Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36VariaPour « le bonheur et la ...

Varia

Pour « le bonheur et la prospérité publics » : introduction et répression du communisme au Siam (1922-1930)

For “Public Happiness and Prosperity”: Introduction and Repression of Communism in Siam (1922-1930)
Alexandre Barthel
p. 221-245

Résumés

Cet article a pour objet l’introduction du communisme au Siam et la réaction des autorités. Les années qui suivirent la fin du premier conflit mondial coïncidèrent avec les premières mentions dans les archives thaïes de militants et d’organisations porteurs de revendications ouvrières puis communistes au Siam. Ses militants, tous Chinois, se virent appliquer le même traitement par les autorités siamoises : la déportation. Sous le règne du roi Vajiravudh, s’élabora une politique de contrôle social basé sur l’expulsion des étrangers considérés comme indésirables qui perdura au-delà de la Seconde Guerre mondiale. Cette politique témoigne de la précocité de la politique anticommuniste au Siam, bien antérieure au début de la guerre froide.

Haut de page

Notes de la rédaction

Note sur le système de transcription : Le système utilisé dans cet article est celui du « système général de transcription royal thaï ». La transcription des noms suit celle qui est la plus généralement employée lorsqu’elle diverge du système officiel. Les noms chinois sont rendus en fonction de leurs retranscriptions en thaï.

Notes de l’auteur

J’ai moi-même traduit en français les citations en langue étrangère.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Mlle Peng Jingyi pour son aide.

Introduction

  • 1 Le Parti communiste siamois fut fondé le 20 avril 1930 lors d’une réunion tenue dans un h (...)
  • 2 Thaï : นั้มเม้งเซียงหวย. L’organisation est aussi appelée Deuxième branche en thaï : Sakh (...)

1Conséquence de la Première Guerre mondiale et de la révolution d’Octobre, le communisme a fait son apparition au Siam dès la première moitié des années 1920 au sein de la communauté chinoise dont le poids démographique était alors considérable. La première organisation communiste du royaume fut créée en 1923 ou 1924. Elle précéda de plusieurs années la création, en 1930, du Parti communiste siamois, résultat d’une tentative de regroupement des communistes chinois et vietnamiens au sein d’une même organisation1. Dans sa thèse sur le mouvement communiste en Thaïlande, Somsak Jeamteerasakul avançait que les communistes n’avaient commencé à se manifester dans le royaume qu’à l’époque de la coopération, inaugurée en 1923, entre Guomindang et Parti communiste chinois. Les communistes chinois avaient alors intégré des groupes et des associations établis par le Guomindang et s’étaient employés à recruter des membres parmi les dockers, les ouvriers des rizeries et scieries, et dans les écoles chinoises (1993 : 48). Quant à l’historien Eiji Murashima (1996 : 3, 74), qui s’est appuyé, en plus des archives thaïes, sur la littérature en langue chinoise, il a situé la création de la première organisation communiste au Siam le 30 novembre 1924, à la fin du règne du roi Vajiravudh (le « 6e règne » de « l’ère de Bangkok » dura de 1910 à 1925) : il s’agissait de la Nam Meng Siang Huei (Nanmingshanghui, 南溟商會2), créée par les communistes chinois au sein du Guomindang. Quoi qu’il en soit, les révolutionnaires eurent d’emblée à faire face à la répression exercée par les autorités siamoises. La lutte contre le communisme fut dès lors une constante dans la politique des gouvernements thaïs, bien avant le début de la guerre froide, sous la monarchie absolue comme sous le régime constitutionnel instauré en 1932.

2Cet article entend montrer, à travers l’histoire des premiers militants communistes du royaume, comment la réaction des autorités à leur égard s’est inscrite dans la continuité d’une politique de contrôle de la population chinoise.

3La première partie de l’article sera consacrée aux premiers militants communistes chinois au Siam des années 1920, avant la création du Parti communiste siamois. La deuxième partie concernera l’usage fait par les autorités de la déportation et la dernière partie portera, quant à elle, sur l’anticommunisme des rois Vajiravudh et Prajadhipok.

Du mouvement nationaliste antijaponais au mouvement communiste

4Les premiers militants communistes au Siam étaient originaires de Chine et ont commencé à être actifs dans la première moitié des années 1920. La politisation des Chinois du Siam, qui s’était produite avec l’émergence du mouvement nationaliste au tournant du xxe siècle, était encore récente. Ce fut surtout le développement, à partir de 1915, du mouvement antijaponais qui affermit le sentiment d’appartenance à une même nation. À partir de 1919, le mouvement antijaponais devenait également le fait d’éléments porteurs de revendications sociales qui, vers le milieu des années 1920, étaient qualifiés par les autorités de « bolcheviks ».

Les débuts de la politisation des Chinois du Siam : le rôle de Siao Hut Seng Sibunruang

  • 3 Thaï : เซียวฮุดเส็ง สิบุญเรือง. 1864-1939.
  • 4 Thaï : ฮั่วเซียมซินป่อ.

5L’influence du nationalisme chinois commença à se faire sentir en Asie du Sud-Est à la suite de la défaite de la Chine face au Japon en 1895 (Skinner 1962 : 156-157). Au Siam, il semble que le mouvement révolutionnaire de la Société de l’alliance, Tongmenghui, ait été introduit en 1908, lors d’une visite de Sun Yat-sen à la communauté chinoise du royaume (Murashima 1996 : 1). Notables chinois, sous protection anglaise comme nombre de ses pairs, Siao Hut Seng (Xiao Fucheng, 蕭佛成3) devint l’un des principaux dirigeants révolutionnaires du Siam. Depuis 1907, il était à la tête de deux journaux : le Chino-Sayam Warasap (จีนโนสยามวารศัพท์), en thaï, et le Hua Siam Sin Po (Huaxianxinbao, 華暹新報4), en chinois (Skinner 1962 : 156). Au milieu des années 1920, Siao Hut Seng dirigeait la principale branche du Guomindang au Siam, branche dont l’importance était égale à celle d’une organisation provinciale en Chine (Murashima 1996 : 1-6). Le développement du nationalisme dans la communauté chinoise du Siam entraîna la création de journaux et d’écoles et, en 1918, « les révolutionnaires dominaient la communauté chinoise » (Skinner 1962 : 158-159). Les activités journalistiques de Siao Hut Seng lui valurent des difficultés auprès des autorités (Vella 1978 : 256).

  • 5 Le ministère du Gouvernement local fusionna avec le ministère de l’Intérieu (...)

6En réaction à l’occupation du Shandong par le Japon en novembre 1914, aux « 21 demandes » adressées par Tokyo à Pékin en janvier 1915 et à l’attitude du gouvernement de Yuan Shikai face aux exigences japonaises, un boycott des marchandises japonaises fut organisé au sein de la communauté chinoise du Siam. Siao Hut Seng, qui était à la tête de l’Association chinoise de Bangkok (Samoson Chin Krungthep), semble avoir eu un rôle central dans la lutte contre les intérêts commerciaux japonais. Le Hua Siam publiait régulièrement des nouvelles sur les agissements du Japon, appelait les Chinois du Siam au boycott des marchandises japonaises et organisait une collecte de fonds destiné à soutenir la Chine. Les modalités du boycott furent décidées au cours d’une réunion organisée le 21 juin 1915 par l’Association chinoise de Bangkok ainsi que les représailles qui furent par la suite appliquées à certains commerçants chinois qui ne participèrent pas au mouvement antijaponais. La mise en œuvre du boycott au sein de la communauté chinoise de Bangkok incita le ministre du Gouvernement local (krasuang nakhonban, responsable de Bangkok qui ne relevait alors pas du ministère de l’Intérieur) le chaophraya Yomaraj5, à convoquer, le 1er juillet 1915, dirigeants d’associations et directeurs de journaux pour les mettre en garde contre un mouvement qui risquait d’affecter les relations entre le Siam et le Japon. Le mouvement ne cessa qu’après la publication, le 10 juillet, d’un article dans le Hua Siam qui désormais déconseillait aux Chinois de prendre part au boycott (Intharaphirom 2004 : 115-127). Siao Hut Seng fut protégé par son statut, mais le gouvernement eut recours à la répression, comme en témoigne le cas de neuf Chinois arrêtés puis déportés (à l’exception de l’un d’entre eux qui n’était âgé que de 12 ans) pour avoir déchiré des affiches officielles qui mettaient en garde contre la participation au boycott. À leur sujet, le chaophraya Yomaraj écrivait :

  • 6 AN/6e R. ; GL. 4. 4 ; B. 1-2 (Mf.-6e R. ; GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire d (...)

Si parmi ces Chinois certains n’ont déjà été condamnés qu’une fois et les autres jamais, ils n’en ont pas moins un esprit de révolte et sont très audacieux. De colère, ils osent déchirer les affiches et entendent empêcher les Chinois d’obéir aux avertissements. Ils veulent pousser les Chinois à se rebeller et créer des désordres dans le pays et ne craignent pas d’être punis. Il convient de ne pas les garder sur le territoire6.

Les répercussions du mouvement du 4 mai 1919 au Siam : le rôle de Kho Thiao Yian

  • 7 « À la veille de la guerre, le consulat britannique à Bangkok avait signalé que la (...)

7Le mouvement du 4 mai 1919, initié par les étudiants chinois en réaction à la décision prise à Versailles de remettre au Japon les possessions allemandes en Chine (Gernet 2005 : 50), fit également sentir son influence jusqu’au Siam. Le journal Hua Siam semble avoir été l’un des premiers à publier des informations sur l’organisation en Chine d’un nouveau boycott des marchandises japonaises. Siao Hut Seng qui entendait contribuer ainsi à l’étendre au sein de la communauté chinoise du Siam se vit adressé, le 25 juin 1919, une lettre de mise en garde de la part du gouvernement. Face au développement du boycott depuis la Chine jusqu’à Singapour, où les autorités coloniales eurent recours à la loi martiale, les autorités de la capitale siamoise augmentèrent le nombre des forces de police chargées de surveiller les activités antijaponaises et envisagèrent même le recours aux militaires (Intharaphirom 2004 : 132-136). Les autorités siamoises prenaient la question du boycott d’une manière d’autant plus sérieuse que la Première Guerre mondiale avait eu pour effet de modifier « spectaculairement » une situation commerciale dans laquelle le Japon occupait désormais une part significative (Swan 2009 : 22)7. Le boycott n’en fut pas moins appliqué mais de façon plus discrète qu’en 1915 (Intharaphirom 2004 : 137-138).

  • 8 Thaï : โควเทียวเหยียน.
  • 9 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Déclaration de M. Kho Thiaoyia (...)
  • 10 Le point n° 5 prévoyait qu’en cas de non-respect du boycott, le produit de (...)
  • 11 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire du (...)

8Outre le rôle de Siao Hut Seng, les archives thaïes indiquent que l’un des principaux organisateurs de la campagne de boycott fut un Chinois nommé Kho Thiao Yian (Xu Chaoran, 許超然8), sujet siamois de 32 ans, qui résidait rue A Ma Kheng, dans le quartier de Yaowarat, et propriétaire d’une pharmacie du nom de Min Kok9. Le 3 août 1919, il organisa une réunion à la pharmacie Lin Fong, également dans le quartier de Yaowarat, qui rassembla entre 400 et 500 commerçants chinois dont beaucoup étaient considérés comme importants. Les participants se mirent d’accord sur un règlement en huit points relatif à l’application du boycott10. Dans les jours qui suivirent, celui-ci avait commencé à s’étendre en province11.

  • 12 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire du (...)
  • 13 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire du roi (...)
  • 14 Il s’agit des principaux groupes linguistiques originaires de Chine présents alors au (...)

9Lorsque les autorités furent informées de ce qui se passait, elles arrêtèrent Kho Thiao Yian. Elles constatèrent qu’il était également à la tête d’une société secrète appelée Hua Khiao Kang Ngiap Lin Ha Huei (ฮั่วเคี้ยวกังเงียบลินฮะหวย) dont la direction était à Guangzhou. D’après les informations collectées par la police de Bangkok, cette société secrète aurait eu pour objectif de rassembler les ouvriers chinois du Siam au sein d’un même parti et, toujours selon la police, elle entendait définir la durée du temps de travail et les salaires. Objectifs qui, pour le ministre responsable de la capitale, étaient potentiellement facteurs de troubles12. Par ailleurs, Kho Thiao Yian aurait été le directeur d’un journal intitulé Puei Chai (ป่วยใจ้). Ce journal avait été accusé d’avoir attisé le mécontentement des Chinois du Siam contre les autorités et, pour cette raison, son directeur avait reçu un avertissement13. Concernant la réunion du 3 août, Kho Thiao Yian précisa que les commerçants qui étaient présents étaient originaires « de l’ensemble des 5 nations » (« thang ha chat », ทั้ง 5 ชาติ14). Il déclara encore avoir été le seul à prendre la parole et résuma, selon le rapport de police, les propos qu’il avait tenus lors de la réunion de la façon suivante :

  • 15 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Déclaration de M. Kho Thiaoyia (...)

La Chine est actuellement sur le point de s’effondrer. Le Japon va s’emparer de toute la Chine. Mais la Chine ne peut pas combattre le Japon. Il n’est pas pour autant possible de rester sans rien faire et de ne pas aider le gouvernement. Nous devons lui venir en aide. Pour cela, nous pouvons boycotter les marchandises japonaises. Personne parmi nous ne doit commercer avec le Japon. Mais nous, qui sommes civilisés, nous ne devons pas commettre quoi ce soit qui puisse enfreindre la loi du pays et créer des difficultés aux autorités du Siam15.

  • 16 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Copie de la lettre du roi n° 10/292, au ch (...)

10Les informations fournies par les autorités siamoises sur Kho Thiao Yian suggèrent qu’il s’agissait d’une personnalité influente au sein de la communauté chinoise du Siam et parmi les premières qui aient porté des revendications ouvrières. Kho Thiao Yian fut condamné par le roi à la déportation pour une période de trois ans en raison de ses activités antijaponaises16.

Les premiers militants communistes au Siam : de Tham Chin Sam au « Comité spécial »

11La répression du communisme commença à la suite des événements du 30 mai 1925 en Chine. Ce jour-là, eut lieu une manifestation d’étudiants et d’ouvriers chinois dans la Concession internationale de Shanghai en réponse « à la répression brutale exercée par les Japonais contre des grévistes du textile au début de l’année, et, dans l’immédiat, à l’assassinat d’un ouvrier chinois par un contremaître japonais. » La police de la Concession ouvrit le feu sur les manifestants, tua dix personnes, en blessa une cinquantaine. Le mouvement de protestation gagna ensuite l’ensemble du pays et rassembla « les milieux les plus divers » : « chambres de commerce, artisans, étudiants et ouvriers. » Pendant plus de quinze mois, les produits japonais et britanniques furent boycottés (Wang 1993 : 148).

12Pour les autorités siamoises – et britanniques – il s’agissait d’éviter que le Mouvement du 30 mai ne donnât des idées aux Chinois du Siam. Sur ce point, le chargé d’affaires de France au Siam, Gérard, rapporta, le 1er août 1925, que les événements de Chine étaient « toujours suivis avec un très vif intérêt » et que la presse siamoise et anglaise avait publié de nombreux articles sur la situation. « La presse anglaise notamment [s’attachait] à justifier le rôle de l’Angleterre en Chine et à rejeter la responsabilité de tous les désordres, soit sur la longue tradition anarchique de l’empire, soit sur l’emprise bolchévique à Canton et à Pékin. » Mais le chargé d’affaires constatait également que les Chinois du Siam n’avaient donné « aucun signe public important de leur solidarité avec les factieux de la mère patrie. » Et si « l’ordre public » ne fut pas troublé au Siam, Gérard en attribuait le mérite à la police siamoise qui avait « montré beaucoup de fermeté préventive » :

  • 17 AMAE(N)/66PO.1. 113. Le chargé d’affaires de France au Siam au ministre des Affaires ét (...)

Des Chinois tentant d’afficher des appels à la révolte ont été aussitôt arrêtés. Deux journaux en langue chinoise se sont vu suspendre pour des articles jugés inopportuns dans les circonstances actuelles. Des étudiants chinois arrivant de Swatow ont été, à leur débarquement, accueillis par des officiers de la police royale, qui leur ont donné clairement à entendre que leur présence à Bangkok ne durerait qu’aussi longtemps que leur sagesse17.

  • 18 Thaï : ทำจีนซำ.
  • 19 Thaï : หลีฮวยซัง, Lee Huey Sang. Rédacteur en chef du même journal, expulsé de Sumatra (...)
  • 20 Thaï : ตันเอ็กยู้. Avocat et conseiller juridique d’un groupe des grévistes. Chinois te (...)
  • 21 Thaï : เลียงเคียว.

13Le 25 juin 1925, le ministère de l’Intérieur siamois prit la décision d’interdire toute manifestation liée à la situation en Chine. La veille, la légation britannique avait dénoncé aux autorités siamoises les trois personnes suivantes comme étant de tendances bolcheviques : Tham Chin Sam (Tan Zhensan, 譚振三18) – un protégé néerlandais, éditeur du journal qui avait publié un article appelant à la grève générale, un des premiers communistes politiquement actifs au Siam, bien avant la création, en novembre 1924, de la Nam Meng Siang Huei –, « Li Huei Sang19 » et Tan Ek Yu (Chen Yiru, 陳繹如20). Le document britannique mentionne également Kho Thiao Yian qui, visiblement retourné au Siam à la suite de sa déportation, est présenté comme médecin, propriétaire d’une pharmacie et rédacteur en chef du journal Liang Khiao (Liaoqiao, 聯僑21). Il est accusé d’être l’auteur d’un article de « tendance bolchevique » exhortant les coolies chinois à manifester contre leurs patrons (Murashima 1996 : 3-4, 56, 75).

  • 22 Bangkok Times, 29 juin 1925. Malgré la fermeture de son imprimerie, Siao Hu (...)

14Le 27 juin 1925, les autorités siamoises décidèrent, dans un premier temps, de fermer l’imprimerie de Siao Hut Seng. La raison en est que, selon le ministre de l’Intérieur, c’est Siao Hut Seng lui-même qui avait accusé le groupe de Tham Chin Sam alors que son propre journal avait publié, les 25 et 26 juin, des articles anti-impérialistes (ibid. : 5-6). Lorsque le journal Bangkok Times, une des « voix » du gouvernement (Kamutphitsamai 1989 : 66-67), rapporta la fermeture de l’imprimerie du Chino-Siam Worasap, il présenta la chose comme le résultat « de paragraphes incendiaires et d’une tendance bolchevik apparue dans une récente édition de ce papier22. » Le Bangkok Times ménagea cependant la personne de Siao Hut Seng en soulignant qu’il ne partageait pas les points de vue exprimés dans les passages incriminés. L’accusation de « bolchevisme » servit néanmoins de prétexte à l’interdiction de l’expression des idées anti-impérialistes. Siao Hutseng lui-même avait participé à la mobilisation contre l’Angleterre et le Japon tout en dirigeant les Anglais contre la gauche chinoise au Siam (Murashima 1996 : 8). Plus tard, le 1er juillet 1925, le journal de Kho Thiao Yian fut également fermé pour avoir publié, dans les éditions du 26 et du 27 juin, des images de cadavres d’étudiants tués lors des événements du 30 mai avec le commentaire suivant : « Il n’y a que les personnes sans père ni mère, sans frères ni sœurs et sans famille ni amis qui peuvent regarder ces images cruelles sans rien ressentir. » Tham Chin Sam fut déporté le 19 mai 1926, après la mort du roi Vajiravudh (ibid. : 5-6, 75). Son sort, ainsi que celui de Kho Thiao Yian, contraste avec celui de Siao Hut Seng.

  • 23 Thaï : เคียวเซง.

15Tham Chin Sam avait été politiquement actif depuis des années et coopéré avec le parti de Siao Hut Seng avant de commencer à publier son propre journal, le Khiao Seng (Qiaosheng, 僑聲23), à partir du 1er mars 1922 (ibid. : 75). Selon la police, il avait publié des documents au sujet des « bolcheviks » et avait ouvert une bibliothèque, dont le nom était « Changer la Chine », ainsi que des « clubs d’éducation ». Sa bibliothèque aurait été un lieu de rencontre pour de nombreuses sociétés secrètes. Une centaine de personnes s’y étaient inscrites. Au sujet du journal, le ministre français à Bangkok rapporta les faits de la façon suivante :

  • 24 AMAE(N)/66PO.1. 258. Le ministre de France au Siam au ministre des Affaires étrangères, (...)

Ce journal calqué sur les organes communistes cantonais, – avait su, en s’abstenant de tout commentaire sur les affaires intérieures du royaume – se ménager la tolérance des autorités siamoises : il était très lu. Mais ses deux rédacteurs allèrent trop loin : d’abord en imprimant et en faisant circuler sous le manteau le compte rendu d’une séance d’un comité de la « Ligue des Nations opprimées » à Canton, où au côté de Malais, d’Annamites, d’Hindous, de Coréens, figurait un Siamois : ensuite et surtout, en essayant de passer à Bangkok de faux billets de banque24.

  • 25 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Le ministre du Gouvernement lo (...)

16L’attention des autorités avait été attirée sur le journal Khiao Seng par les agents de la police de la capitale lors des célébrations du 1er mai 1922. Un rapport du ministère du Gouvernement local25 rapporte que, ce jour-là, le quartier chinois de la capitale siamoise avait été recouvert de drapeaux nationaux chinois et d’« étoffes rouges » (« pha daeng ») afin de commémorer la lutte du « Parti des travailleurs » (« Phak khon raengngan ») pour la journée de huit heures. À cette occasion, le Khiao Seng avait publié un texte que les autorités de la capitale avaient jugé susceptible de troubler l’ordre public. Ce rapport du ministère du Gouvernement local témoigne d’une influence importante du mouvement ouvrier au sein de la capitale siamoise un peu moins d’un an après la formation du Parti communiste chinois.

  • 26 Le 10 mai 1927, le ministre des États-Unis en Chine, MacMurray, rapportait à (...)
  • 27 AMAE(N)/66PO.1. 258. Lettre de phraya Adhikarana Prakas, commissaire de police de Bangk (...)
  • 28 Thaï : แต้แซ่อิ๊ด ou แต่แสเอ็ก.
  • 29 Thaï : อึ้งฉอค้วง , ou Hanmin-Huang, ฮั่นหมิน-หวง.
  • 30 Thaï : หลีแซ.
  • 31 Thaï : เฮงโป้วโซย ou เฮ่งโปซอย.
  • 32 Thaï : กั๋วหมิน.
  • 33 Selon le ministre de France au Siam, Ueng Chokhuang avait été « éduqué à l’ (...)
  • 34 โค้วเทียนตุน.
  • 35 AN/MAE. 39 B. 2 D. 9. Note du ministère de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangè (...)
  • 36 AN/7e R. MI. 26. 5. 25 (Mf.-7e R. MI/30).

17Avec la répression du mouvement communiste en Chine par Tchang Kaï-chek en avril 192726, suivie de l’arrivée de nombreux réfugiés Chinois au Siam, le gouvernement du roi Prajadhipok accentua la politique de son prédécesseur contre la « propagande bolchevique ». En mai 1927, il commença par faire expulser un « groupe de Chinois » accusé de faire « du bolchevisme27 ». Il s’agit de Tae Sae It, ou Tae Sae Ek (Zheng Shengyi, 鄭省一28), Ueng Cho Khuang (Huang Chukuang, 黃楚狂29) et Ueng Seng Pae ou Sim Pak. Le premier, Tae Sae It, teochiu de 36 ans, installé au Siam depuis huit ans, était l’éditeur du journal Li Sae (Liqing, 勵青30), établi dans le quartier de Yaowarat. Le propriétaire du titre, qui avait succédé au journal Khiao Seng, s’appelait Heng Pou Soi ou Heng Po Soi (Wang Buxian, 王步先31). Ils étaient en relation avec la Nam Meng Siang Huei (Murashima 1996 : 75-78). Le second, Ueng Cho Khuang, était arrivé au Siam le 14 avril, le jour même de l’arrestation de Tae Sae It. Il avait été envoyé par le gouvernement chinois de Wuhan, qui réunit entre février et juillet 1927 les communistes et la gauche du Guomindang opposée à Tchang Kaï-chek, afin de modifier l’organisation du Guomindang au Siam. Ueng Cho Khuang était un Chinois teochiu, né à Singapour et âgé de 24 ans. Il avait étudié à Paris où il aurait participé à la publication d’un bi-hebdomadaire intitulé Guomin (國民32). Il fut arrêté le 2 mai (ibid. : 76-7733). Quant à Ueng Seng Pae, il était arrivé de Shantou, le 19 avril 1927, avec du matériel de propagande « guomindang et bolchevique » et porteur d’un document réalisé par Khou Thian Tun34, président du comité chargé des populations à l’étranger du gouvernement de Wuhan35. Après la répression du groupe du journal Li Sae, les déportations pour communisme se poursuivirent dans la capitale comme en province (ibid. : 7836).

  • 37 De juin 1926 à juin 1927, les communistes vietnamiens du Nord-Est du Siam s (...)
  • 38 En 1927, le Parti communiste des mers du Sud, dont la direction était à Singapour, envo (...)
  • 39 AN/7e R. MI. 18. 1 (Mf.-7e R. MI/17). Note du ministère de l’Intérieur au s (...)
  • 40 Dans le tambon de Phatsai (พาดสาย), sur le toit de l’école Chin Tek (จินเต๊ก). Les docu (...)
  • 41 ฟองไพเผง. Il est porteur d’un passeport délivré par le consulat chinois de Singapour in (...)
  • 42 เปี๊ยะโต๊ ou To (โต) ou Mong Chi (ม่องจี่) ou Chue (จือ). Originaire de la province de (...)

18C’est dans ce contexte que les communistes chinois au Siam ont eu à s’organiser37. Les communistes qui arrivèrent de Chine venaient de différentes régions et étaient affiliés à différentes organisations. Il semble que la période comprise entre 1927 et 1929 fut consacrée à l’unification des organisations communistes chinoises. Peu de temps avant la formation du Parti communiste siamois, les communistes chinois s’étaient regroupés au sein d’un Comité spécial au Siam, sous l’autorité du Parti communiste des mers du Sud (Nangyang Gongchandang, 南洋共產黨38). Le travail de propagande que le Comité spécial put alors mettre en œuvre rencontra aussitôt la répression. Le 7 novembre 1929, il organisa dans Bangkok une campagne de tractage commémorant la révolution d’Octobre 1917 (les tracts étaient rédigés en chinois, en siamois et en anglais). La police arrêta une dizaine de communistes chinois hainanais qui furent ensuite condamnés à la déportation39. Une nouvelle campagne de tractage eut lieu dans la capitale à l’occasion du 11 décembre 1929, jour anniversaire du soulèvement de Guangzhou de 1927. Deux Chinois furent arrêtés et poursuivis en justice. Le 22 décembre 1929, les autorités arrêtèrent vingt-deux personnes à l’occasion d’une réunion du Comité spécial au Siam sur le toit d’une école chinoise khae de la capitale40. Parmi ceux qui furent arrêtés figurait Fong Phai Pheng41, délégué du Parti communiste des mers du Sud, et Pia To42, qui, après la Seconde Guerre mondiale, serait devenu le porte-parole du Parti communiste thaï. Le 15 février 1930, la justice condamna chacun des accusés à quinze années d’emprisonnement et à cinq mille bahts d’amende. Ces condamnations entraînèrent une interruption presque complète des activités du mouvement communiste chinois au Siam.

  • 43 AN/7e R. MI. 18. 1 (Mf. 7e R. MI/18).

19Les mesures prises sous le règne du roi Vajiravudh inaugurèrent une politique de censure et de déportation contre les communistes qui devint systématique sous le règne de son successeur, le roi Prajadhipok. Pour les premiers mois de l’année 1930, les archives du ministère de l’Intérieur du « 7e règne43 » témoignent de la déportation, entre janvier et avril, de plus d’une trentaine de personnes pour communisme. Pierre Fistié a souligné à juste titre que, jusqu’en 1932, l’essentiel de l’activité politique de la communauté chinoise fut tourné vers la situation en Chine. Mais il n’est pas certain qu’aucune activité communiste n’ait été dirigée contre le gouvernement de Bangkok, comme Fistié a pu l’écrire, car les tracts diffusés par les communistes chinois comprenaient, au moins à partir de 1929, des attaques contre les autorités siamoises. Quant à l’affirmation selon laquelle les « premières manifestations du communisme en Thaïlande [furent] extrêmement marginales et n’[intéressèrent], semble-t-il, que des communautés immigrées » (Fistié 1968 : 687-688), elle paraît problématique tant il paraît difficile de ne prêter qu’un caractère marginal à la présence chinoise au Siam, en particulier dans la capitale. Les « premières manifestations du communisme en Thaïlande » attirèrent en tout cas l’attention des derniers monarques absolus du royaume qui appliquèrent systématiquement la déportation contre les militants chinois, avant d’adopter des mesures législatives ciblant plus particulièrement les communistes.

L’arme de la déportation

  • 44 « Loi sur la déportation de l’année 131 de l’ère de Bangkok », Gazette royale ( (...)
  • 45 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). Note du ministre de la Justi (...)
  • 46 « ผู้ซึ่งอยู่ในกรุงสยามไปไม่เปนความศุขเกษมฤๅเปนความเจริญแก่สาธารณชน ».

20L’arme employée par les autorités siamoises contre les « bolcheviques » était la loi, adoptée peu de temps avant la Première Guerre mondiale, sur « la déportation du 1er septembre de l’an 131 de l’ère de Bangkok44 », soit en 1912. Le texte s’inspirait de la législation anglaise des Détroits45. Particulièrement vague, il visait tous les étrangers dont la présence au Siam contrariait « le bonheur et la prospérité publics46 ».

  • 47 « Mais dans les cas qui ne concernaient pas les sociétés secrètes, c’est-à-dire dans les (...)
  • 48 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). Note du ministère du Gouvernement loca (...)
  • 49 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). Note du ministre des Affaire (...)

21La pratique de la déportation avait précédé l’adoption de la loi, motivée par la politisation accrue des Chinois du Siam mais aussi en raison de leurs activités au sein des sociétés secrètes (angyi, อั้งยี่). Par ailleurs, ces dernières étaient suspectées de poursuivre des objectifs politiques. La loi était censée donner un caractère moins arbitraire à la pratique de la déportation et le ministre du Gouvernement local, le chaophraya Yomaraj, mit en avant la nécessité pour les autorités de fournir des preuves de la culpabilité des personnes qui encouraient la déportation47. Le projet de loi sur la déportation vit le jour en 1912, avec pour objet principal la répression des Chinois, impliqués, selon les autorités siamoises, dans trois infractions sur cinq. Ce projet de loi était une initiative des ministres de l’Intérieur et du Gouvernement local qui, pour cela, consultèrent le conseiller Georges Padoux. La rédaction du texte fut confiée au ministère des Affaires étrangères (Yamprasert 1977 : 74-75). La loi eut aussi pour origine directe un contentieux entre le Siam et la France au sujet de « Tan Siang », commerçant chinois et notable. Coupable aux yeux des autorités siamoises d’être l’un des principaux organisateurs de la grève générale de la fin mai 1910, le roi ordonna sa déportation le 10 juin de cette même année48. Plus tard, désirant retourner au Siam, Tan Siang fut soutenu en 1912 par la légation de France à Bangkok qui le considérait comme un protégé français. L’initiative française fut perçue par le gouvernement siamois comme une remise en cause de son pouvoir d’expulsion des étrangers jugés indésirables49. A la suite du retour sans autorisation de Tan Siang au Siam, le prince Charoon, ministre de la Justice, rédigea une note sur l’affaire. Il souligna dans ce document combien la présence, en toute impunité, du commerçant chinois dans le royaume constituait « une grave perte de dignité pour le gouvernement » et qu’il était « d’une grande importance de préserver cette dignité vis-à-vis des Chinois de Bangkok ». Il mit également en évidence l’absence de loi permettant de punir Tan Siang pour son retour sans autorisation : le Code pénal ne contenait aucune disposition en ce qui concerne la déportation tandis que la loi sur le vagabondage n’était d’aucune utilité contre ce notable. Qui plus est, Tan Siang n’avait été reconnu coupable d’aucun crime par les tribunaux. Le prince suggéra alors ce qui suit :

  • 50 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). « Note on the case of Chin T (...)

un décret devrait être publié dans la gazette royale dès que possible, une fois que cette affaire aura été réglée de la manière qui sera jugée opportune, qui indiquerait aux étrangers les raisons pour lesquelles ils seraient susceptibles d’être expulsés et les sanctions prévues pour les retours sans permission. Cela permettrait de nous renforcer et de satisfaire tous les étrangers dans la mesure où les affaires ne seraient plus examinées arbitrairement, ce qui constitue la grande peur de tous les étrangers pour lesquels les lois et décrets publiées sont des fétiches. La communication d’un tel décret à toutes les légations étrangères renforcerait, à mon avis, notre position à l’avenir et, si elles y consentent, notre droit d’expulser les indésirables serait reconnu50.

  • 51 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). Note du ministère des Affair (...)
  • 52 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Note du Secrétariat du roi au prin (...)
  • 53 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Note du ministre du Gouvernement l (...)
  • 54 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Note du ministre des Affaires étra (...)

22Le gouvernement siamois et Knight, le chargé d’affaires français, trouvèrent un accord imposant à Tan Siang de quitter de nouveau le royaume pour une période de six mois et de rédiger une demande d’autorisation de retour auprès du roi51. Le gouvernement siamois s’empressa ensuite de préparer la loi sur la déportation. Afin que les autorités puissent repérer plus aisément les ressortissants chinois déjà déportés et essayant de retourner au Siam, le roi autorisa, en septembre 1915, le tatouage des personnes vouées à la déportation52. Sur recommandation du ministre du Gouvernement local, le chaophraya Yomaraj, aucune loi spécifique ne fut promulguée dans le but d’éviter des réactions à l’étranger et que l’affaire ne prenne des proportions considérables « qui pourraient nécessiter des négociations sans fin53. » La mesure ne visa que les Thaïs et les Chinois54.

  • 55 วังเซียน et ลิกม.
  • 56 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Le ministère de l’Intérieur au roi (...)

23Les Chinois expulsés le furent le plus souvent pour vagabondage, vol, violences, proxénétisme, appartenance à des sociétés secrètes. La loi sur la déportation devait permettre au gouvernement d’accroître son contrôle sur la population chinoise. Elle donna une base légale à l’expulsion par les autorités de plusieurs centaines de ressortissants chinois chaque année. Jusqu’au milieu du xxsiècle, le texte constitua un des principaux outils de répression politique et sociale. Ainsi, en 1916, sur l’île de Phuket, à la suite d’une grève de 2 000 coolies kejia (hakkas) travaillant dans les mines, deux Chinois, « Wang Sian » et « Li Kim »55 furent, le 12 juillet, condamnés à la déportation : ils avaient été suspectés d’être à l’origine du mouvement provoqué par la décision patronale de ne plus verser d’acomptes sur les salaires56.

  • 57 Siam Observer, 12 mai 1927.

24Dans la continuité de la politique menée sous le règne du roi Vajiravudh, celle du roi Prajadhipok cibla, à partir de la répression engagée en Chine par Tchang Kaï-chek, plus spécifiquement les communistes. Le 12 mai 1927, le journal Siam Observer annonça la publication par le ministère de l’Intérieur d’un « livre blanc » qui dictait aux hauts fonctionnaires l’attitude qu’ils devaient avoir face à la « propagande bolchevique ». Le ministère de l’Intérieur avait décidé que toute personne convaincue de s’être livrée à faire de la propagande communiste était destinée à être déportée. Les communistes rejoignaient les membres des sociétés secrètes et les criminels au nombre des personnes qui s’exposaient « aux rigueurs de la loi57 ». À la suite de la publication du « livre blanc » le conseil des ministres décida, le 22 mai 1927, la mise en place d’un comité d’étude sur l’interdiction de la propagande « communiste et bolchevique ». Les travaux du comité aboutirent, entre autres, à la modification de l’article 104 du Code pénal et prévoyaient désormais que :

Tout acte ou parole, écrit ou imprimé défendant ou enseignant une doctrine ou système politique ou économique ayant les tendances suivantes ou devant aboutir aux résultats ci-dessous indiqués sera puni d’un emprisonnement de 10 ans et d’une amende de 5 000 ticaux :

  • haine ou mépris du souverain, du régime, du gouvernement ;

  • modification des lois existantes par la force ou la violence ;

  • provocation dans le peuple d’un mécontentement ou de la désaffection à l’égard du régime, de façon à mener des troubles ;

  • haine des classes ;

  • mépris des lois.

2° Tout chef, directeur, ou membre dirigeant d’une association secrète ou non, se proposant pour but de défendre ou d’enseigner une doctrine ou un système économique rentrant dans le paragraphe 1° est susceptible d’un emprisonnement de 10 ans ou plus et d’une amende ne dépassant pas 5 000 ticaux. Tout membre ou présumé tel pour avoir pris part à une séance d’une semblable association est exposé à une condamnation de 5 ans de prison et de 1 000 ticaux d’amende.

3° Quiconque fomente une grève, un lock-out ou une cessation du travail, les encourage ou s’en fait le propagandiste sera puni d’un emprisonnement de 3 ans au plus et d’une amende de 1 000 ticaux au plus. Si le but de cette manifestation est le changement du gouvernement, des lois et des institutions du pays, l’exercice d’une pression sur le gouvernement ou une tentative d’intimidation du public, l’inculpé est passible de 10 ans de prison au plus et d’une amende de 5 000 ticaux. Toute personne au courant de ces intentions et qui prend part à l’une de ses interruptions du travail encourt une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 5 ans et une amende atteignant 1 000 ticaux.

[…]

  • 58 AMAE(C)/44CPCOM. 28-29. Le chargé d’affaires de France au Siam au ministre des Affaires é (...)

5° Toute personne ayant commis une des infractions prévues dans ce paragraphe dans le but de modifier par la force ou la violence les institutions politiques ou économiques existantes encourt la mort ou l’emprisonnement à vie58.

La déportation cessait d’être la seule arme aux mains du pouvoir contre le communisme et le mouvement social, mais elle continua à être utilisée au-delà de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’en pleine guerre froide.

Préservation du régime et anticommunisme dans la pensée des rois Vajiravudh et Prajadhipok

  • 59 Il mettait en garde contre les influences étrangères occidentale et chinoise. En particul (...)

25La pensée et l’œuvre politique du roi Vajiravudh étaient guidées par sa volonté de renforcer l’autorité royale ; il a été lui-même présenté comme « un mélange contradictoire d’autocrate traditionnel et de nationaliste moderne » (Vella 1978 : 13). Pour Vajiravudh, la monarchie constituait l’institution naturelle du Siam et la fidélité au monarque apparaissait comme un élément nécessaire à l’unité du pays ainsi qu’à son développement en un État moderne. Le monarque siamois insista dans ses écrits et discours, « encore et encore et encore », sur l’importance de la fidélité due à la monarchie (ibid. : 60). Si Vajiravudh concédait aux idées démocratiques certaines vertus sur le plan théorique, il les considérait comme inapplicables en pratique. Pour le souverain siamois, les préceptes démocratiques étaient clairement inadaptés au degré d’éducation de la population siamoise. Selon le roi, le peuple, ignorant, était incapable de se prendre en main lui-même. Le monarque diffusa ces idées au travers de textes divers insistant de façon récurrente sur l’inadéquation entre les systèmes démocratiques et parlementaires et le Siam (Charoenpong 1976 : 38-40)59.

26Opposé à toute réforme politique, Vajiravudh l’était plus encore à l’idée de réforme sociale. Il exprima cette hostilité dans un pamphlet dirigé contre les « réformateurs sociaux » intitulé « Uttarakuru, un pays des merveilles asiatique » (Asvabahu 1913). Dans ce texte comparant les idées socialistes à certains éléments de la cosmogonie traditionnelle siamoise telle qu’elle est représentée dans le Traiphum, le souverain attaqua ceux qui, selon lui, ne montraient que dédain pour les choses anciennes pour la seule raison qu’elles étaient anciennes. Le roi appela cette attitude « manie du nouveau » ou « fièvre de l’agitation » (ibid. : 3). Cette « fièvre » était, selon le souverain,

  • 60 Cette « maladie » identifiée par le roi s’était, d’après lui, déjà manifestée en (...)

une maladie assez contagieuse, qui se répand le plus rapidement parmi les gens partiellement éduqués, plus que partiellement ivres, et même plus que partiellement sans le sou, et tout à fait sans aucune morale. Elle se répand communément au moyen de l’inoculation par des gens qui s’appellent entre eux « réformateurs sociaux », acclamés par leurs disciples fats comme les « amoureux de la race humaine », « sauveurs du pays », ou quelconques autres titres ronflants, appelés par euphémisme « démagogues » par certains journaux, mais qui sont en réalité de fieffés escrocs60. (Ibid. : 4-5.)

27Vajiravudh estimait que le Traiphum contenait la description d’un monde semblable à celui que désiraient les socialistes, ou plutôt à l’idée caricaturale que lui s’en faisait. Il citait et commentait l’extrait suivant :

« De toutes les formes de richesse, personne ne sait ce qui est à lui et ce qui est à un autre, toute propriété étant partout commune, et personne ne cultive jamais la terre, ou ne laboure les champs ou ne s’adonne au commerce. » Si cela n’est pas un pur socialisme idéaliste, je ne sais pas ce que c’est ! Ni propriété individuelle, ni aucune sorte de travail. Rien d’étonnant à ce que les gens pensaient avec envie à ces trois continents bénis ! (Asvabahu 1913 : 16.)

28Uttarakuru était le plus béni, et le plus « socialiste », des trois continents. Pour le souverain siamois, le caractère novateur des idées socialistes n’était qu’apparent et relevait de l’utopie.

29L’hostilité et le mépris de Vajiravudh envers les « réformateurs sociaux » se transformaient en haine lorsqu’il évoquait les « bolcheviques » dans une lettre datée du 27 mai 1925 à l’Anglais Wemyss (Mongkutklao 2009 : 157-161). Pour le souverain siamois, les « bolcheviques » étaient « un fléau pour l’existence de toute société organisée, et [devaient] être exterminés comme la vermine qu’ils [étaient]. » Il écrivit par ailleurs s’être résolument opposé à toute proposition d’amitié de la part des « soviets ». Raison pour laquelle les « bolcheviques » auraient, selon le roi, fait mettre son nom sur une liste de personnes à assassiner. Vajiravudh les accusa encore de fomenter des troubles dans le royaume :

Une ou deux tentatives avaient été faites pour préparer le terrain à une campagne de calomnie contre mon gouvernement, d’abord par le biais d’agitateurs chinois que j’ai promptement déportés, plus tard, par des agents mahométans – les dits missionnaires turcs – qui parviennent actuellement à semer le trouble dans notre État malais de Pattani, en s’associant à l’ancien Raja de cet État que mon père avait démis de ses fonctions plusieurs années avant que j’accède au trône. […]
Bien qu’il n’y ait pas de preuves directes que les troubles ci-dessus étaient dus à des machinations bolcheviques, je le suspecte fortement, ces brutes étant capables de tout. De toute façon, pour parer à toute éventualité, j’ai continué à refuser toute sorte d’avance d’origine russe, et les Russes sont dissuadés de venir dans mon pays, et je suis heureux de dire qu’il n’y en a presque pas chez nous.

30Si le roi Vajiravudh affirma n’éprouver aucune crainte particulière à l’égard des « bolcheviques », il entendait néanmoins prévenir tout éventuel développement de leurs organisations au Siam. Le roi percevait la Chine comme la source de diffusion des idées communistes la plus probable, de sorte que ses ressortissants devaient faire l’objet d’une attention particulière :

31Je ne pense pas que nous ayons besoin de craindre ou d’anticiper une quelconque violence bolchevique au Siam pour le moment, mais si cela devait arriver, j’ai peur que cela ne provienne de Chine, et nous sommes à l’affût d’éventuels agents qui peuvent se glisser parmi les immigrants chinois. Tous les personnages suspects sont promptement déportés avant qu’ils n’aient pu faire trop de mal. Les Chinois au Siam ne craignent rien de plus que la déportation, ainsi, les agitateurs, lorsqu’ils parviennent à trouver leur chemin dans Bangkok, constatent qu’il est difficile de s’attirer des partisans ; les Chinois sachant très bien que lorsqu’un agitateur se fait déporter, ses amis sont généralement destinés à l’accompagner !

  • 61 Au sujet de la Russie, le roi Vajiravudh écrivit que depuis la révolution, le peuple russ (...)
  • 62 La convergence des intérêts de la famille royale avec ceux de nombreux riches c (...)

32Derrière les sarcasmes, les écrits du roi Vajiravudh sur « les réformateurs sociaux » et les « bolcheviques » témoignent d’une appréhension certaine face à la situation internationale et au sort des monarchies dans le monde. Interpellé par les mouvements révolutionnaires étrangers, le souverain mettait en garde contre tout changement de régime. Selon lui, le renversement de la monarchie ne pouvait mener qu’à l’esclavage61. Prévenir le danger révolutionnaire était d’autant plus important que si dans certains pays, comme la Chine, les troubles révolutionnaires avaient pu provoquer des dégâts, au Siam ils auraient causé la perte du pays (Vella 1978 : 71). L’attitude du roi Vajiravudh était caractérisée par une réelle sinophobie, illustrée dans un de ses livres intitulé « Les Juifs de l’Orient », écrit en 1914. Dans ce texte le roi reprenait contre les Chinois les poncifs antisémites qui avaient alors cours en Europe (ibid. : 193). Les mesures antichinoises du roi visaient cependant davantage les individus ou les organisations qui menaçaient l’ordre social en place dans le royaume. Comme ses prédécesseurs sur le trône, le roi entretenait souvent de bonnes relations avec les notables chinois : tandis qu’il conférait des titres aux riches commerçants, ces derniers faisaient des donations au gouvernement (ibid. : 192). Exemple significatif, le premier président de la Chambre de commerce siamoise, fondée en 1910, fut le fils d’un important propriétaire de rizerie chinois et porteur du titre de luang62 (Suehiro 1996 : 71-90).

33Le roi Prajadhipok n’a pas laissé une œuvre littéraire aussi prolifique que celle du roi Vajiravudh qui permettrait d’établir avec autant de précision ses idées politiques. Cependant, selon les mémoires de la princesse Phunphisamai Ditsakun, Prajadhipok aurait porté un grand intérêt à la question communiste (Ditsakun 2014 : 49). Le roi n’avait pas une perception du communisme très différente de celle de son prédécesseur. Selon lui, les principes marxistes étaient très difficiles à mettre en œuvre. Par ailleurs Prajadhipok s’opposait à l’importance que les communistes donnaient à l’usage de la force comme facteur important de changement de systèmes économiques et politiques. Au sujet de Pia To, arrêté pour communisme en décembre 1929, Prajadhipok écrivait (Charoenpong 1976 : 230) : « il fait partie de ces gens qui ne savent rien qu’à moitié et, s’exprimant de manière à donner l’impression que personne ne serait content, vont chercher le paradis dans la cité des hommes […]. »

  • 63 AMAE(C)/44CPCOM.30. Le ministre de France au Siam au ministre des Affaires étrangères à P (...)

34Pour le roi Prajadhipok, comme pour le roi Vajiravudh avant lui, la question communiste était étroitement liée au « problème chinois ». Selon le ministre de France au Siam, quelques jours avant que Tchiang Kaï-chek ne déclenchât la « terreur blanche » contre les communistes, le gouvernement suivait avec inquiétude l’évolution de la situation en Chine. Si le diplomate faisait remarquer que l’opinion publique était prochinoise, il observait en revanche que les « hommes du gouvernement » voyaient « plus haut et plus loin », c’est-à-dire, pour le ministre, en termes de maintien du statu quo social : quelle que pût être leur sympathie « pour des frères asiatiques luttant contre les blancs », ils ne pouvaient pas « ne pas voir la menace que comport[ait] pour leur pays et pour la dynastie la réalisation des projets que poursui[vait] le gouvernement sudiste63. » Le ministre des Affaires étrangères, le prince Traidos, craignait que « les hommes du Sud » ne lui demandent l’établissement d’une représentation diplomatique dans le royaume. Le ministre français estimait que la communauté chinoise du Siam faisait « preuve d’un très grand loyalisme apparent vis-à-vis du gouvernement royal », mais désormais, elle ne manquait plus « aucune occasion de manifester sa joie lorsque les dépêches annon[çaient] les succès des troupes de Canton ». Le ministre ajoutait :

  • 64 AMAE(C)/44CPCOM.30. Le ministre de France au Siam au ministre des Affaires étrangères à P (...)

La prise de Shanghai a été célébrée dans tout le quartier chinois par un pavoisement général d’emblèmes sudistes : on ne voyait plus un seul drapeau aux cinq couleurs.
Plus que tout autre chose, les tendances communistes de la Chine nouvelle inquiètent les gouvernants. Si, comme on l’affirme, la propagande est, à Canton comme à Moscou, une véritable obligation pour les membres du parti, que ne peut-on craindre au Siam ? […] Ce pays essentiellement monarchiste où tout est ramené à la personne du souverain et où le système autocratique a été renforcé encore depuis la mort de Rama VI par l’arrivée au pouvoir de tous les membres de la famille royale et l’exclusion de tout ce qui n’est pas noble64.

35Sous Prajadhipok, la politique anticommuniste de la monarchie était indissociable de sa tendance à préserver et renforcer le pouvoir politique exercé par les membres de la famille régnante. Plusieurs années plus tard, après la visite du souverain en Indochine, le gouverneur général Pierre Pasquier rapporta ce qui suit :

  • 65 ANOM/FM.1AFFPOL/83. Le gouverneur général de l’Indochine au ministre des Colonies, le 25  (...)

Comme son ministre des Affaires étrangères, le roi est préoccupé par les menées communistes. La situation du royaume de Siam est, en effet, particulièrement délicate quand on considère que sur onze millions d’habitants, 4 millions seulement sont thays ou siamois. En face de ce groupement se dresse le groupement de 4 millions de Chinois, animés d’esprit nationaliste, obéissant au mot d’ordre venu de l’extérieur. […]
Dans ces conditions, on comprend l’intérêt majeur qu’attachent le roi et son ministre des Affaires étrangères, à la fois à des rapports de bon voisinage et de défense sociale et la solidité d’une armée siamoise, seul moyen d’action efficace permettant de maintenir l’ordre dans cette mosaïque de races, au profit de la famille régnante65.

  • 66 Ibid.

36Concernant ce souci de « défense sociale », le gouverneur général observa également que Prajadhipok « avait applaudi » à la création de l’Institut bouddhique de Pnom-Penh. Le souverain siamois semblait d’autant plus intéressé par cette initiative que seul le bouddhisme était capable, selon Pasquier, de « mettre une barrière aux idées subversives qui trouvent un terrain préparé chez les confucianistes66. »

  • 67 Prachachat (ประชาชาติ), 5 avril 2477.
  • 68 Prachachat, 4 juillet 2477.
  • 69 Prachachat, 5 juillet 2477.
  • 70 Thaï : « ไชโย ». Prachachat, 6 juillet 2477.

37À cet anticommunisme faisait pendant l’intérêt du roi pour le modèle italien et, plus tard, allemand. Prajadhipok a pu estimer « souhaitable » la mise en œuvre du modèle fasciste au Siam, bien qu’il en jugeât le royaume incapable (Batson 1984 : 152-153). En 1934, après le changement de régime, le roi fit un voyage en Europe au cours duquel, le 30 mars, il prit le thé avec Mussolini67, puis, le 2 juillet, il alla rendre visite à Hitler dans la capitale allemande68. Prajadhipok ne manqua pas non plus, lors d’une réception organisée le 3 juillet, de témoigner du grand contentement que lui inspira le film projeté pour lui sur la formation de la jeunesse par le régime nazi69. Reçu le lendemain par les autorités de Berlin, il prononça un discours qu’il conclut par trois « hourra70 ! ».

Conclusion

  • 71 Les archives contiennent les exemples suivants de déportations : En janvier 1928, Sin Ui (...)

38Le communisme fut l’objet d’une politique répressive dès son introduction au Siam. Sous le roi Vajiravudh, les autorités s’appuyèrent d’abord sur la législation existante et destinée à contrôler les activités politiques chinoises, essentiellement celles antijaponaises. Motivées par la nécessité de lutter contre les « bolcheviques », les mesures prises en 1927, qui modifiaient entre autres le Code pénal, ne visèrent pas encore explicitement le communisme. Recourant le plus souvent à la déportation, la répression anticommuniste, dans les années 1920, revêtait un caractère particulièrement arbitraire. Les autorités condamnèrent fréquemment à la déportation sans pour autant disposer de véritables preuves contre les personnes suspectées d’appartenance aux divers mouvements communistes. Dans les années 1920, les déportations de Chinois pour « bolchevisme » furent le plus souvent motivées soit par la simple possession de « documents » communistes, ou portant sur le communisme, soit par des dénonciations de la part de compatriotes. Les délateurs associaient fréquemment à l’accusation de bolchevisme celles de voleur, de meurtrier et d’incendiaire71.

39La première loi anticommuniste de l’histoire thaïe ne fut promulguée qu’en 1933, à la suite du renversement de la monarchie absolue un an plus tôt, dans le cadre de la lutte entre les partisans de l’ancien régime et les partisans du régime constitutionnel. Abrogée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle loi anticommuniste fut adoptée en 1952. Lorsque la Thaïlande fut entraînée dans la Guerre froide aux côtés des États-Unis, elle avait déjà derrière elle une longue expérience de lutte contre le communisme.

Haut de page

Bibliographie

ASVABAHU, 1913, Uttarakuru : An Asiatic Wonderland, Bangkok : Siam Observer Press.

BATSON, Benjamin, 1984, The End of the Absolute Monarchy in Siam, Singapour & New York : Oxford University Press.

CHAROENPONG, Suwadee, 1976, Reactions of King Prajadhipok’s Government to Democratic and Socialist Movements before the Revolution of 1932, mémoire de maîtrise, université de Chulalongkorn, Bangkok.

DITSAKUN, Phunphisamai [ดิศกุล, พูนพิสมัย], 2014 [2557], สิ่งที่ข้าพเจ้าพบเห็น [Les choses que j’ai vues], กรุงเทพฯ : มติชน [Bangkok : Matichon].

FISTIE, Pierre, 1968, « Communisme et indépendance nationale : le cas thaïlandais (1928-1968) », Revue française de science politique, 4 : 685-714.

GERNET, Jacques, 2005, Le monde chinois tome 3 : l’époque contemporaine xxe siècle, Paris : Armand Colin.

GREENE, Stephen, 1999, Absolute Dreams : Thai Government under Rama VI, 1910-1925, Bangkok : White Lotus Press.

INTHARAPHIROM, Phenphisut [อินทรภิรมย์, เพ็ญพิสุทธิ์], 2004 [2457], เซียวฮุดเสง สีบุญเรือง ทัศนะและบทบาทของจีนสยามในสังคมไทย [Siao Hutseng : Attitude et rôle des Chinois du Siam dans la société thaïe], กรุงเทพฯ : ศูนย์ประวัติศาสตร ความสัมพันธ์ไทยกับประเทศในเอเชีย ภาควิชาประวัติศาสตร์ คณะอักษรศาสตร์ จุฬาลงกรณ์มหาวิทยาลัย [Bangkok : Centre d’histoire des relations de la Thaïlande avec les pays d’Asie, département d’histoire, faculté des lettres de l’université Chulalongkorn].

JEAMTEERASAKUL, Somsak, 1993, The Communist Movement in Thailand, thèse de doctorat, université de Monas, Monash.

KAMUTPHITSAMAI, Atcharaphon [กมุทพิสมัย, อัจฉราพร], 1989 [2532], ปัญหาภายในสังคมไทยก่อนการปฏิวัติ : ภาพสะท้อนจากงานเขียนทางหนังสือพิมพ์ [Les problèmes internes de la société thaïe avant la révolution de 1932 : le reflet des écrits de la presse], กรุงเทพฯ : สถาบันไทยคดีศึกษา มหาวิทยาลัยธรรมศาสตร์ [Bangkok : Institut des études thaïes de l’université de Thammasat].

MONGKUTKLAOCHAOYUHUA, Phrabatsomdetphra [มงกุฏเกล้าเจ้าอยู่หัว, พระบาทสมเด็จพระ], 2009 [2552], พระราชหัตถเลขาในพระบาทสมเด็จพระมงกุฎเกล้าเจ้าอยู่หัว รัชกาลที่ 6 ถึงนายเมย์นาร์ด วิงโลบี คอลเชสเดอร์-วีมซ คหบดี [The king and the squire, letters from king Vajiravudh, Rama VI, to Maynard Willoughby Colchester-Wemyss, Esq.], กรุงเทพฯ : วชิราวุธวิทยาลัย [Bangkok : Vajiravudh College].

MURASHIMA, Eiji [มูราชิมา, เออิจิ], 1996 [2539], การเมืองจีนสยาม : การเคลื่อนไหวทางการเมืองของชาวจีนโพ้นทะเลในประเทศไทย . . 1924-1941 [Politique des Chinois du Siam : les mouvements politiques des Chinois d’outre-mer en Thaïlande (1924-1941)], กรุงเทพฯ : ศูนย์จีนศึกษา สถาบันเอเชียศึกษา จุฬาลงกรณ์มหาวิทยาลัย [Bangkok : Institut des études asiatiques de l’université Chulalongkorn].

MURASHIMA, Eiji [มูราชิมา, เออิจิ], 2012 [2555], กำเนิดพรรคคอมมิวนิสต์สยาม : . . 2473-2479 [La naissance du Parti communiste siamois : 1930-1936], กรุงเทพฯ : มติชน [Bangkok : Matichon].

SKINNER, William, 1962, Chinese Society in Thailand : An Analytical History, Ithaca : Cornell University Press.

SUEHIRO, Akira, 1996, Capital Accumulation in Thailand : 1855-1985, Chiang Mai : Silkworm Books.

SWAN, William, 2009, Japan’s Economic Relations with Thailand : The Rise to « Top Trader », 1875-1942, Bangkok : White Lotus Press.

UNITED STATES DEPARTMENT OF STATE, 1927, Papers relating to foreign relations of the United States 1927 : Volume II, Washington : U. S. Government Printing Office.

VELLA, Walter, 1978, Chayo! King Vajiravudh and the Development of Thai Nationalism, Honolulu : University Press of Hawaii.

WANG, Nora, 1993, L’Asie orientale du milieu du 19e siècle à nos jours, Paris : Armand Colin.

YAMPRASERT, Maneeratana, 1977, The Administrative Role of Chao Phya Yommaraj (Pun Sukhum) during the Reign of King Vajiravudh, mémoire de maîtrise, université de Chulalongkorn, Bangkok.

Haut de page

Annexe

  • AMAE(C) : Archives du ministère des Affaires étrangères (Courneuve).
  • AMAE(N) : Archives du ministère des Affaires étrangères (Nantes).
  • ANOM : Archives nationales d’outre-mer (Aix-en-Provence).
  • AN : Archives nationales (de Thaïlande) ; Ho Chotmaihet haeng Chat, หอจดหมายเหตุแห่งชาติ.
  • B : Boîte ; Klong, กล่อง.
  • D : Dossier ; Puek, ปึก.
  • GL : Ministère du gouvernement local ; Krasuang Nakhonban, กระทรวงนครบาล.
  • Mf : Microfilm.
  • MAE : Ministère des Affaires étrangères ; Krasuang Kan Tangprathet, กระทรวงการต่างประเทศ.
  • MI : Ministère de l’Intérieur ; Krasuang Mahatthai, กระทรวงมหาดไทย.
  • 6e R : 6e Règne ; Ratchakan thi 6, รัชกาลที่ 6.
  • 7e R :7e Règne ; Ratchakan thi 7, รัชกาลที่ 7.
Haut de page

Note de fin

1 Le Parti communiste siamois fut fondé le 20 avril 1930 lors d’une réunion tenue dans un hôtel (Tunki) situé à proximité de la gare de Bangkok et à laquelle participèrent, outre Nguyên Ai Quôc, les communistes vietnamiens Ngô Chinh Quôc et Trân Van Chân et le communiste chinois U Chue Chue (Wu Zhizhi, 伍治, อู่จื้อจือ,) ou U Cheng Chen (Wu Chengchen, 伍乗, อู่เฉิงเฉิน). Ngô Chinh Quôc fut désigné secrétaire du parti et U Chue Chue responsable de la propagande (Murashima 2012 : 29-33).

2 Thaï : นั้มเม้งเซียงหวย. L’organisation est aussi appelée Deuxième branche en thaï : Sakha Thi 2 (สาขาที่ 2). D’après les sources en langue chinoise, le mouvement communiste chinois au Siam ne serait apparu qu’en 1926 pour être dissout en 1953. Ces sources donnent différents noms à l’organisation qui est parfois évoquée sous le nom de Parti des Chinois d’outre-mer (Chinois d’outre-mer, en thaï : Chin phon thale, จีนโพ้นทะเล), de Parti révolutionnaire clandestin, d’Organisation révolutionnaire de gauche des Chinois d’outre-mer (Chinois d’outre-mer, en chinois transcrit d’après le thaï : hua chiao, หัวเฉียว ; pinyin : huaqiao, 華僑), d’Organisation des Chinois d’outre-mer progressistes au Siam, ou d’Organisation révolutionnaire patriote, etc. (Murashima 1996 : 3, 74).

3 Thaï : เซียวฮุดเส็ง สิบุญเรือง. 1864-1939.

4 Thaï : ฮั่วเซียมซินป่อ.

5 Le ministère du Gouvernement local fusionna avec le ministère de l’Intérieur, sous la direction du chaophraya Yomaraj, en 1922 (Greene 1999 : 149-152).

6 AN/6e R. ; GL. 4. 4 ; B. 1-2 (Mf.-6e R. ; GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire du roi, 9 juillet 1915. Les Chinois étaient le plus souvent déportés vers les grands ports du sud de la Chine, mais le lieu de la déportation n’est pas toujours indiqué sur les ordres de déportation.

7 « À la veille de la guerre, le consulat britannique à Bangkok avait signalé que la Grande-Bretagne détenait 26% du marché d’importation du Siam ; il ne disait rien sur le Japon. En 1919, lorsque fut publié le rapport commercial britannique suivant, la part de la Grande-Bretagne sur le marché des importations était tombée à environ 20,5 %, tandis que celle du Japon était passée de l’insignifiance d’avant-guerre à 11 %. » (Swan 2009 : 22).

8 Thaï : โควเทียวเหยียน.

9 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Déclaration de M. Kho Thiaoyian, 4 août 1919.

10 Le point n° 5 prévoyait qu’en cas de non-respect du boycott, le produit de la vente devait être saisi et accompagné d’une pénalité de 200 baths. Le point n° 8 prévoyait une récompense de 200 baths pour les personnes qui dénonceraient une infraction au boycott. Voir AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire du roi, 5 août 1919.

11 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire du roi, 10 août 1919.

12 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire du roi, 5 août 1919.

13 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire du roi, 10 août 1919.

14 Il s’agit des principaux groupes linguistiques originaires de Chine présents alors au Siam : cantonais (kuantung, กวางตุ้ง), chaozhou (teochiu, แต้จิ๋ว), hokkien, hakka (khae, แคะ) et hainanais (hailam, ไหหลำ). Comme le souligne le caractère intercommunautaire de la réunion organisée par Kho Thiao Yian, à la fin de la Première Guerre mondiale, les Chinois du Siam formaient une communauté qui dépassait les divisions linguistiques. La communauté chinoise entendait désormais obtenir la protection de son pays d’origine contre les mesures de contrôle et de répression que le gouvernement siamois prenait à son égard. Á la suite de l’adoption de la première loi sur les écoles privées, qui visait principalement les établissements chinois, des personnalités et des organisations de la communauté chinoise avaient adressé en avril 1919 une pétition au gouvernement chinois. Cette pétition dénonçait les taxes, l’absence de protection ainsi que les restrictions imposées aux écoles et demandait au président chinois d’intervenir auprès des autorités siamoises. Mais le gouvernement chinois en était incapable (Skinner 1962 : 234, 235). Selon le ministre du Gouvernement local, Kho Thiao Yian avait été à l’origine de la pétition adressée au gouvernement chinois. Voir AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Le chaophraya Yomaraj au secrétaire du roi, 10 août 1919.

15 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf. 6e R. GL/41). Déclaration de M. Kho Thiaoyian, 4 août 1919.

16 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Copie de la lettre du roi n° 10/292, au chaophraya Yomaraj, 12 août 1919.

17 AMAE(N)/66PO.1. 113. Le chargé d’affaires de France au Siam au ministre des Affaires étrangères, le 1er août 1925, « répercussion à Bangkok des évènements de Chine. »

18 Thaï : ทำจีนซำ.

19 Thaï : หลีฮวยซัง, Lee Huey Sang. Rédacteur en chef du même journal, expulsé de Sumatra neuf ans auparavant et considéré comme ayant des liens avec des groupes anarchistes.

20 Thaï : ตันเอ็กยู้. Avocat et conseiller juridique d’un groupe des grévistes. Chinois teochiu, il était arrivé au Siam alors qu’il était enfant. Il avait travaillé à l’imprimerie de Siao Hutseng et, vers 1905, avait commencé à servir comme interprète pour le ministère de la Justice sur recommandation de Sia Hutseng. Diplômé en droit en 1923, il commença à travailler comme avocat pour devenir un conseiller reconnu de diverses associations chinoises.

21 Thaï : เลียงเคียว.

22 Bangkok Times, 29 juin 1925. Malgré la fermeture de son imprimerie, Siao Hut Seng poursuivit ses activités. Dans la première quinzaine d’août 1925, le Bangkok Times rapportait que, à la suite de la saisie de tracts chinois et d’une descente de police dans les imprimeries du Chino-Sayam Worasap et l’imprimerie Woo Hing, située le long de la rue Charoen Krung, Siao Hut Seng s’était présenté comme la « victime d’une conspiration » et comme n’étant en rien lié à la distribution des tracts incriminés. Ceux-ci, selon la police, avaient cependant été trouvés dans le fleuve près des locaux ainsi que dans un tiroir de son bureau avec ses corrections. Les autorités ont également découvert un télégramme de nouvelles en provenance de Kuala Lumpur et des tracts trouvés à l’imprimerie Woo Hing. Une personne arrêtée pour avoir distribué ces tracts à vélo déclara avoir reçu le matériel de Siao Hutseng. Le tract qu’elle avait diffusé en ville faisait part de la mise en place d’une association interdisant aux Chinois de consommer tout produit britannique. Tous les étudiants et les ouvriers étaient appelés à rester fidèles aux buts de cette association. Voir le Bangkok Times, 6 août 1925.

23 Thaï : เคียวเซง.

24 AMAE(N)/66PO.1. 258. Le ministre de France au Siam au ministre des Affaires étrangères, le 26 mai 1926. « A.s. menées bolchevistes et du communisme au Siam. »

25 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Le ministre du Gouvernement local au secrétaire du roi, 23 mai 1922.

26 Le 10 mai 1927, le ministre des États-Unis en Chine, MacMurray, rapportait à Washington les faits suivants : « Le 15 avril, des mesures contre les communistes ont été prises à Canton au sujet desquelles M. Jenkins a indiqué qu’elles constituaient le développement le plus encourageant de son genre au cours des deux dernières années. Bien que les chiffres précis ne soient pas disponibles, il a été estimé au bas mot que plus de deux mille communistes ont été arrêtés ce jour-là dans Canton par des soldats et des policiers agissant sous les instructions de Chiang Kai-shek et Li Chi-tchen. Le nombre de victimes lié à cette opération n’a pas été donné, mais on a estimé qu’entre cinquante et cent personnes ont été tuées, la plupart d’entre elles étant des membres des syndicats de cheminots qui se sont opposés aux arrestations. M. Jenkins a indiqué que les forces gouvernementales ont agi avec énergie et compétence, l’ensemble des mesures prises contre les communistes ayant été évidemment prévu à l’avance et réalisé avec un succès remarquable, prévenant ainsi un plan prétendument bien établi de la part des radicaux, non seulement pour attaquer le gouvernement, mais pour agir contre Shamian et d’autres établissements étrangers, en vue de provoquer de graves complications entre les puissances et l’administration modérée actuelle de Canton. » (United States Department of State 1927 : 10).

27 AMAE(N)/66PO.1. 258. Lettre de phraya Adhikarana Prakas, commissaire de police de Bangkok, en date du 26 mai 1927.

28 Thaï : แต้แซ่อิ๊ด ou แต่แสเอ็ก.

29 Thaï : อึ้งฉอค้วง , ou Hanmin-Huang, ฮั่นหมิน-หวง.

30 Thaï : หลีแซ.

31 Thaï : เฮงโป้วโซย ou เฮ่งโปซอย.

32 Thaï : กั๋วหมิน.

33 Selon le ministre de France au Siam, Ueng Chokhuang avait été « éduqué à l’européenne » et avait « des idées bolchéviques très avancées ». Il aurait également « participé à la conférence de la Société des Nations pour les affaires sino-belges. » Avant d’arriver à Bangkok, Ueng Chokhuang se serait rendu à Singapour où il aurait pris part à une grève conduite par des Chinois originaire d’Hainan. Parce qu’il se serait senti « peu en sécurité dans les Straits Settlements », il se serait rendu au Siam « muni de recommandations des chefs du parti nationaliste de Canton ». AMAE(N)/66PO.1. 258. Le ministre de France au Siam au gouverneur général de l’Indochine, 9 juin 1927.

34 โค้วเทียนตุน.

35 AN/MAE. 39 B. 2 D. 9. Note du ministère de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, le prince Traidos, 25 avril 2470 ; rapport du directeur de la police de Bangkok, au ministre de l’Intérieur, 23 avril 2470.

36 AN/7e R. MI. 26. 5. 25 (Mf.-7e R. MI/30).

37 De juin 1926 à juin 1927, les communistes vietnamiens du Nord-Est du Siam s’organisèrent dans le cadre d’une amicale. Ses statuts s’inspiraient de l’organisation La Jeunesse, Thanh Niên, créée par Nguyên Ai Quôc à Guangzhou, au milieu des années 1920. La répression gouvernementale s’étendit de manière plus systématique aux Vietnamiens à la suite de leur rapprochement avec les communistes chinois, en 1930. AMAE(N)/66PO.1. 113. « Rapport de M. Do-Hung sur la situation de la colonie annamite au Siam », février 1934.

38 En 1927, le Parti communiste des mers du Sud, dont la direction était à Singapour, envoya du Siam un délégué, Toeng (เติ้ง ou Deng 鄧), qui mit en place un Comité spécial au Siam (คณะกรรมการพิเศษ) du PC des mers du Sud. La plupart de ses membres semblent avoir été originaires d’Hainan. En 1928, le PC des mers du sud à Singapour recommanda au Comité spécial du Siam de désigner Toeng comme secrétaire, ce que refusèrent les responsables locaux. Une scission eut lieu entre, d’une part, ceux qui reconnaissaient l’autorité de la direction à Singapour, et, d’autre part, ceux qui ne reconnaissaient que l’autorité du Parti communiste chinois du Guangdong. Il y avait encore une troisième organisation dont les membres étaient teochiu. Au début de 1929, les deux premiers groupes furent réunis sous l’autorité du Parti communiste des mers du Sud qui avait été préalablement placé sous la direction du Parti communiste du Guangdong. En 1929, le nombre des membres du Comité spécial au Siam semble avoir été autour de 200. Des syndicats (interdits) rouges furent créés. Le 9 octobre 1929, le Comité spécial organisa une grève à la scierie Lim Kong Ki (ลิ้มกงกี่), propriété d’un Hainanais du nom de Lin Hong Kao (หลินหงเกา). La grève fut un échec mais entraîna la reconnaissance de l’autorité du Comité spécial par le groupe des communistes teochiu (Murashima 2012 : 13-15).

39 AN/7e R. MI. 18. 1 (Mf.-7e R. MI/17). Note du ministère de l’Intérieur au secrétaire du roi, le chaophraya Mahidhorn, 18 décembre 2472 ; le journal Sri Krung (ศรีกรุง), 3 décembre 2472.

40 Dans le tambon de Phatsai (พาดสาย), sur le toit de l’école Chin Tek (จินเต๊ก). Les documents saisis indiquaient que plusieurs participants à la réunion venaient de la province : six de Paknampho, quatre d’Uthaithani, Uttaradit, Angthong et Phetchaburi. Les personnes arrêtées appartenaient au Grand parti au Siam (คณใหญ่ในสยาม) ou étaient en relation avec lui. Les méthodes de travail de l’organisation lui avaient valu des critiques du Grand parti de la région des mers du Sud (คณใหญ่แถบทะเลใต้ ). Le Parti communiste des mers du Sud critiquait les erreurs commises lors de la grève des ouvriers de la scierie. La hiérarchie s’étonnait encore que la collecte d’argent pour venir en aide aux grévistes n’ait donné qu’aussi peu de résultats. Quant au directeur de l’école, il déclara ne rien savoir. Voir AN/7e R. MI. 18. 1 (Mf.-7e R. MI/17). Note du ministère de l’Intérieur au secrétaire du roi, le chaophraya Mahidhorn, 26 décembre 2472.

41 ฟองไพเผง. Il est porteur d’un passeport délivré par le consulat chinois de Singapour indiquant qu’il est arrivé à Bangkok le 9 décembre. Voir AN/7e R. MI. 18. 1  (Mf.-7e R. MI/17). Note du ministère de l’Intérieur au secrétaire du roi, chaophraya Mahidhorn, en date du 26 décembre 2472.

42 เปี๊ยะโต๊ ou To (โต) ou Mong Chi (ม่องจี่) ou Chue (จือ). Originaire de la province de Phichit, il avait quitté le Siam pour étudier à l’université de Shanghai. À son retour au Siam, il avait épousé « l’enfant d’un Thaï à Bangkok ». Selon Somsak Jeamteerasakul, Pia To fut probablement la même personne que Praphan Wirasak, Phayap Angkhasing de son vrai nom, connu après-guerre comme le porte-parole du Parti communiste thaï (PCT). Il a parfois utilisé le pseudonyme de Phichit ou Pho. Na Sukhothai. Il était connu dans le parti en tant qu’oncle To (lung To). Il mourut dans le milieu des années 1970. Les autorités siamoises considérèrent que Pia To possédait de bonnes connaissances en politique et lui firent rédiger un texte que Somsak Jeamteerasakul a estimé être la première analyse marxiste faite de la société thaïe (1993 : 61). Pia To fut considéré comme un agitateur xénophobe potentiellement dangereux en raison de sa critique de l’impérialisme. Pia To se présenta comme siamois mais les autorités estimèrent que son comportement était contraire à celui d’un Thaï. Faute de pouvoir apporter la preuve de sa naissance au Siam, il fut condamné à être déporté après avoir purgé sa peine de prison. Voir AN/7e R. MI. 18. 1  (Mf.-7e R. MI/17). Note du ministère de l’Intérieur au secrétaire du roi, le chaophraya Mahidhorn, en date du 6 janvier 2472.

43 AN/7e R. MI. 18. 1 (Mf. 7e R. MI/18).

44 « Loi sur la déportation de l’année 131 de l’ère de Bangkok », Gazette royale (« พระราชบัญญัติว่าด้วยการเนรเทศ ร. ศ. 131 », ราชกิจจานุเบกษา), vol. 29, 1er septembre 1912, p. 139.

45 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). Note du ministre de la Justice au secrétaire du roi, le 8 juin 1912. Les Établissements des détroits formaient une colonie britannique qui regroupait Penang, Malacca et Singapour.

46 « ผู้ซึ่งอยู่ในกรุงสยามไปไม่เปนความศุขเกษมฤๅเปนความเจริญแก่สาธารณชน ».

47 « Mais dans les cas qui ne concernaient pas les sociétés secrètes, c’est-à-dire dans les cas de personnes qui distribuaient des tracts pour inciter les Chinois au désordre, il procédait immédiatement à la déportation, comme dans les cas des Chinois Tan Siang (ตันเซียง) et Tai Sen (ไต้เซ็น) qui avaient produit des tracts en langue chinoise et avaient incité les Chinois à fermer les boutiques ainsi qu’à faire grève dans divers secteurs. » (Yamprasert 1977: 74-75.)

48 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). Note du ministère du Gouvernement local au roi, le 10 juin 129 ; Note du Secrétariat du roi au chaophraya Yomaraj, le 10 juin 129.

49 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). Note du ministre des Affaires étrangères au Secrétaire du roi, le 17 mai 131.

50 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). « Note on the case of Chin Tan Siang », point de vue du prince Charun, confidentielle, le 30 mai 1912.

51 AN/6e R. ; GL. 2 ; B. 1 ; D. 4 (Mf.-6e R. ; GL/9). Note du ministère des Affaires étrangères siamois au chargé d’affaires de France au Siam Knight. Le 4 juin 1912.

52 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Note du Secrétariat du roi au prince Devawongse, en date du 8 septembre 2458.

53 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Note du ministre du Gouvernement local, le chaophraya Yomaraj, au secrétaire du roi, en date du 28 août 2458. Le ministre propose d’imposer le tatouage de la première lettre du mot déportation en thaï, no. (น.), pour nerathet (เนรเทศ), avec un numéro indiquant l’ordre de déportation et l’année.

54 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Note du ministre des Affaires étrangères, le prince Thewawong, au secrétaire du roi, en date du 3 septembre 2458.

55 วังเซียน et ลิกม.

56 AN/6e R. GL. 4. 4. B. 1-2 (Mf.-6e R. GL/41). Le ministère de l’Intérieur au roi, en date du 5 juillet 2459 ; Note du Secrétariat du roi, en date du 12 juillet 2459.

57 Siam Observer, 12 mai 1927.

58 AMAE(C)/44CPCOM. 28-29. Le chargé d’affaires de France au Siam au ministre des Affaires étrangères à Paris, en date du 14 septembre 1927. « Lois de sûreté de l’État. »

59 Il mettait en garde contre les influences étrangères occidentale et chinoise. En particulier contre le contrôle exercé par les Chinois sur l’économie. Ces idées sont développées dans des écrits tels que « Réveille-toi pays thaï ! », « Les Juifs de l’Orient », « Rapport de la réunion du parlement de Siam », « La prise du pouvoir », respectivement : « เมืองไทยตื่นเถิด », « ยิวแห่งบูรพาทิศ », « รายงานการประชุมปาลิเมนต์สยาม » et « ฉวยอำนาจ » (Charoenpong 1976 : 39-40).

60 Cette « maladie » identifiée par le roi s’était, d’après lui, déjà manifestée en Chine : « La révolte chinoise contre les Mandchous n’a pas réussi en raison des mérites inhérents de la cause rebelle, pas plus qu’elle n’a réussi car le peuple chinois aurait compris quoi que ce soit à son sujet, ou que le changement ait été absolument nécessaire pour le bien de la nation, mais plutôt parce qu’il s’agissait d’une manifestation combinée de la “fièvre de l’agitation” et de la “manie du nouveau”, ce qui a rendu la “peste révolutionnaire” si virulente que les “docteurs” mandchous, avec leurs instruments vieillots, ont été incapables d’y faire face. » Ces « fléaux » avaient également frappé la Turquie, la Perse, l’Inde et d’autres endroits (Asvabahu 1913 : 6-7).

61 Au sujet de la Russie, le roi Vajiravudh écrivit que depuis la révolution, le peuple russe souffrait plus que jamais, des milliers de personnes étaient mortes, et au lieu d’avoir la liberté, les Russes étaient « mille fois » plus oppressés qu’auparavant. À l’un de ses personnages de théâtre, il faisait dire : « Je dirais brièvement que tous ceux ayant exprimé le désir de changer la forme du gouvernement monarchique pour en faire une république n’ont d’autres raisons [que l’intérêt personnel], [qu’un] désir de jugement, [la croyance en des propos] de démagogues et de journaux possédés par des étrangers ou en des personnes porteuses de remontrances personnelles qui essayent, par des propos tendancieux, de favoriser la sédition et la rébellion. Camarades ! Nous sommes de vrais Coroniens [habitants d’un pays fictif imaginé par le roi], pourquoi allez-vous donc écouter les paroles de ces étrangers ? Nous avons reçu de nos ancêtres un noble héritage, celui d’être nés dans la nation coronienne que nous aimons tous et voulons chérir, devons-nous vendre nos droits de naissance aux Juifs et aux étrangers ? Ne laissez pas faire cela, camarades ! Soyez patients. Il est vrai que nous connaissons actuellement des temps difficiles, mais ce n’est pas si grave, comme nous le verrons, que d’être les esclaves des bolcheviks. Voulez-vous une république, camarades, ce sera le premier pas menant à l’esclavage sous les bolcheviks ! Ce sera le premier pas vers un enfer plus chaud que n’importe quel autre ! » (Vella 1978 : 74).

62 La convergence des intérêts de la famille royale avec ceux de nombreux riches commerçants chinois est ancienne et s’est particulièrement développée sous le règne de Rama III avec l’extension du système des fermes générales. La plupart des collecteurs de taxes étaient des commerçants chinois. Avec le déclin de ce système sous le règne de Chulalongkon, l’État étendant progressivement son contrôle direct sur la perception des taxes, les liens entre capitalistes chinois et famille royale ne se sont pas interrompus, comme en témoigne, entre autres, la création, au début du règne de Vajiravudh, de la Siam Rice Mill Co. Ltd. à l’initiative de plusieurs propriétaires de rizeries et de banquiers chinois, avec l’aide d’un emprunt auprès du bureau de la Cassette royale, phrakhlang khang thi (พระคลังข้างที่) ou Privy Purse Bureau (Suehiro 1996: 71-90).

63 AMAE(C)/44CPCOM.30. Le ministre de France au Siam au ministre des Affaires étrangères à Paris, en date du 5 avril 1927. « La Chine et le Siam. »

64 AMAE(C)/44CPCOM.30. Le ministre de France au Siam au ministre des Affaires étrangères à Paris, le 5 avril 1927. « La Chine et le Siam. »

65 ANOM/FM.1AFFPOL/83. Le gouverneur général de l’Indochine au ministre des Colonies, le 25 avril 1930.

66 Ibid.

67 Prachachat (ประชาชาติ), 5 avril 2477.

68 Prachachat, 4 juillet 2477.

69 Prachachat, 5 juillet 2477.

70 Thaï : « ไชโย ». Prachachat, 6 juillet 2477.

71 Les archives contiennent les exemples suivants de déportations : En janvier 1928, Sin Ui Tin (ซินอุ้ยติน)et Heng Tek Ui (เห่งเต๊กอุย), Hainanais, furent déportés pour possession de deux livres, encore non traduits, au sujet desquels les autorités pensaient qu’ils contenaient de la propagande communiste (AN/7e R. MI. 18. 1 [Mf. 7e R. MI/18]. Le ministère de l’Intérieur, au secrétaire du roi, le chaophraya Mahidhorn, le 20 janvier 2470). En juin, Yi Liam (ยี่เหลี่ยม) fut déporté pour avoir participé au meurtre de Bao Kiang (เบ้าเกียง) et pour avoir extorqué de l’argent en Chine. Si Yi Liam reconnut être communiste, il nia avoir participé au meurtre dont il était accusé (AN/7e R. MI. 21. 6 [Mf. 7e R. MI/17]. Note du ministère de l’Intérieur au secrétaire du roi, le chaophraya Mahidhorn, le 27 juin 2471). En août, Bang Yao Kuang ou Lu Chiang ou Bang Dok Bao (บ่างเหย่ากวาง ou ลู่เจียง ou บ่างด๊กบ่าว), Hainanais, fut déporté après avoir été accusé par d’autres ressortissants chinois du meurtre de sept personnes en Chine. Le comité chargé d’étudier son cas, qui estimait qu’aucune mesure ne pouvait être prise contre lui en raison des crimes dont il est accusé, recommanda sa déportation en tant que « bolchevique » (AN/7e R. MI. 21. 6 [Mf. 7e R. MI/17]. Note du ministère de l’Intérieur au secrétaire du roi, le chaophraya Mahidhorn, le 13 août 2471). En novembre, Huei Liu (ฮ่วยลิ่ว)ou Chun Chui (ชุนจุ๊ย ) ou Then Men (เทนเม้น) ou Cheng Khoi ououou (เชงคอย), accusé d’être un « meneur bolchevique » doublé d’un meurtrier, fut déporté. À Bangkok, il aurait tenté d’extorquer de l’argent à une compatriote. (AN/7e R. MI. 21. 6 [Mf. 7e R. MI/17]. Note du ministère de l’Intérieur au secrétaire du roi, chaophraya Mahidhorn, en date du 5 novembre 2471). En janvier 1929, Sue Ha (ซื่อฮะ) ou Oi (โอ็ย), fut déporté pour avoir été accusé d’être un « meneur bolchevique » par d’autres ressortissants chinois. Il avait également été dénoncé comme voleur, meurtrier et incendiaire (AN/7e R. MI. 21. 6 [Mf. 7e R. MI/17]. Note du ministère de l’Intérieur au secrétaire du roi, le chaophraya Mahidhorn, le 5 ou 9 janvier 2471). La presse montre qu’il y eut plusieurs autres cas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Barthel, « Pour « le bonheur et la prospérité publics » : introduction et répression du communisme au Siam (1922-1930) »Moussons, 36 | 2020, 221-245.

Référence électronique

Alexandre Barthel, « Pour « le bonheur et la prospérité publics » : introduction et répression du communisme au Siam (1922-1930) »Moussons [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/6823 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.6823

Haut de page

Auteur

Alexandre Barthel

Docteur en histoire, diplômé de l’université de Caen, auteur d’une thèse intitulée « Anticommunisme et autoritarisme au Siam » et lecteur de français à l’université de Ramkhamhaeng, à Bangkok. Chercheur associé à l’IRASEC, a poursuit des recherches postdoctorales avec l’université de Chulalongkorn portant sur les relations franco-sino-japonaises.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search