Skip to navigation – Site map

HomeIssues37In memoriamRichard Pottier (1940-2020)

In memoriam

Richard Pottier (1940-2020)

De l’ethnologie du système thérapeutique lao à la bioéthique en passant par l’anthropologie des mythes
Bernard Formoso
p. 5-11

Full text

  • 1 Diminutif affectueux par lequel ses étudiants nommaient Georges Condominas.
  • 2 Auxquelles s’ajoute le recueil de plus de 800 spécimens de plantes, accompagnés chacun d’une fiche (...)
  • 3 Dans les années 2010 l’Institut Pasteur demanda à Richard de refaire des études de santé publique (...)

1Nous sommes nombreux à avoir appris avec une grande tristesse la disparition de Richard Pottier le 8 septembre 2020, à l’âge de 80 ans. Sa fascination pour l’Asie remontait à l’adolescence, mais elle se renforça dans les années 1960, alors qu’il fréquentait les séminaires de Georges Condominas, parallèlement à la licence de sociologie, augmentée de cours d’ethnologie et histoire des religions, qu’il préparait à la Sorbonne. C’est en suivant le séminaire de Condo1 qu’il rencontra une jeune étudiante vietnamienne en géographie, Xuân Xuân, qui devint rapidement son épouse. En 1965, il eut l’opportunité de partir avec elle au Laos pour effectuer son service national dans le cadre de la coopération culturelle française. Tombé sous le charme de ce pays, il s’inscrivit en doctorat sous la direction de Condo et entreprit l’étude du système thérapeutique lao grâce au concours bienveillant d’un mo ya (phytothérapeute) de la région de Louang Prabang. Ses enquêtes ethnographiques et ethnobotaniques conduites pendant trois ans (1967-1970) lui permirent d’accumuler une masse considérable de matériaux (plus de 7 000 pages de notes2). De 1971 à 1975, il prolongea son séjour au Laos, d’abord en enseignant la philosophie au lycée Auguste Pavie de Vientiane (1971-1972), puis comme fonctionnaire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), chargé d’élaborer un programme de réorganisation des structures sanitaires laotiennes en vue d’une plus grande efficacité et d’une meilleure couverture des zones rurales. À son grand regret, ce programme de santé publique dans lequel il s’était tant investi ne fut pas mis en œuvre par les nationalistes du Pathet lao, lorsqu’ils accédèrent au pouvoir en 19753. Il fut alors muté au centre régional de l’OMS, à Manille. Dans le cadre de son séjour philippin il acheva la rédaction de sa thèse, un manuscrit volumineux de plus de 1 000 pages (annexes comprises) consacré au système de santé lao et ses possibilités de développement. Cette étude très détaillée qui mettait en perspective, à l’échelle d’une trentaine de villages ruraux, le contexte socio-économique, l’offre de soins et les conceptions vernaculaires de la santé et de la maladie, lui valut, sur proposition de Condo, de soutenir directement en 1979 un doctorat d’État en sciences humaines à l’université René Descartes. Fort du soutien de son directeur de thèse, il fit alors le choix de quitter sa fonction d’expert de l’OMS pour tenter une carrière dans le milieu académique français. Ce choix s’avéra pertinent puisqu’entre 1979 et 1980, Condo l’associa à la préparation d’un rapport sur les réfugiés d’Asie du Sud-Est qui lui avait été commandé par le président de la République et qu’en septembre 1980 il fut nommé professeur d’ethnologie à l’université de Nice, dans le contexte de la délocalisation à Valbonne-Sophia Antipolis du Centre de documentation et de recherche sur l’Asie du Sud-Est et le Monde insulindien (CeDRASEMI).

2Préparant alors une maîtrise d’ethnologie à Nice, je fus l’un de ses premiers étudiants. Pour mon plus grand bonheur, je découvris un enseignant enthousiaste, excellent pédagogue, d’une très grande acuité intellectuelle et d’une particulière bienveillance envers ses élèves. Il concevait ses cours de maîtrise comme un laboratoire d’idées, dans le cadre duquel il présentait ses hypothèses et arguments en faveur d’une approche originale des mythes, à la croisée du structuralisme lévi-straussien dont il avait une connaissance très fine, de la sémiotique de Algirdas Julien Greimas et de la psychanalyse freudienne. Sa thèse, qu’il étoffera par la suite dans le cadre de deux ouvrages (Anthropologie du mythe, Anthropologie du mythe 2, Éditions Kimé, 1994 et 2012), était que le symbolisme des mythes d’origine permet de surmonter le hiatus entre la fusion objet/sujet opérée par l’inconscient et la distinction des deux réalisée par la conscience. Récit explicatif de la condition humaine, il contribuerait à rendre saillant le sentiment de faute en exprimant l’ordre symbolique et en responsabilisant le sujet. Par rapport à l’approche de Claude Lévi-Strauss, certes pertinente par sa prise en compte de plusieurs niveaux sémantiques mais restreignant l’analyse aux processus de transformation structurale, de mythe à mythe, la démarche de Richard Pottier avait ceci de stimulant qu’elle interprétait la production de ce type de récit par référence au psychisme, seul à même selon lui d’expliquer l’universalité de leur scénario de base.

3Richard Pottier restera en poste à Nice de 1980 à 1992, période au cours de laquelle il assumera avec dévouement plusieurs tâches d’intérêt collectif, et notamment la direction de l’IDERIC (Institut de documentation et de recherche sur les identités culturelles) de 1980 à 1984. En 1992, il obtint une mutation à l’université de Lille 1, afin de se rapprocher de sa résidence située depuis quelques années déjà à Paris et plus tard à Gruny. Il dirigera l’Institut de sociologie de Lille de 1996 à 1998, tout en siégeant au comité national de la recherche scientifique (CoNRS 38) en qualité de membre nommé (1995-2000). Puis en 1998 il intégrera le Département d’anthropologie de l’université Paris V-René Descartes où il avait été formé. Il y restera en poste jusqu’à son départ à la retraite, en 2008.

4Les années 2000 furent particulièrement productives pour Richard Pottier. En 2000, il publia avec deux collègues alors en poste à Lille 1, Marie-Odile Géraud et Olivier Leservoisier, Les notions clefs de l’ethnologie, analyses et textes. Ce manuel d’introduction aux concepts, théories et grands textes de la discipline est devenu depuis un ouvrage de référence pour les étudiants et en était à sa quatrième édition en 2016. En 2004, il édita aux éditions du CCL une version condensée de sa thèse d’État. Enfin, à la faveur d’une délégation de deux ans au CNRS, il retravailla son ethnographie des années 1967 à 1970 pour produire une excellente analyse des catégories nosologiques lao et des conceptions vernaculaires du savoir-pouvoir thérapeutique, qu’il assortit d’un retour réflexif très profond sur son rapport au terrain. Au cours de cette décennie, il continua à s’investir dans les activités d’administration et d’évaluation de la recherche. De 2003 à 2007, il présida le Conseil national des universités, CNU 20e section, dans lequel il avait déjà effectué antérieurement deux mandats (1986-1990 et 1990-1994), tout en assurant la suppléance de la présidente du conseil d’administration de la Conférence des présidents du CNU. Il s’acquitta aussi de nombreuses missions d’expertise pour la Direction de l’enseignement supérieur du ministère de l’Éducation nationale, de la recherche et de la technologie.

5L’accès à la retraite et au statut de professeur émérite fut pour Richard l’occasion de valoriser ses compétences dans les domaines de la santé publique et de l’anthropologie de la maladie, pour les placer au service des débats et enjeux de bioéthique. Afin de s’inscrire dans le milieu scientifique le plus propice pour nourrir sa réflexion, il adhéra en 2007 à la Société française et francophone d’éthique médicale et en 2012 changea d’unité de rattachement pour devenir membre du Centre de recherche des Cordeliers, une UMR de biomédecine sous cotutelle de l’Inserm, de l’Université Paris Diderot et de l’Université René Descartes. À partir de 2014, il intégra aussi le comité d’éthique de l’Institut national de transfusion sanguine. Il synthétisera les enseignements qu’il avait tirés de son implication dans ces instances sous la forme d’un ultime ouvrage, Voyage d’un anthropologue dans le monde de la bioéthique, à paraître en janvier 2021 chez l’éditeur helvète Georg. Il continua aussi à s’investir dans les missions d’évaluation et de conseil après son départ à la retraite. De 2008 à 2011, il fut membre du Comité de coordination entre les archives audiovisuelles de la recherche de la Fondation de la MSH (Paris) et de la Fondation Pierre Elliott Trudeau (Québec). Au cours de la même période, il présida aussi le jury d’attribution des allocations doctorales du Cancéropôle d’Ile-de-France.

6Richard Pottier laissera un vide dans les études lao qu’il sera bien difficile de combler. Il s’était aussi affirmé comme l’un des meilleurs spécialistes français de l’anthropologie de la maladie. Connu pour sa profonde humanité, il était très fidèle en amitié. En témoigne le dévouement sans faille qu’il a manifesté pour entretenir la mémoire de Georges Condominas. Son puissant magnétisme intellectuel manquera beaucoup à tous ceux, collègues et étudiants, qui ont eu la chance de le côtoyer.

Top of page

Annex

Ouvrages

1982 : avec Georges Condominas, Les réfugiés originaires d’Asie du Sud-Est, arrière-plan historique et culturel, Rapport au Président de la République, La Documentation française, coll. des Rapports officiels (rédaction en propre de la section « Les motivations des réfugiés indochinois, rapport de synthèse », p. 85-203).

1994 : Anthropologie du Mythe, Paris, Éditions Kimé ; coll. « Le sens de l'histoire », 238 p.

2000 : avec Marie-Odile. Géraud et Olivier Leservoisier, Les notions clés de l’Ethnologie. Analyses et textes, Paris, Armand Colin (4e édition 2016), 366 p.

2004 : Santé et Société au Laos, Paris, Éditions du CCL, 505 p.

2007 : Yû dî mî hèng, « être bien avoir de la force ». Essai sur les pratiques thérapeutiques lao, Paris, Éditions de l’EFEO, 546 p.

2012 : Anthropologie du Mythe 2. Ancêtres et fondateurs de dynastie dans la mythologie lao, Paris, Éditions Kimé, coll. « Le sens de l'histoire », 215 p.

2021 : Voyage d’un anthropologue dans le monde de la bioéthique, Georg (Éditeur), 200 p.

Articles dans des revues, chapitres d’ouvrages et actes de colloques

1964 : Margariti, village d’Epire, sous la direction de Bernard Kaiser, Centre des sciences sociales d’Athènes, 39 p. (participation de Richard Pottier à la rédaction de l’opuscule).

1965 : « Ville et Société globale », Sociologie et Urbanisme, Fasc. I, Essai de synthèse et note de sociologie, Association Marc Bloch, ministère de la Construction, p. 113-127.

1971 : « Le végétal dans la pharmacopée traditionnelle lao », Bulletin de la Société botanique de France, 118 (3-4), p. 285-288.

1972 : « Le piment, le poivre et le gingembre - Leurs usages alimentaires et médicaux au Laos », in Langues et techniques, Nature et Société II, Approche ethnologique, approche naturaliste, Jacqueline M.C. Thomas & Lucien Bernot, éd., Paris, Klincksieck, p. 285-288.

1972 : « Introduction à l’Étude des pratiques thérapeutiques lao », ASEMI vol. III-2, p. 172-193.

1973 : « Note sur les chamanes et médiums de quelques groupes Thai », ASEMI, vol IV-1, p. 99-110.

1976 : « Phytonomie et taxinomie botanique lao », ASEMI, vol. VII-1, p. 21-27.

1977: « Oral rehydratation treatment benefits Lao children with diarhoea », WHO Chronicle, vol. 31-10, WHO, Geneva, p. 421-422.

1979 : « Quelques données sur la relation thérapeutique en milieu lao », Psychologie médicale, 11 : 2407-2427 (en collaboration avec le Professeur Didier Sicard).

1980 : « Relations thérapeutiques entre deux cultures », Revue de médecine psychosomatique, 22 (1) : 61-74.

1980 : « Au début était la lettre », in Orients. Pour Georges Condominas, Roberte Hamayon et al., Paris-Toulouse, Sudestasie-Privat, p. 59-73.

1981 : « Lettre ouverte à deux amis », postface, in Au nom de Marx et Bouddha, Marie-Noëlle & Didier Sicard, Paris, Inter Éditions, p. 185-204.

1983 : « Réhabilitation de la médecine traditionnelle et soins de santé primaires : deux idéologies d’encadrement des masses rurales », in Une anthropologie médicale en France, Exposés et débats de Table Ronde. « Santé et sciences humaines », Dr Anne Retel-Laurentin, CNRS, Éditions du CNRS, p. 107-115.

1985 : « Mythes et folklores des peuples thai », Mythes et croyances du monde entier, tome 4, « Les mondes asiatiques », Paris, Lidis-Brepols, p. 235-247.

1990 : « Le corps et l'esprit : la maîtrise du corps », Histoire des Mœurs, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, NFR Gallimard, p. 419-482.

1991 : « Anthropologie des représentations chamaniques », Chimères, 11 : 27-52.

1992 : « Bouddhisme et sorcellerie au Laos », Le buffle dans le Labyrinthe, Eurasie, 2, L’Harmattan, p. 174-185.

1993 : « Introduction à la connaissance du bouddhisme », Hommes et Migrations, 1171 : 1-6.

1994 : « La littérature des minorités thaï non bouddhisées », Dictionnaire universel des littératures, Paris, PUF.

1995 : « Les fondements de l'anthropologie psychanalytique », Clartés, 4880 : 1-22.

1995 : « Le corps dans la médecine traditionnelle : l'exemple de la médecine lao », Ouvertures, 80 : 24-26.

1996 : « Capitalisme, Protestantisme et Confucianisme », Approches-Asie, 13 : 5-43.

1996 : « Réflexions sur l’article d’E. Copet-Rougier 3Alliance, filiation, germanité : entre vérités biologiques et métaphoriques” », Sociétés Contemporaines, 38 : 33-35.

1998 : « Asie du Sud-Est », Encyclopédie philosophique universelle, Tome IV, « Le discours philosophique », Paris, PUF, p .886-911.

1999 : « La place du corps dans le processus de socialisation, l’exemple du confucianisme », in Approche de la culture matérielle, corps à corps avec l’objet, Marie-Pierre Julien & Jean-Pierre Warnier, éd., Paris, L’Harmattan, p. 45-54.

2003 : « Y-a-t-il une méthode en ethnologie ? », in L’ethnographie comme dialogue. Immersion et interaction dans l’enquête de terrain, Lionel Obadia, éd., Paris, Publisud, p. 37-64.

2005 : « La médecine traditionnelle lao », in Le Laos doux et amer. Vingt-cinq ans de pratiques d’une ONG, Dominique Gentil & Philippe Soumard, éd., Paris, Karthala, p. 321-328.

2006 : « Fondements épistémologiques de l’Anthropologie structurale », Socio-Anthropologie, 19 : 127-146.

2007 : « Dépasser le naturalisme : pour un nouvel humanisme », in « Regards croisés d’un anthropologue et d’un sociologue sur Par-delà nature et culture de Philippe Descola », Revue française de sociologie, 48 (4) : 781-793.

2008 : « Syncrétisme et thérapie au Laos », in Recherches nouvelles sur le Laos, Études thématiques n°18, Yves Goudineau & Michel Lorrillard, éd., Paris/Vientiane, EFEO, p. 493-505.

2010 : « Idea of Nature in Lao Medicine », in Actes du 2nd International Congress on Reciprocal Knowledge, Univ. de Delhi/Institut Polytechnique de Goa/Institut de Pondichéry.

2010 : « Order and disorder in tai speaking people’s mythology » – Actes du colloque Order and disorder in different cultures, Université de Beijing, Académie des sciences sociales de la République Populaire de Chine (en chinois).

2012 : « Le comparatisme dans la sociologie de Max Weber : confucianisme, protestantisme et esprit du capitalisme », Mondes contemporains, 2.

2013 : « Ethnologie et humanisme : Georges Condominas, un homme parmi les hommes », Revue de la Société d’ethnographie de Paris – L’Entretemps, 6 : 27-34.

2020 : « Regard anthropologique sur les donneurs de sang », in Le don dans le sang, témoignages et analyses, Jean-Daniel Tissot & Philippe Schneider, éd., Lausanne, Favre, p. 61-74.

Entretiens audiovisuels

– 20 juillet 2007 : « Anthropologie de la maladie et du mythe au Laos et en Asie du Sud-Est » (versions : française, anglaise et italienne), Archives audiovisuelles de la recherche de l’ESCo M/FMSH - https://www.canalu. tv/video/fmsh/anthropologie_de_la_maladie_et_du_mythe_au_laos_et_en_asie_du_sud_est.29623

– 08 décembre 2008 : « Cancer et grande pauvreté – Ethnologie de la Maison de Nanterre », Archives audiovisuelles de la recherche (AAR) de l’ESCo M/FMSH, https://www.canalu.tv/​video/​canal_aar/​cancer_et_grande_pauvrete_ethnologie_de_la_maison_de_nanterre.10184

– 14 juillet 2012 : Vivre FM. La santé mentale en question. Podcast disponible sur demande.

Rapports techniques et documents de travail diffusés par l’OMS

1974 : Données sociologiques sur les problèmes de santé recueillies auprès des personnalités villageoises du district de Thadeua, 17 pages.

1974 : Données sociologiques sur le problème de la schistosomiase recueillies auprès de la population de l'Ile de Khong, en collaboration avec le Dr C.R. Scheider (MIT).

1975 : Données socio-démographiques sur le modèle de reproduction dans la plaine de Vientiane, 31 pages, 1 carte et 13 tableaux.

1976 : Rapport sur la méthode de réhydratation orale dans une zone rurale de la République Démocratique Populaire Lao, OMS/UNICEF.

1976 : Utilisation des services de prestations sanitaires et méthodes visant à renforcer ces services pour répondre à leurs besoins. Recherche sociologique et développement des services de santé de base au Laos 1973-1976, document de travail de l'OMS pour la Conférence Régionale sur le développement des services de santé de base, Manille, 21/29 septembre 1976.

1977: Sociological study on the development of Primary Health Care System in Northern Leyte Province. Socio-economic factors in Primary Health Care, séminaire national sur les soins de santé primaires, Iles Salomon.

1980 : Les crèches et la garde des enfants, mise au point technique à l'intention des administrations et décideurs, Centre international de l'enfance, Paris.

Top of page

Endnote

1 Diminutif affectueux par lequel ses étudiants nommaient Georges Condominas.

2 Auxquelles s’ajoute le recueil de plus de 800 spécimens de plantes, accompagnés chacun d’une fiche numérotée mentionnant le nom vernaculaire, l’usage et le lieu de la récolte. Ces documents furent soumis pour identification au Prof. Jules Vidal du Muséum d’Histoire naturelle de Paris. La majorité a pu être nommée et répertoriée dans la collection Flore du Cambodge, du Laos et du Vietnam du MNHN. Richard Pottier et Jules Vidal envisagèrent un temps de publier un ouvrage plus spécifiquement consacré à ce riche corpus. Happés par d’autres tâches, ils ne purent jamais malheureusement libérer assez de temps pour concrétiser ce projet.

3 Dans les années 2010 l’Institut Pasteur demanda à Richard de refaire des études de santé publique au Laos. Cependant les autorités locales multiplièrent les obstacles administratifs pour l’empêcher d’accéder aux zones qu’il souhaitait ethnographier, à proximité desquelles des infrastructures hydroélectriques « sensibles » étaient en cours de construction. Après deux missions infructueuses, il renonça à aller plus avant dans son enquête.

Top of page

References

Bibliographical reference

Bernard Formoso, “Richard Pottier (1940-2020)”Moussons, 37 | 2021, 5-11.

Electronic reference

Bernard Formoso, “Richard Pottier (1940-2020)”Moussons [Online], 37 | 2021, Online since 23 June 2021, connection on 22 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/moussons/7308; DOI: https://doi.org/10.4000/moussons.7308

Top of page

About the author

Bernard Formoso

Bernard Formoso est professeur d’ethnologie à l’université Paul Valéry (Montpellier 3). Il est également directeur de l’UMR SENS – Savoirs ENvironnement Sociétés, Montpellier.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Journal supported by the Institut des Sciences Humaines et Sociales (CNRS)
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search