Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Comptes rendusIan G. Baird, Rise of the Brao : ...

Comptes rendus

Ian G. Baird, Rise of the Brao : Ethnic Minorities in Northeastern Cambodia during Vietnamese Occupation

Madison, University of Wisconsin Press, 2020, 392 p.
Catherine Scheer
p. 253-256
Référence(s) :

Ian G. Baird, Rise of the Brao : Ethnic Minorities in Northeastern Cambodia during Vietnamese Occupation, Madison, University of Wisconsin Press, 2020, 392 p.

Texte intégral

1Comment se fait-il qu’autant de personnes de la minorité montagnarde brao se sont vu confier des postes importants dans le gouvernement cambodgien des années 1980, alors qu’elles ne parlaient pas couramment la langue nationale khmère et n’avaient pas, pour la plupart, fait d’études avancées ? C’est la question qui s’est imposée à Ian Baird, aujourd’hui professeur de géographie à l’université de Wisconsin-Madison, lorsqu’ il a entrepris ses recherches de master dans la province de Ratanakiri en 2000. Des entretiens menés au cours des dix-sept années qui suivaient, d’abord dans le cadre d’une thèse et ensuite au fil de retours sur le terrain, ont donné lieu à cette ethnohistoire qui met en lumière comment les habitants des marges du Cambodge ont vécu une période chamboulée par les conflits indochinois et comment ils ont contribué à la marquer. Alors que le cœur de l’ouvrage porte sur la décennie de la République populaire du Kampuchea (1979-1989), décrite comme une sorte d’« âge d’or » par nombre des interlocuteurs d’Ian Baird, ce dernier retrace également les développements qui y ont mené depuis les années 1950 et qui ont marqué les itinéraires de nombreux Braos et voisins d’autres groupes ethnolinguistiques.

22020 aura été une année faste pour les études historiques sur le Nord-Est cambodgien. Jusqu’alors et outre quelques travaux notables (p. ex. Colm 1996 ; Guérin 2008), l’histoire récente de cette partie du pays, domicile de populations dites « minoritaires », avait été peu traitée. Cet ouvrage vient donc combler un vide relatif, en adoptant un angle complémentaire à celui choisi dans deux livres qui portent également sur l’histoire récente telle que vécue par des habitants de Ratanakiri : Frédéric Bourdier (2020) traite de l’émergence du mouvement khmer rouge à partir du récit de vie d’un homme jarai tandis que Jonathan Padwe (2020) étudie comment des habitants jarais ont composé avec des paysages altérés par les politiques pratiquées à travers le temps. Ian Baird, quant à lui, se focalise largement sur des témoignages de personnes s’identifiant comme braos. Il livre un récit minutieux de leurs itinéraires transfrontaliers dès les années 1950 et de ce qui s’est passé dans cette région reculée du Cambodge après la défaite des Khmers rouges en 1979.

  • 1 I. Baird cite ici le travail pionnier, mais jusqu’à présent non publié de Sara Colm (1996).

3Les raisons, encore trop peu connues, qui avaient amené nombre d’habitants de Ratanakiri à rejoindre les Khmers rouges installés dans les forêts du Nord-Est depuis les années 1960 sont abordées dans le premier chapitre1. L’auteur montre les multiples façons dont les politiques de khmerisation mises en œuvre par le gouvernement du Sangkum à la suite de l’indépendance du Cambodge en 1953 ont heurté les Braos et leurs voisins. Il souligne les conséquences néfastes de l’installation d’une plantation d’hévéas qui a non seulement provoqué le déplacement forcé de nombreux villages braos mais a aussi entraîné une corvée, obligeant les habitants de la région à apporter leur force de travail à cette entreprise d’État. La brutalité avec laquelle les Forces armées royales khmères, en charge du gouvernement des deux provinces du Nord-Est, ont réprimé toute opposition aux mesures intrusives du gouvernement (réorganisation des villages, confiscation du bétail, imposition de nouvelles taxes) a poussé les habitants lésés vers les maquisards qui leur promettaient de les libérer de cette oppression.

4Un autre fait jusqu’alors peu exposé, mais très important à relever, concerne le revirement qui a eu lieu après 1970, lorsque les Khmers rouges, déjà solidement installés dans la région, imposèrent leurs mesures restrictives et ethnocidaires de manière bien plus contraignante. Là où des représentants locaux avaient pu ajuster les règles imposées par les chefs khmers rouges, il n’y avait plus guère de marge de manœuvre pour amortir des ordres de plus en plus excluants. Des purges de personnes que les Khmers rouges considéraient trop proches des communistes vietnamiens – anciens alliés vilipendés – et la peur d’être contraints à s’entretuer ont entraîné la première fuite d’habitants de Ratanakiri vers le Vietnam durant la première moitié de 1975. De nombreux autres ont suivi, certains fugitifs choisissant de se diriger vers le Sud Laos. On aurait apprécié que les descriptions détaillées des fuites soient reliées à la situation politique au Laos et au Vietnam où les forces communistes gagnaient en pouvoir pendant que les montagnards du Cambodge s’apprêtaient à passer la frontière.

  • 2 Sur l’embrigadement d’hommes bunongs de la province voisine de Mondulkiri, voir Scheer (à paraître)

5L’auteur fait quelques pas de côté pour donner un aperçu d’autres cheminements : de ceux qui sont restés à Ratanakiri, sous le contrôle de plus en plus brutal des Khmers rouges, et de ceux qui ont rejoint les forces pro-américaines. Il évoque les trajectoires de Braos qui, dès 1966, ont rejoint un camp contrôlé par la CIA au Sud-Laos (voir aussi Baird 2010) et d’autres qui, en 1970, ont été emmenés en avion à Phnom Penh lorsque le nouveau gouvernement de la République khmère retirait ses soldats et quelques civils du Nord-Est. Quelques mois après le coup d’État renversant le Prince Sihanouk en mars 1970 et établissant ce gouvernement pro-américain, l’armée cambodgienne semblait trop faible pour résister aux communistes dans cette partie du pays. En évoquant ces différents itinéraires, I. Baird corrobore son approche analytique qui consiste à prendre en compte les sensibilités politiques et des facteurs circonstanciels pour réfléchir à ce qui influençait les choix de ses interlocuteurs, au-delà de leur appartenance ethnique. Il ouvre en outre des pistes de recherche puisqu’on peut notamment s’interroger sur le sort des réfugiés des hautes terres une fois arrivés dans la capitale2.

6Revenant aux Braos qui s’étaient enfuis au Vietnam et au Laos, I. Baird expose avec précision comment ils ont été impliqués, dès 1977, dans la préparation de la libération du Nord-Est cambodgien aux côtés de soldats de l’armée vietnamienne. Face aux incessants conflits frontaliers avec les Khmers rouges, le gouvernement du Vietnam avait approché les réfugiés braos afin d’obtenir leur soutien. Ces derniers se sont, en grande majorité, dits d’accord et ont envoyé une délégation au Laos afin de demander aux leurs qui s’y étaient réfugiés de rejoindre ce combat. Dès fin 1978, après des entraînements, les réfugiés de Ratanakiri étaient impliqués dans les attaques menées par l’armée vietnamienne qui ont réussi à repousser les hommes de Pol Pot. Alors qu’ils n’y jouaient qu’un rôle secondaire, tant en nombre qu’en termes stratégiques, leur implication était importante afin de faire apparaître cette entreprise militaire comme soulèvement cambodgien, plutôt que comme invasion vietnamienne. Ces anciens émigrés montagnards, devenus des personnes de confiance, se sont vu attribuer des postes officiels dans le nouveau gouvernement du Cambodge, les militaires vietnamiens préférant travailler avec des alliés, même peu qualifiés.

7Dans la seconde partie du livre, I. Baird présente les carrières de dignitaires braos et dresse un tableau détaillé de la décennie de la République populaire du Kampuchea (RPK) à Ratanakiri et, dans une moindre mesure, dans trois autres provinces du Nord-Est : Mondulkiri, Stung Treng et Preah Vihear. Parmi les nombreux aspects de la vie que l’auteur aborde, les questions de langue et d’éducation illustrent clairement la relation qui s’est tissée entre les représentants des hautes terres et les forces vietnamiennes. En plus des formations proposées aux fonctionnaires originaires des hautes terres, I. Baird note que beaucoup d’hommes des « minorités ethniques » étaient alphabétisés dans la langue nationale lorsqu’ils étaient soldats dans l’armée de l’RPK. Il souligne par ailleurs que les langues minoritaires, interdites par les Khmers rouges, étaient admises et respectées sous le nouveau gouvernement. Finalement, une anecdote illustre comment de nombreux dignitaires originaires du Nord-Est ont perçu le changement d’attitude qui s’est opéré à leur égard après que l’influence des responsables vietnamiens au sein du gouvernement a diminué en faveur des représentants de la majorité khmère : Bu Thang, l’un des plus haut placés parmi les habitants de Ratanakiri, notamment vice-premier ministre de 1982 à 1992, raconte que lors d’un dîner officiel au début des années 1990 il s’était mis à parler à voix haute en tampuan, sa langue maternelle. Le but était de signaler au roi Sihanouk, qui conversait en français et en anglais, que ces deux langues – que Bu Thang ne comprenait pas – n’étaient pas du Cambodge, contrairement à la sienne.

8La nostalgie que nombre des interlocuteurs braos de I. Baird exprimaient à la remémoration des années passées sous autorité vietnamienne contraste avec la vision prédominante à l’échelle nationale. L’auteur insiste sur le fait qu’en rapportant la perception largement positive des Braos, il ne remet pas en question les nombreuses critiques exprimées au sujet de la tutelle vietnamienne. On aurait toutefois souhaité qu’il étende cette mise en regard en évoquant l’attitude peu respectueuse du gouvernement vietnamien vis-à-vis des minorités vivant sur son territoire national. Dans la même veine, plus de détails sur le Front uni de lutte des races opprimées (FULRO), initialement créé par des habitants des hautes terres pour lutter contre les discriminations du gouvernement sud-vietnamien, auraient été bienvenus. I. Baird évoque ce mouvement comme allié des Khmers rouges et attaqué par les forces braos et vietnamiennes, mais il aurait été intéressant de savoir comment les soldats de Ratanakiri voyaient ce mouvement.

9D’un point de vue formel, les témoignages directement rapportés, comme l’anecdote de Bu Thang et d’autres histoires mises en avant dans la sous-partie intitulée « Reflecting on the past », illustrent bien comment des habitants des hautes terres percevaient leur place au sein d’une organisation politique plus large. On aurait toutefois apprécié que ces voix autochtones soient plus présentes au fil de l’ouvrage. Il est compréhensible que l’auteur ait éprouvé le besoin de mettre à plat un certain nombre de données peu ou prou connues, mais une intégration plus systématique du point de vue de ses interlocuteurs aurait permis de nourrir le propos et de rendre le récit plus vivant. De même, une analyse plus poussée des raisons ayant mené des leaders braos à certains choix aurait permis de mieux évaluer l’influence de facteurs liés à l’identité ethnique d’une part et aux affinités politiques de l’autre, tel qu’annoncé.

10Nonobstant ces critiques, il s’agit d’un livre riche en données inédites qui auraient risqué de disparaître avec celles et ceux qui en sont les dépositaires. Les photos en noir et blanc que l’auteur a glanées auprès de ses interlocuteurs et qu’il présente sur une douzaine de pages constituent un complément visuel fort appréciable. Toute personne s’intéressant aux « minorités » montagnardes du Cambodge ou à l’histoire récente de ce pays trouvera de précieuses informations à la lecture de cette histoire racontée depuis les marges, mais qui est loin d’être marginale.

Haut de page

Bibliographie

BAIRD, Ian G., 2010, « The US Central Intelligence Agency and the Brao. The Story of Kong My, a Non-Communist Space in Attapeu Province, Southern Laos », Aséanie, 25 : 23-51.

BOURDIER, Frédéric, 2020, Temps de guerre, temps de révolte chez les populations autochtones du Cambodge. Première assise populaire khmère rouge à Ratanakiri (1967-1971), Paris : L’Harmattan.

COLM, Sara, 1996, « The Highland Minorities and the Khmer Rouge in Northeastern Cambodia 1968-1979 », rapport non publié, Cambodian Genocide Program of Yale University.

GUÉRIN, Mathieu, 2008, Paysans de la forêt à l’époque coloniale : La pacification des aborigènes des hautes terres du Cambodge, Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

PADWE, Jonathan, 2020, Disturbed Forests, Fragmented Memories. Jarai and Other Lives in the Cambodian Highlands, Washington : University of Washington Press.

SCHEER, Catherine, à paraître, « Subaltern Soldiers : The Overshadowed Fight of Bunong Highlanders within the Khmer Republic (1970-75) », Journal of Southeast Asian Studies.

Haut de page

Note de fin

1 I. Baird cite ici le travail pionnier, mais jusqu’à présent non publié de Sara Colm (1996).

2 Sur l’embrigadement d’hommes bunongs de la province voisine de Mondulkiri, voir Scheer (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Scheer, « Ian G. Baird, Rise of the Brao : Ethnic Minorities in Northeastern Cambodia during Vietnamese Occupation »Moussons, 38 | 2021, 253-256.

Référence électronique

Catherine Scheer, « Ian G. Baird, Rise of the Brao : Ethnic Minorities in Northeastern Cambodia during Vietnamese Occupation »Moussons [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 17 novembre 2021, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8455 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8455

Haut de page

Auteur

Catherine Scheer

Enseignante-chercheuse en ethnologie, École française d’Extrême-Orient, Centre Asie du Sud-Est.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search