Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendusLivresSociétés asiatiques face au sida,...

Comptes rendus
Livres

Sociétés asiatiques face au sida, études réunies par Marie-Ève Blanc, Laurence Husson et Évelyne Micollier

Paris, L’Harmattan, « Recherches Asiatiques », 2000, 482 p.
Claude Fay
p. 135-137

Texte intégral

1Issu d’une table-ronde tenue à Aix-en-Provence en 1998, cet ouvrage collectif rassemble des travaux d’anthropologues, d’ethno-psychologues, de sociologues, de géographes et d’historiens, précédés d’une utile mise en perspective théorique et historique des éditeurs. Il veut faire le point sur les dimensions sociales, économiques et culturelles de l’épidémie de sida dans différentes sociétés du sud-est asiatique, en les confrontant in fine aux savoirs de même type élaborés sur l’Afrique. Depuis 1988, l’Asie est en effet – avec de fortes variations nationales et régionales – le continent le plus sévèrement touché par l’épidémie après l’Afrique sub-saharienne et le croisement de facteurs de divers ordres peut faire craindre qu’advienne une catastrophe sanitaire « à l’africaine ».

2La première partie, s’attachant à l’analyse des « cultures sexuelles », souligne les réinterprétations du sida dans le cadre d’ordres moraux et politiques spécifiques. En Chine (F. Dikköter), entre discours médicaux et représentations sociales, dans une conjugaison systématique de l’individuel, du social et du biologique, c’est le contrôle au nom de la nation de la sexualité dangereuse qui prime depuis toujours sur le contrôle de la maladie. En Indonésie (L. Husson), où la multiplication de la prostitution informelle est stigmatisée sous le signe de la déviance, la lutte contre la « permissivité » qui s’exerce dans le cadre d’un déficit d’informations ne permet guère d’enrayer les pratiques à risque. Au Cambodge (A.Y. Guillou), c’est l’articulation entre sexualité conjugale et promotion de la femme khmère qui se joue autour de la reconnaissance de la prostitution ; la « coupure » résultante entre l’intégration familiale des femmes, d’une part, et leur intégration socio-professionnelle, de l’autre, est défavorable à toute mobilisation publique. En Inde (F. Bourdier), l’idéologie dominante de la sexualité – carrefour de modes de sociabilité complexes – est ancrée dans des configurations sociales multiples. La modification des valeurs et des comportements, notamment liée à l’épidémie et généralement objet de dénégations, s’inscrit pour sa part dans une accélération des tensions sociales. L’auteur s’interroge sur les implications d’une recherche-action portant sur les constructions sociales du risque et sur les enjeux de l’altérité. Au Népal (D. Seddon), où la prostitution constitue une stratégie de survie et où les réseaux internationaux de prostitution et de migration s’articulent, le sida apparaît comme une « crise communautaire », source conjointe de compassion et de stigmatisation. Examinant les difficultés des stratégies de lutte contre le sida dans plusieurs pays asiatiques et le poids des contraintes « culturelles », I. Wolffers entreprend de comprendre ces réalités dans le cadre de processus de construction culturelle et des relations dynamiques entre des cultures dominantes et des sous-cultures en compétition.

3La seconde partie examine les « réponses institutionnelles à la maladie » et leurs variations dans des contextes nationaux et locaux. Au Vietnam, M.-È. Blanc analyse les enjeux politiques et sociaux de la campagne et leurs effets. La gestion institutionnelle de l’épidémie s’est inscrite dans des interactions entre les préceptes des morales populaires, les analyses politico-idéologiques du parti d’État et les analyses socio-comportementales des ONGs. L’ensemble révèle différentes lignes de clivage et ouvre en même temps un lieu d’expression nouveau pour différentes communautés. En Malaisie (S. Vignato), le contraste est frappant entre l’importance des ressources consacrées à la lutte contre le sida, le haut niveau de compétence des professionnels de cette lutte et les barrières idéologiques rigides qui l’entravent : plus préoccupé de négocier sa position entre l’islam et les ONGs que de faire face à un état d’urgence, l’État se crispe sur des procédures de stigmatisation qui font que les malades fuient les services publics. À Taiwan (É. Micollier), une certaine synergie apparaît entre les réponses institutionnelles et hors institution à la maladie, un État bailleur de fonds met en place une campagne de prévention proche du modèle des pays du Nord et offre des accès privilégiés aux trithérapies, mais les conceptions populaires de la « malemort » qui investissent l’épidémie se situent aux antipodes de cette « modernité ».

4La troisième partie s’intéresse aux réponses « spontanées ou organisées hors institution ». Reprenant un problème déjà posé par des auteurs africanistes (cf. L. Vidal in Autrepart, 12 : 19-36, 1999), S. Crochet interroge la notion de « communauté », à l’ordre du jour systématique des projets de développement, notamment au Cambodge. Devant le caractère indéfinissable de cette notion (entre ses conceptions théoriques, populaires et développementistes) et ses mises en pratiques incertaines, l’auteur se demande à qui profite la « mobilisation communautaire » : palliatif au manque de ressources ou outil clientéliste ? C’est également dans le cadre d’une approche « communautaire » du problème que s’est construite en Inde (E. Eliot) une modélisation des espaces d’infection et des vecteurs de contamination correspondant aux représentations socio-spatiales indoues et débouchant sur une stigmatisation de l’impureté des musulmans. Une analyse à différentes échelles met plutôt l’accent sur la relation infection-mobilité et sur la multiplication de micro-épicentres de l’infection. F. Grange-Omokaro analyse l’approche conceptuelle et thérapeutique des guérisseurs de Bali en relation avec l’épidémie de sida et les transformations de l’univers des soins urbains. La complexification des catégories étiologiques et les syncrétismes thérapeutiques renvoient à des politiques d’intégration économique et institutionnelle et interroge sur les limites de la santé publique et l’appropriation politique de la maladie, de la santé et du corps. M. Eisenbruch examine les modélisations du sida, particulièrement chez l’enfant, par les croyances populaires khmères portant sur l’insémination et la fertilité, l’intégration de l’épidémie à la nosologie locale et les pratiques et les rituels de guérison qui s’ensuivent. P.V. Symonds analyse, à propos des Hmong minoritaires de Thaïlande, les « chemins culturels » clans le cadre de la prévention et des programmes d’éducation. À travers l’ethno-épidémiologie, les représentations des populations et l’organisation sociale, il montre comment les marginalisations politiques et classificatoires aboutissent à des inégalités clans divers domaines, dont celui de la prévention.

5La quatrième partie, consacrée aux « leçons de l’expérience africaine », s’interroge sur les fécondités théoriques et pratiques possibles de la comparaison inter-continentale. J.-M. Amat-Roze met en perspective les épidémies du Nord et du Sud, leur grande diversité interne, leurs territorialisations complexes et leur inscription clans le sous-développement, et appelle à inventer de nouveaux protocoles épidémiologiques et à les standardiser. Privilégiant l’exemple du sida chez l’enfant, A. Desclaux s’interroge sur la transmissibilité des expériences entre socio-cultures spécifiques, aussi bien du point de vue de la diversité des socio-épidémiologies populaires que de celui des réappropriations spécifiques de la maladie par les dispositifs politico-préventifs. La confrontation de cieux exemples (Thaïlande et Burkina-Fasso) témoigne de résultats incommensurables à partir d’épidémies pourtant simultanées et à profil similaire et illustre la difficulté de la comparaison à partir de systèmes sociaux et de niveaux de vie si différents. L’auteur appelle à intensifier la recherche, dans chaque contexte, des « discriminants invisibles ». Poursuivant et achevant la réflexion sur les conditions possibles d’un comparatisme, M.-E. Gruénais insiste également sur les différences contextuelles : niveaux de vie, stade de développement de la maladie, conditions d’exposition au risque, types de contamination dominants, types de populations vulnérables, types d’engagements politiques, idéologiques et financiers, nationaux et internationaux clans la lutte contre le sida et réactions à ces engagements. Il souligne également la pluralité des sidas du Sud et le relatif manque d’informations. Il faut nuancer l’analyse : si, par exemple, l’appropriation en Afrique des fonds d’aide par un « marché spécialisé et extraverti » a permis la mise au point d’approches participatives modèles, l’exemple asiatique peut, inversement, permettre de s’intéresser à des facteurs d’exposition au risque non encore (ou non suffisamment) pris en compte en Afrique. L’auteur critique parallèlement le caractère stéréotypé d’oppositions tranchées entre les modes de sexualité (s’agit-il de discours ou de pratiques ?) et entre les types de contamination (homosexualité, drogue), où il repère en partie des effets pervers des présupposés d’enquêtes épidémiologiques spécifiques.

6Cet ouvrage de qualité, le premier à rendre compte en langue française des multiples dimensions croisées du sida dans le contexte asiatique, a le grand mérite d’éviter de juxtaposer des déterminismes simplistes en soulevant aux différents niveaux considérés d’importantes questions de légitimation épistémologique. Au-delà du découpage du livre en sections et des angles d’analyse spécifiques qu’ils adoptent, tous les auteurs ont le souci de mettre leurs travaux en perspective avec les autres dimensions de l’épidémie. L’ouvrage invite d’ailleurs explicitement à la multiplication des travaux de terrains sur les rapports interactifs entre logiques institutionnelles, hors institution et locales. Autant qu’aux spécialistes du sida, il sera utile à tous ceux qui travaillent sur les logiques sociales de mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Fay, « Sociétés asiatiques face au sida, études réunies par Marie-Ève Blanc, Laurence Husson et Évelyne Micollier »Moussons, 3 | 2001, 135-137.

Référence électronique

Claude Fay, « Sociétés asiatiques face au sida, études réunies par Marie-Ève Blanc, Laurence Husson et Évelyne Micollier »Moussons [En ligne], 3 | 2001, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8524

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search