Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Comptes rendusRosemarijn Hoefte & Peter Meel, é...

Comptes rendus

Rosemarijn Hoefte & Peter Meel, éd., Departing from Java. Javanese Labour, Migration and Diaspora

Nias, Copenhague, 2018, 288 p.
Laurence Husson
p. 282-288
Référence(s) :

Rosemarijn Hoefte & Peter Meel, éd., Departing from Java. Javanese Labour, Migration and Diaspora, Nias Press, Copenhague, 2018, 288 p.

Texte intégral

1Les ouvrages universitaires consacrés à l’étude des migrations sont désormais légion. Cette abondance atteste de l’importance du sujet, de sa diversité et de sa complexité. Elle témoigne aussi du dynamisme de la recherche durant les trente dernières années et de la multiplicité des approches – historiques, géographiques, politiques, anthropologiques, sociologiques, etc. – de ce phénomène à la fois intemporel, universel et massif. Il en va de même pour la littérature qui traite des diasporas et du transnationalisme. Notons, à ce propos, que les seules éditions anglo-saxonnes Routlegde ont désormais une collection intitulée « Research in Transnationalism » qui comprend déjà 39 titres dont quatre seulement concernant l’Asie.

2Les études sur les migrations en provenance d’Indonésie sont encore anecdotiques – sauf celles qui traitent de l’exportation d’une main-d’œuvre féminine bon marché – et pas en rapport avec l’importance numérique du phénomène. L’idée même de l’existence d’une diaspora indonésienne émerge à peine. Il s’est ainsi tenu en 2012 en Indonésie le premier congrès de la diaspora indonésienne, suivi, en 2013, par la création d’un bureau de la diaspora indonésienne, dirigé par des diplomates indonésiens en poste à l’étranger. Comme Rosemarijn Hoefte et Peter Meel l’écrivent, les autorités indonésiennes cherchent à développer une politique officielle de la diaspora nationale, sans distinction ethnique, en se concentrant sur « la souche malaise » alors que dans les faits, elle est majoritairement originaire de Java, l’île la plus peuplée et la plus dynamique de l’archipel.

3L’existence d’une « diaspora javanaise » a été rendue visible par les membres mêmes de cette diaspora sur les réseaux sociaux ainsi que par la tenue de congrès et de manifestations culturelles (semaine promotionnelle de l’Indonésie entre autres). Ainsi en avril 2017, des représentants des communautés javanaises de Singapour, de Malaisie, du Suriname, du Mexique, de Nouvelle-Calédonie, des Pays-Bas, de Sulawesi et de Sumatra se sont réunis à Yogyakarta pour une semaine de conférences, d’ateliers, d’excursions sur le terrain, de projections de films, de concerts de gamelan et de représentations de théâtre d’ombres (wayang kulit). Cet événement, troisième du nom et intitulé « Ngumpulke Balung Pisah Wong Jawa » a été organisé par un comité international de membres de cette diaspora et une grande partie de la planification effectuée sur Internet (voir www.facebook.com/groups/JavaneseDiasporaEvent). Un quatrième « Ngumpulke Balung Pisah Wong Jawa » s’est tenu en juin 2019 sur une semaine aussi à Surakarta sous la forme d’une vaste célébration d’une semaine de l’ethnie, de l’identité et de la culture javanaise, aussi vivante dans l’île même que dans les petites communautés javanaises expatriées en Asie, Australie, Europe et États-Unis.

4La politique de la diaspora de l’État-nation indonésien, calquée sur celle de l’Inde et de la Chine, s’axe sur le développement d’un réseau mondial qui apportera les flux de capitaux internationaux à la « grande famille indonésienne ». Au cours des dernières décennies, les travailleurs migrants en Asie orientale et dans la péninsule arabique – principalement des travailleurs dans des industries au salaire minimum telles que la construction, la pêche et le travail domestique – ont joué un rôle essentiel dans le transfert des fonds vers les banques indonésiennes.

5Cet ouvrage collectif dirigé par deux chercheurs néerlandais, spécialistes du Suriname, Rosemarijn Hoefte et Peter Meel, a été publié en 2018 par les dynamiques Presses universitaires du Nordic Institute of Asian Studies (Nias Press). Il est constitué des actes d’un colloque international qui s’est tenu à Yogyakarta en 2013, organisé de concert par le KITLV (Royal Netherlands Institute of Southeast Asia and Caribbean Studies), l’université de Leyde et l’université indonésienne de Gadjah Mada.

6Il est le premier à enquêter systématiquement sur les différents lieux d’implantation, contextes historiques et situations actuelles des populations ethniquement javanaises vivant en dehors de Java. C’est, comme l’énoncent les rédacteurs en introduction, la première tentative systématique d’analyser la diaspora javanaise en tant que phénomène mondial, couvrant les époques coloniale et postcoloniale.

7Son objectif principal est de savoir comment les Javanais se sont installés en constituant souvent des « villages javanais » ou même des « petites Java » en étant loin de chez eux. Marginalisés et isolés, ils ont formé une nouvelle identité collective tout en conservant des souvenirs de la patrie, Java. En s’ancrant sur une longue histoire de migration javanaise qui remonte aux mobilités précoloniales et à la traite négrière et à l’essor de la VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie, Compagnie des Indes Neerlandaises), les chapitres de ce livre commencent à la fin du xixe siècle et, par conséquent, examinent spécifiquement le travail sous contrat à la suite de la colonisation, de la migration après 1945 et de la formation contemporaine de petites communautés transnationales et à caractère diasporique.

8L’ouvrage a le mérite de réunir un éventail de contributeurs, y compris des universitaires indonésiens et non indonésiens jeunes et moins jeunes, ayant une expertise dans des disciplines telles que l’histoire, la langue et la littérature indonésiennes, la géographie, les relations internationales et les études de genre. Les contributions couvrent les migrations javanaises temporaires et permanentes à l’intérieur et, dans une plus large mesure, au-delà de l’archipel indonésien, jusq’à la péninsule arabique, le Suriname et la Nouvelle-Calédonie. Les auteurs abordent des thèmes qui se chevauchent : les envois de fonds, les gains et les pertes culturelles, les travaux domestiques à l’étranger et, en particulier, l’exploitation, les abus et la résistance, bien que la plupart des contributeurs étudient la diaspora dans un contexte géographique spécifique – Lampung, Sumatra (Elmhirst), Sulawesi du Sud-Est (Suwignyo et Kamiso), Nouvelle-Calédonie (Allen), Malaisie (Kaur), Hong Kong et Singapour (Palmer), Taïwan (Tierney), Dubaï (Silvey), Arabie saoudite (Silvey et Nurchayati) et Suriname (Meel). Les thèmes récurrents offrent un éventail de perspectives bienvenues qui lient entre eux les chapitres. Les cas abordés dans ce volume sont les travailleurs agricoles dans le secteur de l’huile de palme, les ouvriers employés dans le secteur manufacturier et les usines en Malaisie, les travailleurs domestiques et les pêcheurs à Taïwan, et les employées de maison à Hong Kong, à Singapour, à Dubaï et en Arabie saoudite. Les chapitres reposent en partie sur une évaluation critique de la littérature et des sources historiques, en partie sur le terrain et les entretiens. Parmi les thèmes qui reviennent tout au long de ces chapitres régionaux, on peut citer l’histoire de la migration javanaise, la politique de colonisation ou de « transmigration », les moteurs économiques et développementaux des schémas de migration, l’interaction avec les communautés locales dans les régions d’accueil, les conditions de travail et l’activisme ouvrier, les complexités des régimes ethniques et juridiques, les stéréotypes raciaux, la reproduction de la « javanité » dans le cadre de la formation identitaire, le sentiment d’appartenance à la patrie ancestrale, le maintien des marqueurs culturels dans un contexte pluriel, les formes de vie javanaises et la solidarité mutuelle, et le rôle et la place des femmes. Ces thèmes sont examinés sur la longue durée, et jusque dans ses développements les plus récents, maintenant que la plupart des migrants javanais sont des travailleuses domestiques. Le cas des Javanais au Suriname diffère un peu car ils sont devenus partie intégrante d’une politique nationale fragmentée, alors qu’ailleurs ils sont restés exclus des postes de pouvoir et sont toujours enfermés dans des rôles ethniques et subordonnés.

9Les chapitres ainsi réunis soulèvent des questions sur la migration, la diaspora, le travail, le genre et le pouvoir, les essais les plus réussis fournissant des instantanés ethnographiques à méthodologie mixte et historiquement situés des expériences individuelles et collectives des migrants javanais et de la migration javanaise.

10Une grande partie du livre traite de la construction, de l’imagination, de la pérennité et de la réinvention de l’identité et de la culture javanaises. Le cadre général de l’introduction est principalement celui de l’identité – formation de l’identité, similitude, altérité. Dans cette perspective ethnique, les travailleurs javanais « rivalisaient » avec des travailleurs d’autres origines ethniques, « se défendaient » contre des « travailleurs rivaux » et renforçaient ainsi leur « identité javanaise ».

11L’introduction de R. Hoefte et P. Meel esquisse un récit des phases distinctes et des thèmes unificateurs de la migration à grande échelle du peuple javanais vers d’autres lieux, allant de l’Indonésie aux Caraïbes. Les déplacements d’opposants politiques javanais au pouvoir colonial néerlandais vers l’Afrique du Sud et au Sri Lanka ne sont mentionnés que trop brièvement dans l’introduction du livre, ce qui est vraiment dommage car rien n’a jamais été écrit sur le sujet, à notre connaissance.

12Le thème principal qui traverse ces divers récits de la diaspora et de la migration est celui du travail, en montrant le flou persistant entre le travail libre et le travail forcé qui a caractérisé les expériences des travailleurs migrants javanais dans le passé et perdure de nos jours. Ainsi en Malaisie, des travailleurs migrants sont régulièrement criminalisés, punis pour avoir dépassé le délai de visa ou fui des employeurs abusifs et ces mesures coercitives font écho aux codes pénaux qui considéraient la négligence dans le travail comme une infraction pénale dans les régimes de travail sous contrat du xixe siècle en Indonésie et au Suriname.

13Les neuf chapitres examinent quatre exemples de ce que l’on pourrait appeler des communautés diasporiques javanaises, deux dans l’archipel indonésien et deux à l’étranger ; et cinq cas de travailleurs migrants javanais, dont deux ont été désignés ailleurs comme des exemples de « mobilité transfrontalière », et dont une contribution est appelée « main-d’œuvre invitée ». Les quatre cas diasporiques s’ancrent sur de longues trajectoires historiques qui trouvent leur origine dans les politiques coloniales de travail forcé.

14Les deux premiers chapitres sont consacrés à deux migrations à l’intérieur des frontières des Indes néerlandaises et de l’Indonésie indépendante, mettant à l’honneur la transmigration – politique gouvernementale qui visait à réduire la pauvreté et la surpopulation à Java – vers Lampung et l’implantation de Javanais dans le sud-est de Sulawesi.

15Rebecca Elmhirst discute de l’expérience des paysans javanais qui ont rejoint le programme Transmigrasi qui a transféré des millions de personnes de Java vers les îles extérieures de l’Indonésie pendant la domination coloniale néerlandaise et plus tard sous le régime de Suharto. À Lampung, selon elle, le sens retenu de « Java » est qu’il est un foyer symbolique et un ensemble de normes et de valeurs incluant les pratiques matrimoniales, le patrimoine culturel (gamelan, batik et théâtre d’ombres) et la langue. Elle souligne ce point en démontrant comment les officiers coloniaux néerlandais en charge des programmes de transmigration, puis les administrateurs sous la politique de l’Ordre nouveau (Orde Baru) du président Suharto, ont exploité la tradition javanaise afin de créer de « petites Javas » loin de l’île pour attirer des transmigrants hésitants qui étaient nécessaires dans les plantations. Apparemment, les attitudes négatives (entretenues dans une certaine mesure par les transmigrants et en partie engendrées par les administrateurs) ont contribué à créer des différences et à favoriser les disparités au sein des populations locales, qui ressentaient mal l’intégration rapide des nouveaux arrivants dans leur culture.

16Dans leur chapitre très vivant, Suwignyo et Kamiso développent les thèmes soulevés dans l’article d’Elmhirst, puisant dans les histoires de vie de deux familles javanaises qui ont migré vers le sud-est de Sulawesi dans les années 1980. Contrairement aux générations précédentes qui étaient devenues agriculteurs et paysans à Sumatra, la plupart de cette dernière vague de migrants a réussi à obtenir des emplois de cols blancs tout en maintenant l’agriculture sur leurs petites parcelles de terre. Ils semblent avoir été plus ouverts aux mariages mixtes ethniques que leurs homologues de Lampung, et les auteurs notent même un certain appauvrissement du javanais, leur langue d’origine.

17Dans le chapitre 3 suivant, Allen traite de la migration de main-d’œuvre sous contrat vers la Nouvelle-Calédonie de la fin du xixe au début du xxe siècle. Cet article aurait pu logiquement être placé côte à côte avec celui sur le Suriname (chapitre 9) dans le volume, car ils décrivent les migrations contemporaines et ont été discutés ailleurs dans un cadre comparatif (Allen 2015) . Lus ensemble, ils suggèrent correctement que les descendants des travailleurs migrants javanais du xixe siècle ont, au fil du temps, été incorporés en tant que populations minoritaires de sociétés ethniquement plurielles, où leurs pratiques culturelles diasporiques telles que la musique, la danse, le théâtre et les arts martiaux sont valorisées en tant que représentations d’une diversité célébrée. Allen met en évidence la question de la formation de l’identité des Javanais qui ont émigré en Nouvelle-Calédonie, principalement en tant que travailleurs contractuels. Elle parle de marqueurs culturels dans la langue et le rituel dans sa tentative de décrire les identités diasporiques des Javanais. Plutôt que d’essentialiser ce qui est et n’est pas javanais, elle soutient que les marqueurs culturels, aussi hybrides soient-ils aujourd’hui, sont des pratiques résultant de la migration et de l’adaptation à la nouvelle patrie. En revanche, la formation de l’identité n’est malheureusement qu’une réflexion après coup dans le chapitre de Kaur, qui fournit un aperçu plutôt centré sur l’État dans l’importation de main-d’œuvre en Malaisie depuis la fin de la période coloniale jusqu’à nos jours. La migration javanaise vers la Malaisie (chapitre 4) se caractérise par deux phases distinctes, l’une au xixe siècle et l’autre depuis les années 1970, avec des attitudes divergentes à l’égard des migrants ; autrefois considérés comme essentiellement malais et donc comme les travailleurs étrangers idéaux, les travailleurs de Java sont désormais classés de façon très ambiguë comme des « invités nécessaires » et en même temps des indésirables à expulser. Dans les vastes paysages de plantations analysés par Kaur, il y a peu de signes de constitutions de « petites Javas » – les travailleurs indonésiens étant d’ethnie mixte et devraient rentrer chez eux après quelques années de travail.

18À Hong Kong et Singapour (chapitre 5) et à Taïwan (chapitre 6), les travailleurs javanais récemment migrés naviguent dans leurs positions et leurs possibilités d’évolution au sein de leurs sociétés d’accueil, où ils occupent généralement des emplois à l’extrémité la plus basse de l’échelle des salaires. Dans son article sur la résistance directe et indirecte aux travailleurs migrants à Taïwan, Tierney critique non seulement les stéréotypes des employeurs et des autres migrants temporaires sur les Javanais comme « dociles et sans voix », mais il montre également comment les Javanais ont résisté à ces stigmatisations. Tous les migrants qui échappent aux conditions d’exploitation de leurs employeurs ne se retrouvent pas dans de meilleurs emplois, mais certains ont au moins pu négocier les conditions de leur emploi avec de nouveaux employeurs. Les spectacles culturels de rue pour protester contre l’absence de salaire minimum, l’impunité des employeurs et le non-respect des coutumes religieuses semblent avoir donné des résultats positifs. Tierney conclut en plaidant pour la constitution de solides syndicats et ONG de migrants afin d’améliorer les salaires et les droits des migrants. Le matériel empirique dans de nombreux chapitres pointe l’émergence d’autres identités hybrides également basées sur les rapports de classe dans le creuset des nouvelles sociétés en montrant comment les travailleurs javanais ont rejoint les travailleurs d’autres ethnies dans la lutte. Cette perspective est plus prononcée dans la discussion de Tierney sur la lutte contre le racisme des travailleurs migrants à Taiwan. Les Indonésiens constituent la plus grande partie de la main-d’œuvre migrante de Taïwan, aux côtés des Philippins, des Vietnamiens et des Thaïlandais. La plupart travaille dans les usines, mais les Indonésiens constituent la plus grande partie de la main-d’œuvre dans le secteur du chalutage en haute mer, et les Indonésiennes dominent le secteur des soins aux personnes âgées et des travailleurs domestiques. Tierney explique le système de discrimination raciste systématique à Taiwan, du statut temporaire et de l’absence de droits des travailleurs migrants et de l’attribution d’emplois particuliers selon la nationalité à l’abus de pouvoir, en particulier dans le travail domestique, et au manque de respect accordé aux travailleurs migrants par les employeurs et les collègues. Les racines javanaises deviennent pertinentes dans les performances culturelles politiques, mais elles sont mises en œuvre dans le cadre d’une mobilisation interethnique de travailleurs migrants. Ainsi la victoire des manifestations de masse pour le droit de célébrer l’Aïd-el-Fitr dans un espace public comme la gare principale de Taipei. Bien que la question concerne principalement les Indonésiens musulmans, les manifestations ont été soutenues par d’autres groupes de migrants et par des organisations syndicales taïwanaises. Une autre organisation interethnique est le Yilan Migrant Fisher Union (YMFU), fondé en 2011, qui organise les travailleurs migrants indépendamment de leur origine nationale.

19Les chapitres sur la péninsule arabique (chapitre 7) et plus particulièrement sur l’Arabie saoudite (chapitre 8) se concentrent sur les expériences des femmes et leurs modes de survie dans les emplois à bas salaires, à savoir le travail domestique, caractérisé par l’exploitation et les abus.

20En plus de leur donner l’occasion de contribuer véritablement à l’élévation économique de leur famille, pour celles qui se dirigent vers le Moyen-Orient, la possibilité existe, en pratique limitée, d’entreprendre le pèlerinage à La Mecque. Mais comme la plupart des rapports sur la mobilité de la main-d’œuvre contractuelle en Asie du Sud-Est l’ont révélé, il s’agit en grande partie d’une histoire de difficultés et d’exploitation. Des thèmes similaires sont abordés dans le chapitre de Silvey sur la précarité persistante et les mécanismes d’adaptation des femmes javanaises travaillant en Arabie saoudite et à Dubaï. Elle pose une question difficile : pourquoi tant de femmes javanaises continuent-elles de migrer vers la péninsule arabique pour travailler malgré les risques et les dangers qui les attendent ?

21Visiter la « terre sainte » peut avoir un certain attrait, mais une réponse plus complète réside dans la pauvreté, l’ennui et le manque de possibilités auxquels les femmes sont confrontées dans leurs villages d’origine. Ainsi, certaines restent en Arabie saoudite sans papiers, ou se rendent à Dubaï pour survivre grâce à un travail indépendant. Pour l’informatrice choisie par Silvey, cette stratégie semble avoir bien fonctionné, mais s’agit-il d’un modèle à suivre pour les autres ? Le chapitre de Nurchayati sur l’Arabie saoudite, basé sur des entretiens avec trois anciennes travailleuses migrantes qui étaient employées comme domestiques, complète celui de Silvey. Nurchayati examine l’expérience des femmes d’un village javanais, Praggang, où les femmes les plus pauvres migrent comme domestiques vers Hong Kong, Taiwan, Singapour, la Malaisie, la Corée du Sud et l’Arabie saoudite depuis des décennies. Un aspect intéressant est la façon dont le travail en tant que femme en Arabie saoudite ouvre les yeux des migrants à la construction du genre – ils doivent négocier autour de différents concepts sur la façon dont une « femme javanaise » ou une « femme saoudienne » devrait se comporter, prier et se vêtir. Un autre est la façon dont les travailleurs s’entraident pour développer des stratégies de défense efficaces contre le harcèlement sexuel des employeurs et patrons. Certaines des conclusions sur la meilleure façon de résister à l’exploitation – par exemple, par des employeurs qui sont des prédateurs sexuels – nous ont semblé assez naïves.

22Enfin, le chapitre 9 qui clôt l’ouvrage remonte le temps pour aborder une diaspora plus profondément enracinée, à savoir celle des Javanais au Suriname, et se concentre sur les modes de participation politique officieuse et officielle de présence javanaise dans l’ancienne colonie néerlandaise des Caraïbes. Meel étudie la façon dont les politiciens javanais défendent une politique identitaire dans un cadre multiethnique. Il est tout de même très dommage que cet article se limite à détailler les activités et politiques récentes des partis politiques javanais en relation avec l’indépendance du Suriname en laissant de côté les aspects culturels, religieux et linguistiques de cette communauté javanaise diasporique de plus de 125 ans.

23Comme dit précédemment, cet article aurait gagné à être placé plus avant dans l’ouvrage, en parallèle de celui sur la Nouvelle-Calédonie. Par ailleurs, il ne nous semble pas être la meilleure manière de clôturer cet ouvrage car un chapitre analytique examinant certains des thèmes communs à ce volume manque assurément.

24Cet ouvrage, effectivement très bienvenu et très attendu puisqu’il vient combler un gros trou ou oubli concernant cette partie du monde, n’est cependant pas tout à fait exhaustif, ni aussi systématique qu’annoncé par les deux directeurs Hoefte et Meel. En conclusion, Departing from Java. Javanese Labour, Migration and Diaspora s’attaque à la fois à un phénomène sous-documenté – l’histoire de la migration et de la diaspora javanaises depuis le xixe siècle – et fournit des données ethnographiques et historiques substantielles pour des considérations comparatives plus larges et aptes à alimenter un débat, en particulier sur les questions de travail, de genre et de pouvoir. Ceci est important pour comprendre les migrations de main-d’œuvre sous-qualifiée et à bas salaire d’aujourd’hui dans un contexte historique mondial.

25Bien que le livre se concentre sur une seule catégorie de la société javanaise, à savoir les travailleurs, et se limite à des points d’implantation précis et circonscrits, on pourrait bien sûr facilement suggérer d’autres catégories de formes historiques et contemporaines de mobilité javanaise à l’intérieur et au-delà de ses frontières. Le hadj (pèlerinage) annuel vient à l’esprit, ainsi que la « mobilité universitaire », deux catégories qui ont longtemps joué un rôle important dans l’histoire javanaise moderne. Aujourd’hui, la « mobilité universitaire » financée par le gouvernement indonésien voit des milliers d’étudiants de troisième cycle (souvent accompagnés de leur famille) vivre à l’étranger pour des périodes aussi longues, sinon plus longues, que celles des « travailleurs » indonésiens, ou que le personnel diplomatique. Sur le plan interne, le bureaucrate-fonctionnaire javanais ainsi que le personnel militaire sont mobilisés à travers l’archipel depuis plus d’un siècle. La migration circulaire interne entre Java rurale et urbaine représente une autre catégorie de mobilité et un domaine d’études existant. Le trafic sexuel et la traite humaine ne sont pas spécifiquement abordés ici, mais ont fait l’objet d’une importante étude de 2003 de l’université Gadjah Mada sur la mobilité transfrontalière indonésienne.

26Il manque également un article sur les « Cape Malays », dont la majorité était des coolies sous contrat importés dans les colonies britanniques d’Australie où ils étaient employés dans les plantations de canne à sucre jusqu'au milieu des années 1880 et dans l’industrie perlière de la côte nord.

27Last but not least, dans le registre des regrets, notons que si les articles font abondamment référence à la « javanité » ou « javanitude » et à l’identité javanaise vécue de l’intérieur ou réappropriée, aucun des contributeurs ne s’est aventuré à en proposer une définition, ni vraiment dire ce que cela implique d’être javanais. Cette focalisation sur l’identité javanaise, tout en fournissant un cadre approximatif pour les chapitres du livre, ne tient pas vraiment. Empiriquement, la frontière entre javanais et indonésien est de plus en plus floue, certains chapitres utilisant les deux termes de manière interchangeable. L’argument selon lequel le javanais est historiquement plus précis que l’indonésien (car il est pré-État-nation) néglige l’impact du nationalisme anticolonial sur l’identité des Javanais, tandis que le terme javanais englobe d’autres ethnies majeures telles que les Madurais, les Sundanais et le Chinois. Tous ces groupes ont-ils été exclus de la migration ? Ont-ils formé leurs propres sous-diasporas « en rivalité » avec les Javanais ? Ou se sont-ils plutôt liés les uns avec les autres parce qu’ils partageaient une langue commune (indonésien) et une nostalgie pour une maison très similaire, ainsi qu’une expérience commune de migration, d’exploitation et de répression ? Bien d’autres questions restent en suspens. Mais ne soyons pas trop sévère, cet ouvrage a le mérite d’exister, de faire savoir qu’il existe une diaspora indonésienne ancienne, actuelle et en devenir, certes sans commune mesure avec la chinoise et l’indienne mais qui mérite tout de même d’être observée de plus près. Il reste donc beaucoup à écrire pour prolonger et compléter ce premier volume fondateur.

Haut de page

Bibliographie

ALLEN, Pamela, 2015, « Diasporic Representations of the Home Culture : Case Studies from Suriname and New Caledonia », Asian Ethnicity, 16, 3 : 353-370.

GOUDA, Frances, 1995, Dutch Culture Overseas : Colonial Practice in the Netherlands Indies 1900-1942, Amsterdam : Amsterdam University Press.

PEMBERTON, John, 1994, On the Subject of « Java », Ithaca NY : Cornell University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Rosemarijn Hoefte & Peter Meel, éd., Departing from Java. Javanese Labour, Migration and Diaspora »Moussons, 36 | 2020, 282-288.

Référence électronique

Laurence Husson, « Rosemarijn Hoefte & Peter Meel, éd., Departing from Java. Javanese Labour, Migration and Diaspora »Moussons [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/6986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.6986

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Anthropologue et géographe, chargée de recherche au CNRS, Aix Marseille Univ, CNRS, IRASIA UMR 7306, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search