Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendusMusiqueSongs of Love and life, Mo Lam : ...

Comptes rendus
Musique

Songs of Love and life, Mo Lam : Sung Poetry from South Laos, par le groupe « Molam Lao ». Enregistrements : Michel Taitinger, en France (mars 2001). Textes de présentation et traductions : Khampha Inthisane et Peter Livermore

Paris, SevenOrients, coll. « Music of Asia, Laos Traditionnel », 777.CDM. LT2, 2001
Véronique de Lavenère
p. 158-160
Référence(s) :

Songs of Love and life, Mo Lam : Sung Poetry from South Laos, par le groupe « Molam Lao ». Enregistrements : Michel Taitinger, en France (mars 2001). Textes de présentation et traductions : Khampha Inthisane et Peter Livermore, Paris, SevenOrients, coll. « Music of Asia, Laos Traditionnel », 777.CDM. LT2, 2001

Texte intégral

1Ce disque est entièrement consacré à une forme musicale prédominante au Laos, le lam. C’est un genre vocal, poétique, très populaire, généralement improvisé. Il énonce des joutes amoureuses, des légendes ou des descriptions poétiques de la vie et de la nature et est systématiquement accompagné par le khène. Cet orgue à bouche, présent lors de toutes les fêtes, est reconnu par les Lao eux-mêmes comme leur patrimoine musical le plus cher et le plus représentatif de leur culture, tel un véritable élément identitaire. La transmission de la culture et de l’histoire lao se fait par ce genre musical pratiqué à la moindre occasion. On le retrouve autant comme divertissement intime dans le cadre familial que lors de fêtes villageoises improvisées, ou encore lors de toutes les fêtes bien établies du calendrier agraire.

2La qualité vocale et la dextérité technique du jeu du khène contribuent à la richesse de ces enregistrements effectués en France par le groupe « Molam Lao », fondé en 1978 par des chanteurs et musiciens lao, pour la plupart réfugiés en France en 1975. Les informations abondantes de la notice (en anglais et en lao) et cette interprétation des lam marquent une recherche d’authenticité et de conservation de la tradition.

  • 1 Laos, Lam Saravane, Musique pour le khène, Ocora Radio France (Ocora C 559 058), enregistré par Jac (...)
  • 2 Notice de Laos, Lam Saravane, Musique pour le khène, p. 5.

3La première pièce, le « Lam Saravanh », une excellente introduction à l’écoute de ce genre musical, n’est pas sans rappeler aux amateurs de musique lao le disque de Jacques Brunet1, qui consacrait sa première plage de plus de quarante-cinq minutes à ce lam. Pour Brunet, le jeune Sengphet Souryavongxay, qui donnait la réplique à la grande chanteuse Nang Soubane Vongath dans le « Lam Saravanh » de son disque, était alors « en voie de devenir un futur molam de grande classe2 ». Douze ans plus tard, ce nouvel enregistrement semble lui donner raison, dévoilant une émission vocale ayant gagné en technique, en profondeur et en couleur de son. Nous retrouvons aussi parmi les joueurs de khène le mokhène Phimvilayphone, enregistré par Brunet il y a quelques années, et qui montrait déjà une grande maîtrise technique de l’instrument.

  • 3 Dans le nord du Laos, les lam sont appelés kap, mais il s’agit du même genre musical.

4Bien que ce disque soit dédié au lam, son titre principal nous le présente comme « des chants d’amour traditionnels ». Le terme lam apparaît seulement dans le sous-titre, « Songs of Love and Life. Mo Lam : Sung Poetry from South Laos ». Cependant, la notice et les pièces choisies affirment une volonté de répertorier l’ensemble des lam du sud du Laos, d’où une absence compréhensible des « Kap Ngeum3 » de Vientiane et des « Kap Xieng Kouang » et « Kap Tourn » de Louang Prabang. En revanche, l’absence du « Lam Siphandone » (« quatre mille îles ») est regrettable et surprenante. Il s’agit pourtant d’un lam de référence, originaire des îles de la région de Champassak et très pratiqué dans la région d’Attapeu, à l’extrême sud du Laos !

  • 4 Accompagnement traditionnel de la partie vocale dans le lam : khène seul ou khène et kong hang (tam (...)

5D’autre part, on aurait souhaité une traduction en français de la notice d’accompagnement de ce disque publié en France. Notons aussi une petite erreur de typographie clans le nom du lam de la plage 7 : il ne s’agit pas du « Lam Pheul », mais du « Lam Pheune ». Enfin, remarquons que, pour quelques pièces, une certaine liberté a été prise quant à la formation instrumentale traditionnelle d’accompagnement de la voix4.

6Chaque lam aurait donc une origine géographique. Les Lao les identifient à leur lieu d’origine. Ils prennent alors le nom d’une ville (par exemple, le « Lam Tang Vay »), d’une région (par exemple, le « Lam Saravanh »), ou encore d’une population d’une région précise (par exemple, le « Lam Pouthay »). Deux pages de la notice donnent des précisions à ce sujet pour chacun des lam enregistrés dans ce disque.

7L’écoute est facilitée par bon nombre d’informations sur la partie vocale, tant au niveau fonctionnel (quelques textes fixes, mais la plupart sont improvisés) qu’au niveau des thèmes abordés (traduction des textes des chants). En revanche, la compréhension du fonctionnement musical de ces pièces semble difficile sans aucune information sur la partie instrumentale (khène). Cet accompagnement du chant par le khène est pourtant fondamental pour l’existence de ce répertoire et indispensable à la distinction des différents lam. Lors d’une simple audition de ces pièces, le khène semble effectuer un développement mélodico-rythmique continu. En fait, il émet un thème de référence propre à chaque lam et reconnaissable en tant que tel par les Lao. L’organisation formelle de la partie du khène se fait alors selon un principe de variation et d’improvisation à partir d’un thème de base référentiel.

8Chaque lam possède donc un thème mélodicorythmique de base, développé par le musicien lors de la performance. Transmis lors de l’apprentissage du khène, ce thème doit être joué et reproduit dans son intégralité. Mais le musicien, selon son talent, ses possibilités techniques et son interprétation personnelle, se doit de l’orner, de le varier et de le développer. Ce morceau de base doit devenir le sien tout en gardant l’identité propre du morceau reconnaissable par n’importe quel Lao (voir fig. 1). Chaque musicien présente alors une interprétation unique qui lui est propre et, dans ce disque, certains lam sont joués avec plus de liberté de variation et d’improvisation que d’autres.

Fig. 1. Variation par ornementation (enrichissement du thème par substitution de certaines notes, insertion de notes supplémentaires et variation de rythme)

Fig. 1. Variation par ornementation (enrichissement du thème par substitution de certaines notes, insertion de notes supplémentaires et variation de rythme)

9La richesse de cette musique de khène dans le lam réside dans ces nombreuses possibilités de variation donnant pour chaque lam autant de versions différentes que de mokhènes les interprétant. Mais attention, le thème de référence est toujours bien clair et n’est jamais noyé dans les variations, car c’est la reconnaissance du thème de référence qui permet aux Lao de distinguer à l’audition le lam qui va être chanté.

10Ce disque, qui apporte peu d’éléments nouveaux, présente pourtant l’intérêt de répertorier en un seul disque la plupart des lam, en tant que genre musical le plus populaire du Laos. On découvre des musiciens soucieux de garder leur identité par une mise en valeur de leur patrimoine musical. Douze ans après les enregistrements de Jacques Brunet, qui nous avaient tant charmée, on retrouve avec plaisir des voix qui nous font revivre ce répertoire, grâce à une interprétation de qualité et une grande maîtrise du jeu du khène.

Haut de page

Notes

1 Laos, Lam Saravane, Musique pour le khène, Ocora Radio France (Ocora C 559 058), enregistré par Jacques Brunet en janvier 1989.

2 Notice de Laos, Lam Saravane, Musique pour le khène, p. 5.

3 Dans le nord du Laos, les lam sont appelés kap, mais il s’agit du même genre musical.

4 Accompagnement traditionnel de la partie vocale dans le lam : khène seul ou khène et kong hang (tambour).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Variation par ornementation (enrichissement du thème par substitution de certaines notes, insertion de notes supplémentaires et variation de rythme)
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/8647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique de Lavenère, « Songs of Love and life, Mo Lam : Sung Poetry from South Laos, par le groupe « Molam Lao ». Enregistrements : Michel Taitinger, en France (mars 2001). Textes de présentation et traductions : Khampha Inthisane et Peter Livermore »Moussons, 3 | 2001, 158-160.

Référence électronique

Véronique de Lavenère, « Songs of Love and life, Mo Lam : Sung Poetry from South Laos, par le groupe « Molam Lao ». Enregistrements : Michel Taitinger, en France (mars 2001). Textes de présentation et traductions : Khampha Inthisane et Peter Livermore »Moussons [En ligne], 3 | 2001, mis en ligne le 03 décembre 2021, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/8647 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.8647

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search