Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Comptes rendusWasana Wongsurawat, The Crown and...

Comptes rendus

Wasana Wongsurawat, The Crown and the Capitalists : The Ethnic Chinese and the Founding of the Thai Nation

Seattle, University of Washington Press, 2019, 216 p.
Pierre-Mong Lim
p. 251-253
Référence(s) :

Wasana Wongsurawat, The Crown and the Capitalists : The Ethnic Chinese and the Founding of the Thai Nation, Seattle, University of Washington Press, 2019, 216 p.

Texte intégral

1En thaï, le terme sia accolé à un patronyme pour parler d’un homme d’influence, un tycoon, viendrait directement du mot teochew sia, or comme Benedict Anderson le faisait remarquer, tout d’abord employé avec un mépris mêlé de fascination pour désigner les capitalistes sino-thaïs, le mot en est venu à s’appliquer, avec moins de mépris et plus de fascination, à des personnalités « thaï-thaï ». Les mots du titre le suggèrent, « la couronne » et « les capitalistes » renvoient à cette réalité de classe qui s’est accommodée du clivage ethnique. Le travail de Wasana Wongsurawat explore ces rapports complexes entre « race, classe et nation ». Sa démarche, à la différence des travaux de référence précédents consacrés à l’étude des Chinois de Thaïlande qui s’étaient concentrés sur leur sociologie (les ouvrages de W. Skinner et de V. Purcell), consiste à réexaminer le statut de cette minorité dans le récit national thaï à l’intérieur d’une histoire transversale de la construction des États-nations.

2Les trois premiers chapitres reviennent sur la naissance d’une minorité prise entre deux nationalismes antagonistes, thaï et chinois, sur fond de négociations avec les puissances coloniales occidentales. Qu’il s’agisse de l’éducation ou de la presse, traitées dans les deux premiers chapitres placés sous le patronage théorique d’E. Gellner et de B. Anderson, ou des investissements économiques (chapitre 3), l’auteure montre que dans chaque secteur l’enjeu a été, avant tout, de s’assurer la loyauté et le contrôle d’un groupe dont l’identification politique, la langue et les intérêts ne sont, au début du xxe siècle, pas encore fixés. C’est la quasi-simultanéité des projets nationaux, reposant sur des principes de citoyenneté opposés (jus solis au Siam contre jus sanguinis chez les réformistes et révolutionnaires chinois) qui frappe d’ambivalence le statut des Chinois dans le royaume du Siam. Alors que la fragile construction nationale siamoise, fondée sur la personne du roi, tente d’intégrer sa minorité dans de balbutiantes institutions modernes, elle est minée par un nationalisme chinois intrusif et ses institutions concurrentes : les écoles privées qui sapent le projet d’éducation nationale siamois (enseignement de la langue, formation des fonctionnaires, contrôle des enseignants), ou les journaux en chinois, organes des principaux courants politiques du continent, ou encore les sollicitations financières accrues des Chinois d’outre-mer pour soutenir la construction du « pays d’origine », siphonnant ainsi les investissements dirigés vers le pays de résidence. Obstacle à la cohésion nationale thaïe, le nationalisme chinois devient menace directe quand les idées républicaines de Sun Yat-sen triomphent en 1911 et sont relayées par le contenu des enseignements privés ou des journaux chinois, dont le Huaxian xinbao qui publie une version en thaï (Chino-siam warasap), à un moment où la dynastie Chakri est elle-même en mal de légitimité.

3Cependant, au cours de ces mêmes chapitres l’autrice décèle une connivence entre le pouvoir royal et une classe d’entrepreneurs qui s’accommode de ces nouvelles conditions. Au temps de l’extraterritorialité coloniale en effet, nombre de marchands (mais aussi d’enseignants, de directeurs d’école) se font enregistrer en tant que sujets coloniaux s’émancipant ainsi des loyautés nationales, tout en étant libres d’apporter leur soutien financier, politique ou intellectuel et de bénéficier en retour des faveurs de la couronne. W. Wongsurawat donne l’exemple d’hommes d’affaires propriétaires de journaux, tels Yi Ko-hong et Siao Hutseng, un temps proches du trône, tout en étant actifs dans la construction nationale chinoise, mais qui furent respectivement sujets français et britannique.

4À partir de la révolution de 1932, l’affirmation d’un nationalisme thaï territorial plutôt que royal, la fin de l’extraterritorialité et le rapprochement avec le Japon conduisent à durcir les lois qui entourent le statut de la minorité chinoise. Elles s’appliquent au niveau culturel (journaux censurés, réglementation des noms et des enseignes de magasins) mais surtout économique. Entre 1932 et 1941, le parti au pouvoir tente une « thai-landisation » de l’économie, il s’agit d’en finir avec la mainmise de la minorité chinoise (qui s’explique par des raisons socio-historiques – exemption de la corvée féodale, rôle dans le système du tribut – sur lesquelles l’autrice revient au début du chapitre 3), en prenant une série de mesures fortes, comme l’éviction des villes ou les professions réservées. Pour le nouveau pouvoir, le démantèlement de cette structure économique vise aussi à démanteler la vieille élite royaliste qui reposait sur l’alliance avec les marchands chinois. En outre, la Thaïlande choisit de se rapprocher géopolitiquement du Japon, qui lui offre un modèle alternatif et qui, contrairement à la superpuissance précédente qu’était l’Angleterre, a toutes les raisons de soutenir le gouvernement dans sa politique. Selon l’autrice, le rêve de briser cette alliance entre la cour thaïe et les marchands chinois ne se réalise pas cependant, en partie parce que l’allié japonais perd la guerre et laisse place au retour d’une connivence entre « la couronne et les capitalistes ».

5Ce retour s’inscrit dans un contexte d’après-guerre où la Thaïlande, en raison de la relative illisibilité de son alliance avec le Japon, apparaît du côté des vainqueurs alliés. Comme le rappelle W. Wongsurawat dans le chapitre 4, les factions royalistes de l’ancien régime en exil, en créant le Free Thai Movement, surent obtenir la reconnaissance des États-Unis à travers celle de la Chine de Chang Kai-shek, grâce entre autres au rôle joué par la communauté chinoise thaïe ; l’auteure s’appuie notamment sur les comptes rendus, peu étudiés, des rencontres avec le ministre chinois des Affaires étrangères. Cette proximité n’empêchera pas l’incident de Yaowarat en septembre 1945, provoqué par l’interdiction de déployer le drapeau de la République de Chine sans le drapeau de la Thaïlande, et qui peut être lu comme la continuité d’une tension entre nationalismes. Cependant, le retour des royalistes au pouvoir, et du nationalisme centré sur la dynastie des Chakri, s’accompagne du retour des entrepreneurs chinois qui regagnent la protection politique en forgeant des alliances avec la cour, bénéficient des contrats gouvernementaux et réinstaurent leur domination sur l’économie thaïe. Avec le soutien des États-Unis, nouvelle superpuissance, se forge une alliance des classes conservatrices – royalistes, militaristes et capitalistes – dans un contexte régional de lutte contre le communisme. Dans le dernier chapitre, Wongsurawat montre que la répétition de la même structure, en permettant l’écrasement de toute tendance socialiste, a rayé les classes populaires du roman national. En témoigne l’émeute de Phlapphlachai en 1974, où l’autrice analyse la façon dont les autorités disqualifièrent les heurts violents, à la suite de l’arrestation d’un taxi d’origine chinoise harcelé par la police, en les associant à des actes de « sociétés secrètes ». Rhétorique héritée de Rama VI (1881-1925), elle repose sur la distinction entre bons et mauvais Chinois, entre qui soutient la couronne et qui menace l’ordre – c’est-à-dire, dans ce contexte, quiconque se rapprochait d’un mouvement social.

6Dans sa conclusion W. Wongsurawat interroge l’émergence contemporaine d’une puissance chinoise aux ambitions hégémoniques dans la région : quelles en seront les conséquences sur le projet national thaï débuté il y a un siècle, et dont l’économie repose sur l’inclusion des réseaux marchands chinois ? Ce questionnement trouve un prolongement dans l’actualité brûlante, car dans les mouvements prodémocratie actuels qui refusent cet ordre, quel rôle les oubliés de la narration « couronne-capitalistes » peuvent-ils jouer ? Comment peuvent-ils être mis en rapport avec ceux de Hong Kong et de Taiwan, pour une identité politique qui dépasserait, enfin, les données de l’État-nation moderne ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Mong Lim, « Wasana Wongsurawat, The Crown and the Capitalists : The Ethnic Chinese and the Founding of the Thai Nation »Moussons, 38 | 2021, 251-253.

Référence électronique

Pierre-Mong Lim, « Wasana Wongsurawat, The Crown and the Capitalists : The Ethnic Chinese and the Founding of the Thai Nation »Moussons [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 25 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8447

Haut de page

Auteur

Pierre-Mong Lim

Docteur en études chinoises transculturelles (université de Lyon), chercheur indépendant et traducteur littéraire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search