Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Comptes rendusNelcya Delanoë & Caroline Grillot...

Comptes rendus

Nelcya Delanoë & Caroline Grillot, Casablanca-Hanoi. Une porte dérobée sur des histoires postcoloniales

Paris, L’Harmattan, 2021, 162 p.
Philippe Le Failler
p. 267-269
Référence(s) :

Nelcya Delanoë & Caroline Grillot, Casablanca-Hanoi. Une porte dérobée sur des histoires postcoloniales, préface de François Guillemot, Paris, L’Harmattan, 2021, 162 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage écrit à la première personne, mais à quatre mains, allez comprendre, ne suit aucune des règles habituelles et convenues que l’on attend d’une étude académique, tant mieux. Atypique en bien des points, conçu comme un échange épistolaire sur fond d’enquête, il ne cache rien des sentiments de celle qui tient la plume et livre son histoire. On s’y laisse prendre. Un chapitre après l’autre, il retient son lecteur tel un roman, les pages passent et l’on en oublie presque les inconvénients de la lecture du document PDF sur écran qui, décidément, ne vaudra jamais l’agréable pesanteur du livre et l’odeur du papier, une présence.

2Une fois n’est pas coutume, afin de faire écho au style de ces auteures, je vais à mon tour adopter un ton personnel pour ce compte rendu. C’est qu’en effet ce texte je le lis à Hanoi, ville non confinée d’un pays reclus, désormais quasi inaccessible en ayant fait des frontières un barrage contre la pandémie. Une partie des évènements du livre s’y déroule, quand ce n’est pas à Lào Cai, pour l’heure terminus d’une voie de chemin de fer qui jadis montait jusqu’à Kunming, et dont je connais le ballet des marchandes sur le pont de l’amitié qui rejoint Hekou, la Chine, de l’autre côté du fleuve Rouge. Des figures familières parsèment le récit, ici un architecte souriant et volubile, là un sociologue vietnamo-provençal aux allures de vieux sage moustachu.

3Entre Nelcya Delanoë et Caroline Grillot, l’historienne touche-à-tout et la socio-ethnologue, s’établit un dialogue complice dont on suit la progression. Deux parcours se croisent, deux vécus se répondent, deux générations de chercheuses échangent leur expérience et abolissent les frontières disciplinaires. Au fil de cette démarche introspective, le lecteur y voit la démonstration que la sensibilité fait partie intégrante de l’outil d’analyse, que les sciences humaines ne le sont que grâce à la nécessaire empathie que l’on veut bien y mettre. Pour ceux qui souhaiteraient une matière plus argumentée, les travaux académiques et les livres qu’elles ont publiés et qui sous-tendent le récit se trouvent sans peine sur Internet.

4Outre le Vietnam, point commun des deux auteures, sont évoquées leurs pérégrinations respectives : au Maroc tout d’abord où Nelcya Delanoë a des racines et qui tient une place centrale dans le récit, au Cambodge ensuite où la même enseignait dans ses jeunes années d’avant les Khmers rouges, mais aussi en Chine où vivait Caroline Grillot lorsqu’elle fit la connaissance de Dũng.

5Les péripéties de « l’affaire Dũng » sert de fil rouge sur une douzaine d’années. Elle est la fille non reconnue d’un des ralliés marocains au Vietminh, une « poussière de vie » à laquelle les auteures apportent leur concours dans une quête de filiation improbable tenant du travail de Sisyphe. Le second élément récurent est le devenir d’une étrange construction, jadis décrépite et presque oubliée, symbole d’une page d’histoire méconnue mais aussi d’une coopération en devenir, désormais réhabilitée et inscrite au patrimoine national.

  • 1 L’emplacement de la porte marocaine étant difficile à trouver, en voici les coordonnées précises : (...)

6Cette porte marocaine1 à trois arches d’inspiration omeyade fut édifiée par les déserteurs marocains de l’armée française ralliés au Vietminh. Đào Hùng nous y a menés il y a vingt ans, Christian Pédelahore et moi-même, difficile à trouver elle était telle que l’auteure la décrit, hiératique et incongrue derrière une ferme des environs de Sơn Tây, vestige d’une présence décalée, monument au mal du pays émergeant des bananiers. Bab Al Maghariba, la Porte immortelle ou Porte permanente, comme on la nomme aujourd’hui avec quelque emphase, a été édifiée par ces Marocains dont la République démocratique, une fois les Français partis, ne savait que faire mais dont on s’était avisé qu’ils s’y entendaient en élevage de bovins. Le Vietnam indépendant étant dépourvu de professionnels, il leur revint de monter une filière laitière. Ils sont tardivement revenus au Maroc, en 1972, lorsqu’enfin le Roi accepta leur retour, emmenant leur famille pour certains, mais pour d’autres laissant sur place des enfants qu’ils ne reverront pas. Dũng est l’une d’entre eux, de ces enfants métis que l’on regarde de travers, dont les traits et la chevelure ondulée renvoient à un passé que l’histoire normée semble vouloir gommer.

7Ce livre est avant tout une histoire de femmes, d’amitiés et de persévérance face à l’adversité. Les soubresauts des histoires nationales ont créé des situations quasi inextricables, il fallait bien que quelqu’un s’attache patiemment à les démêler. Comme le rappelle François Guillemot dans la préface, cette « histoire des petites gens », ballotées par les remous de l’histoire, est la queue de comète de l’épisode colonial. À Casablanca ou à Yên Bài, le sort de quelques familles vietnamo-marocaines ne pèse rien, ne mérite pas une ligne dans les livres d’histoire, n’était le destin individuel de quelques-uns (unes) auxquels on s’attache, et dont la génération suivante hésite à porter le fardeau, à moins qu’elle ne franchisse le pas, change de nom et accepte ce nouveau passeport pour l’obtention duquel des femmes volontaires et opiniâtres ont œuvré pendant des lustres.

8À l’instar de la restauration de la porte marocaine, inaugurée en grande pompe, cette reconnaissance de nationalité vient clore le chapitre préliminaire des relations vietnamo-marocaines. Les deux auteures y ont pris leur part, ont mis la main à la pâte ; leur contribution sincère et désintéressée force le respect.

9Comme par inadvertance, un nombre considérable de thèmes annexes sont abordés. Ces apostilles font le sel du récit car, en quelques paragraphes bien sentis, on en apprend bien plus qu’au fil des rapports aseptisés de la banque mondiale. Le plus souvent, ils ont trait à ces marges sociétales un peu floues qui sont autant de taches blanches sur la carte dépeignant la réalité sociale du Vietnam : le mal-être des enfants métis, l’asservissement aux jeux d’argent, les trafics en tous genres, la prostitution transfrontalière, les illusions d’un mariage mixte et de l’expatriation réputée salvatrice. Et, partout, le rapport à l’argent, désormais omniprésent, ici illustré par la spirale de la dette usuraire, une réalité prégnante du Vietnam actuel. Au gré des chapitres, on y croise les laissés pour compte du progrès, quelques sales types, mais aussi une foultitude de gens de bonne volonté, des hommes de bien facilitant les démarches administratives, des diplomates avenants, d’anciens ralliés au sourire roué, mais surtout des femmes fragiles et fortes, d’une abnégation discrète, de celles qui élèvent l’enfant d’une autre, livrant au fatalisme un combat têtu.

Haut de page

Note de fin

1 L’emplacement de la porte marocaine étant difficile à trouver, en voici les coordonnées précises : Latitude Nord 21°, 6' 7.733000" ; Longitude Est 105°, 24' 53.893400", soit, pour une utilisation plus commode en GPS 84, sur un outil de type Google Earth, 21.102148055555556 105.41497038888889.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Le Failler, « Nelcya Delanoë & Caroline Grillot, Casablanca-Hanoi. Une porte dérobée sur des histoires postcoloniales »Moussons, 37 | 2021, 267-269.

Référence électronique

Philippe Le Failler, « Nelcya Delanoë & Caroline Grillot, Casablanca-Hanoi. Une porte dérobée sur des histoires postcoloniales »Moussons [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 24 juin 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/7820 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.7820

Haut de page

Auteur

Philippe Le Failler

Membre statutaire de l’IrAsia (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France) et maître de conférences à l’École française d’Extrême Orient (EFEO, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search