Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38VariaLes représentations de la panthèr...

Varia

Les représentations de la panthère nébuleuse à Taïwan : usages et résilience dans les débats contemporains

The Representation of the Clouded Leopard in Taiwan: Uses and Resilience in Contemporary Debates
Agathe Lemaitre
p. 203-227

Résumés

Cet article se penche sur la relation entre la panthère nébuleuse (雲豹) et l’ethnie Paiwan de Taïwan et s’intéresse aux coiffes et vêtements traditionnels confectionnés pour le chef de village et sa famille par cette ethnie. Ces coiffes et vêtements sont notamment composés de peaux et de canines de panthères (mais également de plumes d’aigle, de défenses de sangliers, et parfois de cheveux issus de têtes d’ennemies) et confèrent un certain prestige à son porteur en tant que symbole de puissance lié à cet animal rare et puissant. Aujourd’hui, alors que les panthères ont disparu depuis plusieurs décennies, Taïwan envisage leur réintroduction dans la partie sud de la chaîne montagneuse de l’île, entre les comtés de Pingtung et Taitung. Dans cette optique, il apparaît nécessaire de comprendre l’interrelation qui existe entre l’ethnie Paiwan et l’animal. L’importance symbolique de ce félin pour ces autochtones s’est modifiée au cours du temps et des changements sociaux et environnementaux. Les objets confectionnés à partir de panthère nébuleuse ont été modifiés par la disparition de cette dernière et les significations qui leur sont attachées se sont également transformées. De plus, le discours sur la réintroduction de ce félin induit de nombreuses réactions et nombreux questionnements et pousse à s’interroger sur les effets d’un discours scientifique conservationniste sur les autochtones paiwan au niveau local.

Haut de page

Texte intégral

1La panthère nébuleuse (Neofalis nebulosa brachuyra), animal mystérieux et emblématique, est une espèce déclarée disparue à Taïwan depuis environ quatre-vingts ans. Malgré son extinction de l’île, cette espèce conserve une place singulière (historiquement, culturellement, matériellement) non seulement dans l’imaginaire, mais aussi dans la vie quotidienne de certains autochtones taïwanais, notamment les Paiwan. Il s’agit d'une ethnie austronésienne vivant dans le sud et sud-est de Taïwan, dans les comtés de Pingtung (屏東) et Taitung (臺東). La mémoire et l’imaginaire déployés autour de la panthère nébuleuse impactent encore la vie des Paiwan et l’organisation de leurs structures sociales.

2Aujourd’hui néanmoins, de nombreuses transformations sont observables dans leur rapport à ce félin, notamment à travers les vestiges matériels que possèdent encore quelques familles, et dans la transmission orale. Ces évolutions gagnent à être considérées en lien et en miroir avec les transformations des structures sociales autochtones mais également en relation avec les débats écologiques et scientifiques planétaires.

3En effet, à Taïwan l’intérêt réaffirmé des scientifiques et environnementalistes pour la panthère se traduit dans une volonté de réintroduction de ce prédateur, qui nécessite de s’interroger sur la place des autochtones dans ce débat complexe à multiples voix et acteurs. Enfin, au niveau mondial, la panthère nébuleuse est l’objet d’un intérêt conservationniste très lié aux nouvelles avancées des technosciences, et les questions de préservation de cet animal se trouvent mêlées à des débats plus moraux et éthiques.

4À travers la problématique de l’extinction animale, nous nous demanderons comment peuvent être envisagés la place et l’espace (physique, imaginaire, culturel) occupés à Taïwan par la panthère nébuleuse ? Comment prendre en compte sa résilience sur la scène publique et dans l’espace autochtone paiwan ? De quelle façon analyser le nouvel intérêt que suscite cette question chez les différents acteurs (décideurs politiques, environnementalistes, touristes, autochtones) tant au niveau des représentations que dans la constitution d’un espace dialogique articulant local, national et transnational ?

5L’étude de la place de la panthère nébuleuse à Taïwan permet en effet d’analyser le fossé existant entre une vision globale, scientifique, de la gestion de la nature, et une vision locale plus intime dans laquelle naturel et culturel sont intriqués. Dans cet article, nous commencerons par nous pencher sur la relation entretenue dans le passé entre l’ethnie Paiwan et la panthère nébuleuse. Cette relation a évolué avec l’extinction de ce félin et sa transformation d’un animal sauvage, roi des montagnes, en un devenir d’héritage familial et culturel sous forme de parures, vêtements et objets matériels. Nous observerons le rapport ambivalent entretenu vis-à-vis de ces biens précieux. Puis nous nous interrogerons sur la complexe articulation des niveaux local, national et global, concernant la gestion de la réintroduction de la panthère à Taïwan, ainsi que les dissonances de compréhension et d’appréhension de ces politiques de réintroduction.

La « culture panthère nébuleuse » chez les Paiwan

Présentation du terrain et du contexte de la recherche

Les Paiwan, une société de chasseurs

  • 1 En 2013, la panthère nébuleuse a été officiellement déclarée éteinte à Taïwan, mais en 2019 plusieu (...)
  • 2 15 Janvier 2021, Tuban village, Taitung county, discussion avec un chasseur.
  • 3 Les Paiwans sont une société à rangs possédant des biens matériels (emblèmes de richesse) mais le s (...)

6Lorsque la panthère nébuleuse vivait encore à Taïwan1, certaines ethnies autochtones entretenaient des liens particuliers avec elle. C’est notamment le cas des Rukai qui la considéraient comme un animal sacré. Chez les Paiwan, on retrouve également ce lien affectif fort à l’animal. Les Paiwan étaient une société de chasseurs et le rapport à la faune sauvage à travers les activités cynégétiques structurait l’ensemble de leur société. La chasse était complétée par des activités de pêche et de cueillette, d’agriculture itinérante sur brûlis basée notamment sur le millet et les tubercules (taro, patate douce), ainsi que d’un petit élevage de chiens et de cochons. La chasse permettait de produire de la nourriture, mais contribuait également à l’affirmation des rôles de chacun dans la société. En effet, le concept de partage (pakan) au cœur de la société paiwan est fortement lié à l’activité cynégétique. Après avoir attrapé du gibier, le chasseur se doit de partager l’animal, une part revenant au chef détenteur du territoire, à ses compagnons de chasse s’il est parti en groupe, à sa famille maternelle, à la famille de sa femme et ainsi de suite selon le degré de parenté2. Le chef lui-même redistribue aux familles dans le besoin (pauvres, malades, orphelins, veuves). Chaque partie de l’animal à une connotation particulière et les règles de partage réaffirment toute l’organisation sociale et les liens familiaux. Alain Testard (1985) remarque que toutes les sociétés de chasseurs-cueilleurs effectuent une redistribution du gibier, mais selon des modalités variées, et indiquant des formes d’organisations sociales différentes3. Le gibier n’est donc pas propriété du chasseur seul mais permet une redistribution à divers niveaux de la société et le maintien du lien social. Finalement, à l’instar de la majorité des peuples autochtones, cette activité connectait les humains aux mondes naturels et spirituels (Hamayon 2010 ; Liu 2013). Aujourd’hui, la chasse n’est plus une activité structurante comme dans le passé, notamment en raison des restrictions gouvernementales, d’une économie de marché qui pousse à acheter la viande aux supermarchés, mais aussi parce que les jeunes passent de plus en plus de temps hors des villages, ce qui limite la transmission par les aînés des connaissances de la nature. Aujourd’hui, la plupart des jeunes partent pour étudier et trouver du travail en ville (Taipei, Taichung), souvent comme infirmières et garde-malades pour les femmes ou dans le bâtiment et les usines pour les hommes (Sugimoto 2019). On trouve donc peu de personnes de moins de cinquante ans dans le village durant la semaine.

7Les Paiwan vivent dans le sud de Taïwan et ils sont divisés en plusieurs groupes dialectaux selon quatre aires géographiques (nord, sud, est et centre) (許功明 Xu Gong-Ming 1993). La résidence est ambilocale et la filiation bilatérale. Chaque famille possède un nom de maisonnée qui est transmis par primogéniture : le premier né, fille ou garçon, sera donc l’héritier de la famille et de la maison. Les maisons étaient lieux de vie et de mort : les enfants y naissaient et en acquéraient leur identité et jadis, les membres de la famille étaient enterrés sous la maison (aujourd’hui ces enterrements sont interdits et les naissances ont lieux en hôpital). Cette construction matérielle est le dépositaire d’une forme d’identité familiale qui persiste, immuable à travers le temps (Chiang 1993). Les Austronésiens confèrent souvent aux maisons ce double aspect matériel et culturel assurant une continuité sociale et historique (Fox 2006). De nombreux chercheurs (Lévi-Strauss [1979] 1988  ; Macdonald 1987 ; Haddad 2014) ont travaillé sur le concept de « société à maison » comme une forme de structure sociale dans laquelle la maison (matérielle et symbolique) est utilisée par un groupe d’individus comme base de son identité culturelle, historique et sociale. En effet, chez les Paiwan, les maisons portent le nom de l’ancêtre familial et l’habitant de la maison utilise aussi ce nom pour se rattacher à ses ancêtres.

8En raison de leur proximité avec d’autres groupes autochtones (notamment les Rukai au nord de Pingtung), les structures sociales paiwan peuvent différer selon les zones géographiques (童信智 Tong Xin-Zhi 2017). Leur société est organisée selon un principe de rangs sociaux, qui régule la place et les devoirs-droits de chacun. La communauté est divisée en trois principaux rangs sociaux : les grands chefs vusam mamazangiljan, les nobles mamazangiljan, et le reste de la population adidan(石磊 Shi Lei 1977 ; 譚昌國 Tan Chang-Guo 2007). En parallèle de la hiérarchisation en classes sociales, il existe des statuts non héréditaires, acquis par la reconnaissance des esprits et le mérite personnel. C’est notamment le cas des chamanes (pulingau, palakalai), des héros (rakac) et de certains conseillers et aides du chef (pualu). Tous les hommes sont des chasseurs (qinunan), ce n’est donc pas une catégorie sociale. Cependant, un chasseur ayant tué de nombreux animaux ou des animaux rares, tels que la panthère nébuleuse ou l’ours noir, peut acquérir un statut supérieur de guerrier qui s’ajoute à son identité sociale. Les chamanes ont une place à part dans la société(譚昌國 Tan Chang-Guo 2007), ils permettent d’entrer en contact avec le monde des vivants et celui des morts, qu’il s’agisse du monde animal ou du monde des esprits et des ancêtres. Ils se divisent entre chamanes hommes (palakalai) et chamanes femmes (pulingau) assumant des tâches différentes. Les hommes officient dans certaines cérémonies liées à la chasse et au bien-être de la communauté globale en menant des rituels généralement courts. Les femmes prennent en charge les cas de maladies, des rites de passage, de mort, ou les problèmes individuels bien qu’également certains rituels communautaires (leurs rituels sont généralement longs et complexes) (胡台麗 Hu Tai-Li 2016 ; Zheng 1991). Aujourd’hui, il reste peu de chamanes et la majorité sont des femmes qui prennent en charge la majorité des tâches autrefois divisées.

9La cosmologie paiwan est originellement polarisée entre le monde des humains et le monde des esprits-ancêtres dont les chamanes aident à réguler la communication (Zheng 1991). Les esprits sont multiples : certains sont bienfaisants, d’autres malfaisants ou juste malicieux. Depuis le milieu du xixe siècle, avec une accélération dans les années 1960-1970, de nombreux missionnaires chrétiens entreprirent l’évangélisation de Taïwan ; leurs efforts se concentrèrent rapidement sur les autochtones, plus réceptifs à la conversion que les populations chinoises hans (Rubinstein 1991). À présent, les Paiwan sont majoritairement chrétiens (catholiques, protestants, etc.) mais ils conservent, selon différents degrés, une croyance dans le monde des esprits-ancêtres (Zheng 2009).

La panthère nébuleuse de Formose

10Taïwan est une île volcanique de 36 000 km2 qui coupe le tropique du Cancer. L’île est composée pour les deux-tiers de montagnes, et sa diversité topographique permet de trouver des zones tropicales, tempérées et glaciales avec des écosystèmes variés allant des forêts sempervirentes subtropicales jusqu’aux forêts pluviales. Cette richesse écologique permet l’existence de faunes et de flores très diversifiées, cependant aucun grand prédateur ne régule plus le cycle animal. En effet, durant la colonisation japonaise (1897-1945) la panthère nébuleuse a silencieusement disparu, en lien avec plusieurs facteurs concomitants (葁博仁 Chiang Bo-Jen 2007) : l’importante coupe des forêts par les Japonais et le KuoMingtang (KMT 國民黨) qui a réduit et fragmenté l’habitat naturel du félin. L’intensification de la chasse, avec l’envoi au Japon de viandes, de fourrures, de spécimens et d’animaux vivants, a diminué le nombre des proies. Enfin, l’intérêt pour la chasse de la panthère elle-même a augmenté avec le commerce des peaux et spécimens avec le Japon. Il est difficile de suivre la trace de ce félin dans les montagnes de Taïwan, cependant divers témoignages d’autochtones ont permis d’estimer approximativement la période au-delà de laquelle la panthère n'a plus été vue, soit il y a environ soixante-dix-quatre-vingts ans, vers la fin de l’occupation Japonaise et le début du régime du KMT. L’étude réalisée par Chiang Bo-Jen (2007) dans le cadre de son doctorat entre 2000 et 2004 a également établi qu’aucune panthère ne serait encore présente dans les montagnes taïwanaises. Pourtant récemment, de nouveaux témoins affirment avoir aperçu la panthère nébuleuse (février 2019)4 et le doute subsiste quant à sa disparition réelle. L’absence de preuve matérielle ne permet pas encore d’assurer avec certitude la véridicité de cette déclaration. En dehors de ce félin la grande faune taïwanaise se compose notamment d’ours noirs (frugivore), de sangliers, de Reeve muntjacs, de cervidés serow, de macaques et d’écureuils volants (polatouches) géants. Les panthères nébuleuses ont un habitat variable, avec une préférence observée pour les forêts tropicales de basse altitude, mais elles peuvent également vivre en forêts sèches, forêts secondaires, mangroves et zone montagneuses. Ces panthères sont des animaux nocturnes à tendance arboricole5. À Taïwan, le manque d’observation et d’information concernant ce félin rend toute estimation difficile, toutefois il semblerait que la panthère ait surtout été aperçue dans des territoires forestiers de moyenne altitude, sur les pentes du massif montagneux de Dawu, l’arrête centrale au sud de Taïwan.

11Plusieurs groupes autochtones ont été en contact avec la panthère, notamment les Paiwan et les Rukai, mais également les Bununs et les Atayal comme l’attestent des registres de chasse tenus par les Japonais (馬淵東一 2017). Les Rukai sont la seule autre ethnie, en dehors des Paiwan, à avoir attribué une place culturelle importante à la panthère. Cependant, je me suis aperçue au début de mes recherches que principalement un groupe de Rukai estime la panthère nébuleuse comme particulièrement importante, en raison de légendes faisant de cet animal leur guide et conseiller et donc ne devant pas être chassé. Très peu de Rukai possèdent des objets en peaux ou dents de panthère et ils n’établissent pas de lien direct avec leur système de rang social. En raison de la complexité et de la richesse sociale et culturelle de la relation des Paiwan à ce félin, ce travail se concentre donc principalement sur cette ethnie.

Terrain de recherche

  • 6 Depuis 2020 mes recherches se sont élargies au comté de Taitung dans les communes de Daren, Dawu et (...)

12Mon terrain s’est principalement déroulé dans le comté de Pingtung auprès des Paiwan du centre (Paumamang) dans les communes de Laiyi (來義鄉) et Taiwu (泰武鄉). Pour cette étude, j’ai réalisé de nombreux séjours courts (de 3 jours à une semaine) dans divers villages des communes de Laiyi et Taiwu. J’ai commencé par visiter des familles de chefs afin d’identifier les maisons encore en possession de parures en peaux de panthère nébuleuse. Mes recherches ont commencé en janvier 2018 et sont toujours en cours dans différents villages autour de Laiyi6. J’ai pu ainsi découvrir de nombreuses parures en peau de panthère et j’ai commencé à me renseigner sur ces objets. Mon objectif premier était de retracer l’histoire de ces objets (d’où viennent-ils, comment sont-ils transmis, quand sont-ils entrés dans la famille, etc.), mais progressivement mon questionnement a évolué pour essayer de comprendre la relation des Paiwan à la panthère et l’évolution de cette relation dans le temps. J’ai eu recours à des interviews individuelles ou par petits groupes familiaux (entre deux et quatre personnes). Je mène des entretiens formels semi-directifs en parallèle de discussions informelles et d’observations.

La chasse de la panthère nébuleuse dans le passé

13Pour les Paiwan, la panthère possède un statut spécial et supérieur dans la division établie entre les différents animaux. Selon mes interlocuteurs (notamment un chasseur et ancien du village de Qijia), il existe une division en trois catégories : tout d’abord les animaux qui représentent un gibier habituel (獵物) tel que les muntjacs, les sangliers, les écureuils volants, les serows, etc. S’ensuivent les animaux reliés au monde des ancêtres et des esprits, notamment le serpent aux cent pas (百步蛇 Deinagkistrodon acutus) ; ces animaux sont tabous, ils ne peuvent être chassés. Mais il existe une catégorie intermédiaire d’animaux qui ne sont pas considérés comme du gibier et ne sont normalement pas chassés, sauf si piégés ou rencontrés par hasard. C’est le cas de l’ours noir (黑熊 Ursus thibetanus formosanus), de la panthère nébuleuse (雲豹 Neofalis nebulosa brachuyra) ou de l’aigle montagnard (熊鷹 Nisaetus nipalensis). Ces trois animaux étaient considérés comme l’équivalent à chasser la tête d’un ennemi et conféraient un statut similaire au chasseur. De nombreuses ethnies austronésiennes pratiquaient la chasse aux têtes, qui était un événement important pour la reproduction de la communauté (son unité), comme rite de passage individuel ou comme rite de purification (Cauquelin 2004 ; Liu 2013). La panthère est valorisée par son statut de grand prédateur et par de nombreuses caractéristiques anthropomorphes telles que l’intelligence, la bravoure, la force, la noblesse qui lui sont attribuées. Pour mes informateurs, la panthère était le mystérieux roi de la forêt qui rôde dans l’ombre et fait régner l’ordre. Dans de nombreuses cultures autochtones à travers le monde les grands félins acquièrent un statut à part en tant que prédateur, par leur position au sommet de la chaîne alimentaire alliée à leur intelligence et à la difficulté de les chasser. On peut par exemple mentionner le jaguar en Amérique du Sud (Kohn 2013).

14Si une panthère était chassée par erreur ou par hasard (par exemple prise dans un piège), elle était ramenée au village par le chasseur mais laissée dans un premier temps à l’extérieur du périmètre du village de façon à éviter d’apporter la mauvaise fortune à la communauté. La chamane (pulingau) devait tout d’abord réaliser une cérémonie (palisi) de remerciement et d’apaisement pour les esprits afin de leur demander pardon pour cette inhabituelle chasse. Sans la conduite de ce rituel le chasseur et sa famille et plus largement le village tout entier courraient le risque de subir de nombreux problèmes, accidents, voire morts. Le rituel accompli, le chasseur apportait la panthère au chef du village (vusam mamazangijlan).

15Le chef est considéré comme l’intercesseur de la communauté auprès de l’environnement biophysique et de ses forces agissantes : il attribue des parcelles de terre à travailler et chacun rend une part de ce qu’il a chassé, cueilli, ramassé (張金生 Zhang Jin-Sheng 2013). Le chef peut ensuite redistribuer ce surplus aux familles dans le besoin. Lors de la chasse d’un gibier habituel (sanglier, muntjacs, etc.) le chef reçoit une part de l’animal ; lorsqu’il s’agit d’un animal extraordinaire, tel que la panthère nébuleuse, le chasseur lui remet toute la gestion de l’animal. Selon certains informateurs, le chef conservait la peau, les dents et la queue du félin puis offrait la viande aux villageois qui la partageait lors d’une fête. La plupart des villages estiment que la viande ne pouvait pas être mangée et certains pensent qu’il fallait enterrer le corps du félin. Le chasseur, pour sa part, était valorisé pour son exploit et recevait le rang de guerrier (rakac) car il s’était vu accorder par les ancêtres la chance de chasser un tel animal.

La panthère nébuleuse comme médium entre homme, Nature et Esprit

16L’événement de la capture d’une panthère valorise l’union de la société dans son entier. Dans leur cosmologie, les animaux sont considérés comme offerts par les ancêtres et esprits aux chasseurs ; sans l’accord des esprits aucun chasseur ne peut être victorieux. En raison de cela, avant de chasser, des offrandes et prières sont réalisées pour se concilier les faveurs des esprits (alcool de millet, bétel, etc.), et au retour de la chasse une partie du gibier est offerte en offrande de remerciement (傅君 Fu Jun 2013). L’activité de la chasse – et à plus forte raison lorsqu’une panthère était attrapée – crée un flux de connexions entre les différents pôles du monde humain, divin et animal. En effet, la panthère était un cadeau des esprits-ancêtres, don qui, par l’intermédiaire du chasseur, est ramené au village. On comprend mieux l’idée exprimée auparavant qui pourrait être perçue comme paradoxale : une panthère qui ne serait pas gibier mais serait parfois tuée en apportant la gloire au chasseur. Attraper une panthère démontre qu’un cadeau spécial est fait au chasseur et au village.

17On observe trois types de connexions dans ce processus : une connexion circulaire entre Hommes, Nature, Esprits ainsi qu’une autre connexion circulaire au sein du village entre divers rangs sociaux : chef, chasseurs, villageois et enfin une dernière connexion entre hommes et femmes, car les hommes sont en charge de la chasse et les femmes en charge d’élever les cochons domestiques qui sont ensuite utilisés pour les offrandes. Les offrandes elles-mêmes et le rituel sont menés par des chamanes qui sont également des femmes et assurent la communication avec le monde des ancêtres et esprits. On constate donc que c’est toute la société qui est impliquée dans le processus de chasse et d’intégration de l’animal tué au sein du village et qu’un système de don, contre-don est établi pour permettre ces intégrations circulaires.

18Les peaux et dents de panthère étaient utilisées pour la confection de parures et vêtements que le chef sera le seul à pouvoir porter. Ainsi étaient confectionnées des tuniques sans manches en peau de panthère : généralement le pan de derrière est en peau tandis que sur le devant deux pans s’attachent sur la poitrine, souvent constitués de tissu rouge et cousus de motifs paiwan liés à la chasse ou aux ancêtres (animaux, têtes d’Hommes, serpents, soleil, etc.). Cependant, les pans du devant peuvent parfois être en peaux de panthère. La texture est rigide car les peaux sont peu flexibles. Les coiffes traditionnelles, formées en arc de cercle à partir de la queue de la panthère, sont un autre élément important confectionné à partir de l’animal. Sur le devant, les dents et parfois les mâchoires sont cousues à la coiffe selon une forme concentrique, elles peuvent être organisées autour d’un coquillage ou de cercles de perles qui symbolisent le soleil (l’un des ancêtres fondateurs des Paiwan ; 胡台麗Hu Tai-Li 2007). Des défenses de sangliers, ramures de muntjacs, plumes d’aigles viennent compléter le sommet et les côtés de la parure.

19Ces objets, possessions du chef et de sa famille, ont une valeur de représentation du statut supérieur du chef. En portant cette fourrure et ces dents, le chef se charge des caractéristiques de l’animal (force, bravoure, etc.) et un parallèle s’établit entre la panthère comme roi de la forêt et le chef comme gardien de sa communauté ; tous deux sont au sommet. Le port de ces objets constitués de panthère nébuleuse est aujourd’hui limité à des cérémonies spéciales, telles que les mariages, les fêtes de récoltes, et autres rituels majeurs. Durant ces cérémonies, le chef en arborant ces parures en panthère renforce la représentation de son pouvoir et de son rang social, appuyé par le monde des esprits. Ces objets, comme tous les biens précieux, sont transmis de génération en génération et demeurent dans la maison familiale sous la tutelle de l’aîné.

Les objets en panthère et leur transmission

20Comme j’ai pu l’observer, tous les biens précieux, culturels et familiaux (bijoux, sculptures, objets, vêtements et parure) sont conservés dans la maison familiale et ne doivent pas être dispersés. Ces objets rares et précieux sont un héritage qu’il faut soigneusement préserver et maintenir en bonne condition. Ils sont conservés dans la maison familiale sous la tutelle de l’héritier de la maison, mais le reste de la famille peut utiliser ces objets et vêtements lors de certains événements. L’aîné est le garant et dépositaire de cet héritage.

21Les objets en panthère nébuleuse deviennent au fil du temps des trésors culturels et familiaux qu’il n’est pas facile de conserver en bon état, notamment dans le climat chaud et humide de l’île ; les peaux perdent leurs poils, s’abîment et se cassent. Aujourd’hui la panthère a disparu de Taïwan et la relation à l’animal et à ses traces (dont les objets traditionnels) a changé au fil du temps. Les évolutions de cette société peuvent s’observer en reflet de la transformation de la relation à l’animal et à sa mémoire. C’est pourquoi nous allons étudier dans une seconde partie la relation des Paiwan aux objets élaborés à partir de panthère nébuleuse.

Les relations des Paiwan avec les biens précieux en panthère nébuleuse

Transformations sociales et évolution du rapport aux biens

  • 7 Au début de mes recherches, en janvier 2018, il m’a été difficile de remonter leurs pistes jusqu’au (...)

22Les pratiques entourant les objets et les vêtements en panthère nébuleuse ont beaucoup évolué au cours du temps et des transformations sociales de ce peuple. Premièrement, le port de parures faites à partir de panthère nébuleuse devient une pratique de plus en plus populaire à partir des années 1990 et 2000, tandis que dans le passé seules quelques personnes étaient autorisées à les utiliser. J’ai pu me rendre compte néanmoins qu’aujourd’hui ces parures sont souvent fabriquées à partir de fausses fourrures et fausses dents en raison de l’extinction de la panthère. En outre, les objets transmis familialement sont de plus en plus rares et difficiles à trouver7. J’ai pu voir de nombreuses imitations d’objets en panthère nébuleuse qui ont l’avantage d’être plus faciles à acheter et moins chers. À côté des imitations en synthétique, il existe également de nombreuses peaux importées, notamment depuis la Chine continentale, qui proviennent d’autres sous-espèces de panthères, de tigres ou encore de hyènes.

  • 8 En 1973, la Convention on international trade in endangered species of wild fauna and flora est ado (...)

23L’augmentation de la demande et du prix des objets en peaux de panthères, en s’ajoutant à l’extinction de ce félin, a conduit à la recherche d’autres sources d’acquisition de peaux et de dents nécessaires à la fabrication des parures traditionnelles. Pendant un court laps de temps après la fin de l’occupation japonaise et jusqu’aux années 1970, le manque et l’absence de contrôle du commerce ont permis la commercialisation de nombreuses fourrures et trophées d’animaux entre Taïwan et d’autres pays asiatiques. On observe dès les xiiie et xive siècles le développement d’import-export de peaux d’animaux, d’objets et de nourritures de toute sorte entre Taïwan et ses voisins asiatiques, notamment la Malaisie, le Vietnam, l’Indonésie, les Philippines, etc. (Chiang Bo-Jen 2007). La différence est liée aux volumes exportés qui n’ont cessé d’augmenter pendant la période d’occupation japonaise jusque dans les années 1970. Parmi ces objets, les fourrures de félins ont été importées de façon à combler l’absence de l’animal dans le pays et permettre aux autochtones de maintenir l’usage cet emblème vestimentaire. Dans les années 1970, de nouvelles lois pour la protection de l’environnement et la conservation des espèces en danger (avec notamment la limitation de leur commerce8) ont été adoptées au niveau international (Cooper & Rosser 2002). Ces lois ont limité puis stoppé l’import de fourrure de panthère par Taïwan.

24Durant mes recherches, il m’a été permis de voir à plusieurs reprises des peaux en très bonnes conditions, qui ont récemment été importées à Taïwan depuis la Chine (principalement durant les années 1960 et 1970 mais aussi plus tardivement). Ces peaux sont souvent plus stéréotypées, se ressemblant toutes, et visiblement dédiées à des buts commerciaux. J’ai pu voir un set de deux tuniques accompagnées de deux casques identiques faits à partir de peaux et de têtes de panthères.

25Une évolution semble donc visible dans les attitudes en relation avec le mouvement de revalorisation culturelle depuis les années 1980-1990. De nombreux Paiwan souhaitent porter des costumes qui ressemblent à ceux des vieilles photos (des informateurs m’ont montré des photos des ancêtres des générations précédentes et de leurs vêtements), pour mieux s’identifier à cette culture, même s’il s’agit de fausses peaux synthétiques. La nouvelle génération (née au début des années 2000) essaie de combler le fossé avec les vieilles traditions et habitudes (qui se sont progressivement perdues avec leur répression pendant la période japonaise puis celle du KMT), tout en les transformant et les adaptant à la période contemporaine.

26Les biens culturels précieux, malgré l’extinction de la panthère, continuent de se transformer, devenant des biens commerciaux et non plus de simples dons. Ils pénètrent dans une logique de consommation ou le bien culturel devient ce que l’anthropologue Arjun Appadurai (1986) nomme « commodity », un bien lié à l’échange, dans un contexte capitaliste. Selon ce chercheur il est nécessaire d’envisager la circulation, le processus d’achat, de vente et de demande comme lié à un schème plus large. L’augmentation du flux de parures en panthères chez les Paiwan s’inscrit dans les dynamiques de la société taïwanaise tout autant que dans une logique mondiale. En effet, à Taïwan, on constate depuis le début des années 2000, d’une part à un mouvement de valorisation des costumes, spectacles, mises en représentation des autochtones, tendance qui encourage le port de ce genre de parures, et, d’autre part à une dynamique de « ré-ensauvagement » 再野化 (吳海音 WU Hai-Yin 2019 ; Graef 2016) avec la volonté de restauration de la nature sauvage. Cela s’ancre dans une logique mondiale de restauration d’un environnement abîmé et pollué par l’impact humain. Ce second mouvement s’intéresse de près à la panthère nébuleuse, et la possession des dernières traces de son vécu (peaux, dents, etc.) par les Paiwan leur confère une place dans le dialogue conservationniste national. À Taïwan, le mouvement de patrimonialisation de la nature qui a débuté dans les années 1970-1980 confère une place importante à la conservation des espèces endémiques et des écosystèmes, en faisant de la nature insulaire une de ces bases historiques et identitaires (Allio 2008).

27Dans mes enquêtes, je me suis aperçue que pour une majorité de personnes le port d’imitations (peaux, dents) ne pose pas forcément de problème de discrédit ou de falsification car la panthère a disparu et il n’est plus possible d’obtenir de nouvelles vraies peaux. Cependant, un certain nombre de personnes pensent à l’inverse qu’une fausse peau n’aura jamais la légitimité d’une vraie peau et qu’il s’agit juste d’un « costume ». Selon mes informateurs, porter de vraies peaux semble préférable, mais la situation est complexifiée par l’extinction de l’animal. De ce fait, une famille possédant une vraie peau a également parfois en complément de fausses peaux, utilisées notamment s’il pleut lors de certaines cérémonies, pour éviter d’endommager les vieilles peaux. Dans le village de Laiyi (來義村), dans la maison du chef, j’ai vu des photos d’un des ancêtres portant une vraie peau en bonne condition alors que sur d’autres photos ce même homme porte un costume en fausse peau. Selon mes informateurs, ce serait pour maintenir la vraie peau en bon état.

28En dehors du problème de la préservation, lorsque des membres de la famille souhaitent faire l’acquisition de peaux de panthère, en plus de celle de la maison familiale, les imitations synthétiques sont la principale source disponible (et cela depuis plusieurs décennies, en raison des restrictions douanières).

  • 9 D’autant que l’autorité des chefs traditionnels a décliné pendant la période japonaise puis avec l (...)

29Malgré le fossé entre l’ancienne tradition de chasse et la nouvelle façon de porter et d’acquérir ces objets, la panthère nébuleuse demeure un emblème important pour les Paiwan. Néanmoins, le rapport à ce type de bien change tandis que la société mute en s’ancrant dans une économie de marché globale, guidée notamment par la nécessité de quitter le village pour aller étudier et travailler en ville (avec une dynamique amorcée depuis les années 1960 et qui n’a cessé de s’accélérer après les années 1980-1990). La logique mondiale de marchandisation se retrouve également dans l’évolution du rapport des autochtones aux biens précieux en panthère. Ces objets, bien que profondément liés à l’histoire passée du groupe (notamment lorsque la panthère vivait encore dans les montagnes), continuent de faire sens aujourd’hui, mais pour cela ils sont toutefois forcés de muter de façon à exister au présent. La perpétuation de cet emblème à travers les époques, malgré ses transformations, est une manière de revendiquer une résilience identitaire. Toutefois, porter de fausses peaux ou des dents importées indique des standards qui ne sont aujourd’hui plus basés sur la reconnaissance sociale par le village de l’autorité spéciale du chef9, mais plutôt sur une reconnaissance sociale axée sur l’argent et la réussite individuelle. Pour pouvoir acheter de fausses dents et peaux, ou vêtements, il est nécessaire d’avoir suffisamment d’argent car ces parures sont souvent chères. Mes interlocuteurs étaient souvent fiers de me dire le prix déboursé pour ces objets. Les transformations des structures sociales sont clairement apparentes à travers la modification des relations aux objets fabriqués en panthère nébuleuse. Si la panthère demeure une manière de se présenter au monde, une marque d’une identité ethnique enracinée dans le passé, à l’intérieur de l’ethnie sa signification a changé : glissant d’une autorité attribuée au chef et sa famille pour devenir ces dernières décennies un symbole de pouvoir et de richesse (concurrençant l’autorité traditionnelle et permettant l’émergence d’une nouvelle élite). Bien que seul le chef, semble-t-il, puisse utiliser ce genre de parure, les anciennes règles traditionnelles (qui le porte, quand, de quelle façon) sont de plus en plus fragilisées par ces nouvelles valeurs.

  • 10 Le terme biographie désigne une « relation écrite ou orale des événements particuliers de la vie d’ (...)

30La relation à la panthère, animal vivant ou objet biographique, peut nous aider à analyser et comprendre les évolutions des sociétés paiwan dans le temps. Le concept d’objet biographique10 tel que je l’utilise ici représente un objet qui par son ancrage dans la vie d’un individu, ou d’un groupe social, permet de retracer une part de l’histoire de cet individu, de ce groupe, d’établir des repères et marquer des évolutions dans ces vies. Ces biens en panthère ont une signification évolutive, et eux-mêmes se transforment et s’adaptent à l’époque, leurs matériaux changent, leurs modes d’acquisition et de transmission changent, mais leur ancrage dans le passé n’en est pas effacé pour autant : ils restent inscrits dans un rapport biographique avec le passé. Ces biens précieux sont à la fois éléments stabilisateurs enracinés dans le passé et flux reliant au présent. L’objet chez les Paiwan fait sens non pas comme seul récit du passé, comme c’est le cas pour les objets patrimoniaux, mais aussi comme récit biographique, qui retrace une évolution familiale et de cette société et s’intègre à leurs vies en tant qu’acteur actif.

Question d’histoire et de mémoire, le rapport à l’objet lui-même

31En dehors de la perte de ces biens précieux en panthère, mes informateurs m’ont souvent dit avoir oublié l’histoire de ces objets et leurs liens avec la panthère. Une longue période s’est écoulée depuis que les dernières panthères ont été chassées (entre 50 à 100 ans), et deux ou trois générations plus tard peu de personnes se souviennent de l’origine de ces objets. Quand sont-ils entrés dans la famille ? Par qui ont-ils été donnés ? etc. Les personnes âgées qui pourraient fournir des informations plus détaillées sont pour la majorité décédées. Il existe donc un vide entre les périodes. Les occupations japonaises puis chinoises ont encouragé l’oubli du passé et la transformation des sociétés autochtones dans le but de les intégrer à un État moderne. Les différentes ethnies se sont vu interdire pendant plusieurs décennies de porter leur nom autochtone, parler leurs langues ou pratiquer certaines de leurs cérémonies (Hsieh 1994 ; Liu 2011 ; Munsterhjelm 2002 ; Stainton 1999). Ces interdictions ont conduit à un oubli de certaines histoires et traditions orales qui n’ont donc pas été perpétuées. Les cultures autochtones et leurs organisations sociales ont été affaiblies et réadaptées au nouveau contexte contemporain. Plusieurs informateurs ou villageois m’ont dit que « je venais trop tard », que « personne ne savait plus rien au sujet de la panthère car c’était il y a trop longtemps ». Néanmoins, après le réveil des identités autochtones au cours des années 1980 et 1990, un nouvel intérêt a émergé pour le passé culturel autochtone, et les artefacts faits à partir de panthère nébuleuse sont de nouveau valorisés.

32Ainsi au début de mes recherches j’ai été surprise, voire désappointée, de ne pas parvenir à récolter d’informations sur l’histoire de ces objets. Cette absence de mémoire sur l’objet et la présence de nombreuses imitations m’ont amenée à m’interroger sur la pertinence de ma recherche. Néanmoins, par la suite, l’anthropologie matérielle m’a fournie un nouvel angle d’approche de façon à comprendre ce que disent les objets, et quels sont leurs pouvoirs d’action.

33L’absence d’histoire connue ne signifie pas l’absence de signification et d’importance symbolique affective et mémorielle attachées à ces biens. De nombreux anthropologues travaillant autour des cultures matérielles ont montré la nécessité d’étudier les objets afin de mieux analyser la société. Par exemple Janet Hoskins explique que chez les Kodi d’Indonésie : « […] objects are invested with great significance in both collective representation of the past and the individual storing of bibliographical memory » (1998 : 9). Les Paiwan constituent un cas similaire avec les peaux et dents de panthère : les objets constituent un lien personnel généalogique aux ancêtres mais aussi un lien historique et culturel collectif partagé et assurant la différenciation des couches sociales. De plus, toujours selon J. Hoskins, on peut considérer que les vêtements faits à partir de fausses peaux ou de peaux importées ne perdent pas pour autant leur signification première car, même si l’enveloppe change et prend une autre forme par faute de moyen de préservation de l’ancienne forme, la signification et le pouvoir symbolique sont tout de même transmis et insufflés à l’objet créé. Il s’agit alors d’étudier tant le passé et/ou ce qui en est transmis (traces), que le présent et ce qu'il révèle de ce passé et de lui-même.

34Ainsi une de mes informatrices me disait avoir une coiffe en peau de panthère, cependant lorsqu’elle me l’a montrée, j’ai vu une peau synthétique. Elle m’a expliqué que la vraie peau est en fait à l’intérieur mais qu’elle est trop abîmée, a perdu tous ses poils ; elle l’a donc entouré d’une fausse peau, plus esthétique. Pour elle, la question du faux ne se pose pas, il s’agit d’une vraie peau, même dissimulée par la fausse peau.

35J. Hoskins observe ce processus chez les Kodi à propos de sac à bétel en fibre de plantes. Après quelques années, les fibres se détruisent et il faut acquérir un nouveau sac, cependant la signification du premier sac demeure intacte. Le sac est transmis à la génération suivante qui devra acquérir un nouveau sac lorsque l’ancien sera trop usé : le nouveau sac réincorpore la signification de l’ancien (Hoskins 1998). Dans le cas du sac de bétel comme des parures en panthère la signification transcende l’objet, la nécessité de le remplacer ne crée pas obligatoirement de rupture dans la chaîne de relation, mais « l’âme » de l’objet s’incarne et se réincarne sous une nouvelle enveloppe.

36Ainsi, les nouvelles peaux de panthère synthétiques ou importées incarnent la relation ancestrale à l’ancien animal formosan dans une sorte de lien biographique. Selon la logique de J. Hoskins (1998), les objets biographiques permettent de dire et comprendre la vie des individus, en allant plus loin je considérerai la signification de ces objets comme perdurant à travers les générations.

Quel rapport patrimonial aux biens précieux en panthère ?

37Nous abordons la notion de patrimoine et patrimonialisation des biens précieux par les sociétés et Nations. Le patrimoine est défini par le dictionnaire du CNRTL comme « [e]nsemble des biens hérités des ascendants ou réunis et conservés pour être transmis aux descendants » et « [c]e qui est transmis à une personne, une collectivité, par les ancêtres, les générations précédentes, et qui est considéré comme un héritage commun ». Il s’agit donc d’un héritage venu du passé et qui prend place dans le présent par sa transmission à une personne ou un groupe social et culturel.

38Les États-nation contemporains travaillent depuis les xixe et xxe siècles à la constitution d’ensemble géographique et social national, uni autour d’un territoire, d’une culture, (souvent) d’une langue commune. Un des points importants dans cette constitution, et qui n’a cessé de prendre de l’ampleur au xxie siècle, est la question du patrimoine et des biens patrimoniaux (Anderson 2006 ; Gravari-Barbas & Guichard-Anguis 2003). Les musées, monuments et objets classés comme biens nationaux à valeur patrimoniale, remplissent l’espace public dans le but de créer du lien entre les citoyens, par le partage d’objets et d’espaces de mémoire collectifs. L’histoire nationale reposant sur l’écrit s’ancre dans le temps long et les lieux de mémoires sont des vestiges éducatifs et culturels d’une communauté nationale. Le patrimoine tend à créer un lien de communauté nationale ou de groupe culturel entre les individus (Pumketkao-Lecourt & Peyronnie 2020).

39Dans le cas des États-nation, les objets du patrimoine représentent la perpétuation du passé conservé dans le présent. Ces objets sont immuables, mais ils continuent d’agir en suscitant des émotions et des réactions. Ils sont envisagés comme des « éclats du passé », bien que parfois ce passé soit lui-même construit et ré-inventé au présent (Poulot 2006). Le patrimoine bien qu’héritage du passé continue de changer selon le sens que lui confèrent les sociétés contemporaines.

40En parallèle de cette logique patrimoniale les sociétés autochtones manquent souvent de traces écrites permettant de remonter avec acuité dans le temps long de leur histoire et de leurs évolutions. Les récits oraux transmis de génération en génération sont aussi difficiles à décrypter qu’à utiliser comme seule source d’information, d’autant que souvent il existe de multiples versions divergentes. Chez les Paiwan, les biens précieux en panthère nébuleuse ne sont pas figés, ils continuent d’évoluer et d’agir dans le présent en se dotant de nouvelles significations au fur et à mesure des transformations de la société. On peut dire qu’ils sont toujours « vivants » et, pour reprendre l’expression de Tim Ingold, que la matière et les objets sont toujours perçus comme « substance en devenir  » (substance-in-becoming, 2000, 2012).

41Dans le cas des Paiwan, j’ai constaté une divergence avec les objets patrimoniaux des sociétés occidentales, qui doivent avoir une histoire pour faire sens (Settis 2004). Ces bien patrimoniaux (par exemple la statue de la Liberté) sont reliés du passé au présent par un récit qui doit être le plus précis possible pour renforcer la connexion avec nos identités. Ainsi dans les musées les tableaux ont de plus en plus souvent des histoires individualisées et viennent s’inscrire dans une trame narrative autour de leur auteur, du contexte de création, du contexte de l’époque et de leur transmission jusqu’à nos jours. Le patrimoine prend son sens en tant que récit narratif dans lequel chacun peut s’inscrire.

42Au contraire de cela, nous avons vu que les objets des Paiwan faits à partir de panthère connaissent une forme de distanciation avec le passé par une fragmentation et une atrophie de la transmission de leur récit de vie. Ce qui pourrait être envisagé comme un manque, apparaît en réalité comme une autre forme relationnelle qui rattache à l’objet grâce à un lien vécu au quotidien. Certes, ces objets sont reliés au passé, mais ils continuent leur vie propre dans le présent et forment un trait d’union entre les époques en s’incarnant comme récit collectif et créateur. En effet, alors que mes interlocuteurs déclaraient que personne ne se souvenait des origines de la parure, ils me fournissaient néanmoins de nombreuses informations sur la « culture Paiwan de la panthère nébuleuse » et des éléments contextuels et sociaux dans les rapports passés avec le félin. À l’instar des objets patrimoniaux, les biens précieux sont sujets à la possibilité d’invention et de réinvention de leurs significations, usages et fabrications ; mais les objets du patrimoine le font en étant présentés comme assurant une perpétuation (malgré les changements potentiels), tandis que les Paiwan ne dénient pas les transformations qui occurrent (malgré une forme de résilience). Ces transformations sont parfois vues comme nécessaires, bien que pour certains elles apparaissent comme négatives.

43Les logiques entourant cette relation des Paiwan à leurs biens précieux faits en panthère nécessitent de sortir de notre conception du patrimoine qui sur-individualise chaque objet de façon à le doter d’un récit personnalisé et clos. Les Paiwan procèdent au fonctionnement opposé en rattachant l’objet individuel, personnel, au récit collectif et à un imaginaire commun irrigué par le passé mais en s’en distinguant. La panthère nébuleuse est passée d’un statut d’animal vivant, habitant les montagnes à celui d’objet culturel dont le sens infuse les structures sociales. Aujourd’hui, les scientifiques pensent néanmoins à ramener la panthère à la vie, en la réintroduisant à Taïwan. La conception d’un tel projet, dirigé au niveau national et international, a un profond impact sur la scène locale et micro-locale que nous allons observer dans une troisième partie.

Du global au local : le discours scientifique de la réintroduction

Bio-politique de réintroduction de la panthère nébuleuse

  • 11 L’augmentation de la population de ces animaux devient de plus en plus dérangeante au quotidien, qu (...)

44Depuis quelques années la question de la réintroduction de la panthère nébuleuse à Taïwan est un sujet de plus en plus important sur la scène scientifique et environnementaliste. En effet, il existe à Taïwan une forte volonté de la communauté scientifique de réintroduire ce félin dans le pays. Cette réintroduction rétablirait un équilibre en palliant le manque de gros prédateurs et en prévenant ainsi l’augmentation de la population de singes, de sangliers et muntjacs11. En effet, le retour potentiel de la panthère sur l’île est perçu par certain comme la meilleure solution pour rééquilibrer l’écosystème et la chaîne alimentaire. Des recherches ADN conduites sur de vieux objets en peaux de panthères ont permis de s’assurer avec le plus d’exactitude de la sous-espèce de panthère nébuleuse ayant vécu sur l'île de manière à réintroduire une sous-espèce identique ou du moins la plus proche possible. La panthère nébuleuse vivant dans le nord de la Chine dans l’Himalaya et celle de Thaïlande semblent correspondre au plus près à l’espèce taïwanaise. Ce débat autour de la réintroduction du félin s’insère dans une logique mondiale bien plus large de préservation, « reconstruction », management, de la nature sauvage (Higgs 2003 ; Trigger et al. 2008).

  • 12 Les échantillons sont conservés dans des bacs de nitrogène liquide à moins 196 degrés Celsius.

45Dans le monde contemporain, le changement climatique et la crise d’extinction des espèces animales comme végétales focalisent l’attention du public et de la science. La présente période de sixième extinction massive est mise en avant par la communauté scientifique (Sodikoff 2012) et entraîne la volonté de chercher une réponse pour conserver autant que possible une part de notre biodiversité. Depuis la fin du xxe siècle, la science a répondu à cette attente par le développement de nouveaux outils tels que les programmes de reproduction en captivité, le clonage d’animaux en voie d’extinction ou déjà disparus. Le clonage d’animaux a réussi pour la première fois avec la brebis Dolly en 1996 et les recherches à ce sujet ont continué. Des zoo-arches, « Ark Zoos », se sont également développées à partir des années 1970-1980 ; ces centres de conservation ont pour but de constituer des banques de gènes à partir d’œufs, de spermes, de cellules et autres échantillons d’animaux12 en voie de disparition (Schuster 2015 ; Heatherington 2012). Ces « Frozen Arks » devraient permettre aux scientifiques d’exploiter dans le futur ces échantillons de façon à pouvoir cloner et réintroduire des animaux déjà disparus (Fletcher 2014). C’est déjà le cas par exemple du mouflon de Sardaigne (Heatherington 2012).

46La panthère nébuleuse est inscrite comme animal en voie de disparition sur les listes rouges de l’IUCN (International Union for Conservation of Nature). Ce félin est ciblé par ce type de programme de conservation de manière à éviter sa disparition totale de la planète, mais aussi afin de contrer la perte de sa diversité génétique qui est nécessaire à la survie de l’espèce à long terme (Leus 2011).

47C’est une participation en 2018 à une conférence à Taipei concernant la réintroduction de la panthère nébuleuse à Taïwan qui a suscité l’intérêt que je porte à ce sujet. D’une part, des scientifiques de différents pays ont présenté des exemples de réintroductions de panthères et d’autres animaux (le lynx en Espagne, le gorille au Congo), d’autre part, des experts de la conservation de la panthère nébuleuse ont fourni des informations sur leur travail de façon à envisager une participation au programme de réintroduction taïwanais. Cette conférence m’a appris l’existence de centres de conservation de la panthère nébuleuse aux États-Unis, en Europe et en Asie. Ces centres ont pour but commun le maintien de la diversité génétique de la panthère nébuleuse et d’un nombre suffisant d’animaux pour éviter son extinction totale. A cette fin, des panthères nébuleuses sont élevées en captivité et des programmes de reproductions organisent la gestion ex-situ de la population.

48Trois principaux centres ont été présentés lors de cette conférence. Le premier, l’Institut Smithsonian de conservation et zoo à Washington13est très connu et renommé aux États-Unis pour son important travail de préservation de la faune et la flore à travers le monde. Ce centre est pionnier dans la reproduction de panthère nébuleuse à la fois de façon naturelle mais également par insémination artificielle. La reproduction en captivité de cette panthère est très difficile (comme dans le cas de nombreux animaux sauvages). Un des principaux problèmes est la différence de taille entre mâle et femelle (quasiment le double de taille), ainsi que la puissance et la violence du mâle qui conduisent souvent à la mort des femelles. De plus, pour maintenir une haute diversité génétique, les animaux sont reproduits de façon à minimiser le lien de parenté entre les deux animaux, ce qui ne correspond pas toujours à l’attachement émotionnel des animaux. Des fécondations in vitro sont donc réalisées pour augmenter les chances réussites avec le meilleur capital génétique possible. Les bébés nés en captivité sont retirés à leur mère dès la naissance et élevés par les agents du centre de façon à maximiser les chances de survie. Un second centre, le Howlett’s Wild Animal Park, a été créé par la Fondation Aspinall en Angleterre dans le Kent. Entre 25 et 30 panthères vivent actuellement dans ce centre14. En Thaïlande, un troisième centre a également été ouvert en 2002 au Khao Kheow Open Zoo15 grâce au soutien de différentes organisations, notamment l’Institut Smithsonian. Des bébés ont été exportés des États-Unis (Institut Smithsonian) et d’autres ont été achetés ou donnés par la population locale. Ces centres travaillent à la constitution d’une banque de gènes permettant par la suite le clonage de panthère nébuleuse. Ces centres doivent également rendre possible leur réintroduction dans la nature, par exemple à Taïwan. Plusieurs problèmes – d’ordre moral, éthique mais également technique – se posent face à ce type de programme de réintroduction. L’un d’eux est la focalisation des projets techno-scientifiques (de reproduction en captivité ou clonage) sur certaines espèces charismatiques au détriment d’autres espèces moins visuellement porteuses pour les campagnes publicitaires (Jule et al. 2008).

49La gestion techno-scientifique d’une nature sauvage interroge quant à sa réelle articulation entre une gestion globale et une intégration locale. De plus, est-il possible de considérer un animal élevé en captivité, voire (re)créé par l’homme, comme étant toujours équivalent et similaire à ses ancêtres sauvages ? À quel moment un animal perd, à la vue des populations locales, son statut et sa tangibilité d’animal endémique et sauvage lorsqu’il est exporté, conservé à des centaines ou des milliers de kilomètres de son habitat d’origine et devient « objectivé » comme outil de progrès et de démonstration des avancées de la science ? Lors de mes entretiens, ces questions ont été régulièrement soulevées accompagnées de nombreuses incompréhensions : pourquoi réintroduire ? Comment ? Venant de quel pays ? Avec quelle gestion locale ? Le total contrôle et pouvoir exercés par l’homme sur toutes les étapes de « constitution » d’animaux nés et élevés en captivité questionnent la part encore « naturelle » ou « sauvage » de cet animal (Rader 2007). La puissance omnipotente de l’homme sur la nature s’exerce ici dans un contexte où la conception scientifique se heurte à une vision locale, aucune des deux visions ne pouvant comprendre l’autre.

Conflit de vision : quand le local et le global divergent

  • 16 Par bio-politique je reprends l’usage que fait Matthew Chrulew de ce terme, en réutilisant le conce (...)

50Ce contexte mondial d’inquiétude concernant la conservation de la faune et de la flore, qui resurgit à travers la question de la panthère nébuleuse, place Taïwan au cœur d’un dialogue planétaire et de l’intérêt scientifique. Le bio-politique16 développé par la science s’inscrit dans un contexte de terre sans frontière dans lequel l’intervention techno-scientifique est envisagée et promue comme garante de la survie d’une faune et flore diverses et complexes. Cependant, cette techno-science suscite de plus en plus de questionnements concernant la biopolitique appliquée au monde animal, aux gènes, et à l’ADN dans une volonté de prendre une possession totale du vivant (Schuster 2015 : 40).

51Ce discours techno-scientifique mondialisé tend à créer un gouffre entre le niveau local et le niveau national-international. Ici il ne s’agit pas seulement d’une opposition classique et simplificatrice du global/occidental versus local/autochtone mais plus exactement d’une analyse de la ligne de rupture entre une conception biopolitique, scientifique de la gestion de la nature, et une vision localisée, émotionnelle et vécue au quotidien. Dans le premier cas, on assiste à une dématérialisation de la gestion du territoire qui engendre souvent un manque de connaissance profonde de la scène locale. Dans le second cas, le lien à l’environnement local souvent peu conscientisé s’inscrit dans la relation vécue, intime, « corporéalisée » à l’espace. Cette mécompréhension risque de causer des conflits lorsque les vues scientifiques et administratives ne prennent pas en compte la sensibilité des populations au niveau microlocal. La gestion scientifique d’espèces au niveau mondial compense et remplace-t-elle les savoirs locaux ? Rend-elle possible une appréhension du micro-environnement de réintroduction, que ce soit l’environnement naturel ou humain ?

52Récemment deux logiques, l’une de globalisation, l’autre de « localisation », semblent s’affronter. En revanche, concernant la question environnementale, ces deux logiques s’orientent vers un même discours de restauration de la « pureté » de la nature « comme dans le passé » (Higgs 2003). Dans le cas de Taïwan, les populations autochtones et notamment les Paiwan sont des acteurs importants d’un discours autour de la panthère, ils ont été les principales personnes à avoir été en contact avec le félin ; dans le futur, renforcer leur intégration aux programmes de réintroduction serait nécessaire. Aujourd’hui, des discussions ont été engagées avec certains acteurs autochtones, tels que les chefs traditionnels paiwan et rukai du comté de Pingtung et Taitung, mais leurs vues sont-elles vraiment prises en compte ?

53Lors de mes entretiens avec diverses familles de chefs paiwan dans le comté de Pingtung, mes interlocuteurs étaient en partie réticents au retour de la panthère. Les raisons de ces réticences sont multiples : d’une part la panthère – si elle est réintroduite – risque d’être chassée à nouveau et disparaître encore une fois. Tous mes interlocuteurs manifestaient cette inquiétude, notamment dans la société actuelle où les questions de profit et de marchandisation supplantent de plus en plus les tabous et les lois traditionnelles de relation à l’environnement. D’autre part, la panthère nébuleuse en cas de réintroduction ne serait pas porteuse de signification spéciale pour cette société. Cet animal fait déjà partie intégrante de leur histoire et de leur passé, il ne fait plus « sens » comme animal vivant et présent avec lequel interagir au quotidien. En effet, la panthère est une pièce de leur récit collectif et de la mémoire d’un passé révolu. En cas de réintroduction de l’animal, le passé serait projeté sur le présent, mais un présent bien différent dans lequel la panthère n’a plus vraiment de place, si ce n’est comme parures ou fourrures à porter en costume. Selon la conception de mes interlocuteurs, pas plus que l’on ne peut ramener les ancêtres ou les anciens modes de vie, on ne peut non plus envisager le retour de la panthère comme naturel ni souhaitable. Cela serait au contraire plutôt vécu comme une interférence dans le présent qui ne fait pas toujours sens. Enfin, pour de nombreuses personnes, la panthère, si elle est ramenée d’un autre pays, ne serait pas perçue comme un animal local, mais comme étrangère au territoire et ne pourrait pas s’y intégrer. La vision d’une réintroduction d’un point de vue scientifique est ainsi conçue par ces interlocuteurs locaux comme une introduction, et une introduction apporte le risque d’un bouleversement de l’environnement naturel et culturel actuel par cet élément externe et artificiel. Donc, si pour certains informateurs la réintroduction peut faire sens, notamment pour pallier l’augmentation du nombre de singes (et des dégâts qu’ils engendrent), pour d’autres beaucoup de questions restent encore à se poser quant à la faisabilité d’une telle réintroduction et à l’impact qu’elle aurait sur les acteurs humains et sur les panthères elles-mêmes.

Conclusion

54La panthère nébuleuse, animal mythique en raison de sa rareté, de sa beauté et de sa puissance, a longtemps parcouru les montagnes du pays. Certaines ethnies autochtones ont dans le passé établi des liens culturels forts avec le félin, c’est notamment le cas des Paiwan. Lorsque ce félin était encore présent, les structures sociales paiwan s’appuyaient sur cette relation spéciale à la panthère pour renforcer l’ordre social et la circulation de flux entre les divers niveaux sociaux, naturels et spirituels. Après son extinction, les objets faits à partir de panthère nébuleuse ont conservé une place et un pouvoir dans la société. Loin de se muséifier, en devenant des objets d’histoire passifs au présent, l’évolution de leurs significations leur a permis de conserver leurs capacités d’agir (constamment « en devenir ») et de faire sens au jour le jour.

55Le débat à Taïwan autour de la réintroduction de la panthère nébuleuse est un point de tension entre différentes conceptions de la nature. Les discours de retour à la nature sauvage antérieure – « re-wildning » – ne sont pas sans soulever des interrogations et engendrer des crispations au niveau local, national comme mondial. Le conflit de visions sur la gestion de la nature et de la conservation de l’environnement impacte les champs sociaux, politiques, culturels, économiques, tant collectifs qu’individuels, et engendre de nombreuses dissonances et affrontement de perceptions. Les autochtones, notamment les Paiwan, sont des acteurs importants de ce débat du fait de leur proximité passée avec le félin lorsque celui-ci vivait dans leur environnement et également de la persistance de la place symbolique de celui-ci dans leur culture contemporaine. En 2019, la « résurrection » de la panthère à Taiwan soulève encore d’avantage de questionnements. Une partie de mes informateurs paiwan pensent que la panthère est toujours présente dans l’île mais invisible et dissimulée. L’importation de panthères d’autre pays ne semble pas faire sens aux yeux de nombre d’entre eux, car elle ne serait plus liée à leur culture, leur territoire, leur ancêtre et leurs esprits. Une panthère, qu’elle soit souvenirs, présence imaginaire, espoir de son existence, voire esprit continuant à rôder, semble plus essentielle et significative.

56Les résultats explorés dans cet article sont issus de recherches menées depuis janvier 2018 auprès des Paiwan du comté de Pingtung, mais depuis 2020 mon enquête s’est étendue au comté de Taitung et l’identité de mes informateurs s’est élargie à un nombre plus important de chasseurs et de villageois. Ces résultats n’ont pas encore tous été pris en compte dans cet article, mais ils permettront dans ce qui sera peut-être l’objet d’un autre article de mieux comprendre les visions passées, présentes et futures de la panthère.

Haut de page

Bibliographie

ALLIO, Fiorella, 1998, « La construction d’un espace politique austronésien », Perspectives chinoises, 47 : 54-62.

ALLIO, Fiorella, 2008, « La nature et sa patrimonialisation à Taiwan », Géographie et cultures, 66 : 97-119.

ANDERSON, Benedict, [1983, 1991] 2006, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, New-York : Verso.

APPADURAI, Arjun, éd., 1986, The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge : Cambridge University Press.

CASSIDY, Rebecca & MULLIN, Molly, éd., 2007, Where the Wild Things Are Now : Domestication Reconsidered, Oxford & New-York : Berg.

CAUQUELIN, Josiane, 2004, The Aborigine of Taiwan. The Puyuma : From Headhunting to the Modern World, Londres & New-York : Routledge.

CHIANG, Bien Daniel, 1993, House and Social Hierarchy of the Paiwan, thèse de doctorat, Philadelphie, université de Pennsylvanie, URL : https://repository.upenn.edu/dissertations/AAI9321371.

CHIANG, Bo-Jen, 2007, Ecology and Conservation of Formosan Clouded Leopard, its Prey, and other Sympatric Carnivores in Southern Taiwan, thèse de doctorat, Virginia Polytechnic Institute and State University, URL : http://cloudedleopard.org/documents/Formosan%20clouded%20leopard%20Po-Jen%20Chiang%202007.pdf.

CHURLEW, Matthew, 2011, « Managing Love and Death at the Zoo : The Biopolitics of Endangered Species Preservation », Australian Humanities Review, 50 : 137-157.

COOPER, Margaret & ROSSER, Alison, 2002, « International Regulations of Wildlife Trade », Revue of science and technologies, 21, 1 : 103-123.

DESCOLA, Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris : Gallimard.

DOUGLAS, Marie & BARON, Isherwood, 1979, The World of Goods. Towards an Anthropology of Consumption, New-York & Londres : Basic Book.

FLETCHER, Amy Lynn, 2014, Mendel’s Ark Biotechnology and the Future of Extinction, New York-Heidelberg-Dordrecht-Londres : Springer.

FOX, James, 2006,  « Comparative Perspectives on Austronesian Houses: An Introductory Essay », in Inside Austronesian Houses: Perspectives on domestic designs for living, J. Fox, éd., Australie : ANU, p. 1-28.

傅君 FU Jun,2013,“台東縣排灣族當代狩獵行為模式的討論”,國立臺灣史前文化博物館,
東臺灣研究, 20 : 3-40.

FUENTES, Antonio, 2010, « Natural Cultural Encounters in Bali : Monkeys, Temples, Tourists, and Ethnoprimatology », Cultural anthropology, 25 (4) : 600-624.

GRAEF, Dana, 2016, « “Wildness”. Theorizing the Contemporary », Fieldsights, 30 septembre, URL : https://culanth.org/fieldsights/wildness.

GRAVARI-BARBAS, Maria & GUICHARD-ANGUIS, Sylvie, éd., 2003, Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l'aube du xxie siècle, Paris : Presses de l’université de Paris-Sorbonne.

HADDAD, Élie, 2014, « Qu’est-ce qu’une “maison” ? », L’Homme, 212 : 109-138.

HAMAYON, Roberte, 2010,  « Le "don amoureux" de la proie est l'autre face de la "chance" du chasseur sibérien », Revue du MAUSS, 36 : 171-181.

HARAWAY, Donna, 2007, When Species Meet, Minnesota & Londres : University of Minnesota Press.

HEATHERINGTON, Tracey, 2012, « From Ecocide to Genetic Rescue : Can Technoscience Save the Wild ? », in Anthropology of Extinction, Genese Marie Sodikoff, éd., Bloomington & Indianapolis : Indiana University Press, p. 39-67.

HENARE, Amiria, HOLLBRAD, Martin & WASTELL, Sari, 2007, Thinking through Things. Theorising Artefacts Ethnography, États-Unis & Canada : Routledge.

HIGGS, Eric, éd., 2003, Nature by Design : People, Natural Process, and Ecological Restoration, Cambridge : MIT.

HOSKINS, Janet, 1998, Bibliographical Objects. How Things Tell the Stories of People’s Lives, New-York & Londres : Routledge.

HSIEH, Shih-chung, 1994, « From Shanbao to Yuanzhumin : Taiwan Aborigines in Transition », in The Other Taiwan : 1945 to the Present, Murray A. Rubinstein, éd., Armonk, New York : M.E. Sharpe, p. 404-419.

胡台麗 HU Tai-Li, 2006, « 百步蛇與熊鷹:排灣族的文化表徵與詮釋 », 在 葉春榮(主編), 歷史、文化與族群:台灣原住民國際研討會論文集, 順益台灣原住民博物館 : 171-195頁.

胡台麗 HU Tai-Li, 2007, « 排灣古樓祭儀的元老經語與傳”, 中央研究院民族學研究所資料彙編, 20 : 39-64.

胡台麗 HU Tai-Li, 2016, « 巫珠因緣:排灣族女巫師的成巫之道。發表於「當代巫文化的多元面貌」研討會 »,南港中研院民族所,2016年11月2-4日.

INGOLD, Tim, 2000, The Perception of the Environment : Essays on Livelihood, Dwelling and Skill, Londres : Routledge.

INGOLD, Tim, 2012, « Toward an Ecology of Materials », Annual Revue of Anthropology, 41 : 427-442.

JULE, Kristen R., LEAVER, Lisa A. & LEA, Stephen E.G., 2008, « The Effects of Captive Experience on Reintroduction Survival in Carnivores : A Review and Analysis », Biological Conservation, 141 : 355-363.

KOHN, Eduardo, 2013, How Forest Thinks. Toward an Anthropology beyond the Human, Berkley & Los Angeles : University of California Press.

KU, Kun-Hui, 2006, « The Symbolic and the Material in Recognition of Hierachy among the Austronesian Paiwan, Taiwan », Tsing Hua Anthropological & Area Studies Paper Series, 1, URL : https://evols.library.manoa.hawaii.edu/bitstream/10524/1607/ScanTAAPSno1.pdf.

LEUS, Kristin, 2011, « Captive Breeding and Conservation », Biodiversity Conservation in the Arabian Peninsula Zoology in the Middle East, Supplementum 3 : 151-158.

LÉVI-STRAUSS, Claude, [1979] 1988, « L’organisation sociale des Kwakiutl », in La Voie des masques, Paris : Presses pocket, p. 141-164.

LIU, Pi-Chen, 2011, « Du stigmate à la revendication : mémoire et oubli dans la reconstruction des identités aborigènes de Taiwan », in Taiwan, île de mémoires, S. Ferhat & S. Marchand, éd., Lyon : Tigre de papier, p. 247-262.

LIU, Pi-Chen, 2013, « Chasse aux têtes, chasse aux cerfs. Échange de vie et fertilité de l’homme chez les Kavalan de Taiwan », in D’une anthropologie du chamanisme vers une anthropologie du croire : hommage à l’œuvre de Roberte Hamayon, K. Buffetrille, J.-L. Lambert, N. Luca & A. De Sales, éd., Paris : Centre d’études mongoles & sibériennes centrasiatiques & tibétaines, École pratique des hautes études, p. 359-378.

MACDONALD, Charles, éd., 1987, De la hutte au palais : sociétés « à maison » en Asie du Sud-Est insulaire, Paris : CNRS.

MILLER, Daniel, éd., 1998, Material Cultures : Why Some Things Matter, Chicago : University of Chicago Press.

MUNSTERHJELM, Mark, 2002, « The First Nations of Taiwan : A Special Report on Taiwan's indigenous peoples », Cultural Survival, 26 : 53-55.

NADASKY, Paul, 2007, « The Gift in the Animal : The Ontology of Hunting and Human Animal Sociality », American Ethnologist, 34 (1) : 25-43.

OGDEN, Laura, HALL, Billy & TANITA, Kimiko, 2013, « Animals, Plants, People, and Things. A Review of Multispecies Ethnography », Environment and Society : Advances in Research, 4 : 5-24.

POULOT, Dominique, 2006, « De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine », Socio-anthropologie [En ligne], 19, URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.753.

PUMKETKAO-LECOURT, Pijika & PEYRONNIE, Karine, 2020, « Extension de la notion de patrimoine et affirmation identitaire lanna à Chiang Mai : mots et représentations », Moussons.Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 36 : 191-219.

邱新雲 QIU Xin-Yun, 2011, « 東排灣巫師 purhingaw 之研究以台東縣土坂村為例 », 碩士論文, 指導教授譚昌國,國立臺東大學南島文化研究所.

RADER, Karen, 2007, « The Metaphor of Domestication in Genetics », in Where the Wild Things Are Now : Domestication Reconsidered, R. Cassidy & M. Mullin, éd., Oxford & New-York : Berg, p. 183-204.

RUBINSTEINS, Murray A., 1991, The Protestant Community on Modern Taiwan : Mission, Seminary, and Church, Armonk, New-York & Londres : M.E Sharpe.

石磊 SHI Lei,1977, « 排灣族的傳統社會結構與現代社會生活 », 中國民族學通訊, 15 : 22-23.

SCHUSTER, Joshua, 2015, « The Future of the Extinction Plot : Last Animals and Humans in Octavia Butler’s Xenogenesis Trilogy », Humanimalia : A Journal of Human/Animal Interface Studies, 6 (2) : 33-55.

SETTIS, Salvatore, 2004, Futuro del « classico », Turin : Einaudi editore.

SODIKOFF, Genese Marie, éd., 2012, Anthropology of Extinction, Bloomington &Indianapolis : Indiana University Press.

STAINTON, Michael, 1999, « The Politics of Taiwan Aboriginal Origins », in Taiwan A New History, M. A. Rubenstein, éd., Armonk : M.E. Sharpe : 27-44.

SUGIMOTO, Tomonori, 2019, « Urban Settler Colonialism : Policing and Displacing Indigeneity in Taipei, Taiwan », City & Society, 31 : 227-250.

譚昌國 TANG Chang-Guo, 2007,排灣族,臺北,三民書局。.

TESTARD, Alain, 1985, Le communisme primitif : Économie et idéologie, Paris : Maison des Sciences de l’Homme.

童信智 TONG Xin-Zhi, 2015, « 排灣口傳敘事文學研究史及評析 », 民族學界, 35 : 137-160.

童信智 TONG, Xin-Zhi, 2017, « Paiwan (排灣)祖源及遷徙口傳敘事文學之研究 »,臺灣史研究文獻類目.

TRIGGER, David, MULCOCK, Jane, GAYNOR, Andrea & TOUSSAINT, Yann, 2008, « Ecological Restoration, Cultural Preferences and the Negotiation of “Nativeness” in Australia », Geoforum, 39 : 1273-1283.

TSING, Anna, 2005, The Mushroom at the End of the World. On the Possibility of Life in Capitalist Ruins, Princeton & Oxford : Princeton University Press.

吳海音 WU Hai-Yin,2019/01, “科評苦雨之地》生態研究者吳海音:我們的未來裡有沒有雲豹”, https://www.openbook.org.tw/article/p-34219.

許功明 XU Gong-Ming, 1993, 排灣族財產體系及觀念的初步分析,國立自然科學博士館, 4 : 162-182.

張金生 ZHANG Jin-Sheng, 2013, 排灣族 Mamazangiljan 制度及其部落變遷發展之研究, 臺灣史研究文獻類目.

ZHENG, Chantal, 1991, « Forme et fonction du sacré chez les Paiwan de Formose », Archipel, 41 : 153-168.

ZHENG, Chantal, 2009, « Christianisme et art chrétien chez les Austronésiens : L’exemple des Paiwan », in G. Arotçarena, P. Jobin & J.-F. Sabouret, éd., Démocratie, modernité et christianisme en Asie, Paris : Les Indes savantes.

馬淵東一著作集第一卷, 2017, 楊淑媛 (主編.),林雪貞、黃淑芬(譯者),臺北:中央研究院民族學研究所.

Haut de page

Note de fin

1 En 2013, la panthère nébuleuse a été officiellement déclarée éteinte à Taïwan, mais en 2019 plusieurs personnes ont dit l’avoir aperçue. Depuis, des doutes subsistent quant à son extinction.

2 15 Janvier 2021, Tuban village, Taitung county, discussion avec un chasseur.

3 Les Paiwans sont une société à rangs possédant des biens matériels (emblèmes de richesse) mais le système social n’est pas figé et permet une circulation vers le haut ou le bas (la noblesse après quatre générations perd son statut, le mariage peut permettre à des non-nobles de s’anoblir). On se trouve donc dans un système intermédiaire aux deux cas présentés par Alain Testard. Il distingue les sociétés de chasseurs-cueilleurs égalitaires ne créant pas de surplus telles que les Aborigènes d’Australie qui n’ont pas de bien matériels et donnent le gibier chassé à leur famille matrilinéaire, de celles stockant de la nourriture, ce qui mène progressivement à l’émergence d’inégalités sociales telles que chez les Inuits qui possèdent l’intégralité des animaux chassés.

4 https://www.taiwannews.com.tw/en/news/3644433.

5 http://cloudedleopard.org/about_main.

6 Depuis 2020 mes recherches se sont élargies au comté de Taitung dans les communes de Daren, Dawu et Jinfeng.

7 Au début de mes recherches, en janvier 2018, il m’a été difficile de remonter leurs pistes jusqu’aux familles qui en possédaient encore. Nombreuses sont celles qui possédaient ces habits et coiffes dans le passé et les ont perdus durant l’occupation japonaise. En effet, j’ai pu entendre des récits sur des objets détruits ou confisqués par les Japonais pour être envoyés au Japon (on trouve aujourd’hui dans des collections de musées japonais des peaux de léopards venant de Taïwan). On m’a aussi mentionné des objets, vêtements ou armes qui avaient été enterrés dans la montagne pour échapper au pillage ; lorsqu’on a voulu les déterrer des années plus tard, les objets étaient déjà moisis et décomposés. D’autres biens personnels et familiaux ont été perdus lors du déplacement de villages, lorsque ceux situés dans les montagnes ont été relocalisés pour être plus facilement administrés et contrôlés par le gouvernement japonais puis chinois (KMT). Plus récemment, certains biens culturels précieux sont vendus lorsqu’un besoin d’argent est pressant : leur prix augmente avec le temps maintenant que la panthère est classée comme animal éteint à Taïwan. Enfin, il est très compliqué de maintenir ce type de biens en bonnes conditions permettant une réelle conservation.

8 En 1973, la Convention on international trade in endangered species of wild fauna and flora est adoptée à Washington.

9 D’autant que l’autorité des chefs traditionnels a décliné pendant la période japonaise puis avec l’instauration d’élections démocratiques.

10 Le terme biographie désigne une « relation écrite ou orale des événements particuliers de la vie d’une personne, d’un personnage » selon la définition du dictionnaire du Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL).

11 L’augmentation de la population de ces animaux devient de plus en plus dérangeante au quotidien, que ce soit pour les agriculteurs qui voient souvent leurs récoltes abîmées, mangées voire détruites, ou pour l’équilibre biologique de de la nature.

12 Les échantillons sont conservés dans des bacs de nitrogène liquide à moins 196 degrés Celsius.

13 https://nationalzoo.si.edu/animals/clouded-leopard.

14 https://www.aspinallfoundation.org/howletts/.

15 http://www.cloudedleopard.org/thai_breeding.

16 Par bio-politique je reprends l’usage que fait Matthew Chrulew de ce terme, en réutilisant le concept popularisé par Michel Foucault de la vie même devenant objet du pouvoir politique, mais en élargissant sa sphère habituelle au-delà de l’action sur l’homme, de façon à observer son action sur les animaux, donc le pouvoir politique exercé sur la vie animale (Chrulew 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agathe Lemaitre, « Les représentations de la panthère nébuleuse à Taïwan : usages et résilience dans les débats contemporains »Moussons, 38 | 2021, 203-227.

Référence électronique

Agathe Lemaitre, « Les représentations de la panthère nébuleuse à Taïwan : usages et résilience dans les débats contemporains »Moussons [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 25 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8263 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8263

Haut de page

Auteur

Agathe Lemaitre

Agathe Lemaitre est doctorante en deuxième année en études autochtones à l’université Dong-Hwa à Hualien, Taïwan, au département « Ethnic Relations & Cultures », après une licence en histoire à l’université Paul-Valéry Montpellier III, puis un double master en anthropologie et en histoire contemporaine à Aix-Marseille Université. Ses recherches se concentrent sur la relation entre humains et non-humains, notamment dans le cadre d’espèces disparues ou en voie de disparition.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search