Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendusConférences« Identité, ethnicité, religion e...

Comptes rendus
Conférences

« Identité, ethnicité, religion et intégration nationale en Asie du Sud-Est »

Paris-Villejuif, 7-8 mars 2001
Michel Picard
p. 131-133
Référence(s) :

« Identité, ethnicité, religion et intégration nationale en Asie du Sud-Est »,Paris-Villejuif, 7-8 mars 2001

Texte intégral

1Deux journées d’étude, organisées par le Lasema dans ses locaux, sous la direction conjointe de Bénédicte Brac de la Perrière et de Michel Picard, ont réuni une cinquantaine de participants autour du thème « Identité, ethnicité, religion et intégration nationale en Asie du Sud-Est ». L’appel à communications avait été rédigé à l’issue d’une réunion préparatoire destinée à faire émerger les questions saillantes et les préoccupations communes aux chercheurs travaillant sur différents terrains d’Asie du Sud-Est continentale et insulaire.

2« Ces dernières décennies ont vu les anthropologues remettre en cause l’usage que leurs prédécesseurs avaient pu faire d’une conception de l’identité principalement fondée sur un découpage en groupes ethnolinguistiques. Pourtant, les notions d’identité ethnique ou d’ethnie, loin d’avoir été définitivement dissoutes, nous reviennent de différents côtés, qu’il s’agisse des groupes humains que nous étudions, des États dont ils dépendent, ou bien des touristes qui les visitent qui, tous, expriment à des titres divers ce que l’on peut appeler une « demande d’ethnicité ». Au-delà de la fausse antinomie entre les approches constructiviste et culturaliste au profit d’une conception à la fois dynamique et relationnelle de l’ethnicité, il convient de revisiter ces questions en articulant différentes échelles : ainsi, d’un point de vue spatial, on s’intéressera à la fois aux relations entre groupes voisins et à celles qu’un groupe entretient avec l’État-nation qui l’englobe, ou avec les États entre lesquels il se trouve dispersé, tandis que, d’un point de vue temporel, on sera attentif aux stratégies, négociations et redéfinitions identitaires en cours, sans pour autant négliger le poids du passé, tant colonial que pré-colonial.

3« La problématique générale peut être formulée à partir de deux angles d’approche. D’une part, on s’interrogera sur l’histoire de la production et de la demande d’ethnicité, c’est-à-dire, sur les processus qui ont conduit à ce que des groupes s’identifient et soient identifiés par d’autres comme « autre ». D’autre part, on étudiera la gestion pratique des frontières définies par l’ethnicité (frontières politiques, administratives, religieuses, linguistiques...).

4« Les premières discussions ont fait émerger certains des thèmes récurrents à la question de l’ethnicité en Asie du Sud-Est. Si les politiques étatiques sont essentielles pour comprendre la construction de l’ethnicité, il ne faut pas oublier que les constructions nationales sont, elles aussi, liées à l’ethnicité. Il en découle la nécessité de distinguer le nationalisme ethnique, exprimant l’émergence de l’ethno-nation, du nationalisme civique, qui s’incarne dans l’État-nation. Et à cet égard, les États de la région sont le produit de rapports différents entre ethnie et nation, dont l’histoire influe considérablement sur la place accordée à l’ethnicité et sur le statut des groupes ethniques dans la construction nationale.

5« La territorialisation des identités constitue également une dimension pertinente. Ainsi, le découpage administratif régional à l’intérieur des frontières étatiques peut interférer avec les questions d’ethnicité, en fonctionnant comme une médiation entre les groupes ethniques et l’appareil d’État. À l’inverse, certaines politiques d’intégration nationale passent par une déterritorialisation délibérée des appartenances ethniques.

6« Par ailleurs, dans nombre de cas, il est difficile de faire la part du religieux et de l’ethnique dans les affirmations et revendications identitaires. C’est qu’à la différence des religions universelles, qui tendent à découper une sphère autonome du religieux dans l’ordre séculier, les systèmes de croyances ou les pratiques rituelles, pour nombre de sociétés en Asie du Sud-Est, sont partie intégrante de la vie sociale et forment une composante essentielle de la conscience identitaire de ces sociétés.

7« Enfin, il importe de souligner le rôle du tourisme dans la reformulation des rapports entre État et ethnie. En mettant en effet l’accent sur les particularismes ethniques du pays clans le but de composer une image exotique, la promotion touristique tend à contrarier les efforts entrepris par l’État pour intégrer les minorités ethniques clans l’ensemble national. Dans ces conditions, il faut se demander comment la manipulation de marqueurs ethniques clans le but de promouvoir une altérité exotique sur le marché touristique affecte l’identité des groupes ainsi représentés.

8« C’est dire que le positionnement identitaire d’un groupe ethnique ne doit pas être conçu comme l’expression d’une essence primordiale, mais bien plutôt comme la réponse circonstanciée à une situation globale. Il faut clone éviter d’opposer les identités affirmées localement à celles qui sont prescrites de l’extérieur, comme si l’on avait affaire à deux domaines séparés, l’un caractérisé par une authenticité inhérente, l’autre par la fabrication. Au contraire, l’on doit être attentif aux médiations dialogiques par lesquelles s’élaborent et se négocient les positionnements· et revendications identitaires. »

9Durant ces cieux journées, huit communications ont été présentées : Jean Michaud (University of Hull), « Les minorités montagnardes, la construction nationale et l’État au Vietnam depuis 1935. Une lecture d’ethnologue » ; Pascal Bouchery (Université de Paris X-Nanterre), « Deux dynamiques identitaires en regard chez les Tibéto-Birrnans : les Hani (Chine) et les Naga (Inde) » ; Bernard Sellato (IRSEA), « Ressources et ethnicité : une priorité économique dans les stratégies identitaires dayak, entre la tentation culturelle du particularisme et la nécessité politique de la masse critique (Kalimantan-Est, 1970-2000) » ; François Robinne (IRSEA), « La notion d’opérateur commun dans l’analyse des relations interethniques en Birmanie » ; Christian Pelras (Lasema), « L’identité bugis : critères de reconnaissance, variations de contenu et facteurs de permanence » ; Nathalie Fau (Lasema), « Être Malais de part et d’autre du détroit de Malacca » ; Christian Culas (IRSEA), « Trois générations de Montagnards clans les réseaux internationaux. Le cas des Hmong de Thaïlande » ; Yves Goudineau (IRD-EFEO), « Il paraît que nous sommes des Katu. Devenir et implications d’un ethnonyme à travers la cordillère annamitique ».

10Nous envisageons de donner une suite à ces journées d’étude, sous la forme d’une publication collective placée sous la direction de Bénédicte Brac de la Perrière, Yves Goudineau et Michel Picard. Un groupe de réflexion va se mettre en place pour préparer cette publication, qui fera appel non seulement aux participants à ces journées d’étude mais également à d’autres auteurs, de façon à traiter de questions qui n’ont pas été abordées à cette occasion et qui sont rappelées dans le texte de l’appel à contribution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Picard, « « Identité, ethnicité, religion et intégration nationale en Asie du Sud-Est » »Moussons, 3 | 2001, 131-133.

Référence électronique

Michel Picard, « « Identité, ethnicité, religion et intégration nationale en Asie du Sud-Est » »Moussons [En ligne], 3 | 2001, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8502 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8502

Haut de page

Auteur

Michel Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search