en 1887, tandis que Pavie obtint en 1893 la signature d’un traité avec le Siam, laissant aux Français la possession des territoires s’étendant sur la rive gauche du Mékong, devenus une colonie.

12 Créée en 1887, sous l’autorité d’un gouverneur général établi à Hanoi, l’Union indochinoise regroupait le Tonkin, l’Annam, la Cochinchine, le Cambodge et le Laos.

13 Rapport n°46 du 3 mai 1899 au Gouverneur général de l’Indochine, CAOM, GGI 15 696.

14 Le Tasseing Muong, ou la ville, comprenait cinq villages et 1 388 habitants, celui de Si Khay, en amont, 18 villages et 2 388 habitants, et celui de That Luong 24 villages et 1 938 habitants.

15 Sur l’apparition d’une conscience patrimoniale et ses développements au cours du xixe siècle, voir Anne-Marie Sire (1996 : 13-21).

16 Pour les Lao, toute la surface intérieure du sanctuaire reste consacrée, grâce à la présence des quatre pierres bai-sima, enterrées en périphérie de l’édifice.

17 « Even if these explorers were not archeologists, the act of discovery defined the place as an archeological site. The ruined pagodas and the palace became monuments, the sacred porches and columns became pieces of art » (Karlström, 2009 : 91).

18 Pour les trois plans évoqués, voir Clément-Charpentier (2008 : 326-329). Pour le plan de 1912, voir fig. 6 de cet article.

19 Le naturaliste Henri Mouhot avait voyagé au Laos en 1861, mais il n’était pas allé à Vientiane.

20 Les récits de Francis Garnier, second de la mission, ont paru dans le Tour du Monde sous le titre « Voyage d’exploration en Indo-Chine », ce qui leur permit d’être à l’époque largement médiatisés. Ils furent les premiers à diffuser en Occident des descriptions de monuments lao (Garnier 1870-1871). Ce récit de voyage a été complété par un second ouvrage ayant le même titre, daté de 1873, et augmenté de deux atlas (Garnier 1873).

21 Officier de marine, cartographe et dessinateur.

22 Dans cette deuxième partie, les orthographes des noms propres sont celles données par leurs auteurs.

23 L’auteur note dans son introduction : « Au moment précis où commence cette ère nouvelle, il nous a paru intéressant de fixer l’image de la vieille ville et surtout d’étudier avec quelque détail les nombreuses pagodes qui en font l’ornement et que des restaurations malhabiles ne tarderont sans doute pas à déformer », manifestant ainsi une certaine inquiétude sur le devenir des monuments, (Lunet de Lajonquière 1901 : 100).

24 Appelées ainsi car on y conservait des manuscrits. Le terme lao pour bibliothèque est ho taï.

25 Pour une analyse plus récente des diverses constructions des Vat, voir Sayarath (2005 : 107-119).

26 Le mot vient du pâli dhâtu « relique », on trouve aussi dans les textes le terme dagoba employé à Ceylan, qui a été à l’origine du mot « pagode ». Les Occidentaux, les comparant à des édifices qu’ils connaissaient, les appelaient parfois des « pyramides » (Garnier 1870-1871 : 384).

27 À la suite d’une demande de création d’un « comité consacré aux monuments d’Indochine » formulée par le congrès international des orientalistes en 1897 (Mangin 2006 : 155).

28 Sur ce sujet, voir le travail pionnier de France Mangin, Le patrimoine indochinois, Hanoi et autres sites, 2006.

29 « Documents administratifs », BEFEO, 1901, 1 : 76-78.

30 Ibid. : 78.

31 « Documents administratifs », BEFEO, 1901, 2 : 170-181.

32 Ici l’orthographe des temples est celle indiquée dans le texte du BEFEO.

33 BEFEO, 1902, 1.

34 « Chronique », BEFEO, 1902, 2, p. 225.

35 « Création d’un musée d’antiquités laotiennes à Vientiane », courrier au Gouverneur général de l’Indo-Chine, Centre des archives d’outre-mer (CAOM), GGI 20 217.

36 Courrier au Gouverneur général de l’Indo-Chine du 26 août 1910, CAOM, GGI 20 217.

37 « Chronique », BEFEO, 1908, 8, 1-2 : 294.

38 À titre de comparaison, le projet de restauration des pagodes de Vientiane, à la suite de cette mission de Parmentier en 1912, « a motivé l’attribution d’un crédit de 1 300 piastres », alors que pour l’année 1910, plus de 13 000 piastres étaient consacrés aux travaux d’Angkor (Mangin 2006 : 215).

39 À rapprocher du nombre de 62 donné par Lunet de Lajonquière.

40 Dans l’essentiel de cette partie et dans la mesure du possible, l’orthographe des noms de temples est celle utilisée par Parmentier.

41 Courrier au Gouverneur général de l’Indo-Chine, CAOM, GGI 16 927.

42 Dans les documents de l’EFEO, on ne trouve pas les termes de « restauration », celui de « réfection » apparaît une seule fois. Les travaux de « réparation » contribuent à la « conservation » de monuments, dont certaines parties pourtant refaites à neuf sont « consolidées » ; ainsi le monument garde son caractère ancien (Mangin 2006 : 227).

43  « Documents administratifs », BEFEO, 1907, 3-4 : 463.

44 Un rapport de 1924 du ministre des Colonies au sujet de l’Indochine mentionne « l’importance que commence à prendre dans ce pays le tourisme » (Mangin 2006 : 237).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les restes du Vat Phra Keo vus par l’expédition Doudart de Lagrée en 1867
Crédits Dessin de L. Delaporte, « Voyage d’exploration en Indo-Chine », Le Tour du monde.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 Galerie du cloître du Vat Sisaket abritant des statues de Bouddha
Crédits Dessin de E. Thérond, d’après un croquis de L. Delaporte, « Voyage d’exploration en Indo-Chine », Le Tour du monde.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 3. Le That Luang avec sa série de pinacles effilés
Crédits D’après un dessin de L. Delaporte dans « Voyage d’exploration en Indo-Chine », Le Tour du monde.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Fig. 4. Un ensemble de that et les ruines d’une pagode à Vientiane
Crédits Dessin de L.  Delaporte. « Voyage d’exploration en Indo-Chine », Le Tour du monde.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Fig. 5. Ruines de la pagode de Vat Phra Keo
Crédits Charles Robequain, 1924, Cliché Ecole française d’Extrême-Orient, photographie fonds Laos, réf. 22 869_2.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Fig. 6. Plan de Vientiane réalisé par Henri Parmentier en 1912, avec les temples structurant les différents quartiers
Crédits Henri Parmentier, 1954, L’Art du Laos, Tome second, Iconographie, Paris-Hanoi : Imprimerie nationale-EFEO, vol. XXXV, planche IV, p. 89.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 7. Reconstitution du Vat Phra Keo, plan, coupe et façade
Crédits Henri Parmentier, 1954, L’Art du Laos, Tome second, Iconographie, Paris-Hanoi : Imprimerie nationale-EFEO, vol. XXXV, planches XXVII et XXVIII, p. 108.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Fig. 8. Le cloître du Vat Sisaket
Crédits Photo : Sophie Clément-Charpentier, 2000.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 9. Le That Luang après la réfection de la flèche réalisée en1896, jugée maladroite (a) et après la restauration des années 1930 (b)
Crédits a. Cliché École française d’Extrême-Orient, photographie fonds Laos, réf. 22 716.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 10. Chantier de reconstruction des toitures du cloître du Vat Sisaket
Crédits Photographie de Charles Batteur, 1929, Cliché École française d’Extrême-Orient, photographie fonds Laos, réf. 22 437.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Fig. 11. Le Vat Phra Keo après sa restauration
Crédits Photographie de Jean Manikus, 1958, Cliché École française d’Extrême-Orient, photographie fonds Laos, réf. 21 465_2.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/6597/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Clément-Charpentier, « La prise en compte des monuments de Vientiane par les Français au début de la colonisation »Moussons, 36 | 2020, 53-90.

Référence électronique

Sophie Clément-Charpentier, « La prise en compte des monuments de Vientiane par les Français au début de la colonisation »Moussons [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/6597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.6597

Haut de page

Auteur

Sophie Clément-Charpentier

Sophie Clément-Charpentier, architecte dplg, docteure en ethnologie, diplômée de l’Institut des langues et civilisations orientales, est ingénieure de recherche à l’EHESS. Elle a travaillé sur l’habitat et sur les villes en Asie du Sud-Est et a publié avec Pierre Clément L’habitation lao ; Architecture du paysage en Extrême-Orient (avec Shin Hong Yak) et codirigé Cités d’Asie, Cahiers de la recherche architecturale, et Vientiane, architectures d’une capitale. Elle s’intéresse plus particulièrement aux villes coloniales de l’ancienne Indochine, aux alentours des années 1890-1920.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search