Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Comptes rendusPierre Journoud, Dien Bien Phu – ...

Comptes rendus

Pierre Journoud, Dien Bien Phu – La fin d’un monde

Paris, Vendémaire, 2019, 475 p.
Philippe Le Failler
p. 265-267
Référence(s) :

Pierre Journoud, Dien Bien Phu – La fin d’un monde, Paris, Vendémaire, 2019, 475 p.

Texte intégral

1Ce livre de Pierre Journoud revient sur l’évènement majuscule de la guerre d’Indochine, cette défaite française du 7 mai 1954 entérinant la fin de l’intermède colonial au Vietnam. Non, tout n’a pas été dit sur la bataille de Điện Biên Phủ, certains points d’ombre subsistent tant sur les actions militaires et le rôle des conseillers chinois que sur le sort des soldats vietnamiens engagés du côté français. Jusqu’alors, les nombreux ouvrages consacrés à Điện Biên Phủ pêchaient par leur unilatéralité assumée, nous contre eux, quoi qu’en partageant une égale déférence à l’héroïsme des combattants des deux bords. Aux récits français mettant en exergue le sens du sacrifice et l’abnégation qui animaient les défenseurs du camp retranché répondaient les témoignages vietnamiens pointant la justesse des options tactiques du Vietminh et, au-delà du seul Vietnam, l’indéniable portée symbolique d’une victoire acquise au prix fort sur les forces de l’Union française. 65 ans après les faits, les archives étant désormais ouvertes, en France tout du moins, les historiens se rencontrent dans un climat apaisé lors de colloques réguliers, à Hanoi comme à Paris. Ils peuvent enfin opérer une synthèse des travaux et mettre à profit les témoignages recueillis auprès des derniers acteurs vivants.

2Pour la réalisation de cet ouvrage en huit chapitres, outre ses travaux antérieurs, Pierre Journoud bénéficie des apports des colloques qu’il a co-organisés et s’adosse aux interviews des anciens combattants vietnamiens patiemment recueillis par la journaliste hanoïenne Đào Thanh Huyền et publiés en 2010 (Dào Thanh Huyên et al. 2010).

3Mêlant histoire ancienne et réflexion stratégique, le premier chapitre se veut une mise en situation des traditions militaires vietnamiennes. Évoquant Nguyễn Trãi et Trần Hưng Đạo, personnages illustres du panthéon national, le rappel de cette pratique guerrière forgée par des siècles de combats asymétriques contre un envahisseur supérieur en moyens et en nombre, qu’il soit chinois, mongol ou français, est assimilé à un héritage soigneusement disséqué et assimilé par les chefs politiques et militaires du Vietminh. Fort de cette expérience, le mûrissement de l’appareil militaire vietminh se traduit par un passage de la guérilla à une guerre conventionnelle et ce jusqu’à l’engagement décisif.

4Menée au pas de charge, comme s’il fallait rapidement passer une page trop souvent cornée, la narration des combats trouve son intérêt dans un judicieux renversement de la perspective. La prise de Béatrice, première colline à tomber, est vécue du côté des assaillants vietnamiens. Dès lors, les offensives se succédant au rythme des régiments décimés et des points forts enlevés de haute lutte à l’ennemi, on aboutit en quelques pages à la chute du camp retranché, au départ en captivité des prisonniers défilant sous la caméra de Roman Karmen et à un mariage quelque peu inattendu.

5Puis s’en suit, et c’est le corps de l’ouvrage, une analyse synthétique des différents aspects liés à cette bataille. Tant du point de vue du corps expéditionnaire français que de celui du Vietminh, en évitant l’écueil du déterministe (c’était écrit !), l’auteur expose sous forme d’une synthèse argumentée et étayée de multiples sources (y compris les manuels scolaires vietnamiens), les options stratégiques qui s’offraient aux protagonistes, et jusqu’aux contingences logistiques jugées insurmontables à la présence d’une artillerie fournie (et servie) par les Chinois. Le tout contribuant à ce que le piège élaboré par les uns se retourne finalement contre eux. L’auteur procède alors à un séquençage méticuleux, mais sans être pesant, des phases du combat. C’est l’occasion, à l’aide des récits vietnamiens, de passer de l’autre côté du miroir, de lire enfin, en français, le récit des dynamiteurs ou celui des responsables de l’artillerie vietnamienne dont on sait que l’action, aussi puissante qu’imprévue, allait déterminer l’issue de la bataille.

6Trop souvent, les récits laissent accroire que le relief karstique constituait pour les Vietnamiens un environnement maîtrisé de longue date, familier et donc profitable. Impression trompeuse car, en remontant le fil du temps, on constate que si la montagne sert parfois de refuge, on pense ici à l’exemple de Lê Lợi, les combats décisifs se déroulaient toujours dans les plaines. Les hommes issus des deltas qui composaient jadis les troupes impériales craignaient la montagne, ses eaux empoisonnées et les esprits qui peuplaient ses forêts, et s’y aventuraient rarement. Peut-être aurait-il fallu insister sur ce changement de paradigme auquel est parvenu le Vietminh en quelques années d’une guerre menée depuis ses bases retranchées du Bắc Bộ. Cette acclimatation presque contre nature n’a pu être réalisée que grâce à l’aide constante des populations montagnardes, ce que les historiens vietnamiens soulignent à raison.

7La focale s’élargit et le texte s’oriente alors vers une dimension géopolitique plus assumée où est évoqué le rôle des conseillers chinois et des troupes d’appui envoyées par Mao. Plus largement, c’est l’influence du patronage chinois dans les décisions tactiques qui est soupesée comme les pressions exercées lors des accords de Genève. En contrepoint, la complexité des rapports franco-américains s’exprime tant par le soutien matériel apporté au CEFEO que par l’âpreté des déclarations américaines dont le parti pris anti-colonial n’a d’égal que la volonté d’endiguer la progression communiste.

8Dans cette approche globale de la question étudiée, le chapitre intitulé « La fin d’un monde », outre les aspects militaires, idéologiques et diplomatiques afférents au sujet, réussit le difficile obstacle de présenter un état de la question sans omettre aucun des multiples facteurs qui s’entrechoquent, citons pêle-mêle la politique intérieure française, le trafic des piastres, les aspects religieux et les sectes en armes, les mouvements de population, le tiers-mondisme, etc. Un nombre considérable de sujets jugés, à tort, comme annexes, sont ici abordés, parfois en quelques paragraphes, mais qui permettent de saisir l’ensemble des problèmes subséquents et plus encore d’attester que l’auteur ne refuse pas l’obstacle. De la sorte, sont évoqués les moyens de la guerre psychologique, le retour au pays des déserteurs de l’armée française issus des troupes coloniales ou encore le triste sort des pensionnaires du BMC. À chaque étape de son récit, afin d’en atténuer l’aridité des précisions techniques, l’auteur instille de l’épaisseur humaine par des extraits des correspondances entre les soldats et leur famille.

9En conclusion de cet ouvrage somme toute assez œcuménique, l’auteur revient sur la notion de mémoire partagée, un concept proposé aux Vietnamiens par la France qui, par le biais de symboles communs, tels un monument ou une commémoration conjointe, permettrait aux anciens belligérants de présenter un front uni sur une histoire désormais apaisée et une page définitivement tournée. Las, le Vietnam n’est pas l’Allemagne du chancelier Kohl et le refus poli mais ferme des Vietnamiens rappelle fort à propos que Điện Biên Phủ ne saurait se résumer à une simple bataille. Cette victoire dont ils ont lieu d’être fiers reste la leur. Quel qu’en fut le coût humain (un aspect encore sujet à discussion), et plus encore que la guerre américaine qui lui succéda, elle reste l’heure de gloire de la patrie en armes et, partant, du parti communiste. C’est donc un puissant instrument idéologique dont la portée symbolique et politique vis-à-vis de leurs compatriotes ne saurait être partagée. In fine, Pierre Journoud souligne que dans l’imaginaire vietnamien, Điện Biên Phủ est un équivalent moderne de la victoire remportée sur les Mongols à la rivière Bạch Đằng par les troupes de Trần Hưng Đạo au xiiie siècle.

Haut de page

Bibliographie

Dào Thanh Huyên et al., 2010, Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Paris : Nouveau Monde éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Le Failler, « Pierre Journoud, Dien Bien Phu – La fin d’un monde »Moussons, 37 | 2021, 265-267.

Référence électronique

Philippe Le Failler, « Pierre Journoud, Dien Bien Phu – La fin d’un monde »Moussons [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 24 juin 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/7813 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.7813

Haut de page

Auteur

Philippe Le Failler

Maître de conférences à l’École française d’Extrême Orient (ÉFEO, Paris), membre statutaire de l’IrAsia (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search