Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendusLivresÀ la recherche des Brou perdus, p...

Comptes rendus
Livres

À la recherche des Brou perdus, population montagnarde du Centre indochinois, Gábor Vargyas

Paris, Études orientales/Olizane, coll. « Cahiers de Péninsule », n° 5, préface de G. Condominas, 2000, 297 p.
Pierre Le Roux
p. 143-146
Référence(s) :

À la recherche des Brou perdus, population montagnarde du Centre indochinois, Gábor Vargyas, Paris, Études orientales/Olizane,

coll. « Cahiers de Péninsule », n° 5, préface de G. Condominas, 2000, 297 p.

Texte intégral

1Il s’agit là d’un livre intéressant à plus d’un titre. Il est consacré à un groupe proto-indochinois parmi les moins connus d’Indo-Chine orientale, ce que souligne Condominas dans sa préface, les Brou ou Bru (ou encore Vân Kiêu, Kaleu) de la famille linguistique austroasiatique – à ne pas confondre avec les Brou ou Brao. Gábor Vargyas, l’un des experts de cette région, a une plume alerte et sympathique. Directeur de recherche à l’Institut d’ethnologie de l’Académie des sciences de Hongrie et professeur associé à l’Université de Pécs (Hongrie), Vargyas a séjourné longtemps en France, où l’on connaît bien la qualité de ses descriptions et analyses ethnologiques, et il nous fait l’honneur de publier en français. Cet ouvrage constitue pour l’auteur une introduction nécessaire, préalable à la publication annoncée de sa monographie et, à ce titre, il fait le point des sources existantes, notamment françaises, américaines et vietnamiennes, sur les Brou/Bru. Cette démarche, pourtant fondamentale, est assez peu commune pour qu’on la souligne. Enfin, l’ouvrage propose en annexe une édition presque intégrale de documents rares (textes, cartes et photographies), souvent méconnus des chercheurs contemporains, sur les Brou/Bru et leur région, que Vargyas a recherchés, consultés et sélectionnés et dont l’intérêt réel dépasse largement les seuls Brou/Bru. Au final, tout cela fait un livre très original, très informatif et agréable à fréquenter.

2On trouve ainsi non pas un mais bien cinq livres. D’abord, le texte de Vargyas, jusqu’à la page 175, incorporant le traitement détaillé des documents en annexes ; puis quatre textes, chacun précédé d’une brève présentation : 1) Rapport à Monsieur le Résident Supérieur en Annam à Hué daté de Quang-Tri, le 7 octobre 1905, de M. Valentin, administrateur (texte inédit, manuscrit dit « européen » de l’École française d’Extrême-Orient, Rapport ethnique sur les Moïs de Quang Tri, n° 378/1905), pp. 179-198 ; 2) L’étude statistique et ethnique de la province de Kammon, de 1903, texte tiré des dix manuscrits de Paul Macey (membre de la Mission Pavie, puis Commissaire civil au Laos) déposés à l’EFEO et partiellement publiés en 1905, puis en 1907 (manuscrits dits « européens », Province de Kammon. Études sur les Kha, n° 395-404). Le document publié est constitué du manuscrit n° 405 et d’extraits des manuscrits n° 218 et 218/A, Vocabulaire des Khas Tiaris (Province de Cammon, Laos). Tiré des études sur les Khas, S.E., 96 ; pp. 199-232 ; 3) Vocabulaire moï du Quang Tri, formulaire du carnet imprimé « Instructions pour les collaborateurs de l’EFEO » édité en 1900, rempli le 26 janvier 1902 et annoté par le père Marius Maunier, missionnaire apostolique des Missions étrangères de Paris, à Cu Lac par Dong Hoi (Annam) ; les Moï du Quang Tri étant les Brou/Bru, d’après Vargyas ; texte inédit, manuscrit dit « européen » de l’EFEO, n° 458 ; pp. 233-56 ; 4) Rapport du lieutenant Barthélemy, Délégué administratif de Tchépone, concernant les problèmes que pose l’actuelle frontière séparant les provinces, laotienne de Savannakhet, et vietnamienne de Quang Tri, du 31 décembre 1947 (texte inédit, original introuvable, d’après la copie dactylographiée incomplète issue d’une source anonyme privée, pp. 257-297).

  • 1 Pötao. Une théorie du pouvoir chez les Indochinois Joraï, Paris, Flammarion, « Nouvelle bibliothèqu (...)

3La genèse de ce livre est amusante. C’est l’introduction générale à la monographie de Vargyas sur les Brou/Bru qui, ayant pris des proportions inquiétantes du fait de la richesse du sujet et des données annexes disponibles, devint elle-même un ouvrage à publier séparément. « La première phase obligatoire de toute recherche scientifique est d’établir le bilan des travaux antérieurs », note l’auteur, remarquant aussi que, « d’une manière curieuse, ce type de travail ne jouit pas d’une grande popularité dans la littérature ethnologique indochinoise ». Il pensait là aux ténors contemporains de la profession concernant les Proto-Indochinois. S’il n’a pas complètement tort, il faut signaler, à la décharge de ces derniers, qu’ils étaient souvent, comme Jacques Dournes chez les Sré et les Joraï, submergés par les données à exploiter et seuls à pouvoir faire ce travail et que le tour d’horizon documentaire dont parle Vargyas n’était pas toujours leur priorité, peut-être à juste titre. Dans le cas de Dournes, une recension complète (spatiale et historique) et critique des sources fut présentée dans l’ouvrage issu de sa thèse d’État1.

  • 2 Les Mường, Géographie humaine et sociologique, de Jeanne Cuisinier, Paris, Institut d’ethnologie, « (...)

4Situés entre les Mường du nord du Viêt Nam2, et les Sédang et autres « bahnariques », Proto-Indochinois eux-aussi, les Brou/Bru peuplent les alentours du fameux 17e parallèle – zone démilitarisée mais au cœur des événements militaires et politiques des dernières décennies. Bien que très nombreux et connus de longue date et malgré l’importance de l’aire couverte par le sous-groupe linguistique dont leur langue relève, les Brou/Bru ont fait l’objet de peu d’études ethnographiques approfondies. Vargyas fut le seul ethnologue occidental à séjourner plus d’une année sur les Hauts-Plateaux de la Cordillère annamitique avec l’accord des autorités depuis le départ des ethnologues français et américains. Le contexte des villages brou/bru entre 1985 et 1989, qu’il qualifie « d’avant-guerre » et surtout « d’après-guerre », des expressions qui laissent sans cloute discerner un certain maintien des traditions associé à des bouleversements traumatisants induisant un relatif enclavement aux conséquences que l’on peut imaginer dans les domaines technique, alimentaire et sanitaire.

  • 3 « Notes de géographie linguistique austroasiatique », in Essays offered to C.H. Luce, vol. 1, Paper (...)

5Cet ouvrage, outre son intérêt documentaire (notamment démographique et ethnonymique) pour les Brou/Bru et les Proto-Indochinois, envisage surtout un lien entre le Tchen-la et les Brou et, plus largement, tous les groupes de la famille linguistique brou-sô, dans laquelle A.-G. Haudricourt, dès 1966, voyait le reliquat de la population du fameux royaume austroasiatique du Tchen-la de Terre, qui précéda l’empire khmer d’Angkor3. C’est là l’un des points principaux de l’ouvrage.

  • 4 Jan Vansina, De la tradition orale. Essai de méthode historique, Tervuren, Musée royal de l’Afrique (...)

6Dans sa conclusion, Vargyas insiste d’autre part sur la nécessité, dans la poursuite des recherches sur les Brou/Bru, voire sur les Proto-Indochinois en général, du recours à la tradition orale pour une meilleure appréhension de l’histoire locale par ce qu’il nomme une « ethnographie historique ». Après les sources françaises, américaines et vietnamiennes, il faudra bien sûr s’intéresser à ces sources locales, demeurées largement inexploitées. Jan Vansina, l’un des premiers, reconnut la valeur historique de la tradition orale, que Michel Izard n’hésita pas à qualifier d’« épigraphie orale » et que Bernard Sellato trouva utile même pour de minuscules sociétés nomades4. Le recours à la tradition orale permet, par une étude croisée d’un vaste inventaire de données – géographie, itinéraires, toponymes et ethnonymes, généalogies, littérature (épopées, récits), relations linguistiques et culturelles –, de reconstruire l’histoire événementielle, politique, démographique et économique d’un groupe ethnique et même, de proche en proche, de toute une région. Ce type de données doit être collecté dans l’urgence, car le temps semble désormais compté aux sociétés exotiques et aux savoirs traditionnels (l’ethnologue ou l’historien, on le sait bien, arrive toujours trop tard). Ce problème, d’ailleurs, concerne-t-il désormais seulement le devenir de ces groupes ethniques exotiques ou bien également celui de la discipline ethnologique ?

  • 5 Voir, parmi nombre d’autres travaux, Un Village en forêt. L’essartage chez les Brou du Cambodge, Pa (...)

7On peut reprocher à Vargyas son choix de transcrire l’ethnonyme de la société qu’il a étudiée de la même façon que celui d’un groupe différent, les Brou (ou Brao, ou Lavé, Lové, etc.), essaimés dans la région des Trois-Frontières (Viêt Nam, Laos, Cambodge) et ethnographiés dans la province cambodgienne de Rattanakiri par Jacqueline Matras-Troubetzkoy5. Au sein du groupe austroasiatique, les Brou/Bru de Vargyas appartiennent, avec les Kuy/Suaï et les Sô, à la branche occidentale du sous-groupe katouique, tandis que les Brou/Brao relèvent de la branche occidentale du sous-groupe bahnarique. Si ce choix de graphie est bien sûr recevable, il est cependant dommage que Vargyas n’ait pas conservé celle de Bru, utilisée dans ses publications en anglais et dans ses premières publications en français, qui aurait évité toute confusion, d’autant que, par usage et par priorité chronologique, c’est le second groupe qui est surtout connu aujourd’hui sous la graphie Brou. Ces deux sociétés bien distinctes sont connues sous de nombreux ethnonymes, parmi lesquels on pourrait, par convention, choisir pour chacune un nom « littéraire » qui, permettant une identification sans ambiguïté, serait ainsi un nom scientifique, même s’il s’agissait d’un exonyme.

  • 6 In Language Atlas of the Pacific Area, S.A. Wurm et S. Hattori (éds.), Canberra, The Australian Aca (...)
  • 7 Ethnic minorities in Vietnam, de Dang Nghiêm Van, Chu Thai Son et Luu Hung, Hanoi, Thê Gioi, 1993.

8Ces deux groupes se distinguent également sur le plan démographique. Bradley, en 1983, signale quelque 30 000 Brou/Brao, pour la plupart au Cambodge, et donne les chiffres de 87 000 pour l’ensemble des quatre sous-groupes Brou/Bru – Vân Kiêu, Tri, Mangkong et Khua – et de 130 000 pour les Sô, soit un total de 217 0006, tandis que le recensement vietnamien de 1989 donne 40 000 Vân Kiêu et un total de 161 000 personnes pour l’ensemble des Brou/Bru incluant les Sô7. Les Brou/Bru, dans l’acception large du terme, forment l’une des populations les plus importantes numériquement de la Cordillère annamitique, et même du Viêt Nam – avec les Eddé (Rhadé) et les Joraï austronésiens de la région du Darlac.

9Pour ce qui est de la présentation, un peu serrée, le lecteur a parfois l’impression d’un manque de clarté, dû à la densité du texte et à la variété des documents présentés et des sources. D’autre part, les titres courants, reprenant le titre général sans la spécification par chapitre, ne sont d’aucune utilité. En revanche, les appels de notes et les notes elles-mêmes sont bien lisibles. Un index, au moins des noms propres et des ethnonymes, dont le nombre égare parfois le lecteur, aurait été bienvenu. Enfin, l’ouvrage étant destiné à demeurer un document de référence dans les rayons de bibliothèques universitaires ou privées, le choix d’une meilleure reliure et d’une couverture plus résistante eût été judicieux.

10On doit aussi relever quelques maladresses techniques, dont des erreurs typographiques d’autant plus regrettables qu’elles voisinent et alternent avec les formes correctes. Si les caractères idéogrammatiques du chinois mandarin sont parfaitement rendus, de manière à la fois claire et élégante, on doit regretter que les termes vietnamiens aient été transcrits non pas en quốc ngữ, écriture romanisée et officielle du Viêt Nam, mais dans un français plus ou moins exotisé, alors même que l’un des documents édités (Instructions pour les voyageurs… , de 1900) préconise l’usage de la notation à l’aide des signes diacritiques empruntés de cette écriture quốc ngữ, comme ư ou ơ. Ceci est d’autant plus dommage que les logiciels informatiques permettent désormais très facilement une notation exacte des mots vietnamiens. Enfin, notons de nombreux anglicismes, notamment dans l’emploi généreux de majuscules – une tendance aujourd’hui répandue dans les éditions françaises. Cette « anglicisation » s’étend à la structure même de l’ouvrage, puisque la table des matières précède ici le texte.

11L’iconographie est un des points forts de l’ouvrage. La plupart des cartes, nombreuses et informatives, sont reproduites pratiquement à l’identique des cartes originales d’ouvrages et articles des chercheurs français cités, notamment le docteur Harmand (1879), Lemire (1894), Malglaive et Rivière (1902), Macey (1905), Dubuisson (1922), Bourotte (1929), Hoffet (1930-1931) et Colani (1936). Le corpus photographique provient de ces mêmes sources, ainsi que du fonds du Musée ethnographique de Budapest, ce qui constitue un intérêt supplémentaire pour les chercheurs. Il aurait été utile, pour une meilleure distribution du livre – car il s’agit bien d’un atout de plus –, de signaler en couverture l’inclusion de ces documents iconographiques rares et des quatre documents annexes.

12Un mot pour saluer le courage de l’éditeur de cet ouvrage utile et pour souligner (et regretter) – en ces temps où le succès de librairie ne vient généralement plus couronner les ouvrages d’ethnologie – la rareté de ce type de monographie documentaire et historique. On relèvera au passage que Péninsule, dont on connaît bien la revue vouée aux études sur l’Asie du sud-est continentale, publie aussi des ouvrages thématiques et des monographies dans cette belle série de « Cahiers » et participe ainsi activement de l’effort général, visible depuis peu, de relance de l’édition en langue française sur l’Indo-Chine, l’Asie du sud et l’Extrême-Orient.

13En résumé, l’ouvrage de Vargyas est un beau travail, d’un haut intérêt documentaire, d’une grande originalité et, de plus, d’une lecture agréable. Inutile de dire qu’on attend avec impatience sa monographie des Brou/Bru Vân Kiêu, qui présentera l’analyse des données collectées lors de son travail de terrain.

Haut de page

Notes

1 Pötao. Une théorie du pouvoir chez les Indochinois Joraï, Paris, Flammarion, « Nouvelle bibliothèque scientifique », 1977, 365 p.

2 Les Mường, Géographie humaine et sociologique, de Jeanne Cuisinier, Paris, Institut d’ethnologie, « Travaux et mémoires », xlv, 1948, 618 p.

3 « Notes de géographie linguistique austroasiatique », in Essays offered to C.H. Luce, vol. 1, Papers on Asian History, Religion, Language, Literature, Music, Folklore, and Anthropology, B. Shin, J. Boisselier & A.B. Griswold (éds), Artibus Asiae, n.s., 1966, pp. 131-138.

4 Jan Vansina, De la tradition orale. Essai de méthode historique, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, « Annales. Sciences humaines », n° 36, 1961 ; Michel Izard, Les Archives orales d’un royaume africain. Recherches sur la formation du Yatenga, thèse de doctorat d’État, Paris, Université de Paris V-René Descartes, 1970, 7 vol. ; Michel Izard, L’Odyssée du pouvoir. Un royaume africain : État, société, destin individuel, Paris, Éd. de l’EHESS, 1992 ; Bernard Sellato, Nomades et sédentarisation à Bornéo. Histoire économique et sociale, Paris, Éd. de l’EHESS, 1989, et Nomads of the Borneo Rainforest. The Economies, Politics, and Ideology of Settling Dawn, Honolulu, University of Hawaii Press, 1994.

5 Voir, parmi nombre d’autres travaux, Un Village en forêt. L’essartage chez les Brou du Cambodge, Paris, SELAF, « Langues et civilisation de l’Asie du Sud-Est et du Monde Insulindien », 1983, 429 p.

6 In Language Atlas of the Pacific Area, S.A. Wurm et S. Hattori (éds.), Canberra, The Australian Academy of the Humanities et The Japan Academy, Pacific Linguistics, Series C, n° 67, 1983.

7 Ethnic minorities in Vietnam, de Dang Nghiêm Van, Chu Thai Son et Luu Hung, Hanoi, Thê Gioi, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Le Roux, « À la recherche des Brou perdus, population montagnarde du Centre indochinois, Gábor Vargyas »Moussons, 3 | 2001, 143-146.

Référence électronique

Pierre Le Roux, « À la recherche des Brou perdus, population montagnarde du Centre indochinois, Gábor Vargyas »Moussons [En ligne], 3 | 2001, mis en ligne le 02 décembre 2021, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8592 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8592

Haut de page

Auteur

Pierre Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search