Skip to navigation – Site map

HomeIssues37Comptes rendusEdyta Roszko, Fishers, Monks and ...

Comptes rendus

Edyta Roszko, Fishers, Monks and Cadres : Navigating State, Religion and the South China Sea in Central Vietnam

NIAS Press, 2020, and the University of Hawai’i Press, 2021, 475 p.
Philippe Le Failler
p. 257-259
Bibliographical reference

Edyta Roszko, Fishers, Monks and Cadres : Navigating State, Religion and the South China Sea in Central Vietnam, NIAS Press, 2020, and the University of Hawai’i Press, 2021, 475 p.

Full text

1Ce livre sur l’univers spirituel et la vie quotidienne des communautés de pêcheurs est l’aboutissement d’une recherche anthropologique de fond adossée à un long séjour sur le terrain (2002-2005) au centre Vietnam. De ses deux terrains devrait-on dire car Edyta Roszko a travaillé dans la commune côtière de Sa Huỳnh, sur le continent, célèbre pour son cordon dunaire et ses salines ainsi que sur l’ile de Lý Sơn (anciennement nommée Cù Lao Ré), située à une trentaine de kilomètres au large des côtes de la province de Quảng Ngãi. Tous deux sont des sites tournés vers la mer orientale ; leur activité est attestée depuis des siècles, au moins depuis l’époque des principautés Cham.

2À Sa Huỳnh, en dépit d’une poussée de l’activité touristique, la vie économique de la majeure partie de la population est liée à la mer, du fabricant de bateaux à la fabrication de saumure. La tradition maritime y est ancienne, ancrée, tout comme les connexions avec l’arrière-pays montagneux, lorsque l’on échangeait le sel des lagunes contre les produits du terroir. Quant à elle, Lý Sơn bénéficie d’une économie mixte faite de cultures adaptées au relief escarpé de l’île (échalotes), lequel est impropre à la riziculture, de pêche et de commerce.

3Le chapitre consacré aux traditions historiques montre que ces populations kinh, venues d’horizons divers, ont peu à peu succédé aux Cham, intégrant parfois certaines pratiques et croyances de leurs lointains prédécesseurs. Ces communautés s’inscrivent dans une dynamique d’échanges au long cours, et la présentation du territoire liste les produits concernés et élargit un horizon que l’on pensait limité au cabotage.

4Le contexte socio-politique, géopolitique même, n’est pas anodin, qui contribue à placer sur l’avant-scène ces communautés jadis plutôt anonymes. En effet, et depuis une dizaine d’années, la montée des tensions en mer orientale, et les revendications chinoises sur les archipels Paracels (Hoàng Sa) et Spratly (Trường Sa), que les Vietnamiens considèrent comme part intégrante du territoire national, met les villages de pêcheurs, dont Sa Huỳnh et Lý Sơn, en position d’avant-garde d’un affrontement larvé mais bien réel. Les revendications vietnamiennes sur la propriété des archipels, et des ressources qu’ils recèlent (halieutiques, gaz, pétrole, etc.) mettent en avant l’ancienneté d’une occupation et reposent sur un argumentaire à dominante historique. Il importe donc de sensibiliser la population vietnamienne dans son ensemble à la redécouverte d’une culture maritime auparavant négligée et de la lier à la souveraineté nationale. Les villages de pêcheurs, et notamment l’île de Lý Sơn, pourtant située à plus de 300 km des Paracels, sont ainsi intégrés dans une logique de visualisation et de médiatisation des enjeux qui se déroulent dans le lointain archipel, et notamment par l’érection d’un mémorial aux victimes (vietnamiennes) des incidents sporadiques entre les marines des deux pays. En vertu de cette nouvelle vocation, ils sont par conséquent étroitement administrés par les autorités centrales, plus qu’ils ne l’avaient été dans le passé. Il faut dire que l’intervention étatique socialiste n’avait par le passé guère été concluante. Les équilibres internes furent bousculés par la disparition du système hiérarchisé de la « maison communale » et se traduisirent par une perte d’influence des paysans face aux pêcheurs. L’intermède qui vit la constitution de coopératives de pêcheurs prônées par les autorités socialistes en 1979-1980 fut un échec patent aussi furent-elles promptement dissoutes au début de la période de Đổi mới (1986), lorsque les plus audacieux pêcheurs reprirent le chemin des lointaines Paracels. C’est donc avec un certain à propos que les traditions des pêcheurs et leurs cultes anciens furent désormais autorisés et, parfois, mis en scène.

5L’auteure précise que les contours du fait religieux sont flous et peinent à être raisonnablement déterminés et catégorisés car il faut faire la part des croyances individuelles ou populaires, des commémorations locales et de celles des religions officielles, à la doctrine établie, encadrées et institutionnalisées. Les pratiques en sont constamment réinventées, oscillant au gré des accommodements avec les nécessités économiques mais aussi avec les impératifs du moment, sous le regard vigilant de l’État. Dès l’introduction de l’ouvrage, on perçoit la nature et l’aspect multiforme des influences et des interactions entre pêcheurs et paysans, entre autorités religieuses et État, entre hommes et femmes qui forment le cœur de cette étude.

6Après avoir un temps mené une lutte acharnée contre le fait religieux jugé irrationnel et concurrent au substrat idéologique, l’État a relâché l’étreinte depuis le début des années 1990, laissant un espace d’expression à ce qu’il qualifiait auparavant de « superstitions ». Il n’en demeure pas moins que subsiste une forme de contrôle qui se traduit par la nécessaire validation des esprits tutélaires et des lieux de culte ou une standardisation des pratiques qui doivent cependant rester dans le droit fil des représentations acceptées par le cadre idéologique. Ce faisant, l’État prendra dans les traditions religieuses les éléments qui peuvent aider à renforcer l’unité nationale. Les sites religieux sont alors inclus dans les sites culturels remarquables, puis classés au patrimoine national. À Lý Sơn, désormais exposée comme jamais, on assiste alors à une passionnante compétition entre les lignages, chacun se réclamant d’un héros ou d’une héroïne nationale, excipant d’une légitimité supérieure, s’adossant à une reconnaissance étatique ou provinciale, rivalisant dans la reconstruction des temples et la promotion de leurs divinités respectives.

7Edyta Roszko insiste sur l’idée que la vision portée par l’État ne s’oppose pas à celle des populations locales mais qu’elle fournit l’opportunité d’une reconstruction des mémoires en des termes acceptables par tous. Un des points forts de cette démonstration impeccablement construite et rédigée tient à la mise en évidence de la plasticité des interactions entre les différents acteurs. Au discours construit et idéologisé des autorités, très profane, les populations locales répondent en faisant preuve d’une étonnante faculté d’adaptation. Parfois au prix de quelques contorsions sémantiques, elles parviennent à intégrer les préceptes d’intégration nationale comme le prolongement logique de leurs traditions ancestrales, à en faire une composante de leur univers spirituel. Une telle réactivité n’est cependant pas si rare, on la rencontre dans des termes approchants chez les populations Thai des provinces du Nord où l’on sait de longue date s’accommoder des relations asymétriques avec un pouvoir fort mais distant et peu coutumier des réalités locales. Lorsque toute opposition frontale est vouée à l’échec, céder sur les symboles et adopter une vulgate du discours national reste la meilleure garantie d’une sauvegarde des intérêts locaux, chacun y trouve son compte.

8Le chapitre final revient sur la place dévolue aux femmes dans cette étude. Les postes de prestige revenant aux hommes, gardiens d’une certaine orthodoxie, on interroge la religiosité des femmes et leur rôle dans la perpétuation des cultes (surtout lors de la période où ils étaient prohibés), sur leur exclusion des rituels très genrés, mais aussi la manière dont elles occupent les espaces interstitiels pour insuffler leurs propres croyances, parfois en désaccord avec celles adoptées dans un système patrilinéaire. En somme, alors qu’une certaine logique néo-confucéenne les confine à l’espace domestique, les femmes renversent cette forme d’exclusion en la transformant en un espace de créativité.

9L’hégémonie masculine est encore prégnante, comme dans bien des aspects de l’organisation sociale, mais l’auteure note la patiente remise en cause du système ancien. Sans doute faut-il faire la part des acquis de la doctrine socialiste qui mettait en avant l’égalité des genres et qui, dans ces sociétés de villages côtiers, a néanmoins permis une avancée certaine, quoique relative, de la cause féminine. Ajoutons que le choc de modernité que subit le Vietnam depuis dix ans n’est pas sans effet pour ces villageois. La quête constante de revenus ou le départ pour la ville de leurs enfants remet en question les valeurs traditionnelles de ces populations autrefois isolées, tout comme le récent « tourisme patriotique » qui s’annonce comme la nouvelle source de revenus pour des pêcheurs désormais privés des eaux poissonneuses des Paracels.

Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe Le Failler, “Edyta Roszko, Fishers, Monks and Cadres : Navigating State, Religion and the South China Sea in Central VietnamMoussons, 37 | 2021, 257-259.

Electronic reference

Philippe Le Failler, “Edyta Roszko, Fishers, Monks and Cadres : Navigating State, Religion and the South China Sea in Central VietnamMoussons [Online], 37 | 2021, Online since 24 June 2021, connection on 20 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/moussons/7798; DOI: https://doi.org/10.4000/moussons.7798

Top of page

About the author

Philippe Le Failler

Maître de conférences à l’École française d’Extrême Orient (EFEO, Paris), membre statutaire de l’IrAsia (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Journal supported by the Institut des Sciences Humaines et Sociales (CNRS)
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search