Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37ArticlesLa République socialiste du Vietn...

Articles

La République socialiste du Vietnam et le don diasporique

The Socialist Republic of Vietnam and its Diaspora Currencies
Christophe Vigne
p. 165-191

Résumés

Les transferts qui relèvent de l’entraide sont très développés au sein de la société vietnamienne. Ils s’effectuent non seulement à l’intérieur des frontières nationales mais également au-delà. Les Vietnamiens de la diaspora sont tournés vers la terre de leurs ancêtres où ils ont des attaches familiales, sentimentales et culturelles. Que ce soit par obligation morale, intérêt personnel, geste de reconnaissance, patriotisme ou expression de sentiments, la plupart envoient des cadeaux et des devises (remises monétaires et investissements) à leur pays natal. Au cours de la décennie d’après-guerre (1975-1985), le don diasporique s’exprimait essentiellement par l’envoi de colis destinés à améliorer les conditions de vie de ses récipiendaires alors en proie à l’extrême pauvreté. Les années suivantes, l’ouverture du Vietnam à la mondialisation donnait lieu à une diversification des formes de dons transitant désormais par une multitude de flux financiers et exprimant une diversité de transferts non marchands. D’abord entravée par des principes idéologiques, la République socialiste du Vietnam (RSV) pris des mesures pragmatiques visant à associer le don diasporique à ses desseins économiques et à sa construction nationale. Elle s’immisce ainsi dans les réseaux interpersonnels et les logiques sociales complexes constituant le don en lui octroyant une dimension politique. En analysant la polyvalence du don diasporique et ses évolutions, cet article montre comment ces transferts dépassent la seule sphère économique pour façonner les imaginaires, redéfinir les rapports entre donateurs et récipiendaires, et témoigner de l’ambiguïté des relations entre le l’État-parti et la diaspora.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ces chiffres n’englobent pas les personnes travaillant temporairement à l’étranger ou les étudiants (...)

1Peu de sources scientifiques nous renseignent sur le nombre de Vietnamiens (ou de personnes d’origine vietnamienne) vivant à l’étranger. En 2020, le Comité d’État des Vietnamiens de l’étranger estimait à environ 5,3 millions (Khanh Linh 2020a) le nombre de Vietnamiens « vivant et travaillant à l’étranger1 », soit 5,5 % de la population vietnamienne dont le nombre s’élevait à 96,2 millions en 2019. Toujours selon le Comité d’État des Vietnamiens de l’étranger, ces personnes sont réparties dans 130 pays et 80 % d’entre elles se trouvent dans des pays développés. Peu nombreuse avant 1975 (environ 150 000 personnes), et essentiellement présente en Asie du Sud-Est et en France (Nguyễn Ngọc Hà 1990 : 14), la communauté vietnamienne de l’étranger a connu de profonds changements à la suite de l’exode massif provoqué par la victoire du pouvoir communiste (avril 1975) et la réunification du pays (1976). Selon des chiffres établis par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), environ 1,4 million de personnes quittèrent le Vietnam entre 1975 et 1996 pour s’installer principalement en Amérique du Nord, en Europe et en Australie (Barbieri 2000 : 289). Dans les années 1980, parallèlement à ce mouvement migratoire, 260 000 travailleurs vietnamiens rejoignirent des pays socialistes d’Europe de l’Est et l’URSS dans le cadre d’un programme de coopération (Hardy 2000). Après la dislocation de l’URSS, un grand nombre de ces travailleurs décidèrent de ne pas rentrer au Vietnam. Ainsi, plusieurs communautés vietnamiennes se formèrent en Europe de l’Est et en Russie. Depuis les années 1990, on observe de nouveaux flux migratoires liés à la globalisation. Les étudiants à l’étranger sont plus nombreux et le Vietnam exporte désormais de la main-d’œuvre dans divers pays d’Asie et du Moyen-Orient.

  • 2 L’emploi du terme « diaspora » est ici critiquable. La diversité des vagues migratoires, le degré d (...)

2En 2019, grâce aux envois de fonds en provenance de sa diaspora2, le Vietnam se plaçait pour la troisième année consécutive dans le top 10 des pays recevant le plus de devises étrangères. Positionné au neuvième rang devant l’Ukraine et derrière l’Inde, la Chine, le Mexique, les Philippines, l’Égypte, le Nigeria, le Pakistan et le Bangladesh, le pays bénéficiait, selon des données de la Banque mondiale, de 16,7 milliards de dollars (Thai An 2019). La majorité des devises étaient envoyées par des Vietnamiens installés aux États-Unis (55 %) et dans d’autres pays occidentaux (Canada, Allemagne, France et Australie) (Chan Hồ 2018). Ces flux financiers témoignent d’une forte solidarité transnationale animée par des principes puisant autant dans l’éthique pragmatique de la socialité villageoise (Pannier 2015) que dans diverses traditions confucéennes, bouddhistes et taoïstes, qui exaltent l’unité familiale, les ancêtres et la terre natale. Mais le chiffre mentionné plus haut est loin de refléter la totalité de l’aide financière fournie par les Vietnamiens de l’étranger. En effet, il prend uniquement en compte l’argent transitant par le biais du système bancaire et des compagnies de transferts (Western Union ou MoneyGram), excluant ainsi les nombreux transferts informels qui sont difficilement quantifiables.

3Les Vietnamiens de l’étranger – souvent plus aisés que ceux de l’intérieur – ont le devoir de soutenir leur famille restée au Vietnam. Ce don intrafamilial, destiné à apporter une aide matérielle et financière, peut également se formaliser par des investissements et la création d’entreprises familiales. En contrôlant les flux de dons, [souvent sans retours matériels], les Việt Kiều (Vietnamiens de l’extérieur) exercent une forme de domination sur leurs proches restés au pays. Néanmoins, dans certains cas, leurs dons ne sont pas considérés par les récipiendaires comme de simples cadeaux, mais comme des expressions socialement obligées de gratitude pour une aide ou une faveur antérieure ou actuelle (Small 2018 : 60). Au lieu de les percevoir comme des dons unilatéraux, les soutiens financiers reçus sont ainsi parfois vécus comme des retours de dettes matérielles ou morales contractées. En interprétant ainsi ces dons comme des contre-dons, le possible rapport de domination est désamorcé. En outre, en l’absence d’interactions personnelles régulières du fait de la distance, les dons permettent aux Vietnamiens de l’extérieur d’acquérir de la reconnaissance en participant à la vie de leur famille, de leur village ou de leur quartier. Les dons ne sont en effet pas uniquement cantonnés à la sphère familiale. Ils peuvent être plus largement destinés à la communauté du lieu d’origine, avoir un objectif religieux, philanthropique ou patriotique.

4À travers une étude ethnographique réalisée dans le Vietnam méridional et dans la communauté vietnamienne de Californie, Ivan V. Small démontre clairement que l’impact du don dépasse la seule sphère économique (Small 2018). Le don a aussi des répercussions sur les relations affectives (resserrement, rupture, frustration ou incompréhension) ainsi que sur les imaginaires et les mobilités des personnes qui les perçoivent. Le don diasporique conditionne aussi les politiques de la République socialiste du Vietnam (RSV) qui cherche à l’utiliser à des fins politiques et économiques. Cette stratégie s’inscrit dans une politique plus large pouvant être qualifiée de « nationalisme transnational » ou de « nationalisme à distance » (Kastoryano 2006 ; Dufoix et al. 2010).

  • 3 Nghị quyết số 36/NQ-TW ngày 26/03/2004 của Bộ chính trị về công tác đối với người Việt Nam ở nước (...)

5À l’instar d’autres pays, notamment de la Chine, le Vietnam développe une politique de lien et d’attention à l’endroit de ses expatriés et de leurs descendants (Vigne 2012). D’abord au service de la guerre (1945-1975), elle eut ensuite pour objectif d’associer les Việt Kiều au développement du pays en mobilisant leurs capitaux et compétences. Officialisée en 1986, cette politique fut renforcée en 2004, à la suite de la promulgation de la directive du Bureau politique n° 36-NQ/TW13. À travers elle, la RSV entendait utiliser les Vietnamiens de l’étranger comme des « ambassadeurs » (politiques, culturels et économiques) pour faciliter son intégration à la globalisation. Ainsi, la RSV a entrepris une politique de « séduction » visant à normaliser ses relations avec les membres de sa diaspora. Néanmoins, beaucoup de Vietnamiens de l’étranger ont encore des réticences à accepter le régime politique vietnamien. Car malgré des évolutions, le Vietnam conserve des caractéristiques et des pratiques propres à un régime autoritaire. Outre le clientélisme et la corruption, les opposants politiques de la diaspora déplorent les violences policières et l’absence de la liberté d’expression dans leur pays d’origine.

6En se focalisant essentiellement sur les cadeaux et les devises (remises monétaires et investissements) des Vietnamiens vivant en Occident, cet article analyse comment l’État-parti vietnamien s’immisce dans les réseaux interpersonnels et les logiques sociales complexes constituant le don diasporique en lui donnant une dimension politique. Cette stratégie repose en partie sur la diffusion d’un discours d’union nationale structuré autour de la notion du quê hương (pays/village natal) exaltant l’attachement et la solidarité des Việt Kiều à leur pays d’origine. Ce faisant, non seulement l’État instrumentalise les pratiques de solidarité mais aussi les façonne. L’analyse des rouages de ce discours révèle comment la RSV interprète, présente et met à profit le don diasporique. En outre, elle permet d’envisager dans une perspective élargie le contexte au sein duquel les transferts se déroulent et prennent sens.

7À la suite de cette description, cet article expose l’évolution de la nature du don et les effets qu’il peut avoir auprès de ses récipiendaires (niveau de vie, imaginaire et mobilité). Parallèlement, il étudie l’évolution des politiques de l’État-parti visant à l’encadrer et à l’orienter. La décennie d’après-guerre (1975-1986) a constitué une période d’adaptation durant laquelle l’État-parti optait pour une politique de compromis alliant opportunisme et rigueur idéologique. Puis, à compter de la politique du Renouveau (Đổi Mới, 1986), la RSV a mené une politique pragmatique donnant lieu à la réforme de ses institutions et de son corpus juridique. Au milieu des années 1990, l’intégration du Vietnam à la globalisation et son rapprochement avec la diaspora ont contribué à libéraliser les dons transitant désormais par une multitude de flux. Afin de s’inscrire autant que possible au sein de ces circuits financiers, la RSV a mis en place des réseaux transnationaux reliant le Vietnam et sa diaspora. Par exemple, comme nous le verrons en dernière partie de cet article, des associations mobilisant les proches des Vietnamiens de l’étranger furent fondées sur le territoire national. En créant du lien social, ces structures constituent un moyen pour les autorités d’interférer sur le devenir du don.

  • 4 Créée à Hanoï en 1959, sous le nom de Comité central des Việt Kiều, cette structure était placée di (...)

8Cette contribution s’appuie sur des matériaux issus d’une recherche doctorale (Vigne 2017). Elle a recours à un corpus juridique et à une documentation étatique en lien avec la diaspora, notamment la revue Quê Hương publiée depuis 1994 par le Comité d’État des Vietnamiens de l’étranger4. Cet article exploite également la presse nationale vietnamienne, des études vietnamiennes en sciences humaines et des entretiens menés au Vietnam en 2010 auprès de responsables des associations des proches des Vietnamiens de l’étranger.

Aux origines du discours d’union nationale : le quê hương

9Depuis les années 1990, le Vietnam bénéficie davantage du soutien de sa diaspora. Cela se manifeste par des transferts de compétences, des transferts de devises, des œuvres humanitaires ou encore par des actions politiques en faveur du régime. Instrumentalisées par le Parti communiste vietnamien (PCV), ces contributions nourrissent et légitiment le discours d’union national adressé aux Vietnamiens de l’étranger. Par exemple, en janvier 2020, l’organe officiel du PCV, la Revue communiste (Tạp Chí Cộng sản), publiait un article en ligne relatant une interview du vice-président du Comité d’État des Vietnamiens de l’étranger (CEVE), Lương Thanh Nghị, dans lequel il exposait les contributions les plus notables des Vietnamiens de l’étranger au cours de l’année 2019 (Khanh Linh 2020b).

  • 5 Pouvant se traduire par « compatriotes de l’étranger », le terme Kiều Bào rappelle l’expression đồn (...)

10Le vice-président évoquait les dons en espèces (1,3 milliard de đồng) et en cadeaux attribués aux militaires vietnamiens présents sur les îles Spratleys. Revendiqués par le Vietnam et la Chine, ces territoires sont à l’origine de vives tensions entre Hanoï et Pékin. Ainsi, ces dons, visant à soutenir les revendications territoriales de la RSV, s’inscrivaient dans une perspective patriotique. Lương Thanh Nghị mettait aussi en avant le concours d’experts Việt Kiều dans le développement des sciences et des technologies. Au niveau économique, il mentionnait les principaux investissements réalisés par la diaspora ainsi que le montant exceptionnel des devises. L’interview du vice-président du CEVE était précédée d’un court texte suggérant que ces contributions étaient l’expression du patriotisme des Vietnamiens de l’étranger. Cette introduction rappelait notamment que les « Kiều Bào5 aiment ardemment leur pays natal (quê hương) » et qu’ils « désirent toujours prendre part à la construction et à la défense de la patrie (tổ quốc) ».

11Ce postulat s’applique également aux nombreux retours des Vietnamiens de l’étranger à l’occasion du Tết (nouvel an lunaire vietnamien). Ainsi, ils seraient une preuve de l’attachement des Việt Kiều à la nation. Si cette logique peut s’appliquer aux dons visant à soutenir la politique du PCV, elle ne peut s’étendre aux retours des membres de la diaspora ainsi qu’à la plupart des flux économiques qu’ils génèrent car ceux-ci répondent plutôt à des finalités familiales, culturelles ou personnelles. Le gouvernement vietnamien, sans pour autant nier ces finalités, s’efforce de les dissimuler au sein de son discours d’union nationale. Ce dernier est largement diffusé par les médias officiels consacrant par exemple des articles aux entrepreneurs việt kiều qui ont investi dans leur pays d’origine (Hà Thanh 2011 ; Hiếu Thiện 2002). Il est aussi relayé par l’historiographie officielle et notamment par l’imposant ouvrage Kiều Bào và quê hương (Nhiều Tác già 2006). Publié en 2006, ce livre s’efforce de démontrer, à travers un schéma de cohérence et de continuité, que le Vietnam et les Việt Kiều ont toujours entretenu des liens basés sur une solidarité patriotique.

12Dénué d’idéologie politique explicite et exaltant des repères culturels communs à tous les Vietnamiens, le message d’union nationale est aussi colporté au sein de la diaspora via une sphère médiatique (télévision, radio, revue, Internet), le canal diplomatique, et est relayé par la rumeur et les discussions informelles (Vigne 2012 : 26). Il joue clairement sur la nostalgie du pays d’origine et vise, en faisant appel aux émotions, à stimuler l’amour de la patrie. Outre le fait d’encourager et de capter les contributions des Vietnamiens de l’étranger, ce nationalisme à distance ambitionne de marginaliser les organisations dissidentes de la diaspora.

13La pierre angulaire du discours d’union nationale se trouve dans la notion du quê hương. Ce terme, qui se traduit par « pays natal » ou « village d’origine », évoque le sentiment d’appartenance familiale, lignager et identitaire liant culturellement et sentimentalement chaque Vietnamien à son lieu d’origine et à ses ancêtres. Lors de la Révolution, l’attachement au village, et par extension la fidélité au souverain, était assimilé à l’idée de nation pour donner naissance au patriotisme (Tréglodé 2001 : 46). Au moment de l’indépendance (septembre 1945), les Vietnamiens étaient censés prêter fidélité, non seulement à leur famille et à leurs ancêtres mais aussi au nouvel État vietnamien, la République démocratique du Vietnam (RDV). Le « pays natal » (quê hương) associé au départ au village d’origine était donc, dans le cadre de la stratégie de l’État, assimilé à la nation (Hardy 2008 :105).

14Malgré leur éloignement, le président Hồ Chí Minh considérait que les Việt Kiều étaient toujours attachés à leur quê hương et donc à la nouvelle nation vietnamienne. À l’époque, et encore aujourd’hui, il était en effet parfaitement admis de quitter son pays natal pour de bonnes raisons (séjour d’étude ou de travail) surtout si le départ profitait à ceux qui restaient. Ainsi, le quê hương n’est pas obligatoirement un espace physique mais avant tout un espace de référence dans lequel les Vietnamiens trouvent des repères identitaires et cherchent de la reconnaissance (Tessier 2002 : 122-123). Dans le cas d’un éloignement, les personnes qui lui sont affiliées ont toutefois le devoir de se plier à des exigences religieuses (culte des ancêtres), sociales (fêtes du village) et familiales (aide économique). Ce sont ces marques de fidélité et de solidarité qui sont actualisées et signifiées à travers la remise de dons. Réinvesties par le pouvoir politique, elles sous-entendent que les Vietnamiens, y compris ceux vivant à l’étranger, ont le devoir de soutenir leur « pays natal », autrement dit, la nation.

15C’est en usant de cette construction que la RDV parvenait à mobiliser la majorité des Việt Kiều au cours la guerre d’Indochine (1946-1954) et du Vietnam (1955-1975). Leurs contributions s’exprimaient par des transferts d’argent, de matériel, de médicaments et surtout par des actions de propagande et d’agitation politique. Elles émanaient la plupart du temps d’associations dites « patriotiques » fondées par des Vietnamiens exilés en Europe, au Japon et dans une moindre mesure en Amérique du Nord (Vigne 2018). La RDV invitait aussi les intellectuels en exil à regagner leur quê hương pour qu’ils mettent leurs compétences au service de la nation.

16Après 1975, le message d’union nationale fut mis entre parenthèses. L’exode consécutif à la victoire nord-vietnamienne avait donné un tout nouveau visage à la communauté outre-mer s’affirmant comme un haut lieu d’opposition au pouvoir communiste. Les anciens dignitaires du régime de Saïgon s’étaient rapidement rassemblés au sein d’organisations militaires espérant reprendre le Sud Vietnam. Hautement préoccupés par ces agissements et confrontés à un contexte géopolitique tendu (intervention du Vietnam au Cambodge et conflit avec la Chine), les dirigeants du PCV faisaient le choix de rompre les ponts avec les Việt Kiều. Il fallut attendre 1986, et l’amorce d’une politique d’ouverture, pour que le discours d’union nationale soit réactivé.

Le don diasporique lors de l’époque collectiviste (1976-1986)

17Bien qu’elle ait commencé dans le Nord Vietnam avant 1975, la période dite de « l’économie de subvention » (thời Bao Cấp) est généralement datée de 1976 à 1986. Au cours de ces dix années, les secteurs privés de l’économie furent supprimés et le Parti et l’État menèrent une politique de planification économique à laquelle les entreprises et les usines devaient se soumettre. Cette politique, dont les objectifs étaient trop ambitieux au vu de la situation d’après-guerre, fut un échec. Affaibli de surcroît par l’embargo américain, le pays connaissait de graves pénuries et sa population ne subsistait que par l’intermédiaire des mesures de rationnement. Dans ce contexte, l’aide apportée par les Vietnamiens de l’étranger, et notamment par ceux vivant en Occident, joua un rôle déterminant pour de nombreuses familles. Au cours de cette période, la RSV semblait peu encline à mener une politique pragmatique vis-à-vis du don diasporique. Elle s’adaptait à une situation nouvelle et tentait, en fonction de critères idéologiques et de sureté nationale, de le contrôler autant que possible. Le don diasporique avait alors des répercussions importantes sur l’économie ainsi que sur les imaginaires de la population. Cela était surtout le cas dans le sud du pays d’où sont originaires la majorité des Việt Kiều.

18En dépit des réticences de la RSV à son encontre, la diaspora, alors composée de plus d’un million de personnes, prenait part au projet économique du Vietnam. Tournés vers la terre de leurs ancêtres où ils avaient des attaches familiales, sentimentales et culturelles, les Việt Kiều soutenaient, au nom de la solidarité lignagère, leur famille. L’arrivée massive de colis en était une preuve éloquente. Voués à subvenir aux besoins essentiels des familles, ils contenaient la plupart du temps des produits de première nécessité (habits, savon, nourriture et médicaments). D’autres envoyaient également des biens destinés à améliorer le quotidien tels que des appareils électroménagers ou des produits culturels. L’afflux de colis rendait nerveuses les autorités vietnamiennes affirmant qu’ils cachaient en réalité les « poisons culturels » des « réactionnaires américano-fantoches » tels que des livres et des cassettes-audio anticommunistes ou des films pornographiques (Vu Dao 1981 : 15).

  • 6 Quyết Định số 151 – HĐBT ngày 31-08-1982 của Đồng Bộ Trưởng về việc các gia đình có thân nhân định (...)
  • 7 Thông tư của ngân hàng nhà nước số 34-NH//TT ngày 10 tháng 2 năm 1983 hướng dẫn thi hành quyết định (...)

19Le don en espèce posait également un problème d’ordre idéologique. Le PCV ne pouvait accepter l’arrivée de flux financiers générés par des sociétés capitalistes au sein d’une économie régie par des principes socialistes. La RSV se vit néanmoins dans l’obligation de légiférer. Ainsi, le 31 août 1982, le Conseil des ministres promulguait la décision n° 151- HĐBT6 indiquant que toutes les familles ayant des proches à l’étranger étaient autorisées à recevoir de l’argent et des biens, à l’exception des personnes accusées ou condamnées pour des activités contre-révolutionnaires. Le 10 février 1983, une circulaire de la Banque d’État7, destinée à aider à sa mise en œuvre précisait que l’autorisation des transferts d’argent avait pour objectif : « de contribuer à la construction de la nation ; de contribuer au capital de l’État ou de celui des organisations d’activités de production selon les politiques et les lois de l’État ; d’aider les familles bénéficiaires des devises à avoir un niveau de vie normal ». Apparaissait donc une volonté de capter et de contrôler le don diasporique. Mais les démarches administratives imposées aux bénéficiaires étaient très contraignantes.

  • 8 Thông tư liên bộ liên tịch số 9-TTLB/NGT/NH của Bộ ngoại thương và Ngân hàng Nhà nước, Ngày 31-1-19 (...)

20La circulaire interministérielle du ministère du Commerce extérieur et de la Banque d’État8 datée du mois de janvier 1983 et adressée aux familles ayant des proches à l’étranger en témoigne. Elle mentionnait que les Vietnamiens désireux de retirer de l’argent ou un colis étaient priés de se rendre au Comité populaire afin d’obtenir une autorisation. Ils devaient pour cela présenter leur hộ tịch (livret de famille contenant les origines sociopolitiques d’un individu) et renseigner les autorités sur l’identité de la personne qui envoyait de l’argent ou des biens.

21Cette démarche prenait officiellement 15 jours pour les grandes villes et 30 jours pour les autres localités. Munis de leur autorisation, les destinataires allaient ensuite dans les banques où ils payaient une taxe de 10 đồng pour retirer leur argent et dans les postes où ils payaient une taxe de 50 đồng pour réceptionner leur colis. Dans le premier cas, ils renseignaient au préalable les autorités sur la somme reçue et sur son utilisation. Enfin, l’argent était obligatoirement converti en monnaie nationale. Le taux de change était tel qu’il faisait perdre aux récipiendaires la moitié ou même 70 % de la valeur de leur argent (Đặng Phong 2000a : 199). Effectuées dans le climat délétère d’après-guerre, ces démarches administratives nécessitaient probablement le versement de pots-de-vin. Les Việt Kiều se détournaient donc autant que possible des circuits officiels instaurés par la RSV.

22Malgré l’environnement défavorable décrit ci-dessus, les Vietnamiens de l’étranger jouaient un rôle économique important. Đặng Phong estimait qu’entre 1976 et 1986, leurs contributions (en biens et en argent) s’élevaient à au moins un milliard de dollars. Cet économiste soulignait qu’au cours de cette même période l’aide internationale accordée au Vietnam s’élevait en moyenne à seulement 4 à 600 millions de dollars (Đặng Phong 2000b : 30). Moins important que les contributions de la diaspora, ce montant avait toutefois l’avantage de bénéficier directement à l’État. Il était réinjecté dans le budget, et ensuite dans le commerce pour être redistribué aux entreprises et investi dans la construction d’infrastructures et de projets publics.

23En revanche, le don diasporique échappait au contrôle de la RSV. Les familles recevant des biens les vendaient et dépensaient ensuite l’argent obtenu dans le commerce. Celles qui étaient récipiendaires de devises les convertissaient (souvent au marché noir pour un taux plus avantageux) et les dépensaient également en faisant des achats. Ainsi, ces flux économiques entraînaient l’apparition d’un marché libre (free market) (Đặng Phong 2000a : 198) à Hô-Chi-Minh-Ville alors officiellement soumise à une économie collectiviste. Par conséquent, les dons diasporiques participaient à modifier l’essence même de l’économie et à la résurgence, toutes proportions gardées, de la frénésie capitaliste de la feue Saigon.

24Outre l’économie sud-vietnamienne, et plus particulièrement celle de Hô-Chi-Minh-Ville, les dons des Vietnamiens de l’étranger influençaient également les perceptions et les imaginaires des Vietnamiens restés au pays. L’idée selon laquelle les Việt Kiều étaient des privilégiés dans la mesure où ils vivaient dans « l’opulence » des pays capitalistes était largement répandue. Les cadeaux et l’argent qu’ils envoyaient leur octroyaient un statut supérieur lié à la richesse. Dès lors, leurs proches imaginaient qu’ils pouvaient subvenir facilement à leurs besoins même si cela était loin d’être le cas. Mais, confrontées à la pauvreté ainsi qu’à la pénurie et coupées du monde extérieur, les familles sollicitaient parfois à outrance l’aide de leurs proches en Occident. Au nom de la solidarité familiale, les demandes se multipliaient ; argent pour financer un séjour à l’hôpital, des études, la construction d’une maison, la rénovation d’un temple pour honorer les ancêtres, etc. Cette situation menait dans certains cas à de vives tensions au sein des familles (Đặng Phong 2000a : 91 ; Small 2018 : 60).

25Enviés et jalousés pour leur soi-disant « belle vie », les Việt Kiều nourrissaient cependant des rêves d’ailleurs. De nombreux Vietnamiens voulaient à leur tour gagner l’Eldorado occidental et bénéficier de ces mêmes richesses. En considération de l’aide du HCR et de la politique d’accueil des pays occidentaux, l’éventualité d’un départ ne tenait pas du domaine de l’impossible. Ainsi, dans le contexte du marasme économique qui frappa le Vietnam au début des années 1980, les imaginaires véhiculés par le don diasporique donnaient une dimension supplémentaire à l’exode consécutif à la prise de pouvoir communiste. Ce n’est qu’à l’orée des années 1990 que les préjugés liés à la richesse des Vietnamiens de l’étranger et l’image fantasmée de l’Occident commencèrent à s’estomper.

L’émergence d’une vision pragmatique (1986-1990)

26Fin 1986, l’échec de la politique économique vietnamienne étant patent, la mise en œuvre de réformes pragmatiques devenait urgente. Ce constat facilitait l’arrivée au pouvoir de la frange rénovatrice du PCV. Ainsi, moins de deux ans après la perestroïka en URSS, la RSV officialisait le Đổi Mới (Renouveau) à l’occasion du VIe congrès du PCV en décembre 1986. Ce changement de cap incluait une vision nouvelle des relations internationales et de la place du Vietnam dans le monde (Đỗ 2009 :180-181). Ce fut dans ce contexte que le PCV renouvela sa politique envers la diaspora. Lors du VIe congrès, les médias et des hommes politiques de haut rang, tels que Nguyễn Văn Linh (secrétaire général du PCV) et Võ Văn Kiệt (président du Conseil des ministres), déclaraient que les Vietnamiens de l’étranger représentaient une force pour le développement du pays. Peu après, la RSV s’employait à moderniser ses institutions et son corpus juridique pour encourager la participation économique de la diaspora.

Le discours de Hoàng Bích Sơn sur la communauté vietnamienne de l’étranger

  • 9 « Cộng đồng người Việt Nam ở nước ngoài là một phần của dân tộc Việt Nam, Trích tham luận của đồng (...)

27En tant que président du Comité central des Việt Kiều (CCVK) membre du Comité central du PCV et responsable de la section des affaires étrangères, Hoàng Bích Sơn était chargé de communiquer sur les nouvelles orientations politiques du parti et de l’État concernant les Vietnamiens de l’étranger, ce qu’il fit à l’occasion d’un discours prononcé à Hanoï en décembre 19869. En préambule à son allocution, Hoàng Bích Sơn insistait sur l’attachement viscéral des Vietnamiens de l’étranger à leur quê hương et réactivait ainsi les rouages du discours d’union nationale. D’ailleurs, il précisait que, en dehors d’une petite partie de « réactionnaires » s’opposant à la patrie, les Việt Kiều « aiment ardemment le pays ». Fort de ce constat, le président du CCVK insistait sur le rôle clé qu’ils pouvaient jouer dans le développement de leur pays d’origine.

28Il estimait qu’environ 300 000 intellectuels d’origine vietnamienne avaient un emploi dans un pays capitaliste et que parmi eux, certains étaient hautement qualifiés ou occupaient des postes importants dans les entreprises commerciales et industrielles ainsi que dans les centres de recherche scientifique. Au niveau économique, Hoàng Bích Sơn mentionnait que les Vietnamiens de l’étranger ne détenaient pas encore de gros capitaux ou de grandes entreprises. Mais il précisait que leur potentiel était tout de même digne de considération et devait être mis en valeur grâce à une politique clairvoyante :

  • 10 Ibid.

De 1980 à aujourd’hui, les Việt Kiều résidant dans les pays capitalistes ont envoyé chaque année de l’argent et des biens à leurs proches dont la valeur équivaut à plus de cent millions de dollars américains ; de plus, d’autres centaines de millions de dollars américains transitent par des réseaux illégaux qui sont incontrôlables par notre gouvernement. Si une politique appropriée est mise en place, cette importante source de devises et de biens de production et d’équipement pourra, comme dans beaucoup d’autres pays, contribuer à une part non négligeable du développement économique10.

29Hoàng Bích Sơn faisait donc montre de l’intérêt pragmatique du gouvernement pour les ressources financières de la diaspora se chiffrant à plusieurs centaines de millions de dollars. Ces paroles n’auraient pu être prononcées quelques années plus tôt dans un contexte marqué par la rigueur idéologique d’une économie socialiste. Conscient du manque à gagner occasionné par les politiques précédentes, le PCV prévoyait des réformes structurelles permettant de capter les flux financiers de la diaspora.

30Comme le laisse entendre la dernière phrase de cette citation, le PCV s’inspirait de pays étrangers bénéficiant des devises de leurs expatriés. On peut alors penser à l’exemple de la Chine. En effet, à la fin des années 1970, sous la houlette de Deng Xiaoping, Pékin avait entrepris un rapprochement avec sa diaspora. Cette politique se traduisit par l’application d’exonérations fiscales et de taux de changes favorables sur les sommes envoyées par les Chinois d’outre-mer à leurs familles. Les investissements de « prestige » (construction d’infrastructures, d’écoles, d’hôpitaux, etc.) étaient encouragés et bénéficiaient de la reconnaissance officielle des autorités chinoises (Guerassimoff 2010 : 72).

La réforme des institutions et du cadre juridique

  • 11 Quyết định số 126/CT của Chủ tịch Hội đồng Bộ trưởng : Quyết định về việc sửa đổi, bổ sung chế độ n (...)
  • 12 Thông tư của chú tich Hội đồng Bộ trương số 128-CT ngày 10-4-1987 hướng dẫn thực hiện Quyết định số (...)

31Grand artisan de la politique du Đổi Mới, le Premier ministre Võ Văn Kiệt s’efforça d’abolir les contraintes régissant l’envoi de biens et d’argent en provenance de la communauté outre-mer. Le 10 avril 1987, il promulguait la décision 126-CT11 et la circulaire 128-CT12 modifiant la réglementation concernant l’envoi de colis et d’argent. Grâce à ces mesures, les familles bénéficiaires de remises monétaires pouvaient désormais ouvrir un compte bancaire en monnaie étrangère et recevoir des devises internationales d’un montant illimité. En outre, elles avaient la possibilité d’utiliser ces devises pour leurs achats au Vietnam et de les transférer à l’étranger. La nouvelle réglementation stipulait également que le taux de change de ces envois d’argent devait être régulé en fonction de la situation réelle du marché. Autre fait notable : certaines restrictions liées à l’envoi de biens matériels furent supprimées. Il était dorénavant possible pour un proche d’un Vietnamien de l’étranger de recevoir un nombre illimité de colis et ce, quelle que soit la valeur de ceux-ci à partir du moment où ils étaient autorisés par les services douaniers.

  • 13 Thông tư của Tổng cục hải quan số 517-TCHQ/PC ngày 17-4-1987 hướng dẫn thi hành Quyết định số 126/C (...)
  • 14 Consulter pour plus de détails (Pribbenow 2004 = le lien n’est plus valable).

32Ces nouvelles dispositions présageaient la libéralisation des flux économiques en général et de dons en particulier entre les Vietnamiens de l’étranger et leurs familles au Vietnam. Mais, seulement sept jours après leur promulgation, la Direction générale des douanes édicta à son tour une circulaire, la 517-TCHQ/PC13, faisant obstacle à la réalisation des objectifs de la décision 126-CT et de la circulaire 128-CT. Force était de constater que si au sommet de l’État et du parti les responsables voulaient simplifier les procédures, cela n’était pas le cas de certaines institutions et de certains cadres conservateurs. On peut alors se demander quelles étaient les motivations du Directeur général des douanes, Nguyễn Tài, auteur de la circulaire 517-TCHQ/PC ? Celui-ci occupait, sous la République démocratique du Vietnam (1945-1975), des hautes fonctions en lien avec la sûreté nationale et le contre-espionnage14. Capturé en 1970 lors d’une mission dans le Sud-Vietnam, il devint le plus haut gradé nord-vietnamien tombé aux mains de la CIA et subit durant cinq années toute sorte de tortures physiques et psychologiques. Ainsi, au regard de cette expérience, Nguyễn Tài cultivait probablement encore de la défiance et de la rancœur envers les anticommunistes vietnamiens exilés en Occident. On peut également supposer que son poste, particulièrement propice à la corruption, lui permettait de s’enrichir. Les modifications juridiques entreprises par Võ Văn Kiệt avaient peut-être compromis ses privilèges. Quoi qu’il en soit, et grâce à ses faits d’armes, Nguyễn Tài jouissait d’un important prestige qui lui permit de freiner un temps l’élan des réformateurs.

  • 15 Chỉ Thị của Chủ tịch Hội Đồng Bộ Trưởng Số 292/CT Ngày 10-10-1987 về việc thực hiện Quyết Định Số (...)

33Toutefois, six mois plus tard, Võ Văn Kiệt reprenait l’initiative et réaffirmait la politique d’ouverture du PCV. Le 10 octobre 1987, il promulguait la directive n° 292-CT15 dénonçant les faiblesses et la non-application rigoureuse de la réglementation sur l’envoi d’argent et de colis des Việt Kiều à leurs proches. Võ Văn Kiệt mettait particulièrement en cause l’indiscipline des banques qui ne s’étaient pas conformées à la politique d’échanges de devises en fonction du taux de change du marché, une situation qui faisait que les Việt Kiều préféraient encore l’envoi des colis à l’envoi d’argent. Ainsi, Võ Văn Kiệt devait aussi composer avec des institutions (banques et douanes) n’ayant pas encore la capacité de s’adapter aux exigences de la nouvelle politique économique.

  • 16 Quyết định số 312 CT ngày 05 tháng 11 năm 1987 của Chủ Tịch Hội Đồng Bộ Trưởng về mức miễn thuế đối (...)
  • 17 Quyết Định của Chủ Tịch Hội Đồng Bộ Trưởng về việc ban hành tỷ giá phi mậu dịch đối với đồng Rúp Xô (...)

34Malgré des nombreux obstacles, le président du Conseil des ministres poursuivit sa réforme et signa, le 5 novembre 1987, la décision 312 CT16 concernant l’exemption d’impôt sur les produits (non commerciaux) apportés par les Việt Kiều lors d’un retour pour visite familiale. Le 30 novembre 1987, il promulguait la Décision n° 326-CT fixant de manière officielle le taux de change du rouble soviétique et du dollar américain17. Toutefois, la politique de réforme de Võ Văn Kiệt ne fut effective que trois ans plus tard, après que son successeur, Đỗ Mười avait mené avec succès une série de réformes radicales concernant la politique des prix, l’unification et la libéralisation du taux de change et la réorganisation du système bancaire (Paquet 2004 : 199-200). Ce fut seulement après ces évolutions qu’une partie plus importante des flux financiers en provenance de la communauté de l’étranger commença à emprunter des circuits contrôlés par les autorités vietnamiennes.

  • 18 Quyết định của Thủ tướng Chính phủ số 170/1999/QĐ-TTg về việc khuyến khích người Việt Nam ở nước ng (...)

35En 1990, la banque d’État vietnamienne était en mesure de fournir ses premières statistiques concernant l’argent envoyé par les Vietnamiens de l’étranger. Le montant s’élevait à 23 millions de dollars en 1990, à 35 millions de dollars en 1991 et on notait une forte hausse en 1992, avec un montant de 137 millions de dollars (Ủy ban về người Việt Nam ở nước ngoài 2005 : 99). Les années suivantes, les instituts bancaires émettant de la monnaie étrangère se multiplièrent et le gouvernement s’activa à favoriser encore le flux de devises. En 1999, la décision du Premier ministre Phan Văn Khải n° 170/1999/QĐ-TTg exonérait d’impôt les sommes reçues depuis l’étranger18. Additionnées à la généralisation des retours temporaires des Vietnamiens de la diaspora, ces mesures participaient à la libéralisation du don diasporique.

36Les objectifs fixés lors du VIe congrès du PCV étaient donc atteints. Les réformes entreprises par Võ Văn Kiệt et ses successeurs avaient transformé et adapté le don aux exigences de l’État. Non seulement l’envoi d’argent prenait le pas sur l’envoi de colis, mais ces flux transitaient désormais davantage par l’intermédiaire des institutions étatiques. Ainsi, les politiques de la RSV n’avaient pas uniquement l’ambition de favoriser les liens et échanges entre les Vietnamiens de l’intérieur et de l’extérieur. Elles témoignaient aussi de la volonté de l’État de capter les dons pour qu’ils soient réinjectés dans l’économie nationale et mis au service du développement du pays.

La libéralisation du don diasporique

37La décennie 1990 vit le Vietnam concrétiser sa politique d’ouverture politique et économique. Le pays normalisait ses relations avec les pays non communistes et adhérait à plusieurs organisations internationales (Organisation mondiale du commerce [OMC], Association des nations de l'Asie du Sud-Est [ASEAN], Coopération économique pour l’Asie-Pacifique [APEC], etc.). Compte tenu de ce nouveau contexte, la défiance d’une partie de la diaspora baissait en intensité. Le dialogue diplomatique entre Hanoï et Washington participa à redorer l’image de la RSV auprès de nombreux Vietnamiens vivant aux États-Unis. Ainsi, et à la suite de l’allégement des démarches pour l’obtention d’un visa, les visites des Việt Kiều dans leur pays d’origine se généralisèrent. Cela participa à la libéralisation du don diasporique se pratiquant désormais dans un environnement économique mondialisé. Par conséquent, ses utilisations, les circuits par lesquels il transitait et les imaginaires qu’il véhiculait évoluèrent. Tout en accélérant son rapprochement avec la diaspora, la RSV s’efforçait de déployer des réseaux transnationaux visant à capter et à orienter le don.

  • 19 Quy chế tạm thời của liên ngành tổng cục du lịch, Bộ nội vụ, Bộ ngoại giao –Ban Việt Kiều Trung ươn (...)
  • 20 Quyết Định của Thủ Tướng Chính Phủ số 210/1999/QĐ-TTg 27/10/1999 về một số chính sách đối với người (...)
  • 21 Quyết định của Thủ tướng Chính phủ số 135/2007/QĐ-TTg ban hành Quy chế về miễn thị thực cho người (...)

38Entre 1975 et 1986, les conditions pour obtenir un visa d’entrée au Vietnam étaient très strictes. Les personnes ayant quitté le pays à la suite de la prise du pouvoir du régime communiste n’étaient pas autorisées à y revenir. En 1987, après les signaux d’ouverture adressés à la diaspora, le gouvernement de la RSV promulguait une nouvelle réglementation concernant les retours pour un séjour touristique et/ou pour une visite familiale19. Les retours augmentèrent considérablement mais certaines contraintes administratives persistaient. Ce ne fut qu’en 1999 que les Vietnamiens de l’étranger et titulaires de la nationalité vietnamienne furent exemptés de visa pour entrer ou sortir du pays20. En 2007, sur une décision du Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng, l’exemption de visa s’étendit à tous les Việt Kiều21. Le certificat d’exemption était valable cinq ans et permettait aux Việt Kiều titulaires d’un passeport étranger d’entrer plusieurs fois au Vietnam. En 2009, à la suite de la tolérance de la double nationalité, les Vietnamiens de l’étranger avaient désormais la possibilité d’acquérir un passeport vietnamien et de s’acquitter de toutes les démarches administratives.

39Les nombreux retours lors du Tết furent l’occasion pour les Vietnamiens de l’étranger d’exprimer leur générosité, de remplir leurs obligations et de maintenir les liens affectifs (tình cảm) avec leur famille. Les remises monétaires en cette période de festivités, distribuées en liquide dans une enveloppe de couleur rouge (lì xì) sont estimées autour de 200 à 300 dollars par an (Small 2018 : 58). Ces sommes, offertes en priorité aux enfants et aux personnes âgées, mais aussi à l’ensemble des proches, apportent de la chance pour la nouvelle année. En pratique, elles sont généralement utilisées à des fins de divertissement (banquet, restaurant, etc.), d’achats de biens de consommation courante (smartphone, moto, etc.), mais peuvent aussi améliorer le quotidien difficile de certaines familles.

40L’aide financière intervient aussi lorsque des proches doivent se faire hospitaliser ou assumer les dépenses occasionnées par les cérémonies du cycle de la vie : naissances, mariages, inauguration d’une nouvelle maison, fête de longévité, funérailles, commémoration du décès d’un ancêtre, etc. Quant aux dons destinés à la communauté (village et lignage), ils participent souvent à la construction ou à la restauration de divers lieux de cultes (pagodes, temples et tombeaux des ancêtres, temple dédié à des divinités locales, mais aussi églises ou autres) ou à celle de « maisons communales » (đình).

41Un séjour au Vietnam offrait l’opportunité aux Việt Kiều de prospecter pour investir dans une affaire familiale ou dans un projet personnel. En 2006, 1 465 projets d’une valeur de 380 millions de dollars furent enregistrés principalement dans les secteurs de l’industrie, des services et de l’agriculture, de la sylviculture et de la pisciculture (Vigne 2012 : 74-75). Les investissements les plus spectaculaires furent entrepris dans des projets touristiques parmi lesquels on peut citer, par exemple, l’immense complexe Vinh Pearl, situé sur l’île de Hòn Tre au large de la ville de Nha Trang (Peyvel & Vigne 2010 : 109). Fondé en 2006 par des Việt Kiều ukrainiens, il constituait un symbole de la participation économique de la diaspora. Il était à ce titre encensé par la presse nationale et présenté comme une démonstration du patriotisme des Vietnamiens de l’étranger.

42En dehors de ce genre de projet colossal, des investissements familiaux furent réalisés à plus petite échelle. Par exemple, grâce aux 2 milliards de đồng octroyés par ses proches résidant à Toronto, Madame Tran, alors âgée de 36 ans, ouvrait en 1994 un hôtel dans la ville balnéaire de Vũng Tàu (Propos recueillis par Emmanuelle Peyvel, ibid. : 110). À la suite d’une visite familiale à Hô-Chi-Minh-Ville, couplée avec un séjour touristique à Đà Lạt et Vũng Tàu, son père et ses frères décidèrent de l’aiguiller dans ce projet. Ayant pris conscience des nouvelles perspectives économiques dans le domaine touristique, ils furent de très bon conseil. Les bénéfices dégagés par les 14 chambres de l’hôtel de Madame Tran permirent à son mari de se lancer dans l’exportation de noix de cajou et de diversifier les revenus familiaux. Cet argent servit également à financer les études de leur fils dans une université canadienne.

43Dans certains cas, les dons diasporiques, ou les revenus qu’ils généraient, furent investis dans des stratégies de mobilité. Ils servaient, comme exposé ci-dessus, à financer un séjour d’étude à l’étranger mais aussi une formation linguistique ou l’apprentissage d’un métier en vue d’un départ. Le don diasporique, et notamment celui en provenance des États-Unis, aiguise parfois les ambitions de ses bénéficiaires. Voulant devenir indépendants, et également pourvoyeurs de dons pour leur famille, ces derniers espèrent eux aussi rejoindre les États-Unis où il est à leurs yeux plus facile de réussir (Small 2018 : 69-70). Néanmoins, le don diasporique n’influençait pas le phénomène migratoire autant qu’il l’avait fait au début des années 1980, d’autant plus qu’un visa pour l’Occident et plus particulièrement pour les États-Unis était difficile à obtenir.

44En 2008, les Việt Kiều (principalement des États-Unis, du Canada, d’Australie et de France) envoyèrent 7,2 milliards de dollars à leurs proches au Vietnam. Cela plaçait le pays au deuxième rang, après les Philippines, des pays bénéficiaires de transferts financiers en Asie du Sud-Est. Après une légère baisse en 2009 due à la crise économique mondiale, le montant record de 8 milliards fut atteint en 2010. Ce chiffre augmenta encore les années suivantes et les devises des Việt Kiều participaient en moyenne à 7 % du PIB national (Chan Hồ 2018).

45Les devises des Việt Kiều, comptabilisant les transactions bancaires et les transferts via des agences spécialisées, ne sont toutefois pas significatives de la valeur réelle du don diasporique. Tout d’abord, elles ne prennent pas en compte les biens et les colis. Ensuite, le pourcentage de la population vietnamienne possédant un compte étant encore relativement faible (34 % en 2016), les Vietnamiens de l’étranger ont davantage recours à des messagers personnels (un membre ou un ami de la famille) qui transmettent l’argent (ou un cadeau) en main propre (Small 2018 : 161). Cela leur permet également d’éviter le paiement de taxes. Bien que difficilement calculables, ces transferts informels participent à une augmentation du pouvoir d’achat et à dynamiser l’économie vietnamienne.

46Face à la multiplication des flux économiques générés par la diaspora, la RVN ne se contente pas de réformes structurelles et de la diffusion d’un discours d’union nationale. Elle crée des réseaux transnationaux reliant la diaspora et le Vietnam afin de dynamiser et d’encadrer autant que possible ces flux. Citons entre autres les antennes de l’association des entrepreneurs Việt Kiều (Hiệp Hội Doanh nhân Việt Kiều) implantées principalement en Europe de l’Est mais également en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord (Vigne 2012 :83). Fondée à Hanoï en 2009, cette association est sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et collabore avec le CEVE ainsi qu’avec la Chambre du commerce et de l’industrie. Son objectif est de drainer les capitaux et le savoir-faire économique des Việt Kiều tout en les utilisant pour élargir les circuits de consommation des produits vietnamiens ainsi que la coopération avec les entreprises des pays étrangers.

47Un autre exemple réside dans la multiplication de nouvelles associations pro-gouvernementales. Créées par l’intermédiaire des ambassades vietnamiennes, ces associations (12 en 2011) sont présentes dans d’anciens pays communistes (Pologne, Russie, République tchèque et Allemagne de l’Est), dans des pays où le Vietnam a récemment exporté de la main-d’œuvre (Corée du Sud, Qatar, Angola et Taïwan) et également en Europe de l’Ouest (Norvège, Finlande, Suède et Suisse). En dehors de leurs activités culturelles et économiques au sein de la diaspora, ces associations envoient régulièrement de l’argent ou des biens pour soutenir des causes humanitaires et patriotiques (Vigne 2012 : 51).

Les associations des proches des Vietnamiens de l’étranger

48Dès le milieu des années 1980, les autorités vietnamiennes décidèrent de mobiliser les proches des Việt Kiều via des associations. Elles espéraient ainsi s’immiscer au sein de la solidarité économique familiale s’exerçant entre ces personnes et leurs proches à l’étranger. L’objectif affiché était que l’aide économique générée par les Việt Kiều soit à la fois bénéfique pour leur famille et pour l’État [lợi nhà vừa ích nước] (Trần Trọng Đăng Đàn 1997 : 446). Après une première expérience à Nha Trang et à Hải Phòng, ces associations se multiplièrent à la suite des modifications apportées à la Constitution vietnamienne de 1992.

49La nouvelle Constitution vietnamienne indiquait en effet que :

  • 22 Les Constitutions du Viêt Nam [1946-1959-1980-1992], 2003, Éditions Thế Giới, Hà Nội, p. 164. Il s’ (...)

L’État encourage les Vietnamiens résidant à l’étranger à entretenir des relations étroites avec leur famille et leur lieu natal (quê hương), à apporter leur contribution à l’édification de leur lieu natal (quê hương), du pays et, pour ce faire, crée des conditions favorables en leur faveur22.

50En plus de la facilitation de la circulation des dons et des retours, cette politique se concrétisait par la création des associations de liaison avec les Việt Kiều [Hội liên lạc Việt Kiều] – et d’associations des proches des Kiều Bào [Hội thân nhân Kiều Bào] qui, malgré des appellations différentes, exercent les mêmes fonctions. En créant du lien social entre les membres et en véhiculant un discours patriotique, elles permettaient aux autorités d’encadrer et d’orienter les dons et les investissements des Việt Kiều. En 2010, leurs résultats, mitigés, reflétaient les tensions politiques subsistant avec la diaspora. Pionnière des associations, et portée par des Việt Kiều « patriotes » rapatriés avant 1975, l’Association de liaison des Việt Kiều de Hải Phòng faisait toutefois bonne figure.

Créer un mouvement de solidarité par l’intermédiaire des proches des Việt Kiều

51Peu après les modifications apportées à la Constitution, le texte interministériel n° 5/HD-LB édicté conjointement par le Comité du front de la patrie et le Comité central des Việt Kiều, formalisait la fondation des associations des proches (Trần Trọng Đăng Đàn 1997 :449). Celles-ci étaient affiliées au Front de la patrie [Mặt Trận Tổ Quốc], organe englobant les « associations de masse » qui constituent, selon la Constitution vietnamienne, « la base du pouvoir populaire ». Élément important du système politique vietnamien, le Front regroupe 44 organisations, dont le parti communiste. Ces diverses associations sont le moyen de mobiliser, de canaliser et de contrôler la société civile. Le Front de la patrie symbolise la Grande union nationale et représente notamment les femmes, la jeunesse, les personnes âgées, les groupes religieux, les ethnies, les agriculteurs et, depuis les modifications apportées en 2001 à la Constitution de 1992, les Vietnamiens de l’étranger.

52Fondées et encadrées par les comités du Front de la patrie des provinces et des villes, les associations des proches des Việt Kiều ont, outre la mobilisation de leurs membres, les missions suivantes : organiser des actions pour renforcer la solidarité, l’affection mutuelle et l’esprit patriotique des membres et de leurs proches à l’étranger ; diffuser et appliquer les politiques et les lois en rapport avec les Việt Kiều ; et guider les Việt Kiều dans leurs démarches administratives, dans leurs investissements économiques ainsi que dans la réalisation de projets humanitaires ou de développement. La mission principale des associations était donc de faciliter les rapports des Việt Kiều avec leur famille et leur lieu natal afin de les mettre en confiance pour une participation économique.

53En effet, au début des années 1990, les Việt Kiều souffraient encore de nombreux préjugés et rencontraient de nombreux obstacles. Ils se sentaient parfois « oppressés » par les nombreuses sollicitations de leurs proches (Đặng Phong 2000a : 91 ; Small 2018 : 60). Les lourdes démarches administratives ou la corruption participaient également à les décourager dans leur projet. Ainsi, les associations permettaient de sensibiliser les proches à plus de compréhension et à accompagner les Việt Kiều dans leurs diverses procédures. Cet accompagnement permet aux autorités locales d’orienter le soutien matériel aux familles, les investissements ou les dons humanitaires tout en leur donnant une dimension patriotique.

54En 2010, dix-huit associations étaient présentes sur le territoire vietnamien. La concentration la plus importante (douze) se trouvait dans le sud, en particulier au sud de la région de Hô-Chi-Minh-Ville (huit). Sept associations se trouvaient dans le nord dont deux à Hanoï. Un vide demeurait au centre du pays où seule la ville de Đà Nẵng accueillait une association. Ce manquement était le reflet des difficultés rencontrées par le Front de la patrie pour mobiliser les proches. Ainsi, selon des statistiques qualifiées d’« incomplètes » la revue Quê Hương estimait à 41 (sur un total de 60) les provinces où vivaient des familles de Vietnamiens de l’étranger et donc susceptibles d’accueillir des associations (Khánh 2001 : 2-3).

55La situation était encore plus préoccupante une décennie plus tôt et avait amené le président du Front de la patrie, Phạm Thế Duyệt (2001), à signaler les lacunes de la politique de mobilisation à l’occasion d’une conférence à Hải Phòng en juin 2001. Il mettait en cause les comités du Front de la patrie pour leur négligence dans la formation des cadres chargés de la mobilisation et pour leur manque d’initiative dans la fondation ou la consolidation d’associations. Il déplorait également la persistance de préjugés vis-à-vis des Vietnamiens de l’étranger et invitait les comités du Front de la patrie à surmonter les blocages d’ordre politique. Phạm Thế Duyệt suggérait néanmoins de lutter contre « les activités d’un petit nombre d’extrémistes s’opposant au pays » (2001). Ainsi, l’opposition outre-mer et les craintes qu’elle suscitait freinaient l’application des politiques de la RSVN envers la communauté vietnamienne à l’étranger.

L’exemple de l’Association de liaison avec les Việt Kiều de Hải Phòng

  • 23 « 20 năm ngày thành lập Họi liên lạc Việt Kiều Hải Phòng » [20 ans depuis le jour de la fondation d (...)

56Parmi les 18 associations de liaisons, celle de Hải Phòng apparaissait être la plus dynamique et faisait figure d’exemple. Il est à ce titre intéressant d’analyser son parcours et de donner des exemples de ses réalisations. La ville de Hải Phòng comptait de nombreux ressortissants du Mouvement des Việt Kiều patriotes de Thaïlande, de Nouvelle-Calédonie, du Laos et du Cambodge rapatriés au début des années 1960 ainsi que des personnes parties étudier en France dans les années 193023. En 1989, certains d’entre eux fondaient, sous la tutelle du Front de la patrie, l’Association de liaison des Việt Kiều de Hải Phòng (ALVK) rassemblant 40 adhérents.

  • 24 Hội Liên Lạc Việt Kiều Hải Phòng, [Association de liaison des Việt Kiều Hải Phòng] « Ban Chấp hành (...)

57Le premier comité exécutif (1989-1992) se composait de 11 membres : cinq Việt Kiều et six proches de Việt Kiều dont un homme d’affaires, quatre ingénieurs et deux docteurs, tous installés de façon permanente au Vietnam. Le président était un Việt Kiều français et le vice-président permanent un Việt Kiều thaïlandais24. Les années suivantes, l’association prenait de plus en plus d’envergure. En 2005, le comité exécutif était composé de 33 membres et en 2009 l’association regroupait 1 400 adhérents (dont cent Việt Kiều).

58Après 20 ans d’activité, l’ALVK de Hải Phòng affichait un bilan honorable. Elle avait permis l’augmentation des devises envoyées par les expatriés, la réalisation de programmes humanitaires (aide aux victimes de l’agent orange, aux pauvres et aux handicapés) et la concrétisation de projets d’investissement bénéfiques au développement de la ville (hôpital, université) (Hoàng Hướng 2010). Selon Nguyễn Hữu Thông, un responsable de l’association rencontré à Hải Phòng en juin 2010, ce succès était le fruit du travail des membres qui faisaient preuve d’habilité pour créer un lien basé sur la solidarité, la confiance et l’amour du pays avec les Vietnamiens de l’étranger. Nguyễn Hữu Thông mettait par ailleurs l’accent sur le travail d’accompagnement de l’association permettant aux Việt Kiều de renouer avec leur pays d’origine dans les meilleures conditions :

Les membres de l’association de liaison avec les Việt Kiều de Hải Phòng sont très ouverts. Ils sont admirables dans la mesure où ils sont bénévoles et consciencieux. Ils jouent le rôle de guide pour les affaires, les logements, les mariages, etc. Grâce aux proches, les Việt Kiều de retour ont pu intégrer divers réseaux. Cela aurait été difficile de faire des affaires ou de participer au développement de la ville sans cet encadrement. (Propos recueillis par l’auteur à Hải Phòng en juin 2010.)

59Les bons résultats de l’association étaient aussi liés aux attraits économiques de la ville – notamment un port, un aéroport et une main-d’œuvre abondante – accueillant 27 projets d’investissement d’entrepreneurs Việt Kiều, d’une valeur de 100 millions de dollars (Thu Hằng, 2010). Parmi ces projets, la construction du « Village Việt Kiều » [Làng Việt Kiều] était particulièrement symbolique. D’une valeur de 21 millions de dollars et couvrant une superficie de 9,8 hectares, ce complexe immobilier regroupe des villas de luxe, des centres commerciaux, des écoles, des crèches et des centres de loisirs. Selon son promoteur, Nguyễn Tài Phương, Việt Kiều des États-Unis, le village a trois objectifs : contribuer au processus d’urbanisation et de développement de la ville, satisfaire les besoins des Việt Kiều en matière de logement et de service et en dernier lieu, convier les Việt Kiều originaire Hải Phòng à participer au développement économique de la ville (Khánh Linh) 2010. Il s’inscrivait ainsi dans la logique politique des autorités vietnamiennes.

  • 25 Au début des années 1990, Bùi Văn Tuyền a œuvré au rapprochement de son pays d’origine avec son pa (...)

60Le rapport instauré entre l’association et les investisseurs Việt Kiều se révèle être un échange de bons procédés. La première aide à franchir les obstacles administratifs et à s’intégrer dans des réseaux. En retour, les seconds jouent le jeu politique des autorités en adhérant au discours d’union nationale et favorisaient le développement économique. Également membre de l’association de Hải Phòng, l’entrepreneur Bùi Văn Tuyền25, est un autre bon exemple de cette relation gagnante-gagnante. Au début des années 1990, sur demande des autorités vietnamiennes, il se rendit dans plusieurs communautés vietnamiennes de l’étranger, en Europe et aux États-Unis, afin de convaincre les entrepreneurs Việt Kiều d’investir dans leur pays d’origine. Cette tournée, participant à redorer l’image du Vietnam au sein de la diaspora, permit à Bùi Văn Tuyền de gagner la confiance des autorités vietnamiennes et facilita son succès dans le monde des affaires vietnamien (propos recueillis par l’auteur en septembre 2010).

61L’engagement des Việt Kiều « patriotes » de Hải Phòng fût décisif pour l’association. Ils réussirent à instaurer une relation de confiance et de solidarité entre les autorités de la ville et les Vietnamiens de l’étranger. Toutefois, les bons résultats de l’association cachent certaines difficultés. Nguyễn Hữu Thông, un cadre de l’association de Hải Phòng déjà cité plus haut, avouait que les mentalités évoluaient doucement vis-à-vis des Vietnamiens de l’étranger et qu’il existait encore des réticences à leur égard (propos recueillis par l’auteur à Hải Phòng en juin 2010). Ainsi, des projets et notamment celui du Village Việt Kiều, nécessitèrent beaucoup de temps et de nombreuses démarches administratives. Toutefois, ces difficultés sont moindres en comparaison de celles rencontrées dans certaines provinces et villes du Centre et du Sud d’où sont originaires de nombreux exilés politiques.

Conclusion

62L’apparition du don diasporique advint à un moment où le Vietnam était économiquement exsangue et défiant vis-à-vis du monde extérieur. Dans ce contexte, la solidarité des Việt Kiều s’exprimait essentiellement par des envois de biens destinés à améliorer le quotidien de leurs proches alors confrontés à des pénuries. Un temps freiné par des impératifs idéologiques et de sûreté nationale, l’État parvint progressivement à influer sur les circuits du don et sur les intentions de ses pourvoyeurs. Ainsi, à compter des années 1990, les transferts financiers supplantaient les envois de colis et transitaient par des institutions étatiques. Malgré tout, les circuits informels ont subsisté et restent jusqu’aujourd’hui prédominants.

63L’ouverture du Vietnam à la mondialisation et à sa diaspora a débouché sur la diversification du don diasporique, laissant ainsi apparaître une polyvalence de « sortes de transferts » non marchands. En règle générale, les membres de la diaspora octroient de temps à autre une aide financière ou un colis (contenant des biens d’usage) à leurs proches au Vietnam afin de s’acquitter de leurs devoirs et obligations tout en témoignant leur affection (tình cảm). Le don en argent liquide prend notamment effet à l’occasion du nouvel an mais aussi lors d’évènements et de cérémonies marquant les étapes du cycle de la vie. Les transferts financiers peuvent également être plus réguliers et faciliter la vie quotidienne de proches (Small 2018 : 58). Il peut aussi arriver qu’un prêt sollicité auprès d’un proche vivant à l’étranger soit soldé et se transforme en don.

64Au-delà d’un subside, le don en argent peut avoir pour objectif de soutenir des projets d’investissement familiaux permettant une amélioration du niveau de vie des proches et dans le meilleur des cas, de mener à une certaine prospérité. Notons que le donateur de la somme investie peut être partie prenante du projet ou en être uniquement le conseiller et le spectateur. Dans le cadre d’un projet d’investissement, le don financier peut se doubler de compétences et d’une expertise. En outre, les Vietnamiens de l’étranger peuvent aussi mettre à profit leur capital financier et culturel dans des investissements personnels.

65À l’échelle de la communauté (village et lignage), les dons s’expriment en général par des actes évergétiques. À travers celui-ci, les Việt Kiều financent l’entretien ou la construction de lieux cultuels ou d’espaces collectifs. Le don diasporique se caractérise également par une participation financière à une œuvre humanitaire ou à un projet de développement. Les commanditaires de ce don agissent le plus souvent au sein d’organisations non gouvernementales (ONG) internationales ou d’associations diverses. On recense parmi ces dernières celles sponsorisées par l’État vietnamien qui sont implantées dans la diaspora et sur le territoire national. Les membres de ces associations sont souvent les pourvoyeurs de dons à visée patriotique soutenant les intérêts économiques et politiques de la RSV.

66L’analyse du don diasporique vietnamien s’avère très riche d’enseignements. Tout d’abord, comme on le voit dans toute étude sur le don, elle permet de dévoiler les rapports entre donateurs et récipiendaires tout en abordant les multiples effets des transferts. Ensuite, elle a la particularité de mettre en lumière le nationalisme à distance diffusé par la RSV auprès des Vietnamiens de l’étranger. Ces politiques de lien et d’attention (mobilité, droits, protection consulaire, discours d’union nationale, modification de la Constitution) étaient le fruit de calculs visant à s’approprier le don diasporique.

67La croissance constante des contributions économiques de la diaspora (devises, investissements et œuvres humanitaires) pouvait laisser croire à un succès évident de ces mesures. Cependant, les motivations du don diasporique répondent à des histoires et des contextes particuliers ainsi qu’à des complexités ne pouvant être codifiées et expliquées par un postulat construit et diffusé par un État (Small 2018 :140). Dans ces circonstances, le don diasporique se développe en dehors des intentions de la RSV, échappant ainsi à son projet politique et économique. Néanmoins, bien que le don soit en général une démarche d’intérêts personnels, familiaux ou communautaires, il s’effectue parfois dans une perspective patriotique assumée et consentie. Ainsi, pris dans sa dimension politique, le don reflète l’ambiguïté des relations entre le Vietnam et sa diaspora.

68Au demeurant, le message d’union nationale au sein de la diaspora reçut un accueil mitigé. Au milieu des années 1990, sa réception était plutôt positive en Europe – notamment en Angleterre, en Belgique et en Allemagne – et dans les pays proches du Vietnam – Cambodge, Laos et Thaïlande – (Vigne 2012 : 28). Les années suivantes, la RSV a tissé de bonnes relations avec les communautés d’Europe de l’Est. En revanche, les relations sont restées difficiles dans les pays à forte concentration d’exilés politiques, particulièrement aux États-Unis où le message d’union nationale se heurte à l’opposition des organisations anticommunistes. Les divisions idéologiques héritées de la guerre du Vietnam et le souvenir tragique de l’exode des boat people compromettent durablement encore aujourd’hui la réconciliation du Vietnam avec une partie des membres de la diaspora.

69La survivance de cet antagonisme a semblé influencer les responsables locaux du Front de la patrie hostiles à créer des associations de proches par peur de rencontrer des problèmes d’ordre politique. Ces structures comportaient en effet le risque de devenir des lieux d’infiltration de militants anticommunistes et de générer des troubles. Ainsi, elles se sont peu développées au Vietnam. Toutefois, ces blocages sont à relativiser. On peut en effet penser que ces associations n’étaient tout simplement pas attractives pour les Vietnamiens de l’étranger préférant agir hors du cadre proposé par les autorités mais plutôt dans leur cercle privé, au sein d’organisations religieuses ou encore d’ONG internationales.

70Bien qu’avérées, les limites du message d’union nationale sont aussi à nuancer. L’intégration du Vietnam à la scène internationale et la nouvelle image du pays participent à le rendre plus audible. Par ailleurs, les mesures d’intégration dédiées aux Vietnamiens de l’étranger facilitent leurs activités économiques et entraînent la libéralisation du don. L’attractivité du pays, ouvert au capitalisme et regorgeant d’opportunités, fait qu’un nombre croissant de Việt Kiều, et particulièrement les nouvelles générations, a tourné les pages douloureuses de l’histoire vietnamienne. Cette démarche n’aboutit pas nécessairement à une pleine adhésion au discours des autorités mais témoigne d’une promptitude à s’en accommoder, voire à en jouer. Cela était fort peu évident pour les personnes ayant fui le régime communiste au cours de la décennie d’après-guerre.

71Il reste à savoir si les nouvelles générations de Vietnamiens de l’étranger, notamment celles des États-Unis, seront en mesure de tisser des liens plus apaisés avec le Vietnam ; ce qui est loin d’être évident. L’affirmation du nationalisme transnational vietnamien, se traduisant par un interventionnisme grandissant au sein de la diaspora, s’avère à double tranchant. En effet, il concourt à l’unification des mouvances anticommunistes et à l’émergence d’une mémoire collective dans les communautés vietnamiennes d’Amérique du Nord. La poursuite de ce processus serait en mesure de transmettre aux nouvelles générations un sentiment d’animosité envers Hanoï et d’ancrer la dissidence dans la diaspora, mettant potentiellement en péril l’avenir des dons à visée patriotique.

Haut de page

Bibliographie

BARBIERI, Magali, 2000, « Les Vietnamiens à l’étranger », in Population et développement au Viêt‐Nam, Patrick Gubry, Paris : Éditions Karthala/Ceped.

CHAN HỒ, 2018, « 55 % kiều hối của Việt Nam đến từ Mỹ », [55 % des devises étrangères au Vietnam proviennent des États-Unis], Tri Thuc Viet Nam, septembre, URL : https://trithucvn.net/kinh-te/55-kieu-hoi-cua-viet-nam-den-tu-my.html, consulté le 14 mars 2020.

ĐẶNG PHONG, 2000a, « La diaspora vietnamienne : retour et intégration au Vietnam. », Revue européenne des migrations internationales, 16 (1) : 183-205.

ĐẶNG PHONG, 2000b, Việt Kiều và sự nhập cuộc với kinh tế Việt Nam [Les Việt Kiều et l’intégration économique du Viêt Nam], non publié.

ĐỖ, Hiền, 2009, « Les relations internationales du Viêt Nam depuis 1991. La décennie des grands changements au service d’une stratégie pour la sécurité et le développement », in Viêt Nam contemporain, Benoît de Tréglodé & Stéphane Dovert, éd., Paris : Les Indes Savantes, p. 180-181.

DUFOIX, Stéphane, GUERASSIMOFF, Carine & TINGUY, Anne de, éd., 2010, Loin des yeux, près du cœur : Les États et leurs expatriés, Paris : Presses de Sciences Po.

GUERASSIMOFF, Carine, 2010, « Limites floues, frontières vives. La chine et les “Chinois d’outre-mer” », in Loin des yeux, près du cœur : Les États et leurs expatriés, Stéphane Dufoix, Carine Guerassimoff & Anne de Tinguy, éd., Paris : Presses de Sciences Po.

HA THANH, 2011, « Việt kiều Mỹ về Việt Nam : “Cơ hội là ở đây’” » [Un Việt kiều américain rentre au Vietnam : « Les opportunités sont ici »], Viêt Nam Express, URL : mai.http://vnexpress.net/gl/the-gioi/2011/05/viet-kieu-my-ve-viet-nam-co-hoi-la-o-day, consulté le 22 juin 2011.

HARDY, Andrew, 2000, « L’amitié et ses valeurs : esquisse ethnographique des travailleurs vietnamiens dans les pays socialistes d’Europe de l’Est », Revue Européenne des Migrations Internationales, 16 (1) : 235-246.

HARDY, Andrew, 2008, Vers une histoire du phénomène migratoire au Vietnam, synthèse des travaux présentés en vue de l’HDR, université de Provence.

HIẾU THIỆN, 2002, « Anh trở về vì tình yêu quê hương » [Je rentre par amour pour mon pays natal], Quê Hương, avril : 20-22.

HOANG HƯỚNG, 2010, « Hội liên lạc Việt kiều Hải Phòng: Góp phần xây dựng quê hương» [L’association de relation avec les Việt kiều de Hải Phòng : Contribue à construire le pays natal] 16 novembre, URL : http://www.baomoi.com/Home/DoiNoi-DoiNgoai/vovnews.vn/Gop-phan-xay-dung-que huong/5202354.epi, consulté le 12 juin 2011.

HỘI LIEN LẠC VIỆT KIỀU HẢI PHONG [Association de liaison des Việt Kiều Hải Phòng], 2009, « Ban Chấp hành Hội Liên Lạc Việt Kiều Hải Phòng từ 14/10/1989 đến 2009 » [« Le comité exécutif de l’Association de relation avec les Việt Kiều Hải Phòng du 14 octobre 1989 à 2009 »], Maison d’édition Hải Phòng, p. 37-39.

JOURNOUD, Pierre, 2015, « Les relations ambivalentes entre l’État-parti vietnamien et les Vietnamiens de l’étranger », Hérodote, 157 : 97-125.

KASTORYANO Riva, 2006, « Vers un nationalisme transnational ; Redéfinir la nation, le nationalisme et le territoire », Revue française de science politique, 56 (4) : 533-553.

KHANH LINH, 2010, « Khởi công dự án Làng Việt kiều tại Hải Phòng », [Début du projet de construction du Village Việt kiều de Hải Phòng], Báo điện tử Đảng cộng sản Việt Nam, 8 mai, URL :http://www.cpv.org.vn/cpv/modules/news/newsdetail.aspx?cn_id=402292&co_id=30106#/, consulté le 12 juin 2011.

KHANH LINH, 2020a, « Đẩy mạnh công tác đối với người Việt Nam ở nước ngoài trong tình hình mới », [Promouvoir le travail vis-à-vis des Vietnamiens de l’étranger dans une situation nouvelle], Báo điện tử - Đảng cộng sản Việt Nam, 24 novembre, URL : https://dangcongsan.vn/nguoi-viet-nam-o-nuoc-ngoai/day-manh-cong-tac-doi-voi-nguoi-viet-nam-o-nuoc-ngoai-trong-tinh-hinh-moi-568517.html, consulté le 4 janvier 2021.

KHANH LINH, 2020b, « Kiều bào đóng góp thiết thực vào sự phát triển đất nước », [Les Kiều bào contribuent efficacement au développement du pays], Báo điện tử - Đảng cộng sản Việt Nam, janvier, URL : http://dangcongsan.vn/chao-nam-moi-2020/xuan-que-huong/kieu-bao-dong-gop-thiet-thuc-vao-su-phat-trien-dat-nuoc-547435.html, consulté le 14 mars 2020.

KHÁNH THIỆN, 2001, « Mặt trận Tổ quốc Việt Nam với công tác vận động người Việt Nam ở nước ngòai và thân nhân Kiều Bào » [Le Front de la Patrie du Viêt Nam et la mobilisation des Vietnamiens de l’étranger et des proches Kiều Bào], Quê Hương, juillet, p. 2-3.

NHIỀU TAC GIA, Ủy ban về người Việt Nam ở nước ngoài [Ouvrage collectif, Comité des Vietnamiens résidant à l’étranger], 2006, Kiều Bào và quê hương [Les Kiều Bào et le pays natal], Hồ Chí Minh : NxB Trẻ, T.P.

NGUYỄN NGỌC HA, 1990, Về người Việt Nam định cư ở nước ngoài [Les Vietnamiens résidant à l’étranger], Hồ Chí Minh : Maison d’édition Thành Phố.

PANNIER Emmanuel, 2015, Seule la réciprocité. Circulation non marchande et relations sociales dans un village du nord du Vietnam, Paris : Connaissances et Savoirs.

PAQUET Emmanuelle, 2004, Réforme et transformation du système économique vietnamien (1979-2002), Paris : L’Harmattan, coll. « Pays de l’Est ».

PEYVEL, Emmanuelle & VIGNE, Christophe, 2010, « Le tourisme des Vietnamiens de l’étranger au Việt Nam ou l’ébauche d’une nouvelle construction nationale ? », Diaspora, 14 : 92-115.

PRIBBENOW, Merle L., 2004, « Limits to Interrogation, The Man in the Snow White Cell », Studies in Intelligence, 48 (1), URL : https://www.cia.gov/resources/csi/studies-in-intelligence/archives/vol-48-no-1/the-man-in-the-snow-white-cell/.

PHẠM THẾ DUYỆT, 2001, « Phát biểu của Chủ tịch Phạm Thế Duyệt tại Hội nghị triển khai đề án tăng cường vận động người Việt Nam ở nước ngòai và thân nhân kiều bào », [Discours du Président Phạm Thế Duyệt lors de la conférence sur le renforcement du projet de mobilisation des Vietnamiens à l’étranger et des proches des Kiều Bào], Quê Hương, juillet, p. 3-4.

SMALL, Ivan V., 2018, Currencies of Imagination : Channeling Money and Chasing Mobility in Vietnam, Ithaca : Cornell University Press.

TESSIER Olivier, 2002, « Fondateurs, ancêtres et migrants : mobilité et reformulation des espaces d’appartenance dans un village du Nord du Viêt Nam », Moussons, 6 : 122-123.

THAI AN, 2019, « Liên tiếp 3 năm, Việt Nam nằm trong top 10 quốc gia nhận kiều hối nhiều nhất », [Pour la troisième année consécutive, le Vietnam fait partie des 10 premiers pays recevant le plus de devises étrangères], Vietnamet, décembre, URL : https://vietnamnet.vn/vn/thoi-su/chinh-tri/viet-nam-nam-trong-top-10-quoc-gia-nhan-kieu-hoi-nhieu-nhat-603674.html, consulté le 14 mars 2020.

THANH MAI, 2007, « Trại Hè Việt Nam : kết nối tuổi trẻ Kiều Bào với quê hương » [Colonie d’été au Vietnam : connecter les jeunes Kiều Bào avec le quê hương], Quê Hương, août : 20-23.

TRẦN TRỌNG ĐANG ĐAN, 1997, Người Việt Nam ở nước ngoài [Les Vietnamiens de l’étranger], NxB Chính trị quốc gia.

THU HẰNG, 2010, « Hải Phòng đón làn sóng đầu tư của Việt Kiều  » [Hải Phòng reçoit des vagues d’investissements de Việt Kiều], Báo Đầu tư, Cơ quan của bộ kế hoạch và đầu tư, 3 juillet, URL : https://batdongsan.com.vn/tin-thi-truong/hai-phong-don-lan-song-dau-tu-cua-viet-kieu-ar16293.

TRÉGLODÉ, Benoît (de), 2001, Héros et Révolution au Việt Nam 1948-1964, Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques ».

ỦY BAN VỀ NGƯỜI VIỆT NAM Ở NƯỚC NGOAI, [Comité des Vietnamiens résidant à l’étranger], 2005, Cộng Đồng người Việt Nam ở nước ngoài ; Những vấn đề cần biết, [La communauté vietnamienne à l’étranger, Les choses à connaître,], Hanoï, Nxb Thế Giới.

VIGNE, Christophe, 2012, Mobiliser les Vietnamiens de l’étranger. Enjeux, stratégie et effet d’un nationalisme transnational, Bangkok : Irasec.

VIGNE Christophe, 2017, Le Viêt Nam et ses exilés (1945-2009). Permanence et fluctuations d’une politique d’attention et de lien, thèse de doctorat en histoire, université Denis Diderot, Paris.

VIGNE, Christophe, 2018, « Les conséquences politiques du Đổi Mới et du déclin de l’utopie communiste dans les relations du Viêt Nam avec les associations “patriotiques” outre-mer (1988-1992) », Moussons, 32 : 153-178.

VU, Dao, 1981, « Des “cadeaux” venus d’Outre-Océan », Le Courrier du Vietnam, novembre.

Haut de page

Note de fin

1 Ces chiffres n’englobent pas les personnes travaillant temporairement à l’étranger ou les étudiants. Il s’agit donc, selon le terme employé par les autorités vietnamiennes des « Vietnamiens résidant à l’étranger » [người Việt Nam định cư ở nước ngoài]. Cette périphrase, relevant du registre juridique, a progressivement été adoptée par les autorités publiques à partir de la fin des années 1980. Elle se substituait aux vocables Việt Kiều et « Vietnamiens de l’étranger » qui sont moins explicites. Selon l’article 3 de la loi sur la nationalité de 2009, intitulé « Interprétation de certains termes », est considéré comme « Vietnamien résidant à l’étranger tout citoyen vietnamien ou personne d’origine vietnamienne qui réside et s’établit durablement à l’étranger. » Nghị định số 78/2009/NĐ-CP ngày 22/09/2009 : Quy định chi tiết và hướng dẫn thi hành một số điều của Luật Quốc tịch Việt Nam [Décret n° 78/2009/NĐ-CP daté du 22 septembre 2009 : Règlement détaillé et instruction d’exécution de quelques points de la loi sur la nationalité].

2 L’emploi du terme « diaspora » est ici critiquable. La diversité des vagues migratoires, le degré d’intégration dans le pays d’accueil, l’absence de réseaux structurés entre toutes les communautés vietnamiennes de par le monde et la panoplie des revendications identitaires des Việt Kiều font que l’usage de ce terme n’est pas si évident. Pour le moment, un processus de construction diasporique semble uniquement être marche dans la communauté vietnamienne des États-Unis au sein de laquelle perdure une forte opposition au régime vietnamien et où émerge une mémoire commune de l’exil. Cependant, et tout en ayant conscience des enjeux sémantiques qu’il recouvre, l’auteur de cet article utilise pour des raisons de commodité le terme diaspora.

3 Nghị quyết số 36/NQ-TW ngày 26/03/2004 của Bộ chính trị về công tác đối với người Việt Nam ở nước ngoài [Directive du Bureau politique n° 36-NQ/TW du 26 mars 2004 relative à la mission à accomplir auprès des Vietnamiens de l’étranger].

4 Créée à Hanoï en 1959, sous le nom de Comité central des Việt Kiều, cette structure était placée directement sous l’égide du parti communiste. En 1994, elle était intégrée au ministère des Affaires étrangères. À compter de 2008, le Comité d’État des Vietnamiens de l’étranger [Ủy Ban Nhà Nước Người Việt Nam ở Nước Ngòai] devenait le principal coordinateur des politiques en direction de la communauté vietnamienne d’outre-mer.

5 Pouvant se traduire par « compatriotes de l’étranger », le terme Kiều Bào rappelle l’expression đồng bào [compatriotes]. Il a une forte connotation affective, car le bào, littéralement « sac embryonnaire » ou « placenta », évoque le mythe fondateur du peuple vietnamien selon lequel les Vietnamiens ont une origine commune. Utilisée maintes fois par le président Hồ Chí Minh pour exalter le patriotisme des exilés, cette appellation est aujourd’hui largement utilisée par les médias et la classe politique vietnamienne, elle a un écho particulier dans le discours d’union nationale (Vigne 2012 :10).

6 Quyết Định số 151 – HĐBT ngày 31-08-1982 của Đồng Bộ Trưởng về việc các gia đình có thân nhân định cư ở các nước ngoài hệ thống xã hội chủ nghĩa nhận tiền, nhận hàng do thân nhân của họ gửi về [Décision n°151 HDBT datée du 31/08/1982 du Conseil des ministres à propos des familles ayant des proches résidant dans des pays (étrangers) non-socialistes qui reçoivent de l’argent et des biens envoyés par leurs proches].

7 Thông tư của ngân hàng nhà nước số 34-NH//TT ngày 10 tháng 2 năm 1983 hướng dẫn thi hành quyết định số 151 – HĐBT ngày 31-08-1982 của Đồng Bộ Trưởng về việc các gia đình có thân nhân định cư ở các nước ngoài hệ thống xã hội chủ nghĩa nhận tiền, nhận hàng do thân nhân của họ gửi về [Information de la Banque d’État n°34-NH/TT datée du 10 février 1983 concernant la mise en œuvre de la décision n°151 HDBT datée du 31/08/1982 du Conseil des ministres à propos des familles ayant des proches résidant dans des pays (étrangers) non-socialistes qui reçoivent de l’argent et des biens envoyés par leurs proches].

8 Thông tư liên bộ liên tịch số 9-TTLB/NGT/NH của Bộ ngoại thương và Ngân hàng Nhà nước, Ngày 31-1-1983, Hướng dẫn thi hành Quyết định số 151-HĐBT ngày 31-8-1982 của Hội Đồng Bộ Trưởng về việc các gia dình có thân nhân định cư ở các nước ngoài hệ thống xã hội chủ nghĩa nhận tiền, nhận hàng do thân nhân gửi về [Circulaire interministérielle n°9- TTLB/NGT/NH du Ministère du commerce extérieur et de la Banque d’État, datée du 31-1-1983, Orientations pour l’application de la Décision n°151-HĐBT datée du 31-8-1982 du Conseil des Ministres à propos des familles ayant des proches résidant dans des pays (étrangers) non-socialistes qui reçoivent de l’argent, des biens envoyés par leurs proches ].

9 « Cộng đồng người Việt Nam ở nước ngoài là một phần của dân tộc Việt Nam, Trích tham luận của đồng chí Hoàng Bích Sơn đại biều đảng bộ khối đối ngoại » [La communauté vietnamienne de l’étranger est une partie intégrante du peuple vietnamien, extrait du discours du camarade Hoàng Bích Sơn représentant de la section « Relations internationales » du parti], Nhân Dân, 23 décembre 1986.

10 Ibid.

11 Quyết định số 126/CT của Chủ tịch Hội đồng Bộ trưởng : Quyết định về việc sửa đổi, bổ sung chế độ nhận tiền và hàng do người Việt Nam định cư ở các nước ngoài hệ thống xã hội chủ nghĩa gửi về giúp gia đình 10/04/1987 [Décision n°126/CT du président du Conseil des ministres ; décision à propos de la modification et du perfectionnement de la réglementation concernant l’argent et les marchandises envoyés par les Vietnamiens qui résident dans les pays (étrangers) non-socialistes afin d’aider leur famille, 10/04/1987].

12 Thông tư của chú tich Hội đồng Bộ trương số 128-CT ngày 10-4-1987 hướng dẫn thực hiện Quyết định số 126/CT ngày 10-4-1987 về việc sửa đổi, bổ sung chế độ nhận tiền và hàng do người Việt Nam định cư ở các nước ngoài hệ thống xã hội chủ nghĩa gửi về giúp gia đình 10/04/1987. [Instruction du président du Conseil des ministres n°128-CT datée du 10-04-1987 pour guider l’application de décision n°126/CT datée du 10-4-1987 à propos de la modification et du perfectionnement de la réglementation concernant l’argent et les marchandises envoyés par les Vietnamiens qui résident dans les pays (étrangers) non-socialistes afin d’aider leur famille, 10/04/1987].

13 Thông tư của Tổng cục hải quan số 517-TCHQ/PC ngày 17-4-1987 hướng dẫn thi hành Quyết định số 126/CT và Thông tư của chú tich Hội đồng Bộ trương số 129-CT ngày 10-4-1987 về việc sửa đổi bổ sung Quyết định số 151 – HĐBT ngày 31-8-1982 về chế độ nhận tiền và hàng do người Việt Nam định cư ở các nước ngoài hệ thống xã hội chủ nghĩa gửi về giúp gia đình [Circulaire de l’Office central des douanes n°517-TCHQ/PC datée du 17 avril 1987 pour guider la mise en œuvre de la décision n°126/CT et la circulaire du président du Conseil des ministres n°129-CT datée du 10/04/1987 à propos de la modification et du perfectionnement de la décision n°151 HĐBT datée du 31/08/1982 sur la réglementation de l’argent et de marchandises envoyés par les Vietnamiens qui résident dans les pays (étrangers) non-socialistes afin d’aider leur famille].

14 Consulter pour plus de détails (Pribbenow 2004 = le lien n’est plus valable).

15 Chỉ Thị của Chủ tịch Hội Đồng Bộ Trưởng Số 292/CT Ngày 10-10-1987 về việc thực hiện Quyết Định Số 126-CT ngày 10 tháng 4 năm 1987 [Directive du président du Conseil des ministres n° 292/CT datée du 10-10-1987 pour la réalisation de la décision n°126-CT daté du 10 avril 1987].

16 Quyết định số 312 CT ngày 05 tháng 11 năm 1987 của Chủ Tịch Hội Đồng Bộ Trưởng về mức miễn thuế đối với hàng hóa Việt Kiều mang theo khi về thăm gia đình, [Décision n°312 CT datée du 5/11/1987 du président du Conseil des ministres à propos des produits apportés par les Việt Kiều de retour pour une visite familiale].

17 Quyết Định của Chủ Tịch Hội Đồng Bộ Trưởng về việc ban hành tỷ giá phi mậu dịch đối với đồng Rúp Xô-Viết và tỷ giá chính thức đối với đông Đô-la Mỹ, Hà Nội, ngày 30 tháng 11 năm 1987 [Décision du Président du Conseil des Ministres concernant la promulgation du cours non marchand du đồng et du rouble soviétique et le cours officiel du đồng et du dollar américain, Hanoï le 30 novembre 1987].

18 Quyết định của Thủ tướng Chính phủ số 170/1999/QĐ-TTg về việc khuyến khích người Việt Nam ở nước ngoài chuyển tiền về nước, Hà Nội, ngày 19 tháng 8 năm 1999 [Décision du Premier ministre n°170/1999/QĐ-TTg pour encourager les Vietnamiens de l’étranger à transférer de l’argent au pays, Hanoï le 19 août 1999].

19 Quy chế tạm thời của liên ngành tổng cục du lịch, Bộ nội vụ, Bộ ngoại giao –Ban Việt Kiều Trung ương về việc cho người nước ngoài vào Việt Nam du lịch và người Việt Nam định cư ở nước ngoài về nước du lịch hoặc du lịch kết hợp thăm quê hương, gia đình, Hà Nội, ngày 30 tháng 3 năm 1987.[Réglementation temporaire de l’Office central du tourisme, du ministère de l’Intérieur, du ministère des Affaires étrangères et du Comité central des Việt Kiều à propos des étrangers qui se rendent au Vietnam pour un séjour touristique et des Vietnamiens résidant à l’étranger qui se rendent au Vietnam pour un séjour touristique ou pour un séjour touristique couplé avec une visite de son lieu d’origine, familiale, Hanoï le 30 mars 1987].

20 Quyết Định của Thủ Tướng Chính Phủ số 210/1999/QĐ-TTg 27/10/1999 về một số chính sách đối với người Việt Nam ở nước ngoài. [Décision du Premier ministre n°210/1999/ QĐ-TTg du 27/10/1999 sur quelques politiques envers les Vietnamiens de l’étranger].

21 Quyết định của Thủ tướng Chính phủ số 135/2007/QĐ-TTg ban hành Quy chế về miễn thị thực cho người Việt Nam định cư ở nước ngoài, 17/08/2007 » [Décision du Premier ministre n°135/2007/ QĐ-TTg relative à l’exemption de visa pour les Vietnamiens résidant à l’étranger].

22 Les Constitutions du Viêt Nam [1946-1959-1980-1992], 2003, Éditions Thế Giới, Hà Nội, p. 164. Il s’agit de l’article n° 75 qui se limitait, dans les Constitutions de 1959 et de 1980 à stipuler que : « l’État protège les droits et les intérêts légitimes des Vietnamiens de l’étranger ».

23 « 20 năm ngày thành lập Họi liên lạc Việt Kiều Hải Phòng » [20 ans depuis le jour de la fondation de l’Association de relation avec les Việt Kiều de Hải Phòng], Hội Liên Lạc Việt Kiều Hải Phòng, Nhà xuất bản Hải Phòng, 2009, p. 10.

24 Hội Liên Lạc Việt Kiều Hải Phòng, [Association de liaison des Việt Kiều Hải Phòng] « Ban Chấp hành Hội Liên Lạc Việt Kiều Hải Phòng từ 14/10/1989 đến 2009 » [Le comité exécutif de l’Association de relation avec les Việt Kiều Hải Phòng du 14 octobre 1989 à 2009], Maison d’Edition Hải Phòng, 2009, p.37-38-39.

25 Au début des années 1990, Bùi Văn Tuyền a œuvré au rapprochement de son pays d’origine avec son pays de résidence, la France. Il a réalisé de nombreux investissements bénéfiques pour le développement du Vietnam et était à la tête du Groupe BVT en 2010. En juillet 2011, à l’âge de 91 ans, il a été décoré de l’Ordre national de la légion d’honneur par l’ambassadeur de France au Vietnam pour ses contributions au développement des relations d’amitié entre la France et le Vietnam.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Vigne, « La République socialiste du Vietnam et le don diasporique »Moussons, 37 | 2021, 165-191.

Référence électronique

Christophe Vigne, « La République socialiste du Vietnam et le don diasporique »Moussons [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 23 juin 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/7533 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.7533

Haut de page

Auteur

Christophe Vigne

Christophe Vigne est chercheur associé au Laboratoire CESSMA (université Paris Diderot) et au CASE (EHESS). Actuellement enseignant au Lycée Français de Cotonou, il mène des recherches sur les politiques de l’État béninois vis-à-vis de sa diaspora. Ces recherches s’inscrivent dans une perspective comparative et dans la continuité de ses travaux de thèse portant sur les politiques du Vietnam en direction des Vietnamiens de l’étranger (2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search