Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendusLivresLa Plaine de Vientiane, Étude soc...

Comptes rendus
Livres

La Plaine de Vientiane, Étude socio-économique, de Georges Condominas et Claude Gaudillot

Paris, SevenOrients & Paul Geuthner, 2000, 310 p.
Amphay Doré
p. 146-150
Référence(s) :

La Plaine de Vientiane, Étude socio-économique, de Georges Condominas et Claude Gaudillot, Paris, SevenOrients & Paul Geuthner, 2000, 310 p.

Notes de la rédaction

Nous saisissons l’occasion de saluer l’initiative de co-édition de SevenOrients et Paul Geuthner, deux petites maisons d’édition qui ont pris le risque financier de mettre à la disposition des chercheurs cet important travail. Distribution : Librairie orientaliste Paul Geuthner, 12, rue Vavin, 75006 Paris, tél. : 0146347130 ; fax : 0143297564 ; e-mail : geuthner@geuthner.com.

Texte intégral

1L’ouvrage tire sa substance d’un rapport de mission de 1959, commandé par le Bureau pour le développement de la production agricole (BDPA, Paris) et le Commissariat au plan du Royaume du Laos, dirigé par Oukèo Souvannavong. Condominas, alors maître de recherche à l’ORSTOM, et Gaudillot, ingénieur agronome, furent chargés de ce travail, qui devait servir de guide « pour techniciens et planificateurs chargés de la transformation du milieu sur les plans techniques, économiques et sanitaires ».

  • 1 Les États-Unis, qui n’avaient pas signé les accords de Genève, intervinrent au Laos la même année ( (...)
  • 2 Les principaux thèmes de la propagande pathet lao étaient la richesse des milieux urbains, l’état d (...)
  • 3 Cet organisme, relevant directement du Premier ministre, était représenté au niveau provincial par (...)
  • 4 Se mêlant aux villageois et les conseillant pour améliorer leurs conditions de vie, les agents du C (...)
  • 5 Contrairement à ce que les auteurs notent (p. 107), ce ne sont pas les élections de mai 1958 qui on (...)

2Le contexte de l’étude est celui des accords internationaux de Genève (1954), mettant fin à la Guerre d’Indochine, et des accords, internes au Laos, signés à la fin de 1954 entre le gouvernement royal et le mouvement pro-communiste du Pathet Lao. Cette situation, qui devait favoriser le rétablissement de la paix et la concorde nationale, inaugura en fait, en raison de l’intervention étrangère1, une nouvelle ère de lutte, sous forme de campagne électorale, à l’échelle du pays cette fois, dont l’enjeu était la victoire aux élections de mai 1958. En vue de contrecarrer la propagande pathet lao, particulièrement active dans les milieux ruraux2 et qui agissait dès lors dans un cadre légal, le gouvernement royal, soutenu par les États-Unis d’Amérique, réagit en créant en 1957 un Conseil national pour l’action civique3, ayant pour vocation « d’aider mais surtout d’informer » la population4. Cependant, à la suite de ces élections, qui donnèrent près de la moitié des sièges à la Gauche (9/21), l’idée que les milieux ruraux devaient bénéficier autant d’aide matérielle que de formation politique s’imposa. Le CNAC se scinda donc pour donner naissance, en 1959, au Commissariat aux affaires rurales5, dont le principe reposait sur la libre collaboration entre les paysans et l’État, via les Affaires rurales. Les premiers fournissaient leur force de travail et des matériaux de la forêt, tels que bois et bambou, et le second offrait des matériaux manufacturés, tels que ciment, tôles, clous et parfois outils. C’est clans ce cadre historique et institutionnel que se déroula la mission de Condominas et Gaudillot.

3Outre les facilités accordées par le gouvernement, les auteurs ont bénéficié de conditions idéales de travail, reposant sur l’estime mutuelle et la complémentarité professionnelle. Le succès de l’entreprise en témoigne et fait date à double titre, d’une part, par la qualité et de la richesse des matériaux recueillis et, d’autre part, par une approche ethnologique, sous forme de monographie (malgré le sous-titre de l’ouvrage), la première à dresser l’état de la plaine de Vientiane clans son ensemble.

4L’ouvrage comprend un hommage à la mémoire de Claude Gaudillot, décédé en 1997, un avant-propos et une note liminaire. Précédées d’une introduction consacrée aux objectifs, difficultés, moyens et méthode de la mission, cinq parties composent l’ouvrage – Le milieu ; Les activités économiques ; La modernisation ; L’exemple de la Thaïlande ; Les conclusions et les propositions –, auxquelles s’ajoute, en annexe, un projet pilote de mise en valeur du casier Sud de la Plaine de Vientiane.

5On ne peut qu’être étonné des transformations survenues au cours des quatre dernières décennies dans la plaine de Vientiane, ne serait-ce que dans le milieu physique. La construction, à la fin des années 1960, du barrage de la Nam Ngum, que l’on doit à Oukèo Souvannavong, a profondément transformé l’écologie et les modes de vie et a permis la création de nouvelles infrastructures (électrification, communications et télécommunications), qui prendront toute leur ampleur dans la décennie 1990, à la faveur de la politique d’ouverture économique décrétée en 1986 par le gouvernement.

  • 6 Le tasaeng, sorte de confédération socio-culturelle regroupant plusieurs villages et remplissant da (...)

6Mais c’est dans le milieu humain que les transformations furent les plus immédiates et les plus visibles. Le changement de régime politique en 1975 se traduisit par un phénomène semblable à celui noté par Condominas (p. 101) à propos de l’annexion de la région par le Siam en 1827 : « l’anéantissement du cadre monarchique superposé à la société rurale ». La nouvelle administration mise en place se composait généralement de membres du Parti populaire révolutionnaire lao nommés au niveau des provinces (khueng), des districts (muang) et des villages (baan)6 et assistés par un conseil (khana). Relevant d’une cellule politique de base (nuay) dans le village, quartier ou organisme d’État, tout individu pouvait en outre appartenir à une ou plusieurs « organisations de masse » (Syndicat, Jeunesse, Femmes lao, Religieux), elles-mêmes regroupées au sein d’un Front d’édification nationale.

  • 7 Selon un recensement fait en Thaïlande en 1957, la population lao stricto sensu serait de six milli (...)

7Condominas note qu’à la fin des années 1950, la population lao proprement dite, qui ne dépassait pas un million7, ne représentait que la moitié de celle du pays. Cette situation, pensait-il à juste titre, avait sur le plan socio-politique « des répercussions dont on sous-estime l’ampleur » (p. 58). L’autre moitié était composée de minorités, Tai, Môns-Khmers, Tibéto-Birmans et Miao-Yao. Alors que ces popu­lations autochtones étaient généralement agricultrices, les résidents étrangers (Vietnamiens, Chinois, Indiens, Européens, Américains, Thaïlandais et Philippins) vivaient clans les villes.

  • 8 Cette migration s’est produite à la faveur de l’autorité coloniale française.

8Depuis le xixe siècle, d’importants mouvements migratoires ont affecté la région, notamment la Plaine de Vientiane : ratissage par le Siam de populations laotiennes vers la rive droite du Mékhong après l’annexion du royaume de Vientiane en 1827 ; installation entre les deux guerres mondiales de Vietnamiens, d’abord sur la rive gauche du Mékhong8, au Laos, puis sur sa rive droite, en Thaïlande ; enfin, dans les années 1950, migrations convergentes, mais pour des motifs différents, de Lao de l’Isan (la région même où, précédemment, les Vietnamiens avaient élu domicile) et de Tai du Tonkin, les premiers par petits groupes, en raison de leurs conditions économiques précaires en Thaïlande, les seconds fuyant massivement les zones de conflits armés.

9Les migrations de la population laotienne proprement dite, de l’hinterland vers la vallée du Mékhong, commencèrent au début des années 1960 et s’intensifièrent en proportion de l’implication du Laos dans la guerre du Vietnam, notamment en raison des bombardements américains de la Piste Ho-Chi-Minh. En février 1973, au moment du cessez-le-feu signé entre le gouvernement royal et le Front patriotique lao, on estimait que le tiers de la population s’était regroupé dans les centres urbains situés en bordure du Mékhong, y compris, bien sûr, Vientiane.

  • 9 Lao Loum, Lao Théng et Lao Soung se traduisent littéralement par « Lao/bas », « Lao/haut » et « Lao (...)

10L’avènement du régime populaire en 1975 transforma à son tour le paysage ethnique de la capitale : de nombreux Lao du nord et du centre du pays y transitèrent, soit pour fuir à l’étranger, soit pour s’y installer, attirés par les conditions de vie meilleures que celles des provinces, réputées difficiles dans les premières années de la République populaire. Parallèlement, un grand nombre de personnes d’ethnies minoritaires appartenant à différents corps du nouvel État (fonctionnaires, policiers, militaires) affluèrent avec leurs familles vers Vientiane pour prendre fonction dans la nouvelle administration. Les mariages interethniques étant fortement encouragés, on vit apparaître une génération d’enfants pour qui la division établie traditionnellement par le Pathet Lao entre Lao Loum (Lao des vallées, comprenant les Lao proprement dits et les Tai), Lao Théng (Lao des pentes montagneuses, comprenant les minorités môn-khmères et tibéto-birmanes) et Lao Soung (Lao des sommets, comprenant les minorités miao-yao)9 perdit de sa pertinence. Cette politique visait à résoudre progressivement le problème du rapport démogra­phique entre lao et minorités.

11Si ces quatre dernières décennies ont vu de nombreux changements, le cadre de la vie rurale de la plaine de Vientiane, en revanche, semble être resté immuable à travers guerre et révolution. La description qu’en fait Condominas (pp. 67-69) pourrait être faite de nos jours : « l’abondance des arbres au milieu desquels s’éparpillent les maisons sur pilotis contribue pour beaucoup au charme tant vanté du village lao ; on est également frappé par la grande étendue clans laquelle il s’étale ; tout cela évoque nonchalance et douceur de vivre ». Même dans les zones de grande extension de rizières, où les maisons se resserrent et les vergers tendent à se réduire au minimum, « l’ensemble est dominé par des frondaisons d’arbres fruitiers, des touffes de bambou et des groupes de cocotiers ».

12Les traits saillants de la société et des attitudes rurales étaient : l’absence de stratification sociale véritable, le souci d’égalité, le respect de l’autonomie individuelle dans l’organisation familiale ; la valorisation extrême du vat, monastère bouddhique, à la fois symbole et centre de la collectivité, qui semble n’avoir pas été étranger à la formation de l’esprit de non-compétition, de grande compréhension, d’extraordinaire tolérance religieuse et du fameux bo pén nhang, cher à Condominas, qui serait l’expression d’une « philosophie très poussée de la douceur et du laisser-faire » (pp. 76-77).

13Dans une telle société, c’étaient la richesse et la notoriété qui permettaient de distinguer les individus. Mais, observent justement les auteurs, la richesse n’était que relative, dans une société rizicole où les moyens et les bases de production étaient similaires, et ne prenait toute sa valeur qu’associée à la notoriété. Celle-ci ne lui était cependant pas nécessairement liée, comme l’illustre le cas du moine bouddhiste qui, sans richesse matérielle, jouit de la plus grande notoriété en raison de son état de religieux. Ainsi, l’homme riche devait-il consolider sa notoriété par la fréquence de ses œuvres pies. Parmi les acteurs de la vie rurale, le bonze supérieur avait la plus grande autorité.

  • 10 La failli lie royale de Vientiane, anéantie par le Siam en 1827, est elle-même issue de Louang-Phra (...)
  • 11 Voir « Le gendre lao. Essai d’anthropologie du pouvoir féminin clans la société traditionnelle de L (...)

14Dans l’organisation de la famille, deux traits étaient marquants, la grande autonomie de la femme, confortée par son droit au divorce, et l’absence de rigorisme clans les règles de mariage – mise à part l’observance des interdits d’union entre frères et sœurs « vrais » et entre ascendants et descendants en ligne directe. Notons cependant que les règles de mariage attribuées aux nobles – le mariage préférentiel du fils de la sœur aînée avec la fille du frère cadet et la pratique du mariage de la fille du frère aîné avec le fils de la sœur cadette – ne sont pas corroborées par nos observations à Louang-Phrabang, l’ancienne capitale et le berceau de la dernière dynastie lao10. En effet, conformément au modèle de mariage idéal, consistant pour la femme (toutes classes confondues) à épouser un homme de statut supérieur au sien11, une princesse royale (une fille de roi régnant) devait épouser un fils de roi de la génération antérieure, c’est-à-dire, l’un de ses oncles, le plus souvent un demi-oncle, en raison de la polygamie caractéristique des familles nobles. Les pratiques citées semblent plus significatives des relations matrimoniales des milieux ruraux de la plaine de Vientiane que de celles des nobles. Il est vrai que les usages des nobles n’avaient aucune commune mesure avec ceux des roturiers, pour les­quels ces usages tombaient dans le cas d’interdit.

15Contrastant avec l’harmonie et l’égalité des rapports dans la vie rurale, la structure étatique traditionnelle était complexe et hiérarchisée, avec le roi siégeant à son sommet, vénéré mais lointain (p. 108). La population rurale vivait généralement dans une remarquable sous-information concernant le monde extérieur. Les agents de l’État leur témoignaient peu d’intérêt et, lorsqu’ils leur rendaient visite, c’était pour affirmer leur supériorité, recevoir des prestations sans compensation, donner des ordres qui ne souffraient pas la discussion, ou même s’approprier des terres. Isolées, oubliées de l’État de toute manière trop faible pour intervenir, les populations paysannes étaient livrées à leurs prédateurs. Cette situation favorisait naturellement le Front patriotique lao, dont les cadres devaient se comporter avec une grande correction, payaient la nourriture consommée et n’hésitaient pas à prêter main forte au moment des grands travaux agricoles (pp. 107-110).

16L’afflux de dollars, au lieu d’améliorer, comme escompté, le niveau de vie de l’ensemble de la population, profita d’abord et surtout aux fonctionnaires et militaires bien placés, ainsi qu’aux gros commerçants. De là naquit une bourgeoisie dont les attitudes et les signes extérieurs de richesse (villas de type occidental, voitures de luxe, grandes plantations d’arbres fruitiers) accusèrent un contraste décisif avec ceux des milieux ruraux (pp. 106, 110). La corruption qui sévissait dans les hautes sphères à cette époque, remarque Condominas (p. 17), ne lésait la population rurale que par défaut et par le décalage croissant, sur le plan matériel, qui la séparait des milieux urbains au pouvoir.

17En bref, il convient de féliciter l’ensemble des parties prenantes qui ont collaboré à l’édition de l’excellent travail qu’est La Plaine de Vientiane et d’en souligner son intérêt, tant historique qu’anthropologique.

Haut de page

Notes

1 Les États-Unis, qui n’avaient pas signé les accords de Genève, intervinrent au Laos la même année (USOM, US Operations Mission). Le Pathet Lao, toujours soutenu par le camp socialiste, réagit en créant en 1955 le Phak Pasason Pativat Lao (Parti populaire révolutionaire lao), une forme actualisée du Phak Khon Ngan (Parti des travailleurs), et développa son assise politique en fondant le Nèo Lao Haksat (Front patriotique lao).

2 Les principaux thèmes de la propagande pathet lao étaient la richesse des milieux urbains, l’état d’abandon des zones rurales, la disparité sociale, la corruption développée par l’afflux du dollar américain et la prostitution.

3 Cet organisme, relevant directement du Premier ministre, était représenté au niveau provincial par des comités supervisés par des gouverneurs.

4 Se mêlant aux villageois et les conseillant pour améliorer leurs conditions de vie, les agents du CNAC avaient aussi pour mission de faire connaître « l’organisation et le fonctionnement du gouvernement et les préparer politiquement pour les futures élections » (p. 217).

5 Contrairement à ce que les auteurs notent (p. 107), ce ne sont pas les élections de mai 1958 qui ont induit la création du CNAC.

6 Le tasaeng, sorte de confédération socio-culturelle regroupant plusieurs villages et remplissant dans l’organigramme du régime royal des fonctions administratives entre le muang et le baan (et, à notre avis, improprement rendu par le terme « canton »), fut supprimé par le régime populaire.

7 Selon un recensement fait en Thaïlande en 1957, la population lao stricto sensu serait de six millions.

8 Cette migration s’est produite à la faveur de l’autorité coloniale française.

9 Lao Loum, Lao Théng et Lao Soung se traduisent littéralement par « Lao/bas », « Lao/haut » et « Lao/grand, élevé ».

10 La failli lie royale de Vientiane, anéantie par le Siam en 1827, est elle-même issue de Louang-Phrabang

11 Voir « Le gendre lao. Essai d’anthropologie du pouvoir féminin clans la société traditionnelle de Louang-Phrabang », Moussons, 1, 2000, pp. 21-40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amphay Doré, « La Plaine de Vientiane, Étude socio-économique, de Georges Condominas et Claude Gaudillot »Moussons, 3 | 2001, 146-150.

Référence électronique

Amphay Doré, « La Plaine de Vientiane, Étude socio-économique, de Georges Condominas et Claude Gaudillot »Moussons [En ligne], 3 | 2001, mis en ligne le 02 décembre 2021, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8600 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8600

Haut de page

Auteur

Amphay Doré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search