Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendusConférencesLe Viêt Nam depuis 1945. États, m...

Comptes rendus
Conférences

Le Viêt Nam depuis 1945. États, marges et constructions du passé

Paris, 11-12 janvier 2001
Alain Guillemin
p. 129-131
Référence(s) :

« Le Viêt Nam depuis 1945. États, marges et constructions du passé », Paris, 11-12 janvier 2001

Texte intégral

  • 1 Groupe d’études sur le Viêt Nam contemporain : 56, rue des Saints-Pères, 75007 Paris ; tél. : 01454 (...)

1Le Groupe d’Études sur le Viêt Nam Contemporain (GEVNC) est le fruit d’un partenariat scientifique entre l’Institut d’études politiques de Paris, la Fondation nationale des sciences politiques, l’Ecole des hautes études en sciences sociales, la Maison des sciences de l’homme et le CNRS1 Le GEVNC, nouvelle structure de recherche interdisciplinaire et de formation doctorale, a pour vocation de développer et de promouvoir les études sur le Vietnam de 1945 à nos jours. Il tient un séminaire annuel à l’EHESS, met en place un site Internet et offre deux bourses de recherche de terrain. Il a aussi lancé une « Série Vietnam » dans la collection « Recherches asiatiques », aux Éditions de L’Harmattan.

  • 2 Ce compte rendu est basé sur un texte plus long, rédigé par Matthieu Salomon (doctorant à Sciences- (...)

2Ce premier colloque international du GEVNC, tenu à l’IEP de Paris sous l’égide de l’IEP, de l’EHESS et de la MSH et sous la responsabilité de Benoît de Tréglodé et de Christopher Goscha, a été un véritable succès public et scientifique2. Ses objectifs étaient de revitaliser la vietnamologie et de faire le point de la recherche sur le Vietnam contemporain. Quatre tables rondes, présentées par les organisateurs, puis par Philippe Devillers et Jean-Luc Domenach (CERI), comprenaient chacune quatre à cinq interventions, suivies d’une discussion ouverte à la salle et animée par un modérateur.

3La première s’intéressait à la mobilisation et à la mise en place de l’État-nation communiste à partir de 1945, tant au niveau du village qu’au niveau central. David Marr (Australian National University) s’est penché sur les problèmes concrets rencontrés par le nouveau pouvoir aux divers niveaux (local, provincial et national) dans son effort de construction nationale. L’interrogation de Shawn McHale (George Washington University) touchait un autre aspect de la formation de l’État communiste, la façon dont l’espace de débat public (intellectuel) a été « fermé » par le pouvoir entre 1945 et 1958. Trinh Van Thao (Université de Provence) s’est attaché à dégager les logiques socio-historiques (génération, formation, statut social) de l’engagement intellectuel répondant à l’appel du nouveau pouvoir en 1945. Enfin, Judy Stowe (BBC, chercheuse indépendante) a traité du problème économique et monétaire rencontré par les révolutionnaires clans leurs premières années au pouvoir, alors qu’ils devaient conduire une véritable guerre.

4L’auditoire a regretté que la situation au sud du pays pendant cette période n’ait presque pas été abordée. La continuité entre les structures existantes et la nouvelle administration révolutionnaire a également été soulignée. Dans la brève séance de réponses, Stowe est revenue sur l’importance du « trend de longue durée » dans l’analyse de l’économie vietnamienne contemporaine ; McHale a réaffirmé l’existence, jusqu’en 1948-49, d’un réel « espace public » ; Trinh a défendu son approche par « panel représentatif » et reitéré son souhait d’analyser la façon dont certains ont reconverti, lors de la Révolution, leurs capitaux symboliques en « autre chose » ; Marr a conclu sur trois idées : la réalité d’un espace public entre le village et l’État pose problème ; personne clans la lutte politique en 1945-46 n’a et n’aurait accepté les débats et les critiques ; enfin, pendant cette période, se met en place un certain type de relation entre le central et le local, qui évoluera ensuite avec l’augmentation du pouvoir de l’État.

5La deuxième table ronde a été consacrée à l’écriture du passé et à la construction de l’identité nationale du Vietnam communiste, à travers les biographies de différentes figures politiques (Hô Chi Minh, les insurgés de 1930-31 et les « héros nouveaux »). William Duiker (University of Pennsylvania), auteur d’une monumentale biographie d’Hô Chi Minh, a soulevé la question du mythe créé autour de l’image de l’Oncle Hô et a conclu que le pouvoir n’a toujours pas mené une véritable réflexion sur la « pensée Hô Chi Minh ». Daniel Hémery (Paris VII) a considéré la problématique plus englobante de « l’économie générale de l’héroïsme » au Vietnam, concluant : « Malheur au peuple qui a besoin de héros ». Sophie Quinn-Judge (SOAS, London), étudiant la question de l’écriture, ou plutôt de la réécriture, du passé à travers le « destin post-mortem » des révolutionnaires des Soviets de 1930-31, a montré les distorsions et les libertés prises par le pouvoir, entre les récits et la réalité. Benoît de Tréglodé (GEVNC), étudiant les rencontres, relatées dans les nombreuses biographies « héroïques », entre le « héros nouveau » communiste et Hô Chi Minh, a montré comment se forme concrètement, matériellement, sur l’ensemble du territoire, un « imaginaire politique national ».

6Les réactions qui ont suivi ont surtout eu pour objet la communication de Daniel Hémery. Pierre Brocheux (Paris VII), modérateur de cette séance, est revenu sur la notion de héros au Vietnam, difficilement applicable, selon lui, à Hô Chi Minh. Mais d’autres interventions ont réfuté, et de la même manière, la spontanéité et la réalité de « l’héroïsation populaire » de Hô. À propos de la communication de Benoît de Tréglodé, un intervenant a souligné que ces « héros nouveaux » furent très pratiques pour un pouvoir qui, n’ayant pas d’argent, donna des titres. Hémery a réaffirmé que 1945 correspond à une période de réelle « vacuité du pouvoir » et de destruction des « structures quotidiennes », ce dont la meilleure preuve est, tout simplement, la prise du pouvoir par les Communistes.

7La troisième table ronde s’intéressait à l’État communiste face à ses marges. François Guillemot (EPHE, Paris) s’est attaché à mettre en lumière le processus d’élimination des opposants nationalistes et anticolonialistes (50 000 victimes) par le nouveau pouvoir Viêt Minh dans le Nord en 1945-46. Nguyên Van Ky (chercheur indépendant), s’interrogeant sur le phénomène contestataire en RDV, a noté que, même si l’on peut qualifier le régime de « dictature révolutionnaire à parti unique » (H. Arendt), le pouvoir a acquis une réelle légitimité dans la lutte pour l’indépendance, car tout pouvoir appelle violence et consentement. Trân Thi Liên (GEVNC), étudiant les relations du nouveau pouvoir avec les Catholiques jusqu’en 1954, a montré que, contrairement à l’idée reçue, les Communistes et les Catholiques ont, jusqu’en 1950 ou après, recherché l’alliance, ou du moins les contacts, et a souligné la stratégie d’alliance raisonnée menée par les deux camps jusqu’à cette date. Enfin, Andrew Hardy (Université Nationale de Singapour) a cherché à décrypter, à travers une histoire des boat people, les véritables raisons de ce phénomène d’immigration, au-delà d’une approche sociologique des événements traumatiques.

8En réaction, John Kleinen (CASA, Amsterdam) a noté que ces communications illustrent le fait que la décolonisation renvoie à une « histoire de choix diminué » (disappearing choice). De plus, l’État, en réduisant ces marges, invente une tradition de terre de migration. En conclusion, le modérateur s’interroge sur la possibilité réelle d’un choix du type de décolonisation et sur le poids véritable du traumatisme de ces événements. Dans la séance de réponses, Guillemot a évoqué les diverses fractures accumulées au sein de la société vietnamienne : Huê 1968, 1972, 1975 et surtout, pour lui, la fracture fondatrice de 1945-46. Nguyên Van Ky a réaffirmé l’importance du socle confucéen au Vietnam, ainsi que la légitimité du Parti communiste, acquise grâce à sa victoire militaire. Trân Thi Liên a clos la séance en avançant l’hypothèse que le grand engagement des Catholiques dans la résistance est à lier à leur mauvaise conscience par rapport au passé colonial, alors que la position du Vatican sur le dossier vietnamien resta floue.

9La dernière table ronde avait pour sujet l’armée populaire et la culture de guerre. Christopher Goscha (GEVNC) s’est penché sur Nguyên Binh et son rôle dans la construction de l’armée viêt minh dans le sud. Son charisme populaire, sa poigne, ses talents de meneur lui valurent d’être choisi par Hô Chi Minh pour symboliser l’homme fort, « l’anti-Giap ». Dans Nguyên Binh, tombé en disgrâce en 1950, évacué de l’historiographie communiste, devenu mythe dans les années 1960-70, redécouvert dans les décennies suivantes, Goscha voit le symbole de la culture de guerre populaire. Gérard Hervouet (IEP Bordeaux), dans une communication cosignée par Carlyle Thayer, s’est intéressé au rôle de l’armée dans le développement économique du Vietnam, particulièrement depuis le Doi Moi. Hugues Tertrais (Paris 1), se concentrant sur l’héritage de l’économie de guerre depuis 1975, a mis en lumière le rôle de la guerre dans la structuration des institutions et les raisonnements économiques de l’État. Stein Tennesson (Université d’Oslo) s’est interrogé sur l’absence historique d’une puissance navale vietnamienne digne de ce nom, malgré quelques tentatives, et a défendu l’idée qu’aujourd’hui les conditions étaient réunies pour que le Vietnam puisse devenir une réelle puissance mari­time. Dang Phong (CNSS, Ha Nôi) a voulu donner, à travers des anecdotes personnelles et en distinguant des étapes chronologiques, sa vision vietnamienne de la France entre 1945 et 2000, dont l’ambivalence est illustrée par la nostalgie des Français et de la culture française qui se développa après 1954.

10Lors de la séance de questions, en réaction à la communication de T0nnesson, Pierre Langlet a insisté sur la politique d’empire maritime de Minh Mang et donc sur le fait que ce sont les Occidentaux qui ont interrompu cet effort de construction. Georges Condominas a remarqué que les grandes victoires « maritimes » vietnamiennes sont des victoires fluviales, ce qui renverrait à la différence entre les Austronésiens, tournés vers la mer, et les Austro-asiatiques, gens du fleuve. Kleinen a attiré l’attention sur l’existence historique d’une flotte marchande vietnamienne non négligeable (centre et sud). Pour McHale, la véritable question est : pourquoi le Viêt Nam n’a-t-il pas eu de marine permanente ? D’autres questions furent adressées à Hervouet : l’armée a-t-elle pris le pouvoir économique ou le lui a-t-on donné ? Quid de la corruption ? Enfin, à propos de la notion de culture de guerre, Brocheux a évoqué, pour expliquer les « militaires producteurs » de la guerre d’Indochine, la tradition vietnamienne, datant du Nam Tiêti, du soldat-paysan. Pendant la brève séance de réponses, Hervouet a souligné qu’il était très difficile de trouver des indicateurs fiables de l’économie vietna­mienne, mais que, pour ce qui est de la prise de pouvoir économique des militaires, il est clair que l’armée a été mobilisée par nécessité, à cause des problèmes suscités par la démobilisation massive. Enfin, Tennesson a raconté comment Hô Chi Minh a sauvé le monde de la guerre nucléaire : c’est en effet en 1968, lors de ses obsèques, que les relations sino-soviétiques auraient été rétablies.

11La séance plénière a été animée par MM. Nguyên Thê Anh, Brocheux, Kleinen et Bui Xuan Quang. Kleinen a souligné, outre la qualité générale de l’organisation et des interventions, quelques petites faiblesses : « l’absence » du Vietnam du Sud clans les travaux présentés et le relatif manque de références théoriques par rapport à l’excellente documentation des communications. C’est en ce sens que le chercheur appelle de ses vœux, pour la publication des actes du colloque (prévue chez L’Harmattan à Paris pour juin 2002), la rédaction d’une introduction qui reviendrait sur les différents points théoriques.

12Par ailleurs, deux ouvrages des collaborateurs du GEVNC paraissent à la fin de 2001 : Héros et révolution au Viêt Nam, de Benoît de Tréglodé, Paris, L’Harmattan (préface du Pr. Yves Chevrier) ; et Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, de Daniel Hémery et Pierre Brocheux, Paris, La Découverte (réédition actualisée).

Haut de page

Notes

1 Groupe d’études sur le Viêt Nam contemporain : 56, rue des Saints-Pères, 75007 Paris ; tél. : 0145497249 ; e-mail : gr.vietnam@sciences-po.fr.

2 Ce compte rendu est basé sur un texte plus long, rédigé par Matthieu Salomon (doctorant à Sciences-Po Paris) pour le GEVNC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Guillemin, « Le Viêt Nam depuis 1945. États, marges et constructions du passé »Moussons, 3 | 2001, 129-131.

Référence électronique

Alain Guillemin, « Le Viêt Nam depuis 1945. États, marges et constructions du passé »Moussons [En ligne], 3 | 2001, mis en ligne le 12 novembre 2021, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8397

Haut de page

Auteur

Alain Guillemin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search