Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Comptes rendusJan Willem De Lind van Wijngaarde...

Comptes rendus

Jan Willem De Lind van Wijngaarden, Male Homosexuality in 21st-Century Thailand : A Longitudinal Study of Young Rural, Same-Sex-Attracted Men Coming of Age

Londres, New York, Anthem Press, 2021, 218 p.
Florine Riolet
p. 248-250
Référence(s) :

Jan Willem De Lind van Wijngaarden, Male Homosexuality in 21st-Century Thailand : A Longitudinal Study of Young Rural, Same-Sex-Attracted Men Coming of Age, Londres, New York, Anthem Press, 2021, 218 p.

Texte intégral

1Sur une période de vingt mois, entre 2011 et 2012, Jan Willem de Lind van Wijngaarden, chercheur en sciences sociales et spécialiste de la santé (notamment des questions liées au VIH), a réalisé à trois reprises des entretiens avec vingt-cinq jeunes adultes thaïs venant de zones rurales. Cette enquête, qualifiée de longitudinale par l’auteur, se veut comme telle non par sa longueur temporelle mais par son étude des stades successifs de comportements et de représentations de genre personnelles des enquêtés (position face à la famille et aux amis, façon de se vêtir ou de se présenter, langage utilisé, profession). L’ouvrage s’intéresse à des jeunes personnes en situation de « coming of age », c’est-à-dire ces premières années permettant la transition de l’adolescence à la vie adulte (de leurs 18 ans au début de l’enquête à leurs 20 ans en fin d’enquête). Au sein de l’ouvrage, il est question de discuter le rapport de la population rurale thaïe aux notions de genre, de sexe, de sexualité, mais aussi du rapport des jeunes enquêtés à la famille et aux réseaux sociaux. L’auteur organise sa réflexion et son enquête autour de trois questions. Un premier questionnement porte sur ce qu’il appelle la subjectivité sexuelle, aux processus d’émergence de laquelle il s’intéresse. L’auteur s’interroge ensuite sur les variations et la fluidité de cette subjectivité sexuelle. Il axe enfin son enquête autour des effets du passage d’une vie rurale à une vie urbaine sur ces jeunes ainsi que des conséquences de cette dernière sur leur vulnérabilité face au virus du VIH. C’est par ce troisième et dernier axe que l’auteur a rencontré les personnes qu’il a enquêtées en présentant sa recherche comme relative à la santé sexuelle et à la prévention du VIH. Ces éléments sont toutefois finalement peu abordés au cœur de l’ouvrage.

2L’ouvrage s’organise en onze chapitres que l’on peut regrouper en trois étapes. Une première étape, introductive, présente la méthode, justifie le vocabulaire employé, introduit les participants et définit les concepts clefs de l’enquête (1 à 3). Une deuxième étape fait dialoguer les entretiens réalisés avec une analyse d’une littérature spécifique à la personne et à la société thaïe . Il est question de situer le contexte culturel des enquêtés en introduisant une analyse religieuse bouddhiste, une analyse du rôle du genre et, enfin, une analyse de l’importance de la sphère familiale (4 à 7). La troisième partie de l’ouvrage concerne les conséquences d’expériences et de pratiques sur la subjectivité sexuelle des participants. L’auteur articule la compréhension qu’ils ont de leur rôle de genre, de leur sexualité autour de leurs pratiques et de leurs expériences quotidiennes ainsi qu’autour de la pratique de la prostitution et de ses implications familiales, monétaires et morales (8 à 11).

3La première partie du livre est une mise en contexte théorique, historique et culturelle de l’enquête. L’auteur présente les personnes qu’il a interviewées et procède également à une introduction générale de termes propres à la culture thaïe. Les trois premiers chapitres de l’ouvrage sont particulièrement utiles afin de saisir au mieux l’un des termes les plus récurrents de l’ouvrage : « Thai personhood », l’auteur faisant comprendre qu’il s’agit davantage de définir une personnalité thaïe plutôt qu’une identité thaïe. La culture thaïe est décrite ici comme lourdement influencée par « l’ordre moral thaï » (Hanks 1962) qui se structure autour de croyances bouddhistes (balance entre le bon et mauvais karma, principe des mérites). Il faut donc comprendre la personnalité thaïe par la façon avec laquelle l’individu se conçoit à travers le regard des autres ainsi qu’à travers son environnement social.

4Le quatrième chapitre, qui entame la deuxième partie de l’ouvrage, nous fait entrer dans le vif du sujet en interrogeant la notion d’homosexualité. Son approche, que je définis de culturaliste, appréhende ce type de sexualité autour de deux visions : traditionnelle avec une explication bouddhiste et moderne avec un caractère plus individuel. Dans les deux explications, l’homosexualité exerce une « fonction sociale ». Être homosexuel permet aux individus concernés de se repentir de leurs péchés des vies passées et de renaître dans la suivante en tant qu’homme ou femme à part entière. Un des éléments particulièrement intéressants de ce livre est la remise en question de la qualification des « kathoey » en tant que troisième genre, permettant ainsi au lecteur d’appréhender le genre non pas comme fait social total national mais comme fait social de classe sociale. Le « kathoey » est une catégorie d’individus transgenres hommes vers femmes mais qui occupe une place et un rôle à part au sein de la société thaïe. Ils prennent ainsi l’appellation de troisième genre. L’auteur nous invite à repenser cette notion ainsi que celle de la transsexualité. Les populations de classe moyenne-haute et haute, majoritairement situées en zone urbaine, peuvent avoir accès aux procédures et opérations permettant de devenir physiquement et socialement des femmes. Elles refusent l’identité de « kathoey ». A contrario, les classes les plus pauvres, se situant en zone rurale, n’y ont pas accès et donc rejettent l’identification binaire au profit de ce troisième genre. Selon cette interprétation, ce dernier n’existe que pour les classes les plus pauvres. Se définir comme « kathoey » ou « deuxième type de femme » alloue à sa non-conformité de genre la responsabilité de son homosexualité.

5Si dans les deux parties précédentes, l’accent de l’ouvrage était mis sur des définitions plus traditionnelles du genre, de la masculinité, de la féminité ou encore de la sexualité, cette troisième et dernière partie, au cours des chapitres 8 à 11, vient confronter les expériences quotidiennes des personnes enquêtées à ces définitions. Le neuvième chapitre de l’ouvrage traitant de l’influence d’Internet et des médias retient particulièrement l’attention. Il permet de conjuguer le contexte culturel thaï, qui induit un vécu social homogène propre aux perceptions identitaires, à la sphère numérique ou médiatique qui est présentée comme un nouveau lieu ou un nouveau jeu d’éveil identitaire individuel. Les sites de rencontres rendent possible la multiplication d’identités ainsi que celle des partenaires sexuels ou amoureux. L’évolution de l’usage du numérique a participé à la création de nouvelles perceptions de la féminité et de la masculinité à travers l’instauration de nouveaux termes caractérisant les préférences sexuelles des uns et des autres. L’auteur explicite la nécessité de comprendre la sexualité et le genre non pas comme deux catégories distinctes mais comme une seule et même catégorie conditionnant l’identité sexuelle et de genre. Par exemple, les nouveaux termes issus de l’utilisation numérique « both-ruk » et « bai-ruk » permettent de l’illustrer et renvoient à ce que l’auteur nomme subjectivité sexuelle. Le premier fait référence au fait de pouvoir occuper au sein de l’acte sexuel la position « réceptive » mais préférer être « insertif ». Le deuxième fait quant à lui écho à l’homme hétérosexuel (comprendre « vrai homme ») qui occupe exclusivement la position « d’insertif » lors d’une relation sexuelle homosexuelle. Ces concepts permettent de renforcer l’idée de masculinité et de la distanciation de l’identification personnelle en tant qu’homme homosexuel.

6Enfin, concernant la bibliographie générale de l’ouvrage, l’auteur base sa réflexion sur le noyau institutionnel des études sur le genre en Thaïlande et fait écho à ses propres recherches portant toutes sur un sujet commun : l’épidémie du VIH et la géographie sociale des identités sexuelles. Si l’on considère les références bibliographiques personnelles de l’auteur, l’ouvrage recensé ici peut apparaître comme une introduction à ses publications antérieures, voire postérieures, (1996 à 2021). Il y fait l’étude détaillée d’une population qui est centrale au sein de ses recherches. En dépit d’une bibliographie conséquente, seule une poignée de chercheurs thaïs est mentionnée dans l’ouvrage, ce que l’on peut déplorer. Cette quasi-absence est sans doute le reflet d’un phénomène plus général. On pourrait par exemple reprocher à l’auteur les quelques commentaires sur la beauté du corps de ses enquêtés, qui interloquent et n’apportent rien de concret à l’enquête. En revanche, ils sont l’occasion d’interroger la question du regard « blanc » posé sur les individus étudiés. L’auteur est lui-même critique de sa position, mais sa propre analyse des entretiens montre la prédominance des chercheurs « blancs » (principalement américains) au sein des études sur l’Asie du Sud-Est. Les quelques travaux de chercheurs thaïs utilisés et cités sont en réalité des thèses ou des mémoires de recherche, travaux eux-mêmes grandement influencés par les écrits des chercheurs « blancs », ce qui ne manque pas de mettre en lumière l’autorité académique des sciences sociales « blanches » sur l’analyse et la compréhension de la culture thaïe (Heryanto 2002)

7L’écriture claire de J. W. De Lind van Wijngaarden permet à toute personne le souhaitant d’accéder aux études du genre et de la sexualité thaïe. L’auteur oscille aisément entre explications théoriques des concepts et application de ses résultats, permettant au lecteur d’assimiler les questionnements posés par le texte. Il est cependant dommage qu’il n’ait pas porté plus d’attention à la sphère médiatique qui n’est que brièvement abordée. A mon sens, l’étude de la dimension audiovisuelle aurait permis d’illustrer la classe sociale comme élément conditionnant l’expérience du passage à la vie adulte. J. W. De Lind van Wijngaarden évoque les films homoérotiques comme élément éducatif de la sexualité mais ne mentionne pas les séries thaïes « Boy’s Love », industrie pourtant florissante, qui mettent en scène des jeunes adolescents et adultes traversant cette phase de « coming of age ». Leur diffusion sur des chaînes câblées ou numériques permettent de questionner les conditions sociales nécessaires à la réception et perception du type d’homosexualité diffusé, et donc d’appréhender l’homosexualité thaïe comme homosexualités et la masculinité thaïe comme masculinités.

Haut de page

Bibliographie

HANKS, L. M., 1962, « Merit and Power in the Thai Social Order 1 », American Anthropologist, 64 (6) : 1247-1261.

HERYANTO, Ariel, 2002, « Can There Be Southeast Asians in Southeast Asian Studies ? », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 5 : 3-30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florine Riolet, « Jan Willem De Lind van Wijngaarden, Male Homosexuality in 21st-Century Thailand : A Longitudinal Study of Young Rural, Same-Sex-Attracted Men Coming of Age »Moussons, 38 | 2021, 248-250.

Référence électronique

Florine Riolet, « Jan Willem De Lind van Wijngaarden, Male Homosexuality in 21st-Century Thailand : A Longitudinal Study of Young Rural, Same-Sex-Attracted Men Coming of Age »Moussons [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 25 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8432

Haut de page

Auteur

Florine Riolet

Master 1 Études asiatiques, EHESS, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search